Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Evangelia de David Toscana, un livre audacieux

Et si l’ange Gabriel avait failli, oubliant de se préoccuper d’un détail anodin : le sexe du divin Enfant ? Voilà ce qui arrive quand on ne fait pas les choses soi-même et qu’on envoie un ange jouer les marieuses. Ainsi naquit Emmanuelle, fille de Dieu, dont la vie promet de ne pas être un long fleuve tranquille. Il va lui falloir faire ses preuves auprès de son irascible Père qui est aux cieux, s’imposer en icône révolutionnaire à Jérusalem pour que les prophéties s’accomplissent, malgré l’inénarrable misogynie ambiante et les embûches semées par son frère cadet, Jacob, bientôt connu sous le nom de Jésus…

l'Afrique écrit

C’est en parcourant le catalogue Zulma que j’ai découvert ce roman. Il a rapidement intégré ma wishlist. Le projet de l’auteur attisait ma curiosité. 

Evangelia est une parodie des mystères du christianisme. La foi judéo-chrétienne est présentée telle que l’athée la conçoit : ensemble de choses illogiques, aberrantes. 

Ce roman met en évidence toutes les questions philosophiques sur l’existence, le caractère de DIEU, les paradoxes de la bible qui sont dénués de sens lorsqu’on ne prend pas la peine de les approfondir. Il met également en évidence tous les défauts rattachés à notre humanité notamment ce que Jésus aurait fait s’il était 100% homme.

J’ai lu ce roman en prenant beaucoup de recul par rapport à ma foi. Même si certains éléments de l’évangile sont détournés de leur sens d’origine et mis hors contexte, j’ai apprécié ma lecture car ce roman remet en question la société patriarcale où la femme n’a pas son mot à dire.

Il exhorte à laisser plus de place aux femmes et à reconnaître leur valeur et importance.

J’ai beaucoup ri des actes de chacun des personnages de cette fabulation. Comme dirait l’éditeur, ce roman est un pari fou relevé avec un talent inouï. Un monument irrésistible d’érudition, d’humanité et de drôlerie.

dav

Ce roman conviendra parfaitement aux athées, philosophes et féministes.

 

Christmas

 

Roman traduit de l’espagnol (Mexique) par Inés Introcaso

Nombre de pages : 432
Paru le 18 Janvier 2018

Lien d’achat : ICI

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Le secret au quotidien – Rhonda Byrne

J’ai participé de Juillet à Août à un challenge sur Livraddict. A la fin du challenge, le gagnant donne un gage à chaque joueur : chacun a un mois pour lire un livre de sa propre PAL choisi par le gagnant. 

La gagnante a choisi pour moi Le secret de Rhonda ByrneUn livre de développement personnel que j’avais commencé en mai dernier je crois et puis, n’ayant pas d’entrain je l’avais mis de côté.

Des bribes d’un grand Secret ont été découvertes au fil des siècles dans les traditions orales, la littérature, les religions et les philosophies. Pour la première fois, toutes les pièces du Secret sont rassemblées dans une incroyable révélation qui risque de transformer la vie de tous ceux qui en prendront connaissance. Le Secret renferme la sagesse des maîtres des temps modernes. Les hommes et femmes qui l’ont utilisé et mis en pratique ont accompli des choses extraordinaires : ils ont supprimé la maladie, acquis d’immenses fortunes, surmonté des obstacles et réalisé l’impossible. Dans cet ouvrage, vous apprendrez à utiliser Le Secret dans tous les aspects de votre vie. Vous accéderez alors au pouvoir caché, inexploité qui sommeille en vous, et cette révélation pourra devenir une source de joie de tous les instants.

 

l'Afrique écrit

Rhonda Byrne et 24 auteurs nous livrent Le Secret à appliquer pour obtenir tout ce que nous voulons dans la vie.

Au début, je m’ennuyais, je n’apprenais rien. Il était question de foi, de processus créateur, de loi d’attraction. Ce sont des sujets qui m’intéressent mais ce que je lisais dans Le Secret n’était que redite des livres de développement personnel comme ceux de Napoleon Hill, de Robert Kiyosaki et de la Bible. En effet, des paroles de Jésus (extraits des Évangiles) sont citées dans ce livre : 

« Et tout ce que vous demanderez dans une prière pleine de foi, vous l’obtiendrez. » Matthieu 21 verset 22

C’est pourquoi je vous dis : tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l’avez déjà reçu, et cela vous sera accordé. » Marc 11 verset 24

 

Etant donné que la répétition est une vertu pédagogique, j’ai poursuivi ma lecture. Arrivée à la section sur la gratitude et l’amour, mon rapport au livre a changé.

Nous attirons tout ce à quoi nous pensons et tout ce pour quoi nous sommes reconnaissants. Dr John Demartini

J’ai découvert que Le Secret  n’était pas à lire mais à pratiquer. J’ai donc pratiqué certains exercices du Secret notamment le Secret et l’Argent, le Secret et la santé. 

 

Ce livre renforce la positivité, la foi, la joie, le sentiment d’abondance. Il nous encourage à rire, être heureux, utiliser notre imagination pour créer la vie que nous désirons, croire et ressentir que le meilleur est à notre portée.

C’est un livre à lire lorsqu’on va mal, c’est un moyen utile pour remonter la pente. 

 

Je me suis rendu compte en lisant ce livre que la Bible est une source inépuisable pour le renouvellement de la pensée notamment le Livre des Proverbes. Je vais davantage le méditer et l’appliquer. 🙂

 

« Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. » Jean 13 verset 17

 

Un amour interdit Alyssa Cole

 

Il n’est pas nécessaire que vous sachiez comment vos prières seront exaucées. Il n’est pas nécessaire que vous sachiez comment l’Univers se restructurera.
Le comment ne vous concerne pas. Permettez à l’Univers de travailler pour vous. Lorsque vous tentez de déterminer comment cela se produira, vous émettez une fréquence qui traduit un manque de foi, vous dites que vous ne croyez pas avoir déjà reçu ce que vous avez demandé. Vous pensez alors que vous devez agir, et vous ne croyez pas que l’Univers le fera pour vous. Le comment ne fait pas partie du processus créateur.

