Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 104: Forget me not, Mama’s Boys-tome 2

Qui dit jeudi, dit Throwback Thursday Livresque. Cette semaine, le thème est: Gentils

Le 1er personnage qui m’est venu à l’esprit en découvrant le thème de la semaine est Gideon, Gid pour les intimes 😀

Gideon est un joueur de football américain et est le frère cadet de Gunnar. Lorsque sa mère adoptive a un problème de santé assez grave, il n’hésite pas à mettre sa carrière entre parenthèses pour courir à son chevet et s’occuper de son magasin de fleurs.

Gideon depuis le jour où il a été adopté, s’est fait la promesse de ne jamais causer de souci à sa mère. Il a tenu à être un enfant qui fait la joie de sa mère et lui cause le moins de souci possible.

Gideon est disponible pour ses frères, ses amis. C’est un gentil gars, un mec bien. Lorsque sa célébrité va commencer à mettre à mal la boutique de fleurs de Jannelle, il ne va pas hésiter à poser des actes pleins de bienveillance envers elle. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Il est d’ailleurs mon nouveau bookboyfriend. Il est romantique, gentleman, protecteur et beau gosse. ❤

Pour parler de la romance dont il est le héros, elle met du temps à s’installer. L’accent est mis sur l’environnement familial de Gid et la suite de sa carrière. Son duo avec Janelle m’a ravie de façon éphémère ; le comportement puéril de cette dernière m’a ôté tout éblouissement. J’ai trouvé qu’elle manquait de caractère, d’audace. Une héroïne trop lisse à mon goût.

Quel livre auriez-vous proposé pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 101: L’Haïtienne – Isabelle Prod’homme

Qui dit jeudi, dit Throwback Thursday Livresque. Cette semaine, le thème est: I comme

Isabelle Prod’homme

L'adoption comme une nouvelle naissance

Née sous X à Paris et adoptée à l’âge de quatre mois et demi, la jeune femme a souhaité, à l’âge adulte, en savoir plus sur sa mère biologique. C’est cette quête qu’elle raconte dans son roman autobiographique: l’Haïtienne.

« Ne me demandez pas pourquoi, il me fallait l’approcher, la suivre pas à pas, l’observer, la contempler, la ressentir en moi, question de survie. »

Danielle, jeune native de Port-au-Prince, vient faire ses études de pharmacie en France. Un évènement dramatique dans son pays natal va bouleverser sa vie et son avenir, de l’autre côté de l’Atlantique… Elle tente tant bien que mal de continuer son chemin malgré sa souffrance. Les défis qu’elle doit relever ne la laissent pas indemne, bien au contraire. Elle déploie une force intérieure qui ne la quitte jamais et nous prouve que toute vie, même la plus chaotique, vaut la peine d’être vécue.

Le récit début en août 1964, à Obléon, petit village d’Haïti. Alix raconte ses souvenirs de vacances et évoque sa cousine Danielle: une jeune fille qui n’a pas encore l’âge de voter et veut faire des études de médecine. Danielle veut bien étudier à l’étranger mais ne compte pas s’y installer. Elle veut vivre en Haïti, y fonder une famille, résister et être témoin de l’effondrement du duvaliérisme mais sa vie prendra d’autres tournures….

Adam Cloretti, Stéphane, Monique, Béa, Marc ainsi que Louis, à tour de rôle, vont livrer des tranches de la vie de Danielle.

Isabelle, la fille de Danielle, née sous X et adoptée, s’épanche dans les derniers chapitres du récit. Depuis 2009, elle a le désir de retrouver sa mère de naissance mais le volet administratif ne lui facilitera pas la tâche. Une recherche ADN via l’agence Ancestry lui permettra de remonter le fil de ses origines…

J’ai découvert cette biographie romancée d’une centaine de pages dans le cadre de la présélection du Prix les Afriques 2021. J’ai été intéressée par le fond de l’histoire mais la forme aurait pu être davantage ciselée. J’ai eu beaucoup de mal avec la structure du récit, elle m’a empêchée d’être complètement immergée dans l’histoire et d’être prise aux tripes.

A mon humble avis, on aurait pu se passer des passages où Danielle se raconte et laisser les personnes qui l’ont côtoyée la raconter. Le récit aurait été plus saisissant.

J’ai néanmoins beaucoup apprécié la découverte de cette citation d’Emery Allen.

La chose la plus apaisante en ce monde, c’est quand quelqu’un embrasse vos blessures en ne les voyant pas comme des catastrophes dans votre âme mais simplement comme des fissures dans lesquelles mettre son amour.

Quel livre auriez-vous proposé pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Mrs Mac Ginty est morte – Agatha Christie

Couverture Mrs Mac Ginty est morte / Mrs McGinty est morte

L’assassin a frappé Mrs McGinty à la tête. Avec un hachoir. Puis il a fouillé la chambre et volé les trente livres que la vieille dame cachait sous une lame de parquet. C’est écœurant ! Comment l’illustrissime Hercule Poirot va-t-il occuper ses loisirs si les meurtres deviennent à ce point sordides ? Pas question de manger de ce pain-là. Et pourtant… Si la police avait fait fausse route dès le début ? Si les petites cellules grises de Poirot pouvaient éviter la corde à un innocent ? En ce cas, évidemment… Poirot condescendrait peut-être à examiner de plus près un fait divers bien vulgaire – en apparence du moins…

Agatha Christie étant une valeur sûre, je pense immédiatement à elle quand l’envie me prend de lire des romans policiers.

22 novembre, date de l’assassinat de Mrs Mac Ginty. Cette veuve de 64 ans vivait seule, dans sa petite maison, avec un pensionnaire : James Bentley. Le commissaire Spencer, de la police de Kilchester, chargé de l’enquête a réuni les preuves qui, toutes, semblaient décider un même coupable: James Bentley. Ce dernier fut donc jugé, déclaré coupable du meurtre et condamné à mort. Mais ce verdict, le commissaire Spencer ne peut l’admettre. Pour lui, James Bentley n’a pas l’air d’un assassin et il se rend à Londres dans l’intention de demander à notre cher Hercule Poirot de trouver le véritable assassin.

Hercule Poirot accepte ce défi lancé à ses petites cellules grises.

Quel est le mobile de ce meurtre ? L’envie ? La vengeance ? La jalousie ? La crainte ? L’argent ?

Hercule Poirot s’installe à Broadhinny, le village dans lequel vivait la défunte et tente d’éliminer l’une après l’autre toutes les pistes pour ne conserver que la bonne.

Le déroulement de l’enquête a une allure ordinaire jusqu’à la révélation d’un élément qui soit dit en passant m’a rappelé la rumeur de Lesley Kara. Cette révélation a décuplé mon intérêt pour cette enquête. Feuille et stylo en main, j’ai recensé les pistes, les mobiles. Je pensais avoir trouvé le coupable mais les cellules grises d’Hercule Poirot m’ont encore surprise. J’ai été agréablement surprise par le dénouement de l’intrigue.

Cette enquête rejoint mes meilleures lectures de l’univers Hercule Poirot. J’ai passé un très bon moment de lecture.

Si vous l’avez lu, j’aimerais bien avoir votre ressenti.