Publié dans Interviews, Quand on est célib'

Occuper le silence, combler le vide,s’aimer…

confidence
Aida Marguerite est un fin gourmet, la qualité de son blog l’atteste. Cette jeune femme de 29 ans, drôle, impulsive et émotive est célibataire depuis un an. Elle a aimablement accepté de nous parler de la femme célibataire qu’elle est à l’intérieur et à l’extérieur.

Aida, quel synonyme donnes-tu à la solitude ?

Silence.

Dirais-tu que tu es bien dans ta peau ? 

Non. J’ai passé des années à l’internat et j’ai durant cette période vécu le rejet parce qu’on ne m’aimait pas et que j’étais souvent martyrisée. J’ai appris à me noyer dans la nourriture afin de survivre. J’ai hérité d’une obésité puis d’un surpoids que j’ai traîné des années durant. J’ai eu du mal à m’apprécier et même aujourd’hui je ne dirais pas que je m’aime mais je m’accepte mieux qu’avant. Les relations amoureuses, les échecs permanents et ce depuis toujours ne m’ont pas aidé à m’aimer, à me sentir mieux.

Quelle activité te procure un sentiment d’accomplissement ?

Ecrire sur mon blog.

Quelle est ta fierté en tant que femme ? 

Mon recueil de nouvelles : Et si on parlait… Histoires de communication sorti aux éditions le Manuscrit en 2005.

As-tu l’impression d’être différente des autres femmes parce que tu es célibataire ? 

Un peu, mais c’est surtout à cause du regard des autres qui me rappellent constamment mon statut.

Dirais-tu du célibat : c’est un mal pour un bien ? 

Oui, depuis que je suis célibataire, j’ai pu accomplir des choses qu’en couple je n’aurais même pas pu imaginer.

 

 

Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ? 

J’ai peu d’amis, ma famille le voit mal et me le rappelle chaque jour

Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ? 

Gérer mon blog.

Quel est ton secret pour être une heureuse célibataire ?

Pour être heureuse avec mon statut, je m’occupe tout le temps, je ne laisse aucun espace libre quand je suis éveillée.

Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ? 

Qu’il faut être forte même si ce n’est pas évident. Il faut apprendre à vivre avec soi et s’aimer .

Quelle est ta conception du bonheur ?

C’est s’aimer d’abord sinon il n’y a pas de bonheur.

Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue qu’est-ce que tu lui dirais ?

Quitte cette relation au plus vite avant qu’elle n’efface le peu qui reste de toi.
Propos recueillis par Grâce Minlibé – copie interdite sans autorisation de l’auteur et  l’interviewée.
Publicités

Auteur :

Quand j’ai eu envie d’écrire pour me décharger des maux de la vie, le courant poétique s’est imposé comme le canal d’expression par excellence. En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteur du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » Désirant partager ma passion pour la lecture et l’écriture, j'ai créé en mai 2015 ce blog éponyme. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

9 commentaires sur « Occuper le silence, combler le vide,s’aimer… »

    1. Coucou Carole ! Je l’accepte et je le vis très bien. Je me concentre sur toute l’énergie positive qu’il m’apporte. Je crois qu’on n’a pas besoin d’un homme pour être heureuse. Le bonheur est en nous. Il suffit de vouloir le trouver. 🙂 J’espère que j’ai répondu à ta question.

      Aimé par 1 personne

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s