Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Du chocolat amer servi par Laura Esquivel

Excellent mois de février à tous, je vous souhaite de belles découvertes littéraires.

Mon challenge « littérature sud-américaine » continue. Je reviens au Mexique avec Laura Esquivel.

Résultat de recherche d'images pour "chocolat amer"

Dans le Mexique du début du siècle, en pleine tempête révolutionnaire, Tita, éperdument éprise de Pedro, brave les interdits pour vivre une impossible passion. À cette intrigue empruntée à la littérature sentimentale, Laura Esquivel mêle des recettes de cuisine. Car Tita possède d’étranges talents culinaires : ses cailles aux pétales de roses ont un effet aphrodisiaque, ses gâteaux un pouvoir destructeur. L’amour de la vie est exalté dans ces pages d’un style joyeux et tendre, dont le réalisme magique renvoie aux grandes œuvres de la littérature latino-américaine. Chocolat amer, adapté en film sous le titre Les épices de la passion, s’est vendu à plus de quatre millions d’exemplaires dans le monde.

 

l'Afrique écrit

12 recettes gourmandes à souhait pour chaque mois de l’année. J’ai été au début un peu déboussolée, ayant eu l’impression que l’histoire ne se déroulait que sur une année.

Tita, notre héroïne, est une experte en cuisine. Qu’est-ce qu’elle m’a fait saliver avec ses différents plats comme le « mole » de dindon aux amandes et au sésame, son bouillon de queue de bœuf et ses gâteaux ! Quelques-unes de ses recettes ont d’ailleurs un côté aphrodisiaque. J’ai ri de cet effet sur les personnes qui dégustaient ses repas.

Chaque recette introduit un morceau de l’histoire de Tita. Benjamine d’une fratrie féminine, elle se voit attribuer de force un rôle par sa mère autoritaire : s’occuper de cette dernière jusqu’à sa mort. C’est un métier à plein temps, une fonction exclusive. Tita ne pourra donc jamais se marier. Elle doit se consacrer à sa mère. Quelle tradition familiale aberrante !

Comme Tita, on s’insurge contre cette mère égoïste. Comme Tita, on finit par capituler. On plaint cette jeune fille qui ne pourra pas vivre son amour. On partage la soupe de sa colère, sa tristesse. Mélange amer !

Quel supplice de voir chaque jour l’amour de sa vie et ne pas pouvoir le toucher ! On espère voir défaire cette stupide coutume mais elle a été gravée dans le roc.

 

Observant longuement les formes délicates de la figurine, Tita songeait combien il était aisé de désirer des choses durant l’enfance. Rien n’est impossible alors. Quand on grandit, on comprend qu’on ne peut pas avoir envie de tout, que certains désirs sont interdits, coupables. Indécents. 

 

On aurait aimé que Tita naisse d’une autre mère. Mamá Elena n’a pas l’air d’aimer sa fille. Intransigeante, elle ne lui montre aucun signe d’affection.

Tita noie sa solitude dans la cuisine. Cuisiner devient un moyen d’expression d’amour entre son bien-aimé et elle. Il met dans les compliments qu’il lui adresse tout l’amour qu’il ressent pour elle. Tita s’acharne à cuisiner encore mieux, invente de nouvelles recettes afin de bénéficier davantage de ses marques d’amour.

On se remet à sourire lorsqu’apparaît le médecin John Brown. Il aide Tita à tenir tête à sa mère. C’est un homme en or. J’ai eu un coup de cœur pour ce personnage. J’ai apprécié sa gentillesse, sa loyauté, son amour pur envers Tita. Je pensais qu’ils vieilliraient ensemble mais l’auteure a déjoué mes plans.

J’ai apprécié les retournements de situation, la plume poétique de l’auteure, ses touches d’humour et manifestations paranormales, ses astuces de grand-mère et analogies de la cuisine et l’amour. 

Elle tourna la tête et ses yeux croisèrent ceux de Pedro. Elle comprit parfaitement à cet instant ce que devait ressentir la pâte d’un beignet au contact de l’huile bouillante.

 

Tita sut dans sa propre chair pourquoi le contact avec le feu altère les éléments, pourquoi une poitrine qui n’est pas passée par le feu de l’amour est une poitrine inerte, une boule de pâte sans utilité.

 

Ses flashforward m’ont par contre un peu perdue. 

Chocolat amer c’est la lutte d’une femme pour faire cesser une tradition qui n’a aucun sens et vivre la vie qu’elle a choisie. C’est une tendre élégie qui exalte l’amour frustré, déçu et interdit. Il évoque les relations mère-fille parfois compliquées, les rivalités fraternelles.

C’est un roman à mettre dans les mains des passionnées d’amour et de cuisine.