 

Vous êtes l’héritier du royaume. La prospérité est pour vous un droit inné, et vous détenez la clé de plus d’abondance que vous ne pouvez l’imaginer, et ce, dans tous les domaines de votre vie. Vous méritez toutes les bonnes choses que vous désirez, et l’Univers vous les donnera à condition que vous les appeliez dans votre vie. Maintenant, vous connaissez Le Secret. Vous avez la clé. Cette clé se trouve dans vos pensées et dans vos sentiments, et vous possédez cette clé depuis votre naissance.

 

L’amour et la gratitude peuvent ouvrir des passages dans l’océan, déplacer des montagnes et créer des miracles. L’amour et la gratitude peuvent éradiquer toute maladie.

 

« Tentons de ne pas oublier que toute pensée désagréable est une mauvaise graine que l’on sème littéralement dans notre corps. » Prentice Mulford

 

Le raccourci pour obtenir tout ce que vous voulez dans la vie consiste à Etre heureux et à vous SENTIR heureux dès maintenant ! C’est la façon la plus rapide d’attirer l’argent et tout ce que vous voulez dans la vie. Irradiez la joie et le bonheur et lancez ces signaux dans l’Univers.

 

 

Etes-vous adepte des livres de développement personnel ? Quel est celui qui a changé votre mode de pensée, votre manière de vivre ou qui vous a tout simplement marqué ?

 

fleur v1

Publié dans Panaché

Throwback Thursday Livresque 26 : en quête de repos

Throwback Thursday Livresque me revoilà ! Le thème de cette semaine est : Ma plus belle histoire de quête (qu’importe la quête)

 

J’ai tout de suite pensé à un livre que j’ai reçu il y a 5 ans quand je quittais Nantes pour Paris, un livre que j’ai reçu de ma responsable de GBU (Groupe Biblique Universitaire) :

 EN QUÊTE DU REPOS DE HANS BÜRKI

Illustrées de photos à dominante aquatique, ces pages présentent les méditations de quelques versets extraits de 12 Psaumes, choisis en fonction du thème de la quête du repos, de la paix, de la tranquillité, du silence. Autant de pauses bienfaisantes qui résonnent comme un appel à vivre dans un esprit sabbatique.

dav

Le monde d’aujourd’hui nous conduit dans un rythme effréné où il faut être à la hauteur, inspirer, faire partie des influenceurs. Il nous oblige souvent à être en compétition avec les autres. 

Dans ce monde, la sécurité devient un bien rare. Sécurité tant physique que spirituelle. 

Ce monde et les vicissitudes de la vie angoissent souvent. Qui n’a jamais été stressé ? Qui n’a jamais éprouvé d’inquiétude ? Qui n’a jamais eu peur ? Qui n’a pas envie d’être en paix ?

Ce livre est apaisant, les images de la nature associées au texte donnent un sentiment d’évasion.

dav

Ce livre donne des pistes pour retrouver son calme intérieur. Il nous appelle à faire une pause, à prendre conscience de la vanité de nos préoccupations, à dire clairement NON à tout ce qui veut voler notre calme.

Il nous exhorte à imposer le calme et le silence à notre âme, éviter de ressasser en nous la source de l’angoisse. Mettre notre pleine confiance en celui qui est INFINI, nous reposer en Lui et expérimenter cette tranquillité surnaturelle comme le dit ce verset que je ressasse dans mon cœur dans les jours de trouble 

Philippiens 4 verset 6 à 7

Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ.

 

dav

En quête du repos est un beau cadeau, un joli sentier de méditation, un remarquable instant de silence dans ce tumulte de la vie, une pause bienfaisante. Je le recommande à ceux qui sont en quête de repos.

Et vous, quelle est votre plus belle quête ?

GM signature

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Les pêcheurs de Chigozie Obioma, triste histoire

Couverture Les pêcheurs

 

Un jour de janvier 1996, dans un village du Nigeria, quatre frères profitent de l’absence de leur père pour pêcher au bord du fleuve interdit Omi-Ala.
Le sorcier Abulu, qui les a vus, lance sur eux une terrible malédiction : l’aîné, Ikenna, mourra assassiné par l’un de ses frères.
La prophétie bouleverse les esprits, et hante la famille jusqu’au dénouement tragique.
Avec cet admirable récit dans lequel le tempo du conte africain accompagne la peinture du monde contemporain, Chigozie Obioma invente une forme nouvelle d’écriture romanesque.

l'Afrique écrit

 

Quand le pilier de notre fratrie s’écroule, tout s’écroule avec lui…

Ikenna, Boja, Obembe, Benjamin… Ce n’étaient que des enfants. L’aîné n’avait pas encore seize ans. Ils ne méritaient pas d’être autant acculés, emprisonnés par la fatalité.

Il y a des rencontres qui ne doivent jamais se faire, on n’en sort pas sain et sauf, des personnes qui ne doivent jamais croiser notre chemin au risque d’être engloutis dans leur chaos. 

Il y a des mots qui détruisent et ces mots-là jamais ne doivent être dits, jamais ne doivent être répétés parce qu’il est difficile de les négliger, oublier. 

Pourquoi as-tu répété ces mots, Obembe ? Pourquoi y as-tu cru, Ikenna ? Pourquoi ?

Telles sont les questions que j’ai posées aux personnages de cette fiction qui pour moi étaient plus que des personnages de papier. Leurs sentiments n’ont pas été inventés, ils sont si réels : le désespoir, l’effroi, la haine se ressentent avec une telle intensité. 

 

Quand un malheur nous tombe dessus, on le subit. Quand un malheur nous est annoncé, doit-on le préparer ? 

J’ai vu dans ce livre le pouvoir des superstitions et des croyances. J’ai vu comment elles peuvent soulager (prières de la mère, l’environnement de l’église) et comment elles peuvent détruire (prophétie d’Abulu).

