Publié dans Arrêt sur une oeuvre

La vie sans fards

Maryse Condé

Pourquoi l’être humain est-il tellement désireux de se peindre une existence aussi différente de celle qu’il a vécue ? C’est la question que Maryse Condé se pose en lisant les brochures rédigées par ses attachées de presse.

Aujourd’hui, elle veut se montrer  dans toute la vérité de la nature. A travers ce livre, elle tente de cerner la place considérable qu’a occupée l’Afrique dans son existence et dans son imaginaire.

Enfant guadeloupéenne élevée dans le milieu de la bourgeoisie et très loin de sa culture des Antilles, Maryse Condé décide en 1959 d’aller en Afrique, les réalités africaines ayant occupé une place de plus grande dans sa vie. Elle débarque donc comme auxiliaire d’enseignement du français au collège de Bingerville en Côte d’Ivoire.

En tant qu’ivoirienne, j’ai pris plaisir à découvrir la Côte d’Ivoire entre 1959 et 1960.

Maryse Condé nous fait ensuite découvrir Conakry, une ville chère à son cœur,  là où elle a compris le sens du mot « sous-développement ».

Dans ces pays, elle constate que les Antillais sont perçus comme les colons blancs. Elle-même est perçue comme une blanche. Maryse nous raconte sa gêne, son inconfort, sa difficulté à s’intégrer. Elle évoque cette vieille querelle entre Africains et Antillais où les uns affirment être méprisés par les autres et vice versa.

Elle est mise à l’écart et s’interroge :

La couleur est-elle donc un vernis invisible ?

Elle part ensuite au Ghana, mène une vie qu’elle n’a pas beaucoup aimé, pénétré du temps où elle y vivait d’une frénésie vulgaire.

Elle nous emmène ensuite à Londres, revient au Ghana pour retrouver l’homme qu’elle aime, se voit obligée de quitter ce pays pour le Sénégal.

Ce livre est l’histoire d’une femme impulsive qui n’arrive pas à clairement identifier son identité, une femme indécise, une femme qui se cherche et peine à se trouver, une femme qui a du mal à vivre pleinement sa vie de mère, dont l’intimité est tumultueuse ;  une femme qui a connu la passion amoureuse mais n’a jamais expérimenté l’amour.

La passion n’analyse pas, ne fait pas la morale. Elle brûle, elle incendie, elle consume.

« Les hommes noirs ! précisa Maya rejoignant Lina sans le savoir. Tout provient de la manière dont ils ont été éduqués. Leurs mères, leurs sœurs, la société dans son ensemble les traitent comme des dieux à qui rien n’est interdit. »

Je l’ai trouvée assez courageuse d’exposer ses déboires amoureux, j’ai éprouvé de la peine pour elle dans ses relations avec ses enfants et ses différents amants.

J’ai appris beaucoup de choses sur ce livre, j’ignorais par exemple que les Antillais étaient si présents en Afrique pendant la colonisation et se retrouvaient à tous les niveaux de l’enseignement.

J’ai découvert l’atmosphère politique de la Guinée et du Ghana aux premières années de l’indépendance, j’ai également appris notamment la belle amitié de l’auteur avec l’un des présidents ivoiriens Laurent Gbagbo. 

Elle dit de lui : « Sa voix d’historien avait beaucoup de poids et il m’accompagnait partout. »

Ce livre est intéressant à lire, il se lit d’ailleurs très vite mais je ne le conseille pas à ceux qui n’ont pas envie de se plonger dans l’histoire africaine et qui n’aiment pas l’autobiographie.

Publié dans Histoires

Je ne suis pas celui qu’il lui faut

je ne suis pas celui qu'il lui faut

Elle est entrée toute joyeuse. Une soif de découverte, d’évasion et de rencontre se lisait dans ses yeux. Une soif que je pouvais assouvir. Sans me vanter, j’en avais la capacité. J’étais beau aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Je n’étais pas un étranger pour elle parce que j’étais son semblable. Je connaissais ses souffrances et peurs parce que je les avais déjà éprouvées, je connaissais ses souhaits parce que je les désirais à l’intérieur de moi.

Je m’imaginais dans ses bras, commentant notre rencontre, exalter mes qualités, excuser mes défauts.

J’aurais voulu qu’elle s’approche de moi, qu’elle aille au-delà de la curiosité et m’effleure mais elle m’a ignoré. Nous étions plusieurs dans la salle, elle a préféré aller vers d’autres parce que je n’étais pas à son goût.

Oui, je l’ai entendu le dire et le répéter me fait terriblement mal au cœur.

Elle n’aime pas ce que je suis et représente, elle n’aime pas la poésie. Elle ne lit que des romans.

Elle veut s’évader. Qui lui a dit que la poésie est à l’antipode de l’évasion ?

Elle veut du mystère. Qui lui a dit que la poésie est à l’antipode du mystère ?

Elle veut de l’originalité, du moderne, de la simplicité. Qui lui a dit que la poésie n’est que classique et langage incompréhensible ?

Je ne comptais pas être son préféré, je voulais juste qu’elle m’accorde un peu de son temps, qu’elle aille au-delà de ses préjugés mais elle n’a pas voulu.

Je la regarde aller à la caisse, toute heureuse. Elle a pris une dizaine de romans. Dans les semaines qui suivront, elle lira une dizaine d’histoires. Elle ne saura jamais que je les portais en moi ces 10 histoires …

© Grâce Minlibé

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Sept histoires qui reviennent de loin

Sept histoires qui reviennent de loin Jean-Christophe Rufin

Sept nouvelles avec chacune son intrigue, ses personnages, son dénouement inattendu.

Sept nouvelles drôles, tendres.

