Publié dans Quand on est célib'

Avoir un b…

“Si vous voulez vivre une vie heureuse, attachez-la à un but, et non pas à des personnes ou des choses.” Belle phrase d’Albert Einstein, n’est-ce pas?

N’attendez pas la présence d’un homme ou d’une femme dans votre vie pour commencer à être heureux. Les personnes ont des humeurs changeantes, elles sont en constante évolution.

Celui (celle) que vous étiez hier n’est plus, vous avez changé, vous avez évolué et c’est pareil pour les autres personnes.

Si votre bonheur est lié à un Homme (un être qui n’est pas fixe dans le temps parce qu’il change et est en constante évolution), votre bonheur fluctuera.

Attention, je ne suis pas en train de dire qu’il faut rester célibataire, je dis qu’il faut bâtir son bonheur sur quelque chose qui est fixe, qui est permanent, qu’il faut avoir un  but.

Un but est la plupart du temps fixe, c’est un projet dominant, un objectif majeur qui motive nos actes, nous permet de rester éveillé, d’être dans une dynamique. Sachez une chose : le célibataire épanoui est celui qui est dynamique.

On n’a généralement qu’un seul but dans la vie, un seul objectif majeur qui se décline en sous-objectifs ou objectifs mineurs.

Prenons un exemple. Je vous pose la question suivante : qu’est-ce que vous attendez de la vie? Vous me répondez: « eh bien moi mon but est de ne pas finir ma vie seule, d’être en couple. »

Si c’est cela votre projet dominant, votre préoccupation majeure laissez-moi vous dire que votre vie restera un chantier parce que vous n’êtes concentré que sur un pan de votre vie. Votre vie sentimentale ne fait pas toute votre vie. Vous avez une vie spirituelle, une vie sociale, une vie professionnelle que vous devez entretenir pour votre équilibre et votre but doit affecter chacun de ces domaines.

Votre but doit concerner chaque domaine de votre vie. Votre but doit être précis mais pas rétréci. Comprenez-vous ce que je veux dire?

Je vous donne une illustration. Vous êtes un arbre. Votre but constitue les racines, les branches représentent les différents domaines de votre vie et le tronc de l’arbre est le canal qu’emprunte votre but pour affecter chacun des domaines de votre vie.

Si votre but -donc la racine de votre arbre- est d’avoir un compagnon, pensez-vous que vous pourrez entretenir de cette façon votre vie spirituelle, votre vie professionnelle, votre vie sociale?

Arrêtez-vous un instant et réévaluez votre but.

La fin de ma dernière relation amoureuse a coïncidé avec la fin de ma lecture d’un livre intemporel. Je ne vous dirai le nom que si vous me le demandez 🙂

Après ma lecture, j’ai découvert ce que je voulais vraiment: impacter positivement la vie des personnes que je rencontre ou qui m’entourent. C’est mon objectif majeur, mon projet dominant. Je l’ai depuis des années et je l’aurai jusqu’à la fin de mes jours. Il reste fixe, il est immuable.

La réalisation de ce but exige que je développe quotidiennement ma vie spirituelle, renforce mes qualités, que je fasse un vrai travail sur moi pour me débarrasser de mes défauts, que je sois plus attentive aux autres, que je donne le meilleur de moi au travail, que je donne le meilleur de moi dans tout ce que je fais.

Avoir ce but m’a permis jusqu’à aujourd’hui de ne pas utiliser le temps qui m’est donné pour me plaindre de mon célibat mais pour donner le meilleur de moi dans tout ce que j’entreprends, laisser une trace positive dans la vie de ceux qui m’entourent.

Ce but sert aussi à ma prochaine relation sentimentale parce que je compte avoir un impact positif dans la vie de cet homme qui croisera mon chemin. 🙂

Cet article vous donne-t-il envie de passer à l’action? Dites-moi ce qu’il vous inspire.

A très bientôt,

Grâce Minlibé,

Auteure de Chimères de verre 

images

Publié dans Quand on est célib'

Couper le cordon

téléchargement

Je suis célibataire et c’est une catastrophe !!!!

Stop! Rayez cette phrase de vos pensées.

Relativisez. Vous n’êtes pas atteint d’une maladie incurable, le nombre de vos années à vivre ne recule pas parce que nous n’avez pas de relation sentimentale. Vous ne valez pas moins qu’un homme ou une femme marié (e) ou en couple.

Ne rattachez pas votre valeur et votre bonheur à une relation sentimentale. Votre copain n’était pas là à votre naissance, il n’est ni votre tuteur, ni le garant de votre bonheur. Vous seul êtes capable de vous rendre heureux.

Je suis célibataire depuis des années et je le vis pleinement parce que j’ai su créer à l’intérieur de moi comme à l’extérieur un environnement propice à l’épanouissement.

Je me suis dit : «ok, je suis célibataire, comment je fais pour être heureuse malgré le fait que je n’ai pas un homme dans ma vie qui m’aime et que j’aime?»

