Publié dans Interviews, Quand on est célib'

Il me fallait à tout prix me sentir aimée

Natacha est une jeune femme ivoirienne, plutôt timide (mais folle pour les intimes), ambitieuse et audacieuse. Elle vient juste d’avoir 27 ans et elle est célibataire. Avec humour, elle nous livre son expérience.

Depuis combien de temps es-tu célibataire ? 

Depuis le 13 Avril 2015 à  20 heures.

(rires) Tu spécifies l’heure du début du célibat 

Ouiiii, ce n’était pas du jeu ce jour-là loool

Comment définis-tu la solitude ?

Le fait de rester seule pour un bref moment histoire de rentrer en soi même pour tirer le bon et le mauvais côté d’une situation donnée.

Dirais-tu que tu es bien dans ta peau ?

Oui très bien dans ma peau, sans complexe.

Quelle activité te procure un sentiment d’accomplissement ?

Mon travail même si je cherche mieux.

Quelle est ta fierté en tant que femme ?

Ma dévotion pour le christ, appartenir à une communauté religieuse et travailler pour le Seigneur. Savoir que j’inspire certaines personnes sans le savoir me fait vraiment plaisir.

Te sens-tu différente des autres femmes parce que tu es célibataire ?

Différente car célibataire ??? Pour quelle raison ??? J’ai la joie de vivre !  Je ne suis pas différente,  j’ai des activités.

Je peux très bien me mettre en couple mais je suis plus exigeante qu’avant. La femme n’a vraiment pas besoin d’être en couple pour être épanouie. C’est ce que j’ai compris depuis ma rupture. Avant je n’arrivais pas à faire plus de 3 mois en étant célibataire, il me fallait à tout prix me sentir aimée.

Je me disais que si je devais aller de l’avant il me fallait un homme. Je me trompais car j’avance bien en étant célibataire.

Dirais-tu du célibat : c’est un mal pour un bien ?

Ce n’est vraiment pas un mal le célibat. Il m’a permis de grandir en maturité, d’avoir une nouvelle vision de la vie. Ce qui m’a été bénéfique.

Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ?

Aaahhhh ma famille  !!!!! Pour elle, ce n’est vraiment pas normal que je n’ai aucun petit ami depuis l’année dernière. Ça pense mariage.

« Il faut te marier Natacha. Ne les chasse pas tous »

Tu chasses donc tes prétendants ? (rires)

looll je ne les chasse pas mais c’est juste que le bon n’est pas encore venu, celui qui remplit mes critères. La barre est haute.

On me propose des rencontres mais jusque là ça n’à aboutit à rien. Ce n’est pas ma faute. Le valentin idéal n’est pas encore là.

En ce qui concerne mes amis, certains mettent en doute mon célibat. Je ne fais que sourire. Ma vie n’est pas la leur…

Certaines amies  ont des problèmes dans leur couple, elles me disent qu’elles veulent faire comme moi. Elles ne sont pas heureuses en couple mais ne veulent pas rompre. Je ne comprends pas mais bon,  chacun a sa vision dans la vie.

Si on juge le lieu dans lequel on est non adéquat mais qu’on y reste, c’est notre choix.

femme célibataire

Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ?

L’habitude que j’ai adoptée est d’être toujours occupée. Je suis à fond dans ce que je fais. Je me fixe des objectifs, ou je sors avec mes amis ou en famille.

Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ?

Elles ne devraient pas se sentir mal. Qu’elles essaient de tirer le bon côté de leur échec en amour.Il faudrait qu’elles se remettent en cause.

noire et celibataire

Un autre conseil : qu’elles prennent leur travail au sérieux en se basant sur Christ.

Leurs valentins, ces hommes qui sont faits pour elles, viendra un jour mais il ne faut surtout pas qu’elles en fassent un objectif  sinon elles risquent d’avoir encore mal.

Quelle est ta conception du bonheur ?

Le bonheur pour moi est d’appartenir à Christ ! Aider ceux qui ont besoin de moi et leur apporter le sourire.

Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue qu’est-ce que tu lui dirais ?

