Publié dans Arrêt sur une oeuvre

The Hate U Give – Angie Thomas

Couverture The Hate U Give : La Haine qu'on donne / La Haine qu'on donne

 

Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police. 
Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. 
Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

mon-avis-de-lecture

Ce livre me faisait de l’œil depuis l’an dernier. Heureusement, ma binôme du Swap Carnet de bord l’a mis dans mon colis. 

On entre très vite dans le vif du sujet, ce jour où Khalil a été lâchement tué. On assiste impuissant à cette scène et on réalise combien la vie de l’un est jugée parfois superficielle pour l’autre. On réalise combien la vie est fragile.

J’ai ressenti la douleur de la famille de Khalil, la révolte de Starr lorsque l’opinion publique en particulier les citoyens blancs justifient le meurtre de Khalil et que la police tente de classer l’affaire.

LA VIE D’UN NOIR NE VAUT PAS MOINS QUE CELLE D’UN BLANC !

J’ai repensé à tous ces meurtres relevés par le mouvement Black Lives Matter et j’ai encore une fois ressenti de l’indignation. 

 

Notre voix est notre arme. Ne jamais se taire, faire bouger les lignes, lutter pour l’égalité, la justice, voici la leçon que nous enseigne Starr lorsqu’elle décide de parler, dire ce qu’elle a vu lors de cette nuit atroce.

 

A travers ce roman, Angie Thomas nous fait découvrir ou redécouvrir le message du rappeur Tupac. 

Thug Life, ça voulait dire : « The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody ». La haine qu’on donne aux bébés fout tout le monde en l’air.

Il faudrait que la société arrête de fabriquer ces propres monstres.

 

Au-delà du roman engagé, ce roman jeunesse fait le portrait d’une famille afro-américaine qui vit dans un ghetto. On fait une immersion dans une communauté, un quartier populaire avec ses gangs. J’ai passé un bon moment avec la famille de Starr. Leur cohésion et leur humour m’ont permis de passer un bon moment.

 

img_20190928_125841

 

img_20190927_222254

 

J’ai trouvé trop mignon le couple que Starr forme avec Chris.

Les personnages tant principaux que secondaires sont colorés et même si le langage employé colle parfaitement à l’univers et reste accessible pour les adolescents, j’aurais voulu qu’il soit plus élaboré. J’aurais également voulu qu’il y ait plus d’actions. J’ai eu l’impression par moment que certaines réflexions étaient redondantes.

 

Maintenant, il ne me reste plus qu’à regarder le film. L’avez-vous déjà vu ?

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 47 – Take me anywhere avec Ernest J. Gaines

Le Throwback Thursday Livresque est officiellement en pause en ce mois d’août chez Carole du blog My Bo0ks. Pour ne pas perdre mon engouement à participer à ce rendez-vous, j’ai décidé de reprendre en ce mois d’août les thèmes de l’an dernier que je n’avais pas faits

1er août : Famille

8 août : Comme un oiseau en cage

15 août : La meilleure héroïne

22 août : Take me anywhere

29 août : Fantasy, fantastique, magie, SF, irréel, incroyable, miracle, au delà, anges et créatures…

Thème de cette semaine

Allez, venez, on part en Louisiane !

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "louisiane"

Résultat de recherche d'images pour "baton rouge louisiane année 40"

 

 

Résultat de recherche d'images pour "d'amour et de poussière"

Jim Kelly, la trentaine, vit dans une plantation de Louisiane. Narrateur du récit, il voit arriver un jour Marcus, jeune noir de Bâton Rouge, qui vient de tuer un type dans une bagarre. Pour éviter la prison, il est assigné à résidence en tant qu’ouvrier agricole.
Orgueilleux et violent, Don Juan devant l’Éternel, Marcus va vite s’opposer à Bonbon, le contremaître Cajun, et séduire sa femme…

Bonbon est amoureux de Pauline, domestique noire. Un amour interdit, connu des gens de la plantation et toléré mais la relation de Marcus avec Louise, la femme blanche du contremaître est jugée provocatrice et inacceptable.

Louise n’est pas heureuse dans son mariage. Comme Marcus, elle a envie de fuir la plantation. Leur fuite va provoquer une catastrophe. 

Un récit tragique où les secrets des uns deviennent chantage pour les autres. Entre désir de vengeance et soif de liberté, il y a de l’amour, du rire, de la beuverie, des coups de poing. 

J’ai apprécié ma lecture, les personnages tant principaux que secondaires sont attachants. 

La plume d’Ernest J. Gaines est une belle découverte. Une écriture limpide, très agréable, un style spontané et plein de fraîcheur.

img_20190720_073846

 

Quel livre auriez-vous choisi pour ce thème ? Faites-moi sortir des sentiers battus ! 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Rentrée littéraire chez Grasset: Rouge impératrice de Léonora Miano

Grâce à la plateforme Net Galley, je découvre des romans de la rentrée littéraire 2019.

Je remercie les éditions Grasset qui m’ont permis de découvrir en avant-première le dernier roman de Léonora Miano

Rouge impératrice

Auteure d’une dizaine de romans dont je n’ai lu jusqu’ici que la saison de l’ombre, cette brillante auteure camerounaise s’intéresse à son continent. Elle explore son passé, expose son présent, anticipe son futur.