J’ai assisté impuissante à leurs malheurs. J’ai cherché en vain des alternatives pour que ça s’arrête mais je n’étais pas le destin, cette force supérieure. L’Homme n’est pas l’infini, il est limité, il y a des choses qui lui échappent, je l’ai davantage compris en lisant ce roman. 

 

L’ambivalence a été l’une de mes compagnes pendant ce temps de lecture. J’en ai voulu au père qui n’a pas écouté à temps les signaux que lui envoyaient son épouse par rapport aux enfants mais je l’ai admiré pour sa maîtrise de soi, son courage, son espérance de jours meilleurs. Cet homme a voulu un avenir meilleur pour ses fils et il a fait le nécessaire pour que cela arrive. 

J’en ai voulu à Ikenna, Boja, Obembe mais des enfants en proie à l’effroi pouvaient-ils gérer autrement les circonstances ?

J’ai détesté Abulu mais cet homme était-il réellement lui-même ?

J’ai eu mal au cœur pour cette mère déstabilisée parce qu’elle n’arrive pas à éviter les maux qui menacent ses enfants. 

Les quelques événements comiques glissés dans le roman tombent à point. Ils allègent le poids de la tristesse que dégage ce roman. 

 

Les pêcheurs est un excellent roman psychologique. L’auteur nous a servi une belle analyse de ses personnages : la description des états d’âme, passions, conflits psychologiques, sentiment de fraternité est réussie.

 

C’est aussi un beau récit lyrique, très imagé. J’ai beaucoup aimé les comparaisons utilisées par le narrateur :

  • le père de famille est  l’aigle,
  • la mère est la  fauconnière,
  • Ikenna, le python, 
  • Boja, le parasite,
  • Obembé, le limier,
  • Benjamin, la phalène. 

 

La traduction de ce roman est sublime, j’imagine que la version originale doit être encore plus puissante. 

Ce roman restera longtemps dans ma mémoire. Je le recommande aux passionnés de roman psychologique et le déconseille à ceux qui sont déprimés.

Les auteurs nigérians sont à suivre de très près. Ils possèdent d’excellentes qualités de conteur.


Résultat de recherche d'images pour "chigozie obioma"Né en 1986 au Nigeria, Chigozie Obioma enseigne la littérature aux États-Unis. Son premier roman, Les Pêcheurs, publié dans 26 pays, a immédiatement connu un immense succès public et critique.

Pour en savoir plus sur le roman, cliquez ici

 

 

 

 

 

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Interviews, Quand on est célib'

L’amitié: une ressource pour vivre le célibat au quotidien

Attendre l’homme de sa vie… Et si l’on traversait les années sans le trouver ? Et si l’on se retrouvait seule jusqu’au dernier soir de la vieillesse ? Le célibat… et si c’était pour la vie ?

J’imagine déjà certaines femmes s’évanouir en lisant cela, d’autres toucheraient sûrement du bois. Le célibat, personne ne veut y rester mais… et si pour certaines c’était pour la vie ?

J’ai lu un article de Chantal en mai dernier sur TopChretien.

Chantal est une française de 61 ans et elle a toujours été célibataire. Son article sur ce thème m’a touchée et j’ai eu envie qu’elle partage avec nous son expérience de célibataire. Elle a accepté et je lui suis reconnaissante pour ce bout de chemin de vie qu’elle partage avec nous.

questions liebster awards

Quels sont les 3 mots qui te décrivent parfaitement ?

Patiente, sociable, très ordonnée.

A quoi pourrais-tu associer le célibat ?
Une gestion à mettre en place.

Nouvelle réforme de l’orthographe : le mot célibat est banni. Par quoi le remplacerais-tu ?
Solibataire.

Te retrouver seule, c’est… :
Un mode de vie épanouissant.

 

Peut-on être célibataire et heureuse ? 
Oui, sans aucun doute, on peut être célibataire et heureux(-se), en voyant les bons côtés de la solitude (grande liberté, plus grande disponibilité spirituelle, on est à l’abri des aléas du mariage).

Comment gères-tu le poids de la solitude ?
Pour moi, la solitude n’a jamais été un poids trop lourd à porter, même si j’ai parfois des regrets quand je vois des couples heureux d’être ensemble.

Te sens-tu différente des autres femmes parce que tu es célibataire ?
Il m’arrive d’envier les femmes heureuses en ménage, mais la plupart du temps, je ne me sens pas différente des autres.

 

Comment ta famille ou tes amis perçoivent-ils ton célibat ? 
Je n’ai pas eu l’occasion de leur poser la question, mais je sais qu’ils voient en moi « une femme au cœur joyeux », et je pense que ça les étonne.

 

Qu’est-ce qui a changé en toi depuis que tu es célibataire ?
Mes longues années de solitude ont fait que je suis beaucoup plus introvertie que quand j’étais jeune, mais ça me convient bien, car j’ai découvert chez moi un côté contemplatif que je ne soupçonnais pas.

Qu’est-ce que tu apprends pendant cette période de célibat ?
À mieux goûter l’instant présent, à être reconnaissante de tout ce que Dieu me donne, à apprécier l’amitié à sa juste valeur.

Quel mot d’encouragement adresserais-tu aux femmes qui souffrent de la solitude, du célibat ?
Je suis convaincue que le mariage aussi comporte sa part de souffrances, elles sont seulement différentes de celles du célibat, pas forcément plus faciles à vivre. Souvenons-nous aussi qu’on sort du célibat plus facilement et plus agréablement que du mariage !

Y a-t-il une question que tu aurais envie que je te pose ? 
Oui : Y a-t-il quelque chose qui t’a aidée à bien vivre ton célibat ?

