Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 81: Yao, Visa refusé de Didier Viodé

Qui dit jeudi, dit Throwback Thursday Livresque. Cette semaine, le thème est: Une maison d’édition à l’honneur

J’ai choisi de vous parler de la maison d’édition Harmattan en faisant un focus sur l’une de ses collections : L’Harmattan BD

Grâce à cette collection, j’ai découvert un genre sur lequel je ne m’étais pas vraiment penchée et surtout des talents d’auteurs africains.

Cette collection compte 39 titres et j’en ai lu 10 jusqu’ici.

Permettez que je fasse un focus sur Yao, visa refusé de DidierViodé

Couverture Yao, visa refusé

Artiste peintre engagé, vivant dans un bled où le marché de l’art est inexistant, Yao rêve de voyager, afin d’exposer ses œuvres en Occident. Cet album évoque, sous forme d’histoires courtes, tous les obstacles et péripéties rencontrés par Yao pour l’obtention de son visa. Un style caricatural et humoristique qui dénonce les difficultés et les inégalités pour l’obtention d’un visa et les conditions précaires des artistes en Afrique.

L’herbe est plus verte ailleurs, Yao en est convaincu. A Abidjan, l’art ne nourrit pas son homme. Le marché de l’art n’est pas aussi dynamique qu’en Occident. Alors, Yao rêve de partir mais pas par la voie clandestine. Le président français Nicolas Sarkozy, dans un discours a promis une carte de séjour de 3 ans intitulée « compétences et talents», aux étrangers hautement diplômés, tels que les docteurs, les ingénieurs, les chercheurs, les artistes…Yao est convaincu d’avoir en tant qu’artiste, le fameux sésame: le visa.

Tout joyeux, il se présente au consulat mais les refus s’enchaînent. Découragement n’est pas ivoirien, comme on dit chez nous. L’envie de Yao ne faiblit pas. Son état d’esprit est admirable.

A travers lui, ce sont les questions d’immigrations qui sont posées, la politique culturelle des pays africains interrogée, la poursuite des rêves évoquée.

Avec une ironie corrosive, Yao montre que la libre circulation des hommes n’existe que dans un seul sens: celui de la France vers l’Afrique et pas inversement.

J’ai beaucoup apprécié les réalités décrites avec humour mais pas le graphisme. Je ne suis pas une grande fan de la caricature.

Yao, visa refusé - Par Didier Viodé – Editions L'Harmattan

Et vous, quelle maison d’édition auriez-vous proposé pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Une maternité rouge – Christian Lax

Couverture Une maternité rouge

Un jeune chasseur de miel malien. Alou, se dirige vers les ruches sauvages d’un baobab. Circulant en 4×4, armés jusqu’aux dents, des djihadistes foncent sur lui et font exploser l’arbre sacré.

Parmi les débris, Alou découvre, presque intacte, une statuette représentant une femme enceinte. Encouragé par son père, il se rend dans le pays Dogon pour la présenter au sage du village, le hogon, respecté de tous pour sa culture. Le vieil homme reconnaît aussitôt cette Maternité rouge. Elle est l’oeuvre, selon lui, du maître de Tintam, dont une première Maternité se trouve déjà au Louvre, au Pavillon des Sessions.

Pour le vieil homme, la sculpture, en ces temps de barbarie, sera plus en sécurité au Louvre près de sa soeur qu’ici au Mali. Et c’est à Alou, naturellement, que le hogon confie la mission impérative d’emmener la Maternité à Paris.

Pour atteindre son but, le jeune homme, migrant parmi les migrants, ses sœurs et frères d’infortune, devra prendre tous les risques en traversant désert et mer…

Septembre 1960 : le Soudan français (Mali) est dépossédé, pillé de ses œuvres artistiques. Une maternité rouge atterrira au Louvre et une autre, représentant également une femme enceinte, est gardée par un jeune garçon.

Printemps 2015 : Alou découvre, à la suite d’une explosion provoquée par des djihadistes, la statuette gardée par le jeune garçon en 1960 et va être chargé d’une lourde mission…

J’aime les BD colorés mais je fais des exceptions quand la 4e de couverture est très attrayante. Pour mon plus grand bonheur, Une maternité rouge n’est pas en noir et blanc mais en tons de gris avec parfois une teinte de bleu, jaune ou noir.

Dans ce récit, il est question de protection, de préservation du patrimoine dogon contre le fanatisme des djihadistes au Mali. Alou va entreprendre un voyage au péril de sa vie pour cette noble cause. Mais n’y avait-il pas une autre alternative? Confier l’objet à l’ambassade, aux autorités nationales ou de la sous-région ?

Qu’on court vers la mère France alors qu’on demande la restitution de notre patrimoine m’a gênée mais… nos hommes politiques actuels sont-ils des hommes de culture ? La restitution, la protection et la valorisation de notre patrimoine sont-ils au cœur de leurs préoccupations ?

Une maternité rouge évoque le voyage clandestin. Pour passer d’une terre à une autre, il faut traverser désert et mer. Le lecteur découvre les conditions de vies de ces immigrés dans le désert, les naufrages, l’accueil froid en terre d’exil. Immigrés, persona non grata, en France.

