Publié dans Panaché

Top Ten Tuesday 6: les 10 livres lus à l’école et adoré

Photo

 

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog de Frogzine.

Le Thème de la semaine est: Les 10 livres que vous avez lus pour l’école et adoré 

Youpi ! Ce thème tombe au bon moment. Je tenais à vous présenter les livres lus au lycée/collège.

Grand merci à mes amies de lycée : Sokhna, Camille, Safi, Clémentine, Fatou, Alix qui ont rafraîchi ma mémoire.

1. Les aventures de Tope-l’Araignée

Kacou Ananze dans la zone de forêt, Tôpé dans la savane ; chez les Tagbanan du centre de la Côte d’Ivoire, l’araignée apparaît comme l’animal le plus rusé de toute la faune. Ses tours rappellent ceux du lièvre ou du renard.
Les Aventures de Tôpé l’Araignée nous plongent dans la saveur du conte faite d’humour et de malice.

 

Résultat de recherche d'images pour "topê l'araignée"

Je l’ai lu en 6eme. Je ne me rappelle plus du contenu mais je sais que j’ai passé un bon moment de lecture.

 

2. Sans famille  d’Hector Malot

« Né sous une bonne étoile »: à première vue, ce n’est pas le cas de Rémi, enfant trouvé, qui passe son âge tendre chez des parents nourriciers avant d’être vendu à une sorte de vagabond saltimbanque, musicien des rues et montreur de chiens savants.
Sous les ordres de ce patron, le jeune garçon « sans famille » va endurer les rigueurs de la vie itinérante et affronter toutes sortes d’épreuves. Pour autant, il ne se découragera pas : son arme est de posséder cette force de caractère qui, tôt ou tard, vous attire la bienveillance du sort. Le lecteur, quant à lui, vibre et espère de toute son âme qu’au terme de ce parcours très noir, compliqué d’une intrigue policière, la chance finira par sourire à Rémi, qui le mérite amplement.

Résultat de recherche d'images pour "sans famille le livre hector malot"

 

 

3. La tulipe noire étudiée en 5eme

Résultat de recherche d'images pour "la tulipe noire dumas"

En 1672, Guillaume d’Orange prend le pouvoir en Hollande, profitant du massacre par le peuple des frères Jean et Corneille de Witt, accusés de tractations secrètes avec la France. Accusé à tort de trahison et condamné, le jeune Cornélius van Baerle (filleul de Corneille de Witt), continue de se livrer à sa passion des tulipes en essayant de créer une tulipe noire, dont la découverte sera récompensée par un prix de la société horticole de Harlem. Cet épisode tragique de la vie politique hollandaise sert de base à l’aventure de Cornélius, qui, depuis sa prison, va connaître deux histoires d’amour : l’une avec sa tulipe noire, supplantée petit à petit par celle avec Rosa, la fille de son geôlier.

J’ai étudié ce livre en 5eme et j’ai un doux souvenir de cette histoire captivante. 

4. Cinq contes de Guy de Maupassant

Souriants ou cocasses, dramatiques ou angoissés, les contes de Maupassant nous entraînent dans ce monde paysan du XIXe siècle qui reste pourtant encore si proche.

Résultat de recherche d'images pour "cinq contes de guy de maupassant"

Je l’ai lu en 5eme.

5. Les frasques d’Ebinto

Résultat de recherche d'images pour "les frasques d'ebinto"

Je l’ai lu en 4eme. Je vous l’ai déjà présenté dans un Throwback Thursday Livresque. Il évoque l’amour à l’étape de l’adolescence. C’est l’une des plus belles œuvres de la littérature ivoirienne. L’histoire est belle, tragique et émouvante.

6. Arsène Lupin, l’aiguille creuse de Maurice Leblanc

C’est un roman policier de Maurice Leblanc mettant en scène les aventures d’Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur.

Résultat de recherche d'images pour "arsène lupin l'aiguille creuse"

C’est un excellent livre qui tient en haleine. L’intrigue est bien construite, les rebondissements ne manquent pas. Il a été étudié en 4eme.

7. L’Avare de Molière

C’est une comédie de Molière dont le personnage principal, Harpagon, est caractérisé par son avarice caricaturale. Harpagon tente de marier sa fille de force, tout en protégeant obstinément une cassette pleine d’or qu’il a découverte depuis peu.

Résultat de recherche d'images pour "l'avare de molière"

Je l’ai lu en 3eme. C’est un livre rafraîchissant, Harpagon et son avarice m’ont bien fait rire. 

8. Une si longue lettre de Mariama Ba

Une si longue lettre est une oeuvre majeure, pour ce qu’elle dit de la condition des femmes. Au coeur de ce roman, la lettre que l’une d’elle, Ramatoulaye, adresse à sa meilleure amie, pendant la réclusion traditionnelle qui suit son veuvage.
Elle y évoque leurs souvenirs heureux d’étudiantes impatientes de changer le monde. Elle rappelle aussi les mariages forcés, l’absence de droit des femmes comme le droit à l’éducation. Et tandis que sa belle-famille vient prestement reprendre les affaires du défunt, Ramatoulaye évoque alors avec douleur le jour où son mari prit une seconde épouse, plus jeune, ruinant vingt-cinq années de vie commune et d’amour.

Résultat de recherche d'images pour "une si longue lettre de mariama ba"

Je vous l’ai déjà présenté dans un Throwback Thursday LivresqueC’est l’un des classiques de la littérature africaine. Je pense l’avoir lu en 3eme.

9. PETIT BODIEL ET AUTRES CONTES DE LA SAVANE 

Il y a très longtemps, au pays des baobabs géants, vivait une colonie de lièvres appelée Famille Bodiel. C’est là que grandit Petit Bodiel, un vaurien sale, paresseux et gourmand qui ne pense qu’à regarder les jeunes filles lièvres quand elles se baignent toutes nues.
 » Il était une fois en Afrique  » et l’enchantement commence. Après Petit Bodiel, grand conte traditionnel peul, Amadou Hampâté Bâ, le maître conteur, vous invite à découvrir une collection unique de contes, légendes, trésors de la mémoire de son pays.

Résultat de recherche d'images pour "petit bodiel et autres contes de la savane"

Un joli recueil de contes avec de belles réflexions sur la nature humaine, les relations homme-femme, etc…  Nous l’avons étudié en 2nde.

 

10. Les soleils des indépendances

Le roman narre les mésaventures de Fama Doumbouya, un Dioula dont le commerce a été ruiné par les indépendances et l’apparition de nouvelles frontières du fait de la balkanisation de l’Afrique-Occidentale française qui en a résulté.

Le héros tentera, sans succès, de contrecarrer la funeste prédiction faite aux temps pré-coloniaux à ses ancêtres, qui annonçait la déchéance de sa dynastie lorsque viendrait un soleil qui semble être maintenant arrivé.

Résultat de recherche d'images pour "les soleils des indépendances"

 

J’ai étudié ce livre en Terminale. Le récit est très drôle. Fama est un personnage singulier, attachant. 

Lequel de ces livres avez-vous lus ? Quels livres lus au collège ou au lycée vous ont marqués ?

fleur v1

 

 

 

 

Publié dans Périple

Africa Tour challenge -48 heures à Accra

Vivre c’est être curieux, découvrir.

Vivre c’est voyager.

comme-tout-ce-qui-compte-dans-la-vie-un-beau-voyage-est-une-oeuvre-dart

Je rêve depuis quelques années  de connaître un peu plus mon continent africain, l’Afrique subsaharienne en particulier. Cette année, j’ai eu l’occasion de réaliser mon rêve. J’ai passé deux jours à 535 km de chez moi dans la ville de…

ACCRA

Mon séjour ayant étant très court, je pense que je reviendrai dans cette ville pour mieux la cerner.