Si je me croisais dans la rue ? looolll je dirais : « ma chérie yako*. Il ne connait pas ta valeur. Ne lui fais pas plaisir en t’accrochant à cette relation qui n’aboutira à rien. Son entourage te dit de tenir bon mais tu sais bien que votre relation est éteinte. Avaaaannnce il y a mieux devant avec JESUS CHRIST. »

*je compatis à ta situation en langage ivoirien

Propos recueillis par Grâce Minlibé – copie interdite sans son autorisation ou celle de l’interviewée.

Publié dans Quand on est célib'

LE CÉLIBAT… QUI LE CHOISIRAIT?

Le célibat est souvent un statut que nous souhaiterions le plus court possible pour notre vie. Il a souvent été qualifié d’état « passager », de « hors-norme », de « statut normal pour personne désagréable »… ou de statut pour personne très spirituelle…
Bref, tu as peut-être entendu beaucoup de qualificatifs qui t’ont profondément blessée, qui ne te correspondaient pas…
J’ai personnellement entendu que le célibat pouvait être comparé à un handicap !

jamais été célibataire

La suite de l’article sera une compilation d’articles du TopChretien évoquant le célibat. Je les ai lus et ils m’ont fait du bien. Puisque le bien-être est un état qui doit être partagé, j’ai décidé de le partager avec vous.

Le contenu des articles fait beaucoup référence à la foi chrétienne. Si vous ne partagez pas cette foi, il vous sera difficile de trouver une valeur ajoutée à ces articles. 😉

LE CÉLIBAT… QUI LE CHOISIRAIT?

A travers le mariage, le célibat ou, le veuvage. Comment nous comporter ?

  • Accepter ses dons, chaque jour, avec reconnaissance
  • Vivre aujourd’hui avec le Seigneur, car  » à chaque jour suffit sa peine « . Demain appartient à Dieu. Faire de la journée quelque chose de beau et d’unique pour Dieu et pour les autres.
  • Cultiver une relation riche et bénie avec l’entourage : proches, frères et sœurs chrétiens, voisins, amis, collègues.
  • Garder une place particulière pour les enfants rencontrés, qui ont besoin d’une oreille attentive.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici 

LE PIRE MENSONGE

C’est triste à dire, mais plusieurs chrétiens célibataires croient qu’ils ont une vie malheureuse parce qu’ils sont célibataires. Le célibat est perçu comme une maladie dont ils doivent se débarrasser le plus vite possible.

Tomber en amour et se marier sont considérés comme le remède qui va guérir leur malheur et régler tous leurs problèmes.

Mais c’est une grande erreur de croire ce mensonge que de tomber en amour et se marier va automatiquement vous amenez le bonheur et vous rendre entier.

C’est vrai que de tomber en amour génère de très fortes émotions qui peuvent être perçues comme étant le bonheur, mais les émotions viennent et repartent. Les émotions ne sont malheureusement pas stables. Le fait est que le vrai bonheur ne provient pas des émotions. Le vrai bonheur est trouvé lorsqu’une personne devient entière.

Certains célibataires comprennent qu’ils ont besoin d’être entier pour être heureux, ils se mettent donc à chercher leur âme sœur, cette 2e moitié qui va les compléter et les rendre véritablement heureux.

Saviez-vous que cette idée de trouver l’âme sœur n’est pas biblique ? L’idée de trouver l’âme sœur nous vient de la mythologie grecque.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici 

Mandy Hale

LE CÉLIBAT, UN PLUS AUTOUR DE NOUS

Est-ce une réalité ? En sommes-nous conscientes ?  La première question à se poser est : Est-ce que les célibataires en sont conscients ?

Quand j’entends les remarques de la part de certaines personnes mariées, il est bien dommage qu’il en soit ainsi Il y a ceux qui pensent qu’on n’est pas réellement une personne tant qu’on n’a pas trouvé notre moitié. Ensuite ceux qui pensent que le bonheur n’existe que dans le mariage. Et enfin ceux qui pensent qu’on doit avoir un grave problème pour ne pas être mariée après 30 ans !

Etre célibataire n’est pas très à la mode aujourd’hui. C’est souvent perçu comme un échec, alors que c’est tout le contraire ! Le célibat, tout comme les couples ou les familles sont des richesses pour tous !
Dans la société d’aujourd’hui, il y a de plus en plus de personnes seules. L’Eglise a besoin de célibataires pour toucher cette classe de personnes. Il faut que tous puissent comprendre que le bonheur n’est pas lié à la vie de couple, mais au fait d’être en relation avec Dieu.

