Publié dans Panaché

Throwback Thursday livresque 28 : Mix and Match

Print

Le TTL revient ! Ne pas participer cette semaine aurait été un péché capital car le thème est super intéressant. Bettie Rose propose un Mix and Match. (vous devrez proposer non pas un mais DEUX romans afin que les personnages de votre choix (un dans chaque roman) se rencontrent et dites nous pourquoi. (Envie de changer un peu, ce n’est pas nécessairement dans le but de créer un couple, cela peut-être une mère pour un enfant, un frère pour une héroïne etc…)

 

Provoquer une rencontre entre deux livres, deux personnages issus d’univers différents, quelle belle idée ! Merci Bettie Rose. 

Je pense en faire un rendez-vous régulier, prendre un thème, réunir deux personnages et créer une histoire. Vous approuvez l’idée ? 😀

Pour le Throwback Thursday Livresque de cette semaine, j’ai choisi d’unir les chemins de Madeline et Jules, protagonistes respectifs des romans Everything, everything et La FORMULE Du NEZ.

 Couverture La formule du nez

Madeline a une maladie rare connu sous le nom de  la « maladie de l’enfant-bulle ». Elle n’a jamais mis un pied dehors. Elle doit vivre dans un milieu stérile et isolé au maximum de l’environnement afin d’éviter les infections. L’air doit être filtré. 

Jules, âgé d’une dizaine d’années, a été spectateur de la mort de son grand-père, renversé par un camion transportant des flacons de parfums. Dès lors, il ne supporte toujours aucune odeur et vit reclus dans une grange spécialement aménagée par sa grand-mère, récemment décédée.  A la maison, les odeurs sont neutralisés de manière permanente.

Madeline et Jules vivent la même situation. Leur maison est leur monde. Cloîtrés chez eux, les livres et Internet sont leurs meilleurs amis. J’ai donc provoqué leur rencontre.

Nos héros partagent leurs notes de lecture sur le net. Etant sur deux continents différents _ Madeline aux USA et Jules en France_ ils se rencontrent via un forum de lecture. Leur handicap et leur intérêt pour la lecture vont les rapprocher. On ne comptera plus les séances de Skype qu’ils feront quotidiennement. Petit à petit, chacun prendra de la place dans le cœur de l’autre. Une relation d’amour à distance va naître mais est-elle réaliste ? Que feront-ils pour passer d’un amour virtuel à un amour réel sans mettre leur santé en danger ? Je vous passe la plume, à vous d’imaginer la suite de l’histoire 😀

 

Et vous, quelles rencontres de personnages de livres allez-vous provoquer ?

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

C’est le 1er, je balance tout – épisode 3

Happy New Month les amis ! C’est l’heure du c’est le 1er, je balance tout, un rendez-vous littéraire initié par le blog Allez vous faire liredans l’optique d’une entraide féconde entre blogueurs.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que vous avez lu le mois-dernier.
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier.
  3. Au moins 1 lien que vous avez adoré le mois dernier (hors chronique littéraire).
  4. Et enfin : ce que vous avez fait de mieux le mois dernier.

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bleue

 

J’ai lu 4 romans en Octobre : Damoclès Au revoir là-haut Parlez-moi d’amour ! et Dark Company. Obligations professionnelles et familiales ne m’ont pas permis d’en lire plus.

 

1- TOP ET FLOP

Je n’ai pas eu de flop. Parlez-moi d’amour n’était pas mal, j’ai beaucoup apprécié Dark Company et Au revoir là-haut mais mon top est Damoclès.

Couverture Damoclès

Un premier tome dont j’attends la suite avec impatience. 

 

2- CHRONIQUES LITTÉRAIRES D’AILLEURS

J’ai décidé de ne plus lire le genre érotique que je trouvais un peu trop explicite mais je suis bien tentée de m’y remettre après le retour de lecture d’Essie Kelly sur Première nuit – Une anthologie du désir

L’ouvrage est une invitation à découvrir au détour d’intrigues bien menées l’ivresse étourdissante de l’excitation.
Il ne s’agit pas ici de ne parler que de sexualité mais de voyager dans l’intimité des personnages en découvrant leurs mœurs, leurs habitudes, leurs vies.

 

J’ai aussi découvert Intérieur Nuit.

 

C’est un gros coup de cœur du blog les petites chroniques. Elle dit :

J’ai adoré me plonger dans cette histoire ! Si de prime abord, ce thriller peut effrayer vu son nombre de pages (plus de 800), il se révèle très vite être addictif. On s’interroge en effet très vite à  l’instar de Mc Grath et de ses acolytes sur ce que cache Stanislas Cordova. Pourquoi vit-il reclus depuis aussi longtemps  ? Comment réussit-il à faire des films aussi terrifiants ? Qu’a t-il fait à sa fille ? Car le personnage fascine ses contemporains mais aussi le lecteur qui s’interroge sur sa part de responsabilité dans la mort tragique d’Ashley.