En 2002, j’ai participé à un camp chrétien pour les solos. Nous étions une trentaine et il s’est passé entre certains d’entre nous quelque chose qui tient du miraculeux : nous avons vécu une sorte de « coup de foudre collectif », si bien que des liens d’amitié très forts se sont tissés entre nous. Grâce au courrier électronique, un petit noyau est resté en contact. La composition du groupe s’est un peu modifiée au fil des ans : les uns sont partis (décès, mariage, etc…), d’autres se sont ajoutés. Seulement deux se sont mariés (en dehors du groupe, d’ailleurs) mais une est restée attachée à notre petite communauté et revient avec son mari chaque fois qu’elle le peut. Nous sommes très dispersés géographiquement mais, quinze ans plus tard, nous continuons à nous réunir une à deux fois par an : au moins une semaine l’été et quelques jours au Nouvel An.
La plupart d’entre nous sont (encore ? ou de nouveau) seuls, mais cette amitié nous aide à vivre le célibat au quotidien : nous nous soutenons moralement et prions les uns pour/avec les autres. Sans eux, je pense que ma solitude serait beaucoup plus difficile à supporter. Je remercie Dieu de les avoir mis sur ma route.

 

As-tu déjà pensé à avoir un enfant juste pour ne pas être vieille fille ?

Non, jamais ! En plus de transgresser la loi de Dieu (Deutéronome 22.21), il aurait fallu que j’élève un enfant toute seule… non merci !

 

Est-ce que tu as toujours en toi l’espérance du mariage ?

Le mariage ? Je ne sais pas. Le désir de connaître un jour un amour partagé est toujours là, mais j’envisage sans peine de finir ma vie seule.

 

Propos recueillis par Grâce Minlibé – Reproduction interdite sans la permission de l’auteure et l’interviewée.

 

GM signature

Publié dans Interviews, Quand on est célib'

Le célibat est un état, pas une identité

Isabelle Moumié est une maman trentenaire camerounaise. Calme, rêveuse, et simple, elle est célibataire depuis 6 ans. J’ai découvert son blog grâce à sa puissante Lettre aux femmes célibataires.

 

Rencontre avec une femme dont « la passion est d’aider les personnes à être plus épanouies dans leurs vies spirituelles et émotionnelles, grâce au renouvellement de l’intelligence. »

L’image contient peut-être : texte

Isabelle, pour toi, c’est quoi la solitude ?

C’est me retrouver avec moi-même. C’est une bulle d’oxygène, pas une finalité.

A quoi pourrais-tu associer le célibat ?

Une solitude positive.

Nouvelle réforme de l’orthographe : le mot célibat est banni. Par quoi le remplacerais-tu ?

Je ne sais pas,… Singulier ?

 Quelle est ta fierté en tant que femme ?

Etre une femme inspirée et inspirante.

Te sens-tu différente des autres femmes parce que tu es célibataire ?

Parfois. 

Comment gères-tu tes complexes ?

Quel complexe ? Celui d’être célibataire ? Déjà je ne le considère plus comme un complexe. J’essaie d’en tirer le maximum de profit.

Quel est le sentiment qui t’a animée les premiers jours après t’être retrouvé célibataire ?

Le soulagement.

Ces sentiments t’habitent-ils aujourd’hui ?

Parfois encore oui. Je désire me remettre en couple, mais parfois je suis soulagée de ne pas l’être !

Pourquoi ?

Peut-être un peu la peur de devoir réaménager ses habitudes en considérant la présence de l’autre. Car on finit par s’habituer au célibat !

Depuis que tu es célibataire, quel est ton plus grand regret ?

Ne pas m’être séparée plus tôt.

Vis-tu plus ta vie de mère que ta vie de femme ?

Il me semble que oui.

 

Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ?

Ils souhaitent que je rencontre un homme avec qui former un couple. Certains pensent que je rate ma vie en restant célibataire. D’autres veulent juste que je sois heureuse, célibataire ou pas. Alors je me confie en Dieu et me concentre sur ce qui m’épanouit et me rend heureuse.

Qu’apprends-tu  pendant cette période ?

J’apprends à mieux me connaître et à assumer pleinement qui je suis. Je gagne en assurance. J’ai compris que j’étais beaucoup plus forte que je ne le pensais, que je pouvais avoir confiance en mes idées, et que je pouvais être fière de qui je suis.

Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ?

Lire et écrire.

Quel est ton secret pour être une célibataire heureuse ?

Faire ce qui m’épanouit et me permet d’exprimer ma véritable personnalité.

Et qu’est-ce qui t’épanouit ?

Ecrire, écouter pour conseiller, chanter et danser !

Je suppose que la chair veut reprendre le dessus parfois. Comment fais-tu pour ne pas vivre dans la fornication ?

Ma relation avec le Seigneur est devenue vitale ! Donc je bannis déjà de mon cœur l’option fornication. Ça aide énormément d’être très claire avec soi-même sur ce point. Quand mon corps se réveille trop là, faire de l’exercice physique m’aide à évacuer la tension !

Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ?

Je leur dirai que tant qu’elles se focalisent sur le célibat, il restera à leurs yeux un problème. Le célibat est un état, celui d’une personne qui n’est pas marié, pas une identité ! On ne se définit pas par rapport à son statut matrimonial.

Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue qu’est-ce que tu lui dirais ?

Epanouis toi, apprends à te connaître et à grandir. Découvre ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas. Sois libre d’être toi-même.

Propos recueillis par Grâce Minlibé – copie interdite sans son autorisation ou celle de l’interviewée.

Résultat de recherche d'images pour

 

Pour aller plus loin avec Isabelle,

http://lesnotesdisa.com/dans-ma-detresse-il-ma-secourue/

http://lesnotesdisa.com/comment-etre-liberee-dune-dependance-affective/

http://lesnotesdisa.com/la-guerison-des-coeurs-brises/

http://lesnotesdisa.com/ote-ta-carapace-d-invulnerabilite/

 

 

Pour vous procurer l’e-book d’Isabelle, c’est par ICI

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Revue cinéma

TAG CINEMA : le 7e art de Grâce Minlibé

Je rédigeais ma revue du film THE CEO quand j’ai été illuminée, la Muse du blog m’a demandé de faire un TAG qui porterait sur le cinéma !

