Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Marrying The Pastor’s Billionaire Son – Shannon Gardener

Fiercely independent Abigail has seen what marriages have done to her parents. Convinced it’s what drew them apart as people, she’s vowed she would never marry and let the same thing happen to her. That is until David Wade, the billionaire son of her pastor, comes along.When David’s father sends him and Abigail to help build a church, the two find they have more in common than they first realize. But unless something changes, David may not be able to make Abigail the wife he’s always dreamed of.

Can David show her that marriages are made in heaven and take her to be his bride ?

Quel livre présenter aujourd’hui ? J’ai consulté ma liste de livres lus sans chronique. N’ayant pas encore lu de romance depuis le début de l’année_ un fait exceptionnel soit dit en passant _ je vous présente l’avant-dernière romance lue l’an dernier.

J’ai rajouté ce livre à ma wishlist parce que la thématique du célibat et l’atmosphère romance chrétienne m’avaient attirée. J’avais hâte de voir comment l’auteur allait développer ces thématiques

Abigail, notre héroïne, est responsable du département jeunesse de son église. Elle préfère rester célibataire car l’expérience maritale de ses parents n’a pas eu une issue heureuse.

Le pasteur de son église a un fils, David Wade. Trentenaire, il crée et vend des jeux vidéo. Son père leur confie (à Abigail et lui) un projet de construction d’une église. J’ignore si l’auteure a voulu faire un clin d’œil au roi David et à son épouse Abigail en empruntant leurs prénoms.

L’attirance naît mais Abigail se retient. Elle ne veut pas tomber amoureuse et envisager une relation sentimentale. Elle a en elle, le souvenir de l’échec de ses parents. David va essayer de la libérer de ses peurs, de lui montrer comment aimer apporte le bonheur.

L’idée de base de la romance est bonne mais a quelques faiblesses. Abigail a trop vite capitulé. Ses barrières sont trop vite tombées selon moi. On ne lâche pas ses convictions aussi vite.

Le mariage de ce couple est axé sur les premiers mois, là où tout est rose. Abigail découvre le sexe au sein du mariage. Il y a plusieurs scènes intimes décrites. Une seule aurait suffi.

Abigail est couverte de cadeaux de son mari et elle est heureuse d’avoir dit oui au mariage. J’aurais voulu qu’on nous décrive leur mariage plusieurs années plus tard. Qu’au milieu des difficultés, Abigail soit toujours autant heureuse d’être avec son mari.

J’ai aussi trouvé dommage que le bonheur dans le mariage ne se limite qu’aux cadeaux. C’est vrai que c’est l’un des cinq langages de l’amour et c’est sans aucun doute celui d’Abigail mais j’aurais voulu qu’il y ait d’autres aspects décrits.

L’accent est mis sur le côté milliardaire de David et ça m’a dérangée que l’argent soit autant mis en avant. Il est vrai qu’on est dans une romance et que DIEU n’est pas contre l’argent mais il n’y a pas que l’argent qui fait le bonheur.

J’ai lu le texte en VO et je n’ai pas eu de difficulté majeure à suivre l’histoire.

En conclusion : Marrying The Pastor’s Billionaire Son est une sympathique histoire mais qui manque de profondeur. J’aurais voulu vibrer avec les personnages mais la magie de la romance n’a pas opéré.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 127: l’amas ardent -Yamen Manai

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : Une couverture jaune

Aux abords de Nawa, village de l’arrière-pays, le Don, apiculteur, mène une vie d’ascète auprès de ses abeilles, à l’écart de l’actualité. Pourtant, lorsqu’il découvre les corps mutilés de ses « filles », il doit se rendre à l’évidence : la marche du monde l’a rattrapé, le mettant face à un redoutable adversaire. Pour sauver ce qu’il a de plus cher, il lui faudra conduire son enquête dans une contrée quelque peu chamboulée par sa toute récente révolution, et aller chercher la lueur au loin, jusqu’au pays du Soleil-Levant.

En véritable conteur, Yamen Manai dresse avec vivacité et humour le portrait aigre-doux d’une Tunisie vibrionnante, où les fanatiques de Dieu ne sont pas à l’abri de Sa foudre. Une fable moderne des plus savoureuses.

