Publié dans Interviews, Quand on est célib'

Le bien-être n’a pas de genre

Edith est une ivoirienne de 27 ans, célibataire depuis 2 ans. Elle a bien voulu nous parler de sa vie en tant que célibataire. 
Découvrons ses propos sans plus attendre. 

célibataire et heureuse

Edith, quels sont les 3 mots qui te décrivent parfaitement ?

Mes amis me décrivent comme sociable, déterminée et naturelle.

Comment définis-tu la solitude ?

La solitude pour moi est une étape où l’on apprend à se connaître soi-même.

Dirais-tu que tu es bien dans ta peau ?

 Je me sens très bien dans ma peau.

Quelle activité te procure un sentiment d’accomplissement ?

 Me mettre au service des autres, être disponible est ce qui me donne ce sentiment d’accomplissement.

Quelle est ta fierté en tant que femme ?

Ma plus grande fierté est d’avoir compris que je n’ai besoin d’aucun homme dans ma vie pour être heureuse.

As-tu l’impression d’être différente des autres femmes parce que tu es célibataire ?

(Rires) Je suis une femme comme les autres.

Dirais-tu du célibat : c’est un mal pour un bien ?

On pourrait le dire ainsi dans la mesure où l’on se prive de ressentir ce sentiment d’être la femme la plus aimée, la plus belle mais qui au final nous permet d’avoir une vie de couple plus harmonieuse. 

Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ?

Franchement dit pour ma famille et mes amis je devrais m’empresser de me marier et l’argument utilisé qui inquiète tous les célibataires surtout les femmes c’est l’âge qui avance.

Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ?

Je dirais que depuis lors je fais plus attention à mon bien-être qu’auparavant.

Quel est ton secret pour être une heureuse célibataire ?

Mon secret c’est de faire de nouvelles rencontres, passer plus de temps avec mes amis et surtout me donner à fond dans mes activités.

Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ?

Je dirais qu’il n’y a rien de mal à être célibataire. Au contraire, elles devraient prendre cette situation comme étant l’occasion de travailler leurs caractères afin d’être de meilleures épouses.

Quelle est ta conception du bonheur ?

Le bonheur pour moi se résume en ces points être bien dans sa peau, être indépendante et entouré des personnes qu’on aime.

Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue que lui dirais-tu ?

Tu n’as pas besoin d’un homme avant d’être la femme accomplie que tu veux, apprends à t’aimer ainsi tu seras aimée. 

Propos recueillis par Grâce Minlibé – copie interdite sans autorisation de l’auteur et de l’interviewée.

Publié dans Interviews, Quand on est célib'

Rencontre avec Anne-ju, une célib’ épanouie

De nombreuses femmes sont célibataires, chacune pour des raisons différentes.  J’ai eu envie de les rencontrer, de parler de leur célibat et de vous faire partager cette rencontre.

La première à se prêter au jeu est Anne-ju. Bonne lecture !

célibataire indépendante

Anne-ju, voilà le petit bout de femme qui se présente à vous. Bientôt âgée de 37 ans, je suis une célibataire qui s’assume et qui le vit très bien. J’ai eu une relation de 5 ans ( de mes 20 à 25 ans) avec qui j’ai vécu avec pendant 4 ans. Ensuite, une autre relation de 9 mois (1 ou 2 ans après). Ma dernière relation date de juillet 2010 qui s’est achevé en Février 2012 avec beaucoup, beaucoup de hauts et de bas. Donc elle était vouée à l’échec et je le savais au fond de moi. Sinon voilà les 3 relations sérieuses que j’ai eues.

Comment te décrirais-tu ?

Je suis une de celle que l’on nomme une « célibattante ». J’adore séduire et les Hommes. Mais quand je veux ! Je suis une passionnée et j’aime vivre des passions. Je ne suis pas faite pour vivre avec quelqu’un. Je n’aime pas m’endormir avec un homme dans mon lit. J’aime mon indépendance. Je ne me sens pas seule et je n’ai pas peur du tout de la solitude. Rentrer chez moi et savoir qu’il n’y a pas personne ne me pose aucun souci.

Comment définis-tu la solitude ?

Eh bien, je ne l’ai pas fait exprès ! Mais quelle transition !!! La solitude est pour moi une plénitude. Je me ressource. Je suis une personne active dans ma vie privée : 3 soirs par semaine j’ai sport, ensuite des sorties avec des amies etc… Donc je ne suis pas seule. Je m’occupe. Même si je ne fais rien, je ne m’ennuie pas. J’aime savoir que je n’ai aucun compte à rendre à personne… uniquement à moi.

Dirais-tu que tu es bien dans ta peau ?

Je suis bien dans mes baskets par rapport à mon mode de vie. Je l’assume et j’aimerai tellement dire à certaines personnes que le célibat ce n’est pas la mort ! Après, physiquement, on a toujours quelque chose que l’on n’aime pas ;-). Mais dans mon mode de vie, ma ligne de conduite, de pensées, je me dis que je ne suis pas née à la bonne époque.

Quelle activité te procure un sentiment d’accomplissement ?

Le sport : je fais 3 h de zumba par semaine ainsi que du cardio et du renforcement musculaire. J’y vois des copines, je me lâche, je m’éclate. Mais j’ai aussi la lecture, que j’adore !

Quelle est ta fierté en tant que femme ?

D’être indépendante financièrement !

As-tu l’impression d’être différente des autres femmes parce que tu es célibataire ?

Je ne pense pas. Mais je sais que c’est pas évident que les gens comprennent que j’aime mon célibat et que j’aspire pas à avoir des enfants et une vie de famille. Pour moi, ce n’est pas un accomplissement en soi !

Dirais-tu du célibat : c’est un mal pour un bien ?

Pour moi, c’est un bien. Mais c’est mon caractère ! Après, il s’adapte à chaque personne, chaque personnalité.

Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ?

Ma famille le comprend tout à fait. Aucun jugement de ma famille proche. Mes amis, je pense que certains peuvent envier car il y a une certaine liberté dans le célibat ! Mais c’est rare ! Tous les gens qui m’entourent, trouvent que ça me va bien ! Que ça fait partie de moi !

Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ?

Passer une tenue confortable dès que je rentre le soir sans aucun apparat et traîner le dimanche matin en me faisant un big petit déjeuner devant un film ou une série !

Quel est ton secret pour être une heureuse célibataire ?

A vrai dire, je n’y pense pas que je suis célibataire. Ça fait tellement partie de moi. Mon secret : me dire que j’essaye de vivre la vie que je veux … et le célibat me va tellement bien.

Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ?

Ce n’est pas une fatalité. Il ne faut pas rester à se morfondre… il y a tellement de choses que la vie nous propose que ça serait dommage de passer à côté ! Prenez un chat lol

Quelle est ta conception du bonheur ?

Assumer mes choix ! M’ouvrir aux autres et surtout se dire que ce n’est pas grave, que je vais trouver le +.

Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue qu’est-ce que tu lui dirais ?

Souris et continue, tu es sur la bonne voie !

Propos recueillis par Grâce Minlibé

Copie interdite sans autorisation de l’auteur et de l’interviewée.

Publié dans Quand on est célib'

Célib’ au 21e siècle ?! Comment tu fais ?

célibat

Récemment, une connaissance m’a demandé comment je fais pour être si différente des filles de ma génération, ne pas m’affoler vu que le temps passe à une vitesse fulgurante et qu’il me laisse toujours célibataire ?

Comment je fais pour prendre plaisir à l’être, ne pas avoir peur de rester seule toute ma vie ?

Mon détachement face à la vie de couple n’a pas de source extérieure, il prend sa source dans mon état d’esprit. Je prends plaisir à être célibataire parce que j’ai la conviction que la vie de couple n’est pas la voie absolue pour accéder au bonheur et expérimenter l’accomplissement. 

Je crois fermement qu’on peut ne pas avoir une vie de couple et être épanouie et je vis ce en quoi je crois.

Le célibat n’est pas dangereux, pénible ou regrettable, c’est une bonne chose. Ce n’est pas un concept, c’est réel, je l’expérimente jour après jour.

Si vous n’êtes pas convaincu de cela, vous ne pourrez jamais être épanoui dans votre célibat.

La conviction est la conscience de l’esprit. Chamfort

 L’esprit de l’homme le soutient dans la maladie ; Mais l’esprit abattu, qui le relèvera ?  Livre des Proverbes

Tout commence dans notre état d’esprit. Tout part de nos croyances. Si vous pensez que le célibat est un fardeau, vous aurez envie de le fuir. Si vous pensez que le célibat est une opportunité pour grandir, s’aimer davantage, vous prendrez plaisir au célibat.