Et si le monde tournait à l’envers ? Et si le monde n’était pas dominé par les Etats-Unis, l’Europe mais par l’Afrique, les Noirs ? Et si les dominants devenaient les dominés ?

Et si les immigrants devenaient ceux qui refusaient l’asile ?

Et si nous avions une nouvelle trempe de chefs d’état non dépendants de la Françafrique, assoiffés de justice, non cupides, pensant au bien-être et au développement de l’Afrique ?

Quel africain (e) de l’Afrique subsaharienne n’a pas rêvé du futur glorieux de l’Afrique ? D’une Afrique prospère, maîtresse de son destin, ne tendant plus la main ?

Léonora Miano donne une forme au rêve d’hier et d’aujourd’hui en usant d’une écriture dense et d’un registre soutenu. Elle crée un univers qui met en valeur l’Afrique. Des croyances animistes ancestrales aux programmes télévisés en passant par les mets et le style vestimentaire, les richesses culturelles des tribus et ethnies de l’Afrique sont célébrées.

 

Oubliez Wakanda, entrez à Katiopa !

 

Espace spacio-temporel ?

  • Katiopa, l’Afrique unifié à l’exception des pays nord-africains, se composant de 9 régions.
  • L’an 2124 selon le calendrier des Fulasi (français) et l’an 6361 pour les katiopiens.

 

Ilunga est chef de l’Etat et membre de l’Alliance, une sorte de société secrète. Cela fait cinq ans que l’Alliance est au pouvoir, cinq ans que le Katiopa unifié existe.

Ilunga est déterminé à réussir là où la fédération précédant le Katiopa unifié avait échoué. 

Il rencontre lors de ses sorties Boyadishi. Le prénom Boyadishi est forgé à partir de celui d’une reine des Icènes, guerrière rousse appelée Boadicée.

Ilunga est déjà marié à Seshamani, Boyadishi (Boya) a un amant mais l’amour qu’ils ressentent l’un pour l’autre n’est pas anodin. 

Dans ce couple qu’ils vont former, l’énergie et le spirituel sont mis en avant. Un aspect apprécié durant ma lecture car pour moi il y a d’abord union spirituelle avant une union charnelle. 

Entrer dans l’existence d’un être conférait des responsabilités. On n’y venait pas pour soi-même.

Ilunga et Boya montrent la force que procure l’union du masculin et du féminin.

Boya, enseignante-chercheuse à l’université est passionnée des sociétés marginales notamment les Fulasi. Descendants d’immigrés français qui avaient quitté leur pays au cours du XXIème siècle, s’estimant envahis par les migrants. Afin de préserver leur identité européenne, certains s’étaient dirigés vers le pré carré subsaharien où l’on parlait leur langue, où ils étaient encore révérés et où ils pouvaient vivre entre eux. Mais leur descendance ne jouit plus de son pouvoir d’antan : appauvrie et dépassée, elle s’est repliée sur son identité.

Ces Fulasi refusent d’incorporer les mœurs locales. Selon Ilunga et Igazi (responsable de la sécurité intérieure) leur comportement pouvait constituer une nuisance pour le  Katiopa nouveau qu’Ilunga devait ériger.

Ilunga pense soumettre le projet de leur expulsion au Conseil mais Boya fera son possible pour l’en dissuader. Elle veut qu’on leur tende la main, qu’on les considère comme Katiopiens. L’influence de Boya sur le chef de l’Etat dérange Igazi. Pour ce Katiopien conservateur, il faut écarter Boya avant qu’elle ne dissuade Ilunga…

 

Au-delà de l’image glorieuse de l’Afrique qu’il renvoie, ce roman dense expose ces questions au cœur des débats de la nation française qui embarrassent et confondent souvent les politiques : repli identitaire, pureté identitaire, l’intégration et l’assimilation à une communauté. Sans faux-fuyant, Léonora Miano les aborde avec adresse et bon sens.

 

Rouge Impératrice, un roman à lire et à faire lire en attendant patiemment une adaptation cinématographique.

 

Un amour interdit Alyssa Cole

 

extrait rouge impératrice

 

 

screenshot_2019-07-01-11-15-33

screenshot_2019-07-01-21-42-22

screenshot_2019-07-02-10-20-36

screenshot_2019-07-02-20-18-49

 

Le roman est disponible en librairie à compter de ce jour. Pour l’acheter en ligne, cliquez ICI

NB : Si le roman est écrit en français, la langue de nos personnages est écrite dans l’écho de plusieurs cultures et langues africaines diverses. Je vous conseille de lire le glossaire avant d’entamer votre lecture.

 

GM signature

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Mais leurs yeux dardaient sur Dieu…

Couverture Mais leurs yeux dardaient sur Dieu

« J’aime ce roman comme aucun autre. » Zadie Smith
« Le plus beau roman d’amour de tous les temps. » Oprah Winfrey
« Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est de la même envergure que les œuvres de William Faulkner, F. Scott Fitzgerald et Ernest Hemingway, celle de la vraie littérature américaine. » Saturday Review

Il m’a été difficile de résister à ce roman après avoir lu toutes ces éloges sur le site de l’éditeur Zulma.

mon-avis-de-lecture

Le récit a d’abord pour cadre Eatonville, localité du comté d’Orange en Floride. Elle est l’une des premières communautés afro-américaines formées après la Proclamation d’émancipation de 1863.

Le nom de la localité vient de Josiah C. Eaton, un propriétaire blanc qui avait souhaité vendre des terrains pour que les Afro-Américains puissent créer une cité noire.