L’amas ardent a été mon compagnon de voyage à Antalya. Ne s’étalant que 224 pages, j’étais sûre de pouvoir le finir soit durant le vol, soit dans les instants farniente du périple. Je l’ai terminé durant le vol retour. 🙂

J’ai découvert Yamen Manai à travers la sérénade d’Ibrahim Santos. Séduite par l’œuvre, j’ai voulu explorer davantage la bibliographie de l’auteur.

Le 1er chapitre du livre m’a fait un peu peur. Il donne l’impression d’une erreur sur la marchandise. Il y est question d’un prince du moyen orient qui a un club de football, qui organise des soirées oisives. Il y a pas mal de dialogues, l’ensemble est assez décousu.

Fort heureusement, la réelle intrigue de l’histoire se dévoile dans les chapitres suivants.

Celui qui aime la nature, s’intéresse à l’apiculture ou est tout simplement curieux trouvera son compte dans ce récit. L’auteur nous mène au cœur de la vie des abeilles. Pour ma part, j’ai découvert ce qu’est l’amas ardent.

Il nous fait également voyager en Asie plus précisément au Japon.

L’auteur prend son temps pour exposer les appâts utilisés pour arriver au pouvoir, l’endoctrinement des populations, la réforme des mœurs imposée par les barbus au pouvoir. La thématique de l’extrémisme religieux est loin d’être survolée mais il m’a manqué l’atmosphère oppressante ressentie dans Terre ceinte et qui m’avait beaucoup plu.

Quel livre auriez-vous choisi pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 126: Les Beresford – Mister Brown

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : T comme…

Thomas et Tuppence Beresford

Les Beresford, un couple d’enquêteurs anglais, sur la piste du crime, sous toutes ses formes ! Mais là… comment découvrir l’identité du mystérieux Mr Brown, ce terrible adversaire qui menace l’équilibre du Royaume-Uni ? Et comment retrouver Jane Fish, qui semble détenir la clé de l’intrigue ?

Les Beresford, je ne connaissais ces personnages de la reine du crime que de nom. Au détour d’une recherche de livres sur Youscribe, je suis tombée sur eux. En version BD.

1915

Un navire transportant près de deux mille passagers à destination de l’Angleterre est touché par la torpille d’un sous-marin allemand. A bord, une américaine, Jane Fish voyage seule. Au moment d’embarquer sur un canot de sauvetage, un homme l’interpelle. N’étant pas sûr d’être secouru à temps, il remet à Jane des documents ultra secrets destinés au Roi d’Angleterre.

Londres, 1919.

Thomas Beresford, ancien soldat, rencontre par hasard Tuppence Cowley, ancienne infirmière d’un hôpital militaire qui l’avait soigné durant la guerre. Ils créent une société d’enquêteurs et la première mission qui leur est confiée est de retrouver Jane Fish et de découvrir l’identité d’un mystérieux Mr Brown.

Thomas et Tuppence forment un duo d’enquêteurs attachant. Il y a de l’amour dans l’air, le suspense est présent. Les dessins sont agréables à regarder. Ce serait mentir de dire que je n’ai pas passé un bon moment de lecture. Par contre, j’ai parfois eu quelques soucis de lecture des vignettes. Elles se lisent parfois du haut vers le bas ou en zigzag, ce qui complexifie par moment la lecture.  

Je guette les nouveautés des éditions Paquet. Je souhaite qu’il y ait d’autres tomes des Beresford en BD.

Quelle lecture auriez-vous choisi pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 125: Gbehanzin version BD

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : Action, combat, guerre

Souverain absolu, Gbêhanzin Aïdjrè (1844-1906), le roi requin, règne sans partage jusqu’à l’arrivée des colonisateurs français dans les années 1890. Les auteurs racontent la geste héroïque et tragique de ce héros, « l’une des plus grandes figures de l’histoire des résistances africaines ». Il ne capitula que trahi par ses adversaires, qui le déportèrent par ruse en Martinique puis en Algérie où il finit ses jours tristement.