Six lieux du monde: Kirghizie, île Maurice, France, Italie, Mozambique, Sri Lanka

Sept instants de vie …

Passion francophone, le 1er récit du recueil est l’histoire d’une jeune femme, fille du secrétaire général du Parti communiste kirghiz,  amoureuse de la langue française. Elle l’a apprise avec un professeur particulier et rêve depuis toujours de venir en France. Quand son rêve est enfin réalisé, elle s’aperçoit d’une chose : les français ne semblent pas reconnaître la langue qu’elle parle.

Cette histoire est tout simplement drôle et rafraîchissante.

Les naufragés … une femme, lointaine descendante des premiers arrivants sur une île sent venir le déclin. Cette  affreuse nostalgique du temps colonial, monde ordonné sur lesquels les Blancs régnaient en maître,  où les castes ne se mélangeaient pas, où l’on n’accordait aucun intérêt aux Indiens, se sent envahie par ceux-ci depuis qu’ils se sont emparés du pouvoir politique. Leurs divinités envahissent sa crique, lui donnent l’allure des rives du Gange. Les constructions pauvres et terriblement désordonnées ont remplacé les lieux familiers, sombres et déserts.

« la cohabitation harmonieuse de toutes les ethnies », ce couplet que récitent les touristes, elle ne le supporte pas, elle ne le vit pas.

Cette femme veut conserver autour d’elle une ultime portion de son passé (quand ils étaient les maîtres de l’île), elle ne veut pas qu’on déforme son espace vital. Quand son droit n’est plus respecté, elle commet l’irréparable…

Cette nouvelle met en évidence une question contemporaine : la mixité, la cohabitation de peuples autochtones et immigrés. Elle met en évidence la difficulté de vivre ensemble, le mépris que subissent certains parce qu’on leur fait porter les fautes de leurs ancêtres colons, la liberté de l’autre qu’on étouffe au nom de notre liberté personnelle.

Sans la 4ème de couverture, je n’aurais pas deviné que l’île en question était l’île Maurice. A aucun moment, l’auteur ne le formule clairement. Il donne des informations sur la période coloniale mais quand on ne maîtrise pas l’Histoire et la Géographie eh bien après avoir fermé le livre, on se demande toujours de quelle île il était question.

Le refuge Del Pietro… un homme de petite taille dont l’accoutrement est une véritable panoplie d’alpiniste des années trente dîne dans l’un des restaurants de la région du Passo Falzarego. Tout semble l’insupporter, il a l’air de mauvaise humeur. Cet homme sur qui les dirigeants de la Fédération de Haute Montagne avaient fondé de grands espoirs a attendu 32 ans pour revenir à la montagne et n’y retournera jamais plus. Pourquoi ?

En découvrant la raison, on ne peut s’empêcher de rire tant elle est drôle. Ce récit m’a rappelé toutes les fois où mon entêtement n’a servi à rien.

Nuit de garde… on demande à un interne de signer en pleine nuit l’acte de décès d’un patient à distance, sans avoir eu un contact direct avec lui ou examiné, chose contraire à la déontologie. Il décide de se rendre au bâtiment ou le trépassé l’attend afin de l’examiner.

Je n’en dis pas plus parce que ça ne servirait à rien, j’ai trouvé cette nouvelle fade, sans réel intérêt. J’ignore son rôle dans ce recueil.

Les fiancés de Lourenço Marques … Des fiancés de 20 ans débarquent en Mozambique et se séparent pour permettre à l’un de vivre ses rêves, l’autre d’avoir l’amour total qu’il mérite. Quarante ans plus tard, ils se retrouvent là où ils s’étaient quittés: Maputo.

L’auteur décrit de façon délicate la ville de Maputo, on ne se retrouve donc pas en plein cours d’Histoire. Le ton doux avec lequel le narrateur-personnage relate ses souvenirs  et  cet amour qui a résisté au temps donnent un intérêt à l’histoire.

Garde-robe… Reiter, un employé des Nations Unies à Colombo s’inquiète du comportement de Rahawal,  son majordome pacifique et pourtant capable d’une incroyable violence, un homme qui s’affiche en faveur des rebelles qui fanatisent des enfants pour en faire des combattants aveugles, justifie la torture et les exécutions arbitraires.

Le récit donne un visage humain aux fanatiques, à ceux qui excusent les guerres. Je n’ai pas apprécié cette nouvelle, je ne l’ai pas détesté non plus. Les enfants rebelles ne m’ont pas attendrie parce que l’auteur ne s’est pas vraiment attardé sur le sujet.

Train de vie… Paris, Gare de l’Est. Rokaya, une jeune africaine monte à la dernière minute dans un vieux Corail qui continue jusqu’à Luxembourg. Son voisin semble s’intéresser à elle. La conversation s’engage et l’on découvre au fil de cette discussion animée le parcours d’une gamine courageuse à qui la vie n’avait fait aucun cadeau mais qui n’avait jamais renoncé, une jeune femme prête à tout pour ne pas laisser passer sa chance…

Les touches d’humour, de sensualité et de sournoiserie contenues dans l’histoire la rendent agréable à lire.

En somme, j’ai passé un moment rapide et agréable de lecture. J’espère que vous apprécierez le livre autant sinon plus que moi.

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans Histoires

Mon mari ne veut pas de moi

mon mari ne veut pas de moi

 » Toute femme est née pour un homme. Tu n’es pas une exception. C’est un mari qui donne de la valeur et un équilibre de vie à une femme. Le tien arrivera et il t’honorera. Il nous honorera également.  Les avantages qu’il te procurera t’apporteront le bonheur. Il te permettra de faire de grandes choses.

Il est très exigeant, fais donc ton possible pour répondre à ses exigences et être à sa hauteur. Sois la meilleure.  » M’avait dit ma mère.

Pendant 17 années, ma mère et mon père ont parfait mon éducation. Des sacrifices, ils en ont fait pour que mon homme soit fier de moi. Ils étaient modestes mais m’ont  donné au-delà de ce qu’ils possédaient  pour que je sois la meilleure.

