Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Pour une couleur de peau – Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme

Je n’étais pas censée publier aujourd’hui mais le 13 juin a été proclamé Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme par l’Assemblée générale des Nations Unies depuis 2004 et j’ai récemment lu un livre sur l’albinisme.

Couverture Pour une couleur de peau

Chantal est déterminée à protéger sa fille, Agnès, née albinos au Cameroun, contre les superstitions et craintes. Les trois parties de cet album, par des dessinateurs aux styles fondamentalement différents, retracent les moments décisifs la vie de ces deux femmes, entre rejets, menaces et désir d’une vie normale.
« Pour une couleur de peau » dénonce ainsi les discriminations voire les persécutions subies par les albinos aujourd’hui au Cameroun et Afrique Centrale, malgré une prise de conscience de plus en plus importante de la communauté internationale 

Trois chapitres composent cette bande-dessinée et représentent une période bien particulière de la vie de Chantal et sa fille. Chaque chapitre est singulièrement illustré par un dessinateur.

Chapitre 1, Chantal

Septembre 1997. Chantal donne naissance à une petite fille albinos qu’elle prénomme Agnès. Si elle est sous le charme de sa fille, ce n’est pas le cas de ses parents qui la rejettent aussitôt. Ils lui proposent de la confier à un orphelinat ce que Chantal refuse. Elle assume la différence de sa fille.

Un enfant albinos est synonyme de malchance dans bien des contrées africaines et le Cameroun n’est pas exclu. Un enfant albinos est considéré comme un être maudit, possédé. Chantal n’est pas soutenue par le père de sa fille. Abandonnée de tous, elle va trouver du soutien auprès du pédiatre David. J’ai beaucoup apprécié cet homme très compréhensif, bienveillant qui va aider la jeune mère sans arrière-pensée.

Chantal, mère courage, va arrêter ses études pour s’occuper de sa fille, tenter de refaire sa vie avec un homme. Une nouvelle expérience amoureuse qui va s’écourter brusquement. J’avoue avoir traité Chantal d’idiote. Je pensais que sa mésaventure avec le père d’Agnès l’aurait amené à faire des choix plus judicieux.

Obligée de quitter son logement après des péripéties qui ont viré au drame, Chantal quitte Yaoundé et se rend au village du docteur David.

2e chapitre, Agnès

Agnès a 9 ans et mène une vie paisible au village jusqu’à ce que les préjugés sur l’albinisme fassent de nouveau surface. Que dire de cet homme qui a le SIDA et croit que coucher avec une albinos le guérira de son mal ? Chantal arrivera-t-elle à protéger sa fille de l’ignorance, des superstitions ?

3e chapitre, intitulé pour une couleur de peau

Agnès a 22 ans et est une jeune femme accomplie. Sportive, elle détient le record d’Afrique sur le 800 m. De retour au Cameroun, elle a l’intention de s’impliquer fortement dans une association d’aide aux albinos du Cameroun.

Cette bande-dessinée est une sympathique histoire pour sensibiliser sur l’albinisme. Non, les albinos ne sont pas les remèdes à divers maux. Quant à l’illustration, j’ai beaucoup apprécié ceux des deux dernières parties de l’album.

En ces temps où le racisme est au cœur des débats, j’ai sourcillé lorsque qu’Agnès a dit que toutes les sociétés devraient prendre exemple sur le sport car les sportifs entre eux étaient rarement racistes. Si elle n’était pas une fille de papier, je lui aurais rappelé l’insulte de Ronaldo à Matuidi lors du match Real – Juventus en 2018.

Grand merci à Youscribe et Canal+ qui m’ont permis de lire gratuitement cette oeuvre sur la plateforme Youscribe.

Et si vous voulez un autre livre qui évoque l’albinisme, cliquez ICI

Auteur :

En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteure du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » En 2017, mon 1er roman "Tristesse au paradis" voit le jour aux éditions Vallesse et me permet d'avoir plusieurs prix dont le Prix Horizon 2018. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

3 commentaires sur « Pour une couleur de peau – Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme »

  1. L’ignorance est la source de bien des maux…
    Le dessin est particulier mais le sujet est vraiment intéressant.
    Je suis d’accord avec toi, même les sportifs sont touchés par le racisme sans parler de leurs supporters qui ont souvent des comportements honteux.

    Aimé par 3 personnes

    1. Ah ! les dessins en BD j’arrive jamais à les interpréter 😀 Oui le déni du racisme commence à me fatiguer. Il faut voir les choses en face et trouver des solutions au lieu de faire les aveugles quoi !

      J'aime

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.