Gbehanzin est une grande figure de la résistance africaine à la colonisation. C’est à son couronnement, après la mort de son père souverain qu’il choisit ce nom qui signifie « la terre tient l’œuf que le monde désire »

Cette bande dessinée retrace sa vie, de son accession au pouvoir après la mort de son père, le roi Glèlè, en 1889, jusqu’à sa propre mort, en exil en Algérie, en 1906, et le retour de sa dépouille sur la terre de ses ancêtres, en 1928.

Gbehanzin va se battre contre l’occupation française, avec l’appui de son corps d’élites composé uniquement de femmes : les Agodjiés. Plusieurs planches montrent leurs entraînements et leurs combats. Les attaques vont être incessantes entre 1892 et 1894.

La BD contient peu de texte, les images parlent d’elles-mêmes. Par contre, certains dessins manquaient de précision pour moi. En fouinant sur internet, j’ai appris que les planches ont été faites à l’aquarelle. Une technique qui n’était pas familière à l’illustrateur Constantin Adadja, qui dit « s’être exercé sur le projet ».

L’initiative de Sonia Couao-Zotti est à saluer. Cette BD écrite pour les béninois, les africains et le reste du monde est un excellent moyen pour faire connaître le roi Gbehanzin, surtout aux jeunes.

J’espère lire d’autres BD sur des rois et reines d’Afrique.

Bon à savoir : Sur la 1ère de couverture, le roi apparaît de dos, drapé d’un pagne tissé et l’épaule gauche découverte. A la cour d’Abomey, capitale du royaume du Dahomey, aujourd’hui le Bénin, nul n’avait le droit d’observer de face le monarque.

Et vous, quel titre auriez-vous choisi pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 124: Le premier mari d’une femme africaine

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : un livre qu’on aimerait voir adapter.

J’ai pensé à cette BD de Désiré Atsain

Le premier mari d’une femme africaine ? En aurait-elle plusieurs ?

Le titre de cette BD d’une cinquantaine de pages ne fait ni référence à l’infidélité, ni à la polyandrie.

C’est une expression dont j’ignore l’origine exacte. Je l’ai entendue la première fois de la bouche de mes parents. Ton premier mari, ce sont tes études, m’ont-ils dit.

Il y a plusieurs variantes à cette expression : le premier mari d’une femme, ce sont ses diplômes ou son travail.

Les parents exhortent ainsi leurs filles à se concentrer sur leurs études et à chercher leur indépendance.

L’héroïne de la BD a privilégié ses études puis son travail. Mais l’âge avance et ses parents aimeraient qu’elle ait un mari fait de chair et d’os.

En Afrique, une femme non mariée n’a pas de réelle valeur. Notre héroïne l’entend à plusieurs reprises. La pression s’accentue, la solitude s’intensifie. Elle accepte les avances d’un client de l’entreprise où elle exerce en tant que commerciale.

Une relation amoureuse débute. Notre héroïne est doublement heureuse car elle a trouvé l’amour et a un statut dans la société.

Mais l’élu de son cœur est très possessif. Il lui demande d’arrêter de travailler et de s’occuper de l’éducation de sa fille, le fruit d’une précédente union.

Notre héroïne ne veut pas être une femme au foyer mais n’a pas envie d’être de retour sur le banc des célibataires. Elle se plie aux exigences de son chéri, sa vie prend une autre tournure…

Cette BD dénonce la pression étouffante que la société met sur les femmes épanouies professionnellement mais célibataires, une pression qui les pousse parfois à tout accepter juste pour avoir un mari.

Le premier mari d’une femme africaine aborde un sujet d’actualité dans ma contrée. Son adaptation suscitera sans aucun doute des débats. Elle pourrait servir de lieu d’échanges pour les femmes, de moyen de sensibilisation pour qu’elles sachent que leur ambition, leur bien-être ne sont pas négociables.

Et vous, quel titre auriez-vous choisi pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 123: The pastor’s dirty secret – Sherie Keys

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : S comme…

Secret

Aisha Williams a tout connu et tout vu lorsqu’il s’agissait de sortir avec des hommes.

