Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 54 : Les cigognes sont immortelles

Le jeudi c’est Throwback Thursday Livresque ! Le thème de cette semaine est : Animal

Une belle occasion pour vous parler à nouveau de Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou mais une inspiration de dernière minute m’a poussé à interpréter le thème autrement. Pas un animal en tant que personnage principal du roman mais dans le titre. 

Le roman Les cigognes sont immortelles d’Alain Mabanckou lu en octobre dernier a été une évidence.

 

Couverture Les cigognes sont immortelles

Pointe-Noire, dans le quartier Voungou, la vie suit son cours. Autour de la parcelle familiale où il habite avec Maman Pauline et Papa Roger, le jeune collégien Michel a une réputation de rêveur. Mais les tracas du quotidien (argent égaré, retards et distractions, humeur variable des parents, mesquineries des voisins) vont bientôt être emportés par le vent de l’Histoire. En ce mois de mars 1977 qui devrait marquer l’arrivée de la petite saison des pluies, le camarade président Marien Ngouabi est brutalement assassiné à Brazzaville. Et cela ne sera pas sans conséquences pour le jeune Michel, qui fera alors, entre autres, l’apprentissage du mensonge.

 

Mon avis sur ce roman

Michel, notre narrateur principal n’est autre que le héros de Demain j’aurai vingt-ans du même auteur. Quel plaisir de retrouver ce petit Michel qui m’a fait retomber en enfance et qui a démontré à travers son récit combien l’amour, l’amitié et la famille sont si importants pour la construction d’une vie.

Dans les cigognes sont immortelles, nous le retrouvons quelques années plus tard. Michel est maintenant au collège et sa candeur est toujours intacte.

Le récit débute le samedi 19 mars 1977. Michel nous fait découvrir sa parcelle, ses voisins et leur mode de vie, la boutique de Mâ Moubobi, ses parents qui s’aiment et se chamaillent ainsi que son chien Mboua Mabé qui veut dire en lingala chien méchant. On s’installe sans forcer dans ce quartier Voungou.

L’ambiance paisible du quartier est contrariée par l’annonce de la mort du camarade président Marien Ngouabi. L’annonce ainsi que le décryptage des événements sont faits sur les radios et on voit comment l’information est traitée  et analysée différemment au niveau national et international. 

L’histoire politique du Congo rejaillit. Celles des pères de la décolonisation en Afrique à l’instar de Ruben Um Nyobè et des assassinats politiques dans le continent au début des années 60 également. J’ai apprécié ce retour dans le passé.

Il y a des temps morts voire creux tout au long du récit mais la lecture est agréable dans l’ensemble. Mabanckou arrive toujours à me faire passer un bon moment de lecture grâce à son humour fou

 

Symposium, c’est quoi ça encore ? Vraiment, toi Roger, tu as des mots que même les Blancs se demandent s’ils sont dans leur dictionnaire !

 

Eh bien, nous ça nous arrangeait car Pompidou c’est un nom que nous aimions bien, c’était comme le surnom d’un bébé gentil qui boit son biberon le soir et qui s’endort sans embêter ses parents jusqu’à sept heures du matin

 

Le journaliste avait expliqué que le mariage avec Clotilde Martin ne dérangeait pas les Congolais, c’était bien de montrer que nous n’étions pas des racistes, que nous pouvions épouser des Blanches de toutes catégories, et même accepter qu’elles soient nos mamans nationales alors que ce n’était pas demain que Tonton Pompidou allait quitter sa femme blanche et choisir une femme grosse de chez nous qui sera noire du matin au soir devant tous les Français qui vont crier : Mais c’est quoi ça ?

 

 

La citation à méditer : mais le malheur se cache toujours derrière la porte du bonheur.

 

Quel livre auriez-vous choisi ? Faites-moi sortir des sentiers battus ! 

fleur v1

Publié dans Panaché

Top Ten Tuesday 1 : Les 10 auteurs dont vous ne relirez plus de romans d’eux

Photo

Me revoilà pour un nouveau rendez-vous hebdomadaire : Le Top Ten  Tuesday !

Je ne sais pas pour vous mais moi, j’aime bien les nouveautés. 

Meryl Streep hell yes

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog Frogzine.