Le 1er chapitre évoque une femme afro-américaine d’environ 40 ans du nom de Janie Crawford. Elle est de retour à Eatonville, ville qu’elle a quittée il y a quelque temps avec son 3e mari. Pourquoi revient-elle seule ? Les habitants de la ville jacassent. 

Alors se mirent à mâchonner l’arrière-fond de leurs pensées pour déglutir avec délice. Firent de leurs interrogations des assertions brûlantes, de leurs rires des armes meurtrières. Une cruauté de masse. Les humeurs prenaient vie. Les Mots marchaient sans maîtres ; déambulant ensemble comme les harmonies d’un même chant.

Janie va se confier à son amie de longue date Pheoby. Elle nous embarque dans un long flash-back où en 20 chapitres on découvre ses trois vies.

Trois mariages, trois hommes. Avec le premier, c’est un mariage arrangé, un mariage sans amour avec un vieux fermier. Il perçoit Janie comme une aide domestique. Un mariage qui va devenir une prison d’où elle va s’échapper pour un autre homme. Un homme ambitieux qui lui promet de l’élever au rang de dame :

Le jour que tu vas mettre ta main dans la mienne, plus jamais je vais laisser le soleil descendre sur nous en célibataires. Moi chuis un homme avec des principes. Toi t’as jamais connu c’est quoi d’être traitée comme une dame et moi je veux être celui-là qui va te montrer.

Janie est excitée de connaître cette nouvelle vie, part avec son nouvel amour à Eatonville. Au fil du temps, elle déchante. Son mari veut faire d’elle une femme soumise, Ce mariage se révèle être pire que le précédent. Elle envisage de partir mais se ravise.

De temps à autre elle songeait à une route de campagne au soleil levant et se voyait prenant la fuite. Vers où ? Vers quoi ? Et puis elle songeait aussi que trente-cinq c’était deux fois dix-sept et que plus rien n’était pareil.

 

Au moment où elle ne l’espère plus, l’amour survient. Janie rencontre un homme d’environ quinze ans son cadet, un vagabond. Elle veut l’épouser, partir avec lui. On est du même avis que Pheoby, cette relation ne rime à rien. On est sûr qu’elle va encore se cogner la tête contre les murs. Et on est agréablement surpris car Janie va connaître le mariage qu’elle a toujours désiré. Un mariage avec ses hauts et ses bas où son homme la valorise, ne la confine pas aux tâches domestiques, la laisse s’exprimer, être elle : une femme libre. Il lui avait fallu sortir de ses mariages pour se sentir libre mais plus maintenant.

 

Mais si tout se passe bien pourquoi revient-elle seule à Eatonville ? Je ne vous dirai rien. Vous aurez la réponse en lisant le livre ou en allant sur Wikipédia. 😀

Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est le parcours d’une femme en mouvement, une femme qui s’interroge, une femme qui cherche l’amour. 

Ce n’est pas le roman à lire absolument avant de mourir mais il est intéressant. Il évoque l’émancipation d’une femme, les relations homme-femme, la ségrégation, les divisions entre les Afro-Américains à la peau claire et ceux à la peau plus foncée.

Petite mise en garde : ce roman n’est pas aisé à lire. Les personnages usent d’un langage vernaculaire, un argot américain qui donne des céphalées à la première lecture. Je n’ose pas imaginer le travail colossal de traduction de Sika Fakambi. Je me demande en combien de temps elle l’a traduit. 

Si le langage utilisé peut être un point faible, les différentes émotions entremêlées dans le roman viennent le neutraliser. J’ai beaucoup apprécié l’humour contenu dans ce roman 

Libérer ce mulet comme t’as fait, ça fait de toi un bigre de grand homme. Un comme George Washington ou Lincoln. Abraham Lincoln y avait les États-Unis à diriger tout entiers, fait que lui y a libéré les nègues. Toi t’as une ville, fait que t’as libéré un mulet. Faut ça que t’ayes du pouvoir pour libérer les choses, et donc ça fait de toi que t’es comme un genre de roi ou quèque chose. »

 

Un amour interdit Alyssa Cole

Il est des années faites pour poser les questions et des années faites pour y
répondre.

Pour acheter le roman, cliquez ICI

fleur v1

Bon lundi de Pâques à tous !

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Un regard de braise – Beverly Jenkins

Un regard de braise (J'ai lu Aventures & Passions) par [Jenkins, Beverly]

On dit que les romances se ressemblent en général. Un regard de braise est-il une exception ? Pas vraiment puisque c’est une histoire d’amour rose bonbon avec un happy end, mariage et enfant.

Ce roman a quand même de petits plus qui le différencie des romances mièvres.

Notre héroïne, Portia, n’est pas un personnage sans saveur. Indépendante, franche, elle a du caractère. Son esprit combatif le montre bien.

Portia et Kent ne renient pas leur attirance réciproque et nous évitent des scènes ennuyantes de « je t’aime moi non plus ». Les forces contraires à la formation de ce couple sont inexistantes.

Cette romance a un volet historique. On y sent l’odeur enivrante et entêtante du féminisme. La femme a son mot à dire, est vue comme un être pensant capable de se réaliser en dehors comme à l’intérieur du mariage, d’avoir d’autres rêves en dehors de celui d’une vie de famille.