Mais quand elle a commencé à tomber amoureuse du beau pasteur Daniel Lancaster, elle a senti qu’il était différent. C’était le premier homme blanc avec lequel elle sortait et, en plus, il était capable de parler à son âme et de la comprendre d’une manière qu’elle ne pourrait jamais expliquer.

Cependant, Daniel avait un secret. Un secret comme aucun autre. Un secret si incroyable qu’il était presque impossible à croire. Un secret si choquant qu’il allait changer leurs vies respectives de plus d’une façon.

La 4e de couverture est intrigante. Elle attise la curiosité. N’avez-vous pas, à la lecture du résumé, envie de découvrir quel est ce secret ?

Le rideau s’ouvre sur Aisha. Sa relation avec Sammy, son frère de dix ans son cadet, est décrite. Une relation à la fois maternelle et fraternelle qui a perdu de sa ferveur au fil des années.

Il y a quelques mois, son frère a été accusé de meurtre, il est recherché par la police. Aisha, impuissante face à cette situation, se réfugie dans la prière.

Le pasteur Daniel Lancaster est le nouveau pasteur de l’église que fréquente Aisha. Une position qu’il occupe temporairement le temps qu’un pasteur permanent soit trouvé.

Une attirance réciproque prend forme. D’abord tue, elle finit par apparaître au grand jour mais avec pudeur et retenue. J’ai apprécié leur rapprochement, cette relation amoureuse non charnelle mais l’éternelle romantique que je suis aurait aimé plus de moments romantiques entre nos héros. 

En ce qui concerne le secret du pasteur qui est l’une des pièces maîtresses du récit, j’ai imaginé les pires scénarios. Un pasteur qui avait volé ou tué par le passé ou qui avait eu une relation adultérine.

L’auteure a réussi à me surprendre. Elle n’entretient pas longuement le mystère autour du pasteur. Son secret est révélé dans les premiers chapitres du récit.

J’ai passé un bon moment avec cette histoire au goût de suspense et romance.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Hercule Poirot en BD : tomes 5 et 6

Découvrir les enquêtes d’Hercule Poirot autrement qu’à travers le roman? Les éditions Paquet offrent une alternative à travers la BD. Grâce à mon abonnement à Youscribe, j’ai pu lire 6 tomes de la saga Hercule Poirot en BD.

Cet article est dédié aux tomes 5 et 6.

La Mystérieuse affaire de Styles est le tome 5 de la saga.

1917, le capitaine Hastings, blessé au combat, est rapatrié en Angleterre et vient passer sa convalescence à Styles Court, dans la demeure familiale de son ami John Cavendish. L’ambiance est lourde car Emily, la mère de John, s’est remariée avec l’antipathique Alfred Inglethorp, plus jeune qu’elle. Et quand Emily meurt, empoisonnée, le hasard fait bien les choses avec la présence sur les lieux d’un ancien policier belge, un ami du capitaine Hastings. Hercule Poirot saura-t-il démêler le vrai du faux et confondre le coupable ?

Hercule Poirot ou le cerveau inédit ! Qu’est-ce qu’il m’a fait balader ! Suspecter un tel puis un autre, croire dur comme fer qu’on a trouvé le coupable alors qu’on se fait berner par Poirot 😀 J’ai apprécié le déroulement de l’enquête.

Je suis bien contente d’avoir découvert, à travers la BD, la 1ère histoire de la reine du crime.


Le crime du golf est le tome 6 de la saga. Alberto Zanon est l’illustrateur et je ne suis toujours pas fan de ses dessins.

Un crime a été commis sur les bords de la Manche, en France. Curieuse coïncidence que Poirot, la veille, ait reçu un courrier du mort, qui souhaitait lui confier une enquête délicate. Il n’en faut pas plus pour qu’Hercule Poirot, flanqué de son ami, le Capitaine Hastings, prenne les choses en main afin de découvrir ce que peut cacher ce meurtre. Mais l’inspecteur Giraud, de la police française, n’est pas disposé à laisser le champs libre à Poirot. Une nouvelle enquête pour Hercule Poirot, qui va plonger au cœur d’une machination extraordinaire.