Pendant 17 longues années,  j’ai nourri mon ambition. J’ai donné le meilleur de moi pour être la meilleure.

Pendant 17 ans, je me suis privée, j’ai fait des sacrifices, fui la distraction et la facilité.

Mon homme aimait les femmes studieuses alors je me suis appliquée aux travaux intellectuels, je n’ai rien négligé. J’ai embelli mes qualités, raccourci la liste de mes défauts.

Mon homme voulait que je lui suis dévouée alors j’ai fait la place dans mon cœur et mon esprit pour lui. Je ne pensais qu’à lui, jour et nuit.

A 23 ans, j’étais prête pour l’accueillir, toute excitée, j’attendais qu’il se présente à moi,  me prenne dans ses bras, fasse de moi son élue. 

A 25 ans, je l’attends toujours. Je suis toujours seule, en proie à la confusion. Chaque jour, ma confiance en soi diminue. L’absence de mon homme ne me donne aucune valeur. 

Pourquoi tarde-t-il ? Qu’ai-je fait de mal ? Je le désire trop fort, le sait-il ?

Je ne sors plus parce que j’ai honte. Toutes mes amies ont leurs hommes et moi je suis célibataire. J’ai éteint mon portable parce que je ne veux pas qu’on me demande où j’en suis et que je sois obligée de dire que je ne suis nulle part.

Je pense à mon père et mon cœur saigne. Je pense à ma mère et mon cœur pleure. Je me sens tellement mal, ils attendaient tellement de moi …

Mon homme le sait-il ? Pourquoi ne vient-il donc pas ? 

On m’a dit que je manque d’expérience mais ne doit-il pas être le premier ? 

Je m’interroge, où puis-je trouver des réponses ? 

 » Le premier mari d’une femme c’est son travail.  » Dit-on mais mon premier mari ne veut pas de moi. Il n’est pas pressé de me rejoindre, de m’honorer, de me donner l’équilibre de vie auquel j’ai droit.

Déjà deux ans que mon chômage dure, déjà deux ans que mes diplômes fièrement acquis ne servent pas.

Déjà deux ans que mon passé est plus proche de moi que mon futur. 

Je lutte pour ne pas sombrer dans la dépression. Je veux garder la tête haute, nourrir mon espoir.

J’ai fait mon possible, il ne me reste donc qu’une solution : demander à DIEU l’impossible …

© Grâce Minlibé

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Trop de bonheur

Le temps n’efface rien. Marlene et Charlene restent hantées par un terrible secret d’enfance, Sally tremble de revoir son fils après des années de silence et Doree a changé d’identité pour oublier le passé. Fortes ou fragiles, belles ou fanées, ces femmes combattent avec courage, inlassablement, pour une accalmie dans la tempête, un instant de bonheur.

« Ce recueil de nouvelles illustre comme jamais le génie subtil d’Alice Munro: celui de célébrer, dans chacune de ses histoires, le mariage de l’inattendu et de l’inexorable » Le Nouvel Observateur

Trop de bonheur

Après ma lecture de Fugitives, j’ai reconnu avoir pris un grand risque en achetant deux œuvres d’Alice Munro. J’ai repoussé ma lecture de « Trop de bonheur » jusqu’à ce qu’il ne me reste pas grand chose à offrir à mon esprit avide de lecture.

Le recueil compte 10 nouvelles que je me permets de classer en 4 catégories:

  1. La cerise sur le gâteau

Les nouvelles qui font partie de cette catégorie ont une particularité: elles suscitent la stupeur. Leurs débuts sont linéaires et puis survint un événement qu’on n’aurait pas du tout soupçonné et qui recrée l’histoire.

  • Dimensions
  • Fiction
  • Wenlock Edge
  • Radicaux Libres

Ces nouvelles sont vraiment le mariage de l’inattendu et de l’inexorable.

2. La dernière cuillère de son plat préféré

J’ai rangé Trous-Profonds, Visage, Des femmes et Jeu d’enfant  dans cette catégorie parce qu’elles sont tristes. Elles évoquent le regret occasionné par une rupture familiale, un malentendu, une mauvaise compréhension de l’attention que l’on portait à l’autre.

3. Un verre de Muscador après du champagne 

Trop de bonheur  raconte les journées qui ont conduit à la mort  de Sofia Kovalevskaïa, romancière et mathématicienne, avec des retours en arrière sur des épisodes précédents de sa vie. Le récit peut être ennuyant pour ceux qui comme moi n’aiment pas l’Histoire et très instructif pour ceux qui comment moi aiment les mathématiques 😀

Les descriptions du sort des femmes en Russie apportent également un attrait au récit.

4. Le grain de maïs dans la salade de fruits

Que fait-elle dans ce recueil? Telle est la question que je me suis posée en lisant Bois. Je n’ai vraiment pas saisi l’utilité de cette nouvelle dans le recueil. J’ai eu l’impression que le but de l’auteur était  de raconter une histoire et non chercher à susciter de l’intérêt ou des émotions.

En somme, je dirais que le livre est intéressant mais pas transcendant. Je crois que je ne tenterai pas de lire une autre oeuvre d’Alice Munro.

Le grand bonheur – aussi provisoire, aussi fragile soit-il – d’une personne peut sortir du grand malheur d’une autre.

Elle s’était convaincue que l’amour n’était pas un sentiment de la vie réelle.

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Brutal

brutal

Ce téléphone qui sonne,

Mon cœur qui détonne.

« A tout de suite » ! Tu as dit,

« Encore ? » Je me suis dit

Cette eau qui te mouille,

Ma vue qui se brouille ;

Cette tenue dans laquelle tu jubiles,

Ma soyeuse nuisette, sur moi, désormais inutile

Ces clés qui virevoltent entre tes mains,

Mon programme télé qui, compagnie me tient

Cette porte du salon que tu franchis,

Mon canapé dans lequel je me blottis ;

Cette voiture qui déchire la nuit,

Ma soirée à tes côtés qui s’enfuit…

 

Brutal revisite différentes facettes du quotidien en mettant en lumière la tumultueuse inconstance de la vie, de la société, des sentiments, et de toutes ces successions de montagnes et vallées, qui rythment les jours dans l’attente de la brusque éclosion du bonheur.