En attendant, si par un heureux hasard vous arrivez à Accra, voici les 10 commandements qu’il vous faudra respecter

 

les-10-commandements-du-touriste

 

 

1. Tes affaires personnelles, tu protégeras.

Accra est une ville sécurisée mais on ne sait jamais, des esprits mal intentionnés peuvent se réveiller alors on fait attention à ses affaires quand on est dans des lieux publics. A l’hôtel, on laisse la clé de sa chambre à l’accueil. Si vous l’emportez avec vous et qu’il y a un vol dans votre chambre, l’hôtel déclinera toute responsabilité.

 

2. Ton anglais, tu réviseras.

Oubliez la langue de Molière, le Ghana est un pays anglophone. Et à part l’anglais, les ghanéens parlent le Twi, une langue locale. Si vous ne parlez pas un mot d’anglais, soyez toujours accompagnés, sinon…

 

Faceplant

3. Le chef de la négociation, tu deviendras.

Les ghanéens ne vous voleront sûrement pas vos affaires mais attention ils peuvent le faire dans vos achats au marché, les transports en taxi. Les prix peuvent être multipliés par 3 alors négociez !

Privilégiez les tro tro (mini-car de transport en commun) si vous voulez économiser. 

 

4. Le christianisme, tu respecteras.

Sur le chemin qui menait à Accra, j’ai été étonnée de voir une église de dénomination différente à chaque coin de rue. Il y a plus de pancartes de publicité religieuse que de publicité commerciale. Les ghanéens sont chrétiens et ils ne badinent pas avec. Dieu est partout même dans les noms des magasins. 

business names in ghana, africa | Day 18, West Africa Cruise – Takoradi, Ghana

christianity in ghana | Nothing is sacred, or rather, everything is.

business names in ghana, africa | many of the signs reflect their religious beliefs and roots or perhaps ...

Hair salon off Labadi Road, Accra.

Image

 

Image

Hair salon off Labadi Road, Accra.

 

5. Au fried rice, tu goûteras

Le fried rice est un mets à base de riz frit, de poulet et d’une salade à base de chou blanc et de carotte. J’ai acheté mon plat dans un restaurant à ciel ouvert non loin de mon hôtel à Kokomlemle. Ce plat absolument délicieux m’a coûté 7 ghana cedis. J’avais tellement faim que j’ai oublié de prendre une photo. 😀

6. Le Kwame Nkrumah Memorial Park, tu visiteras

Si vous aimez l’histoire et les parcs, vous devez absolument faire un tour au Parc commémoratif Kwame Nkrumah situé dans le centre d’Accra.

Kwame Nkrumah est le père de la nation du Ghana. Il a été premier ministre puis président après l’indépendance du pays en 1957 jusqu’à ce qu’il soit renversé par un coup d’Etat en 1966. Il a travaillé sans relâche pour réunir les dirigeants nationalistes africains dans une lutte collective contre le colonialisme.

Il y a un musée à l’intérieur du parc qui retrace son parcours de vie. Vous pourrez y voir ses affaires personnelles. L’entrée coûte 10 ghana cedis. (environ deux euros)

Dans le parc, vous trouverez le mausolée de Kwame Nkrumah entouré de fontaines et de statues.

Cette statue a été vandalisée lors du coup d’état de 1966. La tête a été cassée lors du transport. Elle a été retrouvée par un citoyen et transmise aux autorités. 

N’hésitez pas à vous recueillir quelques instants sur la tombe de ce grand leader. 

Image associée

Plus loin, vous pourrez voir la voiture de Kwame Nkrumah. 

voiture-de-kwame-nkrumah

Le parc séduit par la tranquilité qui s’y dégage. Des arbres ont été plantés par différents chefs d’état dont Nelson Mandela et Laurent Gbagbo, ancien président de mon pays. 

arbre-plante-par-laurent-gbagbo

7. Aux malls, tu te perdras

Il y a pas mal de malls à Accra. Si vous faites un court séjour comme moi, visitez au moins Accra Mall ou West hills Mall.

West hills mall est assez éloigné du centre-ville. Le taxi du memorial park jusque là m’a coûté 50 ghana cedis (environ 10 euros)

Résultat de recherche d'images pour "west hills mall accra"

 

8. Le marché de Makola, tu visiteras

Je pense que tous les marchés d’Afrique de l’Ouest se ressemblent jusqu’aux odeurs 😀

Si vous avez envie d’acheter un tissu typique d’Accra comme le Kente, rendez vous au marché de Makola.

J’y suis allée non pour acheter mais pour l’animation du marché. J’y suis allée pour me perdre dans les étals de vêtements, de chaussures, de pagnes, de nourriture, d’ustensiles de cuisine. 

J’y suis allée pour voir de multiples visages. Visage dépité parce qu’on attend désespérement des clients, visage heureux parce qu’on vient de faire une bonne affaire, visage irrité parce que le commerçant refuse de baisser les prix. 

Le marché est très grand. En faire le tour épuise mais ça en vaut la peine. 

makola-market

 

9. A Labadi Beach, tu te détendras

L’entrée est payante (5 ghana cedis, environ 1 euro) Cet endroit est une grande bouffée d’air frais. J’y suis allée le matin et il n’ y avait pas grand monde. L’endroit était tellement paisible que j’ai poussé la chansonnette 😀  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai aussi assisté à un joli spectacle. Des pêcheurs aidés par des visiteurs sur la plage chantant pour se motiver. J’espère qu’ils ont pu prendre de gros poissons.

pecheurs-a-la-plage

10. Accra by night, tu feras

Un sympathique ami m’a fait d’abord fait découvrir le Honeysuckle, un pub situé à Osu au décor assez british. Le pub est fumeur, c’est assez délicat quand on ne supporte pas la fumée. 

Résultat de recherche d'images pour "honeysuckle accra"

J’ai pris un virgin colada qui a coûté 21 ghana cedis et nous avons mangé dix-huit ailes de poulet épicées à 48 ghana cedis. C’était un vrai régal.

virgin-colada-honeysuckle-accra

La soirée étant loin d’être terminée, nous sommés allés à Afrikiko, un superbe endroit à quelques mètres de l’ambassade de France où vous trouverez plusieurs restaurants et cafés :  Thai Islands, Tam-tam, Toros Tapas Bar… Vous pouvez vous installer au jardin ou en salle. Il y a aussi de la musique live, des soirées salsa et kizomba ! Je me suis régalée. 

Au bar, j’ai pris encore pris un cocktail non alcoolisé. 😉

afrikiko-cocktail-accra

 

Le tour d’Accra est terminé. Place au portrait chinois de la ville.

portrait-chinois-1

Si Accra était un type d’art ?

La musique. D’ailleurs, j’ai voyagé en car d’Elubo à Accra et le chauffeur avait un joli grain de voix. 

Si Accra était une couleur ?

Le vert, couleur du dollar américain. Les ghanééns sont de vrais businessmen. 

 

Si Accra était un personnage Disney ?

Dr. Facilier de « LA PRINCESSE ET LA GRENOUILLE ». Sa principale motivation est l’argent. 😛

 

 

Si Accra était un moyen de communication ?

La radio. 

Si Accra était un instrument de musique ?

Le Ghana étant très traditionaliste, Accra serait un kpanlogo, un tambour originaire d’Accra.

 

Si Accra était un signe de ponctuation ?

Les points de suspension.

Si Accra était une partie du corps humain ?