Photo

 Les 10 auteurs dont vous ne relirez plus de romans d’eux
1. Isaie Biton Koulibaly, un écrivain ivoirien dont l’absence d’originalité dans ses romans m’a lassée. 
Résultat de recherche d'images pour "isaie biton koulibaly"
2. Douglas Kennedy, je n’ai pas du tout aimé Murmurer à l’oreille des femmes. Je l’ai rayé de ma liste d’auteurs. 
Résultat de recherche d'images pour "douglas kennedy"
3. Sylvie Granotier, je n’ai pas du tout aimé Tuer n’est pas jouer.
Résultat de recherche d'images
4. Patrick Modiano, je me suis ennuyé avec Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier.
Résultat de recherche d'images pour "patrick modiano"
5. Olivier Poivre d’Arvor. L’amour à trois ne m’a pas donné l’envie de connaître davantage sa plume.
Olivier Poivre d'Arvor
6. Marie Ndiaye, ses romans que j’ai lus ont tellement été complexes que je préfère prévenir une éventuelle déception. 
Résultat de recherche d'images pour "marie n'diaye"
7. Anna Gavalda,j’ai apprécié La vie en mieux mais je n’ai pas été bouleversée. je n’ai pas envie de retenter une autre aventure livresque avec elle. 
Résultat de recherche d'images pour "anna gavalda"
8. Alain Mabanckou, je l’aime beaucoup mais mon intuition me dit qu’il n’arrivera plus à m’étonner avec ses prochaines oeuvres.
Résultat de recherche d'images pour "henri mabankou"
9. Marc Levy, j’ai plus ou moins apprécié  toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites et je me suis terriblement ennuyé avec Le voleur d’ombresJe ne juge pas utile de découvrir l’auteur encore plus.
Résultat de recherche d'images pour "marc levy"
10. Alice Munro, j’ai plus ou moins apprécié deux de ses oeuvres que j’ai lus. Je ne juge pas vital de lire une troisième. 
Résultat de recherche d'images pour "alice munro"
Quels auteurs ne relirez-vous plus ? 
signature coeur graceminlibe
Publié dans Panaché

Le deuxième Award de ma vie de blogueuse

tag book fangirling award

Un deuxième award pour la douce blogueuse que je suis : Le  BOOK FANGIRLING AWARD

Qu’est-ce qu’elle est belle ma vie de blogueuse ! 🙂

J’ai été nommée par ma blogocopine célibattante LES MOTORDUS D’ANNE-JU !!! 

Merci encore ma belle !

Elle m’a posé 5 questions auxquelles je vais répondre de façon très tordue puis je citerai 5 blogueuses qui méritent cette récompense selon moi. Elles auront à répondre à cinq savantes questions.

On y va !

 Tu organises un dîner en tête, quel héros de livre invites-tu ?

Christian Grey !!!! J’ai bien aimé ses nuances claires, sa tendresse refoulée. Au menu du dîner : du cochon à l’entrée et au plat de résistance, au dessert, des religieuses. (il a bien besoin d’être sanctifié 😀 )

Une bande d’auteurs pour partir en vacances, tu vois qui dedans et qui ferait quoi (le barbecue, nettoyer la piscine, préparer les mojitos… ) ?

Paulo Coelho, Alain Mabanckou, Chimamanda Ngozi Adichie, Karine Giebel et Gilles Legardinier.

Paulo s’occupera du barbecue. La fumée, l’odeur de la viande marinée, un environnement propice pour élaborer des citations  qui changeront le monde.

Karine nettoiera la piscine, on ne sait jamais quelle découverte macabre on peut y faire.

Chimamanda préparera les mojitos, ça lui ôtera son caractère si sérieux.

Alain organisera nos activités ludiques (sorties à la plage, jeux de ludo et awalé, visites de musée)

Gilles nous servira nos petit déj au lit et fera notre lessive, il est tellement humaniste !

bande d'auteurs

Allez avoue que tu aurais aimé écrire ce livre ? Et pourquoi ?

Le chuchoteur de Donato Carrisi parce que ce thriller est tout simplement génial. Il est haletant, captivant, surprenant. J’aurais aimé recevoir tous les compliments que l’auteur a reçus et continue de recevoir.

Si tu devais écrire la suite d’un livre que tu aimes, lequel serait-il ?

Le chuchoteur de Donato Carrisi.

Donato Carrisi

Et quelle serait la suite ?

Le livre a déjà sa suite : L’écorchée mais je l’aurais écrit différemment.

Goran serait sorti de son long coma et épouserait Mila. La fille de Mila ne serait pas en danger, le chuchoteur serait identifié et livré à DAECH.

Donato Carrisi

Les nominées sont :

Roulement de tambour suivi d’une magnifique musique de suspense 

els

Mes ladies, veuillez répondre aux questions suivantes :

  1. Quel auteur aimerais-tu faire revenir à la vie ? 
  2. Une couverture de livre que tu ne te lasseras jamais de regarder ?
  3. Quelle héroïne (préciser le livre) aimerais-tu incarner et pourquoi ?
  4. De quel livre ne pourras-tu jamais te séparer, même pour un prêt ? 
  5. Le genre de romans que tu ne liras jamais ? 

Mission achevée, à vous de remplir la vôtre. 🙂

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Demain j’aurai vingt ans

Demainjaurai

Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans les années 1970. Le narrateur, Michel, est un garçon d’une dizaine d’années qui fait l’apprentissage de la vie, de l’amitié et de l’amour, tandis que le Congo vit sa première décennie d’indépendance sous la houlette de « l’immortel Marien Ngouabi », chef charismatique marxiste.

Les épisodes d’une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent, avec ses situations burlesques, ses personnages hauts en couleurs : le père adoptif de Michel, réceptionniste au Victory Palace ; maman Pauline, qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique ; l’oncle René, fort en gueule, riche et néanmoins opportunément communiste ; l’ami Lounès, dont la sœur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d’hormones ; bien d’autres encore.

