Publié dans Arrêt sur une oeuvre

HOMICIDES 241, Tome 3: les flammes du châtiment

La paisible cité du quartier « Charbonnages » est secouée lorsqu’une femme meurt carbonisée dans un incendie qui a embrasé sa villa. Les sapeurs-pompiers confient à la police que l’incendie est d’origine criminelle. Le portrait moral de cette femme aux amants multiples et aux relations sociales contrariées, fait émerger une multitude de suspects ; chacun avec un mobile solide. Qui a tué Brigitte Eyang ? Le capitaine de police Mandy Rose Nguema mène l’enquête.

Dans ce 3e volet des homicides made in Gabon, le capitaine Nguema a affaire à un triple homicide. Brigitte Eyang a reçu plusieurs balles. L’incendie semble avoir été déclenché pour déguiser son assassinat. Le coupable n’a voulu laisser aucune trace de son méfait encore moins des témoins. Le fils de Brigitte et sa nounou sont des victimes collatérales.

La liste des suspects est très longue. Brigitte Eyang est passée dans un nombre incalculable de lits provoquant le courroux des épouses trompées et la rage des amants trahis.

Difficile de plaindre la victime principale et de réclamer justice pour elle. Son côté froid et perfide ne plaide pas en sa faveur. J’ai surtout eu de la peine pour son fils et la nounou qui n’avaient rien demandé.

Les suspects sont écartés peu à peu. On croit un moment avoir deviné l’identité du coupable mais l’auteur nous entraîne sur une fausse piste. La révélation de l’identité du tueur est surprenante. J’ai apprécié qu’on aille au-delà du crime passionnel.

Mandy Rose est une héroïne attachante. L’auteur décrit de façon très précise ses vêtements glamour. C’est la marque de fabrique du personnage mais j’ai trouvé un peu rébarbatif qu’on indique à chaque fois ce qu’elle porte. Je pense qu’on pourrait laisser l’imagination du lecteur jouer de temps en temps.

La vie sociale de notre presque quarantenaire et mère célibataire est évoquée en toile de fond. On découvre son arrière-plan familial et social. J’ai beaucoup apprécié l’humour de sa meilleure amie. Son idylle avec Grégoire Omer Tsiengori progresse lentement. De quoi attiser la curiosité du lecteur pour les tomes suivants.

Au niveau de la forme, la plume de l’auteur n’a pas perdu son accessibilité mêlant français courant à l’argot gabonais.

Je place de grosses attentes dans le tome 4, espérant qu’il soit encore plus original que ses prédécesseurs en termes de déroulement de l’intrigue, le mobile du crime, les thématiques sous-jacentes.

Sinon, vous lisez quoi en ce moment ?

fleur v1
Publié dans Arrêt sur une oeuvre

L’insigne du boiteux – Thierry Berlanda

Un assassin, qui se fait appeler le Prince, exécute des mères de famille sous les yeux horrifiés de leurs jeunes fils âgés de 7 ans. Opérant à l’arme blanche avec une rare sauvagerie, le meurtrier taille ses victimes en lanières. Telle est la punition qu’il inflige. Mais qui punit-il ? Et de quoi ?
Pour répondre à ces deux questions fondamentales, le commandant Falier s’adjoint les services du professeur Bareuil, spécialiste des crimes rituels, « retraité » de la Sorbonne, et de Jeanne Lumet, qui fut sa plus brillante élève. Or la jeune femme est mère d’un petit garçon de 7 ans. Détail qui n’échappera sans doute pas au Prince…

Tout a commencé par …

une envie de lire romans policiers et thrillers qui ne sont pas des pavés. J’ai fouillé sur Livraddict et les retours majoritairement positifs sur cette œuvre ont entraîné ma lecture.

Je rame à contre-courant parce que je n’ai pas passé un bon moment de lecture avec ce roman.

Dès les premières pages, j’ai eu du mal avec le style d’écriture: des tournures de phrase trop grandiloquentes, d’autres plus maladroites.

