Publié dans Arrêt sur une oeuvre

La légende du fils de la lumière

Il y a longtemps, très longtemps, vivait dans un petit village appelé Namoué, une vieille femme du nom d’Okoué. Elle vivait en marge des siens, car on disait d’elle qu’elle était une sorcière dangereuse. Cela, parce qu’elle n’avait jamais eu d’enfant. Les notables, les sages et le roi interdisaient formellement l’accès à sa case isolée.

La tristesse, la solitude étaient ses fidèles compagnons. Elle gardait toujours espoir d’enfanter malgré son âge.

Un jour, Élikié, un jeune garçon du village décide d’aller rendre visite Okoué. Une amitié naît. La vieille femme lui conte les légendes stupéfiantes du village. On s’imagine au coin du feu avec les compagnons d’âge, blottis les uns contre les autres, suspendus aux lèvres du conteur de la soirée.

J’ai été agréablement surprise après discussion avec l’auteur d’apprendre que ces contes sont le fruit de son imagination.

 

Okoué a des jours plus tard une révélation : la naissance mystérieuse du fils de la lumière qui chassera les ombres de la haine. Mais avant, un homme doit plonger au cœur du « Népié » pour ouvrir la porte à sa venue.

Le « Népié » est un parcours très dangereux à effectuer dans la nuit du sommeil. Quel homme osera le faire ?

Le fils de la lumière naîtra-t-il ? Pourra-t-il accomplir sa mission ?

 

Ce conte de 86 pages offre une lecture fluide et divertissante. Il véhicule de belles valeurs comme la tolérance, la loyauté. J’ai apprécié la mise en avant de la langue abouré, les illustrations. J’ai même eu envie de les colorier. 😀

img_20190421_230315

C’est un joli conte pour petits et grands.

J’ignore si c’était dû à la période pascale mais la vie du fils de la lumière m’a beaucoup fait penser à celle du Christ. 🙂

 

Bon week-end les amis ! Ne vous privez pas de lecture !

 

fleur v1