Chers amis, c’est avec un immense plaisir que je vous parlerai des films qui m’ont marquée. 

 

tag-cinema-grace-minlibe

 

1) Petite question d’introduction, quand je vais au cinéma, quelle est la place où je préfère aller m’asseoir ?

Les sièges du haut, en milieu de rangée.

2) Ai-je déjà quitté la salle au milieu d’une séance ? 

Non, je suis une jusqu’au boutiste. Je termine toujours les livres même ceux qui m’ennuient, j’en fais autant pour les films. 

3) Passons aux choses sérieuses. Quel film m’a révélé un de mes acteurs favoris ?

Résultat de recherche d'images pour "60 secondes chrono"

Cet excellent film d’action m’a révélé le talentueux Nicolas Cage.

Après ce film, j’ai regardé : Bangkok DangerousPrédictionsBad Lieutenant : Escale à La Nouvelle-OrléansGhost RiderBenjamin Gates et le Trésor des Templiers

4) Dans quel film aurais-je aimé avoir un rôle ? 

Résultat de recherche d'images pour "la chute de Londres"

C’est un excellent film d’action. Le suspense est présent du début à la fin, pas de temps pour s’ennuyer. J’aurais aimé jouer le rôle de Lynne Jacobs, directrice du United States Secret Service

Résultat de recherche d'images pour "la chute de Londres lynn jacobs"

5) Un film que j’aurais aimé écrire/produire

 

Résultat de recherche d'images pour "Django_Unchained"

J’ai été épatée par la qualité de ce film et la façon dont a été traitée l’esclavage. La réalisation est sans bavure, les dialogues savoureux, l’interprétation étonnante. J’aimerais écrire et produire des films de cette qualité. 

6) Un film que j’ai regardé plus d’une fois

Résultat de recherche d'images pour "something new film"

Grande fan des couples mixtes, j’avais adoré le couple formé par Sanaa Lathan et Simon Baker. J’ai aimé leur rapprochement, leur essai, leur rupture. Bref, j’ai tout aimé.

J’avais emprunté le DVD à ma coloc de l’époque. Je le regarde au moins une fois chaque année. 2016 a été une exception 😀

Résultat de recherche d'images pour "something new film"

7) Le couple d’acteur qui me ferait rêver à l’écran 

Keanu Reeves, l’amour de ma vie et Halle Berry, une actrice que j’admire pour son talent et sa beauté. 

Résultat de recherche d'images pour "keanu reeves"

Résultat de recherche d'images pour "halle berry"

8) Le dernier film que j’ai vu en salle

the-ceo-un-film-de-kunle-afolayan

 

 

9) Un film dont j’ai regretté d’avoir payé la place

Résultat de recherche d'images pour "only god forgives"

Je n’ai jamais vu un film aussi insipide que celui-ci. Le film est sans scénario, tout est prétexte à tuer, violenter. Seul Dieu peut réellement pardonner tant d’imperfections dans une production. 

10) Un film qui m’a boostée 

Facing the giants.jpg

Un puissant film qui nous rappelle la puissance de la gratitude même dans les moments sombres, un film qui a ranimé ma foi et m’a rappelé qu’avec Dieu tout est possible.

11) Un film qui m’a révoltée 

Résultat de recherche d'images pour "twelve years a slave affiche"

J’ai toujours mal au coeur quand je regarde des films qui traitent de l’esclavage. Je suis toujours révoltée quand je vois des humains se croire supérieurs à d’autres à cause de leur couleur de peau et quelle couleur ! 

#Blacklivesmatter

12) Un film qui  m’a donné envie de tomber amoureuse

Résultat de recherche d'images pour "THE  bodyguard"

Ce film ne prend pas une ride et la cause : c’est une romance à l’état pur. Simple mais profonde. Kevin Costner er Whitney Houston m’ont fait grandement rêver, leur duo est juste parfait !

13) Un film qui m’a fait flipper 

Le dernier en date qui m’a fait flipper est 

Résultat de recherche d'images pour "dans le noir affiche"

Une famille en proie à une mystérieuse créature qui ne vit que dans le noir.
Petite, Rebecca a toujours eu peur du noir. Mais quand elle est partie de chez elle, elle pensait avoir surmonté ses terreurs enfantines. Désormais, c’est au tour de son petit frère Martin d’être victime des mêmes phénomènes surnaturels qui ont failli lui faire perdre la raison. Car une créature terrifiante, mystérieusement liée à leur mère Sophie, rôde de nouveau dans la maison familiale. Cherchant à découvrir la vérité, Rebecca comprend que le danger est imminent… Surtout dans le noir.

Chez moi, on dit :  ouaiye c’est du bon ! J’ai eu très peur de cette ombre malfaisante qui se nourrit de la peur. 

14) Un film où j’ai failli mourir de rire

Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre. Un casting de feu, un scénario hyper délirant, ça donne un film génialissime. J’ai ri, ri, ri…. 

Résultat de recherche d'images pour "astérix et obélix mission cléopatre"

15) Un film qui m’a fait pleurer comme une madeleine

Résultat de recherche d'images pour "hôtel rwanda"

Le film retrace l’action de Paul Rusesabagina, un hutu, gérant de l’hôtel quatre étoiles Les Mille Collines à Kigali, qui abrita et sauva 1268 Rwandais tutsis et hutus modérés dont sa propre famille, menacés par le génocide rwandais de 1994. J’ai pleuré d’impuissance, de colère face à la méchanceté de l’homme. 

16) Un film dont j’ai aimé un personnage en particulier

 

WAR ROOM est un film fascinant plein d’humour et d’engagement qui explore le pouvoir que la prière peut avoir dans le mariage, l’éducation des enfants, la carrière professionnelle, l’amitié et d’autres domaines de notre vie.

Image associée

J’ai beaucoup aimé Miss Clara, son rôle d’intercesseur, sa vie de prière. C’est un modèle pour moi. J’ai beaucoup aimé le rôle qu’elle a joué dans la vie d’Elizabeth. Ca a été une véritable connexion divine.