 

signature coeur graceminlibe

Publicités
Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Une proposition surprenante – Gabrielle Kay

Conclure un mariage blanc pour obtenir la nationalité américaine ? Lorsque son avocate lui suggère cette idée, Mélissa est d’abord stupéfaite. Certes, cela fait cinq ans qu’elle vit à Boston et que, en dépit de ses efforts, elle n’a jamais réussi à obtenir le précieux sésame qui lui éviterait de devoir repartir au Cameroun. Pourtant, elle ne s’imagine pas jouer la comédie aux yeux du monde. Et puis, où trouver un Américain qui accepterait une telle proposition ? Sauf que, quelques jours plus tard, elle est le seul témoin d’un accident impliquant Cole Whelan, le riche et séduisant patron de l’un de ses nombreux petits boulots. Et elle comprend qu’elle tient peut-être là sa seule chance d’obtenir ce qu’elle désire le plus au monde…

mon-avis-de-lecture

 

Je ne lisais plus de Harlequin parce que ça manquait de diversité. Quand j’ai vu qu’ils avaient des romances de couples noirs et de couples mixtes, j’ai sauté sur l’occasion !

L’héroïne est noire et africaine ! Comme moi, elle est une immigrée, elle a quitté sa terre natale. Son permis de séjour va bientôt prendre fin et elle doit trouver une solution. Comme elle, on m’a aussi proposé le mariage blanc et si j’étais tombée sur un Cole Whelan, j’aurais dit OUI volontiers ! C’est l’homme idéal : riche, beau et …

Quel plaisir de retrouver une héroïne qui me ressemble ! Enfin pas sur le plan physique. A part les lèvres pulpeuses et le mètre soixante, nos physiques sont à l’opposé.

L’histoire est très courte, je l’ai lu d’un trait. L’auteure est allée droit au but, aucune digression, on n’a pas le temps de s’ennuyer. J’ai passé un bon moment de lecture avec les personnages. Ils sont drôles, déments, attachants.

Pour une fois, j’ai regretté qu’une histoire soit courte. Je voulais encore un peu plus partager le quotidien de Cole et Mélissa.

La narration est à la 3eme personne mais ça ne m’a pas dérangée. J’ai apprécié la sensualité et la pudeur dans les scènes de sexe.

J’espère que l’auteure ne s’arrêtera pas en si bon chemin et proposera d’autres romances. Je les lirai avec grand plaisir.

Christmas

Existe en format ebook uniquement

Collection HQN 

Lien d’achat : ICI

Date de publication : 22 novembre 2013

La phrase qui fait sourire

– Tu admets donc que c’est un caprice ?

Excentricité, Duncan… Quand le type est riche, comme c’est mon cas, on dit excentricité.

 

Gabrielle Kay est une jeune auteure camerounaise qui, si elle n’en est pas à son coup d’essai dans le monde de la littérature, publie pour la première fois une romance. L’édition numérique est également une expérience inédite pour elle et permet à sa prose de traverser bien des frontières et de venir enrichir la francophonie de HQN !

signature coeur graceminlibe

 

 


PS 1 : le jour 20 du Calendrier de l’Avent s’est dévoilé. Cliquez ICI pour le découvrir.

PS 2 : les votes pour les nominations des CPRA s’achèvent dans deux jours ! Cliquez ICI pour voter.

😦 Il n’y a pas assez de participations. Apparemment, vous n’appréciez pas ce genre d’articles. 

 

 

 

 

 

Publié dans Périple

Africa Tour Challenge – 48 heures à Lomé, capitale de la moto

Vivre c’est être curieux, découvrir.

Vivre c’est découvrir l’inconnu, l’autre

Vivre c’est voyager.

comme-tout-ce-qui-compte-dans-la-vie-un-beau-voyage-est-une-oeuvre-dart-1

Je rêve depuis quelques années  de connaître un peu plus mon continent africain, l’Afrique subsaharienne en particulier. Cette année, j’ai eu l’occasion de réaliser mon rêve. J’ai passé une semaine à  environ 727 km de chez moi dans la ville de…

LOME

3h 30. C’est la durée du trajet Accra- Aflao en mini-car. Aflao est la ville frontalière avec le Togo.

Il n’y a pas grand chose à visiter à Lomé alors si par hasard, vous arrivez dans cette ville, voici les 10 commandements qu’il vous faudra respecter 

les-10-commandements-du-touriste

1. Tes affaires personnelles, tu protégeras.

On ne sait jamais, des esprits mal intentionnés peuvent se réveiller alors on fait attention à ses affaires quand on est dans des lieux publics. Si comme moi, vous venez  (ou quittez) à Lomé par le car, à la gare d’Aflao, méfiez-vous des inconnus. Il y a souvent des trafiquants et des voleurs. Évitez d’emprunter des moto-taxis pour entrer au Togo. Privilégiez les transports en commun afin de ne pas vous trouver tout seul.

