Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Butor, conte satirique de Vincent de Longueville

Butor a froid aux pieds.

Il quitte La Colline où ses ancêtres se sont installés du temps de la Table Rase. Dans La Vallée, un monde inconnu s’ouvre à lui. Bientôt s’ouvre en lui le désir de devenir un membre de l’espèce aussi moyen de possible. Logement, compte en banque, études, télé-réalité, amours, métiers divers (employé à rien faire, trader, joueur de football, écrivain obscène, artiste peintre, etc.)

 Mais sa quête de normalité est semée d’embûches. Mal dégrossi, notre spécimen peine à intégrer les codes de La Vallée, mais jamais ne se résigne. D’échecs en échecs, il gravit malgré tout l’escalier social de notre occident contemporain.

Le bonheur, pourtant, prend un malin plaisir à se refuser, et ce n’est qu’en renouant avec son histoire que notre héros verra sa recherche de sens récompensée, et trouvera le chemin de l’apaisement.

 « Rions ensemble du monde qui nous entoure » pourrait être le sous-titre de Butor.

 

mon-avis-de-lecture

 

Je remercie les éditions Publishroom pour ce service presse. Je n’ai pas hésité une seule seconde à lire ce livre quand j’ai vu qu’il avait été édité par le Texte Vivant (une marque de Publishroom). Cette maison d’édition propose des livres de qualité comme ça va être ta fête !

Si vous ne savez pas rire de tout alors ce livre n’est pas fait pour vous. Le narrateur, à travers ce conte satirique, rit des dérives de la société de consommation, critique avec précision ce qui fait le monde actuel. 

Butor nous montre l’inutilité de certaines controverses actuelles, rit de l’hypocrisie des politiciens, de la télé-réalité. 

Il parodie les footballeurs et j’ai également ri parce que j’ai reconnu des phrases des footballeurs dont je suis fan.

critique des footballeurs butor

 

J’ai également ri en lisant le mariage avec la banque. Nos nombreux crédits  ne nous lient-ils pas à vie à notre banque ?

mariage avec la banque butor

La déconstruction du déterminisme sexuel, la binarité sexuelle, la liberté de s’affranchir de la morale, on en parle. Oui, on peut être de genre féminin et de sexe masculin. 

Encourageons la neutralisation du genre, Simone l’a dit  : « on ne naît pas femme , on le devient » alors le sexe ne peut pas être rigide dès la naissance. On peut le modifier si on le veut. 

Dans le monde actuel, nous sommes les maîtres. Tout se commande, s’achète même un enfant. On cultive le culte de la perfection. Si un mari, un enfant n’est pas parfait, pourquoi s’interdire de le changer ? 

achat enfants butor

 

Butor, notre héros, est un être qui veut donner un sens à sa vie, entrer dans le cadre défini par la société. Il tâtonne, échoue, revient sur ses pas et trouve enfin l’apaisement.    

J’ai beaucoup aimé les jeux de mots, les figures de style employés. Le GIGN est devenu le Groupement d’Interruption des Grossesses Non-désirées 😀

Notre héros, Butor, s’exprime dans un langage moyenâgeux. Cela peut parfois dérouter.

J’ai passé un très bon moment de lecture. J’ai aimé cette façon de nous amener à réfléchir sur notre mode de vie, notre conception du monde, les dérives de notre soif de liberté.

Ça aurait été un énorme coup de cœur si quelques passages ne m’avaient pas légèrement ennuyée comme Comment Butor devient un compoundeur et si l’histoire se terminait autrement. 

Je vous recommande ce livre avec une vive énergie. 

 

des-details-sur-loeuvre

Date de parution : novembre 2017

Disponible en librairie et en ligne

Lien d’achat : ICI

Citations

Et qui devait signer, pour Butor, la fin de son contrat de joueur de balle au pied. Comme il est de coutume, notre spécimen quitta le FCLV avec 100 millions de ducatons en poche, qui lui permettraient de continuer à soutenir l’emploi dans la production automobile haut-de-gamme, la création musicale, l’édition de jeux vidéo, la confection de vêtements à capuche et l’occupation du trottoir. Et de s’offrir un chapitre de vacances bien méritées.

 

Se montrer infidèle à la fidélité n’eût pas été convenable, pour sûr. Mais fidèle à l’infidélité, c’était tout de suite beaucoup moins mal. Voilà qui ouvrait des perspectives.

 

 

GM signature

Publicités

Auteur :

En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteure du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » En 2017, mon 1er roman "Tristesse au paradis" voit le jour aux éditions Vallesse. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.