Publié dans Panaché

Le deuxième Award de ma vie de blogueuse

tag book fangirling award

Un deuxième award pour la douce blogueuse que je suis : Le  BOOK FANGIRLING AWARD

Qu’est-ce qu’elle est belle ma vie de blogueuse ! 🙂

J’ai été nommée par ma blogocopine célibattante LES MOTORDUS D’ANNE-JU !!! 

Merci encore ma belle !

Elle m’a posé 5 questions auxquelles je vais répondre de façon très tordue puis je citerai 5 blogueuses qui méritent cette récompense selon moi. Elles auront à répondre à cinq savantes questions.

On y va !

 Tu organises un dîner en tête, quel héros de livre invites-tu ?

Christian Grey !!!! J’ai bien aimé ses nuances claires, sa tendresse refoulée. Au menu du dîner : du cochon à l’entrée et au plat de résistance, au dessert, des religieuses. (il a bien besoin d’être sanctifié 😀 )

Une bande d’auteurs pour partir en vacances, tu vois qui dedans et qui ferait quoi (le barbecue, nettoyer la piscine, préparer les mojitos… ) ?

Paulo Coelho, Alain Mabanckou, Chimamanda Ngozi Adichie, Karine Giebel et Gilles Legardinier.

Paulo s’occupera du barbecue. La fumée, l’odeur de la viande marinée, un environnement propice pour élaborer des citations  qui changeront le monde.

Karine nettoiera la piscine, on ne sait jamais quelle découverte macabre on peut y faire.

Chimamanda préparera les mojitos, ça lui ôtera son caractère si sérieux.

Alain organisera nos activités ludiques (sorties à la plage, jeux de ludo et awalé, visites de musée)

Gilles nous servira nos petit déj au lit et fera notre lessive, il est tellement humaniste !

bande d'auteurs

Allez avoue que tu aurais aimé écrire ce livre ? Et pourquoi ?

Le chuchoteur de Donato Carrisi parce que ce thriller est tout simplement génial. Il est haletant, captivant, surprenant. J’aurais aimé recevoir tous les compliments que l’auteur a reçus et continue de recevoir.

Si tu devais écrire la suite d’un livre que tu aimes, lequel serait-il ?

Le chuchoteur de Donato Carrisi.

Donato Carrisi

Et quelle serait la suite ?

Le livre a déjà sa suite : L’écorchée mais je l’aurais écrit différemment.

Goran serait sorti de son long coma et épouserait Mila. La fille de Mila ne serait pas en danger, le chuchoteur serait identifié et livré à DAECH.

Donato Carrisi

Les nominées sont :

Roulement de tambour suivi d’une magnifique musique de suspense 

els

Mes ladies, veuillez répondre aux questions suivantes :

  1. Quel auteur aimerais-tu faire revenir à la vie ? 
  2. Une couverture de livre que tu ne te lasseras jamais de regarder ?
  3. Quelle héroïne (préciser le livre) aimerais-tu incarner et pourquoi ?
  4. De quel livre ne pourras-tu jamais te séparer, même pour un prêt ? 
  5. Le genre de romans que tu ne liras jamais ? 

Mission achevée, à vous de remplir la vôtre. 🙂

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Ça peut pas rater !

resume-de-loeuvre

« – J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir !

Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier de Hugues. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d’un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu’au fond des enfers.
La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde.

La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m’étouffe, la haine me consume. »

Gilles Legardinier

Quand on ouvre ce livre, on se dit : ok, on va encore avoir affaire d’un côté à une femme frustrée parce qu’elle a été larguée, une femme qui va pleurer sur son sort et de l’autre  un macho irresponsable. Qu’est-ce qu’on va pouvoir tirer de ce livre ?

Laissez-moi vous dire qu’on en tire des choses intéressantes.

Les « célibàterre » se retrouveront complètement dans Marie. Elles vivent la même chose qu’elles, se posent les même questions sur leur vie de femme seule, portent en elle cet espoir d’être aimée par un homme.

Ce livre est leur miroir mais aussi une main qui leur est tendue pour accéder au sommet de l’espoir. Comme Marie, elles trouveront leur Joseph. Personne n’est fait pour vivre seul.

Amoureuse de l’amour, j’ai bien aimé la fin rose de l’histoire.

Certains propos des personnages m’ont fait réfléchir, d’autres m’ont titillée :

Les femmes peuvent-elles bâtir leur existence en échappant à la quête de l’homme de leur vie ?

Nous sommes toutes convaincues que les mecs sont ce qui peut nous arriver de mieux dans notre vie. Mais ce n’est pas toujours vrai. Voilà notre malédiction.

Il n’ y a pas de mauvaise façon de rencontrer son homme. Ils sont bizarres, ils sont épuisants, ils ne nous comprennent pas plus que nous ne les comprenons, mais la vie est bien moins froide lorsque l’on peut se blottir contre l’un d’eux.

