Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Pauvre et fière – Owali Antsia

Owali Antsia est une écrivaine d’origine gabonaise. Sur sa page Facebook à laquelle je suis abonnée, elle partage ses avis de lecture. Des avis bien construits, de qualité. A travers eux, j’ai perçu une lectrice exigeante.

En parcourant sa bibliographie, j’ai découvert Pauvre & Fière, un roman qui surfe entre le roman social, la romance et le polar.

PAUVRE ET FIERE d'Owali ANTSIA - Cousines de lectures.......

 

Désirant découvrir le polar made in Gabon après le chasseur de lucioles et homicides 241, il a immédiatement été ajouté à ma wishlist. 

Résumé de l'oeuvre

 

Ceux qui ont l’habitude de croiser Kini dans les rues d’Owendo diront d’elle que c’est une jeune fille hors du commun. Déterminée à honorer la mémoire de sa mère dont elle a hérité la dignité et une foi inébranlable face à toutes épreuves, elle porte sur ses frêles épaules la responsabilité de l’éducation de son frère cadet dont elle a l’entière charge depuis que son père, alcoolique notoire et sa sœur aînée, reine de la nuit, ont déserté le domicile familial. A ce quotidien âpre, s’ajoute deux crimes crapuleux commis dans la ville. Ils n’ont de prime abord aucun lien entre eux, sauf peut-être Kini. Mais ça, elle ne le sait pas encore…

 

mon-avis-de-lecture

 

Moutsiga-Moussirou Shine Kini est une jeune fille de 21 ans orpheline de mère. Obligée d’arrêter son cursus scolaire pour laisser la chance à son jeune frère d’accéder à l’éducation, elle se débrouille pour subvenir à leurs besoins.

Mais où se trouve le père de famille ? 

Où est ton papa ?
Dis-moi où est ton papa ?
Ah sacré papa
Dis-moi où es-tu caché ?

Dixit Stromae

 

Le père est devenu un chiffon humain. Alcoolique, il déserte la maison, abandonne ses enfants à leur propre sort, revient de temps en temps pour jouer un semblant de rôle de père. 

Kini est une jeune fille courageuse, attachée à sa foi chrétienne et ses valeurs. Elle refuse de gagner l’argent à la sueur de ses fesses. Son pain, elle veut l’obtenir avec dignité contrairement à sa sœur aînée Chanel. J’ai éprouvé beaucoup d’admiration pour cette jeune fille. Son histoire est touchante et est un modèle pour la génération actuelle. 

 

La pauvreté s’attache aux pas de Kini et il semble qu’elle ne soit pas la seule à y être attachée. Les déboires amoureux sont également son lot.

 

A la page 68, je commence à m’impatienter. Le polar s’immisce à quel moment dans le récit ?

Je prends mon mal en patience jusqu’à la page 103 où la courbe de mon intérêt pour le roman remonte. 

Enfin un crime !

Celui d’un homme d’affaires béninois retrouvé sans vie dans une chambre d’hôtel. Kevin Ebang, soupirant de Kini et lieutenant de la police judiciaire prend en charge l’enquête. 

A peine le temps de réfléchir au mobile et aux suspects, qu’un 2e crime se produit ! Je ne boude pas mon plaisir.

Je m’installe confortablement pensant vivre une enquête policière de folie avec des révélations, des fausses pistes. Je m’attends à un casse-tête, à tomber des nues et là…. Déception. L’ombre policière ne plane sur ce roman que sur une trentaine de pages. Potentiel sous-exploité. L’enquête vite résolue comme si on devait se concentrer sur autre chose. Quoi ? La romance ?

 

La romance apporte son lot de rebondissements. Certaines péripéties m’ont arraché un sourire, un rire mais mon cœur n’a pas frémi. Je n’ai pas eu envie de me retrouver à la place de l’héroïne. Les histoires d’amour de Kini ne se distinguent pas de toutes celles que j’ai lues jusqu’ici. Il m’a manqué de l’originalité. Je me rends compte que j’ai développé de grosses attentes concernant le roman. 

De Pauvre & fière, je ne retiens que le volet social. L’histoire est d’ailleurs teintée de l’argot local, les descriptions de Libreville et de ses quartiers sont réussies et nous permettent de nous les représenter sans trop d’efforts. Le style est limpide, apporte de la fraîcheur au récit. 

Ce roman évoque les conditions des orphelins sous nos cieux, le combat d’une jeune fille pour vivre une vie décente. 

Pauvre & Fière est un roman intéressant mais je suis restée sur ma faim. J’en attendais plus de l’auteure.

 

fleur v1

 

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Devine qui est mort – Frédérique Hoy

Roman concourant au Prix des Auteurs Inconnus 2019, catégorie « littérature blanche »

 

Devine qui est mort ? par [HOY, Frédérique]

La flûtiste renommée Albane de Morange a tout pour être heureuse : un homme qui l’aime et qui partage sa passion, un appartement chic à Paris, une vie réglée comme du papier à musique. Si elle n’a pas d’enfant, c’est pour une raison bien précise : cette raison même qui fait qu’elle a rompu avec la famille de Morange il y a plusieurs années.
Le jour où, en plein concert, la musicienne frôle la mort, son monde intérieur est bouleversé. Albane éprouve le besoin de renouer les liens, et surtout de régler ses comptes avec les acteurs de ce passé douloureux qu’elle n’a jamais eu le courage d’affronter. 

 

l'Afrique écrit

J’ai l’habitude de donner mon avis en commençant par le fond mais ce roman m’intime l’ordre de changer l’habitude. 