Dites-moi : considérez vous une opportunité pour croître, progresser comme une mauvaise chose ?

Si votre réponse est non alors commencez à oublier toutes les idées fausses que vous vous faites du célibat, changez votre perception. Voyez le comme une opportunité.

ATTENTION : Ce n’est pas une opportunité pour être libre, entretenir plusieurs relations en même temps, avoir une sexualité désordonnée. Rappelez-vous que rien ne subsiste dans le désordre.

Mon célibat est une opportunité, une saison unique. Je n’aurai pas l’occasion de la vivre à l’identique alors je la vis dans son entièreté, je fixe mes yeux sur cette étoile scintillante et j’apprends son langage, je reçois toute la lumière qu’elle irradie.

Le célibat est une saison unique ? Ceux qui se retrouvent à plusieurs reprises célibataires vivent donc plusieurs saisons uniques ? Oui. Chaque année, les mois sont les mêmes mais ce que nous vivons pendant ces mois est différent d’année en année.

Lorsqu’une saison arrive, elle ne vient qu’une fois. Même si vous vous trouvez célibataire à plusieurs reprises, votre 6ème saison de célibat est différente de la première fois où vous vous êtes retrouvé célibataire. Sachez tirer profit de tout ce que ces différentes saisons vous enseignent.

Ce temps de célibat me permet de faire grandir mon intimité avec DIEU.

Ce temps de célibat me permet de comprendre que je ne dois pas changer les traits sombres de mon caractère pour plaire à un homme ou à la communauté mais parce que c’est nécessaire si je veux être plus utile, être vraiment celle que je dois être.

Ce temps de célibat me permet de célébrer mon unicité, la mettre en valeur et ne pas me cacher derrière un être pour donner un sens à mon existence. Le célibat me permet de prendre mes responsabilités.

“Some steps need to be taken alone. It’s the only way to really figure out where you need to go and who you need to be.” Mandy Hale

Ce temps de célibat me permet d’être face à mon moi, de m’écouter, de clarifier mes attentes. Le célibat c’est revenir à soi mais aller vers les autres. Je suis de plus en plus sensible à chaque rencontre que je fais. Je suis attentive à ce que chacune d’elles m’apporte, je fais attention à ce que je leur donne.

Ces années de célibat me permettent (Oups j’ai failli écrire au passé. Mon inconscient est-il en train de me dire que ça va bientôt prendre fin ? 😀 ) de :

  • célébrer mes intimes : quand on n’a pas de partenaire, on se rend compte que des amis fidèles et sincères ne sont pas des acquis. On ne néglige plus leur présence. ( Mention spéciale aux BADDS. ) 😉
  • ne pas penser à entasser mais à laisser aller,
  • ne pas exister à travers les mots des autres mais à travers les miens. Je n’attends pas qu’un homme aime et respecte mon corps avant d’en faire autant.

Le célibat me permet de célébrer la vie qui chante en moi. Je suis célibataire et je souris. Ce n’est pas un sourire de suffisance mais un sourire de satisfaction.

Les opportunités apparaissent le plus souvent sous la forme de malchance ou d’échec temporaire. Napoleon Hill

Nous n’avons pas besoin de plus de force ou de plus d’opportunités, ce dont nous avons besoin, c’est d’utiliser celles que nous avons déjà. Basil S. Walsh

Votre célibat est une belle opportunité, ne la laissez pas passer.

ATTENTION : Mon intention n’est pas de vous inciter à fuir la vie de couple. J’aimerais que vous valorisiez ce que vous avez déjà : le célibat, que vous puissiez tirer le meilleur qu’il a en lui.

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans Histoires, Vingt-trois

Mystère et boule de gomme

demande en mariage

Vingt-trois – Chapitre 2

Mention de tous les destinataires ? Ok
Objet du mail ? Ok
Contenu complet ? Ok
Case «Demander un avis de lecture» cochée ? Ok

C’est ma dixième vérification du mail, je n’ai rien détecté d’anormal après ma deuxième vérification mais j’aime la perfection, état qui nécessite minutie.
Je veille à ce que mon travail soit impeccable, gage pour obtenir une promesse d’embauche à la fin de ce stage.
Je n’ai pas envie d’expérimenter le stress de la recherche d’emploi et le chômage, j’ai une famille à nourrir !
J’exagère, je n’ai aucun enfant à charge quoique mes quatre petits frères résidant en Côte d’Ivoire me donnent l’impression d’en avoir… Bref ! J’ai des projets de vie : des lieux insolites à explorer, une garde-robe à renouveler, des associations à soutenir qui nécessitent que j’aie une situation financière fixe dans les six prochains mois…

J’ai manqué un appel de Meg, mon téléphone étant en mode silencieux et mon regard rivé sur mon écran. Danie et Solena, mes collègues, ne vont pas tarder à aller prendre une bouffée d’air. Je profiterai de leur absence du bureau que nous partageons à 3 pour discuter tranquillement avec Meg.

– Salut Magué ! Comment tu vas ? Allô ! Allô !

Comprenant la raison du silence à l’autre bout du fil, j’ajoute :

– Tu vas bien, Meg ?
– Il n’y a vraiment pas une autre voie pour me taquiner ? M’adresse-t-elle en soupirant
– Ok, je te promets d’arrêter de t’appeler ainsi…
– Bien !
– Jusqu’au début de l’automne.
– Tu es incorrigible. Soupire-t-elle. Alors, t’as trouvé l’identité de ton futur mari ?
– Ce n’est pas drôle.
– Excuse-moi, je n’ai pas en ma possession un autre moyen pour te taquiner.
– Rancunière, va !
– Tu sais qui t’a envoyé la lettre ?
– Non. Fais-je en lâchant un soupir. Mes connaissances masculines m’ont assuré que cela ne venait pas d’elles. Je ne connais personne à Vernon et le message que j’ai envoyé à l’adresse mentionnée sur la lettre m’a été retourné. Je crois qu’il n’a pas donné son adresse réelle.
– Eh ben, ton futur mari est un farceur !
– Et ses blagues sont de très mauvais goût. Dis-je en manipulant mon stylo. Ecoute, je ne vais pas me prendre la tête avec ça, il y a eu une erreur de destinataire : la lettre était sûrement pour l’ancienne locataire…
– Une ancienne locataire qui a la même identité que toi ? Ne te mens pas ma belle, ce mec te connaît.

Une idée me traverse l’esprit. Et si une femme se cachait derrière ce Sekongo Tiefigué ? Neîma et Méira, mes sœurs de l’église ? Non, elles sont trop spirituelles pour faire ça. Serait-ce alors Euphrasie, Marie-Paule ou Prisca, mes amies de fac ?

– Allô ! A quoi tu penses ?
– Ce sont peut-être mes amies de fac qui me font cette blague. J’investiguerai quand je quitterai le boulot ce soir.
– Tu m’impressionnes, Miss Marple ! Je n’y avais pas pensé. Tu me feras le compte-rendu de tes investigations, ce soir. Tu passes chez moi ?
– Je ne pourrais pas, ma belle. J’ai un afterwork avec mes collègues et je suis chargée du petit-déj demain ! Je vais préparer des cakes au citron.
– Des ? Eh ben, t’es une collègue dévouée !
– Mes collègues sont des ogres. En parlant d’elles, elles ne vont pas tarder à revenir. On se rappelle ce soir.
– Ok, j’espère qu’ils t’embaucheront ou te feront une belle recommandation.

– Espère !

***

Yona s’est gentiment proposée pour me raccompagner après notre afterwork. Je referme la porte de ma résidence et là, je lâche un cri. Mes mains tremblent, mes lèvres suivent le mouvement. Il est là…
Me suit-il ou est-ce moi qui suis toujours à sa recherche?
Il a toujours ce sourire empreint de tristesse et d’impuissance. Je le supplie de me laisser tranquille. Qu’il me permette de passer définitivement à autre chose ! Ma porte fermée à double tour, je me laisse glisser contre elle. C’est encore trop frais pour oublier, trop frais…
J’inspire longuement avant de rejoindre mon espace cuisine. Cuisiner apaisera mes tourments.

***

J’ai passé mon après-midi au cinéma en compagnie de Marie-Paule mais tout ce que je trouve à faire en rentrant chez moi c’est regarder un film nigérian sur YouTube: « A piece of Flesh ».
Des larmes tracent des sillons sur mes joues au moment où le fils succombe à sa maladie et qu’on l’annonce à la famille. Le sacrifice d’Ifeoma n’a servi à rien !

Mon regard quitte mon écran d’ordinateur, fixe ma porte ; on vient de presser ma sonnette. Un deuxième coup retentit.
Qui a tant envie de me voir ? M’interrogé-je intérieurement en me dirigeant vers la porte.