En quittant Lomé, aux postes de contrôle, il y a un jeune homme qui m’a abordée et qui voulait soit disant m’aider dans mes démarches aux postes de contrôle frontalier ghanéens. Il voulait que j’achète des élastiques chez un spécialiste assis derrière une cabine pour faire des liasses de mes billets de francs CFA. Selon lui, les policiers pouvaient me taxer si je ne le faisais pas. Il m’a prise pour une go nunuche, le mec. J’ai heureusement réussi à me débarrasser de lui.

2. La moto, tu respecteras

J’ai été surprise de voir que le 1er moyen de transport à Lomé était la moto. Il y a plus de motos que de voitures, c’est hallucinant ! Ils sont omniprésents et ne sont pas souvent d’excellents conducteurs. Faites donc bien attention si vous partagez la route avec eux. 

Résultat de recherche d'images pour "moto-taxi à Lomé"
Source : la plume parlante

3. Un tour à la cathédrale du Sacré-Cœur, tu feras

La cathédrale de Lomé est un monument historique de la capitale togolaise. De style gothique, elle a été construite en 1901-1902 par des missionnaires catholiques allemands. Malheureusement, en janvier dernier, la cathédrale a subi un important incendie. Je n’ai donc pas pu visiter l’intérieur. 

 

4. Au marché, tu t’épanouiras

J’ai apprécié mon séjour pour les bonnes affaires que j’ai pu faire au grand marché  adawlato.  J’ai acheté à bas prix des ballerines (2500 francs CFA, environ 4 euros) , des tissus dont le mètre est à 500 francs (moins d’un euro), des pagnes, de la lingerie. Je retournerai volontiers à Lomé pour faire du shopping.

5. A la villa, tu prendras un verre

Si vous aimez la vie nocturne et les bars lounge classes, la villa est faite pour vous. L’endroit est agréable, le service impeccable, les prix raisonnables.

la villa bar lounge Lomé

6. A la plage, tu te détendras

Lomé est une ville maritime. Si vous voulez profiter de la plage au calme, rendez-vous à Agbodrafo, une ville à quelques kilomètres de Lomé. 

Il n’y a pas grand monde, seul ou en famille vous pourrez profiter de l’air frais, contempler la nature, nager.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7. A la maison clandestine des esclaves, tu te recueilleras

Agbodrafo est un lieu de détente, un lieu qui fait vivre la mémoire également. Dans cette ville, j’ai été surprise de découvrir une maison clandestine d’esclaves : la maison Wood ayant appartenu au négrier John Wood et désormais inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les pièces supérieures étaient utilisées comme hébergement pour les négriers, tandis que les caves servaient de casernement des esclaves. Ces derniers y étaient poussés depuis l’extérieur à travers plusieurs soupiraux. Une petite trappe située dans le salon permettait un accès aux caves pour les négriers. Je suis descendue dans la cave à travers cette trappe.

maison des esclaves trappemaison des esclaves togo

Contrairement à ceux enfermés dans les forts construits sur la côte du golfe de Guinée dans le cadre du commerce triangulaire, les esclaves de la Maison de Wood ne pouvaient pas se tenir debout dans leur lieu de confinement. Ils étaient à quatre pattes dans cette cave ! J’ai essayé et ça devait être horrible de rester dans cette position pendant des heures. L’esclavage a vraiment été un crime contre l’humanité. 

Après cette visite de groupe qui nous a coûté 5000 francs CFA, nous sommes allés dans un endroit incontournable de Lomé : Chez Marcelo.

8. Au Marcelo Beach Club, un tour, tu feras

Cet espace situé en bord de mer à Baguida vous offre un cadre relaxant pour profiter du week-end. Sous des paillotes, allongés sur des transats, faites-vous servir des cocktails avant d’aller piquer une tête dans la mer houleuse. 

marcelo beach club lome

Avec mes amis, nous avons pris une girafe de monaco. Une activité à refaire avec grand plaisir. 

MARCELO BEACH GIRAFE MONACO

9. A la cuisine togolaise, tu goûteras

  • A midi, tu feras découvrir à tes papilles gustatives, le pinon

Le pinon est une pâte préparée avec du gari (une semoule finement granulée obtenue à partir de la pulpe de manioc fermentée, écrasée, tamisée puis séchée au feu) accompagnée de sauce tomate. Nous l’avons dégusté avec du poisson frais. 