L’intrigue n’a pas eu longtemps mon intérêt. J’ai décroché à certains moments. J’aime bien les histoires princières mais celle de notre assassin ne m’a pas captivée.

Parlons des personnages. J’ai eu une empathie éphémère pour Jeanne Lumet; aucun flic n’a réussi à me donner l’envie de m’attacher à lui. Je suis restée indifférente au profil de l’assassin. La relation de Jeanne avec le professeur Bareuil m’a mise mal à l’aise. Franchement, un mec qui essaie de forcer un baiser, tente de me peloter, je ne le revois plus jamais de ma vie.

Quant au dénouement final, je l’ai trouvé très théâtral. Je crois que je n’étais définitivement pas la cible de cet auteur.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 143: Dans la tête de Sherlock Holmes: L’Affaire du Ticket Scandaleux

Avec du retard, je vous présente le Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : Un livre à offrir

J’ai choisi une bande-dessinée lue il y a deux mois et qui est un bel objet-livre

Un simple diagnostic médical du Dr Watson se révèle être bien plus que cela…
La découverte d’une poudre mystérieuse sur des vêtements et d’un ticket de spectacle très particulier amène Sherlock Holmes à penser que le patient n’est pas l’unique victime d’un complot de grande ampleur.
Il semblerait en effet que l’étrange disparition de londoniens trouve son explication dans les représentations d’un magicien Chinois. D’autres tickets retrouvés confirment les soupçons du détective…
Dans les écrits de Conan Doyle, Watson n’a pu dépeindre que la face émergée de Sherlock Holmes… Mais dans ce livre, nous pénétrerons visuellement le mental du détective, le long du fil de son raisonnement, et à travers l’architecture de son monde interdit !

Une enquête inédite dans la pure tradition holmésienne avec une originalité de la construction graphique alliant la forme au fond !

Dans cette BD, on est littéralement dans la tête de Sherlock, autant à travers la couverture qu’au fil des pages. Un fil rouge représente le fil des pensées de Sherlock. Il y a beaucoup d’informations à capter. Sherlock exige des lecteurs très concentrés.

J’ai aimé la construction originale des planches, les couleurs sépia utilisées. L’intrigue est prenante, le mystère est très bien entretenu. Le seul bémol : avoir scindé l’histoire en 2 tomes. C’est frustrant pour le lecteur qui n’a pas le tome 2 sous la main.

Quel livre auriez-vous choisi pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Ne la réveillez pas – Angélina Delcroix

Le lieutenant Philippe Donelli et l’adjudante Joy Morel sont appelés le même jour sur des affaires d’homicides codés. Pourtant, mille kilomètres les séparent… Commence alors une course contre la montre pour stopper l’hémorragie de cadavres. La particularité du tueur : s’insinuer dans l’esprit de ses adversaires au point de réveiller en eux une confusion psychique frôlant dangereusement la folie. Intelligence sadique, modes opératoires troublants et variés : la lucidité des enquêteurs va être sérieusement entravée. Et si leur pire ennemi n’était pas le tueur…

Tout a commencé par …

une envie de lire romans policiers et thrillers qui ne sont pas des pavés. J’ai fouillé sur Livraddict et les retours majoritairement positifs sur cette œuvre ont occasionné ma lecture.

L’histoire s’ouvre sur un prologue. Mars 2015, Seine-et-Marne. Un homme vient de tuer sa mère. Un homme étrange l’appelle Numéro 10, lui annonce que ce n’est qu’un jeu.

Un jeu dans lequel l’adjudante Joy Morel, 36 ans, travaillant depuis cinq ans à la brigade de recherche de Meaux se verra obligée d’intervenir…

J’ai mis beaucoup de temps à terminer ce roman. Est-ce dû à l’excès de violence ou aux personnages auxquels je ne me suis pas attachée ?