Ce serait le pied. Accra est une ville qui bouge, plusieurs commerçants font des kilomètres à pied pour vendre leurs marchandises : chips de banane, chaussettes…

Si Accra était un type de nage ?

Le crawl.

Si Accra était un des 7 péchés capitaux ?

La gourmandise.

Si Accra était une forme géométrique ?

Un carré.

Si Accra était un épice ?

Le safran.

Si Accra était une viennoiserie ?

Le pain sucré. C’est le pain ghanéen. Il y a plusieurs variétés. A Accra, il  y a rarement des baguettes. Pour votre petit déjeuner, il faudra vous contenter des pains sucrés. 

A très bientôt les amis pour une autre visite de capitale africaine !

fleur v1

 

Publié dans Périple

Africa Tour Challenge -168 heures à Dakar

Vivre c’est partir.

Vivre c’est rêver.

Vivre c’est être curieux, découvrir.

Vivre c’est voyager.

le-voyage-cest-la-part-du-reve-2

Je rêve depuis quelques années  de connaître un peu plus mon continent africain, l’Afrique subsaharienne en particulier. Cette année, j’ai eu l’occasion de réaliser mon rêve. J’ai passé une semaine à 2400 km de chez moi dans la ville de…

Dakar

 

Mon périple a commencé un lundi. Convoquée une heure plus tôt pour l’enregistrement, j’ai dû patienter. L’attente a été plus ou moins difficile, j’avais hâte de découvrir Dakar, de voir en vrai ce que les photographies sur Google relatent.

En attendant d’embarquer, je lis, j’imagine, je rêve ma semaine à Dakar. C’est avec grand plaisir que je rejoins l’avion d’Air Côte d’Ivoire. C’est la première fois que je voyage avec la compagnie nationale et j’ai beaucoup aimé. Je suis fan de leur slogan ❤ ❤ ❤

 

 

Après deux heures de vol, je suis enfin à Dakar. J’inspire un grand coup à ma sortie de l’aéroport. Il fait froid à Dakar, ça change de la grande chaleur à Abidjan. Je me dirige vers la gare de taxis. Ma charmante amie chez qui je dois séjourner habite à la Medina. La course doit faire 3000 ou 3500 francs CFA (environ 5 euros) m’a t-elle dit. C’est cette somme que je dis au chauffeur de taxi mais il ne démord pas, la course fait 5000 francs CFA. Il passe le mot à ses collègues. Ne parlant pas wolof, je ne peux pas aller bien loin dans les négociations. J’accepte de payer 4000 francs CFA, ma première dépense à Dakar. 

Le paysage défile, j’ouvre grand les yeux, regarde chaque visage, chaque bâtiment. Medina est visiblement bien loin de l’aéroport. Après une vingtaine de minutes de trajet, je suis à Medina, un quartier populaire qui me fait penser à Treichville, l’une des communes d’Abidjan. 

Je m’installe chez ma généreuse amie et dans ma tête se peaufine l’agenda de mon circuit touristique, les choses sérieuses peuvent commencer. 

J’ai bougé, j’ai visité, j’ai admiré les merveilles de la nature, les réalisations des hommes.

Si un jour, vous arrivez à Dakar, voici les 10 commandements qu’il vous faudra respecter

les-10-commandements-du-touriste

 

 

1. Ton sac et ton porte-monnaie, tu protégeras.

Je n’ai pas été volée mais bon on ne sait jamais, des esprits mal intentionnés peuvent se réveiller alors on fait attention à ses affaires quand on est dans des lieux publics.

 

2. Le monument de la renaissance africaine, tu visiteras

monument-de-la-renaissance-africaine

Le Monument de la Renaissance africaine est un monument de 52 mètres en bronze et cuivre à Ouakam, une commune de Dakar, sur l’une des deux collines volcaniques qui surplombent la capitale sénégalaise, les Mamelles, la plus haute portant déjà le phare des Mamelles.

Le monument représente un couple et son enfant, l’homme portant son enfant sur son biceps et tenant sa femme par la taille, « une Afrique sortant des entrailles de la terre, quittant l’obscurantisme pour aller vers la lumière ».

Le monument est tourné géographiquement vers la statue de la liberté.

monument-de-la-renaissance-africaine-message-wade

monument-vu-den-bas
Monument  de la renaissance vu d’en bas

 

 

monument-de-la-renaissance-vue-de-dos
monument vu de dos

 

A l’intérieur du monument, il y a un agréable musée que j’ai pris plaisir à visiter. La visite simple du musée jusqu’au 3e étage coûte 1000 francs CFA et celle du 15e étage coûte 3000 francs CFA. 

Un super guide vous donnera les moindres détails du monument, il vous fera visiter la salon authentique africain où le président Abdoulaye Wade a reçu les invités officiels lors de l’inauguration du monument, la salle est agrémentée de jolies œuvres d’art, dons de pays d’Afrique comme la Côte d’Ivoire, le Ghana. 

monument-salle-de-reception

Au 3e étage, vous prendrez plaisir à voir la sociosculpture réalisée par l’artiste Djibril Goudiaby. Ces sculptures représentent d’une part la diversité culturelle du Sénégal à travers les différentes ethnies qui le composent et d’autre part les hommes du futur qui sont très loin des robots. 

 

En quittant le monument, que vos pas se portent vers la boutique de souvenirs ou les boutiques des artisans. Achetez-vous des bracelets, colliers, sacs…

3. Le marché de sandaga, tu verras de loin

Ce marché est dans le quartier du Plateau. Les vendeurs sont assez agressifs. Une fois arrivée, je n’avais qu’une envie : repartir. Privilégiez les marchés de quartier comme HLM si vous voulez acheter des boubous par exemple. A Sandaga, ils sont assez chers.

Mettez-vous très loin, prenez une photo pour dire que vous y êtes passés et continuez votre visite du Plateau. Passez devant la Présidence où on ne peut malheureusement plus faire de photos. Faites également un tour à la cathédrale.  

 

4. A la galerie Antenna, tu marqueras un arrêt

Si vous avez une âme d’artiste, faites un tour à la galerie Antenna située dans le quartier du Plateau. On y trouve une grande quantité d’objets variés, anciens et récents, peintures modernes, masques et statuettes, bijoux et bibelots. C’est hyper beau à regarder. 

5. Des inconnus qui te proposeront de venir voir leurs oeuvres d’art, tu éviteras

Lors de ma promenade au Plateau, j’ai rencontré un sénégalais qui s’appelait Paco et qui m’a suggéré de juste venir voir ses oeuvres d’art. Il insistait tellement que j’ai accepté. Il m’a menée vers un magasin où l’on vendait des sacs en tissu africain, des accessoires qui étaient très jolis soit dit en passant. Il m’a ensuite proposé d’être mon guide pour ma visite du Plateau. C’est gratuit m’a-t-il dit. « Ce n’est pas l’argent qui compte mais l’art des gens. » Belle phrase qu’il a certainement dû oublier à la fin de la visite de la cathédrale et du marché de Sandaga puisqu’il m’a demandé des sous. Je lui ai remis 500 francs CFA (moins d’un euro) pour son plus grand bonheur 😛

6. A la plage, tu te perdras.

La plage non loin du Sea Plaza (un centre commercial) est magnifique et il y a une salle de sport en plein air. J’ai beaucoup aimé le concept. 

plage-dakar-faire-du-sport

J’ai aimé me perdre dans le bleu de cette plage bien entretenue avec ces rochers. Un endroit idéal pour faire le vide, respirer l’air pur, s’extasier devant la beauté de la nature.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7. Du passé esclavagiste, tu te souviendras

C’est un gâchis d’être à Dakar et de ne pas aller sur l’île de Gorée, l’île-mémoire. Marcher sur la terre de ceux qui ont été privés de leur dignité, vendus comme du simple bétail, ceux qui ont douloureusement fait le chemin du non -retour.

