Publié dans Arrêt sur une oeuvre

L’été – Albert Camus

Pour mon bingo littéraire de l’été, je devais lire un livre où il y a le mot été dans le titre.

Une brève recherche m’a conduite à l’été d’Albert Camus, un roman qui fait moins de 150 pages. Que demander de plus ?

Couverture L'été

Qu’il suive le fil d’Ariane sur les traces du Minotaure pour évoquer Oran et ses alentours, qu’il revisite le mythe de Prométhée à la lumière de la violence du monde moderne, ou qu’il rêve à la beauté d’Hélène et de la Grèce, Albert Camus nous entraîne tout autour de la Méditerranée et de ses légendes.

Un court recueil de textes lyriques et passionnés pour voyager de l’Algérie à la Grèce en passant par la Provence.

 

l'Afrique écrit

Un livre pour voyager au cœur de l’été, voici comment je pourrai L’été d’Albert Camus en une phrase.

De l’Algérie d’hier et d’aujourd’hui je ne connais pas grand chose. Albert Camus m’a fait découvrir Oran, Alger et Tipasa. Il décrit avec adresse ces villes de caractère.

Les références à la mythologie m’ont un peu perdue mais j’ai apprécié cette balade qu’offre la captivante plume de Camus.

J’ai apprécié ses réflexions sur l’écrivain

Un homme, si j’en crois un de mes amis, a toujours deux caractères, le sien, et celui que sa femme lui prête. Remplaçons femme par société et nous comprendrons qu’une formule, rattachée par un écrivain à tout le contexte d’une sensibilité puisse être isolée par le commentaire qu’on en fait et présentée à son auteur chaque fois qu’il a le désir de parler d’autre chose

 

Un écrivain écrit en grande partie pour être lu (ceux qui disent le contraire, admirons-les, mais ne les croyons pas).

 

L’idée que tout écrivain écrit forcément sur lui-même et se peint dans ses livres est une des puérilités que le romantisme nous a léguées.

 

D’autres citations à méditer

 

Il y a ainsi une volonté de vivre sans rien refuser de la vie qui est la vertu que j’honore le plus en ce monde.

 

Nous vivons pour quelque chose qui va plus loin que la morale.

 

Ce jour-là, je compris qu’il y avait deux vérités dont l’une ne devait jamais être dite.

 

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Throwback Thursday Livresque 20 : Summer Party

Le jeudi sur le blog c’est le jour du Throwback Thursday Livresque créé par BettieRose !

 

Print

 

Le thème de cette semaine est : Summer Party, un roman qui se déroule en été ou parfait à lire en été

 

 

J’ai lu un livre un hiver en France et en le lisant j’ai eu l’impression d’avoir pris un aller simple, direction la Côte d’Ivoire, mon beau pays. J’ai retrouvé ma patrie chaude et accueillante, la joie éternelle de Yopougon et ses maquis, les commérages, le nouchi (l’argot ivoirien), nos proverbes ivoiriens, notre bonne bouffe si chère à mon cœur, les histoires cocasses, la solidarité, la place importante de la famille, l’insouciance, l’optimisme ivoirien. Il y a d’ailleurs un proverbe ivoirien qui dit : « Découragement n’est pas ivoirien ».

Ce livre ou plutôt ces livres, c’est la saga….

 

Aya de Yopougon de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie. 

 

Fin des années soixante-dix, à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan rebaptisé Yop City « pour faire comme dans film américain », vivent Aya et ses deux amies, Adjoua et Bintou. Elles ont dix-neuf ans, l’âge où tout est possible, mais si Aya souhaite devenir médecin, les deux autres sont plus versées dans les soirées au maquis et la chasse au mari. Autour de ce trio choc on croise des personnages aux destins divers, comme Ignace, le père volage d’Aya qui jongle entre plusieurs « bureaux », Moussa, le fils du puissant Bonaventure Sissoko, qui compte sur sa Toyota pour emballer les filles, Fanta et Koro, les mamans qui s’efforcent de protéger leurs filles ou Grégoire, le « Parisien », qui flambe son magot au fameux hôtel Ivoire…

Couverture Aya de Yopougon, tome 1

 

Couverture Aya de Yopougon, tome 2

 

Couverture Aya de Yopougon, tome 3

 

Couverture Aya de Yopougon, tome 4

 

Couverture Aya de Yopougon, tome 5

 

Couverture Aya de Yopougon, tome 6

L’album est parfait pour une lecture d’été. C’est un album ensoleillé, rafraîchissant comme un verre de gnamakoudji, plein d’énergie, divertissant, comique. Avec lui, aucune prise de tête, on se laisse porter par les aventures palpitantes des personnages truculents, pleins de vie. 

L’album traite de sujets sérieux comme la condition féminine, la sexualité mais ils sont évoqués avec humour.

Bref ! Aya de Yopougon est un pur moment de détente, à savourer lentement…

 

BONUS : ma photo avec l’auteure Marguerite ABouet. Elle est hyper sympa ! 🙂

marguerite-abouet-et-grace-minlibe

 

Vous avez déjà lu la saga ? Pour ceux qui répondent non, j’aimerais bien savoir pourquoi 😀

Quel livre auriez-vous proposé pour ce thème ?