La communauté noire féminine s’organise pour lutter pour le droit de vote. Les activités de la communauté sont citées brièvement mais l’auteure affirme en fin de roman y revenir lors de prochains livres.

J’ai apprécié la pluralité des portraits de femmes et l’insistance tacite sur le fait que chaque femme est particulière et que son chemin de vie l’est tout autant. L’une peut vouloir se réaliser uniquement dans une vie d’épouse comme une autre peut vouloir se réaliser uniquement de façon professionnelle. L’une peut être un cordon bleu et l’autre une piètre cuisinière.

Kent est un homme féministe qui ne se sent pas agressé par les ambitions de son épouse, il l’épaule. Cet homme est noir et romantique. Il est important de le mentionner, il y a tellement de préjugés sur les hommes noirs.

J’ai également apprécié l’insistance sur l’importance du partenariat dans un couple.

Je n’oublie pas le couple Eddy-Rhine, tante et oncle de Portia et sa sœur. Ils n’ont pu avoir d’enfants mais cela semble ne pas peser sur leur couple. Ils ont accueilli leurs nièces et construit leur bonheur.

Leur état amoureux même après 15 ans de mariage m’a émue. Cela m’a donné envie de connaître les prémices de leur histoire. Ce sera peut-être fait puisque un regard de braise fait partie d’une trilogie dont le premier tome porte sur l’histoire d’Eddy et Rhine.

 

Un amour interdit Alyssa Cole

 

Comme moi, tu aimes contrôler chaque aspect de ta vie mais, crois-moi, quand on accepte de lâcher prise, on se retrouve sur des chemins de traverse qu’on n’aurait jamais imaginé emprunter. Et parfois, curieusement… cela libère.

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Lu: Tar Baby de Toni Morrison

Après avoir lu Délivrances de Toni Morrison et trouvé complexe son écriture, j’ai remis la lecture de ses œuvres à plus tard. Il m’a fallu la validation d’une case du bingo hivernal sur Livraddict pour prendre mon courage à deux mains et sortir Tar Baby de ma PAL.

Résultat de recherche d'images pour "tar baby toni morrison"

Nous sommes à la fin des années 70. Deux couples, l’un blanc et l’autre noir, cohabitent dans la somptueuse demeure de l’Isle des Chevaliers en Dominique. Le premier couple emploie le second.

Valerian Street, le milliardaire et sa femme Margaret ne sont plus un couple amoureux. Ils font chambre à part, se disputent souvent. Margaret attend impatiemment l’arrivée de son fils Michael, ce qui ne semble pas être le cas de son époux.

Valerian vit en bonne intelligence avec ses deux domestiques Ondine et Sydney. Ondine, elle, semble détester Margaret, la maîtresse de maison. Les raisons demeurent un mystère au début.

Ondine et Sydney ont une nièce : Jadine. Ses études ont été gracieusement payées par les Street. Elle a 25 ans lorsque débute le récit et est mannequin à Paris. 

Le récit est linéaire jusqu’à l’arrivée d’un fugitif en vagabondage depuis huit ans : Fils.

Les langues vont se démêler lors d’un dîner. L’apparente harmonie va voler en éclats. Des secrets sont dévoilés et l’on s’aperçoit que blancs et noirs dans cette maison ne faisaient que se tolérer.

Ce roman met en exergue la difficulté de vivre ensemble, la complexité des rapports entre les races et l’héritage psychologique laissé par le passé esclavagiste. 

 

Un troisième couple va se former. Une idylle sensuelle, violente, naît entre Jadine et Fils. Ils sont tous deux afro-américains mais viennent d’univers différents.

Jadine est une bounty : noire à l’extérieur, blanche à l’intérieur. Elle est plus à l’aise avec la culture blanche. Elle préfère l’Ave Maria au gospel.
Fils est fortement attaché à ses racines et à la communauté noire. Les propos qu’il tient sont très durs.

Alors tu pourras faire exactement ce que les putes de ton genre ont toujours fait : tu pourras élever les enfants des Blancs. Tu pourras nourrir, aimer et prendre soin des enfants des Blancs. Tu es née pour ça ; c’est ce que tu attends depuis que tu es née. Alors, tu n’as qu’à avoir l’enfant de ce Blanc, c’est ton boulot. Tu le fais depuis deux cents ans, tu peux encore le faire pendant deux cents ans de plus. Il n’y a pas de mariages “ mixtes ”. Ça y ressemble, c’est tout. On ne mélange pas les races ; on les abandonne ou on les choisit.

« Cela veut dire, répondit-il en parlant la bouche dans ses cheveux, que les Blancs et les Noirs ne devraient jamais s’asseoir à la même table pour manger ensemble.

— Oh, Fils. » Jadine leva les yeux vers lui et eut un petit sourire.

« C’est vrai, dit-il. Ils devraient travailler ensemble parfois, mais ils ne devraient pas manger ensemble, vivre ensemble, coucher ensemble. Ils ne devraient faire aucune de ces choses personnelles de la vie. »

Toni Morrison avec son écriture imagée et dense expose une société oublieuse de ses racines, nous fait réfléchir sur ce qui compose notre identité.

Que peut-on considérer comme une trahison de sa communauté ? Qu’est-ce qui doit primer : l’individu ou la race ? L’identité personnelle ou communautaire ?

Toutes les femmes noires doivent-elles avoir la même logique de pensée, la même perception de la vie ? 