J’ai été émue de visiter chaque recoin de cette île surtout la maison des esclaves et qui rappelle l’un des plus grands crimes contre l’humanité. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

goree-la-porte-de-non-retour
Les esclaves embarquaient à cette porte. Franchir cette porte signifiait le déracinement, l’éloignement définitif, la séparation. Cette porte est appelée la porte de non retour 

 

goree maison des esclavagistes.jpg
la cuisine des marchands d’esclaves.  C’est révoltant de voir qu’au dessus de l’horreur, des hommes vivaient la belle vie. Comment peut-on vivre au-dessus de gens que l’on fait souffrir ?

 

Le village tout entier est à visiter. C’est encore mieux si vous avez un guide pour vous expliquer l’histoire de cette île. Ils vous aborderont dans le bateau qui mène à Gorée ou à votre descente du bateau. Il est préférable de les choisir, avec les guides de la commune, vous paierez 8000 francs CFA. Moi, j’ai donné la moitié à mon sympathique guide 🙂

La visite dure environ une heure. Les ruelles du village de Gorée sont magnifiques. Les couleurs des façades des maisons sont chatoyantes : rouge, rouge-orangé, jaune, rose. La diversité de son architecture provient de la domination de l’île par les portugais, hollandais, français et anglais.

Promenez-vous et tombez sous le charme des palmiers, baobabs, bougainvillées et hibiscus. Découvrez le Musée historique qui expose des objets de la préhistoire africaine, l’Église Saint-Charles-Borromée, l’ancienne École William-Ponty, l’une des plus anciennes mosquées en pierre du Sénégal, l’ancien palais du Gouverneur.

La promenade peut se poursuivre jusqu’au plateau du Castel, la partie la plus élevée de l’île, qui offre une vue panoramique sur la mer et sur la ville de Dakar. Les vieux canons pointés vers la mer rappellent la présence coloniale dans l’île.

 

 

 

Faites un tour à la plage et quand la faim commencera à vous oppresser, privilégiez les restaurants un peu à l’écart de la plage. 

J’ai mangé dans l’un des restaurants qui font face au débarcadère et j’ai eu droit à un yassa au poulet dont le riz était froid. Heureusement que mon bissap était bon. 

De plus, je n’étais pas très détendue durant mon déjeuner. Je n’aime pas les chats et ils n’arrêtaient pas de venir quémander la nourriture. 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

8. Au Lac Retba, tu t’émerveilleras

Je ne sais pas pour vous mais je crois fermement que la nature ne s’est pas faite elle-même, qu’il y a un être extrêmement doué derrière tout ça. Je lui ai exprimé mon admiration quand je suis arrivée au lac rose. 

Le lac Rose, de son vrai nom lac Retba doit sa renommée à la teinte originale et changeante de son eau. 

Il est difficile à atteindre pour ceux qui n’ont pas de voiture. J’ai loué un taxi de Medina qui m’a menée jusque-là moyennant un tarif de 20000 francs CFA (environ 30 euros) sans compter les péages. Le chauffeur a été très sympathique, d’autres chauffeurs contactés me demandaient au moins 30000 francs CFA. 

La couleur du lac est due à une cyanobactérie, organisme microscopique qui fabrique, surtout par temps de vent sec, un pigment rouge pour résister à la concentration de sel. C’est vraiment impressionnant.

En février, il fait froid, j’ai eu beaucoup de chance que le lac soit rose parce qu’il ne l’est que lorsqu’il fait vraiment chaud. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

9. Au Bideew, tu te rafraîchiras, à L’endroit, tu mangeras et te divertiras

Le Bideew est situé dans le jardin du Centre Culturel Français de Dakar. C’est un restaurant très calme où vous pourriez vous détendre après une longue visite du quartier du Plateau.

J’ai dégusté une crème caramel. Le voyage gustatif m’a coûté 2500 francs CFA (environ 4 euros)

creme-caramel-restaurant

 

L’endroit, restaurant situé sur le VDN, on mange bien même si le service tarde un peu. Il y a également de la très bonne musique live. Mon goût et mon ouie ont passé un bon moment. 

restaurant-dakar

 

10. Tu ne quitteras pas Dakar sans aller à Marina Bay.

Ce cadre magnifique est une petite plage aménagée. Vous pourriez profiter du restaurant, de la piscine. C’est l’endroit idéal pour ne pas se soucier du temps qui passe.

 

Résultat de recherche d'images pour "marina bay dakar"

 

Maintenant que vous avez vos 10 commandements en poche, et si je vous montrais le portrait chinois de cette belle ville ?

 

portrait-chinois-1

 

 

Si Dakar était un type d’art ?

La peinture. Je pense aux tableaux vus à Gorée et faits avec différents sables venant de toutes les contrées du Sénégal.

Si Dakar était une couleur ?

Le bleu pour les belles mers, la fraîcheur, le calme ressenti en parcourant les artères de la ville.  

 

Si Dakar était un genre musical ?

L’ethno-jazz qui s’inspire des musiques du monde.

 

Si j’étais un signe de ponctuation ?

Le point d’exclamation. Il y a tant de raisons de s’exclamer à Dakar : la nature par exemple ou encore lorsque le chauffeur de taxi nous annonce un montant exorbitant. 

Si Dakar était un prix littéraire ?

Le Prix Senghor.

Si Dakar était une planète ?

Mars.

 

Si Dakar était un des 7 péchés capitaux ?

L’avarice 😛

 

Si Dakar était un des cinq sens ?

La vue pour capter tous les endroits magnifiques.

Si Dakar était une pièce de la maison ?

Le balcon pour le grand bol d’air frais, le calme, la relaxation. Et du balcon, on a un oeil sur l’extérieur. 

 

Si Dakar était un parfum ?

Opium d’Yves Saint Laurent. Dakar séduit. 

 

Si Dakar était un épice ?

Ce serait le gingembre. Plein de fraîcheur et doux à la fois.

Si Dakar était une variété de café ?

L’arabica. Doux qui se distingue par sa finesse.

 

Si Dakar était une boisson sans alcool ?

Lipton Ice Tea saveur citron vert- menthe. Toujours pour la frâicheur ressentie à Dakar. 

J’espère que vous avez apprécié l’escapade. Avez-vous voyagé récemment ? Où étiez-vous ?

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

Throwback Thursday Livresque #11 Océan, montagnes ou grand air

Print

Voici le Throwback Thursday Livresque ! Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres !

Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

Le thème de cette semaine est : Océan, montagnes ou grand air

augrandair

J’ai failli passer mon tour mais je me suis souvenue d’un beau livre qui évoquait l’océan Atlantique : Celles qui attendent 

Résultat de recherche d'images pour "celles qui attendent"

Résumé 

Arame et Bougna, mères de Lamine et Issa, clandestins partis pour l’Europe, ne comptaient plus leurs printemps ; chacune était la sentinelle vouée et dévouée à la sauvegarde des siens, le pilier qui tenait la demeure sur les galeries creusées par l’absence.

Coumba et Daba, jeunes épouses des deux émigrés, humaient leurs premières roses : assoiffées d’amour, d’avenir et de modernité, elles s’étaient lancées, sans réserve, sur une piste du bonheur devenue peu à peu leur chemin de croix.