Mon rythme cardiaque s’accélère quand j’entends : Samuel.

Samuel, l’ami de Dan ?! Que fait-il chez moi ?

– Euh, tu n’acceptes pas de visites imprévues, j’ai l’impression. Désolé, je n’avais pas ton numéro. Enfin, je l’ai demandé à Meg mais je voulais te faire une surprise.

« Karlise, il est toujours derrière la porte ! Ouvre donc ! » M’exclamé-je intérieurement.

Polo – Jean – Tennis c’est ainsi vêtu qu’il se présente à moi. J’ai l’impression d’être propulsé dans un nuage de douceur quand il me dévoile son charmant sourire.
Et son regard est hypnotisant, l’expression fulgurante de ces beautés viriles et brutes qui remportent le suffrage universel…

– Ça fait plaisir de te revoir.
– Plaisir partagé. Entre, fais comme chez toi.

Il prend place sur mon canapé-lit pendant que je sors des rafraîchissements de mon mini-frigo.

– J’aurais fait un cake si tu m’avais informé de ta visite.
– Je tenais à te faire une surprise, tu es contrariée ?
– Absolument pas. Dis-je en souriant aimablement.
– Ton studio est coquet. Affirme-t-il en laissant son regard traîner sur les objets décoratifs de mon coin cuisine, mes luminaires et le sticker trompe l’œil collé sur ma porte d’entrée
– Merci.

Un ange passe. Le silence transporte son odeur prononcée très profonde, une odeur qu’on ne peut oublier tellement elle est intense et magnétique.

– Alors quel bon vent t’amène ? Dis-je pour ne pas me noyer davantage dans son effluve
– Je n’ai toujours pas eu de réponse. Fait-il en clignant de l’œil droit
– Euh… On a eu des questions en suspens à l’anniversaire de Meg et Dan ?

La façon qu’il a d’appuyer son regard sur moi m’embarrasse mais je n’ose lui dire de peur qu’il sache l’effet qu’il a sur moi.

Il avale une poignée de cacahuètes salées avant de dire :
– Non, je parle de l’accusé de réception que tu as reçu il y a un mois.
– L’accu… Non, ce n’est pas toi. Dis-je en ouvrant grand les yeux. Ne me dis pas que…

Il sourit.

– J’aime beaucoup les notes de ton parfum.
– La vie est belle de Lancôme. Attends, ajouté-je en remuant la tête. Ne change pas de sujet. Tu rigoles, n’est-ce pas ? Ce n’est pas toi, Sekongo Tiefigué.
– C’est mon patronyme et mon prénom Senoufo* que Meg ne connaît pas bien entendu.

Un rire soulève ma poitrine. Je suis totalement abasourdie.

– J’ai un tempérament joueur raison pour laquelle j’ai pensé à t’envoyer cette lettre. J’ai utilisé l’adresse d’un ami à Vernon pour brouiller les pistes. Fait-il en souriant
– Ce n’était pas drôle. Réponds-je légèrement énervée. J’ai passé des heures inutiles à réfléchir à qui ça pourrait être, j’ai même soupçonné mes amies de fac.
– Désolé. C’est la faute à mon tempérament joueur. Je ne le referai plus. Suis-je excusé ?
– Oui. Déclaré-je en lui rendant son charmant sourire. Tu es un beau farceur, merci pour la fausse demande de mariage.
– Euh… La demande n’était pas une farce. Je veux vraiment t’épouser.

Mon sourire s’éteint. Il pose son verre de Sprite et me regarde. Je détourne mon regard afin de pouvoir mieux réfléchir aux phrases que je vais énoncer dans les prochaines minutes.

– Comment tu peux vouloir m’épouser, Samuel ? On ne se connaît pas !
– Nous avons le temps pour nous connaître sauf si tu veux qu’on se marie le samedi prochain. Dit-il en me prenant les mains. Est-ce que tu as fixé une année pour ton mariage ?

Je le regarde, interdite. Sait-il de quoi il parle ?

– Ne me regarde pas comme si j’avais bu. Je ne suis pas en train de délirer.

Comme je n’ajoute rien, il met un genou à terre et sort un écrin de sa poche.

– Karlise Tié, veux-tu être l’unique objet de mes pensées, l’épaule sur laquelle je me reposerai quand je serai las des responsabilités qui incombent à l’homme ?

Mes yeux fixent un instant le solitaire qui scintille avant de se poser sur le visage de Samuel.

– Pourquoi moi ?
– Parce qu’il ne peut pas en avoir une autre. Je peux te passer la bague au doigt ?

Ses mots sont un murmure, une caresse. Karlise, il veut t’embobiner, ne chavire pas !

– C’est nécessaire pour que tu remportes le défi, n’est-ce pas ?
– Défi ? Fait-il en écarquillant les yeux. De quoi tu parles ?
– La demande en mariage c’est bien un défi lancé par tes potes, n’est-ce pas ?
– Personne ne m’a poussé à te faire cette demande. Soupire-t-il. Karlise, sans vouloir me vanter, je suis un homme sérieux. Le mariage est une institution que je respecte. J’ai 27 ans, j’ai connu bon nombre de femmes et à aucune d’elle je n’ai proposé de m’épouser parce que je ne me voyais pas passer le reste de mes années de vie avec elles.
– Je vois… Mmh… Tu le fais par bonté alors. Tu sais que je vais bientôt être diplômée, je serai en recherche d’emploi. Tu veux me donner un statut marital qui me permettra de rester en France.
– Oh là là, tu en as de l’imagination. Rit-il. Je le répète : le mariage est une institution que je respecte, ma demande n’est pas calculée.
– C’est impossible que ça vienne de ton cœur. On ne se connaît pas.
– Ok.

Il se lève, range l’écrin dans sa poche, reprend sa place à mes côtés.

– Désolée de te frustrer mais je ne peux pas. Je ne peux pas épouser un homme que je ne connais pas, Samuel.
– Tu as prévu quelque chose ce soir ? Ne fais pas cette tête, je ne vais pas t’emmener de force devant le prêtre.
– Le pasteur. Je suis protestante.
– Ah, je comprends mieux. Ça te dérange de te marier avec un catholique.
– Pas du tout ! J’ignorais que tu étais catholique. Ecoute, je n’accepte pas ta proposition parce que je ne sais pas qui tu es.
– Apprenons à nous connaître alors, passons plus de temps ensemble.
– Samuel, ça devient de l’acharnement. Fais-je lasse
– Non, c’est de la détermination. Tu es la femme qui doit porter mon nom. Affirme-t-il la mine sérieuse
– Tes parents ont une dette envers les miens ou quoi ?

Mon rire est communicatif. Quand nous retrouvons notre sérieux, il m’annonce qu’il a réservé une table pour deux à «Des Ronds dans l’eau», une crêperie péniche à côté de l’île de Versailles.

– Tu m’ouvres les portes de ton dressing ? Je vais choisir ce que tu vas mettre.

Décidément, cet homme ne finira pas de m’étonner.

– Je t’ai entendue… Me lance-t-il l’air amusé.

Zut ! J’ai parlé à haute voix.

– Pourquoi choisir ma tenue? Tu commences vraiment à me faire peur, là ! Je crois que je vais rester chez moi.
– Je rigolais. Je voulais juste voir apparaître encore une fois la stupeur dans tes yeux. Me lance-t-il en souriant. Tu sais que ton visage se déforme quand tu es étonnée ? Tu fais une tête de …
– C’est bon. On peut y aller ? Tu as réservé pour 20h30, non ?

***

Je suis complètement sous le charme quand nous faisons notre entrée dans cette crêperie flottante. Le décor coquet et sobre crée une envie d’évasion, un désir de voguer vers l’inconnu.
Voguer vers l’inconnu… N’est-ce pas ce que je suis en train de faire en ayant décidé de suivre Samuel ?

– Ça te plaît ? Meg et Dan y viennent souvent dîner en amoureux. M’annonce Samuel quand nous prenons place à notre table dressée au fond de la salle

J’opine de la tête, jette un regard aux autres occupants de l’établissement. Un duo se regarde amoureusement, un quatuor discute politique. Un enfant occu…

– Tu préférerais être avec eux plutôt qu’avec moi, j’ai l’impression.
– J’aime ta compagnie. Dis-je en le regardant droit dans les yeux

Une phrase, rien qu’une seule… une barrière, un pont qui cède… une limite entre un avant et un après.