  • A 16 heures, tu goûteras au Kélé wélé

Ce sont des frites de bananes coupées généralement plus fines et pimentées. 

Résultat de recherche d'images pour
source : cuisine 228
  • Au dîner, tu prendras du com 

Un plat à base de farine complète de maïs fermenté, moulé dans des feuilles de maïs. Il se mange avec du poisson frit, de la sauce tomate et un piment spécial dit « piment noir ». Testé et approuvé !

com-plat-togolais

10. A des salons, tu participeras

Au risque de me répéter, à Lomé, il n’ y a pas grand chose à faire alors s’il y a des salons organisés, allez-y ! J’ai donc accepté d’accompagner mon amie au salon du mariage organisé au Radisson Blu Hôtel. 

Ce salon m’a permis de découvrir Wina Max, une marque togolaise de création de pagne. 

 

 

salon du mariage lome

 

J’ai acheté un morceau du pagne ci-dessous (2 yards) à 3500 francs (environ 5 euros)

Résultat de recherche d'images pour "salon du mariage lomé wina wax"

 

Qui dit mariage, dit dragées. Rose Claire était présente au salon et nous a fait goûter des dragées à la mangue, passion, melon, chocolat blanc. Une très belle découverte.

rose claire dragees

 

Mon prochain séjour au Togo se fera à l’intérieur du pays. En attendant, êtes-vous prêts pour le portrait chinois de la ville ? 

portrait-chinois-1

 

Si Lomé était un type d’art ?

Les arts de la scène (théâtre, danse, cirque).

 

Si Lomé était une couleur ?

Le marron. 

Si Lomé était un personnage de Cartoon ou Disney  ?

Pumbaa dans le Roi Lion. 

Si Lomé était un moyen de communication ?

La radio.

Si Lomé était un signe de ponctuation ?

Les parenthèses.

Si Lomé était une planète ?

Pluton, la planète naine.

Si Lomé était  un des quatre éléments fondamentaux ?

L’eau

Si Lomé était un type de nage ?

La brasse.

Si Lomé était un des cinq sens ?

L’ouïe.

Si Lomé était une forme géométrique ?

Un cercle.

 

Si Lomé était une pièce de la maison ? 

La chambre.

Si Lomé était une heure de la journée ?

15 heures.

 

Si Lomé était un épice ?

Le curcuma.

 

Avez-vous déjà entendu parler de cette ville ? A quelle occasion ? Y a-t-il une ville africaine que vous aimez particulièrement ?

GM signature

Publié dans Interviews, Quand on est célib'

Occuper le silence, combler le vide,s’aimer…

confidence
Aida Marguerite est un fin gourmet, la qualité de son blog l’atteste. Cette jeune femme de 29 ans, drôle, impulsive et émotive est célibataire depuis un an. Elle a aimablement accepté de nous parler de la femme célibataire qu’elle est à l’intérieur et à l’extérieur.

Aida, quel synonyme donnes-tu à la solitude ?

Silence.

Dirais-tu que tu es bien dans ta peau ? 

Non. J’ai passé des années à l’internat et j’ai durant cette période vécu le rejet parce qu’on ne m’aimait pas et que j’étais souvent martyrisée. J’ai appris à me noyer dans la nourriture afin de survivre. J’ai hérité d’une obésité puis d’un surpoids que j’ai traîné des années durant. J’ai eu du mal à m’apprécier et même aujourd’hui je ne dirais pas que je m’aime mais je m’accepte mieux qu’avant. Les relations amoureuses, les échecs permanents et ce depuis toujours ne m’ont pas aidé à m’aimer, à me sentir mieux.

Quelle activité te procure un sentiment d’accomplissement ?

Ecrire sur mon blog.

Quelle est ta fierté en tant que femme ? 

Mon recueil de nouvelles : Et si on parlait… Histoires de communication sorti aux éditions le Manuscrit en 2005.

As-tu l’impression d’être différente des autres femmes parce que tu es célibataire ? 

Un peu, mais c’est surtout à cause du regard des autres qui me rappellent constamment mon statut.

Dirais-tu du célibat : c’est un mal pour un bien ? 

Oui, depuis que je suis célibataire, j’ai pu accomplir des choses qu’en couple je n’aurais même pas pu imaginer.

 

 

Comment ta famille ou tes amis perçoivent ton célibat ? 

J’ai peu d’amis, ma famille le voit mal et me le rappelle chaque jour

Quelle est ta fidèle habitude depuis que tu es célibataire ? 

Gérer mon blog.

Quel est ton secret pour être une heureuse célibataire ?

Pour être heureuse avec mon statut, je m’occupe tout le temps, je ne laisse aucun espace libre quand je suis éveillée.