La vie n’attend pas les absents : les amours varient, les secrets de famille affleurent, les petites et grandes trahisons alimentent la chronique sociale et déterminent la nature des retrouvailles. Le visage qu’on retrouve n’est pas forcément celui qu’on attendait…

 

Dans ce roman qui a pour thème central l’émigration, les voix de celles qui attendent quelque part en Afrique un homme, un mari, un fils parti à l’aventure pour l’Europe s’expriment. De jeunes sénégalais qui bravent l’Atlantique pour rejoindre l’Espagne, pour sombrer ensuite dans la clandestinité.

 

Le livre est plein d’émotions fortes. Fatou Diome nous décrit avec délicatesse l’attente cruelle, l’attente qui blesse, l’attente qui dévore. Elle décrit le fonctionnement de la communauté sénégalaise, l’illusion de l’eldorado européen, la vanité du paraître, l’amour, les sacrifices perpétuels des femmes. Son écriture est lumineuse, limpide. Les personnages sont vivants, difficiles de les effacer de la mémoire après la lecture. 
 

Issa savoura son effet. Il n’avait pas bien préparé son discours, mais le mot Europe fut son meilleur talisman. La fiancée, subjuguée, acquiesça de tout son coeur. Amoureuse et pleine d’espoir, Coumba ne sentit pas les mains calleuses du pêcheur fauché lui gratter les joues en essuyant ses larmes de joie. Elle se voyait déjà, princesse rayonnante, un soir de couronnement, parée de ses plus beaux atours, accueillant son amoureux, de retour d’Europe et riche à millions.

Les coups de fil s’étaient largement espacés. Les femmes accusèrent le coup. Mais on finit toujours par s’inventer une manière de faire face à l’absence. Au début, on compte les jours puis les semaines, enfin les mois. Advient inévitablement le moment où l’on se résout à admettre que le décompte se fera en années; alors on commence à ne plus compter du tout. Si l’oubli ne guérit pas la plaie, il permet au moins de ne pas la gratter en permanence. N’en déplaise aux voyageurs, ceux qui restent sont obligés de les tuer, symboliquement, pour survivre à l’abandon. Partir c’est mourir au présent de ceux qui demeurent.

 

 

On relate, on discourt, on commente avec tant d’emphase la pénibilité de l’accouchement, qui n’est jamais qu’une douleur éphémère. Mais nul ne songe à prévenir les futures mères de leur carrière de veilleuses de nuit, qui démarre avec les premières tétées nocturnes et dure toute la vie. Enfanter, c’est ajouter une fibre de vigile à notre instinct naturel de survie.

 

Outre leur rôle d’épouse et de mère, elles devaient souvent combler les défaillances du père de famille, remplacer le fils prodigue et incarner toute l’espérance des leurs. De toute façon, c’est toujours à la maman que les enfants réclament à manger. Féminisme ou pas, nourrir reste une astreinte réservée aux femmes. Ainsi, dans certains endroits du globe, là où les hommes ont renoncé à la chasse et gagnent à peine leur vie, la gamelle des petits est souvent remplie de sacrifices maternels.

 

Il n’est pas vrai que les enfants ont besoin de leurs père et mère pour grandir. Ils ont seulement besoin de celui qui est là, de son amour plein et entier.

Ceux qui nous oublient nous assassinent

Et vous, quel livre proposeriez-vous pour ce thème ? 

GM signature

Publié dans Panaché

Top Ten Tuesday 4 : Les 10 histoires d’amour aux couples inspirants

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog Frogzine.

Résultat de recherche d'images pour

Le thème de cette semaine est  : Les 10 romances ou histoires d’amour dont les couples sont inspirants ou touchants

Voici donc mon Top 10

1.  Le couple Amaka et Guy Collins, mes amoureux de toujours, héros du thriller Lagos Lady de Leye Adenle. Ils m’ont inspirée la passion. C’est mon conte de fée moderne.

Résultat de recherche d'images pour

2.  Maria et Ralf dans Onze minutes de Paulo Coelho. Le couple est un apprivoisement. On apprend à se connaître et à connaître l’autre. On fait un chemin de découverte ensemble.

Résultat de recherche d'images

3.  Kenza et Thierry Adou dans COEURS PIEGES

Thierry Adou est un beau ténébreux comme je les appelle. J’ai jalousé Kenza, j’aurais tout donné à l’époque pour être à sa place.  

 

Résultat de recherche d'images pour

4.  Georges et Tanydia, dans Folie d’une nuit. Georges, l’homme dur en apparence mais si tendre, si protecteur. 

5.  Caroline et Jean-Philippe dans Le Pari de l’amour. L’amour excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout

Le pari de l'amour

6.  Adonis et Isidora dans Symphonie et Lumière. Quand on aime, on le montre. Quand on aime, on s’entête à avoir l’autre près de soi pour le rendre heureux. 

Symphonie et lumière

7.  Reis et Colombe dans Blind Choice. Ils m’ont appris qu’il ne faut jamais se précipiter en amour au risque de laisser passer la bonne personne. L’amour exige de la patience.

Vous pourrez lire cette histoire gratuitement sur la page Facebook de Mensonge enfoui dans le secret du coeur.

L’image contient peut-être : 2 personnes

8. Amalia et Maurice dans Venir d’en bas. La vie de couple a des hauts et des bas, il y a des jours sans et des jours avec. Vous pourrez lire cette histoire gratuitement sur la page Facebook de Mady Remanda : les déboires amoureux de Mady.

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, mariage et plein air

9. Ulrich et Amandine dans Ma femme. Ce couple m’a montré qu’une histoire d’amour peut très mal commencer et bien se terminer. L’amour dit toujours son dernier mot. Vous pourrez lire cette histoire gratuitement sur la page Facebook Les péripéties de Louise. Le style d’écriture n’est pas très raffiné mais l’histoire est plaisante. 

L’image contient peut-être : 1 personne, assis

10.  Nathéo et Célia dans A comme… Cet homme et cette femme qui font ressortir le meilleur de l’autre. Vous pourrez lire cette histoire gratuitement sur la page Facebook Une Rencontre, un désir, une destinée

L’image contient peut-être : une personne ou plus, arbre, plein air et texte

Et vous quel est votre top 10 des romances ?

fleur v1

Publié dans Panaché

Throwback Thursday Livresque #7 – Années 90, année rebelle

Print

Le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous livresque initié par BettieRose Books.

Le but est de parler d’une « ancienne » lecture (pas la toute dernière ou l’actuelle) autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Le thème de cette semaine est : années 80 ou années 90 (date d’écriture ou date de l’action)

backto8090

Très contente que Betty ait validé mon thème !!!

 

J’ai décidé de vous présenter un roman écrit en 1998 dont je suis fière d’avoir un exemplaire

 

Résultat de recherche d'images pour "rebelle fatou keita"

 

Résumé 

Enlevée par les frères du vieux Sando à qui on l’avait mariée de force il y a vingt ans, Malimouna avait fui son mari. Aujourd’hui, bien qu’adulte et mariée par amour à Karim, la tradition l’oblige à rejoindre son véritable époux de gré ou de force dans son village de Boritouni. Cet événement permet à Malimouna de regarder dans le rétroviseur pour faire la rétrospective de sa vie. Une existence de femme rebelle. Rebelle contre l’excision, le mariage forcé, la polygamie, l’infidélité conjugale, le racisme qui minent les mariages interraciaux, la violence sur les femmes. Tous ces maux qui entravent l’épanouissement des femmes.

Le pays d’où vient Malimouna est imaginaire. C’est quelque part en Afrique. 