Les hommes sont ce qu’ils sont, mais qu’ils s’intéressent à nous est toujours une bonne chose.

On a beau vanter les mérites de l’aventure, des surprises et des sauts dans le vide, c’est aussi parfois très bien lorsque les choses ressemblent à ce que vous imaginiez.

Il n’est pas seulement question d’amour et de vie de couple dans ce roman. Fidèle à ses convictions humanistes, Gilles Legardinier évoque l’importance d’avoir un foyer, une famille, une communauté. Il incite le lecteur à cultiver les valeurs de solidarité, à éteindre les flammes de l’égoïsme en lui, à penser communauté et non individualisme.

Petit bémol : j’ai trouvé l’histoire très longue. Le récit de la vie professionnelle de Marie, la découverte de l’identité de son admirateur traînaient en longueur. On aurait pu se passer de certaines péripéties. Je n’ai également pas retrouvé la dose d’humour à laquelle je m’attendais après avoir lu Demain j’arrête !

signature coeur graceminlibe

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Et soudain tout change

Pour sa dernière année de lycée, Camille a enfin la chance d’avoir ses meilleurs amis dans sa classe. Avec sa complice de toujours, Léa, avec Axel, Léo, Marie et leur joyeuse bande, la jeune fille découvre ce qui fait la vie.
A quelques mois du bac, tous se demandent encore quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent qu’avant l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie… Du meilleur au pire, avec l’énergie délirante et l’intensité de leur âge, entre espoirs démesurés, convictions et doutes, ils vont expérimenter, partager et se battre. Il faut souvent traverser le pire pour vivre le meilleur…

Et soudain tout change

Le drame survenu dans cette histoire m’a émue, les délires de ces lycéens m’ont fait rire, l’histoire tend à prouver que l’homme n’est pas foncièrement mauvais. Ce sont les bons points que j’attribue à cette histoire.

Les mauvais points ?

J’ai trouvé que l’histoire était très longue. Le drame tirait un peu trop en longueur, les questionnements de Camille aussi. 200 pages auraient suffi pour nous attendrir ou faire rire.

Certaines péripéties étaient prévisibles comme : « j’aime un mec que ma copine aime également. Il me semble qu’il l’aime aussi mais je me trompe totalement ! En fait, il m’aime et on va vivre une belle histoire d’amour ! « 

J’ai trouvé que c’était un peu trop romantique.

Bons et mauvais points assemblés, je dirai que ce roman n’est pas mon préféré de Gilles Legardinier mais il offre un moment plaisant de lecture. L’auteur a pris soin d’apporter une touche philosophique à son roman, je vous laisse profiter de quelques uns de ces mots.

– Quelle est la différence entre une attirance physique et le véritable amour?

-Camille, on couche parce qu’on a envie. On aime parce qu’on n’a pas le choix.

On peut effectivement vivre chaque jour comme si c’était le dernier, mais il faut se méfier : parfois, il y a un lendemain, et il faut alors assumer ce qu’on a fait la veille…

On peut dire à tout le monde qu’il faut générer moins de déchets pour préserver la planète, chacun garde ses petites habitudes, à part ceux qui en sont déjà convaincus. Si par contre une actrice ou un sportif le dit, alors beaucoup de gens commencent à changer. Les gens, dans leur grande majorité, ne font pas « parce que », ils font « comme ».

C’est peut-être le secret d’un vrai couple : chacun doit révéler ou réveiller quelque chose chez l’autre.

L’histoire se répète toujours, Camille. On a tous la même vie. C’est ce que tu décides de voir ou d’ignorer qui la rend unique.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Demain j’arrête!

bonne-semaine_042

Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher…

Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants…

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour attirer l’attention de l’homme qui nous plaît ?!

Je me suis complètement retrouvée dans le profil de Julie. J’en ai fait des trucs idiots comme…

Ah non ! Ne comptez pas sur moi pour le dire, concentrons-nous sur les bienfaits à lire l’histoire de Julie.

La narration est vivante, l’intrigue soutenue, le style d’écriture frais, l’histoire est réaliste, folle et drôle.

Imaginez les expressions suivantes et assurez-moi que ça ne vous fait pas sourire :

« Dégainer un sourire comme quand on s’électrocute »

« Elle agite sa poitrine comme une danseuse du ventre électrocutée »

J’ai apprécié la douce fin de ce livre, cette image de la femme qui empêche l’homme de tomber. J’ai surtout apprécié l’exaltation de la vie faite par l’auteur. Malgré les épreuves et les injustices que nous pouvons connaître, rappelons-nous que c’est une chance d’être encore en vie.

«N’oublie jamais ma petite, que quels que soient tes malheurs, tu as de la chance parce que tu es vivante et que tout est possible. »

 

Si vous avez lu l’œuvre, je serais ravie de savoir ce que vous en avez pensé 🙂

Grâce Minlibé