Les hommes savent être barbares. J’ai eu une pensée pour toutes les victimes de la barbarie nazi. Face à tant de noirceur, j’ai apprécié le début de romance de Joy.

L’identité du tueur n’est pas si facile à deviner. L’auteure a su jouer avec le mystère.

Je salue le travail de recherche de l’auteure mais j’ai eu du mal à croire à son histoire.

La fin donnerait envie à tout esprit curieux de lire le tome 2 mais je ne m’y aventurerai pas. Je n’ai pas spécialement envie de retrouver Joy et toute sa clique.

Nous naissons tous fous, certains le demeurent.

Samuel Beckett

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Code 93 d’Olivier Norek

Envie de ne lire que des BD et des romans policiers. Sur Livraddict, on a accès à une liste de top livres par genre littéraire. J’ai fouillé dans le genre policier et j’ai sélectionné une dizaine de romans de moins de 400 pages dont Code 93 d’Olivier Norek.

Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par auto combustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

L’un des points forts de ce roman ? Les courts chapitres qui donnent du rythme à l’histoire. J’ai apprécié la fluidité de la plume qui m’a permis de lire ce roman en près de 8 heures.

A part cela, ma lecture de ce polar est mitigée. L’intrigue ne m’a pas globalement épatée. Mon intérêt pour elle a été inégale. Certaines péripéties avaient un côté passionnant, d’autres m’ont laissé indifférente. J’ai trouvé qu’il y avait pas mal de longueurs et je n’ai pas compris l’utilité à l’intrigue du chapitre 35.

Coste et son équipe n’ont pas réellement participé à la découverte du meurtrier, le lecteur n’y est pas vraiment associé non plus. Le meurtrier se dévoile de lui-même, ce que je trouve dommage.

Parlons du capitaine Victor Coste, chef du Groupe Crime 1 à la SDPJ du 93 et de son équipe. L’auteur décrit chacun des membres et indique comment ils ont intégré l’équipe. J’ai apprécié leur touche d’humour mais je n’ai pas réussi à m’attacher à ce capitaine de 40 ans et son équipe.

Côté vie privée du capitaine, on découvre qu’il a perdu une amoureuse et qu’il ne s’est pas totalement remis de cette perte. Je n’ai pas été touchée par son histoire. Sa vie amoureuse prend un autre tournant dans les dernières pages du récit et là encore, elle ne m’a pas emballée. Elle m’aurait peut-être intéressée si sa voisine avait plutôt été l’objet de son attention. Je trouvais ce scénario plus croustillant. 🙂

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 135: Un cadavre dans la bibliothèque

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : lecture d’été.

Pour moi, lecture d’été rime avec lecture rapide, lecture légère, sans prise de tête.

En terme de lecture rapide, je pense aux BD qui tiennent généralement sur moins de 80 pages.

Le cadavre étranglé d’une femme inconnue est découvert au petit matin sur le tapis de la bibliothèque de la demeure du colonel Arthur Bantry et de son épouse Dolly. Celle-ci fait immédiatement appel au bon sens de son amie Jane Marple, pour dénouer un écheveau encore plus compliqué qu’il n’y paraît au premier abord.

J’ai lu cette BD en numérique via Youscribe. Je pense avoir découvert au moins l’un des romans de Miss Marple au collège mais je ne peux l’affirmer à 100%.

Je trouve que l’adaptation BD est une belle manière de découvrir la fameuse Miss Marple. Les planches sont superbes, j’ai apprécié la mise en couleur chatoyante.

Perspicace, Miss Marple collecte les indices afin de découvrir qui est le meurtrier de cette jeune fille. Le suspense est au rendez-vous. Avec Agatha Christie, il m’est souvent difficile de deviner l’identité du tueur, je suis encore passée à côté.

J’ai passé un moment de lecture agréable. J’espère qu’il y aura d’autres adaptations BD de cette enquêtrice aux cheveux blancs.

