Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Le roi des cons de Idi Nouhou

«Voici un roman qui nous vient du Niger. Oubliez ce que vous savez du Niger. Oui c’est un pays pauvre, peut-être le plus pauvre. Non, y être une femme n’est pas facile. Oui, la faim n’y est jamais loin, et oui il y a des dunes magnifiques, où furent détenus des otages français, près d’Arlit. Idi Nouhou ne va pas radicalement bousculer ce que vous savez. Mais il va tout déplacer, comme les dunes sous le vent.
Le roi des cons est le récit d’un homme partagé entre deux genres de femmes : leur complémentarité semble classique, mais s’avère un peu plus complexe que le schéma occidental de la maman et de la putain. Ne serait-ce que parce que la « putain », selon nos critères, y est voilée comme la maman, et que la maman y est d’une audace redoutable… C’est un Niamey sensuel, érotique et drôle que nous révèle Idi Nouhou ; mélancolique aussi. Et c’est dans la bouche d’une femme que revient la proustienne phrase: « Il n’est pas mon genre. »»
Marie Darrieussecq.

 

l'Afrique écrit

 

Quelle belle préface de Marie Darrieussecq ! Plaisante à lire, belle entrée en matière qui donne envie de découvrir cette plume qui vient du Niger.

Rappelez-moi de lui proposer de faire la préface de mon prochain roman.

 

Le roi des cons est un récit à la 1ère personne. Une narration que j’apprécie car elle nous rapproche des ressentis du personnage.

Abdou, notre narrateur a une promise mais il ne ressent rien pour elle. Celle qu’il aime c’est Rakki

Rakki… Comment la décrire ? Élancée et affichant une fausse maigreur qui occultait d’appréciables rondeurs… Un genre de beauté qui vous révèle votre soif d’amour, ou vous la crée…

Et Rakki est aussi intéressé par lui. Abdou est aux anges, fier d’avoir réussi à capter l’attention de la Belle, lui, l’homme commun !

Mais Abdou est contraint d’épouser sa promise Salimata. Son père et sa mère ont fait ce choix pour lui. Il obéit, finit par s’installer dans un triangle amoureux qui lui révélera les véritables caractères de Salimata l’épousé dévouée et Rakki, la femme fatale… 

Le roi des cons nous montre Niamey du côté gastronomique, les habitudes de vie des citadins mais j’aurais davantage voulu ressentir l’atmosphère de la ville. Les motivations de Rakki et Salima ne sont pas suffisamment développées.

Le style d’Idi Nouhou est accessible mais très candide voire scolaire. Les courts chapitres donnent du rythme au récit, il y a peu de personnages à suivre ce qui évite toute confusion au lecteur. 

Au-delà du mariage convenu et de l’amour contrarié, l’auteur évoque l’intégrisme religieux, la politique au Niger et en Afrique, les conséquences de l’esclavage.   

Une lecture sympathique mais non mémorable. J’en attendais, hélas, beaucoup plus. 

Christmas

 

Éditeur : Gallimard

Collection : Continents noirs

Date de publication : Mars 2019

Nombre de pages : 128

Disponible aux formats papier et numérique 

 

Roman présélectionné pour le Prix les Afriques 2020

fleur v1

Auteur :

En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteure du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » En 2017, mon 1er roman "Tristesse au paradis" voit le jour aux éditions Vallesse et me permet d'avoir plusieurs prix dont le Prix Horizon 2018. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.