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

Promenons-nous dans les blogs pendant que …

Coucou les amis ! J’ai encore fait un tour sur les blogs cette semaine. Tout a commencé…

Dimanche

Il y a des romans qu’on a adoré parce qu’ils racontent une histoire exceptionnelle, parce qu’ils nous ont fait frémir, parce qu’ils sont très bien écrits, captivants. Et puis il y a des romans qu’on a adoré, sans très bien savoir pourquoi. Le récital des anges fait partie de ceux-là.

Derrière des jeux d’enfants, derrière une rivalité entre deux familles aux modes de vie opposés, derrière un engagement politique, le sujet principal est celui d’une femme qui se cherche. Qui a cru que le mariage et la maternité ferait d’elle une femme heureuse, qui s’est trompé, et qui cherche à s’accomplir d’une autre façon. Qui veut se sentir utile, considérée, vivante. Qui veut avoir une place dans le monde.
Un sujet qui me parle, forcément, puisque bien que ce roman ce déroule au 19ème siècle, ce thème est plus que jamais d’actualité.

Lundi

J’ai appris que Les arbres voyagent la nuit . Le saviez-vous ?  😀 

Pour moi, cette lecture est une mise en scène de l’humain et de ses sentiments sous toutes les coutures possibles. J’ai aimé redécouvrir toute une palette d’émotions, et me les approprier comme si elles étaient miennes. Un roman touchant à apprécier comme il vient, même si je n’ai pas apprécié les dernières pages.

Mardi

Le sel de nos larmes , quel joli titre pour un roman.  De plus, c’est un coup de coeur d’Emi !

13442185_10153941777749818_5392922649395507218_n

L’auteure a pris le parti de traiter de faits réels, en les romançant certes. Mais sans jamais en faire trop.
Elle ne minimise pas l’horreur de cette période, elle ne l’édulcore pas non plus. Elle en parle avec des mots justes, qui prennent aux tripes, bouleversent et vous transportent.

J’adore l’alternance des points de vue. Et avec ce livre j’ai été servi. 4 points de vue différents. De personnages totalement différents. Les chapitres sont plutôt courts la plupart du temps et la lecture est de ce fait très fluide. Une fois commencé, j’ai eu beaucoup de mal à m’arrêter de lire. Je voulais toujours en savoir plus.
Même si le dénouement est en partie connu, vous voulez encore rester un peu avec eux tous. Partager leurs peines, leurs découvertes, leurs choix, leurs erreurs, leurs pertes, leurs petites joies, leurs amitiés, leurs amours, leurs ruses, leurs forces, leurs faiblesses, leurs secrets… et tant d’autres choses encore!
Je me suis préparée tout le long à ce que ce soit difficile et douloureux, mais malgré cela cette lecture a tout de même été intense, traumatisante et à la fois lumineuse.
Parce que même si cette lecture est difficile, au milieu de l’Horreur, Ruta Sepetys arrive malgré tout à transmettre un message d’Espoir.

Jeudi

Il y a deux gouttes d’eau dans la mer et Deux gouttes d’eau » de Jacques Expert

Dans ce thriller, on ne tourne pas autour du pot. Dès le premier chapitre, le massacre est présenté et l’intrigue commence, en parallèle de l’introduction des personnages de la police judiciaire qui ont un caractère bien affirmé, surtout le commissaire divisionnaire Robert Laforge qui est un homme petit par la taille mais grand par l’autorité.

Ce thriller addictif est rudement efficace, il est psychologique (et j’adore ça) et il nous fait vaciller tantôt vers l’un des suspects, tantôt vers l’autre, jusqu’au bout. Même si le final était une de mes hypothèses, cela n’a pas gâché ma lecture car j’ai tout de même beaucoup douté. Jacques Expert nous mène merveilleusement bien en bateau, il déroule parfaitement les éléments et fait sombrer nos certitudes page après page.

Merci Lucette pour cette sympathique découverte.

Deux gouttes d'eau

Vendredi

Sur NaïraCulture, j’ai découvert Rita Marley

Rita Marley m’a particulièrement intrigué tout d’abord par sa peau noire très ébène. Une peau noire qui brille et qu’elle assume totalement. Etant une jeune fille noire assez concernée sur les problèmes que ma communauté peut rencontrer et en particulier sur le problème de la couleur de peau (peau noire et peau claire). Le couple de Rita et de Bob m’intriguait beaucoup du fait que Bob soit un homme métis assez charmant pour ma part et que Rita soit une femme noire. Avant comme aujourd’hui on dit souvent que les hommes noirs ou métis ne s’intéressent pas aux femmes noires. Et bien en voyant le couple de Rita et Bob je me dis que cela peut être faux.

Djihane S nous propose également une sélection de lectures idéales pour l’été, pour se détendre et passer un bon moment.

Il y a de l’amour, des intrigues addictives qui placent nos personnages dans des situations rocambolesques et c’est un plaisir de les suivre, essayant de s’en sortir. Quiproquos et préjugés sont au rendez-vous.

Il y a de l’amour, de l’humour, des rebondissements et une belle leçon de vie.

EDB - Summertime - Nitouche et Hana - couv e-book (1)

L_epouse_insaisissable__c1_large (1)

L'embarras du duc

 

je peux bien me passer de toi

Un_merci_de_trop_hd

Si vous avez aussi découvert de jolis articles cette semaine, n’hésitez pas à me refiler les liens en commentaire.  😉