Quel livre auriez-vous choisi pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

HOMICIDES 241, Tome 2: A l’ombre des crimes rituels

À quelques kilomètres au nord de Libreville, des initiés du rite ancestral Abandji s’enfoncent dans la forêt du Cap Esterias afin d’y effectuer une cérémonie traditionnelle lorsqu’ils découvrent les corps mutilés d’un enfant et d’une jeune femme. Ces découvertes macabres interviennent alors que de nombreuses associations dénoncent à travers des marches et des campagnes sur les réseaux sociaux ces crimes dits « rituels » qui restent impunis. Qui a commandité les assassinats du petit Joël Mandoyi et d’Arlette Ndinga ? Le capitaine de police Mandy Rose Nguema mène l’enquête.

mon-avis-de-lecture

Un plaisir de retrouver le capitaine Mandy Rose Nguema. Talon aiguille, vêtement chic et silhouette glamour, on l’imagine exercer un métier dans l’industrie de la mode. Mais c’est au sein de la brigade criminelle du commissariat central qu’elle dirige, que Mandy Rose Nguema a décidé de faire carrière.

Dans ce 2e volet des homicides made in Gabon, le capitaine Nguema a affaire à 2 corps avec des organes retirés, retrouvés dans la forêt du Cap.

Les victimes: Arlette Christelle Ndinga, âgée de 23 ans et Joël Mandoyi, 11 ans. 2 vies écourtées, 2 familles endeuillées.

L’absence d’organes des 2 victimes fait penser aux « crimes rituels », assassinats commis dans le seul but de prélever des organes des victimes selon les besoins des hommes de pouvoir.

Les victimes sont-elles liées ? Quels sont les meurtriers et commanditaires de ces meurtres ?

Si ma lecture du tome 1 date, j’ai trouvé que ce 2e tome avait plus d’épaisseur que son prédécesseur en terme de rebondissements. J’ai particulièrement été émue par le mobile d’un des crimes.

J’ai apprécié retrouver Mandy Rose. C’est une héroïne attachante. L’auteur décrit de façon très précise ses vêtements glamour. C’est la marque de fabrique du personnage mais j’ai trouvé un peu rébarbatif qu’on indique à chaque fois ce qu’elle porte. Je pense qu’on pourrait laisser l’imagination du lecteur jouer de temps en temps.

La vie sentimentale de notre presque quarantenaire et mère célibataire est évoquée en toile de fond. Fan de romance, j’ai hâte de voir ce que va donner cette idylle naissante avec Grégoire Omer Tsiengori, 45 ans et père de 2 enfants.

J’espère également que les instants de vie de Mandy avec son fils, ses amis, sa famille… seront décrits. 

Au niveau de la forme, la plume de l’auteur n’a pas perdu son accessibilité mêlant français courant à l’argot gabonais.

A l’ombre des crimes rituels offre un bon moment de lecture. Ce récit de 200 pages n’est pas qu’une enquête policière. Il met le doigt sur des faits de société tels que les crimes rituels et l’esclavage moderne.

Il m’a fallu presque 4 ans avant de lire la suite des enquêtes policières de Mandy Nguema. Je lui fais la promesse et je vous prends à témoin de ne pas laisser s’écouler autant de temps pour aller à la rencontre du 3e tome.

Sinon, vous lisez quoi en ce moment ?

fleur v1
Publié dans Arrêt sur une oeuvre

L’heure du chacal – Bernhard Jaumann

Windhoek, Namibie au mois de janvier. La saison des pluies tarde à venir et le pays tout entier courbe l’échine sous la chaleur et la sécheresse. Dans le quartier riche de Ludwigsdorf, un homme – blanc – qui arrose ses citronniers à la tombée de la nuit, est abattu à l’AK-47, à travers les barbelés électrifiés de sa propriété. C’est le premier d’une série de meurtres à travers le pays. Les victimes, des blancs riches, tous liés à une affaire politique vieille de 20 ans : l’assassinat de Anton Lubowski dans les heures sombres de la fin de l’Apartheid. La détective en charge de l’enquête, Clemencia Garises est un produit de la « nouvelle » Namibie : noire, originaire d’un quartier pauvre, elle a pu étudier grâce à une bourse. Des exactions de l’Apartheid et du combat pour l’indépendance de la Namibie, elle ne connait que les histoires qu’on lui a racontées. Un polar engagé, qui tourne autour de la mort politique de la Namibie, et qui pose les questions universelles sur la vérité, la culpabilité et la morale.