Hercule Poirot ou l’art de complexifier le nœud de l’intrigue pour que le commun des mortels n’y voit que du feu ! J’ai apprécié le développement de l’intrigue ainsi que les petites touches d’histoires d’amour dans le récit.

J’ai été ravie de découvrir, à travers la BD, ces romans d’Hercule Poirot que je n’ai pas lus. Un tome 7 est disponible : Drame en trois actes. J’ignore encore si je vais le lire parce qu’Alberto Zanon en est l’illustrateur.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Hercule Poirot en BD : tomes 3 et 4

Découvrir les enquêtes d’Hercule Poirot autrement qu’à travers le roman? Les éditions Paquet offrent une alternative à travers la BD. Grâce à mon abonnement à Youscribe, j’ai pu lire 6 tomes de la saga Hercule Poirot en BD.

Cet article est dédié aux tomes 3 et 4.

Mort sur le nil est le tome 3 de la saga. N’ayant pas souvenir d’avoir lu le roman, je ne peux vous dire si le scénario de la BD est fidèle à celui du roman.

Sur le bateau à vapeur Karnak qui emmène de riches touristes voguer sur le Nil, Hercule Poirot doit élucider un mystérieux meurtre. Linnet Ridgeway, très récemment mariée à Simon Doyle, est retrouvée tuée d’une balle dans la tête. Chacun des passagers ayant au moins une raison d’avoir assassiné la riche américaine, l’enquête n’en est que plus difficile pour le célèbre détective.

Je passe toujours un agréable moment de lecture avec Poirot et surtout avec ce format BD qui permet de visualiser les différentes scènes. Le suspens est présent, j’ai apprécié le déroulement de l’enquête. J’ai eu une double satisfaction à la lecture de cette BD car j’ai deviné l’identité des coupables. C’est toujours une fête dans ma tête quand j’arrive à le faire.

J’ai beaucoup apprécié les dessins que j’ai trouvés assez réalistes.


ABC contre Poirot est le tome 4 de la saga.

Une course contre la montre est engagée. Poirot a reçu une lettre lui annonçant un meurtre à Andover, et qu’il peut l’empêcher… Hélas, le meurtre est commis. Un second courrier lui annonce un nouveau crime, cette fois à Bexhill. Poirot arrivera-t-il à temps cette fois ? Et pourquoi des crimes dans des villes suivant l’ordre alphabétique ? Est-ce l’œuvre d’un fou, ou se cache-t-il une autre vérité derrière cette série d’assassinat ? Une fois de plus, Hercule Poirot devra employer toutes ses petites cellules grises pour démasquer le coupable.

Cette nouvelle enquête est un véritable casse-tête. J’ai voulu imiter les cellules grises d’Hercule Poirot mais j’ai dû abandonner. Le tueur était décidé à se faire débusquer uniquement par Hercule Poirot 😀

J’ai beaucoup apprécié l’intrigue. Malheureusement, cela n’a pas été le cas pour les dessins. Je ne suis pas fan du style d’Alberto Zanon. Je ne trouve pas ses dessins très accrocheurs. Les traits des personnages sont trop incisifs.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 122: La trahison de Désiré Atsain

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : une couverture verte.

En Afrique, dit-on ‘’ce sont les deux mains qui se lavent’’, faisant ainsi allusion au soutien sans faille dans un couple entre l’épouse et l’époux. Ce qui ne sera pas le cas lorsque Bako, un fonctionnaire compétent, va perdre brusquement son emploi. En effet, sa femme, manipulée par sa mère, va employer tous les moyens pour briser le couple malgré leurs deux enfants. Ceci, dans le seul but que sa fille se trouve un autre homme aisé…

Caricaturiste, auteur de bandes dessinées, illustrateur de livres pour enfants, scénariste et metteur en scène de photos romans, Désiré Atsain a travaillé dans plusieurs journaux et magazines tels que Fraternité Matin le quotidien gouvernemental, Gbich ! le journal d’humour, Go Magazine, Allo Police, Go mag Love ; et a participé à plusieurs ouvrages collectifs dont Côte d’Ivoire, on va où là ? Volume 1 et 2. Il a par ailleurs représenté la Côte D’Ivoire au salon de la Bande Dessinée au Congo Kinshasa « 2002 », et obtenu à deux reprises la 2e place du prix de la caricature organisé par l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire « UNJCI ». Il est auteur de plusieurs bandes dessinées que vous pourrez lire sur Youscribe.