 

J’ai découvert le mindmapping grâce à BettyRose.

Le mindmapping (cartographie mentale en français) est un graphique qui permet d’organiser ses idées, des tâches, des mots, des concepts de façon intuitive sur un sujet central.

Image associée

 

Qu’est-ce que tu ferais si tu n’avais pas peur ? Elise y répond dans un article sur la toile de Nectar.

 

La mode et moi, ça fait deux mais il m’arrive de temps en temps de m’y intéresser. J’ai adoré l’un des articles de Marine. Elle nous présente les 10 commandements pour être tendance cet hiver 

10 commandements mode hiver

 

On peut ne pas aimer la poésie mais devant un tel talent on s’émerveille, on s’incline. Savourez ce texte    de Stevy Opong

 

 

Je suis néo-féministe. Je n’adhère pas à la définition du féminisme au 21e siècle, ce féminisme radical. Je suis ravie de savoir que Marguerite Yourcenar partage mon avis.

 

Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier ?

Je me suis mis moins de pression dans la rédaction des chroniques. L’essentiel n’est pas de publier 3 articles par semaine mais de présenter des articles de qualité.

J’ai enfin terminé les corrections de mon 1er roman. L’éditeur fera son possible pour qu’il soit publié en décembre. Décidément toutes mes naissances littéraires se font dans le mois de la nativité. Si c’est pas un signe du ciel ça 😀

J’ai aussi donné mon avis sur la compassion géographique. Ça m’a fait du bien d’écrire ma colère.

Ce mois a été excellent pour le blog. J’ai battu le record de vues et de visiteurs mensuels. Plus de 11600 vues et plus de 6000 visiteurs. C’est petit pour certains blogs mais pour moi c’est énorme ! 

Grand merci à vous pour l’intérêt que vous portez à ce que je fais.

Je vous souhaite une excellente journée. Je vais profiter de ce jour férié pour lire et avancer dans la rédaction de mes chroniques. 

GM signature

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

SERVICE PRESSE: Némésis, Tome I la recrue

 

Némésis, Tome I la recrue par Pascalninot

 

Quarantenaire divorcé avec une passion pour l’écriture, Hugo trouve sur un site de rencontres Emmanuelle, son évidence. Mais autour de leur nid d’amour aux Cévennes se multiplient les incidents étranges : des vols répétés chez la propriétaire de l’immeuble, la disparition d’une résidente de la maison de retraite où travaille Emmanuelle … Quand le couple se retrouvera mêlé à une nouvelle disparition tragique en Tunisie, Hugo devra utiliser toutes les ressources disponibles pour résoudre une affaire d’envergure mondiale. Et alors que les mystères impliquant son aimée affluent, une rencontre avec un agent spécial pourrait bien changer leur vie.

l'Afrique écrit

 

Grand merci à Publishroom pour ce service presse et pour cette 4e de couverture qui donne envie. Sans cela, je n’aurais jamais ouvert ce livre.

Je m’attendais à dévorer une histoire intense, palpitante, originale.

Le récit débute par la rencontre du couple que forment Emmanuelle et Hugo. Ils s’apprivoisent rapidement, ne se privent  pas l’un de l’autre, conjuguent l’amour au présent. C’est un couple assez banal, rien de transcendant. Il m’a manqué de la passion, de l’intensité. Ils n’ont rien de particulier qui pourrait pousser à s’attacher à eux.

Comme tout couple normal, leur voyage à destination de l’amour ne se fait pas sans turbulence. Des circonstances dramatiques nous font douter d’Emmanuelle. Serait-elle une psychopathe, une amante jalouse qui n’hésite pas à tuer ses rivales ? J’ai été un peu déçue par la résolution des enquêtes. Je l’ai trouvée trop facile. Il m’a manqué un peu plus de suspens, de rebondissement, de complexité, de surprise.

A la fin du tome, on s’aperçoit que les choses ne font que commencer. Ce Tome 1 n’était qu’un prélude. Emmanuelle et Hugo vont intégrer une organisation secrète et réaliser des missions sensationnelles. J’espère de tout cœur que le tome 2 sera effectivement plus palpitant.  

 

 

Christmas

 

Maison d’édition : Publishroom, 2017.

