Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Un appartement à Paris offert par Guillaume Musso

SG_CORRECTION 4 -UN APPARTEMENT.indd

 

« L’art est un mensonge qui dit la vérité… »

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

 

l'Afrique écrit

Le dernier roman de Guillaume Musso  que j’ai lu date de 2012. C’est donc avec un réel plaisir que j’ai débuté ce roman. Mon plaisir s’est décuplé quand j’ai retrouvé Madeline de l’appel de l’ange. Elle n’est plus avec Jonathan Lempereur et même si j’ai eu un pincement au cœur parce que j’avais apprécié leur couple, leur séparation est « réaliste ». La vie n’est pas toujours un conte de fées. Dans la vraie vie, les couples se font et se défont souvent à la vitesse de la lumière. Un jour on aime et l’autre plus du tout.

Avec sa rencontre avec Gaspard (OMG ! Pourquoi ce prénom ?!), on pense que l’auteur va lui donner une nouvelle chance en amour, nous servir une belle comédie romantique. On pense que tout va se jouer dans cet appartement qu’ils doivent partager mais l’auteur déjoue nos plans et de fort belle manière.

Tout va se jouer dans cet appartement mais pas pour les raisons auxquelles nous pensons. Madeline et Gaspard (OMG ! Pourquoi ce prénom ?!) ne se retrouvent pas dans n’importe quel appartement. Il s’agit de celui d’un peintre mondialement connu : Sean Lorenz.

Un peintre mystérieux doté d’un génie déconcertant et dont la vie privée est une tragédie. Ce peintre va les reprocher, les mener vers un chemin sombre et faire d’eux un duo de choc. 

J’ai eu un peu de mal à trouver ma place dans les 200 premières pages. Il y avait trop de descriptions et de références à mon goût. J’ai eu l’impression de me retrouver dans un cours d’initiation à la peinture ou un cours prétentieux de sciences. J’ai reçu trop d’informations culturelles et j’ignorais quoi en faire. Musso voulait-il faire étalage de sa culture ? 

La suite du récit est plus addictive. On découvre la vraie histoire derrière les trois tableaux disparus. Il y a des cadavres dans le placard… On plonge dans l’abîme, la noirceur de l’âme humaine. On cherche comme Gaspard (OMG ! Pourquoi ce prénom ?!) une lueur d’espoir.

L’intrigue est prenante. Des rebondissements, du suspense, des surprises, il y en a. On s’associe au duo de choc pour résoudre l’enquête policière, élucider les mystères, faire jaillir la vérité. L’auteur brouille les pistes et on adore ça. On ne s’ennuie pas du tout.

Un appartement à Paris évoque l’amour déçu, l’amour déchu, la trahison de l’être qu’on chérit, idéalise. Il évoque les souffrances qu’on endure, qu’on cache et qui se métamorphosent, faute de lumière, en ténèbres. 

Le récit est sombre mais il s’achève avec une belle note d’espoir. J’ai beaucoup aimé cette fin « ensoleillée » qui annonce un renouveau. 

J’ai apprécié ces réflexions sur la paternité et la maternité. Le désir de maternité de Madeline m’a touchée, l’amour inconditionnel que portait Sean Lorenz à son fils également. 

Le récit a un caractère rocambolesque, il y a en effet certaines invraisemblances comme l’effraction à l’école mais ça n’ôte pas le caractère plaisant de l’oeuvre. Je n’irai pas jusqu’à le recommander parce que ce n’est pas un coup de cœur mais il offre un bon moment d’évasion.  

des-details-sur-loeuvre

  • Broché : 484 pages
  • Editeur : XO
  • Date de publication : 30 mars 2017

Pour lire l’interview de Guillaume Musso, cliquez ICI

Extrait : Mais notre vie de famille m’a fait comprendre quelque chose. Avoir un enfant estompe toute la noirceur que tu as dû endurer auparavant. L’absurdité du monde, sa laideur, la bêtise abyssale d’une bonne moitié de l’humanité et la lâcheté de tous ceux qui chassent en meute. Lorsque tu as un enfant, d’un seul coup, tes étoiles s’alignent dans le ciel. Toutes tes erreurs, toutes tes errances, toutes tes fautes sont rachetées par la simple grâce de la lumière dans un regard

Je me lance dans la fille de Brooklyn. A votre avis, est-ce une bonne idée ? 🙂

signature coeur graceminlibe

 

 

 

Publié dans Panaché

Throwback Thursday Livresque #15

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres !

Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

Print

Le thème de cette semaine est : Plus de 500 pages, un pavé

J’ai failli passer mon tour et hop ! Une recherche sur Amazon et la Fnac m’ont rappelé qu’il y avait bien un roman plaisant lu en 2012 qui cadrait bien avec ce thème et qui n’avait pas encore été présenté sur le blog.

Il s’agit de L’appel de l’ange de Guillaume Musso qui fait 576 pages. Youpi ! 