L’article en entier se trouve ici

CÉLIBATAIRE ÇA VOUS DÉRANGE?

Bannissons dans nos rapports avec les célibataires les « clichés » tels que :« Avec le Seigneur on est jamais seul » ; « Fais de l’Éternel tes délices et il te donnera ce que ton cœur désire… » – la célibataire connaît ces versets à la lettre pour les avoir longuement médités et serrés dans son cœur. Des missionnaires ont témoigné avoir souffert de ces conseils prodigués parfois avec légèreté par des personnes bien intentionnées, souvent mariées et ignorant tout de la solitude. Lors de la célébration d’un mariage il peut être dangereux de s’approcher de la personne seule en lui disant « Alors, c’est quand ton tour ? », au risque de s’entendre poser la même question lors d’une inhumation !

Accueillons-la parmi nous et ne pensons pas à elle uniquement en cas de besoin en raison de sa disponibilité. Pensons à ajouter de temps en temps un couvert à la table familiale. Elle apprécie plus qu’une autre que l’église soit une véritable famille. Évitons de la juger en lui disant, « Si tu es seule, c’est parce que tu es trop ceci, pas assez cela, etc.» – ce qui peut être pertinent dans certains cas, mais se révèle bien souvent injuste et douloureux – en outre cela laisse supposer que celles qui se marient sont parfaites !

L’article en entier se trouve ici

JE SUIS CÉLIBATAIRE ET TRÈS HEUREUSE DE L’ÊTRE

J’ai 47 ans, je suis célibataire et très heureuse de l’être !

Il y a environ 8 ans, j’ai décidé que je voulais lire ma Bible régulièrement et de façon systématique. Ce que j’ai fait et que je continue de faire.

Une année après, alors que je lisais la 1ère épître aux Corinthiens, je suis arrivée au v. 7 du chap. 7 :  » … chacun reçoit de Dieu son don particulier, l’un le mariage, l’autre le célibat « . J’avais lu ce verset de nombreuses fois avant, mais ce jour-là, le Saint-Esprit a éclairé mon être intérieur d’une façon toute spéciale. J’ai réalisé que mon Père aimant me faisait un don merveilleux, celui du célibat. Cela a été un jour de grande paix pour moi, après bien des années d’attente(s) et de questionnements.

Lorsque nous recevons un cadeau d’une personne qui nous aime et nous connaît, nous savons que ce cadeau aura été choisi et sera le plus approprié pour nous et que nous n’en voudrions pas un autre.

C’est encore plus vrai lorsque c’est Dieu, celui qui nous aime et nous connaît le mieux, qui nous l’offre. C’est pourquoi, je ne désire pas un autre cadeau que celui que j’ai reçu de mon Père céleste : le célibat. Avoir réalisé cela est une source de contentement et  » celui qui a le contentement dans son cœur est toujours en fête  » (Pr 15.15 BS).

Depuis lors, je n’ai plus jamais eu le sentiment d’être seule. Je ne peux pas expliquer comment, mais le Père m’a enlevé toute souffrance par rapport au célibat (aussi par rapport au désir d’avoir des enfants). Il me comble de multiples bénédictions et me fait rencontrer de nombreuses personnes.

Envie de lire la suite de l’article ? C’est par ici 

célibataire

VOUS SENTEZ-VOUS SEUL ?

Nombreux sont ceux qui vivent leur solitude comme un handicap. La solitude que l’on subit, celle qui fait mal, c’est cette solitude que nous pourrions appeler la solitude du cœur.

Derrière cette solitude peuvent se cacher des désirs comme celui de se marier, de fonder un foyer et d’avoir des enfants. Un tel désir est légitime, mais il est important de ne pas précipiter les choses et laisser Dieu agir en son temps.

L’amour est patient ! (1 Corinthiens 13.4) Ensuite, Dieu sait parfaitement ce qu’il nous faut. Il sait ce qui est bon pour chacun d’entre nous. Il n’agit jamais dans la précipitation. Il n’est jamais dépassé par les événements. Il savait qu’Adam avait besoin d’Eve ! Il est concerné plus que vous ne l’êtes par votre situation.