Avant d’entamer le plat de résistance, j’ai de plus amples informations sur son parcours secondaire et supérieur, son poste d’agent immobilier et son désir de bâtir un puissant empire dans l’immobilier quand il rentrera pour de bon en Côte d’Ivoire, ses passions que sont la batterie et le basket-ball.
A la fin de notre copieuse crêpe au caramel et beurre salé, je sais qu’il est le benjamin d’une fratrie de 3 enfants, qu’il aimerait avoir un enfant mais pas avant les 3 premières années de son mariage. Il voudrait que sa lune de miel dure 3 ans.
Il n’a pas été le seul à parler de lui. J’en ai fait de même, lui ai confié ma phobie des chats, mes intérêts professionnels et personnels, mon envie de visiter le Brésil et l’Ethiopie.

Nous avons été volubiles pendant toute la soirée mais silencieux lors de notre marche aux bords de l’Erdre après avoir quitté le restaurant. Silencieux en apparence car je sais que nos pensées s’agitent enfin c’est mon cas.

« Qu’attends-tu de moi ? » C’est la question que je lui pose au moment où nous rejoignons l’habitacle de sa voiture.

– Que tu acceptes d’être ma femme.
– Comment tu peux vouloir épouser une femme juste après votre première rencontre ? Coup de foudre, coup de cœur, coup de tête ? Je veux comprendre, j’ai besoin de comprendre.
– Coup de cœur et d’esprit. Me répond-il en se tournant vers moi. Je t’ai vue et j’ai tout de suite reconnu ma femme comme Adam a reconnu Eve. Ecoute Karlise, je comprends que mon attitude te désarçonne mais crois-moi je n’ai aucune intention fausse envers toi. Prends le temps qu’il faut pour m’étudier, m’analyser et si après tout ça tu es convaincue que je ne suis pas l’homme avec qui tu voudrais passer le reste de ta vie, je respecterai ton choix mais sache que tu feras de moi un célibataire endurci parce que je n’épouserai aucune femme à part toi. La Providence m’en est témoin.

Il a réussi ! Il a touché ma côte sensible. Il a délicatement ouvert les portes de mon cœur et se dirige vers le point stratégique. Il m’est impossible d’ignorer ses mots empreints de finesse.

– Ça marche. Je t’accorde la permission de m’appeler régulièrement et de passer les week-ends à Nantes avec moi.
– Super !
– Avec moi mais pas dans mon lit. Soyons clairs. Ajouté-je sur un ton ferme. Je ne couche pas avant le mariage.
– Ça ne me fera pas fuir, Karlise. Je te veux avec tes convictions, tes valeurs, tes limites.

Il me veut…

Le trajet retour est ponctué d’anecdotes familiales et blagues à deux balles de tout genre. Mon cœur martèle ma poitrine quand il me raccompagne jusqu’à ma porte. Comment nous dirons-nous au revoir ? Bise légère sur la joue ou osera-t-il m’embrasser ?

Aucune de ces alternatives. Il me souhaite une excellente nuit avant de me serrer dans ses bras. Je ferme les yeux pour profiter entièrement de cette étreinte chaleureuse. J’ai envie qu’elle dure, je veux me délecter à outrance de ce plaisir : être dans les bras d’un homme avec une carrure d’athlète.
Une bise sur le front et il me quitte. En me laissant tomber sur mon canapé-lit, je n’ai qu’une envie : être à demain.

L’enthousiasme tombe au bout de quelques minutes, l’inquiétude monte. Pourquoi ce jeune homme veut m’épouser ?

Il n’est pas laid et je ne le suis pas non plus,

Il est issu d’une famille moyenne comme moi,

Je suis brillante mais je ne suis pas la seule femme noire en France à l’être.

Lit-il dans l’avenir ? A-t–il perçu que je deviendrai une référence dans le domaine du droit du travail ? Veut-il s’enorgueillir du fait d’être mon époux ?Je fixe le plafond comme si je peux y déchiffrer les réponses à mes questions.

J’ai le sentiment que sa demande cache quelque chose mais quoi ?
Je lâche un soupir d’effroi. Je crois savoir ce que cache cette subite demande en mariage…

*Senoufo : langue vernaculaire de la Côte d’Ivoire

© Grâce Minlibé – Tous droits réservés
Reproduction interdite sans autorisation de l’auteure

Publié dans Quand on est célib'

Futur partenaire de vie: ma wishlist

Il y a quelques jours, je suis tombée sur lui en classant des dossiers, je l’ai revu et j’ai souri. Il n’avait pas pris une ride, il était resté le même: celui qui prenait plaisir à garder mes vœux.

Lui, c’est mon cahier de vie affective et il a 6 ans!!!!! 😀

Dans quelles circonstances est-il né? Après la grande vague de mes déboires amoureux que vous pouvez lire dans Chimères de verre.

Je voulais redonner une seconde vie à mon cœur, lui dire qu’il avait encore de bonnes raisons de croire en l’amour.

Mes désillusions amoureuses ont eu l’avantage de me permettre d’identifier les qualités que je voudrais retrouver chez mon partenaire non d’une nuit mais de toute une vie.

Ma wishlist se présentait de cette façon:

Ce que je veux  

  • Un homme passionné de DIEU

C’est mon premier désir basé sur la vérité universelle qui est: « notre vie doit être partagée avec quelqu’un qui a des besoins identiques aux nôtres. »

  • Un homme intelligent

Un homme qui fait preuve de discernement, de jugement et de bon sens.

  • Un homme drôle

Parce que rire c’est bon pour la santé.

  • Un doux

Rien ne vaut un homme affectueux avec un petit air de candeur.

wishlist

  • Un leader demandeur

J’avoue: je ne sais pas ce que je mettais derrière ces mots. A 19 ans, je trouvais ces mots très classes. 😀

Comme quoi on émet souvent  des qualités qu’on n’a pas vraiment creusées.

Aujourd’hui je pourrais dire un homme avec de l’ambition mais qui est d’un caractère simple, sans prétention.

  • Un homme qui fait attention à lui

Pas un homme qui a plus de produits de beauté que moi, juste un homme soigné, faisant attention à sa santé (ce qui inclut une non-consommation de tabac, une consommation sobre d’alcool. Eh oui, on ne va pas boire que de l’eau au dîner!!!)

  • Plus âgé que moi (différence limitée à 10 ans)

J’ai toujours eu un faible pour les hommes plus âgés que moi parce que je les juge plus matures.

Ce que je ne veux pas 

  • Un homme négligent

Qui néglige son apparence, son âme, sa santé parce qu’il faut bien mourir de quelque chose.

  • Autoritaire

Celui qui a une mauvaise conception de la soumission, celui qui veut me priver de ma liberté.

  • Timide et mou

Un homme hésitant, qui manque de caractère ?! Non, merci!

J’ai écrit ces mots avec toute la candeur d’une jeune fille de 19 ans.  Avouez que je n’étais pas trop exigeante, je n’ai pas désigné son niveau d’études, le nombre d’enfants qu’il voudrait ;  je n’ai pas évoqué les critères physiques 😛

Physiquement, je voulais un homme avec un visage charmant qui serait bien plus grand que moi mais pas comme Taylor.

Ma liste faite, j’attendais que l’homme qui possède ces traits de caractère se présente à moi. Il s’est  présenté avec mais ça a été la catastrophe!!!

Il m’a au moins permis d’ajuster ma wishlist:

Ce que je veux

  • Plus âgé que moi (différence limitée à 5 ans)

Ce que je ne veux pas

  • Plus attaché à sa confession religieuse qu’au Christianisme

Ma liste mise à jour, j’attendais mon homme idéal. Puis un jour, j’ai fait une rencontre qui m’a permis de reconsidérer mon célibat. Cette rencontre m’a bouleversée et je me suis rendu compte que je ne devrais pas attendre l’amour pour être heureuse, le bonheur se trouvait dans ce que j’avais déjà.

J’ai cessé de courir après l’amour. Je cours maintenant après moi. 🙂

Je me plais dans mon célibat mais la vie nous réserve bien des surprises. Il se pourrait qu’elle mette quelqu’un sur mon chemin.

Quelqu’un qui satisfera aux exigences de ma wishlist ? Oui et non.

Je m’explique.

Personne ne peut prétendre se connaître parfaitement, connaître précisément ce qui est meilleur pour lui. Par méconnaissance,  j’ai sûrement omis des qualités essentielles que mon partenaire devrait avoir.

La Providence  connaissant  parfaitement ce qui est meilleur pour moi, je décide donc de lui faire confiance  et de me laisser surprendre par elle.

Mandy Hale

Ainsi s’achève le récit de l’évolution de ma wishlist.

Avez-vous une wishlist, mes chers amis célibataires? A-t-elle évolué dans le temps?

Pour celles qui sont mariées, aviez-vous une wishlist? Êtes-vous tombée sur votre homme idéal?