Après une autre balade sur Internet et je découvre que sur Wikipédia, il fait 391 pages. Sur le site de l’éditeur, il fait 400 pages. Bref ! Pour moi ce livre fait 576 pages et pi c’est tout ! 

 

LAppelDeLAnge _Musso

 

 

Résumé 

Dans leur téléphone, il y avait toute leur vie…
New York. Aéroport Kennedy.
Un homme et une femme se télescopent. En ramassant leurs affaires, Madeline et Jonathan échangent leurs téléphones portables. Lorsqu’ils s’aperçoivent de leur méprise, ils sont séparés par 10 000 kilomètres : elle est fleuriste à Paris, il tient un restaurant à San Francisco.
Cédant à la curiosité, chacun explore le contenu du téléphone de l’autre. Une double indiscrétion et une révélation : leurs vies sont liées par un secret qu’ils pensaient enterré à jamais…

Je n’aime pas les gros pavés de manière générale. J’aime les livres qui font moins de 200 pages mais avec Musso, je n’ai pas hésité. J’avais déjà lu la fille de papier et j’avais été scotchée par son imagination, la trame de son récit.  

Avec l’appel de l’ange, j’ai aussi admiré son imagination, sa façon de faire parler l’impossible.  Le jeu qui se crée entre Jonathan et Madeline est original. Ils apprennent à se connaître à travers le téléphone de l’autre. J’ai pensé à moi, à mon téléphone qui contient tellement d’informations privées : les traces de ces moments où je me substitue à Hélène Ségara, les photos de ma famille, ma wishlist, mes déclarations quotidiennes, etc…

J’ai aimé cette balade entre le passé et le présent, ce côté un peu thriller, un peu comédie romantique. J’ai aimé l’atmosphère créée par les secrets, les énigmes, les citations en début de chapitre. J’ai aimé ces bouts de voyage entre Paris, San Francisco, Londres, la Côte d’Azur, New York. J’ai aimé frôler le danger. Je n’ai pas rencontré l’ennui, plutôt l’inattendu. 

L’appel de l’ange est une lecture très captivante, facile à lire et très plaisante…

Quel livre proposeriez-vous pour ce thème ?

Avez-vous déjà lu Musso ? Lequel de ses livres recommanderiez-vous les yeux fermés ?

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

Throwback Thursday Livresque #5 : Lettre au Père Noël

Print

Le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous livresque initié par BettieRose Books.

Le but est de parler d’une « ancienne » lecture (pas la toute dernière ou l’actuelle) autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Le thème de cette semaine est : Lettre au Père Noël (Un livre qu’on vous a offert, joker un livre que vous avez offert)

santabooks

En décembre 2011, à la fin de mon stage dans une banque citoyenne, j’ai reçu 3 livres comme cadeau d’au revoir. J’ai eu un énorme coup de coeur pour l’un d’entre eux. Il s’agit de….

LA FILLE DE PAPIER de GUILLAUME MUSSO

« Trempée jusqu’aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau milieu d’une nuit d’orage.
– D’où sortez-vous ?
– Je suis tombée.
– Tombée d’où ?
– Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi ! « 

Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d¹inspiration, voit surgir dans sa vie l’héroïne de ses romans. Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s’il s’arrête d’écrire.
Impossible ? Et pourtant !

Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s’entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel…

La fille de papier par Musso

Tom Boyd est un auteur brillant qui excelle dans ce qu’il fait et qui sait rendre son public accroché, du début à la fin de sa fameuse « trilogie des Anges ». le problème, c’est qu’après un chagrin d’amour, celui-ci se laisse tomber dans la dépression et est incapable d’écrire une seule ligne de plus, laissant ainsi ses fans dans l’attente du dernier tome tans attendu. Bien que ses deux amis d’enfance, Milo et Carole aient tout tenté pour essayer de le sortir de ce gouffre sans fond, Tom vit dorénavant dans sa bulle et refuse tout contact humain, se droguant d’anti-dépresseurs et de somnifères, devenant peu à peu une véritable loque humaine…jusqu’à ce que Billie fasse irruption dans sa vie. Qui est-elle et que lui veut-elle ? Simplement retourner dans son monde, celui de l’imaginaire car elle prétend être un de ses personnage tombé d’un de ses livres suite à une erreur d’impression sur un nombre considérable d’ouvrages, laissant ainsi la moitié des pages blanches et la dernière phrase imprimée inachevée.
Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, Tom, tout comme le lecteur d’ailleurs se laisse rapidement prendre au jeu et ne souhaite dorénavant qu’une chose : la survie de cette femme extraordinaire.

Ca a été ma première rencontre avec Guillaume Musso et elle a été fulgurante ! J’ai été emportée par son écriture légère, rythmée, son imagination fantastique. Les personnages sont pétillants, attachants. J’ai aimé la description du trio écrivain-livre-lecteur, le passage de ce fameux livre qui passe de main en main. On croise des bouts de vie par ci par là.

La fille de papier est une délicieuse fantaisie, j’ai fermé le livre avec une pointe de nostalgie. 

Et vous quel livre vous a t-on offert à Noël ? 

fleur v1