Brutal est un recueil d’histoires  rythmées, relatées avec simplicité et dextérité.

Brutal, c’est plus de 80 poèmes qui s’imprimeront dans la mémoire des hommes, trouveront refuge dans le cœur de femmes.

Brutal, c’est l’exposition de maux qui nous font fléchir

La révélation des mots qui  nous font sourire, rire, réfléchir

Je pourrais passer la journée à exposer mon impression sur cette œuvre mais vous ne m’accordez en général que 10 minutes au maximum, chers abonnés, je vais donc m’efforcer d’aller à l’essentiel. 🙂

J’ai passé ma soirée à dévorer ce livre. Ai-je besoin de souligner qu’il est captivant ?

Ce n’est pas de la poésie classique, l’œuvre ne traite pas de thèmes qui sont antérieurs à notre siècle, extérieurs à notre vécu, il reflète notre passé et notre présent.

On ne lit pas ce livre, on se lit, on lit notre autre.

J’ai adoré les images et rimes utilisées pour transcrire les ruptures, les abus physiques et moraux, les espoirs déçus, les conflits…

J’ai eu de gros coups de cœur pour:

  • La prétentieuse
  • La pétasse du coin
  • La fin des temps
  • Le silence des anneaux
  • Bris de nuit
  • La princesse de glace

Avec la magnifique entrée et la sortie parfaite que nous offre Brutal, on ne peut qu’aimer davantage la poésie.

Le regard d’autrui est la lumière qui fait ombre

Il n’est point de sentiment que ne tue le temps

L’art unanime est injure aux goûts

Une dernière phrase à ajouter: Brutal est LE recueil qu’il faut absolument à votre bibliothèque après le mien bien sûr 🙂

Bonne lecture,

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans Quand on est célib'

L’habituée du banc de touche

Le prochain bus passera à 17h16. Je rejoins la maison en espérant que Korea ait fini de mettre ses lacets et India, terminé de se maquiller. Je n’approuve d’ailleurs pas qu’elle se maquille à seize ans mais je n’ai pas à imposer mon avis, je ne suis que la baby-sitter de vacances!

L’idéal serait qu’on arrive chez Monsieur et Madame Kraba aux environs de dix-huit heures et qu’on les quitte avant  qu’ils ne dînent, soit avant vingt heures. Je n’évite pas la cuisine de madame Kraba, les filles ont annoncé notre visite de courtoisie il y a juste deux heures et ils ne n’ont sûrement pas prévu trois assiettes supplémentaires pour leur dîner.

Oui, ils sont africains et en Afrique tant qu’il y a à manger pour deux il y en a pour dix, de plus les filles et moi ne mangeons pas comme des ogres (Enfin, moi, ça dépend des jours et des lieux)  mais disons  que dans le cadre d’une simple visite de courtoisie, quitter une maison avant l’heure du dîner fait partie de mes règles de bienséance.

Je lâche un soupir en ouvrant la porte, Korea est en train de mettre ses lacets, India se maquille. Ce ne sont pas leurs surnoms mais bien leurs prénoms enregistrés à l’état-civil d’une des mairies que compte la France et une conséquence de l’amour fou que leurs parents portent à l’Asie.

-Les filles, si on rate le prochain bus, on remettra la visite à demain.

-Pourquoi? M’interroge Korea de sa voix traînante

-Parce qu’il faut passer au maximum 2 heures chez eux et prendre congé d’eux avant le dîner.

-Mais ça ne les gênera pas qu’on mange avec eux.

-Oui, Korea mais ce serait mieux qu’on rentre avant l’heure du dîner. Le bus ne va pas tarder, on se dépêche les miss ! Dis-je en jetant un coup d’œil à l’écran de mon téléphone.

Nous sommes assises à l’arrière du bus. Korea et India sont accrochées à leurs téléphones, moi, je lis Inassouvies, nos vies. Il peut m’arriver d’oublier ma mini-trousse de maquillage mais jamais de mettre un livre dans mon sac.

Il nous faut une demi-heure de trajet en bus puis une dizaine de minutes à pied pour rejoindre le pavillon de Monsieur et Madame Kraba. Ce couple sympathique d’une soixante d’années fait partie de la liste d’amis très serrée des parents de Korea et India.

Monsieur Kraba nous ouvre avec un sourire plein de bonté, nous fait ressentir toute la chaleur de son cœur avec ses embrassades appuyées. Nous embrassera-t-il de cette façon si l’on s’incruste à leur dîner ? Je remue la tête, consciente du caractère saugrenu de ma pensée.

«Taylor est au salon.»  Nous dit Monsieur Kraba.

Je suis Koréa et India jusqu’au salon pensant y retrouver un adolescent et là…

Je reçois une décharge électrique dans mon cœur, mes pensées se désorganisent, représentent un tas difforme dans mon cerveau droit, mon visage exprime des émotions que je ne peux malheureusement pas décrypter.

Je reconnais cette situation, elle s’était imposée à moi quand j’avais 15 et 19 ans.  Elle s’était présentée  de la même façon et avait engendré les mêmes dégâts : un amour non réciproque, des larmes versées, un désespoir qui ancre au célibat…

-Bonjour! Théodora, Enchantée. Dis-je avec le sourire et en lui faisant des bises.

-Bonjour, Taylor. Enchanté.

Je me retrouve assise à ses côtés. Mon Dieu, comment je fais pour ralentir les battements saccadés de mon cœur ? Comment je fais pour ne pas me tourner vers lui et contempler ses petits yeux, son teint ébène, ses lèvres bien dessinées, ce collier qui encadre ce parfait visage carré?

