Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Au petit bonheur la brousse – Nétonon Noël Ndjékéry

A la croisée des idiomes et des accents, entre la Suisse et son idéal de blancheur et d’ordre, et le Tchad marqué par l’arbitraire d’une histoire postcoloniale « mal apprivoisée », Nétonon Noël Ndjékéry narre les aventures de Bendiman, un enfant tchadien ayant grandi à Genève et s’étant nourri des mythologies des bons petits Helvètes : Guillaume Tell, la Mère-Patrie, la Croix-Rouge, etc. Un soir, son père est rappelé au Tchad avec toute la famille. A l’aéroport de N’Djaména, une voiture noire emporte ses parents. Recueilli par un oncle, il mène son enquête pour découvrir que son père et sa mère sont enfermés pour « Raison d’Etat »
Commence alors pour Bendiman une quête pour faire sortir ses parents de prison dans un pays qu’il ne connaît finalement pas, en guerre civile, tourneboulé par un afflux massif de pétrodollars, où le droit n’a jamais vraiment quitté les livres pour entrer dans la vie quotidienne des gens
Ndjékéry livre un récit picaresque, plein de saveur entre les helvétismes et l’oralité des griots. A mi-chemin entre le conte et le récit d’initiation, Bendiman est le héros malgré lui d’une chevauchée entre les langues et les imaginaires moraux.

l'Afrique écrit

Liliane Kanda et Zakaria Solal ont été pupilles de la Nation tchadienne. Ils ont bénéficié des largesses du Parti. Zakaria a d’ailleurs été nommé chef comptable à l’ambassade du Tchad en Suisse. Leur fils, Bendiman Solal, y naît et vit une enfance heureuse. L’Afrique, il la connaît de manière superficielle. Il l’imagine de façon exotique à travers la savane, les animaux de la jungle. Sa manière occidentale d’appréhender l’Afrique m’a légèrement gênée.

Bendiman va être confronté au dilemme de ses racines. Est-il Suisse ou Tchadien ?

Tu ne peux te réclamer d’une terre qu’une fois que tu lui as rendu ce qu’elle t’a donné à boire et à manger 

Cette phrase énoncée par un compatriote le mine malgré les mots rassurants de sa mère

Tu n’es pas tenu de choisir entre tes appartenances. 

Ce roman pose la question de l’identité, la double culture. Peut-on être la somme de plusieurs identités ? Comment additionner les cultures ? Doit-on être redevable à notre pays d’origine ou à celui qui nous a vus grandir ? 

Adolescent, Bendiman se rend au Tchad avec ses parents. Au sortir de l’aéroport, Bendiman est séparé d’eux. Ses parents ont été arrêtés pour raison d’Etat !

Commence la descente aux enfers de Bendiman. Eloigné de ses répères, projeté dans un pays à l’opposé de son environnement familier, Bendiman peu tchadien et beaucoup suisse va devoir user de tous les moyens que lui permet son âge pour retrouver ses parents. 

Bendiman tout au long de sa quête va rencontrer des personnages pittoresques notamment M’sieur Polycarpe, l’instituteur et son chapeau que chaque élève doit remplir chaque matin parce que « Toute peine mérite salaire »

Au petit bonheur la brousse nous plonge dans une république bananière. Bienvenue au Tchad où le président se soucie plus de ceux qui menacent sa longévité au pouvoir que des besoins de la population. On découvre un peu le processus de recrutement des rebelles. On ressent l’impuissance du peuple. J’ai eu beaucoup de peine pour Ben et sa famille.

Ce roman picaresque qui suscite l’intérêt de par les thèmes évoqués est très dense, tant au niveau de la forme que du fond. Le récit contient en effet diverses références historiques, géographiques, anthropologiques, sociétales qui constituent un lot d’informations à assimiler. Si les chapitres au nombre de 31 sont plutôt courts, les phrases de l’auteur sont très longues et le vocabulaire très littéraire. L’auteur étale son savoir. Le langage est très imagé. Parfois, les tournures de phrase sont agréables à lire, parfois lourdes à digérer. 

Malgré quelques petits bémols (j’ai par moment éprouvé de la lassitude en raison des temps morts dans les péripéties) Au petit bonheur la brousse réussit à offrir un sympathique moment de lecture.

Christmas

Éditeur : Hélice Hélas

Date de publication : Mars 2019

Nombre de pages : 376

Disponible aux formats broché, poche et numérique 

Roman présélectionné pour le Prix les Afriques 2020

fleur v1

Auteur :

En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteure du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » En 2017, mon 1er roman "Tristesse au paradis" voit le jour aux éditions Vallesse et me permet d'avoir plusieurs prix dont le Prix Horizon 2018. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.