Être seul, c’est aussi avoir plus de temps pour soi et pour Dieu. Autant profiter de cette saison de votre vie pour donner plus de temps à Dieu, pour être plus utile au sein de votre église ou d’une œuvre chrétienne.

Apprivoisez votre solitude en rendant grâces à Dieu pour cette saison qu’il vous permet de vivre et rompez avec l’isolement. Allez à la rencontre de ceux qui vous entourent.

Et n’oubliez surtout pas que le Seigneur désire cheminer par-dessus tout avec vous dans vos moments de solitude, car Dieu désire nouer une profonde amitié avec chacun. N’est-il pas l’ami d’Abraham, ne parlait-il pas avec Moïse comme on parle avec un ami ? C’est ce qu’il désire faire avec chacun de nous.

Soyez confiant car une saison laissera toujours la place à une autre. C’est Dieu qui fixe le terme à une saison de solitude.

célibat

A tous, je souhaite une sensationnelle période de célibat.

Vivez aujourd’hui. Hier n’existe plus, Demain n’est pas à votre portée. 🙂

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Obsession

L’Attente fortement ressentie par le personnage de la nouvelle Obsession… – qui a inspiré le titre de ce recueil – est un leitmotiv partagé par plusieurs autres nouvelles. Dans Marie-Espoir, Comment choisir ? et Tic-tac, après maintes déceptions, la vie s’annonce  enfin prometteuse pour Marie, Sakhine et Aboua. Quant à la cupidité, véritable gangrène sociale, elle fait prendre des risques à Betty, Elisa et Aby, trois jeunes dames pourtant pleines de vie dans Les attaquantes, et même à Jacob pour qui l’argent semble plus précieux que sa santé dans Le matelas. Ainsi va la vie, entre déboires et rayonnements, vices et innocences…

Dans ce recueil de quinze nouvelles, des travers de notre société  comme l’inceste, le mariage forcé, l’escroquerie, côtoient des sentiments nobles tels que l’Amour et le Don de soi, pour montrer que l’Espoir est toujours et encore permis.

IMAG0786

En parcourant la quatrième de couverture, on peut penser que ce recueil est banal, qu’il vaut un autre livre et pourtant …

L’on ferait un «Reading–faux-pas » en sous-estimant la force de cette œuvre.

En parcourant mon blog, vous pourrez voir que j’ai lu plus d’une dizaine de recueil de nouvelles, si vous me demandez celui qui m’a le plus marquée,  je vous dirais : Obsession de Komara Constance Mariam.

J’ai l’habitude de lire des nouvelles avec des chutes brutales, inattendues, Komara Constance Mariam m’a fait découvrir des nouvelles aux belles ouvertures et forts goûts d’inachevé.

La majorité des nouvelles se termine avec une action en suspens, l’auteur donne la liberté au lecteur de trouver la fin qui lui convient.

La plume de l’auteur est simple, sans fioritures ce qui permet au lecteur de se projeter facilement dans les scènes décrites.

L’auteur ne veut pas ennuyer son lecteur et on le sent dans les moindres détails. Chaque héros de nouvelles a une profession différente ce qui nous permet de voyager dans des décors distincts : expert en développement durable, banquière, entrepreneur, professeur à domicile, policier…

Il en est de même pour les sujets évoqués : inceste, recherche d’une ascension sociale, cupidité, corruption, pauvreté, chômage, mariage consanguin…

 Quelles sont les nouvelles que j’ai préférées ?

Marie-Espoir

Je parie qu’avec un prénom pareil, vous m’imaginez pleine d’espoir ! Je vis sur une « Terre d’Espérance »  mais hélas, je ne peux être la mascotte de mon pays tant je suis le pessimisme personnifié !