Comment je fais pour ne pas imaginer ses bras musclés envelopper mon corps frêle et me transporter dans des univers qui ne sont réservés qu’aux âmes qui vénèrent la passion?

Quel sujet de conversation puis-je entamer pour entendre à nouveau sa voix virile?

-Taylor, tu pourrais servir à boire aux filles s’il te plaît. Lance Monsieur Kraba

Il se dirige vers le buffet  et je manque d’ouvrir ma bouche. Qu’est-ce qu’il est grand! Je suis une naine à ses côtés !

Mon cœur s’active, il essaie comme à chaque fois que la situation se présente de tendre vers l’autre, d’établir une connexion. J’aimerais bien le contrôler mais je n’étais pas préparée à cela.  Dans cette petite ville du Nord-Ouest de la France où j’habite depuis 2 ans, les beaux mecs sont rares comme une éclipse solaire alors…

Il remplit mon verre de coca tout en prenant des nouvelles des filles. Je porte délicatement mon verre à mes lèvres, fixe mes yeux sur la télévision.

Est-il en train de me regarder ? Je l’ignore mais je veux bien penser que oui.  Quelle belle idée j’ai eu de mettre ce top corail, ce jean adapté à ma morphologie en I et ces sandales compensées qui me donnent une dizaine de centimètres en plus !

Quelle belle idée j’ai eu de ne pas négliger la coiffure de mes cheveux en transition  (mi crépus, mi défrisés). Mon esprit avait-il capté que je ferais pareille rencontre aujourd’hui?

Monsieur et Madame Kraba nous rejoignent, prennent de mes nouvelles ainsi que celles des filles. Ils m’embarquent dans une discussion assez plaisante, discussion qui m’éloigne de Taylor. Je suis largement déçue quand il annonce qu’il va rejoindre ses amis pour une séance de basket-ball. Je suis déçue de n’avoir pas pris le bus d’avant 17h16. J’aurais passé plus de temps en sa compagnie.

J’ai oublié les traits de son visage quand nous regagnons la maison des heures plus tard mais je n’ai pas oublié ce cœur qu’il a mis en mouvement…

***

-Théo, est-ce qu’on pourrait rendre visite à Monsieur Kraba demain ?

Je retire mes écouteurs, me tourne vers Korea pour lui donner une réponse positive.

-Il faudrait programmer votre réveil  avant 14 heures pour qu’on soit chez eux avant 16 heures. Dis-je le sourire vissé aux lèvres.

-D’accord, je le dis à India.

-Merci!

Je voulais émettre un ok mais mon cœur a parlé à ma place. Il lui est reconnaissant de me permettre de revoir Taylor. Notre 1ère rencontre date d’il y a deux semaines et j’ai quotidiennement médité sur le sens de cette rencontre. A-t-elle pour but de m’entraîner vers des illusions ou  me réapprendre à aimer?

Le lendemain, je suis la dernière à être prête. J’ai passé un temps fou à coiffer mes cheveux, à m’entourer du nuage de fraîcheur que me procure l’eau de toilette Shalimar, à maquiller mes lèvres pulpeuses.

Je suis fébrile quand nous montons dans le bus. Allons-nous faire plus connaissance Taylor et moi? Suis-je sur le chemin qui me fera quitter mon célibat qui dure depuis 9 ans? Plairais-je pour une fois à un homme qui me plaît?

Nous rejoignons la maison des Kraba à petits pas. Les filles rient à gorge déployée en regardant des vidéos sur leurs téléphones, moi, je réfléchis aux prochaines minutes. Ma vie va-t-elle prendre un tournant décisif?

Notre accueil se passe exactement comme la dernière fois à une exception près : Taylor n’est pas au salon cette fois-ci, il est sorti avec un ami. J’attends patiemment qu’il arrive.

Mon cœur fait un bond quand il pénètre dans le salon une heure et demie plus tard. Il est toujours aussi beau, son corps de rêve n’a pas flétri. Il n’est pas seul, un ami l’accompagne. Je lui fais les bises avec un sourire enjôleur. Il me demande brièvement si je vais bien, s’installe à côté de son ami. Je ne suis pas à ses côtés aujourd’hui…

C’est l’heure de l’apéro, Taylor me sert un verre de martini. J’ai hésité avant de le prendre, j’avais peur de l’image que cela renverrait. Je bois mon verre à longs traits tout en discutant avec Monsieur Kraba assis en face de moi.

J’ignore qu’India, assise à ma droite est en train de faire des selfies, j’ignore que je suis dans le cadreur, j’ignore que je figure sur l’une de ses photos avec une moue pas très avantageuse jusqu’à ce qu’elle éclate de rire.

-Oh non! M’exclamé-je en regardant la photo. Supprime s’il te plaît.

Elle ne m’écoute pas, se met à rire de plus en plus fort, attirant l’attention de Taylor et de son ami. Oh mon Dieu, pas ça!

-Qu’est-ce qu’il y a? Lui demande-t-il

-India, supprime cette photo. Ordonné-je avec un regard menaçant

Elle continue à rire et passe son téléphone à Taylor ! Cette ado est vraiment une salope !!! Je vide mon verre, saisie par

la honte. Mon Dieu, je suis trop moche sur la photo!

Il la regarde puis redonne le téléphone à India. J’ai tellement honte qu’il m’ait vue comme ça.

-Un verre ne doit pas être vide. Me dit-il

Il remplit à nouveau mon verre, m’ajoute des glaçons. Il veut sûrement m’aider à noyer ma honte dans l’alcool. Je finis mon verre, il le remplit encore une fois. L’alcool réchauffe un peu trop mon organisme, je vais au jardin prendre de l’air frais. Il me rejoint quelques minutes plus tard, me demande si j’ai chaud. Je lui dis oui, il sourit puis repart au living. Je fais de même quand je commence à avoir froid.