 

Le récit est plus fluide que Délivrances, il y a plus de dialogues mais la profusion de descriptions des lieux m’a lassée.

De ce roman, on pourrait faire une longue étude de texte tant il est chargé de symboles. Je ne vais pas me prêter à l’exercice. Je vous invite à le lire et on en discutera. 🙂

 

 

GM signature

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Il est à toi ce beau pays, une oeuvre magistrale

« Il est à toi ce beau pays » présente l’Afrique appétissante, gâteau de l’un, débouché économique de l’autre ;  l’Afrique, ce continent dévisagé, remodelé, privé de sa substance. Mère à qui l’on n’a pas laissé le temps de faire le deuil. Après avoir perdu ses fils, on la prive de ses terres.

« Il est à toi ce beau pays » expose le passé douloureux de l’Afrique, glorieux de l’Europe…

On entend d’abord la voix dépressive d’Ota Benga, Pygmée congolais du peuple des Mbuti qui a été notamment exposé au zoo du Bronx de New York en 1906.

La voix puissante et dominatrice des colons se fait aussi entendre, notamment celle de Léopold, roi des Belges. On découvre (ou redécouvre) toute la stratégie politique de l’Occident pour s’approprier ces terres africaines entre 1873 et 1896.

Entre-temps, pour échapper à la soumission irréversible, il fallait mettre en oeuvre un ensemble de principes : civilisation, christianisation et commerce.

« Et surtout, il faut du temps, pour coloniser, continua-t-il pour lui même. Car il ne suffit pas de préparer les expéditions. Il faut préparer l’opinion ! Il faut persuader le peuple du bien-fondé de nos actions outre-mer. Il faut le pétrir de bons sentiments, lui faire miroiter des actions humanitaires à la pelle ! La civilisation, l’aide au développement, le partage des valeurs de la vieille Europe et autres balivernes…

Le partage de nos valeurs ! s’emballa le petit homme. Comme c’est malin ! Qui pourrait refuser une idée si généreuse ?

« Très bien, cet article, très bien, se félicitait Jules Ferry, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, les favoris traînant sur Le Figaro du jour. Il tombe à point pour l’ouverture de la conférence de Berlin. La chance de l’Afrique, c’est la France ! Pas l’Angleterre, pas la Belgique, mais la France ! Il faut que tout le monde le sache !

“Pour mes cinquante ans, je veux devenir roi du Congo.” Dixit Léopold, roi des Belges

Léopold est un homme abject, Jules Ferry également. Je suis désolée mais je n’ai aucune estime pour ceux qui ont favorisé la suprématie blanche.

Mon cœur s’est serré en lisant toute la violence de la colonisation, toute la naïveté des indigènes qui signent des papiers sans lire. Ils avaient confiance, peau noire, cœur blanc…

Jennifer Richard révèle une vérité essentielle :

Peu à peu, il avait compris qu’il n’existait pas de conscience africaine à l’échelle du continent. La solidarité ne fonctionnait qu’à hauteur de tribu. Nombreux étaient les chefs de clan qui effectuaient des rapts dans les villages voisins, en échange de quelques pièces d’étoffe.

 

J’ai constaté une fois de plus avec dégoût que la politique internationale n’a pas changé de 1800 à 2018. 

« Ce que je veux vous dire, c’est que les Européens ont une fâcheuse tendance à dénoncer les atrocités des chefs africains pour donner un vernis de légitimité à leurs invasions. Mais leur immixtion a pour effet de déstabiliser le continent. »

N’est-ce pas ce qui s’est passé avec Kadhafi ?

Ce roman décrit parfaitement la philosophie occidentale :

« Ah, l’Europe ! Bien sûr. Cette entité prométhéenne s’est proclamée juge universel. Et pendant qu’elle accuse, on ne voit pas que ses pieds trempent dans le sang.

– Tu vois l’Europe plus cynique qu’elle n’est.

– Vraiment ? Tu penses que vous avez renoncé à l’esclavage pour le bien-être des Africains ? Vous n’avez fait que supprimer un système qui profitait à certaines nations plus qu’à d’autres. D’ailleurs, vous n’avez pas supprimé l’esclavage. Vous n’avez fait qu’effacer le mot. L’Europe aime les concepts. Enrobe tes meurtres des mots civilisation et liberté, et tu verras, on te pardonnera tout.

“Voyez ? C’est tout le problème avec vous, les Européens. Vous êtes choqués dès qu’on touche un cheveu de vos congénères. Alors, vous vous délectez des supplices qu’ils ont subis, vous vous en repaissez comme des porcs, en faisant semblant d’être traumatisés. Il ne s’agissait pourtant que de sept marchands sans vergogne. Mais les autres ? À l’instant, je vous ai parlé de mille huit cents morts dans notre camp et ça ne vous a fait aucun effet. Pas de réaction, pas le moindre battement de cils. Pourtant, ils ne sont pas morts dans leur sommeil, eux non plus.”

Constat déplorable que j’ai fait ouvertement sur mon blog en parlant de la Somalie.

« Il faisait partie de cette caste de rebuts qui n’avaient pas trouvé leur place en Europe et qui partaient en quête d’aventure, d’argent et de respect. »

N’est-ce pas ce que les migrants font ? Un acte qui a été applaudi hier et qui est désapprouvé aujourd’hui. Comme le dit Emmelie Prophète dans son livre, la libre circulation devrait se faire dans les deux sens !