Publié dans Quand on est célib'

Le rencontrer au bon moment

futur conjoint célibataire

L’homme de ta vie te cherche aussi. Laisse-lui le temps de te trouver. 

A l’heure des nouvelles technologies et de la consommation à une vitesse fulgurante, cette phrase peut attrister les célibataires en quête de leur moitié. Le mot temps effraie parce qu’il est vaste, infini.

On peut attendre 6 mois avant de tomber sur l’homme de ses rêves (attention quand j’emploie le terme homme de ses rêves je ne fais pas référence aux princes charmants des contes de fée mais au type d’hommes qui nous correspond) mais on peut aussi attendre 10 ans avant de trouver l’homme de ses rêves.

au bon moment

L’attente peut être très longue, dure à éprouver mais elle est nécessaire et je vais vous dire pourquoi.

Prenons un exemple: l’homme de vos rêves doit avoir un boulot, être de bonne familleaffectueux, humble, généreux, déterminé…

Considérons que vous avez 25 ans et êtes célibataire depuis trop longtemps à votre goût. Vous voulez rencontrer l’homme de vos rêves avant la fin de l’année 2015.

Vous le rencontrez avant la fin de l’année 2015 parce que vous l’avez fortement désiré mais votre relation ne sera pas pérenne  (ou pour être moins catégorique connaîtra des conflits inutiles) parce qu’elle a été prématurée.

Il y a un ordre dans l’univers, un temps est prévu pour chaque chose et chaque chose doit se faire au temps prévu. Si vous précipitez les choses, vous désorganisez ce qui est prévu et sachez-le rien ne subsiste dans le désordre.

Il est possible de marcher en sens inverse mais il est très difficile de le faire sur une longue durée surtout quand le chemin nous est inconnu. 😉

Il se pourrait que l’homme de vos rêves n’ait pas encore les qualités définies dans votre wishlist .

Je m’explique.

L’homme de vos rêves vient peut-être de terminer ses études, il aura peut-être du mal à trouver son premier boulot, son destin est peut-être d’expérimenter le chômage pendant un an voire deux. Si vous le rencontrez avant la fin de l’année 2015, vous risquez de ne pas vous intéresser à lui parce qu’il ne remplit pas votre premier critère.

Il risque de ne pas paraître sous son meilleur jour à cause des difficultés qu’il traverse, cela pourra le rendre taciturne, terne, mélancolique. Quelqu’une me dira qu’elle saura dépasser cela. Alléluia! Votre relation débutera mais il y aura des turbulences, vous aurez des soucis pour gérer sa mélancolie et tous ses états que peut entraîner le chômage.

Ces turbulences auraient pu être évitées si vous vous étiez rencontrés un ou deux ans plus tard quand il serait déjà en poste. 🙂

Un autre point moins superficiel que le premier: l’homme de vos rêves sort d’une relation amoureuse tumultueuse, la rupture date de janvier 2015.  Il est renfermé, froid, distant. Vous le rencontrez avant la fin de l’année 2015, vous débutez une relation mais vous souffrez parce qu’il ne s’investit pas, il n’a pas encore guéri de ses blessures. Il guérira mais cela prendra du temps, peut-être un an, voire deux.

Vous auriez pu éviter sa froideur si vous étiez entrée dans sa vie un ou deux ans plus tard. 🙂

Permettez-moi de vous dire une chose: Beaucoup de couples n’ont pas eu d’avenir non pas parce qu’ils ne s’aimaient pas ou ne se correspondaient pas mais parce qu’ils ne s’étaient pas rencontrés au bon moment. 

Vous voulez rencontrer l’homme de vos rêves? Attendez avec calme qu’il arrive au niveau où il doit être, qu’il prenne le temps qu’il faut pour travailler son humilité, guérir de ses blessures, avoir une situation.

Laissez-lui le temps de croître et d’être celui que vous attendez.

Ne désirez pas trouver l’homme de vos rêves, désirez le trouver au bon moment!

Ne vous précipitez pas, vous risquez d’expérimenter une relation prématurée, en dents de scie et qui finit en queue de poisson.

pré-requisJe ne suis pas en train de dire qu’attendre le bon moment vous permettra de rencontrer un homme sans défaut, comme je l’ai dit plus haut l’homme de nos rêves n’est pas un prince charmant de contes de fée. Rencontrer votre partenaire au bon moment c’est être assuré d’une chose: il se présentera à vous avec les pré-requis nécessaires pour construire une vie de couple.

A l’école, certains apprentissages ou leçons nécessitent des pré-requis. Il en est de même pour la vie à deux qui est une leçon de caractère.  Il y a des qualités indispensables (pré-requis) que votre partenaire et vous devez avoir avant de débuter une vie à deux.  Ces pré-requis, vous les apprenez dans l’attente. 

Votre célibat dure un peu trop à votre goût? Dites-vous ceci: mon partenaire et moi sommes en train de nous faire gagner du temps et nous éviter des conflits inutiles. Nous sommes en train d’apprendre nos pré-requis. 🙂

Ne réduisez pas votre espoir à zéro, n’ayez pas peur. L’homme de vos rêves existe déjà, il se présentera à vous au moment opportun.

Ne soyez pas pressées. Continuez à travailler votre confiance en soi, à affirmer votre caractère, à prendre soin de vous, à travailler vos talents,  à préserver vos valeurs car vous n’êtes pas la seule à avoir des exigences. Votre partenaire en a aussi!

“keep on movin’! Someone out there is looking for exactly what you’ve got and will never try to undercut your value or question your worth.” Mandy Hale

Je vous souhaite une bonne attente et si vous ne voulez pas voir le temps passer, j’ai quelques astuces. Vous savez où me trouver. 😉

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans Quand on est célib'

Pourquoi il n’a pas trouvé Ruth, Esther ou Marie…

Cet article est tiré de Ijustmetme.com. Je l’ai trouvé intéressant alors je le partage avec vous. 

Bonne lecture et n’hésitez pas à réagir en laissant des commentaires. 🙂

maryesther

Cet article est principalement pour les hommes chrétiens matures. Mature. Chrétien. Homme.

Ce n’est pas pour les hommes qui pensent qu’ils sont un don de Dieu pour « les femmes », mais ne peuvent pas être un don de Dieu pour « une femme». Ce n’est pas pour les garçons ou les joueurs qui pensent encore que les femmes sont « inférieur à ».

Pourquoi ? Parce que les garçons (même ceux se présentant comme des hommes) sont trop égoïstes pour prendre une seconde pour traiter ces informations ou même agir sur elles.

C’est pour les hommes… Hommes en formation pour devenir des leaders dans leur foyer, les hommes qui désirent rendre Dieu heureux en étant ses dignes représentants dans leur foyer… Des fils de Dieu qui veulent avoir la bonne mentalité pour mériter des filles de Dieu.

Alors nous y voilà. Pourquoi nos grands frères célibataires chrétiens n’arrivent pas à trouver leur Ruth, Esther ou Marie?

  1. Beaucoup de frères chrétiens ne comprennent pas simplement qu’une bonne épouse n’est pas «acquise» ou «obtenue»… elle est un don de Dieu. Bien sûr, la Bible dit que « celui qui trouve une femme trouve le bonheur », mais il est souvent pris hors contexte. Le contexte que nous considérons souvent est celui qui met toute la responsabilité sur les hommes pour concevoir des tactiques pour avoir une femme.

Comme si l’homme avec le meilleur plan d’acquisition est celui qui l’aura. Ce qui est réellement dit dans la Bible, c’est qu’elle est comme un Trésor que vous trouverez. Quelque chose que vous trouvez devient un Trésor parce qu’en temps normal vous n’auriez pas cette chose précieuse.

Lorsque vous tombez sur un coffre aux trésors en tant qu’un homme riche, ce coffre n’est pas vraiment un « Trésor ». Il a toujours la valeur… mais ce n’est pas un Trésor. Mais quand vous tombez sur ce coffre en tant qu’un homme dans le besoin, il deviendrait alors un Trésor pour vous. Pensez-y de cette façon.

Vous avez trouvé un emploi… parce que vous êtes qualifié pour le poste. Cependant, le travail vous a été donné par cette organisation. Alors qui a trouvé à qui? Avez-vous trouvé le travail? Où est-ce le travail qui vous est donné?