Que dirais-tu aux femmes qui vivent mal leur célibat ? 

Qu’il faut être forte même si ce n’est pas évident. Il faut apprendre à vivre avec soi et s’aimer .

Quelle est ta conception du bonheur ?

C’est s’aimer d’abord sinon il n’y a pas de bonheur.

Si tu croisais la femme que tu étais hier dans la rue qu’est-ce que tu lui dirais ?

Quitte cette relation au plus vite avant qu’elle n’efface le peu qui reste de toi.
Propos recueillis par Grâce Minlibé – copie interdite sans autorisation de l’auteur et  l’interviewée.
Publié dans Histoires, Vingt-trois

Mystère et boule de gomme

demande en mariage

Vingt-trois – Chapitre 2

Mention de tous les destinataires ? Ok
Objet du mail ? Ok
Contenu complet ? Ok
Case «Demander un avis de lecture» cochée ? Ok

C’est ma dixième vérification du mail, je n’ai rien détecté d’anormal après ma deuxième vérification mais j’aime la perfection, état qui nécessite minutie.
Je veille à ce que mon travail soit impeccable, gage pour obtenir une promesse d’embauche à la fin de ce stage.
Je n’ai pas envie d’expérimenter le stress de la recherche d’emploi et le chômage, j’ai une famille à nourrir !
J’exagère, je n’ai aucun enfant à charge quoique mes quatre petits frères résidant en Côte d’Ivoire me donnent l’impression d’en avoir… Bref ! J’ai des projets de vie : des lieux insolites à explorer, une garde-robe à renouveler, des associations à soutenir qui nécessitent que j’aie une situation financière fixe dans les six prochains mois…

J’ai manqué un appel de Meg, mon téléphone étant en mode silencieux et mon regard rivé sur mon écran. Danie et Solena, mes collègues, ne vont pas tarder à aller prendre une bouffée d’air. Je profiterai de leur absence du bureau que nous partageons à 3 pour discuter tranquillement avec Meg.

– Salut Magué ! Comment tu vas ? Allô ! Allô !

Comprenant la raison du silence à l’autre bout du fil, j’ajoute :

– Tu vas bien, Meg ?
– Il n’y a vraiment pas une autre voie pour me taquiner ? M’adresse-t-elle en soupirant
– Ok, je te promets d’arrêter de t’appeler ainsi…
– Bien !
– Jusqu’au début de l’automne.
– Tu es incorrigible. Soupire-t-elle. Alors, t’as trouvé l’identité de ton futur mari ?
– Ce n’est pas drôle.
– Excuse-moi, je n’ai pas en ma possession un autre moyen pour te taquiner.
– Rancunière, va !
– Tu sais qui t’a envoyé la lettre ?
– Non. Fais-je en lâchant un soupir. Mes connaissances masculines m’ont assuré que cela ne venait pas d’elles. Je ne connais personne à Vernon et le message que j’ai envoyé à l’adresse mentionnée sur la lettre m’a été retourné. Je crois qu’il n’a pas donné son adresse réelle.
– Eh ben, ton futur mari est un farceur !
– Et ses blagues sont de très mauvais goût. Dis-je en manipulant mon stylo. Ecoute, je ne vais pas me prendre la tête avec ça, il y a eu une erreur de destinataire : la lettre était sûrement pour l’ancienne locataire…
– Une ancienne locataire qui a la même identité que toi ? Ne te mens pas ma belle, ce mec te connaît.

Une idée me traverse l’esprit. Et si une femme se cachait derrière ce Sekongo Tiefigué ? Neîma et Méira, mes sœurs de l’église ? Non, elles sont trop spirituelles pour faire ça. Serait-ce alors Euphrasie, Marie-Paule ou Prisca, mes amies de fac ?

– Allô ! A quoi tu penses ?
– Ce sont peut-être mes amies de fac qui me font cette blague. J’investiguerai quand je quitterai le boulot ce soir.
– Tu m’impressionnes, Miss Marple ! Je n’y avais pas pensé. Tu me feras le compte-rendu de tes investigations, ce soir. Tu passes chez moi ?
– Je ne pourrais pas, ma belle. J’ai un afterwork avec mes collègues et je suis chargée du petit-déj demain ! Je vais préparer des cakes au citron.
– Des ? Eh ben, t’es une collègue dévouée !
– Mes collègues sont des ogres. En parlant d’elles, elles ne vont pas tarder à revenir. On se rappelle ce soir.
– Ok, j’espère qu’ils t’embaucheront ou te feront une belle recommandation.

– Espère !