La communauté occidentale actuelle doit-elle se sentir coupable ? L’un des narrateurs a une réponse : la culpabilité est personnelle, elle n’appartient pas à la communauté.

Chacun devrait donc se poser les questions sur les conditions de vie des personnes qui cultivent les matières premières et nous permettent d’avoir vélo, vêtement, téléphone portable.

 

Jennifer Richard raconte la vie des explorateurs qui ont favorisé cette pénétration en Afrique Centrale : Stanley, Brazza et bien d’autres figures historiques comme David Livingstone, Joseph Conrad.  Elle dévoile leurs obsessions, ambitions, quêtes de gloire, de reconnaissance, de fortune.

J’ai beaucoup appris sur Brazza et Stanley. J’ignorais que le premier était d’origine italienne et que Stanley n’était pas le vrai nom du second.

J’ai perçu une différence d’idéologie entre ces deux hommes. Brazza apparaît plus humain dans ses rapports avec les indigènes.

Jennifer Richard ne parle pas que de l’Afrique, ses enfants partis contre leur gré, ceux qui ont vécu l’esclavage, la ségrégation font entendre leurs voix. Des femmes, des hommes qui doivent survivre, se trouver une place dans une société qui est devenue la leur mais qui ne veut pas d’eux.

J’ai découvert des figures importantes du peuple afro-américain comme W.E.B. Du Bois, Booker T. Washington, George Washington Williams.

L’histoire des Etats-Unis ne pouvant être contée sans la colonisation européenne des amérindiens, l’auteure l’aborde dans ce roman.

 

 

Si je le pouvais, je demanderais un standing ovation pour louer son travail colossal. J’étais bouche bée en parcourant la bibliographie utilisée pour ce roman.

J’ai apprécié sa plume sans fioritures, le vocabulaire adapté à l’époque. Les descriptions des lieux sont suffisamment élaborées pour qu’on se les représente.

Le roman comporte trois grandes parties subdivisées en plusieurs chapitres qui correspondent à des dates. Les chapitres sont très courts et permettent de tenir le rythme de ce gros pavé de 756 pages !

C’est un roman magistral, une lecture utile que Jennifer Richard offre au public, dommage qu’il n’ait pas la médiatisation qu’il mérite. 

C’est presque un coup de cœur pour moi. Je vous le recommande vivement.

 

GM signature

Publié dans Revue cinéma

Girls Trip ou l’hommage à nos folles années, nos folles copines

Bientôt mon retour au boulot après 3 belles semaines de détente. Pour me donner de la pêche et dormir avec le sourire, je décide de regarder Girls Trip. 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "girls trip"
Copyright Allociné

Ryan Pierce (Regina Hall), auteure à succès de livres de développement personnel, invite ses trois meilleures amies de l’université – Dina (Tiffany Haddish), Lisa (Jada Pinkett Smith) et Sasha (Queen Latifah), – qu’elle n’a pas revues depuis plusieurs années, au festival Essence, organisé tous les ans à la Nouvelle-Orléans pour célébrer la diversité et la créativité afro-américaines. Alliances et discordes sont réactivées, le côté sauvage de chacune se réveille et la solidarité féminine est ressuscitée, le tout sous un flot d’alcool, de musique, de soirées, de grabuge et de flirts à en faire pâlir la ville de tous les vices.

 

l'Afrique écrit

 

J’ai adoré ce film pour plusieurs raisons :

 

  1. La mise en avant de la culture afro-américaine

A travers le festival Essence, la culture musicale afro-américaine, la beauté noire ont été mises en valeur.

 

2. L’humour est au rendez-vous

J’ai ri et qu’est-ce que ça fait du bien ! Il y a des scènes tellement comiques.

Mise en garde : l’humour est parfois cru.

Dina est une sauvage ! C’est une fêtarde insouciante au caractère bien trempé. Elle est vulgaire, son comportement est grossier mais on ne peut ne pas l’apprécier. Elle est toujours présente pour ses amies et leur rappelle toujours de mettre un peu de folie dans leur vie. 

 

2. J’ai eu la nostalgie de mes années estudiantines

Ce film m’a replongée dans mes années passées au Maroc, en France avec mes amis. A travers le « Flossy Posse » j’ai revu nos soirées, « nos dégamages », nos instants de commérage, nos douces folies. On avait hâte de travailler pour pouvoir avoir de l’argent mais aujourd’hui je peux affirmer que c’est l’une des meilleures saisons de la vie. Toi qui me lis, si tu es encore étudiant, profite bien.

 

3.  J’accorde une grande importance aux thématiques abordées

Girls Trip c’est la célébration de l’amitié. Une amitié avec des désaccords, des embrouilles, des mots blessants mais une amitié joyeuse, sincère, solide, fidèle qui traverse le temps. A travers le « Flossy Posse », j’ai vu ma bande de copines, les BADS. J’espère que le ciel nous permettra d’être aussi soudées dans 20 ans.

J’ai adoré les mots de Ryan à la fin du film :

Chaque bande d’amis vit un jour une expérience tellement forte que chaque membre la portera en elle jusqu’à la fin de sa vie. J’ignore ce que l’avenir nous réserve, de l’amour ou du chagrin, de la joie ou de la tristesse, la seule chose dont je suis certaine c’est que mes copines seront là. Peu importe qui se glissera dans le tableau, mes copines seront toujours ma toile de fond. Elles me permettent d’être moi-même. Nous serons nous-mêmes, affectueuses, rieuses, précieuses, merveilleuses, nous quoi !