Une enquête policière qui se déroule en Namibie ? Je dis oui avec grand plaisir!

La mort, elle, frappe tôt ou tard à toutes les portes

La mort frappe d’abord à la porte d’Abraham Van Zyl puis convoque Leon Andre Maree, Ferdi Barnard et Donald Acheson. Leur point commun : soupçonnés d’avoir assassiné Anton Lubowski.

Qui est l’ange de la mort, ce tueur vengeur ? J’ai suspecté plusieurs personnes au fil des pages et avec les indices dont le lecteur dispose. J’étais sur la bonne piste à moitié. 🙂

J’ai apprécié cette enquête et le fait de savoir que le point d’entrée de cette fiction policière est un fait réel renforce le sentiment d’injustice.

Clemencia est une inspectrice de police charismatique et attachante. Sortie major de l’école de police, elle est la seule policière du pays à posséder un master en criminologie. Elle tente tant bien que mal de s’imposer dans son équipe composée majoritairement d’hommes.

Elle essaie surtout de préserver son intimité au sein de la maison qu’elle partage avec sa famille imposante. Ses mikis (tantes) et leurs immersions incessantes dans sa vie apportent une touche d’humour au tableau sombre de ce récit.

J’ai apprécié le temps passé avec elle, la parenthèse d’amour vécue et je compte lire l’une de ses enquêtes traduites en français.

J’ai apprécié le style de l’auteur. Je trouve dommage que sa bibliographie ne soit traduite en français qu’à proportion de 15%. J’aurais vraiment aimé découvrir sa saga policière sur les cinq sens.

Avez-vous déjà lu cet auteur allemand ?

Un amour interdit Alyssa Cole

Ce qui n’est raconté, ce n’est pas de l’Histoire, ce n’est même jamais arrivé.

Un animal restait toujours un animal, tandis qu’un homme pouvait se changer en chacal, en tortue, en chouette ou en n’importe quelle autre bête du Kalahari.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Le temps des hyènes – Carlo Lucarelli

Une épidémie de suicides s’empare de la colonie italienne d’Érythrée : le sort des indigènes n’intéresse guère, mais quand on découvre le corps du marquis Sperandio, propriétaire des terres et pionnier enthousiaste, pendu au plus haut sycomore d’Afelba, les autorités s’émeuvent. Aussitôt le capitaine des carabiniers royaux Colaprico et Ogbà, son Sherlock Holmes abyssin, accourent. Nos deux enquêteurs s’égarent dans des fausses pistes à dos de mulet, du port de Massaoua aux hauts plateaux d’Asmara : il faudra bien scruter la terre rouge. Une vieille sorcière, un étrange chien féroce, une princesse noire, d’anciennes amitiés, deux sales types qui cachent bien leur jeu et des métaphores à base de piment viennent épaissir le mystère. Les agioteurs mafieux ne sont pas loin, le temps des hyènes a commencé. Cupidité des colons, hostilité des soldats, racisme crasse font de ce court polar un petit bijou du genre, drôle, efficace et diablement sensuel. Il n’y manque ni le recours aux langues locales de la corne de l’Afrique et de la botte italienne, ni la morale finale comme on l’aime. Une réussite.

Une enquête policière qui se déroule en Erythrée ? Je dis oui avec grand plaisir!

Nous sommes au début du 20e siècle, à l’époque où l’Italie avait des colonies dans la corne de l’Afrique.

