Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Throwback Thursday Livresque #1 : à lire sous la couette

throwbacthursday.jpg

Coucou les amis ! Merci d’être fidèle à la chaîne Grâce Minlibé. Votre enthousiasme m’a poussé à vous proposer un nouveau programme pour le jeudi : le Throwback Thursday Livresque. 🙂

Organisé par Bettie Rose Books, le but est de parler d’une « ancienne » lecture (pas la toute dernière ou l’actuelle) autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini. 

Le thème de cette semaine està lire sous la couette

souslacouette

Ce thème m’a automatiquement fait penser au froid, aux frissons. J’ai cherché dans mes souvenirs livresques une histoire qui m’avait fait frissonner et j’ai sorti ….

Dix Petits Nègres !!! 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "les dix petits nègres"

Dix petits Nègres s’en allèrent dîner.
L’un d’eux s’étrangla et il n’en resta plus que
Neuf.
Neuf petits Nègres veillèrent très tard.
L’un d’eux oublia de se réveiller et il n’en resta plus que
Huit.
Huit petits Nègres voyagèrent dans le Devon.
L’un d’eux voulut y demeurer et il n’en resta plus que
Sept.
Sept petits Nègres cassèrent du bois avec une hachette.
Un se coupa en deux et il n’en resta plus que
Six
Six petits Nègres jouèrent avec une ruche.
Un bourdon piqua l’un d’eux et il n’en resta plus que
Cinq.
Cinq petits Nègres étudièrent le droit.
L’un d’eux devint avocat et il n’en resta plus que
Quatre.
Quatre petits Nègres s’en allèrent en mer.
Un hareng saur avala l’un d’eux et il n’en resta plus que
Trois.
Trois petits Nègres se promenèrent au zoo.
Un gros ours en étouffa un et il n’en resta plus que
Deux.
Deux petits Nègres s’assirent au soleil.
L’un d’eux fut grillé et il n’en resta plus que
Un.
Un petit Nègre se trouva tout seul.
Il alla se pendre et il n’en resta plus
Aucun.

Dix personnes n’ayant aucun point commun entre elles se retrouvent sur l’île du Nègre sous le prétexte d’invitations ou d’offres d’emplois : le général John Macarthur, Véra Claythorne, Emily Brent, le juge Lawrence Wargrave, Philip Lombard, le docteur Edward Armstrong, Henry Blore, Anthony Marston, invités par un mystérieux M. O’Nyme, malheureusement absent. Un couple de domestiques, récemment engagé, Thomas et Ethel Rogers veille au confort des invités. Sur une table du salon, dix statuettes de nègres. 

Dans les chambres, une comptine racontant l’élimination minutieuse de dix petits nègres. Après le premier repas, une voix mystérieuse s’élève dans la maison, reprochant à chacun un ou plusieurs crimes.

Un des convives s’étrangle et meurt, comme la première victime de la comptine. Une statuette disparaît. Et les morts se succèdent, suivant le texte à la lettre. La psychose monte. Le coupable se cache-t-il dans l’île, parmi les convives ?

J’ai lu ce bouquin au collège et je me rappelle encore des émotions qui m’ont traversée en le lisant. 

L’ambiance est angoissante, que ce soit le lieu, la comptine ou les personnages. On a la chair de poule en lisant. On tourne les pages sans s’en rendre compte… On se plaît à faire des suppositions sur les différents protagonistes et leur mobile…

L’intrigue est bien ficelée,  le suspense dure jusqu’à la fin, le dénouement laisse sans voix. 

C’est une magnifique histoire, un huis-clos captivant, époustouflant , intense, effrayant.

Si vous ne deviez lire qu’un Agatha Christie dans toute votre vie, lisez  celui-ci.

Quel livre recommanderiez-vous pour une lecture sous la couette ? 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

L’impression de la réalité : Shining et Ladivine

 

Je vous présente deux livres au genre fantastique qui donnent l’impression de la réalité.

 

Résultat de recherche d'images pour "shining france loisirs"

 

 

Shining – Stephen King

Dans les montagnes Rocheuses, le luxueux Overlook Hotel a fermé ses portes pour la saison des neiges. Seuls l’habitent Jack Torrance, le gardien, et sa famille. Wendy, sa femme, espère que l’isolement leur permettra de reconstruire leur foyer fragilisé. Mais en présence de leur fils Danny, l’hôtel semble s’animer d’une étrange façon. Cauchemar ou réalité ? Que cachent les cent dix chambres vides de l’Overlook ?

Je suis tombée sous le charme de cette histoire d’épouvante où le vrai ne se distingue pas vraiment du faux, je l’ai lue sans m’arrêter. Les personnages principaux sont simples et attachants, on partage facilement leurs angoisses, leurs attentes.

J’ai apprécié l’ambivalence de ces écrits, l’entêtement de ce père qui voulait effacer ses erreurs passées et prouver que quelque chose de bon pouvait sortir de lui.

J’aurais voulu une fin plus heureuse pour l’un des personnages principaux. Lequel? A vous de le découvrir.

Résultat de recherche d'images pour "ladivine marie ndiaye" 

 

Ladivine – Marie Ndiaye

«Le chien tendit vers elle sa grosse tête au poil crasseux.

Elle retint sa main par crainte de la vermine. Elle noya son regard dans le regard calmement éploré, calmement suppliant, et toute l’humanité et l’inconditionnelle bonté de l’animal docile lui remplirent les yeux de larmes, elle désira ardemment être lui et sut alors que le passage viendrait naturellement et à son heure.»

Usant d’un langage soutenu et poétique, Marie N’Diaye nous entraîne dans un récit intriguant teinté de fantastique.

Ladivine décrit trois générations de femmes qui portent un amour grandiose à leur famille nucléaire, un amour qui cache une peur de se perdre…

Ladivine porte une réflexion sur un libre-arbitre non encadré, une vie qui a perdu toute direction et toute cohérence.

L’histoire est pleine de surprises, de mystères et demande une forte concentration pour ne pas passer à côté de la clé de l’énigme.

Où va-t-on? Que cherche-t-on?  Que reste-t-il de nous? Que faut-il renier, que faut-il préserver? Des questions qui vous tarauderont tout au long de votre lecture.

Ne tardez pas à découvrir ces deux œuvres.

 

 

GM signature