Rebelle est un livre courageux, un roman féministe qui porte haut la voix des femmes. Là où les femmes se taisent, Fatou Keita à travers Malimouna crie à gorge déployée pour dénoncer les maux de femmes. Ceux qu’on excuse…  Rebelle est un roman qui dénonce les traditions qui font du mal à la femme.

Le parcours initiatique de Malimouna rappelle tous les combats de la femme : la lutte contre les discriminations, les idées reçues et les violences perpétrées contre des millions de femmes corvéables ; la lutte pour l’égalité, la liberté, l’indépendance, la justice, l’accès à l’instruction.

J’ai admiré la force de Malimouna qui n’hésite pas à dire non. Elle prend des coups, les rend autant que possible avec diplomatie. J’ai beaucoup aimé sa relation avec Philippe, à l’époque, j’étais une grande fan des couples mixtes 😀

Les nombreuses thématiques développées font de Rebelle, un roman complet. Ce roman est révoltant, touchant, plein de sensibilité. On n’en sort pas indemne de cette histoire. 

Et vous, quel livre proposeriez-vous pour ce thème ? 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Revue cinéma

THE CEO, un film de Kunle Afolayan divertissant mais…

Quand j’ai moins de livres à lire, je regarde des films. La semaine dernière pour célébrer la présence d’une amie en vacances à Abidjan et soutenir le cinéma africain, j’ai regardé THE CEO, un film de Kunle  Afolayan, producteur nigérian. Ce film regroupe des acteurs de plusieurs nationalités : kenyane, haïtienne, nigériane, béninoise, ivoirienne, sud-africain, marocaine.

Résultat de recherche d'images pour

SYNOPSIS

Transwire communication, société de téléphonie mondiale, est l’opérateur leader au nigéria. Le DG, un expatrié à la retraite, décide d’envoyer cinq cadres suivre un cours de leadership dans une station balnéaire.
Cette escapade est organisée dans le but de désigner le nouveau Président Directeur Général de la société : THE CEO.
Le formateur, le mystérieux Dr Amet Zimmerman, commence le cours en invitant les dirigeants à se livrer à une partie de jeu de chaises musicales d’enfant afin d’étudier leur mode opératoire. Complot et trahison prennent le dessus. Un cadavre est retrouvé le lendemain matin, « mort par accident ». Un par un, chaque candidat commence à être éliminé, jusqu’à ce qu’il n’y en reste que deux.

mon-avis-de-lecture

Je suis restée sur ma faim avec THE CEO. Avec le trailer et le synopsis, je m’attendais à être fortement impressionnée tant par la technique du film que par l’intrigue mais mes attentes sont restées insatisfaites.

Il y a eu un réel travail dans la réalisation du film, rien à voir avec les films nollywoodiens que je regarde sur Youtube. J’ai apprécié le choix des musiques, les costumes qui sont un bel hommage à la mode africaine. Le cadrage était excellent, les fondus également. J’ai apprécié que les bons côtés de l’Afrique soient mis en avant.

Le casting a aussi été excellent. J’ai énormément admiré :

  • Riikard (Nico Panagio), le winner. Il est là pour gagner et cela se sent dans sa gestuelle, son attitude. J’ai aimé son arrogance, sa détermination, son franc parler et son sex appeal. Ce mec est du chocolat blanc !

Résultat de recherche d'images pour

  • Kola (Wale Ojo), le playboy, le bon confident, le leader qui ne se met pas en avant. Il a joué son rôle à la perfection.

Résultat de recherche d'images pour

  • Dr. Zimmerman (Angelique Kidjo) a parfaitement joué son rôle. Qui aurait cru que la diva jouerait aussi bien qu’elle chante ! J’ai aimé son sang froid, son charisme.

Résultat de recherche d'images pour

  • La surintendante Ebenezer (Hilda Dokubo). Elle a joué le rôle d’un vieux policier qui avait été dans le rôle pendant plus de deux décennies et elle n’était même pas habitué à un ordinateur, mais préférait la vieille machine à écrire. Elle apporte une touche d’humour et de fraîcheur à ce décor si sombre.

Résultat de recherche d'images pour

Les autres acteurs principaux comme Eloise (Aurelie Eliam) et Yasmin (Fatym Layachi) qui m’ont moyennement convaincue.

THE CEO est une histoire d’ambition, de pouvoir, de corruption pour la protection des intérêts dans une Afrique moderne. Chaque prétendant au poste de CEO avait un squelette dans le cadavre. J’ai apprécié l’originalité de l’intrigue et le suspense qui l’accompagne. Choisir le CEO d’une entreprise de télécommunications en organisant un jeu de chaises musicales, il fallait la trouver l’idée.

L’intrigue était bonne mais elle a fini par s’écrouler. Le suspense, le frisson se sont mués en incompréhension.

J’ai trouvé que certains secrets honteux n’étaient pas très recherchés.

Certaines scènes n’étaient pas strictement nécessaires comme celle du Maroc où un frère de l’un des cadres a été appelé au téléphone. On aurait pu se contenter d’entendre la voix du frère.

J’ai eu un grand moment de solitude à la fin du film. J’ai eu l’impression d’avoir assisté à un cours de physique quantique. J’ai été agréablement surprise que le tueur ne soit pas celui auquel je pensais mais je n’ai absolument pas compris ses intentions qui motivaient les meurtres.

Je n’ai pas non plus compris l’intervention des chinois. Bref ! La fin m’a laissée perplexe.

Pour moi, THE CEO mérite bien un

Image associée

Avez-vous vu ce film ? Qu’en avez-vous pensé ?

 fleur v1
Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Mémoire d’une tombe : la légende d’une révolution

Résultat de recherche d'images pour "mémoire d'une tombe"

Il y a des livres que je lis pour m’évader, côtoyer l’inconnu.

Il y a des livres que je lis pour mieux écrire,  Mémoire d’une tombe fait partie de ceux-là.

J’ai choisi de lire ce livre parce qu’il a reçu en 2009 un prix et pas n’importe lequel, le Prix Ivoire créé en 2007 par quatre amoureux du livre, Isabelle Kassi Fofana, Henry N’Koumo, N’Dohou Luisiano et Asta Sidibé.

Tiburce Koffi, brillant narrateur, vous invite à assister à une vision en quatre moments dramatiques.

Venez, n’ayez pas peur, asseyez-vous autour du feu, ouvrez grand vos oreilles, écoutez la légende de Sama Toé, Kansar Tabaldé, Ilboudo Kassiérou, Bélem Kakoudi, Sombo Jean-Benoît, ces amis de lycée  devenus les leaders d’une nation fragile.  

Ouvrez grand vos yeux et contemplez la métarmorphose de Yalêklo, l’un des pays les plus pauvres du monde, à la sueur du travail et du sang.

Venez, voyez comment l’amitié est sacrifiée à l’autel du pouvoir. 

mon-avis-de-lecture

1er chapitre du livre  : je rencontre 4 camarades, membres  du Conseil des chefs historiques de la Révolution du 23 mars 1980. Ils font le bilan critique de cette grande révolution, annoncent une rectification, fortement désapprouvée par l’un des camarades qui semble être le chef, le président de la République. Le parfum âcre de la conspiration se répand lentement. Le narrateur annonce une histoire belle mais sale. Je suis hypnotisée par les notes sombres et enivrantes du djomolo (instrument de musique), emportée par sa poésie et l’art rhétorique du narrateur. 

Avec ses « mots-musique,  mots-couleurs, mots-voyants », il me plonge dans l’univers de Sama Toé, jeune élève studieux, réservé, bon sportif et encadré par le professeur Prévost, ce « Monsieur Afrique » qui a vécu plus de 30 ans sur le continent. Je rencontre également, Kansar, l’âme frère de Sama, la coqueluche du lycée.