***

Yona s’est gentiment proposée pour me raccompagner après notre afterwork. Je referme la porte de ma résidence et là, je lâche un cri. Mes mains tremblent, mes lèvres suivent le mouvement. Il est là…
Me suit-il ou est-ce moi qui suis toujours à sa recherche?
Il a toujours ce sourire empreint de tristesse et d’impuissance. Je le supplie de me laisser tranquille. Qu’il me permette de passer définitivement à autre chose ! Ma porte fermée à double tour, je me laisse glisser contre elle. C’est encore trop frais pour oublier, trop frais…
J’inspire longuement avant de rejoindre mon espace cuisine. Cuisiner apaisera mes tourments.

***

J’ai passé mon après-midi au cinéma en compagnie de Marie-Paule mais tout ce que je trouve à faire en rentrant chez moi c’est regarder un film nigérian sur YouTube: « A piece of Flesh ».
Des larmes tracent des sillons sur mes joues au moment où le fils succombe à sa maladie et qu’on l’annonce à la famille. Le sacrifice d’Ifeoma n’a servi à rien !

Mon regard quitte mon écran d’ordinateur, fixe ma porte ; on vient de presser ma sonnette. Un deuxième coup retentit.
Qui a tant envie de me voir ? M’interrogé-je intérieurement en me dirigeant vers la porte.

Mon rythme cardiaque s’accélère quand j’entends : Samuel.

Samuel, l’ami de Dan ?! Que fait-il chez moi ?

– Euh, tu n’acceptes pas de visites imprévues, j’ai l’impression. Désolé, je n’avais pas ton numéro. Enfin, je l’ai demandé à Meg mais je voulais te faire une surprise.

« Karlise, il est toujours derrière la porte ! Ouvre donc ! » M’exclamé-je intérieurement.

Polo – Jean – Tennis c’est ainsi vêtu qu’il se présente à moi. J’ai l’impression d’être propulsé dans un nuage de douceur quand il me dévoile son charmant sourire.
Et son regard est hypnotisant, l’expression fulgurante de ces beautés viriles et brutes qui remportent le suffrage universel…

– Ça fait plaisir de te revoir.
– Plaisir partagé. Entre, fais comme chez toi.

Il prend place sur mon canapé-lit pendant que je sors des rafraîchissements de mon mini-frigo.

– J’aurais fait un cake si tu m’avais informé de ta visite.
– Je tenais à te faire une surprise, tu es contrariée ?
– Absolument pas. Dis-je en souriant aimablement.
– Ton studio est coquet. Affirme-t-il en laissant son regard traîner sur les objets décoratifs de mon coin cuisine, mes luminaires et le sticker trompe l’œil collé sur ma porte d’entrée
– Merci.

Un ange passe. Le silence transporte son odeur prononcée très profonde, une odeur qu’on ne peut oublier tellement elle est intense et magnétique.

– Alors quel bon vent t’amène ? Dis-je pour ne pas me noyer davantage dans son effluve
– Je n’ai toujours pas eu de réponse. Fait-il en clignant de l’œil droit
– Euh… On a eu des questions en suspens à l’anniversaire de Meg et Dan ?

La façon qu’il a d’appuyer son regard sur moi m’embarrasse mais je n’ose lui dire de peur qu’il sache l’effet qu’il a sur moi.

Il avale une poignée de cacahuètes salées avant de dire :
– Non, je parle de l’accusé de réception que tu as reçu il y a un mois.
– L’accu… Non, ce n’est pas toi. Dis-je en ouvrant grand les yeux. Ne me dis pas que…

Il sourit.

– J’aime beaucoup les notes de ton parfum.
– La vie est belle de Lancôme. Attends, ajouté-je en remuant la tête. Ne change pas de sujet. Tu rigoles, n’est-ce pas ? Ce n’est pas toi, Sekongo Tiefigué.
– C’est mon patronyme et mon prénom Senoufo* que Meg ne connaît pas bien entendu.

Un rire soulève ma poitrine. Je suis totalement abasourdie.

– J’ai un tempérament joueur raison pour laquelle j’ai pensé à t’envoyer cette lettre. J’ai utilisé l’adresse d’un ami à Vernon pour brouiller les pistes. Fait-il en souriant
– Ce n’était pas drôle. Réponds-je légèrement énervée. J’ai passé des heures inutiles à réfléchir à qui ça pourrait être, j’ai même soupçonné mes amies de fac.
– Désolé. C’est la faute à mon tempérament joueur. Je ne le referai plus. Suis-je excusé ?
– Oui. Déclaré-je en lui rendant son charmant sourire. Tu es un beau farceur, merci pour la fausse demande de mariage.
– Euh… La demande n’était pas une farce. Je veux vraiment t’épouser.

