Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Trous de cœur

Gabriel Guei-Monin

Poésie, Poésie

Tu es la Libération de mon Âme

A toi, je me confie

Afin de fuir ce Monde sans trame

Un préambule, un tercet où l’auteur revêt son habit de poète, confie l’image que lui renvoie la poésie.

Il tourne ensuite son regard vers la nature, célèbre la nuit et le jour, la lune, le temps, l’eau, le vent, le feu, la nature dans sa globalité.

Nuit de jour ?

Clarté noire ?

Blancheur sombre ?

A quoi ressembles-tu ?

Le temps est fluide ;

Il passe quand vous avez besoin de lui.

Le temps est éternel ;

Il marque le pas quand vous désirez sa fuite.

La nature exaltée, interrogée, le poète évoques ses pertes, ses lueurs d’espoir, ses flots de douleur, ses amours déçus.

Que tu sois l’Or

Ou Laure

Pour moi c’est la même réalité ;

La même préciosité ;

La même valeur ;

La même importance

L’Or, tu es une matière précieuse

Laure, tu es une personne rêvée.

Dans la nuit froide du deuil , assis sur un arbre abattu,

Seul, dans cette grandissante obscurité,

Je revis ces moments précis et heureux

Avec celui que je pleure, ensemble, passés

Et que toujours je pleurerai

Maman, tu t’en vas ?

Et l’Arbre que tu as planté.

Tu ne goûtes pas

A ses fruits juteux ?

Mes propres pas me trahissent.

Je regarde en arrière croyant te voir arriver.

Mais en vain.

La porte claque

Je crois que c’est toi qui l’ouvres.

Mais tu n’es pas là.

Les réminiscences du passé frustrent tout être.

Voir en soi ce qu’on n’est pas est négation d’être.

UNITE

De races

De couleurs,

Tous le souhaitent.

Comment ?

Avec des mots ?

Par des gestes ?

Les strophes de ce recueil sont très simples. Leur forme varie, leur intensité également. Les poèmes ne sont ni révolutionnaires, ni époustouflants mais leur douceur nous pousse à aller jusqu’au bout du recueil. Très peu de poèmes ont remué mon âme mais j’ai pris plaisir à aller à la rencontre de ces nombreux vers qui courent sur 80 pages.

La lecture de ces poèmes détend alors si vous trouvez le recueil quelque part et que vous avez envie de penser à quelque chose sans y penser vraiment, lisez le. 🙂

Publicités

Auteur :

Quand j’ai eu envie d’écrire pour me décharger des maux de la vie, le courant poétique s’est imposé comme le canal d’expression par excellence. En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteur du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » Désirant partager ma passion pour la lecture et l’écriture, j'ai créé en mai 2015 ce blog éponyme. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s