Kelan, son ami, me demande ce que je fais dans la vie, je lui réponds que j’ai pris une année sabbatique pour me consacrer à ma passion, l’écriture. Je lui montre des photos de ma première pièce de théâtre, «L’indécise» dont le thème principal est la polyandrie.

Taylor n’y jette même pas un coup d’œil et des éclats de verre se glissent dans mon cœur. Il ne s’intéresse pas à moi, ce que je fais ne l’intéresse pas, ce que je suis encore moins.

Cette vérité s’impose à moi, me rend triste et me pousse à danser quand Monsieur Kraba met de la musique. Danser pour me vider de mon chagrin, danser pour montrer mes capacités à Taylor. Les filles complimentent mon aptitude à la danse, le couple Kraba et Kelan également. Pourquoi Taylor ne dit rien? Il n’a peut-être pas pris la peine de me regarder.

« Quelle idiote, tu fais, Théo ! Il est bien trop beau pour s’intéresser à toi. C’est sûr qu’il doit aimer les femmes qui font plus d’un mètre soixante-dix et qui possèdent des rondeurs. Tu as 25 ans, tu es une femme sensible, intelligente, discrète mais il ne le saura jamais parce que:

TU NE L’INTÉRESSES PAS ! »

Mon visage s’assombrit quand tombe cette conclusion. Encore une fois, je ne plais pas à un homme qui m’attire, encore une fois je suis sur le banc de touche.

Et puis qu’est-ce que ça fait si je suis sur le banc de touche ?

Dites-moi, suis-je moins vivante qu’une femme qui aime et est aimée en retour ?

N’ai-je pas une famille, des amis qui m’aiment ?

Un homme ne manque pas à ma vie, je suis très bien toute seule, j’ai tout ce dont j’ai besoin…

images (1)

© Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Tsubaki – LE POIDS DES SECRETS

téléchargement (1)

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko raconte le quotidien d’une adolescente pendant la Seconde Guerre mondiale, son déménagement à Nagasaki avec ses parents, le travail à l’usine, les amitiés et les amours naissantes avec son voisin. En révélant peu à peu une trame familiale nouée par les mensonges de son père, elle confesse les motifs qui l’ont poussée à commettre un meurtre, quelques heures avant que la bombe atomique tombe sur sa ville.

Je me suis présentée au comptoir de l’une des librairies de ma ville avec un besoin précis: avoir un livre intéressant qui se lit vite. Le libraire m’a alors présenté Tsubaki de Aki Shimazaki, premier roman d’une série intitulée le Poids des secrets.

Le livre fait 115 pages, la quatrième de couverture donne envie et c’est de la littérature nippone, littérature qui m’est étrangère. Ces facteurs combinés m’ont poussée à l’achat.

Fan de la narration à la première personne, j’ai trouvé mon compte dans ce livre. Dès les premières pages, on se laisse emporter par l’écriture délicate de l’auteur. Il nous livre plusieurs conceptions du patriotisme, de l’union maritale.

Il nous invite à écouter la conversation qu’a Yukiko avec son petit-fils et qui porte sur l’envoi des deux bombes atomiques sur le Japon. On écoute Yukiko nous donner son point de vue assez neutre sur ce conflit mondial puis nous partager son quotidien et ce terrible secret de famille qui la poussera à commettre l’irréparable.

Le secret de famille dévoilé n’est pas singulier, il est le vécu de centaines d’hommes et de femmes à travers le monde. Il part d’un sentiment égoïste, sème des grains de discorde et de chagrin, met en péril des amours, bouleverse des vies le plus souvent de façon négative…

Un mot pour résumer ma lecture: délicat.

Lisez-vous de la littérature nippone? Quel livre vous a marqué?

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publié dans D.S.K, Histoires

D.S.K (1)

dsk

D.S.K – Chapitre 1

«Eh ben! On n’est pas prêt d’arriver au Plateau» Dis-je intérieurement en observant la longue file dans laquelle le wôro-wôro* se trouve depuis un quart d’heure.

J’habite à Angré depuis plus de six mois et les jours ouvrés se ressemblent, entre 06 heures 30 et 08 heures la circulation n’est jamais fluide.

A 07 heures 20, je suis devant l’immeuble Alpha au Plateau. Wahed Conseil, le cabinet de conseil en conduite du changement dans lequel je travaille depuis trois ans s’y trouve. Yaoundé. 

Une bonne journée souhaitée aux occupants de l’ascenseur, je me rends au bureau de Madame Brégui, notre assistante de direction. Elle sort une bouteille de dêguê de son petit réfrigérateur dès qu’elle me voit entrer. Comme d’habitude, j’essaie de marchander le prix de la bouteille en vantant la beauté étincelante de la vendeuse et comme d’habitude mes mots n’ont aucun effet sur Madame Brégui, elle réclame ses 850 francs.

Je n’ai aucun problème d’argent surtout que mon salaire a été revu à la hausse lors de mon passage au grade de consultant senior, il y a trois mois. Je ne suis pas avare non plus, je fais semblant de marchander juste pour taquiner Madame Brégui. La tête qu’elle fait quand je fais l’éloge de sa beauté  et le sourire qu’elle a quand elle me demande son dû me rappelle ma mère et j’adore taquiner ma mère.

 

Ma bouteille en main, je rejoins le bureau que je partage avec deux autres consultants seniors.  J’ai à peine le temps de répondre à un mail qu’Adelka, une collègue, vient me chercher. La réunion hebdomadaire de l’équipe va bientôt commencer. 

Pendant un quart d’heure, nous échangeons sur les missions en cours et les prochaines qui seront déployées.  A mon retour au bureau, je peaufine un rapport quand je reçois un mail de M. Rached, l’un des trois managers du cabinet. J’inspire un grand coup. J’espère qu’il m’a positionné sur la mission sur laquelle je rêve d’être, celui-là ! 