J’ai créé dans mon esprit, mon âme et mon corps l’environnement qui favorise la quiétude, l’affection et la joie de vivre.  A la fin de ma dernière relation, je n’ai pas eu comme objectif de trouver un autre homme, je me suis fixée un autre objectif que vous découvrirez dans les articles suivants.

Que faites-vous de cette période où vous êtes seul ? Arrêtez de vous lamenter, d’envier ceux qui sont en couple, arrêtez-vous et créez. Faites jaillir du positif dans votre célibat. Ce n’est pas impossible puisque j’y suis arrivée.

Ne laissez pas cette période improductive, créez. Il faut qu’en entrant dans une prochaine relation, vous puissiez dire: je suis une meilleure personne, je me connais mieux parce que j’ai été à l’écoute de ce que je voulais vraiment, je me suis affranchie du regard des autres, j’ai appris à tourner une situation qui semblait chaotique en une situation réussie. J’ai amélioré certains traits de mon caractère, j’ai guéri les blessures de mon passé, je me suis réconcilié(e) avec mon histoire, j’ai construit des relations parce que j’étais plus disponible, plus ouvert(e), plus attentif(ve).

A l’aube d’une nouvelle relation, vous ne devez pas vous dire : enfin, je suis en couple, j’ai trouvé quelqu’un qui m’aime! Vous devez plutôt dire: j’offre un meilleur compagnon ou une meilleure compagne à quelqu’un (e).

Créer un environnement favorable à l’épanouissement nécessite de couper le cordon de la dépendance amoureuse. Et je m’adresse particulièrement aux femmes. N’attendez pas qu’un homme vous aime pour vous sentir femme. Les organes qui vous caractérisent ; l’émotion et l’élégance attachées au genre féminin n’apparaissent pas qu’au contact avec un homme. Vous les avez depuis votre naissance.

Cessez d’attendre qu’on vous aime pour être heureuse, ne rattachez pas votre bonheur à des sensations.  

Dans l’article précédent, je vous demandais d’identifier l’origine de votre célibat. Les origines sont certes différentes mais elles cachent un même sentiment: le manque de confiance de soi.

On vit un célibat de répulsion parce qu’on se croit incapable de gérer sa vie sexuelle, on vit un célibat de démission parce qu’on sous-estime sa capacité à faire vivre une relation. On subit un célibat par défaut parce que l’image que nous renvoie le miroir ne nous plaît pas et à coup sûr ça ne plaira pas à un homme enfin pas le type d’homme que l’on convoite.

On n’est épanoui dans aucun domaine (qu’il soit professionnel ou affectif) si on ne cultive pas la confiance en soi, si on n’est pas conscient de ses atouts physiques ou intellectuels.

Il y a des parties de mon physique que j’aimerais bien changer mais il y en a d’autres que je ne changerai pour rien au monde. Je peux passer de longues minutes à me complimenter devant le miroir, je suis très loin de prétendre au sacre de Miss monde mais j’ai décidé de me sentir belle et de célébrer les atouts dont mon physique dispose.

Chaque être humain a des atouts physiques, vous n’êtes pas une exception. Mettez-donc ces atouts en avant. Il ne s’agit pas de les exhiber, il s’agit d’en être conscient, d’en faire une réalité. On échappe difficilement à la réalité. 🙂

Vous êtes aussi une belle personne à l’intérieur alors ne le cachez pas, rayonnez!

Cet article vous a-t-il fait du bien ? Vous donne-t-il envie de créer et passer à l’action ? N’hésitez pas à me dire quel mot ou passage a créé le déclic en vous.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les inscrire en commentaire; si vous préférez une discussion privée, envoyez-moi donc un message privé à la page Chimères de verre.

A très bientôt,

Grâce Minlibé,

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Ce que le jour doit à la nuit

Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra

Quand un livre fait partie du Top 10 d’une écrivaine talentueuse, il faut chercher à savoir pourquoi…

Quand un livre traite de l’un de vos thèmes préférés, il est indispensable d’aller à sa rencontre.

Je suis donc allée à la rencontre de «Ce que le jour doit à la nuit » et je ne suis pas revenue bredouille.

L’histoire débute en Algérie dans les années 30, l’époque est lointaine, le pays nous est étranger mais les réalités que le livre décrit ne me sont pas inconnues.

La fatalité, la pauvreté, le fait d’espérer fortement quelque chose et de ne récolter que tristesse et tourment.

Espérer, croire en un futur meilleur, persister puis abandonner parce qu’à bout de force.

J’ai soupiré à chaque page tournée parce que les tourments du père de Younes (le narrateur) m’ont ramenée à mon propre vécu. Comme Younès j’ai eu à dire : «Ce n’était pas une vie; on existait, et c’est tout »

Lire cette tristesse et cette incapacité à changer son destin m’auraient épuisée s’il n’y avait pas eu l’apparition du premier amour contrarié par une curiosité sexuelle, un amour innocent qu’il faut cependant taire parce qu’il a le goût de l’interdit.

J’aurais voulu réécrire la vie de Younes et d’Emilie mais hélas il y a des choses que l’on ne peut point changer…

Ce livre est entré dans mes favoris. Fait-il partie du vôtre ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre avis.

téléchargement