ISBN de l’édition numérique 979-10-236-0535-8
Numérisé en avril 2017 par : Nicolas Faucheron

Nombre de pages : 290

Lien d’achat : ICI

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Tchat sous un toit brûlant

Un jeune lycéen du quartier Cocody, Paterne tchatte avec un correspondant en France et se vante d’une relation solide avec un « benguiss » auprès de ses deux meilleurs potes de lycée. 

Tiburce détective privé à Abidjan et son adjoint Marcel sont mis au défi par leur ami Bamba commissaire de police pour mener une enquête sur un meurtre étrange. Cissé Fini un ex-petit lieutenant de la rébellion a été retrouvé inanimé dans un hôtel de complaisance de Marcory. 

Un ancien émissaire d’une ONG, André revient à Abidjan cinq années après un retour en France non programmé mais que les événements de novembre 2004 ont précipité. 

A Bassam dans la mine de Tongin ou à Bouaké un serial killer épris de justice personnelle et de mise en scène macabre. Tiburce fait appel à son ami Sosthène de Mérignac détective parisien afin de l’aider dans ses investigations nébuleuses.

Si le lien entre tous ses personnages semble peu plausible l’Internet aura fortement contribué à les fédérer. Par d’étranges arcanes, le destin de chacun de ces protagonistes croise celui de l’autre à un moment de leurs parcours. 

Le style du roman est vif, les intrigues s’entremêlent ,le lecteur est convié à une narration au rythme cinématographique. 

Humour et cauchemar sont au rendez-vous, drame et dérision se liant en un ballet macabre, une sorte de « tchat chacha » au rythme à la fois langoureux et destructeur. 

tchat sous un toit brûlant

Internet, fenêtre ouverte sur le monde, lieu d’échange, lieu du savoir, lieu du vice, bulle de mensonge…

Flirt virtuel entre un jeune lycéen résidant en Côte d’Ivoire et un homme mûr résidant en France, détective privé sur les traces d’un cambrioleur fantôme, des péripéties qui nous conduisent lentement au nœud de l’histoire…

Tchat sous un toit brûlant est une enquête policière qui a pour toile de fond la guerre civile ivoirienne de 2002. D’anciens rebelles, reconvertis en opérateurs économiques prospères, sont tués. Quel est le mobile du crime : réparation d’injustice, règlement de compte ?

Les détectives Tiburce, Marcel, Sosthène de Mérignac et l’équipe du commissaire Bamba inspectent, suspectent, examinent, interrogent, s’interrogent, dévoilent.

Ils nous font douter, nous rassurent puis nous font douter encore. L’auteur fixe nos yeux sur un présumé suspect, on est convaincu qu’il est bel et bien l’auteur des crimes jusqu’à l’instant où le véritable criminel est démasqué.

Ce roman policier raconte et montre ce qu’est devenue la Côte d’Ivoire après sa crise politique de 2002, ses bons et mauvais côtés : sa joie de vivre et son hospitalité qu’elle a préservées, ses villes et villages aux visages changés, l’état de ses infrastructures, le changement de la structure des forces de l’ordre où l’on compte d’anciens rebelles. Les victimes de la guerre vivent avec les abus et violences subis et n’obtiennent pas justice, les coupables échappent à la justice et s’enrichissent en toute impunité.

Le lecteur ne connaissant rien de la Côte d’Ivoire trouvera en ce livre un véritable guide touristique. L’auteur s’est attelé à faire des descriptions fines de chaque endroit visité par les personnages.

J’ai apprécié revisiter mon pays et ses belles couleurs, j’ai éprouvé de la peine  et un fort sentiment d’injustice à l’évocation des pertes en vies humaines et des meurtriers toujours en liberté.

L’épicurisme est très présent dans ce roman, d’André à Vandy en passant par Sosthène de Mérignac.

extrait tchat sous un toit brûlant

Parlant des personnages, j’aurais aimé que le détail de la vie des enquêteurs Tiburce et Sosthène de Mérignac prennent plus de place dans le roman que celles de Paterne et ses amis.

L’auteur utilise le nouchi (langage ivorien) à certains moments du récit. A certains endroits, je l’ai senti comme un morceau de vieux tissu raccommodé sur une pièce de tissu neuve.

 

En résumé, j’ai apprécié ma lecture de Tchat sous un toit brûlant mais j’aurais aimé lire une histoire plus épicée, plus intense. Contrairement à ce que dit la 4ème de couverture, je n’ai pas trouvé la narration très cinématographique.

C’est le premier livre de la « Collection Enigmas«  des Editions NEI-CEDA que je lis.

Visitez la page et déterminez ma prochaine lecture. 🙂

Jean-Pierre Tardavel
Jean-Pierre Tardivel à l’une de ses dédicaces à Abidjan