17) Si je devais passer une soirée avec un réalisateur, ce serait 

Mel Gibson, le réalisateur de la passion du Christ. J’ai tant de questions à lui poser sur ce film qui m’a permis de voir réellement ce que Christ a enduré à la croix pour moi et pour toi également. 

Résultat de recherche d'images pour "la passion du christ"

J’espère que ce tour dans ma cinéthèque vous a plu. Avez-vous vu ces films ? Vous ont-ils plu ?

Avez-vous envie de vous prêter au jeu ? J’ai hâte de lire vos réponses aux 17 questions en commentaire.

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Mes larmes coulent en silence, l’amour interdit

Ce roman est le récit de la vie de l’abbé Briano et de sœur Dorisca, deux serviteurs entièrement dévoués, qui, ayant décidé de consacrer leur vie uniquement à l’œuvre de Dieu, font la fierté de leurs communautés respectives. Mais parviendront-ils à se soumettre à leur vocation faite de privations et d’interdits ? C’est une œuvre empreinte d’une « violence » inouïe où se mêlent amour et souffrance, amertume et mépris, irresponsabilité et lâcheté ; un véritable miroir de l’âme languissante dans la boue mortelle du péché.

 

 

« Si ma fille ! Tu es courageuse, je le sais. Mais c’est beaucoup plus sérieux que ce que tu as appris chez nous. C’est une vie de renoncement à tout. Ce n’est pas si facile qu’on peut l’imaginer, à cause des nombreuses exigences de notre chair… »

C’était donc cela. Il fallait renoncer à tout, à l’amour, aux désirs de la chair. Il fallait tenir ferme et ne pas céder un seul instant. Mais, était-il possible de résister aussi longtemps à ce sentiment insensé, lorsqu’il vous prend ? 

 

 

Mes larmes sont celles de la reconnaissance du mal, de mon infidélité, de ma rébellion contre le seul être qui m’a véritablement aimée, le seul ami bienveillant, celui qui ne méritait pas d’être trahi honteusement.

 

 

 

Elle pleura l’horrible trahison amoureuse, la première et la pire. C’était le résultat de la désillusion d’une jeunesse naïve sous l’empire d’un mal fou d’amour. 

 

L’amour est une magie irrésistible qui ignore le reste ; un courant enivrant qui emporte tout sur son passage, sans se soucier des affres qu’il peut laisser dans les cœurs fragiles. L’amour est fait d’infimes détails qui contrastent avec ce que l’on peut imaginer et en attendre. Il peut vous réussir comme il peut vous conduire à la ruine morale et physique, bref à la mort. 

Douce Dorisca, innocente Dorisca… Tout avait si bien commencé. Elle avait pendant des années su résister aux appels nombreux des prétendants. Elle était arrivée à garder les yeux fixés sur son maître, son Père, son Seigneur et à être fidèle au vœu de chasteté qu’elle avait prononcé en tant que sœur au couvent Sainte-Monique. Elle était sur le bon chemin jusqu’à ce que Briano, ce jeune prêtre fasse irruption dans sa vie. Ce prêtre éveille des sentiments d’amour en elle, les attise. Il fait fi de sa condition de prêtre, de modèle de l’église. Il veut aimer Dorisca, l’entraîne dans des chemins tortueux. 

Si seulement il l’aimait d’un amour sincère ! Si seulement ce qu’il ressentait pour Dorisca n’était pas que du désir ! Si seulement, il avait respecté la dignité de Dorisca ! Si seulement il n’avait pas considéré que sa réputation d’homme de Dieu, avait assumé les conséquences de ses actes  et sa paternité ! 

Si seulement il l’avait soutenue lorsque le couvent, sa famille l’ont rejetée ! Si seulement il l’avait défendue aux moments où le village la calomniait !

Briano est un lâche et je lui en ai voulu. Je déteste ces hommes qui n’assument pas le fruit de leur désir, laissent des femmes souffrir en silence sans les épauler !

J’ai été émue par la situation de Dorisca, sa bravoure, sa souffrance. J’ai admiré sa force, sa capacité  de pardonner, son attachement à DIEU. 

Ce récit aborde les phénomènes de société, les apparences trompeuses des hommes de Dieu.

Vous êtes pour ceux qui ne vous connaissent pas réellement le bon et excellent prêtre qui trouve son plaisir à prêcher la parole de Dieu. Seulement, je viens de découvrir l’homme. J’en conviens que l’habit ne fait pas le moine. 

Il met en lumière le quotidien des femmes à qui l’on a imposé l’exclusion, la solitude. Des femmes devenues des recluses par la faute de l’homme. 

La véritable misère d’un homme est sans nul doute de mépriser et d’humilier la femme ; sa pire malédiction est de détruire la vie de celle-ci, quelle qu’en soit la forme choisie. 

Il nous incite en tant qu’humain à toujours agir avec droiture,  reconnaître nos torts et en assumer les conséquences.

Il nous incite au pardon et nous rappelle que le pardon de Dieu est toujours offert à celui qui se repend.

C’est une belle leçon de vie. 

D’autres mots sur l’oeuvre

Nombre de pages : 186

Date de publication : 18 septembre 2014

Publié par Edilivre (réédition)

Pour en savoir un peu plus, cliquez ici 

Des mots sur l’auteur 

Cadre de Ressources humaines, Ludovic Julien Kodia est le directeur du Centre médico-social évangélique de Mayangui. Il a déjà publié Destin cruel en 2011 et De l’amour à la haine en 2014 aux Éditions Edilivre (France).

 

 

GM signature

Publié dans Interviews, Quand on est célib'

Tout est question de saison

Aurélie vit à Montréal au Canada. Passionnée et visionnaire, elle a une mission : aider d’autres femmes à découvrir leur identité, développer une intimité avec le Seigneur, vivre un célibat épanoui, bâtir des relations saines qui glorifient Dieu et faire la différence dans leur génération. Elle le fait en partie travers de son blog créé en mars 2012, Le Carnet de Lily. Elle a particulièrement à cœur les femmes célibataires. Etant elle-même célibataire depuis des années, elle connaît et comprend les défis qui vont avec !