Mais voilà que Michel est soupçonné, peut-être à raison, de détenir certains sortilèges…

Mon Mabanckou aimé, mon Mabanckou à moi, toi qui me fais porter la main à la bouche afin d’éviter d’éclater de rire dans le bus

Que pourrais-je dire sur  ce livre que l’on ne sait déjà?

Il fait si doux quand avec ironie tu fais l’état des lieux de la politique africaine, l’impérialisme et la religion.

Je me sens joyeuse, je me sens revigorée quand je parcours tes livres.

D’après Grâce Minlibé

Un poème revisité de Maurice Carême pour exprimer tout le plaisir que m’a procuré la lecture de Demain j’aurai vingt ans.

Le style de l’auteur est fluide, les personnages attachants, les dialogues vivants; les lignes de ce livre regorgent d’humour, de soleil, de douceur, de tendresse, de vie.

Moi, je te garderai aussi dans mes châteaux qui sont dans mon cœur, là où personne ne viendra te faire du mal…

Maman Pauline m’a d’abord dit d’aller me doucher, de bien frotter les aisselles, les fesses et là où on fait pipi. Je n’aime pas quand elle dit ça. Est-ce que quelqu’un de normal peut se doucher sans laver ses aisselles, ses fesses et là où il fait pipi? Si quelqu’un ne lave pas ces parties, pourquoi donc il se douche?

Avec ce livre, on retombe en enfance, on retrouve l’innocence, on se rend compte combien l’amour , l’amitié et la famille sont si importants pour la construction d’une vie.

Les clins d’œil répétitifs faits à la politique peuvent lasser mais quand on arrive aux passages où la fleur de l’amour éclot, on oublie tout…

Aidez-moi à trouver une oeuvre passionnante à lire sinon je risque de dévorer un autre livre d’Alain Mabanckou 🙂

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Mémoires de porc-épic

mémoires de porcépic

Pourquoi ce livre

Après ma lecture de Verre Cassé, j’ai eu envie de me plonger davantage dans l’univers d’Alain Mabanckou. La quatrième de couverture laissait entrevoir une histoire intéressante alors c’est sans hésitation que j’ai retiré ce livre du rayon où il se trouvait. 🙂

Résumé

Une légende populaire africaine affirme que chaque être humain possède son double animal. Un étonnant porc-épic, double d’un certain Kibandi nous livre son histoire. Il est chargé par son alter ego humain d’accomplir à l’aide de ses redoutables piquants toute une série de meurtres rocambolesques. Malheur aux villageois qui se retrouvent sur la route de Kibandi, car son ami porc-épic est prêt à tout pour satisfaire la folie sanguinaire de son «maître»!

Mon avis

Il est fou cet Afflelou  

Il est fou ce Mabanckou! Il a encore réussi à me faire éclater de rire en pleine rue!

«Mémoires de porc-épic» est un récit picaresque où les rites de la culture africaine sont revisités avec humour et dérision.

On se laisse emporter par le destin de cet étrange porc-épic à la fois attachant, bavard, agité, très au fait de la nature humaine et usant de la digression comme arme jusqu’au bout afin de nous peindre, nous les humains, et parfois nous blâmer sans répit.

J’ai beaucoup apprécié ces clins d’œil faits à la culture africaine, ces notes d’ironie sur l’Origine du monde et de l’homme, ces émotions diverses et fugaces qui nous saisissent au long de notre lecture.

Si l’on me demande à qui me ramènent les mots fraîcheur, humour et détente, je dirais les yeux fermés Alain Mabanckou.

Je vous souhaite de rire autant que moi en lisant ses œuvres et de découvrir votre double animal. 😀

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Ps : Les taciturnes s’ennuieront sûrement et mettront du temps à finir le livre, il faut avouer que ce porc-épic est un grand bavard 🙂

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Verre Cassé

verrecasse

L’histoire « très horrifique » du Crédit a voyagé, un bar congolais des plus crasseux, nous est ici contée par l’un de ses clients les plus assidus, Verre Cassé, à qui le patron a confié le soin d’en faire la geste en immortalisant dans un cahier de fortune les prouesses étonnantes de la troupe d’éclopés fantastiques qui le fréquentent.

Avez-vous envie de passer un pur moment de détente? Vous voulez rire et ne pas voir le temps passer? « Verre cassé » est ce qu’il vous faut.

Je ne peux pas compter les éclats de rire que j’ai eus durant ma lecture. Alain Mabanckou joue avec les sentiments, les idées, les mots.

Lire Alain Mabanckou c’est comme prendre une douche bien froide en pleine canicule. Son style est rafraîchissant et captivant.

Que dire des personnages. Ils sont si grotesques, si sublimes!

Vous serez touché par la persévérance de L’escargot entêté, le langage rythmé et le talent ironique de Verre Cassé, la déconvenue du type aux Pampers, les grands airs de L’Imprimeur et le côté rustre de Robinette.

Attention de ne pas trop vous attacher à eux. Vous finirez par être un habitué du Crédit a voyagé.

J’enchaîne avec un autre livre de Mabanckou. Quand on découvre un auteur talentueux, il ne faut pas le lâcher.

Grâce Minlibé

Auteure de Chimères de verre