Nous, les hommes, lisons Proverbes 31: 10-31 et bavons sur cette description de la femme idéale que nous souhaitons, mais nous ignorons le tout premier verset… le verset d’ouverture de cette description: « qui peut trouver une femme vertueuse? Son prix est bien au-dessus des perles » ce qui signifie qu’elle n’est pas quelque chose que vous trouverez en vous basant sur vos propres capacités,  ressources ou  compétences recherche parce que sa valeur est au-dessus de tout cela et surtout que:

Vous ne pouvez pas acheter une femme vertueuse. Aucune somme d’argent, puissance ne peut l’ acheter. Elle est un don.

  1. Vous n’avez pas les DÉTAILS de la direction de votre vie, ne signifie pas que vous ne devriez pas être en mouvement : ne pas comprendre complètement votre direction dans la vie  ne vous donne pas une excuse pour la paresse. Dans l’article pour les dames, j’ai mentionné qu’elles ne devraient pas mesurer la valeur d’un homme par les détails de sa vie qu’il connaît parfaitement  parce que souvent, les hommes de Dieu n’ont pas tout compris… mais ne vous méprenez pas… Boaz, David et Joseph et tous les  autres grands hommes dans la Bible ont compris QUI ils étaient et marchaient en direction du but que DIEU leur avait assigné. Ils étaient en mouvement. Parfois Dieu a changé leur parcours à mi-chemin, parfois Dieu n’a pas dit ce qu’IL voulait vraiment faire jusqu’à la dernière minute, mais ils étaient en mouvement.
  1. De nombreux célibataires chrétiens sont trop préoccupés de recevoir un trophée pour eux-mêmes qu’ils ne voient pas ce que Dieu a placé à l’intérieur d’elle. C’est la vérité. Ils sont tellement absorbés par l’acquisition sans comprendre entièrement les responsabilités : ils considèrent cela comme l’achat d’art . Comment il ajoute cela à son patrimoine tout en ignorant les besoins de maintenance.

Vous savez qui vous êtes… si Dieu vous avait donné Marie, vous seriez le gars tellement préoccupé par la façon dont elle vous fera paraître, plutôt que de vous concentrer sur ce que Dieu vous a dit à son sujet, en vous concentrant sur ce qui est à l’intérieur d’elle, et comment elle s’inscrit non seulement dans votre patrimoine, mais dans le patrimoine du ciel également.

  1. De nombreux célibataires chrétiens veulent mener mais ne peuvent pas être conduits : Beaucoup d’hommes chrétiens célibataires sont impatients de recevoir leur propre «équipe» afin d’établir des règles et conduire une femme mais eux-mêmes ne peuvent pas être conduits. Ils n’ont ni mentors ni enseignants à qui ils doivent rendre des comptes  et ils n’ont certainement pas appris comment être redevable à Dieu. Romains 08:14, dit «Tous ceux qui sont conduits par l’esprit de Dieu sont les fils de Dieu »

Envie d’avoir une fille de Dieu? Soyez son fils. Vous voulez être son fils? Soyez conduit par Son esprit.- Tobi Atte

  1. Vous n’êtes pas disposés à travailler pour gagner ce que vous pensez, c’est un droit : je vais partager un de mes principes personnels, je fonctionne avec quand il s’agit de ma femme. Il s’agissait d’une décision que j’avais faite juste avant que je sois marié  et il m’a servi au-delà de ce que je peux pleinement décrire en ces mots.

C’est ici :

Je m’efforcerai de gagner en fait toutes les choses qui sont « censées être » mon droit en tant que chef de famille.

Pensez à ce sujet : Respect, communication, Leadership, amour, actes de service et toutes ces choses que nous, les hommes, attendons de nos épouses. Je savais que ma femme me donnerait volontiers ces choses, mais j’ai décidé que, autant que je peux, j’allais me comporter comme si j’avais littéralement gagné ces choses, pas comme si ils étaient simplement un droit juste parce que j’étais « un mâle ». Il m’a tellement bien servi.

Beaucoup d’hommes célibataires sont à la recherche d’une femme avec qui ils peuvent simplement exiger ce qu’ils considèrent comme leurs droits au lieu de chercher une femme avec qui ils peuvent gagner ces droits. 

  1. De nombreux célibataires chrétiens n’ont pas une instruction de Mission de mariage :  C’est une des étapes les plus fondamentales.

Le 14 mai , 2011. C’était un samedi matin et j’avais un réel fardeau sur mon cœur: celui de n’avoir pas trouvé l’élue de mon cœur. J’étais à une cérémonie de mariage la veille et je me suis réveillé dans un état sombre. C’était très inhabituel car jusqu’à ce moment, je n’avais eu aucune pression pour me marier.

J’étais donc là sur le côté de mon lit… sur mes genoux sanglotant à Dieu. Frustration refoulée,  tristesse, colère… tout est  sorti. Après un certain temps, j’ai cessé de pleurer et j’ai  entendu une voix me dire:

« Si je t’avais donné une femme, saurais-tu quoi faire avec elle ? Si je t’ avais donné une femme, saurais-tu comment la conduire et dans quelle direction ?

Vous pensez  que le but du mariage est tout simplement de s’acquitter de normes sociales ? Vous avez un cahier des charges ? »

C’était comme si un camion m’avait frappé.  C’était comme si une ampoule avait explosé dans mon cœur. Tout de suite, mes prières sont passées de  « qui elle est… quand elle viendra… c’est celui-ci ou celui-là? » à «Quelle est la mission de mon mariage?» « A quoi devrait ressembler ma famille? Que devrait accomplir mon mariage pour le Royaume de Dieu? »

  1. Vous ne savez pas comment identifier, protéger et nourrir les vertus chez une femme : je m’explique. Lorsque vous avez une Ruth, Esther ou Marie… quand vous avez une femme vertueuse, vous devez être en mesure d’identifier, de protéger et de cultiver ces vertus en elle.

Dans Ruth 2:5-17 Boaz a découvert comment Ruth avait travaillé dur toute la journée et comment elle était restée engagée à sa belle-mère et comment elle a quitté sa zone de confort pour venir sur une terre, qu’elle ne connaissait pas…  Il a identifié ces vertus. Puis il a protégé ces vertus (Vs 8-9) quand il lui dit: « n’allez pas glaner dans un autre  terrain, restez ici…». Puis, il a nourri ces vertus en créant un environnement où ces vertus pourraient continuer à prospérer. (Verset 15-16)

  1. Vous pensez que vous possédez alors que  vous n’êtes seulement qu’un dépositaire : Cela signifie seulement que Dieu vous a placé au-dessus d’elle pour la nourrir, protéger, prendre soin en son nom. Elle est toujours sa fille, et quand il reviendra, je suis sûr qu’il veut  la retrouver en meilleur état que lorsqu’il vous l’a remis. Cela ne signifie pas que ça va toujours être facile. Cela ne signifie pas que ça va toujours être mignon. Dieu sait  que conduire une femme  a ses… défis… mais c’est pourquoi vous êtes le seul avec les grandes épaules et des poils sur la poitrine.
  1. De nombreux célibataires chrétiens ont l’interprétation erronée de la soumission : Vous ne pouvez pas dire d’une part que vous voulez une femme vertueuse et puis d’autre part avoir l’intention de surseoir à sa décision. Vous devez être en mesure de vous en remettre à elle.

 (1 Samuel 25) Abigail a parlé en toute sagesse à David et l’a empêché de faire une erreur terrible dans le feu de l’action. Il a suivi sa sagesse et a empêché une grave erreur. Il lui dit (verset. 32-33) « louange au Seigneur, le Dieu d’Israël, qui vous a envoyé aujourd’hui pour me rencontrer. Soyez bénie pour votre bon jugement »

  1. Vous voulez lui faire quitter son père et sa mère et s’accrocher à vous, mais vous n’êtes pas prêt à laisser les vôtres :  Matthieu 19:5, Ephésiens 05:31, Genèse 2:24, Marc 10:7.
  1. Vous êtes ok pour le sexe avant le mariage : vous pensez qu’attendre d’avoir des relations sexuelles avant le mariage est une faveur que vous lui faites, vous ne réalisez pas que c’est essentiel et bénéfique pour vous aussi.

Joseph a considéré son maître, et comment il ne serait pas juste envers lui, mais il a aussi considéré le fait d’aller avec la femme de son maître comme un péché contre Dieu.  Afin que votre désir de pureté soit durable, vous devez le vouloir pour vous-même et pour Dieu.

Je sais qu’il y a beaucoup de bons hommes  qui veulent vraiment être des généraux de Dieu dans leur foyer. Dieu honore ce désir et je prie pour qu’IL vous donne cette grande femme vertueuse.

Publié dans Quand on est célib'

Pourquoi je n’ai pas encore rencontré Joseph, David ou Boaz?

Un article tiré du site Ijustmetme.com que j’ai trouvé intéressant. N’hésitez pas à me dire ce qu’il vous inspire et les points pour lesquels vous êtes pour ou contre.