Un énorme sourire se dessine sur mes lèvres. Yes ! Je suis sur la mission SOLIC ! Dans dix jours, je serai à Dakar !

Je prends mon bloc-notes et me dirige vers le bureau de M. Rached avec le regard brillant. Quand j’en sors, je vais voir Madame Brégui pour la planification  de mon séjour dakarois.

Je passe le reste de ma journée à parfaire les rapports des missions terminées et à planifier ma mission chez Solic. Je quitte le boulot aux alentours de 19 heures. Il me faut un quart d’heure à pied pour rejoindre le domicile de mes parents.

En bon célibataire et n’ayant pas de servante, je vais quotidiennement dîner chez eux. C’est ma mère qui vient m’ouvrir.

 

Ma mère: Didier! Toujours à l’heure quand il s’agit de manger.

 

Moi, faussement vexé: Maman! Faut pas gâter mon nom. Vous mangez à 20 heures et il est 19 heures 30. Tu vois bien que je ne suis pas venu pour ça.

 

Ma mère :Donc à 19h 58, tu vas rentrer chez toi alors? Pas besoin de mettre une assiette. Me dit-elle en ouvrant les placards où elle range les couverts:

 

Moi: Maman, tu vas laisser, ton 2ème fils, celui qui te ressemble le plus, rentrer chez lui sans manger?  Demandé-je avec le visage le plus tendre au monde 

 

Ma mère: Fais, tu vas te marier, Didier. Je suis fatiguée de cuisiner pour toi. Fait-elle en remuant la tête 

 

Moi, le sourire aux lèvres : Je ne vais pas te manquer quand je ne viendrai plus manger ici?

 

Ma mère : Pas du tout.

 

Moi : Merci maman _ Elle me regarde étonnée _ Oui, je sais tu dis toujours le contraire de ce que tu penses.

 

Je l’enlace très fort avant de lui demander où se trouve le boss de la maison. Il est chez le voisin en train de jouer aux dames. C’est son activité favorite depuis qu’il a pris sa retraite, il y a deux ans. Mon père arrive à 19h58. Je regarde ma mère en souriant. Je ne suis pas le seul à arriver à l’heure pour manger hein mais comme c’est le boss, nul n’osera lui faire la remarque. 🙂

 

Ma mère me remet deux Tupperware quand je leur annonce que je rentre chez moi, une heure plus tard. Humm! La femme là n’est pas prête à me revoir.

 

Mon prochain séjour à Dakar occupe mes pensées sur le trajet du retour. Je sens que je vais y passer les plus beaux jours du reste de ma vie…

 

Je file à la  douche dès que je suis chez moi puis j’allume mon ordinateur. Je dois informer mes potes du 221, Khari et Salim-Yeni, de mon arrivée prochaine.

Khari, Salim-Yeni et moi, nous nous sommes rencontrés lors d’un match de football qu’organisait la CESAM (Confédération des Etudiants et Stagiaires Africains au Maroc) Casablanca il y a neuf ans. Nous étions à l’époque de jeunes bacheliers venus frapper aux portes du Royaume du Maroc afin de recevoir le savoir.

Nos affinités ont créé un lien très fort entre nous, je les considère comme des frères.

 

Khari est connecté sur Skype. Je l’appelle.

 

Moi : Allô! Khari, Khari!

 

Khari : Nous sommes dans l’obligation de rejeter votre appel. Votre correspondant ne reçoit que des appels provenant de la classe féminine et…

 

Moi : Allô Khari! Dis-je en imitant la voix d’une femme.

 

Khari: Tu es fou, mon gars. Alors on dit quoi?

 

Moi: Je suis calé. Salim-Yeni est à la maison?

 

Khari: Non. Il est au boulot.

 

Moi: Ah ouais, j’avais oublié qu’il bossait en soirée. Bon, tu es bien assis?

Khari: Pourquoi tu es si excité? T’es enceinte? 

 

Moi, riant: Oui, on va avoir un bébé, idiot!

 

Khari, le regard coquin : J’espère que la grossesse te donnera des formes.

 

Moi, remuant la tête: Quand est-ce que tu vas grandir, l’ami? Bref ! Je serai à Dakar dans dix jours, type !

 

Khari : C’est cool ça ! Et tu viens pour…

 

Moi : Le boulot mais je me ferai un plaisir de me jouer les touristes à mes heures perdues. Je vais goûter à l’enjaillement à la sénégalaise.

Khari : En tout cas et je ne pense pas que tu auras envie de repartir à Abidjan.

 

Moi : Non, toi aussi. Tu ne peux pas comparer Dakar à Abidjan. Ce n’est pas la même Champions’League!

 

Khari : Comment tu dis déjà? Fait-il en fermant les yeux. Ah oui, c’est coca-cola qui fait publicité sinon bissap est serein.

 

Moi : Lol. Je vais arrêter de te sortir les phrases de ce genre.

 

Khari : Continue, type. Je sors souvent ça à mes proies niveau 3. Elles sont toutes émoustillées. Dit-il en souriant. Bref! Tiens-nous informé de ta date d’arrivée et du lieu de ton séjour. Salim-Yeni et moi allons te concocter un programme de feu.

 

Moi: Avec masseuse et danseuse privée, j’espère. J’ai besoin de prendre du bon temps, Khari, de profiter de la joie d’être à nouveau célibataire.

 

Khari : Olidia ne veut vraiment plus de toi?

 

Moi : Je ne veux plus d’elle également. Ce n’est pas l’unique fille sur la terre. Je ne vais pas courir après elle. Bon, je vais te laisser, type. J’ai ramené des dossiers à traiter.

 

Khari : Ok. Bonne soirée. A bientôt.

 

Je raccroche et Skype me notifie que la chère Olidia mentionnée plus tôt est connectée. Je la bloque avant de me déconnecter.  Il ne faut garder aucun lien avec le passé.