Rencontre avec cette femme humble, ouverte et précieuse que j’ai découverte en mars dernier via l’une de ses publications postées sur Facebook qui parlait de compagnie. 

 

aurelie nseme
Source : Le carnet de Lily

1. Un verbe qui caractérise l’amour selon toi ?

J’en ai plutôt trois: Donner, Servir, Pardonner.

2. Pour toi, c’est quoi la solitude ?

Un état d’esprit.

 

3. Te sens-tu différente des autres femmes parce que tu es célibataire ?

Aucunement, car célibataires ou mariées nous sommes toutes des perles aux Yeux de Dieu !

 

4. Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ?

C’est quelque chose de normal pour eux, une étape de la vie, ils n’y pensent pas constamment, on ne se parle pas en se disant « Oh aujourd’hui tu es encore célibataire ! » Mes amis me disent parfois « J’ai hâte de voir ton mari, il sera vraiment exceptionnel ! »

 

5. Qu’est-ce que tu apprends pendant cette période de célibat ?

J’ai appris la patience, mais aussi à me garder, que ce soit physiquement ou émotionnellement. J’ai appris que je ne devais pas donner un accès à tout homme qui venait vers moi. J’ai énormément grandi, appris des choses sur moi-même et surtout, cela m’a rapprochée de Dieu. J’ai développé une plus grande intimité avec Lui. Je suis devenue plus douce, patiente, ferme dans mes choix et mes décisions. Et j’ai découvert mon appel. J’avais une vague idée en venant au Seigneur il y a quelques années mais au fil du temps, au travers des expériences vécues et de ma relation avec Dieu, elle s’est précisée.

 

6. Quelle est ta fierté en tant que femme ?

D’être capable de m’accomplir et de faire une différence dans ma génération !

 

7. Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ?

Travailler sur mes projets. Je suis une grande rêveuse et j’ai toujours mille idées à concrétiser alors je profite de cette saison de ma vie pour le faire !

 

8. Quel est ton secret pour  ne pas envier les personnes en couple en étant célibataire ?

La Présence de Dieu 😉  Parce qu’au travers de notre intimité de Père et fille, Il me sécurise constamment dans mon identité et Il me complète. Aussi, je dirais d’éviter de se comparer. Nous sommes toutes à des étapes différentes de nos vies. C’est comme si une chenille enviait sa sœur papillon ! Tout est question de saison.

 

 

9. Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ?

Je leur dirais de fixer leurs yeux à la bonne place, d’amener constamment leur cœur devant le trône de grâce. Mal le vivre, être dans l’inquiétude, le stress, la frustration, l’envie ou la jalousie ne va pas accélérer le processus, au contraire ça retarde les choses. Ton attitude détermine ton altitude ! Tu dois savoir qui tu es et ne pas attendre d’être dans une relation pour te sentir bien. Jésus est l’objet de notre affection.

 

10. Nouvelle réforme de l’orthographe : le mot célibat est banni. Par quoi le remplacerais-tu ?

Saison.

 

11. Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue que  lui dirais-tu ?

Jésus a payé un grand prix pour toi, Il veut guérir toutes tes blessures du passé et te restaurer, afin que tu n’aies plus besoin de chercher l’amour dans les bras/le lit d’un homme mais de le trouver dans les bras de Ton Sauveur. Tu es Belle et tu as du prix aux Yeux de Dieu. Tu as une destinée qui t’attend. Dieu a un plan pour ta vie, comme Il te le dit dans Jérémie 29:11.

 

 

Pour aller plus loin avec Aurélie,

La solitude 

Croissance et préparation

Découvrir et entrer dans son appel

Rendez-vous et flirt

Comment bien vivre l’abstinence

 Avoir des standards

En cette saison, garde ton coeur

 

Publié dans Interviews, Quand on est célib'

« Seul à seul » avec…

being single

Il y a plusieurs façons d’aborder et de vivre le célibat. On peut lui attribuer une portée épicurienne ou une portée spirituelle.  A bientôt 35 ans et mère d’un garçon de 12 ans, Bérénice a choisi la 2ème option.  

Rencontre avec cette dame ivoirienne célibataire depuis 2 ans qui se définit comme une femme entière, déterminée et avec une certaine fierté.

 

 

Un verbe qui caractérise l’amour selon toi ? 

 Aimer, c’est donner. 

Pour toi, c’est quoi la solitude ?

Tout être humain est fondamentalement seul et, au-delà de son désir d’échapper à cette vérité, chacun quelque part en lui-même le sait. De ce fait, la solitude est avant tout un sentiment, un état de fait. Un temps d’isolation où nous rentrons dans un cocon, afin de nous connaitre réellement. Et il n’y a pas « une » mais « des » solitudes. Il s’agit donc de distinguer la solitude de l’isolement (n’avoir personne à qui parler), la solitude choisie par soi et enfin la solitude « ressentie » car l’on se sent seul même en étant entouré.

La solitude n’a pas le même sens selon qu’elle est choisie ou subie. 

As-tu des complexes ?

Franchement non je n’en ai plus ! Si vous m’aviez interrogée il y a des années j’aurai dit oui ! J’étais beaucoup complexée. Mais depuis que j’ai découvert ma réelle identité en Christ, je me passe des complexes. Je me sens parfaitement, superbement bien dans ma peau avec ce que je possède ou pas !

Te sens-tu différente des autres femmes parce que tu es célibataire ?

Non ! Mon statut de célibataire ne me donne pas de me sentir différente des femmes qui ont eu la grâce de trouver leur homme. Je me dis qu’elles sont aussi passées par cette étape, on y passe toutes, l’essentiel c’est de bien le vivre afin de mieux appréhender le mariage.