L’emploi de Marie-Espoir est en-dessous de son niveau d’études, sa vie sentimentale est un désastre.  Désespérée de sa situation, elle se réfugie dans la prière et les veillées à l’église. Là-bas, elle recevra une prophétie qui désignera son mari, un homme auquel elle ne s’attendait pas et le lecteur non plus…

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle pour la mise en exergue d’un fait que l’on rencontre souvent dans les églises évangéliques où des couples sont formés sur la base de prophéties divines. Révélation divine ou calcul sentimental effectué par les pasteurs ? Seul DIEU, le pasteur et le couple formé le savent … 😀

Cette nouvelle se termine sur un gros dilemme et j’avoue avoir élaboré plusieurs scénarii pour la suite de cette histoire.

J’y suis, j’y reste

J’y suis et j’y reste ! Vous les jeunes d’aujourd’hui vous êtes ingrats. Comment comprendre que vous voulez me faire quitter la maison qui vous a vu naître ? Dans cette maison, j’ai été pauvre. Dans cette même maison, j’ai eu ma fortune.

Un père de famille refuse de quitter sa maison située dans un bidonville et pourtant sa situation financière lui permet de le faire. Pour quelle raison est-il si attaché à cette maison ? La réponse est à la fin de cette nouvelle

J’ai bien aimé  le côté mystique de cette nouvelle qui fait 10 pages. Là encore, l’histoire s’achève sur un choix que doit opérer l’un des protagonistes de l’histoire et l’on ne peut en tant que lecteur s’empêcher de vouloir choisir pour lui.

Tic Tac parce que j’ai connu la période de chômage et toutes les interrogations qui en découlent.

Comment choisir ? Rester dans une vie de maîtresse frustrée d’un homme marié ou épouser un étranger et vivre une union longue distance avec son corollaire de contraintes, ou alors me mettre en couple avec un collègue avec tout ce que cela impliquera comme déconvenues professionnelles et racontars sur notre compte ?

A la place de l’héroïne, qu’auriez-vous fait ? Moi, je cherche encore … 😀

 

Et pourtant c’est lui. Un homme est accusé d’avoir volé le portefeuille d’un autre. L’accusatrice est formelle mais le portefeuille ne se retrouve pas sur l’accusé. Où se trouve-t-il donc ? Cette nouvelle s’étale sur 2 pages. J’ai beaucoup apprécié sa touche d’humour.

Veuf mais pas trop  Un homme perd sa femme. En plein deuil, il s’aperçoit que celle qu’il a épousé n’était pas vraiment sa femme… J’ai été agréablement surprise par la fin. Là encore, on ne peut s’empêcher de s’imaginer la suite des événements de l’histoire.

Fatalité qui dénonce les conséquences du mariage consanguin. L’histoire m’a beaucoup émue.

Quelques nouvelles ne m’ont pas séduite. Il s’agit de :

Renoncer.  Le récit d’un policier qui se laisse entrainer dans la corruption et décide d’y renoncer. La moralité est forte mais je n’ai pas été transportée émotionnellement.

Mes yeux ont vu. Un amoureux de la nature au point de voir en elle une femme… L’histoire se lit aisément mais elle ne m’a pas emportée.

Le matelas.  Un homme à l’apparence très pauvre et pourtant très riche. J’ai déjà entendu une histoire de ce genre avec le même début, le même corps et la même fin. Je m’attendais à une autre tournure de l’histoire, plus originale.

La grenouille du Marabout. Le début de la nouvelle ressemble à un conte. Je n’arrivais pas à entrer dans l’histoire. J’ai relu les premières pages à deux reprises.

Garba le Jouisseur veut officier comme marabout afin d’assouvir ses fantasmes démesurés. Il utilise donc un subterfuge pour arriver à ses fins. Son manège fait rire, la fin de l’histoire aussi mais je m’attendais à une autre tournure, à une fin plus explosive.

Je vous souhaite une très belle découverte de l’œuvre.

Quel recueil de nouvelles lu vous a marqué ?

Publié dans Quand on est célib'

Futur partenaire de vie: ma wishlist

Il y a quelques jours, je suis tombée sur lui en classant des dossiers, je l’ai revu et j’ai souri. Il n’avait pas pris une ride, il était resté le même: celui qui prenait plaisir à garder mes vœux.

Lui, c’est mon cahier de vie affective et il a 6 ans!!!!! 😀

Dans quelles circonstances est-il né? Après la grande vague de mes déboires amoureux que vous pouvez lire dans Chimères de verre.