 

Olidia a été ma copine pendant un an et elle a mis un terme à notre relation parce que je n’étais pas assez impliqué dans la relation selon elle. Après un an de relation, je ne m’étais toujours pas décidé à la présenter à mes parents et à rencontrer au moins sa mère, selon elle c’était un synonyme de manque de sérieux donc Madame a mis fin à la relation. Je l’aimais beaucoup mais je n’ai pas cherché à la retenir. Je ne suis pas le genre d’homme à supplier, des femmes, la terre en compte en grand nombre.

Fermons donc cette parenthèse sans valeur ajoutée, ouvrons un nouveau chapitre: mon prochain séjour en terre sénégalaise. Je compte me jouer aux touristes, assouvir mes fantasmes sur les femmes sénégalaises, m’enivrer de leurs secrets érotiques. J’ai fréquenté une sénégalaise à Abidjan mais je ne pense pas avoir eu affaire à une vraie sénégalaise. Vivre à Abidjan l’a sûrement dénaturée. Il vaut mieux prendre le fruit qui est encore sur l’arbre que celui qui se trouve à côté.

 

 

10 jours plus tard

 

L’avion vient d’atterrir, je tente de m’insérer dans la file de passagers tant bien que mal, ils semblent tous plus pressés les uns que les autres. A la sortie, j’ai ma première déconvenue, il n’y a pas de tube mais un escalier en fer que l’on doit tout bonnement descendre pour rejoindre le bus qui nous attend sur le tarmac. Bus dans lequel il faut un petit peu jouer des coudes pour entrer. Il fait très chaud, une chaleur étouffante qui me fait tomber la veste, et qui a fait tomber la veste à deux jeunes filles en face de moi pour le plus grand plaisir de mes yeux ! Elles me sourient je leur souris aussi malheureusement le bus s’arrête, ça n’ira pas plus loin. Une fois dans la salle des formalités je m’insère dans la file CEDEAO qui me permet d’évoluer plus rapidement, vive la libre circulation des personnes!

 

Le policier : Vous êtes là pour affaires?

 

Moi : Oui on peut dire ça comme ça!

 

Le policier: ok.

 

Il me rend mon passeport et je passe dans la salle d’à côté pour tenter de récupérer mes bagages. C’est un peu la jungle, j’essaie de m’approcher du tapis roulant.

 

_ : Mr SSariot ! SSariot !

 

Je me retourne pour voir qui m’appelle, je tombe sur un Monsieur en tenue grise manœuvrant le fameux « ssariot ».

 

Lui : tu veux un « ssariot » mon frère?

 

Moi : Oui merci

 

Lui : ça fait 5000

 

O_o! 5000 pour un chariot?! Il n’exagère pas un petit peu lui? Je me retourne pour voir s’il y a d’autres et une dame vient de laisser son chariot sur lequel je me précipite. Mon vendeur-loueur de chariot s’éloigne vers un autre pigeon!

 

Une fois mes bagages récupérés il me reste un dernier rempart à franchir, et pas des moindres la douane. On sait tous comment ils peuvent être chiant, mais apparemment je suis dans un bon jour ils n’ont pas fait de difficulté, il faut dire qu’avant moi il y avait une dame dont la valise était remplie de chemises qu’ils soupçonnaient d’être destinés à la vente même si elle jurait par tous les dieux que ce n’était que des cadeaux. J’ai refermé mes valises et je suis sorti à la recherche de mes potes…

 

Je remue la tête quand je vois Khari et Salim-Yeni avec des pancartes où sont écrits: Didier N’Gouan toujours imité jamais égalé.

Je fais semblant de les dépasser et ils me suivent avec leurs pancartes.

 

Moi : Les gars vous êtes fous !

 

Salim-Yeni (SY) : Bonne arrivée l’ami.

 

On s’enlace puis on quitte l’aéroport. Je prends possession de ma chambre à la Résidence Gogo Sara puis nous mettons le cap sur le Plateau, le quartier où résident mes potes depuis 2 ans.  

Ils me font entrer dans un trois-pièces sobre mais élégant. Salim-Yeni  m’emmène au salon tandis que Khari se dirige vers leur cuisine. Il en revient avec une bouteille de champagne et des flûtes.

 

Moi : Ça fait du bien de vous retrouver les gars ! Notre dernière rencontre remonte à …

 

Khari : 4 ans. On quittait définitivement Casablanca. Ah ! C’était la belle époque.

 

Moi : Tu parles comme si nous sommes vieux. Nous n’avons que 27 ans.

 

SY : Et il faut en profiter.

 

Moi, en le pointant du doigt et l’air malicieux : Tu es dans le vrai. On trinque à quoi? (j’observe la bouteille de champagne). Je rêve où Salim-Yeni a oublié sa bonne résolution qui était de ne plus toucher à l’alcool?

Khari, dubitatif: Ah, il a fait des recherches très avancées dans le coran et il y a lu qu’on peut boire mais ne pas en abuser.

 

SY: Bon! On la boit cette bouteille ? (Levant son verre) A ton séjour parmi nous et à notre amitié.

 

Moi et Khari : A notre amitié.

 

SY, après avoir pris une gorgée: Ça fait plaisir de voir que tu n’as pas perdu ton alacrité.

 

Moi : Et toi ton héritage de la langue française. Le poste de Senghor est toujours vacant à l’Académie française, non?

 

Nous éclatons de rire. La soirée s’écoule vite, mes potes me ramènent à ma résidence vers 23 heures.

 

La réceptionniste me dévisage avec un sourire désarmant. Ce n’est pas celle qui m’a accueilli. Celle-là est beaucoup plus belle : yeux de biche, nez fin, lèvres fines, teint noir. Je m’avance vers elle avec mon sourire de séducteur. Je lui demande l’heure à laquelle est servi le petit-déjeuner pour engager la conversation, mon sourire disparait quand elle ouvre la bouche.

 

*Nom qui désigne les taxis communaux