Ces jeunes hommes obtiennent leur BAC, partent étudier en Côte d’Ivoire. Après la licence, ils choisissent d’aller à l’Armée à Bouaké. Ilboudo et Bélem épousent leur choix. Grâce à eux, je découvre avec enchantement le portrait de mon pays dans les années 80. 

Les jeunes militaires partent pour un stage d’un an à Cuba. Là, ils suivent des cours d’idéologie qui virent à de l’endoctrinement.

« Le rôle de l’armée, c’est de se battre aux côtés du peuple pour prendre le pouvoir ou le conserver, quand c’est elle qui le détient »

L’oeuvre devient un ouvrage didactique, me permet d’en savoir plus sur l’idéologie marxiste, le communisme, le révolutionnaire Che Guevara . J’apprécie la satire de la politique africaine, les réflexions sur le modèle économique de l’Afrique, les causes de notre retard en commençant par le mauvais business qu’ont fait nos ancêtres lors de la traite négrière . 

Aucun texte alternatif disponible.

 

memoire-dune-tombe

En Afrique, avait constaté Sama, le temps était gelé, distrait, corrompu, élastique à souhait : le temps des funérailles, longues, éprouvantes, dépensières et ruineuses, le temps de la sieste, le temps des mariages, le temps des ragots. Il manquait le temps de l’investissement.

A Yalêklo, l’égoisme pompeux du président rédempteur Hassadé Mohane révolte Sombo, ami de lycée de Sama et Toé. Devenu journaliste, il devient un fervent activiste.  Kansar le militaire concocte avec ses amis, une révolution inspirée des idéologies marxistes. ils veulent changer la destinée de leur pays, relever le challenge d’une révolution réussie en Afrique. Ils y arrivent avec de la détermination et… 

Sama Toé devient le leader, le président de la République , le camarade n°1. Sama est un rêveur actif. Il rêve d’une terre où la nation n’est pas un concept, il rêve d’indépendance économique. Il instaure avec ses camarades dirigeants de nouvelles lois. Le travail devient la première religion du pays. Le pays arbore un nouveau visage…

…Mais le règne de Sama devient trop bruyant. Il y a trop d’interdits, trop de dérives, des fissures qui laissent entrer le lézard. La soif de pouvoir s’empare de l’un des camarades dirigeants…

J’ai eu un pincement au coeur à la fin de l’histoire. Elle m’a persuadé d’une chose : m’éloigner de la politique. 

Mémoire d’une tombe est un coup de coeur. J’ai aimé la saveur des mots, des dialogues. J’ai aimé le mystère qui accompagne certains faits. Tiburce Koffi est un virtuose de la narration. 

 Par contre je l’ai trouvé hyper long (514 pages !) avec des détails dont j’aurais pu me passer comme la collection discographique du père mais…

ça n’altère pas la haute qualité du récit. J’espère que ce livre fera partie de vos dernières lectures de 2016 ou encore des premières de 2017. 

 

lauteur

 

Tiburce Koffi est un écrivain, dramaturge et journaliste ivoirien né en 1955 à Bouaké. Il a animé une émission littéraire sur la RTI, chaine de télévision ivoirienne nationale.

Il a obtenu le Grand Prix RFI du théâtre radiophonique Gabriel Germinet en 1996 pour « Le Paradis infernal ». Il est l’auteur de nombreuses autres pièces de théatre très populaire, de romans, d’un recueil de nouvelles et un essai sur les dérives dans son pays.

 

Voici les autres ouvrages finalistes du Prix Ivoire 2009

  1. Sinaga le cheval sans papiers, littérature pour enfant, Vents d’ailleurs, 2008, 28 pages de Muriel Diallo,
  2. A la poursuite de l’homme de pierre, roman, éd. Présence Africaine, 2009, 28 pages de Stéphane Kalou ;
  3. Le retour de l’enfant soldat, littérature de jeunesse (récit), éd. Valesse, 2009, 102 pages, de François d’Assise
  4. L’héritier, roman, éd. Vents d’Ailleurs, 2009, 146 pages, de Sayouba Traoré

 

Les avez-vous lus ? 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

Ma bibliothèque de rêve, elle sera au…

73877975

Voici un TAG original que j’ai vu sur le blog d’Alouqua qui avait chroniqué Chimères de verre. Elle l’a vu chez My reading time with Kramik qui elle-même l’a vu sur un autre blog.

Ayant bien aimé les questions, j’ai décidé de me prêter au jeu. 

Avant d’avoir une bibliothèque, il faut avoir une maison (ou un appartement) où la mettre. Où serait la maison/l’appartement de tes rêves ?

Etant célibataire, j’aimerais avoir mon petit cocon à moi. Un appartement spacieux, lumineux, avec une décoration colorée et un balcon, situé dans un quartier calme m’irait très bien. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Maintenant que tu as la maison, où est la bibliothèque ?

Dans un coin aménagé du salon. Le salon est le cadre idéal de lecture pour moi. J’aimerais également que mes visiteurs puissent avoir accès à mes livres donc pas question de les mettre dans ma chambre.

 

coin-lecture
Source : Modern House

 

 

Quel type d’étagères utiliserais-tu ?

lafrique-ecrit

Une étagère avec la carte de l’Afrique.  L’Afrique étant le berceau de l’humanité, elle abritera mes lectures passées, présentes et à venir.

 

Cite trois meubles que tu voudrais absolument voir dans cette bibliothèque (en dehors des étagères bien sûr)

Une table basse où je pourrai poser un thé/limonade fraîche et des friandises ou un gros bol de popcorn.

Table basse Disk, en bois, diamètres 32, 38 et 44 cm, H 34, 44 et 48 cm, 349 euros, Habitat.

 

Un pouf rond tressé en rotin

Pouf rond tressé Bisho La Redoute Interieurs

 

Et un fauteuil de lecture que vous pourrez découvrir juste en bas 🙂

 

Quel serait LE fauteuil de lecture que tu voudrais absolument avoir ?

 

Le fauteuil rond pour me lover !!! 

 

Résultat de recherche d'images

 

Quel serait ton système de rangement idéal, si tu n’avais pas à te préoccuper de la pénibilité ?

Les livres seraient classés par année d’édition, par genre, par thème et par continent. Les livres que j’ai beaucoup aimés seront classés à droite et ceux que j’ai moins aimés à gauche. 

 

Quels sont tes indispensables pour égayer tes étagères ?

 

Des bocaux contenant mes citations préférées 

Résultat de recherche d'images
Source Etsy

 

Mes photos avec des auteurs

marguerite-abouet-et-grace-minlibe
Marguerite Abouet et moi

 

    Des bougies design 

Résultat de recherche d'images pour "bougies design"

 

 

Bougies design créatif
Source vivredemain.fr

 

 

Des cartes postales des pays que j’aurais visités. 

 

Résultat de recherche d'images pour "italie paysage"

 

 

Si ton budget était illimité, quel livre de luxe ajouterais-tu à tes étagères ?

Je n’y ai jamais pensé.

8

Je dirais  Un spectacle dans un fauteuil d’Alfred de MUSSET, mon poète préféré. Il coûte 523 euros.

 

Un spectacle dans un fauteuil,: MUSSET (Alfred de),

 

 

 

Qui est autorisé à rentrer dans ton antre ?

La lecture doit être partagée, accessible à tous. Je donnerai donc libre accès à ma bibliothèque originale. Je me délecterai des compliments qu’on lui fera. Je réconforterai tous ceux qui auraient envie d’être à ma place.

