Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 89 : Le retour au pays d’Alphonse Madiba Dit Daudet

Qui dit jeudi, dit Throwback Thursday Livresque. Cette semaine, le thème est: B comme…

B comme bande-dessinée

B comme Balafonie, le pays d’origine d’Alphonse Madiba

Alphonse Madiba dit Daudet est africain et heureux d’être en France, où il poursuit des études qui courent plus vite que lui… jusqu’au jour où il reçoit un arrêté d’expulsion. De retour en Afrique, il ballotte d’espoir déçu en désillusion cuisante, sans jamais remettre en question sa vocation innée de parasite magnifique. A travers le parcours rocambolesque, à la fois amer et comique, d’un émigré déraciné, Al’Mata et Edimo passent à la moulinette le rêve européen qui hante de nombreux jeunes Africains. Ce livre a reçu le prix de la meilleure BD africaine au Festival international de la BD d’Alger en 2011.

J’ai emprunté cette BD lors de la dernière rencontre Livr’échange qui s’est tenue dans une galerie d’art soit dit en passant. Ca a été l’occasion d’admirer des tableaux assez spéciaux.

Bref ! Revenons à la bande-dessinée.

Alphonse Madiba dit Daudet, étudiant en France depuis de très longues années reçoit un avis d’expulsion. Il faut dire que Daudet a passé son temps à beaucoup de choses sauf à ce pour quoi il était venu en France c’est-à-dire étudier et avoir des diplômes. Faire la java, accumuler les conquêtes au pays, telles étaient les matières qui comblaient l’emploi du temps d’Alphonse Madiba.

Quand Alphonse Madiba dit Daudet lit cet avis d’expulsion, il s’évanouit et la scène est à mourir de rire comme bon nombre de scènes de cette bande-dessinée rafraîchissante.

Daudet ne peut pas revenir en Balafonie, son pays d’origine, un pays imaginaire de l’Afrique, sans un diplôme en poche. Ses parents et tout le quartier doivent voir qu’il a réussi en France. Alors Daudet s’invente une vie qui fera la fierté de ses parents et des envieux au quartier…

Cette bande-dessinée d’une cinquantaine de pages se lit d’une traite. Le lecteur est totalement immergé dans le récit, les mésaventures de Daudet, malhonnête et mythomane.

J’ai passé un très bon moment de lecture avec cette BD. C’est un bon moyen d’évasion. J’ai apprécié l’humour présent à chaque page, le réalisme des dessins.

Le retour au pays d’Alphonse Madiba Dit Daudet est le tome 1 des tribulations d’Alphonse Madiba dit Daudet. J’ai maintenant hâte de lire le tome 2.

Quel livre auriez-vous proposé pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Vide-grenier 4 avec la tribu des Gonzesses

Dans mon vide-grenier, cette semaine, il y a le thème du 13 mars dernier : L’amitié

Pour ce thème, j’ai pensé à la 1ère pièce de théâtre de Tierno Monénembo.

tribu

Au cœur de l’exil, des amies se retrouvent une nuit, autour d’histoires vécues, de cancans et d’espoirs inassouvis. Tout au long de leurs conversations, s’égrènent les peurs, les rancœurs, les préjugés, dans une ironie corrosive, parfois festive et souvent pathétique. Au-dessus de ces huit destins de femmes, de la plus jeune à la plus vieille, plane l’ombre d’un homme, père et amant à la fois. Au fil des mots, le drame se noue jusqu’à nous révéler la solitude de chacune des protagonistes, le temps d’une trahison. S’impose alors, l’évidence selon laquelle l’on est toujours plus proche de son bourreau que l’on ne s’imagine. L’auteur offre ici, de magnifiques rôles féminins, avec un texte fait de lumière et de couleurs, à mettre absolument en bouche.

 

Dans le salon d’un vieil appartement parisien  situé du côté de Stalingrad, Barbès ou Château-Rouge, Eyenga couturière, mère de fortune et confidente reçoit ses amies :

  • Penda, celle qui fait la rue
  • Sia, celle qui fait des ménages
  • Okassa, celle qui cherche un mari blanc
  • Zenzie, celle qui cherche une carte de séjour
  • Néné Gallé, celle qui se dit étudiante

 

Elles entrent en fanfare chez leur amie, y apportent leurs sujets de discorde et ceux qui font l’unanimité.  Elles affirment leur identité africaine, nous relatent leur vie parisienne qui est loin d’être rose, leurs multiples échecs pour atteindre leurs buts personnels. Que c’est difficile d’être dans un pays étranger !

 

Ces dames courageuses et solidaires nous font rire. L’humour est présent à chaque page.

La tribu des Gonzesses

 

 

 

img_20190518_225515

Elles rient jusqu’à ce que la page d’un agenda vienne semer le trouble. Les masques tombent, l’amitié est menacée, un drame survient.

Kesso, la jolie petite métisse et Mme Scarano, la voisine française qui n’aime pas le bruit interviennent également. Cette dernière m’a fait penser à Sarkozy, à tous ces fils d’immigrés blancs qui se sentent supérieurs, plus français que les immigrés noirs.

 

Ce qu’en pense la blogo

Les Parenthèses

Tsimatory

 

Que lisez-vous aujourd’hui ? 

 

fleur v1