Mon sourire s’éteint. Il pose son verre de Sprite et me regarde. Je détourne mon regard afin de pouvoir mieux réfléchir aux phrases que je vais énoncer dans les prochaines minutes.

– Comment tu peux vouloir m’épouser, Samuel ? On ne se connaît pas !
– Nous avons le temps pour nous connaître sauf si tu veux qu’on se marie le samedi prochain. Dit-il en me prenant les mains. Est-ce que tu as fixé une année pour ton mariage ?

Je le regarde, interdite. Sait-il de quoi il parle ?

– Ne me regarde pas comme si j’avais bu. Je ne suis pas en train de délirer.

Comme je n’ajoute rien, il met un genou à terre et sort un écrin de sa poche.

– Karlise Tié, veux-tu être l’unique objet de mes pensées, l’épaule sur laquelle je me reposerai quand je serai las des responsabilités qui incombent à l’homme ?

Mes yeux fixent un instant le solitaire qui scintille avant de se poser sur le visage de Samuel.

– Pourquoi moi ?
– Parce qu’il ne peut pas en avoir une autre. Je peux te passer la bague au doigt ?

Ses mots sont un murmure, une caresse. Karlise, il veut t’embobiner, ne chavire pas !

– C’est nécessaire pour que tu remportes le défi, n’est-ce pas ?
– Défi ? Fait-il en écarquillant les yeux. De quoi tu parles ?
– La demande en mariage c’est bien un défi lancé par tes potes, n’est-ce pas ?
– Personne ne m’a poussé à te faire cette demande. Soupire-t-il. Karlise, sans vouloir me vanter, je suis un homme sérieux. Le mariage est une institution que je respecte. J’ai 27 ans, j’ai connu bon nombre de femmes et à aucune d’elle je n’ai proposé de m’épouser parce que je ne me voyais pas passer le reste de mes années de vie avec elles.
– Je vois… Mmh… Tu le fais par bonté alors. Tu sais que je vais bientôt être diplômée, je serai en recherche d’emploi. Tu veux me donner un statut marital qui me permettra de rester en France.
– Oh là là, tu en as de l’imagination. Rit-il. Je le répète : le mariage est une institution que je respecte, ma demande n’est pas calculée.
– C’est impossible que ça vienne de ton cœur. On ne se connaît pas.
– Ok.

Il se lève, range l’écrin dans sa poche, reprend sa place à mes côtés.

– Désolée de te frustrer mais je ne peux pas. Je ne peux pas épouser un homme que je ne connais pas, Samuel.
– Tu as prévu quelque chose ce soir ? Ne fais pas cette tête, je ne vais pas t’emmener de force devant le prêtre.
– Le pasteur. Je suis protestante.
– Ah, je comprends mieux. Ça te dérange de te marier avec un catholique.
– Pas du tout ! J’ignorais que tu étais catholique. Ecoute, je n’accepte pas ta proposition parce que je ne sais pas qui tu es.
– Apprenons à nous connaître alors, passons plus de temps ensemble.
– Samuel, ça devient de l’acharnement. Fais-je lasse
– Non, c’est de la détermination. Tu es la femme qui doit porter mon nom. Affirme-t-il la mine sérieuse
– Tes parents ont une dette envers les miens ou quoi ?

Mon rire est communicatif. Quand nous retrouvons notre sérieux, il m’annonce qu’il a réservé une table pour deux à «Des Ronds dans l’eau», une crêperie péniche à côté de l’île de Versailles.

– Tu m’ouvres les portes de ton dressing ? Je vais choisir ce que tu vas mettre.

Décidément, cet homme ne finira pas de m’étonner.

– Je t’ai entendue… Me lance-t-il l’air amusé.

Zut ! J’ai parlé à haute voix.

– Pourquoi choisir ma tenue? Tu commences vraiment à me faire peur, là ! Je crois que je vais rester chez moi.
– Je rigolais. Je voulais juste voir apparaître encore une fois la stupeur dans tes yeux. Me lance-t-il en souriant. Tu sais que ton visage se déforme quand tu es étonnée ? Tu fais une tête de …
– C’est bon. On peut y aller ? Tu as réservé pour 20h30, non ?

***

Je suis complètement sous le charme quand nous faisons notre entrée dans cette crêperie flottante. Le décor coquet et sobre crée une envie d’évasion, un désir de voguer vers l’inconnu.
Voguer vers l’inconnu… N’est-ce pas ce que je suis en train de faire en ayant décidé de suivre Samuel ?

