Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 100: Passion dévorante – Luisiano N’dohou

Qui dit jeudi, dit Throwback Thursday Livresque. Cette semaine, le thème est:  Péchés capitaux

J’ai tout de suite pensé à Passion dévorante de Luisiano N’Dohou

Depuis qu’il a obtenu une promotion, Karelle ne reconnait plus Olivier, son compagnon depuis 5 ans. Prétextant la célébration de sa réussite professionnelle, Olivier renoue peu à peu avec ses anciennes habitudes de célibataire: virées nocturnes, soirées alcoolisées, brochettes de conquêtes féminines…
Pour couvrir ses incartades, Olivier invente mensonges sur mensonges qui sont autant de coups de poignard dans le cœur de Karelle. Rongée par la jalousie et la colère, elle est bien décidée à répliquer. Alors, quand le romantique Mustafa lui déclare sa flamme, Karelle se dit qu’elle tient enfin sa vengeance.

La vie de couple est loin d’être un long fleuve tranquille. Karelle Doguéi et Olivier Djoman vont en faire l’expérience.

Olivier est un père célibataire lorsqu’il rencontre Karelle. Très vite le courant passe entre eux. Ils s’installent ensemble, vivent passionnément leur amour jusqu’à ce qu’Olivier soit promu au rang de chef du département commercial. Dès cet instant, Olivier redevient l’homme qu’il était avant sa rencontre avec Karelle.

Il multiplie les virées nocturnes, s’éloigne de Karelle. Cette dernière tente de sauver son couple, sans obtenir de résultats durables.

Elle prenait toutes sortes d’initiatives, le gratifiant de toutes les caresses imaginables, à la limite de la luxure.

Lorsque Mustafa, jeune cadre dynamique commence à lui faire la cour, Karelle se jette dans ses bras, avide d’attention et habitée par la colère envers Olivier.

Passion dévorante expose les tourments de la vie de couple, là où l’infidélité des hommes est tolérée et celle de la femme condamnée. J’ai un peu grincé des dents face à la justification de l’infidélité de l’homme par certains personnages. L’infidélité n’est pas normale, elle n’a pas de genre.

Le cheminement du couple et leurs travers sont intéressants à suivre. Côté psychologie des personnages, j’aurais voulu que le tempérament de Karelle soit plus affirmé.

Le récit est sentimental mais pas romantique à souhait. J’ai plus lu un livre avec une histoire d’amour qu’une romance. Les mâles ne m’ont pas fait vibrer. Je n’ai pas eu d’étoiles dans les yeux. A aucun moment, je n’ai envié Karelle, rêvé d’être à sa place.

Quel livre auriez-vous proposé pour ce thème ?

Publié dans Psyché

La plume de l’amour, c’est moi

Ecrire…
Un acte de temps, de patience
Un cheminement
Ecrire…
Un acte d’indulgence, d’intransigeance
Ajouter, supprimer, effacer, repartir de zéro
Analyser, soupeser, jauger, reformer
Garder l’équilibre entre la vue de l’esprit et la voix du cœur.
De la page blanche à la page noircie, il y a de la sueur, des doutes, des interrogations, des convictions qui deviennent incertitudes.
De la page blanche à la page noircie, le cri se mue en silence et vice versa
Ecrire…
Courir, ralentir…
S’arrêter, demander son chemin
Partir, revenir
Laisser l’œuvre bouillir, se construire
Passer des ténèbres à la lumière

J’ai écrit ces lignes durant l’écriture d’un roman que je tenais à proposer pour un concours d’écriture organisé par Frat Mat Editions .

Ecrire… Qui a dit que c’était facile ? Que ce n’était pas un plaisir mêlé de souffrance ? Et après, la soumission du manuscrit, il a fallu attendre les résultats.

J’avais une furieuse envie de gagner et mercredi dernier, la joie était à son paroxysme quand j’ai vu ça

Je suis la 1ere lauréate du concours et mon manuscrit « Ultime amour » sera publié d’ici la fin de l’année!

Comme dirait l’Ecclésiaste, la fin d’une chose vaut mieux que son commencement et je suis bien heureuse que ce mois de Juillet s’achève sur cette belle note.

J’ai maintenant hâte de tenir mon 3e bébé dans les mains.