Bien entendu, je veille sur mes bijoux. Aucun livre ne passera la porte sans mon autorisation. 😀

 

Pour finir, lâche toi, décris en un paragraphe (ou plusieurs si tu es inspiré) la bibliothèque de tes rêves.

Un espace convivial et singulier qui incite à la lecture et au voyage vers l’inconnu. Une antre qui appelle à l’ouverture d’esprit, où le temps s’arrête, où l’on ne trouve que des livres inédits et des histoires bouleversantes.

 

Et vous ? Quelle est votre bibliothèque de rêve ? Faites-moi rêver. 

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

Le Prix Ivoire 2016 révèle la Martinique

04 Novembre 2016 – Heden Golf Hôtel, Abidjan Côte d’Ivoire

Les événements suivants ont eu lieu entre 20 heures et minuit…

J’ai eu l’immense honneur de faire partie des invités au dîner gala de la 9e edition du Prix Ivoire pour la littérature Africaine d’Expression Francophone parrainé par le Président de l’Assemblée Nationale, Soro Guillaume

Le Prix Ivoire est un prix littéraire créé en 2008 par l’association Akwaba Culture basée à Abidjan, et organisé avec le concours du Ministère ivoirien de la culture et de la francophonie.

Les invités d’honneur de cette 9e édition étaient Marguerite Abouet, écrivaine, scénariste et réalisatrice ivoirienne connue principalement pour sa bande dessinée Aya de Yopougon et Mbarek Ould  Beyrouk, écrivain mauritanien qui a reçu cette année le prix Kourouma pour son dernier roman Le Tambour des larmes. 

Parmi les 51 ouvrages en lice issus de 13 pays, cinq ont retenu l’attention du pré-jury composé de Michel Koffi, Serge Grah et Henri N’koumo, figures imposantes de l’environnement littéraire ivoirien.

Les ouvrages nominés étaient :

Après le discours introductif de la présidente de l’association Akwaba Culture, Mme Isabelle Kassi Fofana, Mme Amoakon, DG des éditions éburnie et M. Yedieti, DG de la librairie de France ont été faits membres d’honneur d’Akwaba Culture. Ils y retrouvent Messieurs Guillaume Soro et Maurice Bandaman, écrivain, ministre de la Culture et de la Francophonie .

En attendant patiemment que soit révélé le nom du lauréat, je me suis laissé bercer par les notes douces de L’orchestre de l’INSAAC, l’Institut National Supérieur des Arts et de l’Action Culturelle.

Puis vint le moment tant attendu…

« Le jury final, au terme de ses délibérations, a décerné UNE MENTION SPÉCIALE à un ouvrage de belle facture, porté par un auteur d’autant plus inspiré que le sujet qui fonde son livre est son propre père.

Cet ouvrage, c’est Mon royaume pour une guitare (édité chez Michel LAFON), de Kidi Bebey, du Cameroun.

Dans cette biographie bien singulière, écrite avec une main d’amour, Kidi Bebey tire le portrait de Francis Bebey, son père, avec une langue bien sentie.

Elle creuse dans sa vie comme un sculpteur arrache, à coups de burin, une forme à un bois fort solide. C’est que l’homme est, pour ainsi dire, massif…

Sous la conduire de Kidi Bebey, Francis le père, le mari, le frère, le journaliste, le musicien, le poète, est un homme qui s’ouvre dans la blancheur des pages et dans la coulée des mots qui le font vivre.

Il vient à nous, dans le regard fait de tendresse et d’admiration de sa fille. Il avance, aussi, sur les silences d’une mémoire parfois oublieuse, ou trop jeune pour avoir vécu des faits.

Il avance, bien droit, sur ses chemins à lui, le front haut, avec ses mots d’amour pour son Afrique où tout est à rêver, à créer, à construire…

Au terme de la lecture, le père n’est plus un père, mais un ami, un compagnon de route de l’auteur, un compagnon de rêves à réinventer constamment…

Félicitations à Kidi Bebey, pour ce bel ouvrage en hommage à Francis Bebey, l’une des grandes figures de la culture africaine.

A présent, passons au lauréat du Prix Ivoire 2016. Le jury a décerné le Prix Ivoire pour la Littérature Africaine d’Expression Francophone 2016 à un écrivain qui entre en littérature. En effet, l’œuvre primée est son tout premier roman. Derrière le déplacement d’un objet mystérieux dans l’épaisseur carnassière de la jungle, derrière l’agitation fiévreuse des personnages, l’auteur hurle tout son souffle pour appeler à la protection de la terre.
L’Amazonie, principal poumon de l’humanité – parce qu’elle réinvente constamment l’oxygène de la terre -, doit être protégée contre les agressions des loups et des mauvais anges. Il faut, pour la défendre efficacement, des combattants d’un nouveau genre.
Un rituel initiatique pour l’appropriation de ce combat impose la naissance d’enfants innombrables ; des enfants conçus depuis les entrailles de cette forêt, dans une atmosphère magique. Le cordon ombilical, parce qu’il relie l’individu et la terre où il a été conçu, est le maître-mot de ce combat. Pour l’auteur, l’Amazonie triomphante naîtra avec des filles et des fils unis, pour la vie, pour de vrai, à son nom. Des filles et des fils prêts à donner de la voix, pour sa protection.
La lauréate du Prix Ivoire 2016 est une récitante à grande voix et une écrivaine lumineuse. Elle donne du punch à chacun de ses personnages, avec une beauté pénétrante. Elle fait vivre la langue dans les muscles d’une poésie mature et une énergie hors bornes. Tout cela ajoute à la beauté des idées qu’elle défend. Le jury a été heureux de rencontrer cette auteure admirable, cette Amazone d’un nouveau genre qui, parce qu’elle nous parle d’oxygène pour l’humanité, nous invite à une passionnante lutte universelle.
Le Prix Ivoire pour la Littérature Africaine d’Expression Francophone 2016 est attribué à la romancière Maarijosé ALIE, de Martinique, pour son roman « Le Convoi », paru chez HC Editions. »

Extrait du discours du  Vice-Président du Jury, Foua Ernest de Saint Sauveur, écrivain, ancien président de l’Association des Ecrivains de Côte d’Ivoire

 

marijose-alie

vainqueur-prix-ivoire-2016

Mariejosé Alie, Prix Ivoire 2016 en compagnie de Serge Bilé, journaliste écrivain

 

La lauréate a reçu 1 million offert par la Librairie de France Groupe et un autre million offert par l’ambassade de France. Elle a également reçu du Partenaire officiel Orange, un téléphone de dernière génération offert par Orange à la lauréate ainsi qu’une recharge dont le montant ferait des jaloux. 

Journaliste et chanteuse également, la lauréate a poussé la chansonnette pour notre plus grand plaisir. Elle a interprété avec l’orchestre de l’INSAAC son single « Caressé mwen« 

Les allocutions du représentant du Président de l’Assemblée Nationale, M. Aka Aouelé, du Ministre de la Culture et de la Francophonie et de Myriam Senghor, représentante de l’OIF ont suivi ce doux moment musical. 

La fête fut belle. J’ai hâte d’être à la 10e édition. Qui sait, Chimères de verre sera peut-être parmi les ouvrages nominés 😀

Quelques photos de la soirée

entre-poetes

Grâce Minlibé et le Poète de l’Espoir

 

marguerite-abouet-et-grace-minlibe

Grâce Minlibé et Marguerite Abouet, l’invitée d’honneur du Prix Ivoire 2016

 

Montage créé avec bloggif

Grâce Minlibé dans toute sa splendeur

 

Montage créé avec bloggif

Le dîner consommé avec joie