Une maternité rouge m’a offert un agréable moment de lecture. J’ai beaucoup plus été touchée par le traitement du thème de l’immigration que par celui de la préservation de la statuette et je vous ai dit pourquoi plus haut. J’ai eu un coup de cœur pour les sublimes planches, le coup de crayon, les couleurs discrètes empreintes de mélancolie, de nostalgie.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Boy Diola – Yancouba Diémé

« Boy Diola », c’est ainsi qu’on appelait le villageois de Casamance venu à Dakar pour trouver du travail. Ce villageois, c’est toi, mon père, Apéraw en diola. À force de côtoyer de trop près la souffrance, tu as décidé de partir. Pendant des mois, tu t’es rendu au port jusqu’à ce que ton tour arrive, un matin de 1969. Tu as laissé derrière toi les histoires racontées autour du feu, les animaux de la brousse, les arachides cultivées toute ta jeunesse. De ce voyage tu ne dis rien. Ensuite, tout s’enchaîne très vite. L’arrivée à Marseille, l’installation à Aulnay-sous-Bois, la vie d’ouvrier chez Citroën, le licenciement, la débrouille.

Odyssée depuis le fin fond de l’Afrique jusqu’aux quartiers populaires de la banlieue parisienne, Boy Diola met en scène, avec une pointe d’humour et beaucoup d’émotion, cet homme partagé entre deux mondes et donne ainsi corps et voix à ceux que l’on n’entend pas.

l'Afrique écrit

Janvier 2010,

Le récit débute par un naufrage d’un bateau de migrants au Sud de la Corse, précisément sur la plage de Paragan. 

Un père à quelques kilomètres (ou plus ?) de ce naufrage repense à son voyage en bateau. Dans les yeux des naufragés, il revoit tous ceux qui ont fait la traversée avec lui en 1969. 

L’un de ses fils tombe des nues. Il pensait que son père était arrivé par avion. 

Débute alors un récit biographique, un fils qui évoque les pas du père. De sa jeunesse dans son village de Casamance à son quotidien dans la banlieue parisienne. 

« Pourquoi vous restez alors que la terre elle donne plus rien ? Y a rien ici. Y a pas de travail. Il faut partir. Chacun n’a qu’à chercher un métier. »

 

Les jeunes tentent l’aventure ailleurs, pourquoi pas lui ? Et si, en restant sur place, les choses venaient à mal tourner ? L’époque de l’agriculture est révolue, d’autres portes se sont ouvertes. Une autre vie est possible, laquelle, il ne sait pas encore.

 

Apéraw quitte Kagnarou pour Bignona avant d’aller à Dakar. C’est là qu’on l’a affublé du surnom : Boy Diola. 

A Dakar, le rêve du grand voyage s’intensifie 

Tous les jours, tu montes sur les bateaux, et avec beaucoup d’aisance et de politesse tu dis que tu cherches du travail, tu cherches à partir. Du travail en Europe, en Amérique
ou en Chine, peu importe.

Dans le bureau des gens comme toi font la queue. Des hommes seulement. Quand vient leur tour, ils exhibent leur passeport en premier geste.
Ensuite ils présentent leurs mains pour qu’on sache s’ils sont ou non travailleurs. Les hommes qui les examinent réfléchissent quelques secondes puis leur montrent une direction. C’est très simple, tu dois attendre ton tour.

Toute la matinée tu te présentes sur les bateaux et tu demandes s’il y a du travail en Europe ou ailleurs. Tu montres ton passeport et tu supplies du regard, tu cherches un métier, tu veux être propulsé vers une nouvelle vie. Tu as été apprenti mécanicien à Dakar et à Abidjan, avant d’arriver à Dakar tu étais menuisier à Bignona, mais depuis toujours tu es agriculteur. Tous les pays ont besoin d’agriculteurs.

Tu peux tout accepter, même les métiers pénibles. Tu es jeune et fort. Une main t’agrippe, un tampon sur ton passeport et te voilà embarqué comme ça sur un bateau.

 

 

Boy Diola évoque les conditions d’immigration des années 70, les conditions de vie des immigrés dans la belle France. 

Les schémas se ressemblent à la cité. Familles nombreuses, lits superposés, grosse ambiance, père ouvrier, deux épouses et mères femmes de ménage. Je n’ai pas la force de compléter l’équation.

 

J’ai découvert la culture des Diola grâce à ce livre.

L’auteur a opté pour une narration à la 3e personne. Parfois les discours du père et du  narrateur se chevauchent. 

Le style de narration est linéaire, simple parfois maladroit. Par ailleurs, la chronologie est mal ordonnée et perd souvent le lecteur.

Boy Diola  est un récit intéressant mais qui aurait mérité d’être plus travaillé. 

Christmas

Roman présélectionné pour le Prix les Afriques 2020

 

Éditeur : Flammarion

Collection : Hors collection

Date de publication : Août 2019

Nombre de pages : 192

Disponible aux formats papier et numérique 

 

fleur v1