Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Respire de Estelle Kirniak

Respire

C’est sans hésitation qu’Apolline accepte de se rendre à Berlin pour y réaliser un documentaire sur un groupe de pop rock allemand. Face au leader du groupe, si troublant et séduisant, la photojournaliste a bien du mal à cacher son attirance pour lui.

Mais d’étranges meurtres vont venir assombrir le début de leur idylle. Sans le savoir, la jeune femme va s’embarquer dans une galère dont les mots-clefs seront angoisse, suspense, hémoglobine et amour.

J’ai pu lire ce livre grâce au service presse d’Edilivre et je tiens à les remercier pour cette opportunité. 

Ma dernière lecture de roman policier remontant à quelques mois et les commentaires positifs à propos du livre sur le site de l’éditeur ont inscrit ce roman dans mes premiers choix de lecture.

Je l’ai entamé avec beaucoup d’excitation pensant m’embarquer dans une aventure où l’adrénaline serait reine.

Ma première rencontre a  lieu avec Apolline, l’héroïne du livre. Je n’ai pas  le temps de la cerner qu’une deuxième rencontre a lieu. Une rencontre avec l’horreur : le tueur du lac de Tegel. La terreur fige mes paupières ;  être à la place de Véronica, sa victime, ne fait pas partie de mes envies. 

À l’écart du chalet en bois, dans une vieille dépendance prête à s’écrouler au moindre coup de vent, une petite lueur dansait au travers des lames de bois, de la façade et devant un plan de travail, le diable assis, confectionnait un patchwork mais ce n’était pas de carrés de tissus que le plaid était composé, mais de différents scalps de femme qu’il assemblait à l’aide d’une aiguille pour cuir. 

Je m’installe confortablement, me demande de quelle manière le tueur fera parler de lui dans les prochaines lignes. Je m’attends à côtoyer l’horreur mais l’amour version Harlequin fait irruption.

L’idylle entre Apolline et Sven, le leader du groupe de pop rock allemand débute. Du premier regard à la première promesse de couple, tout est prévu pour que les fanatiques des romances puissent trouver satisfaction.  

Le roman policier se revêt du manteau de la romance durant quelques chapitres avant de revenir à son état naturel. Les machinations commencent, les meurtres reprennent. Le détective en moi peut enfin s’exprimer.

Qui est le tueur du Lac Tegel : Sven dont le chalet se trouve au lac Tegel ? Je ne peux l’exclure de la liste des coupables, l’une de ses anciennes petites amies, Mélissa  fait partie des victimes. Et qui est cette femme brune qui menace Apolline ?

Si la réponse à la deuxième question s’énonce vite, celle de la 1ère question ne se formule pas sans doute. 

Les péripéties s’enchaînent tantôt prévisibles, tantôt imprévisibles. Les morceaux du puzzle s’assemblent, les masques sautent. Le dénouement a lieu et est enrobé de rose bonbon. 

Pour une fois, je n’ai pas apprécié qu’un roman soit court. Certaines parties résumées auraient pu être plus détaillées pour qu’on les ressente mieux.

J’aurais voulu que l’histoire soit plus axée sur le tueur du Lac Tegel, qu’on passe plus de temps avec le psychologue-criminologue Jonathan et l’inspecteur Berny qu’avec Apolline.

J’aurais voulu que l’histoire soit plus terrifiante ; qu’elle donne plus de frissons. J’aurais voulu que ce roman soit plus un roman policier qu’un conte de fées. 

Même avec ces bémols, « Respire » reste un roman à découvrir surtout si vous aimez lire « les cœurs qui s’aiment ». Sa forme est de qualité  : la charpente de l’oeuvre est solide, le style de l’auteur fluide, le niveau de langue approprié au contexte de l’oeuvre. 

Je vous souhaite une bonne découverte de l’oeuvre et n’hésitez pas à repasser par ici pour donner votre avis sur l’oeuvre quand vous l’aurez lu. 

Biographie de l’auteur

Née en 1971 dans l’Aisne en France, Estelle KIRNIAK travaille et réside à Chivy les Etouvelles. Cette femme auteur a étudié dans le prêt-à-porter et de la haute couture. Passionnée de roman d’amour et de faits divers, elle décide de franchir le pas et d’écrire son premier roman policier intitulé : respire.

Quelques détails sur l’oeuvre

Nombre de pages : 182

Date de publication : Avril 2016

signature coeur graceminlibe

Publicités

Auteur :

Quand j’ai eu envie d’écrire pour me décharger des maux de la vie, le courant poétique s’est imposé comme le canal d’expression par excellence. En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteur du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » Désirant partager ma passion pour la lecture et l’écriture, j'ai créé en mai 2015 ce blog éponyme. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

3 commentaires sur « Respire de Estelle Kirniak »

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s