– Ça te plaît ? Meg et Dan y viennent souvent dîner en amoureux. M’annonce Samuel quand nous prenons place à notre table dressée au fond de la salle

J’opine de la tête, jette un regard aux autres occupants de l’établissement. Un duo se regarde amoureusement, un quatuor discute politique. Un enfant occu…

– Tu préférerais être avec eux plutôt qu’avec moi, j’ai l’impression.
– J’aime ta compagnie. Dis-je en le regardant droit dans les yeux

Une phrase, rien qu’une seule… une barrière, un pont qui cède… une limite entre un avant et un après.

Avant d’entamer le plat de résistance, j’ai de plus amples informations sur son parcours secondaire et supérieur, son poste d’agent immobilier et son désir de bâtir un puissant empire dans l’immobilier quand il rentrera pour de bon en Côte d’Ivoire, ses passions que sont la batterie et le basket-ball.
A la fin de notre copieuse crêpe au caramel et beurre salé, je sais qu’il est le benjamin d’une fratrie de 3 enfants, qu’il aimerait avoir un enfant mais pas avant les 3 premières années de son mariage. Il voudrait que sa lune de miel dure 3 ans.
Il n’a pas été le seul à parler de lui. J’en ai fait de même, lui ai confié ma phobie des chats, mes intérêts professionnels et personnels, mon envie de visiter le Brésil et l’Ethiopie.

Nous avons été volubiles pendant toute la soirée mais silencieux lors de notre marche aux bords de l’Erdre après avoir quitté le restaurant. Silencieux en apparence car je sais que nos pensées s’agitent enfin c’est mon cas.

« Qu’attends-tu de moi ? » C’est la question que je lui pose au moment où nous rejoignons l’habitacle de sa voiture.

– Que tu acceptes d’être ma femme.
– Comment tu peux vouloir épouser une femme juste après votre première rencontre ? Coup de foudre, coup de cœur, coup de tête ? Je veux comprendre, j’ai besoin de comprendre.
– Coup de cœur et d’esprit. Me répond-il en se tournant vers moi. Je t’ai vue et j’ai tout de suite reconnu ma femme comme Adam a reconnu Eve. Ecoute Karlise, je comprends que mon attitude te désarçonne mais crois-moi je n’ai aucune intention fausse envers toi. Prends le temps qu’il faut pour m’étudier, m’analyser et si après tout ça tu es convaincue que je ne suis pas l’homme avec qui tu voudrais passer le reste de ta vie, je respecterai ton choix mais sache que tu feras de moi un célibataire endurci parce que je n’épouserai aucune femme à part toi. La Providence m’en est témoin.

Il a réussi ! Il a touché ma côte sensible. Il a délicatement ouvert les portes de mon cœur et se dirige vers le point stratégique. Il m’est impossible d’ignorer ses mots empreints de finesse.

– Ça marche. Je t’accorde la permission de m’appeler régulièrement et de passer les week-ends à Nantes avec moi.
– Super !
– Avec moi mais pas dans mon lit. Soyons clairs. Ajouté-je sur un ton ferme. Je ne couche pas avant le mariage.
– Ça ne me fera pas fuir, Karlise. Je te veux avec tes convictions, tes valeurs, tes limites.

Il me veut…

Le trajet retour est ponctué d’anecdotes familiales et blagues à deux balles de tout genre. Mon cœur martèle ma poitrine quand il me raccompagne jusqu’à ma porte. Comment nous dirons-nous au revoir ? Bise légère sur la joue ou osera-t-il m’embrasser ?

Aucune de ces alternatives. Il me souhaite une excellente nuit avant de me serrer dans ses bras. Je ferme les yeux pour profiter entièrement de cette étreinte chaleureuse. J’ai envie qu’elle dure, je veux me délecter à outrance de ce plaisir : être dans les bras d’un homme avec une carrure d’athlète.
Une bise sur le front et il me quitte. En me laissant tomber sur mon canapé-lit, je n’ai qu’une envie : être à demain.

L’enthousiasme tombe au bout de quelques minutes, l’inquiétude monte. Pourquoi ce jeune homme veut m’épouser ?

Il n’est pas laid et je ne le suis pas non plus,

Il est issu d’une famille moyenne comme moi,

Je suis brillante mais je ne suis pas la seule femme noire en France à l’être.

Lit-il dans l’avenir ? A-t–il perçu que je deviendrai une référence dans le domaine du droit du travail ? Veut-il s’enorgueillir du fait d’être mon époux ?Je fixe le plafond comme si je peux y déchiffrer les réponses à mes questions.

J’ai le sentiment que sa demande cache quelque chose mais quoi ?
Je lâche un soupir d’effroi. Je crois savoir ce que cache cette subite demande en mariage…

*Senoufo : langue vernaculaire de la Côte d’Ivoire

© Grâce Minlibé – Tous droits réservés
Reproduction interdite sans autorisation de l’auteure