Bonne lecture! 🙂

ijustmetme

Cet article est principalement pour les femmes célibataires chrétiennes matures.

Mature. Chrétienne. Femmes. Pourquoi? Parce que les filles pourraient s’offusquer ou ne pas comprendre, mais une mature femme chrétienne va probablement comprendre et recevoir l’information.

Le statut marital  ne définit pas une femme donc être célibataire n’est pas une maladie ou une indication de quelque chose qui ne fonctionne pas correctement chez une femme.

Le but de cet article n’est pas d’énumérer un tas de raisons qui prouvent que c’est de votre faute si vous n’êtes pas encore mariée…comme si le mariage était quelque chose que vous venez d’acheter au magasin…

OK, attaquons le but du sujet. Pourquoi nos merveilleuses sœurs chrétiennes ne peuvent pas trouver leur Boaz,  David ou Joseph ?

  1. De nombreuses femmes  chrétiennes veulent un homme qui «sait où il va»… mais les hommes de Dieu habituellement n’ont pas la moindre idée :  Réfléchissez-y un moment, parcourez la bible.  Tous les grands hommes qui ont connu une intimité avec Dieu, qu’IL a utilisés et bénis n’ont généralement pas eu un indice sur où ils allaient et (Voici la partie encore plus folle) même s’ils avaient la moindre idée, leurs vies pendant une longue période ne reflétaient pas ce que Dieu  leur avait promis. Joseph avait fait un rêve dans lequel les gens se prosternaient devant lui mais il est devenu un esclave, puis un prisonnier ; David qui a été oint pour être roi a ensuite vécu au cours des 15 prochaines années dans le désert comme un fugitif.

Ces hommes auraient difficilement trouvé une épouse aujourd’hui. Pourriez-vous l’imaginer ?

Abraham aurait appelé sa sœur Sarah de côté après le culte et lui aurait dit: « Euh, Sarah tu sais que je t’aime, n’est-ce pas? Alors, Dieu veut nous emmener quelque part… mais je ne sais pas où. Veux-tu m’épouser et venir avec moi? »

David aurait dit: « Regarde bébé… Vraiment, je veux passer le reste de ma vie à prendre soin de toi… En fait, j’ai juste été oint roi… mais je suis en fuite, le roi que je suis censé remplacer veut ma mort. « 

Ou Joseph: « Regarde Jill, Dieu m’a montré beaucoup de rêves, des gens vont s’incliner devant moi et je serai un grand leader. Mais aujourd’hui, j’ai lavé la vaisselle dans la maison de Potiphar, en fait je suis son esclave. »

Les hommes de Dieu n’ont pas toujours les détails de leur destinée. Alors arrêtez d’être à la recherche d’hommes qui ont tout compris!

Voici ce que vous devez rechercher : les hommes qui peuvent être conduits par Dieu. (Rom 08:14) Ne cherchez pas un homme qui a déjà les plans les mieux conçus. Cherchez celui qui sait comment faire pour suivre les indications du meilleur planificateur.

  1. Beaucoup de femmes abordent des relations dans la perspective:« Faible risque, haute récompense »: ce qui signifie qu’elles veulent obtenir le meilleur homme  avec le moins de risque. (Et je ne parle pas seulement des finances ici)

Elles veulent que l’homme prenne tous les risques… pour être tout à fait convaincue qu’il veut être avec elles avant qu’elles s’ouvrent et montrent qui elles sont vraiment.

Vous savez qui vous êtes… Vous agissez comme si vous êtes l’unique prix de cette équation. Cet homme ne sait rien sur votre parcours mais vous êtes devenue un détective privé pour vous assurer qu’il est assez bon pour vous. Vous êtes financièrement irresponsable, vous dépensez des pourcentages fous de vos revenus sur vos cheveux, les chaussures, les sacs mais vous voulez un homme qui sait comment gagner et économiser de l’argent. Vous n’avez pas grandi dans votre vie de foi mais vous voulez un homme qui chasse les démons, parle en langue parce que  « il est le chef de famille ».

Vous voulez le voir tel qu’il est, mais vous vous dissimulez dans des photos parfaitement filtrées sur Instagram, des extensions de cheveux,  des soutiens-gorge rembourrés, du maquillage et des couches de choses qui font qu’il est impossible de savoir qui vous êtes vraiment. Vous êtes paresseuse mais vous voulez un homme qui peut rester debout toute la nuit à travailler sur un projet.

Beaucoup de dames chrétiennes disent qu’elles ont la foi, mais elles ne l’ont pas. Elles disent qu’elles font confiance à la volonté de Dieu pour leur avenir, mais elles sont couchées. Elles placent leur confiance en un homme. Quel genre de travail il a/peut obtenir. Combien il peut gagner. Elles veulent s’assurer qu’il a la « capacité de fournir ».

Mais j’ai rencontré beaucoup de grands hommes qui n’ont pas trouvé l’emploi qu’ils ont le potentiel d’obtenir. J’ai rencontré certains qui avaient tout, mais Dieu leur a demandé de tout abandonner pour la cause de l’Évangile.

  1. Beaucoup de dames oublient que les bons chrétiens cherchent des femmes qui partagent des valeurs qui ne relèvent ni du romantisme ni du spirituel : Bien sûr  qu’il doit être romantique et partager ces valeurs spirituelles mais euh Mesdames… ces frères chrétiens recherchent les autres traits de caractère essentiel pour une vie à deux: fiabilité, économie, éthique du travail, gestion du temps, et ainsi de suite.

Une des premières choses que nous apprenons, par exemple sur Ruth était son éthique de travail. (Ruth chapitre 2). Elle savait comment  oublier ses ongles, retrousser ses manches. Elle a travaillé très dur et même quand elle a obtenu l’attention du « gars bien établi avec le cœur sensible » elle n’a pas arrêté de travailler. Elle a pris la pause qu’il lui a offerte et est retournée au travail.

Voilà comment vous gagnez le respect de l’homme… quand vous pouvez lui montrer que ce qu’il a ne définit pas qui vous êtes.

Voici la cerise sur ce gâteau. Le dévouement de Ruth au travail ne l’empêchait pas de se faire jolie et ranger (Ruth 3:3)

  1. Beaucoup de femmes pré-qualifient leurs prospects: Nous rencontrons des gens tout le temps mais nous  les pré-qualifions prématurément.  Le pire est que notre comportement envers eux devient irrespectueux et nous jetons la courtoisie par la fenêtre. Nous disons: « Si vous ne ressemblez pas au profil de mon potentiel mari, alors vous ne méritez pas ma courtoisie et le respect comme une personne »

Parfois (en fait de nombreuses fois) la personne qui peut ajouter le plus de valeur à votre vie n’a pas  le profil que nous avons en tête.

  1. De bons chrétiens connaissent leur valeur et celle que doit avoir leur femme: Ils réalisent la puissance d’impact qu’une femme a sur l’issue de leur vie et leur ministère, et ils passent plus de temps essayant de voir ce qui est sous la surface. Ils savent qu’une femme peut faire ou défaire. Ils se rendent compte que les désirs de la femme peuvent les accélérer vers la fin ou les faire dérailler. Ils se rendent compte que tandis que vous restez toujours un prix, eux aussi sont précieux aux yeux de Dieu et veulent agir comme Il le demande. Oui, ils prient pour une Ruth, mais ils sont aussi en prière contre Dalila.

  1. Beaucoup de dames chrétiennes n’ont aucun témoignage des hommes: (Ruth chapitre 2 verset 3) Boaz est revenu d’un voyage, a vu Ruth et demandé à son contremaître qui elle est et à qui elle appartient. Il a répondu et a donné un témoignage fantastique de Ruth. (Voir la réponse de Boaz Verset 11)

Voici un secret Mesdames, vous aimez un mec et essayez de le garder pour vous-même jusqu’à ce que vos copines forcent une confession? Nous les gars ne faisons pas ça. Quand vous nous intéressez, nous le disons à quelqu’un, nous demandons autour de vous… et nous demandons à nos amis masculins/mentors. Parce que nous savons qu’ils nous diront les choses telles qu’elles sont  et bien sûr ils ne vont pas répandre la nouvelle.

La vérité est que même les femmes chrétiennes peuvent être toxiques parfois quand il s’agit de la façon dont elles traitent les hommes qu’elles ne considèrent pas comme des potentiels maris. Elles oublient que quand le mari potentiel vient et s’intéresse à elles, il demandera à d’autres hommes… qui n’ont jamais communiqué avec elles, mais les ont regardées de loin et Oui certains de ceux qui ont pu avoir un intérêt pour elles, mais qu’elles ont brutalement éconduit.