Une série de suicides adviennent en même temps : 3 indigènes et un marquis italien. Une enquête policière s’ouvre surtout pour le marquis. La vie et la mort d’indigènes n’intéressent pas vraiment. Quand une 5e victime est trouvée, le capitaine Piero Colaprico, commandant de la compagnie des carabiniers royaux d’Afrique et son brigadier Ogbà, indigène, ne croient plus aux coïncidences.

L’enquête s’avère difficile dès le début car aucune autopsie ne peut être faite. Le duo d’enquêteurs tente bien que mal de résoudre l’énigme.

Le tempo est globalement lent, avec pas mal de descriptions sur le contexte politique, social mais il y a également des scènes d’action. Les personnages sont intéressants à suivre notamment Ogba qui est un fin observateur.

Le récit se lit plus ou moins facilement. J’avoue avoir eu du mal par moment avec les dialogues mêlant italien et langue locale qui rendent le récit lourd à mon sens.

Au dénouement, je ne suis pas sûre d’avoir saisi les mobiles du meurtre. J’ai l’impression que certaines pièces du puzzle ne sont pas bien agencées.

Mon ressenti global sur l’œuvre est perplexe. Je ne considère pas le temps des hyènes comme un rendez-vous manqué mais je n’ai pas été émerveillée au point de programmer un 2e rendez-vous avec l’auteur et son duo d’enquêteurs.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Hercule Poirot en BD : tomes 5 et 6

Découvrir les enquêtes d’Hercule Poirot autrement qu’à travers le roman? Les éditions Paquet offrent une alternative à travers la BD. Grâce à mon abonnement à Youscribe, j’ai pu lire 6 tomes de la saga Hercule Poirot en BD.

Cet article est dédié aux tomes 5 et 6.

La Mystérieuse affaire de Styles est le tome 5 de la saga.

1917, le capitaine Hastings, blessé au combat, est rapatrié en Angleterre et vient passer sa convalescence à Styles Court, dans la demeure familiale de son ami John Cavendish. L’ambiance est lourde car Emily, la mère de John, s’est remariée avec l’antipathique Alfred Inglethorp, plus jeune qu’elle. Et quand Emily meurt, empoisonnée, le hasard fait bien les choses avec la présence sur les lieux d’un ancien policier belge, un ami du capitaine Hastings. Hercule Poirot saura-t-il démêler le vrai du faux et confondre le coupable ?

Hercule Poirot ou le cerveau inédit ! Qu’est-ce qu’il m’a fait balader ! Suspecter un tel puis un autre, croire dur comme fer qu’on a trouvé le coupable alors qu’on se fait berner par Poirot 😀 J’ai apprécié le déroulement de l’enquête.

Je suis bien contente d’avoir découvert, à travers la BD, la 1ère histoire de la reine du crime.


Le crime du golf est le tome 6 de la saga. Alberto Zanon est l’illustrateur et je ne suis toujours pas fan de ses dessins.

Un crime a été commis sur les bords de la Manche, en France. Curieuse coïncidence que Poirot, la veille, ait reçu un courrier du mort, qui souhaitait lui confier une enquête délicate. Il n’en faut pas plus pour qu’Hercule Poirot, flanqué de son ami, le Capitaine Hastings, prenne les choses en main afin de découvrir ce que peut cacher ce meurtre. Mais l’inspecteur Giraud, de la police française, n’est pas disposé à laisser le champs libre à Poirot. Une nouvelle enquête pour Hercule Poirot, qui va plonger au cœur d’une machination extraordinaire.

Hercule Poirot ou l’art de complexifier le nœud de l’intrigue pour que le commun des mortels n’y voit que du feu ! J’ai apprécié le développement de l’intrigue ainsi que les petites touches d’histoires d’amour dans le récit.

J’ai été ravie de découvrir, à travers la BD, ces romans d’Hercule Poirot que je n’ai pas lus. Un tome 7 est disponible : Drame en trois actes. J’ignore encore si je vais le lire parce qu’Alberto Zanon en est l’illustrateur.