 

Il est également question de l’honnêteté dans cette comédie. Honnêteté envers les autres, honnêteté envers soi-même.

Les coachs de vie sont-ils honnêtes ? Ils nous vendent des formules de bonheur qu’ils n’appliquent pas souvent eux-mêmes. 

Quant on parle d’honnêteté, l’authenticité n’est jamais bien loin.

A quoi ça sert de paraître ? De montrer aux autres une vie qui n’est pas réellement la nôtre ? Girls Trip souligne l’importance d’être soi-même.

 

Ce film est à voir avec ses meilleures copines, ceux qu’on aime. 

 

 

 

Bon dimanche les amis !

 

signature coeur graceminlibe

 

Publié dans Panaché

Sept péchés capitaux d’AfroLyne pour les 3 ans du blog

Un 460e article pour célébrer les 3 ans d’existence du blog ! 

Merci aux 58 mille visiteurs du blog qui ont généré plus de 110 mille vues des articles.

Merci aux Top Commentateurs du blog : AfroLyne, Yasmine D. , Lire à la folie, Zélie, Landry 241, Bookaddict.

Merci aux Top likeurs : Simply Muriel, Light & Smell, France Fougere, Alexou.

Merci à chacun des abonnés au blog. Votre présence nourrit mon blog.

Un anniversaire est le moment idéal pour se remettre en question. Depuis avril, je pense à bloguer autrement. En attendant de trouver la bonne approche, je vous présente les sept péchés capitaux d’AfroLyne, la meilleure commentatrice du blog. 


 

L’image contient peut-être : 1 personne, lunettes

© AfroLyne

AfroLyne, parle-nous de ta relation avec les livres.

Rires très forts en lisant la question ! Ma relation avec les livres est, comment dire … chaotique selon moi ! Lorsque j’étais petite, je dévorais les livres. On me comparaît souvent à un rat de bibliothèque. En y réfléchissant bien, je ne me souviens plus à quel moment cette fusion s’est défaite. Cependant, avec mon blog, je me rends compte que je lis beaucoup plus qu’avant, mais sur un format numérique. Je lis des blogs (ceux qui parlent de cheveux, de déco, de DIY, de voyages, … et de livres). Alors pour 2018, j’ai décidé de reprendre un peu le format papier !

 

Quel est le livre le moins cher dans ta bibliothèque ?

avarice

Le Monde de Narnia : je ne l’ai pas acheté, car il appartient à mon filleul … il attend toujours que je lui rende d’ailleurs !

Quel livre as-tu dévoré ?

harry potter applause GIF by HBO

La saga complète de Harry Potter ! Je suis une fan inconditionnellement pas du tout raisonnable de cette saga !

 

Quel livre as-tu mis du temps à lire ?

Résultat de recherche d'images pour "Peau noire, cheveu crépu, l’histoire d’une aliénation"

Peau noire, cheveu crépu, l’histoire d’une aliénation … selon mes souvenirs, il m’a fallu 2 ans pour le lire en intégralité ! Il m’a pourtant bien accroché et cela dès les premiers mots ! Cependant, le style de rédaction de ce livre est assez compliqué pour moi. Il y a beaucoup de références à d’autres ouvrages dans ce livre. La tournure de certaines phrases était très compliquée pour moi. Il m’a donc fallu du temps pour bien le lire et le comprendre, car ce livre en vaut vraiment la peine et j’encourage beaucoup de personnes à lire ce livre et particulièrement ceux issus de la culture Afro Caribéenne ! 

Mon opinion sur ce livre arrive cet été sur le blog.

 

Quel livre érotique t’a marquée ?

Luxure
Je n’en ai jamais lu. Cependant, j’ai mis un livre de Lise Marcy dans la BookList …

Quel livre te fait envie en ce moment ?

Il y en a 2 :

  • Think Like A Man : après avoir vu le film, j’aimerais bien lire ce fameux livre. Qui plus est Steve Harvey est le 2° présentateur noir américain que j’apprécie après Oprah Winfrey.
  • Sex & The City : là aussi je suis une fan inconditionnellement raisonnable de cette série. J’ai les DVD des films, mais pas celui de la série (I know, shame on me) et je me dis qu’il est inacceptable, en tant que fan de la série que je n’ai pas encore lu le livre qui a inspiré la série !

Quel personnage as-tu trouvé orgueilleux ?

Euhhh … joker !

 

Quel livre t’a mise en colère ?

Aucun, j’évite de lire les livres qui parlent d’incestes, de viols, … car je sais que je m’énerverais seule et cela risque de ne pas être beau à voir !

angry kitty GIF

 

L’un de tes articles qu’il faut absolument lire ?

Tous voyons, quelle question ! 

 

Quelle est selon toi la meilleure idée pour qu’il y ait moins de célibataires sur terre ?

La communication et le fait de savoir ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas !

 

Quelle est la destination idéale de voyage pour toi ?

palm trees summer GIF by haydiroket (Mert Keskin)

Là où il y a une plage et une température minimum de 28°C ! Cependant si quelqu’un sait comment on se rend à Wakandaland, qu’il prenne contact avec moi !

 

Un film que tu recommanderais avec la plus vive énergie ?