  1. Beaucoup de femmes chrétiennes veulent un homme de  Proverbes 31: ce n’est pas une faute de frappe. Relisez Proverbes 31, ces qualités sont celles que beaucoup de femmes recherchent chez un homme alors qu’elles devraient être occupées à développer ces qualités.

  1. Beaucoup de dames chrétiennes veulent se marier mais ne sont pas vraiment prêtes à être conduites : elles veulent se marier avec un petit ami mais pas un mari. Elles veulent seulement un partenaire mais pas un leader. Elles disent qu’elles concéderont l’autorité à Dieu lui-même, mais dans leur cœur, elles ne sont pas disposées à être dirigées par son représentant à la maison.

  1. Beaucoup de jeunes femmes chrétiennes mariées dressent une image de conte de fées du mariage à leurs amies célibataires

Beaucoup de jeunes femmes mariées rendent un mauvais service aux femmes célibataires. Elles aiment être le centre d’attention, montrent de parfaites photos Instagram, de chers mariages glamours, de parfaites mises à jour de Facebook et ainsi de suite. Y a-t-il quelque chose de mal à cela ? Non.

Il serait juste utile que des  jeunes femmes mariées disent que le jour du mariage ne fait pas le mariage. Cela aiderait les femmes célibataires beaucoup plus si elles parlent de l’importance d’une femme de prière, une femme forte, une femme soumise (à un homme pieux) et comment, contrairement à la croyance populaire, la foi d’une épouse est une arme pour la famille et sa défense aussi bien.

Au lieu de cela, elles rendent leurs sœurs rêveuses, ces dernières attendent une histoire parfaite et un homme parfait.

Mes sœurs, Dieu a une belle histoire d’amour écrite pour vous. Regardez Les hommes à travers les yeux du Christ, ôtez votre fierté. Surtout, commencez à vous voir comme un vrai cadeau de Dieu qui peut apporter des bénédictions dans la vie de votre mari et la faveur de Dieu parce que c’est ce que vous êtes.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Jésus, Fils de l’homme

Jésus Fils de l'homme -Khalil Gibran

En 1928, l’écrivain libanais maronite Khalil Gibran fait paraître Jésus, Fils de l’homme, portrait du Messie sous la forme d’une mosaïque. Il y assemble les témoignages de plus de soixante-dix personnages bibliques réels ou inventés. Il ne s’attarde guère aux miracles qui sont prêtés au Fils de Dieu, mais bien plus aux paroles et actes de ce « Fils de l’homme », être humain né d’un homme et d’une femme. C’est là l’Evangile selon  Gibran.

J’étais en pleine lecture de «Une si douce illusion» quand mes yeux sont tombés sur ce livre de Khalil Gibran posé sur le bureau d’un ami. Le résumé du livre m’a poussée à le lire.

L’Evangile selon Gibran: est-ce un nouvel évangile? L’auteur invente des personnages bibliques, faut-il lire ce livre ?  Ne déforme-t-il pas les écrits du nouveau testament ?

Je me suis posé ces questions et me suis rappelé des dires de l’évangéliste Jean : « Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses ; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu’on écrirait. »

Le nouveau testament ne contient pas tout, les disciples de Christ ont pu chacun écrire la vie de leur Maître, les écrits de Khalil Gibran pourraient être les leurs alors j’ouvre le livre et me plonge dans ces témoignages.

Le 1er à témoigner est Jacques, fils de Zébédée. Il évoque ce jour où Jésus, sur le sommet du mont Hermon, évoque le royaume par-delà celui que ses disciples voient, où il règnera. Judas s’avance et parle d’une défense contre les Romains avec épée et bouclier à la main. Jésus le réprimande, on reconnaît des paroles des évangiles, on découvre des paroles inventées, poétiques et pleines de sens.

La 2ème à témoigner est Anne, la mère de Marie. Elle parle de la naissance de Jésus, son petit-fils avec des sentiments maternels.

Marie-Madeleine, Joanna, l’épouse de l’intendant de Hérode,  Rafca, la mariée de Cana, l’épouse de Pilate et bien d’autres femmes ayant croisé le chemin de Jésus ou partagé sa vie évoquent ce qu’elles étaient avant leur rencontre avec ce dernier et ce qu’elles sont devenues après.

J’ai apprécié m’imaginer comme Gibran ce que ces femmes ont retenu du passage de Jésus dans leur vie. J’ai aimé ces phrases pensées par Gibran que Jésus aurait pu dire :

« Tous les hommes t’aiment pour eux. Je t’aime pour toi. Moi seul aime ce qui est invisible en toi »

Chaque personnage le voit sous un angle particulier, en fonction de ce qu’il est lui-même et du trait de caractère de Jésus qui l’a marqué ; c’est ce qui donne un attrait à ce livre, on voit bien que chacun a eu une relation personnelle avec Jésus, une relation  qui ne ressemblera à aucune autre, une relation unique.

Un apothicaire grec parle de lui comme d’un médecin aguerri, un autre a été frappé par son discours, un autre le considère comme un homme pratique, un autre comme celui qui a appris à l’homme à rompre les chaînes qui l’entravent afin de pouvoir se libérer de son passé.

J’ai beaucoup aimé le témoignage du riche lévite qui voit Jésus comme un bon charpentier. J’ai imaginé Jésus s’appliquer à réaliser porte et fenêtre. D’un métier ordinaire , Jésus fait sortir la précision , la perfection. Un simple homme peut-il réaliser ce qu’il a fait ?

Les personnages se succèdent, égrènent leurs souvenirs emplis de tristesse, de manque.

Thomas évoque les origines de ses doutes,  Ephraïm de Jéricho, ce repas de noces auquel Jésus n’est pas venu.

On découvre avec plaisir des témoignages d’autres disciples,  de Zachée  et de Simon de Cyrène…

On écarquille les yeux quand on lit le nom de Judas l’Iscariote. Que va-t-il donc dire pour justifier son acte?

On reste dubitatif face aux dires de Nathanaël. Pourquoi remet-il en cause l’humilité et la douceur de Jésus?

Jésus n’a pas fait l’unanimité et j’ai aimé le fait que Gibran le mentionne dans cette mosaïque. Caïphe le grand prêtre,  un jeune prêtre à Capharnaüm interviennent et le décrivent comme un violateur de la loi, un conjurateur, un imposteur ; une veuve de Galilée comme un être cruel qui sépare un fils de sa mère.

Certains ont été épuisés par ces paroles comme comme ce Jephté qui ne veut être comblé que par les prophètes et personne d’autre, d’autres ont préféré avancer la carte de la neutralité. Ils n’étaient ni chauds, ni froids…

Ce livre m’a fait voyager, il ne remet pas en cause pas ma foi, il vient la renforcer, me donne une occasion parmi tant d’autres de ne pas oublier le message principal de Jésus: message d’amour, message d’obéissance, message de grâce; de prendre conscience qu’une humanité soumise à DIEU peut être divine…

«L’esprit de Jésus de Nazareth est le meilleur vin et le plus âgé.»

«Même si je me soucie de préserver mes richesses et ma personne, je sais où se trouve le plus grand des trésors.»

«Jésus le Nazaréen est né et a été élevé comme nous. Sa mère et son père étaient comme les nôtres. C’était un homme. Mais le Christ, le Verbe, qui était au commencement, l’Esprit qui veut que nous vivions notre vie dans toute sa plénitude, s’est joint à Jésus et est resté avec lui. »

«Puissiez-vous chercher le Père comme le ruisseau cherche la mer.»

«Les grands événements semblent toujours étranges à nos vies quotidiennes, bien que leur nature soit enracinée dans la nôtre. Mais, bien qu’ils apparaissent et disparaissent soudainement, leur véritable durée s’étend sur des années et sur des générations. Jésus de Nazareth était lui-même le Grand Evénement. »

«Quand l’amour devient immense, il se tait. »

«N’oubliez pas que la soif mène au pressoir, et que la faim mène au repas de noces. »

Que lisez-vous en ce moment ?

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans Ma poésie

Mon autre

6

Parce qu’on a tous une part de nous qu’on veut cacher, étouffer…

Ce poème révèle l’autre, celle que je pourrais être si je perds mon bon sens…

Je n’en dis pas plus. Plongez dans l’univers de Chimères de verre et découvrez votre autre…

Disponible en format papier et numérique, le recueil de poèmes est en vente sur Amazon.fr

 http://goo.gl/EdyG6k

 

Sur le site de l’éditeur

http://goo.gl/393hnI

et sur Fnac.com

http://goo.gl/qHn9W2

Grâce Minlibé

Auteure de Chimères de verre