Publié dans Interviews, Quand on est célib'

Le bien-être n’a pas de genre

Edith est une ivoirienne de 27 ans, célibataire depuis 2 ans. Elle a bien voulu nous parler de sa vie en tant que célibataire. 
Découvrons ses propos sans plus attendre. 

célibataire et heureuse

Edith, quels sont les 3 mots qui te décrivent parfaitement ?

Mes amis me décrivent comme sociable, déterminée et naturelle.

Comment définis-tu la solitude ?

La solitude pour moi est une étape où l’on apprend à se connaître soi-même.

Dirais-tu que tu es bien dans ta peau ?

 Je me sens très bien dans ma peau.

Quelle activité te procure un sentiment d’accomplissement ?

 Me mettre au service des autres, être disponible est ce qui me donne ce sentiment d’accomplissement.

Quelle est ta fierté en tant que femme ?

Ma plus grande fierté est d’avoir compris que je n’ai besoin d’aucun homme dans ma vie pour être heureuse.

As-tu l’impression d’être différente des autres femmes parce que tu es célibataire ?

(Rires) Je suis une femme comme les autres.

Dirais-tu du célibat : c’est un mal pour un bien ?

On pourrait le dire ainsi dans la mesure où l’on se prive de ressentir ce sentiment d’être la femme la plus aimée, la plus belle mais qui au final nous permet d’avoir une vie de couple plus harmonieuse. 

Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ?

Franchement dit pour ma famille et mes amis je devrais m’empresser de me marier et l’argument utilisé qui inquiète tous les célibataires surtout les femmes c’est l’âge qui avance.

Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ?

Je dirais que depuis lors je fais plus attention à mon bien-être qu’auparavant.

Quel est ton secret pour être une heureuse célibataire ?

Mon secret c’est de faire de nouvelles rencontres, passer plus de temps avec mes amis et surtout me donner à fond dans mes activités.

Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ?

Je dirais qu’il n’y a rien de mal à être célibataire. Au contraire, elles devraient prendre cette situation comme étant l’occasion de travailler leurs caractères afin d’être de meilleures épouses.

Quelle est ta conception du bonheur ?

Le bonheur pour moi se résume en ces points être bien dans sa peau, être indépendante et entouré des personnes qu’on aime.

Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue que lui dirais-tu ?

Tu n’as pas besoin d’un homme avant d’être la femme accomplie que tu veux, apprends à t’aimer ainsi tu seras aimée. 

Propos recueillis par Grâce Minlibé – copie interdite sans autorisation de l’auteur et de l’interviewée.

Publicités

Auteur :

Quand j’ai eu envie d’écrire pour me décharger des maux de la vie, le courant poétique s’est imposé comme le canal d’expression par excellence. En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteur du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » Désirant partager ma passion pour la lecture et l’écriture, j'ai créé en mai 2015 ce blog éponyme. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un commentaire sur « Le bien-être n’a pas de genre »

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s