Je voulais redonner une seconde vie à mon cœur, lui dire qu’il avait encore de bonnes raisons de croire en l’amour.

Mes désillusions amoureuses ont eu l’avantage de me permettre d’identifier les qualités que je voudrais retrouver chez mon partenaire non d’une nuit mais de toute une vie.

Ma wishlist se présentait de cette façon:

Ce que je veux  

  • Un homme passionné de DIEU

C’est mon premier désir basé sur la vérité universelle qui est: « notre vie doit être partagée avec quelqu’un qui a des besoins identiques aux nôtres. »

  • Un homme intelligent

Un homme qui fait preuve de discernement, de jugement et de bon sens.

  • Un homme drôle

Parce que rire c’est bon pour la santé.

  • Un doux

Rien ne vaut un homme affectueux avec un petit air de candeur.

wishlist

  • Un leader demandeur

J’avoue: je ne sais pas ce que je mettais derrière ces mots. A 19 ans, je trouvais ces mots très classes. 😀

Comme quoi on émet souvent  des qualités qu’on n’a pas vraiment creusées.

Aujourd’hui je pourrais dire un homme avec de l’ambition mais qui est d’un caractère simple, sans prétention.

  • Un homme qui fait attention à lui

Pas un homme qui a plus de produits de beauté que moi, juste un homme soigné, faisant attention à sa santé (ce qui inclut une non-consommation de tabac, une consommation sobre d’alcool. Eh oui, on ne va pas boire que de l’eau au dîner!!!)

  • Plus âgé que moi (différence limitée à 10 ans)

J’ai toujours eu un faible pour les hommes plus âgés que moi parce que je les juge plus matures.

Ce que je ne veux pas 

  • Un homme négligent

Qui néglige son apparence, son âme, sa santé parce qu’il faut bien mourir de quelque chose.

  • Autoritaire

Celui qui a une mauvaise conception de la soumission, celui qui veut me priver de ma liberté.

  • Timide et mou

Un homme hésitant, qui manque de caractère ?! Non, merci!

J’ai écrit ces mots avec toute la candeur d’une jeune fille de 19 ans.  Avouez que je n’étais pas trop exigeante, je n’ai pas désigné son niveau d’études, le nombre d’enfants qu’il voudrait ;  je n’ai pas évoqué les critères physiques 😛

Physiquement, je voulais un homme avec un visage charmant qui serait bien plus grand que moi mais pas comme Taylor.

Ma liste faite, j’attendais que l’homme qui possède ces traits de caractère se présente à moi. Il s’est  présenté avec mais ça a été la catastrophe!!!

Il m’a au moins permis d’ajuster ma wishlist:

Ce que je veux

  • Plus âgé que moi (différence limitée à 5 ans)

Ce que je ne veux pas

  • Plus attaché à sa confession religieuse qu’au Christianisme

Ma liste mise à jour, j’attendais mon homme idéal. Puis un jour, j’ai fait une rencontre qui m’a permis de reconsidérer mon célibat. Cette rencontre m’a bouleversée et je me suis rendu compte que je ne devrais pas attendre l’amour pour être heureuse, le bonheur se trouvait dans ce que j’avais déjà.

J’ai cessé de courir après l’amour. Je cours maintenant après moi. 🙂

Je me plais dans mon célibat mais la vie nous réserve bien des surprises. Il se pourrait qu’elle mette quelqu’un sur mon chemin.

Quelqu’un qui satisfera aux exigences de ma wishlist ? Oui et non.

Je m’explique.

Personne ne peut prétendre se connaître parfaitement, connaître précisément ce qui est meilleur pour lui. Par méconnaissance,  j’ai sûrement omis des qualités essentielles que mon partenaire devrait avoir.

La Providence  connaissant  parfaitement ce qui est meilleur pour moi, je décide donc de lui faire confiance  et de me laisser surprendre par elle.

Mandy Hale

Ainsi s’achève le récit de l’évolution de ma wishlist.

Avez-vous une wishlist, mes chers amis célibataires? A-t-elle évolué dans le temps?

Pour celles qui sont mariées, aviez-vous une wishlist? Êtes-vous tombée sur votre homme idéal?