Black Panther, Intouchable, Bagdad Café, Rue Case Nègre, Ray, Elephant (celui de la fusillade du lycée Columbine), Dope, Le Gang des Antillais.
Oups je viens de citer certains films qui font partie de ma DVDthèque et qui selon moi méritent d’être vus au moins une fois dans son existence !

 

Quelle chanson écoutes-tu régulièrement en ce moment ?

Sérieusement, qui écoute une seule chanson en boucle ? Je te laisse avec un bout de ma playlist du moment !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te donne un mot : afro-féminisme. Que représente-t-il pour toi ?

Oulala, en voici un joli mot ! Je dirais qu’il faudrait reprendre la définition du féminisme et l’associer à la culture black. Cependant, si ma culture G n’est pas trop nulle, il me semble que cela appartient au mouvement « Black Feminisms » des années 70 ou 80. Ce mouvement prenait en compte les problématiques des Noirs dans ces années. Au final, ma définition personnelle est proche du mouvement initial … si je ne suis pas trop mauvaise côté culture G …

 

Y a-t-il une question que tu aurais aimé que je te pose ? Tu peux y répondre ?

Combien de livres comptes-tu lire en 2018 ? J’aurais aimé en lire 12. Un par mois, mais là, je pense qu’on va dire quatre. C’est pas mal pour une reprise non ?

 


 

Merci ma belle AfroLyne.

Chers tous, si vous avez des suggestions d’amélioration du blog, n’hésitez pas à l’inscrire en commentaire ou via le formulaire de contact.

Je vous fais plein de bisous. ❤ ❤ ❤

GM signature

 

 

 

Publié dans Panaché

RDVBAM 7 : En avant pour le changement de cap

Ah les amis, c’est triste quand la muse vous fait prendre des congés forcés !

Le challenge RDVBAM a repris et le thème de ce mois est : Changement de cap (mariage, nouveau boulot, nouvelle saison, enfant…).

J’ai eu du mal à donner une orientation à mon article pour ce challenge. J’ai voulu remettre ma participation au mois prochain mais c’est ma copine Afrolyne qui a été l’organisatrice du challenge ce mois. Elle s’est donnée à fond pour remotiver les troupes, je ne pouvais pas la laisser comme ça.

J’ai alors concocté ce petit récit…

 

 

Dessine-moi une autre vie

Le vent de l’ennui souffle intensément dans ma chambre. Je ne sais que faire de mon après-midi. J’ai déjà lu la dernière chronique de Leila Marmelade sur Facebook, mon passe-temps favori depuis mon entrée officielle dans l’antre des chômeurs, il y a six mois. Je suis titulaire d’un BTS en gestion commerciale, une filière populaire puisque la majeure partie des bacheliers en Côte d’Ivoire optent pour elle. 

Aucune émission télévisée ne captant mon attention, je vais sur mon site de téléchargement favori. Que les auteurs veuillent bien me pardonner, je suis au chômage, sans aucun revenu. Avec quoi pourrais-je payer leurs livres ? Les cauris ne sont plus acceptés comme moyen de paiement.

Le livre est mon moyen privilégié d’évasion. Grâce à lui, je peux être dans la peau d’une autre, je peux vivre mille et une vies :

Je peux être Caroline dans Le Pari de l’amour et être multimillionnaire. Cent vingt millions de francs CFA, ça change une vie, surtout la mienne ! Une nouvelle saison s’ouvrirait à moi. Je pourrais voyager, acheter des terrains, construire des immeubles et être rentière à vie. Je confierais les encaissements des loyers à mon père. Il a toujours désiré être à la place de notre propriétaire. 

Je peux aussi être Deanna dans En souvenir du passé. Avoir une vie professionnelle bien remplie, jouer un rôle important dans une société. Prévoir tout dans ma vie sauf l’adoption d’un enfant. Accepter ce gros imprévu, accepter qu’un enfant dépende de moi, accepter d’avoir peur, de douter, ne pas chercher à être la maman parfaite. 

Je peux être un homme, prendre l’aspect d’Archer dans Archer’s Voice. Un homme coupé du reste des hommes suite à une catastrophe. L’irruption de Bree dans ma vie fera vaciller mon petit monde et m’entraîner beaucoup plus loin que ce que j’aurais pu imaginer.

 

J’envie ces personnages de livre. Ils ont la chance de vivre des aventures, de quitter la routine. Un, deux, trois soupirs. Je finis par arrêter de les compter, ils s’enchaînent.

Allez, quittons cette vie d’ennui. dis-je en ouvrant ma bibliothèque virtuelle. Lire « Demain est un autre jour » de Lori Spielman ou  « Heroes » de Battista Tarantini ?

La sonnerie de mon téléphone me distrait. Quelqu’un essaie de me joindre via un numéro fixe. C’est l’indicatif de la commune du Plateau, le centre des affaires. Est-ce une entreprise qui m’appelle ? Je porte rapidement mon téléphone à l’oreille, les battements de mon cœur s’affolent. Cet appel donnera-t-il une nouvelle orientation à ma vie ? 

 


Vous avez aimé ? N’hésitez pas à me donner votre avis sur les livres cités dans le récit si vous les avez lus.

Pour découvrir les participations des autres membres de la communauté, cliquez sur leurs liens : 

N’hésitez pas à rejoindre la communauté des blogueurs afro-métissés.
GM signature