Pourquoi es-tu encore célibataire ? 

Le célibat est un choix qui s’est imposé à moi. Lorsque tu t’es mise dans plusieurs relations qui ont capoté, il faut savoir marquer une pause.

Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ?

Je viens d’une famille chrétienne où les enseignements sur le célibat ne sont pas courants. Lorsque j’entends les remarques de la part de certaines personnes mariées, il est bien dommage qu’il en soit ainsi.  Il y a d’abord ceux qui pensent qu’on n’est pas réellement une personne tant qu’on n’a pas trouvé notre moitié, ensuite ceux qui pensent que le bonheur n’existe que dans le mariage et enfin ceux qui pensent qu’on doit avoir un grave problème pour ne pas être mariée après 30 ans !

Mais que dit la Bible ? Il y a deux textes dans le nouveau testament qui parlent du célibat : Matthieu 19.12 et 1 Corinthiens 7. Le célibat permet à la personne de consacrer son temps, son énergie et ses pensées à Dieu. Le célibataire peut, comme dit Paul, s’inquiéter des choses du Seigneur (1 Corinthiens 7/32). Mais il précise aussi que c’est un don que Dieu donne à des hommes et des femmes, et que s’ils ne l’ont pas reçu «  il vaut mieux se marier que de brûler ». 

Je n’ai pas véritablement d’amis (es). Certains le perçoivent bien, attendent tout comme moi le temps de Dieu ; d’autres en font un objet de raillerie ; ou encore sont dans l’empressement de me voir enfin dans un foyer en tant que madame tel.

Qu’apprends-tu  pendant cette période de célibat ? 

D’abord cette période de célibat m’a permis de me découvrir et me rapprocher de Dieu. Savoir ce qu’Il attend de moi, le pourquoi de mon essence sur cette terre, Le servir pleinement. J’ai découvert pendant cette période le véritable moi en la compagnie de Jésus. En lui, je développe ma joie, mon épanouissement. 

Qu’est-ce qui a changé en toi depuis que tu es célibataire ?

Waouh !!!! Énormément de choses ! J’ai développé un certain charisme en moi avec l’aide de Dieu, que je n’avais pas, ne saurais peut-être pas si j’étais en couple avec un homme. J’ai découvert que j’étais une femme battante et courageuse. Moi qui étais impatiente, suis devenue patiente et tolérante. Dieu use de ce moyen d’isolation pour travailler en moi pour cet homme à venir, et Il le fait en chacune de nous pendant ce moment.

Quelle est ta fierté en tant que femme ?

Ma fierté en tant que femme : mon fils, ce don de Dieu et celle que je suis devenue !

Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ?

(Rires) C’est un trajet, disons un rituel maintenant :  travail_ Eglise_Maison_ Visite chez ma mère.

Quel est ton secret pour être célibataire et ne pas envier les personnes en couple ?

Je n’ai aucun secret, je vis bien mon célibat car lorsque satan tente de vouloir me rendre triste en me rappelant mon statut, je lui rappelle la Parole de Dieu, qui veut que tous ses enfants soient heureux et qu’il y a pour chacun, chacune un homme ou une femme qui attend quelque part.

En vérité, je suis déjà mariée, je sais que mon homme est déjà là, je me prépare juste à le rencontrer, bien que je ne le vois pas. Dans mes prières je demande à Dieu de le préserver dans Ses voies à Lui, l’élever, le distinguer etc… Et je sais que Dieu n’a pas dit il n’est pas bon que l’Homme soit célibataire mais plutôt pas bon que l’Homme soit seul. Le célibat n’est qu’un état civil. Le remède donc de Dieu à la solitude est la compagnie et non forcement le mariage.

Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ?

Que vous soyez célibataire par choix ou par nécessité, que vous ayez l’intention de rester célibataire pour toute la vie ou juste pour un temps, ne considérez surtout pas cette condition comme une malédiction. Non ! Nous constatons dans La Parole de Dieu que Adam, avant que ne soit créée Ève, a passé du temps seul avec Dieu. De même Ève pendant le sommeil d’Adam a passé aussi du temps seule avec Dieu. Cette période de temps exclusive avec Dieu est ce que nous appellerons « le seul à seul ».

Vous aussi, chérissez votre période de célibat, cette période de « seul à seul » avec Dieu avant même de parler mariage. Bénéficiez de ce temps de solitude avec Dieu, dans Sa présence. Vous redécouvrirez votre vraie image et personnalité.

Aussi, il faut que toutes puissent comprendre que le bonheur n’est pas lié à la vie de couple, mais au fait d’être en relation avec Dieu. Bien sûr, il y a des femmes qui me diront qu’elles souffrent de ce célibat et qu’elles rêvent de se marier. Je les comprends, mais j’aimerais leur dire : Si maintenant, nous ne savons pas être heureuses étant seule, ce n’est pas dans le mariage que l’on vivra cela. Car comme on voudrait nous faire croire, le mariage ne rend pas un Homme heureux.

Le mariage est un mandat Divin ! Dieu a besoin qu’en tant que chrétiennes célibataires, nous puissions remettre notre vie entre Ses mains. Il connaît toutes choses, Il sait ce qui est le meilleur pour nous. Alors, faisons Lui confiance et servons Le.

Nouvelle réforme de l’orthographe : le mot célibat est banni. Par quoi le remplacerais-tu ?

Disons : « jamais été marié » voire single.

Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue qu’est-ce que tu lui dirais ?

Je ne change rien de toi, tu as fait du chemin, tu as fait le plus dur. Tu as appris de chacune de tes erreurs. Continue sur cette voie et ce malgré les obstacles, tu es sur la bonne voie, tu sauras toujours les surmonter avec l’aide de Dieu. Sois toujours cette femme qui a toujours cru en elle et en sa vision. Fortifie-toi et prends courage ! Le meilleur pour toi est à venir. Sois heureuse !!!

Propos recueillis par Grâce Minlibé – Copie interdite sans autorisation de l’auteure et l’interviewée.