La plume de Frédérique Hoy est très travaillée et nous rappelle que l’écriture est un art. Chaque phrase est ciselée, soutenue par la poésie. Peut-on d’ailleurs se passer de poésie lorsque l’âme tourmentée décide de s’épancher ? 

L’auteure l’a bien compris et cite un vers de Baudelaire dès les premières pages :

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.

Poème Recueillement

 

Douleur, mélancolie, sombre, triste sont les maîtres-mots de ce roman. Il y règne une atmosphère lugubre qui amène un malaise durant la lecture.

L’hiver qui me traverse et qui ne me quitte plus, j’apprends à faire sa connaissance : c’est le signe de l’amour qui s’en va.

 

Albane a eu un choc émotionnel en plein concert suite à une rencontre inopinée. Cette dernière l’oblige à faire un saut dans le passé, 36 ans plus tôt.

 

Résultat de recherche d'images pour "retour au passé"

Adolescente, Albane a connu l’amour. Un amour que ses parents, des aristocrates froids et distants ont interdit. 

Dans l’insouciance que favorise l’émoi amoureux, la jeune fille commet une imprudence. Je lui en ai voulu pour ce manque de vigilance mais aurais-je eu la même réaction que ses parents ? Je les ai trouvés assez sévères.

Albane va recevoir une lourde punition, connaître la solitude, perdre une partie d’elle-même. Malgré les événements bouleversants endurés, elle va tenter de se reconstruire en couvrant ses blessures.

Le passé devient muet jusqu’au jour où le présent lui exige des comptes…

Quand la blessure ne nous tue pas, son souvenir revient finir le travail.

 

Je pensais avoir toutes les clés du coffre-fort du passé d’Albane. Je pensais que ce n’était qu’une histoire d’amour juvénile qui avait mal tourné. Loin de là, l’histoire d’Albane est beaucoup plus profonde. Elle est faite d’abus, de trahisons, de malentendus, de mensonges. J’ai été choquée par toutes les révélations. Maquillées à outrance par Albane et sa famille, je n’ai su les discerner. 

Devine qui est mort ?

Le titre du livre prend tout sens au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture.

Si j’ai éprouvé de la peine pour Albane, je n’ai pu m’empêcher de la trouver égoïste envers son mari. Elle fait ses choix sans se soucier de lui, se rend justice elle-même. Est-ce un besoin de revanche sur le passé, un moyen d’affirmation ? 

En conclusion

Devine qui est mort est un roman bien écrit qui aborde des thèmes percutants. Il s’inspire d’événements réels ayant eu lieu en Flandre entre 1950 et 1980 et fait réfléchir sur la protection des enfants. 

 

 

Christmas

Date de publication : Mai 2018

Existe en version kindle et broché.

Lien d’achat : ICI

GM signature

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Le bal des scorpions – Manuel Bénétreau

Roman concourant au Prix des Auteurs Inconnus 2019, catégorie « littérature blanche »

 

 

Résultat de recherche d'images pour "le bal des scorpions"

Alron Gems est le chasseur de pierres précieuses le plus célèbre, mais aussi le plus… mystérieux de la planète. Il n’en est pas moins un baroudeur prêt à jouer du coup de poing ou à utiliser les armes pour satisfaire ses riches et exigeants clients. Alors, quand on lui confie la mission de retrouver le fameux collier du Bal des Scorpions et ses rubis inestimables, de réconcilier deux familles ennemies et de donner un avenir au Rajasthan, une des régions les plus pauvres de l’Inde, son sang ne fait qu’un tour… Surtout qu’il prend pour nouvelle assistante, une jeune femme aux capacités hors normes, choisie depuis longtemps pour des raisons secrètes, et qui va vivre là une première expérience très mouvementée. Entourés par une « drôle » d’équipe, ils vont se confronter à des forces politiques, économiques et religieuses prêtes à tout pour les arrêter. Et nous permettre d’entrer dans les coulisses d’un monde envoûtant mais souvent impitoyable, celui des gemmes et de la joaillerie de luxe !

 

 

l'Afrique écrit

Séduite par le résumé lors des présélections, j’avais hâte de débuter ma lecture. Je suis heureuse de vous annoncer que le résumé a tenu ses promesses en termes d’action, d’aventure, de voyage et d’humour.

Alron Gems et son équipe nous font voyager de la France en Inde en passant par l’Angleterre, la Turquie et Hong Kong. Des escales loin d’être monotones. On découvre des régions, des cultures ancestrales, des légendes ainsi que le monde de la joaillerie et du luxe.

Les voyages sont rythmés par les bagarres, courses poursuite, fusillades et embuscades. Il n’y a aucun temps mort. Certaines péripéties sont extravagantes mais n’entachent pas le voyage.

Les personnages tant principaux que secondaires sont décrits avec précision. Alron, Lia et Carter pour ne citer que ceux-là sont attachants.  En fouinant sur le site de l’auteur, j’ai découvert que ce roman est le premier tome de la série Alron Gems ! J’ai apprécié les liens tissés entre les trois personnages cités plus haut. J’ai hâte de savoir comment leur relation va évoluer et quelle sera leur prochaine mission. 

 

En conclusion

Avec un style fluide, accessible, alerte, le bal des scorpions offre un moment de lecture divertissant. Il est à mettre dans les mains de tous les amateurs d’aventure.

Je n’ai noté qu’un bémol au niveau du style. Je l’ai trouvé assez ordinaire. J’aurais voulu être éblouie, trouver de l’originalité, de la poésie tant dans le vocabulaire utilisé que dans la construction des phrases. 

 

 

Christmas

Éditeur : Manuel Bénétreau

Date de publication : Juin 2018

Existe en version kindle et broché.

Lien d’achat : ICI

GM signature