J’ai découvert ses dessins dans les journaux et magazines précités. Ayant obtenu un abonnement gratuit à Youscribe, il y a quelques mois, j’ai décidé de lire quelques unes de ses BD disponibles sur la plateforme.

Prenez une belle-mère matérialiste à souhait, une femme sous l’influence de sa mère, un homme qui perd son emploi et vous aurez un scénario digne d’un film d’action.

Le titre de la BD est bien choisi car il y a de multiples trahisons.

Dire que j’ai détesté la belle-mère de Bako est un euphémisme. Son machiavélisme, son ingratitude donnent envie de la smither*.

La BD se lit vite, elle ne s’étale que sur 68 pages. L’histoire est captivante, l’auteur parvient à nous faire ressentir les émotions des différents personnages. J’ai été très heureuse du sort final réservé à Bako et à sa belle-mère.

Le seul bémol se situe au niveau de la colorisation. Je ne suis, en effet, pas fan des BD en noir & blanc.

*Nouvelle expression ivoirienne, synonyme du verbe gifler, en référence au fâcheux incident des oscars.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 121: 69 de Florent Houndjo

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : Un livre dont vous repoussez la lecture en lien avec la journée mondiale de la procrastination qui aura lieu demain.

Je me permets de déformer un peu le thème en parlant au passé : Un livre dont vous avez repoussé la lecture.

Le livre élu est 69, un roman lu l’an dernier dans le cadre de la présélection du Prix les Afriques 2021. J’ai repoussé la lecture de ce roman jusqu’au dernier moment parce que le résumé ne m’attirait pas du tout.

D’ailleurs, je n’arrivais pas à faire le lien entre le titre, l’image de la couverture et le résumé.

« … Un bourdonnement tellement puissant qu’il s’assimilait même à un vrombissement d’aéronef soviétique de la Seconde Guerre mondiale. On entendait des vrrrrrrrrr et des zrrrrrrrrrrrrrrrrr ! C’étaient des abeilles ! Une importante nuée d’abeilles.
La grande et épaisse armée d’abeilles se subdivisa en plusieurs bataillons. Lesquels foncèrent chacun, de façon chorégraphique, vers les amphithéâtres. Les essaims d’abeilles entrèrent dans les salles, dépassèrent et contournèrent tous les étudiants présents et, en une vitesse de lumière, atteignirent l’estrade où ils se déchargèrent sur les enseignants. C’était le sauve-qui-peut, la débandade ! Même les assistants des professeurs, n’ont pas cru devoir porter instantanément secours à leurs patrons qui gigotaient convulsivement sous l’armée des volatiles. L’instinct de survie étant plus fort que l’esprit de solidarité et d’assistance, ils n’ont alerté les secours qu’une fois à l’extérieur. C’est ainsi que nos enseignants furent évacués d’urgence. »
Les dessous et les déçus de la conquête du pouvoir. C’est, en un mot, le voyage que nous propose l’auteur au cœur de l’appareil sociopolitique qui dirige l’État en Afrique
.

Le chapitre 1 débute avec une jolie citation d’Hugo. Je m’attendais à ce que les mots suivants soient empreints de poésie. Hélas ! L’intertextualité est fortement présente dans le récit mais j’ai eu avec elle une relation à la « je t’aime moi non plus« . J’ai apprécié certaines références et allusions, il y en a d’autres dont je n’ai pas compris la raison d’être dans le récit.

Le personnage central du récit est Gros-Coeur, un quadragénaire, autrefois leader emblématique de la jeunesse. Il a fui la ville , se retrouve maintenant dans un bourg nommé Allada. Là, il médite sur la vie, sur l’humain. Répudié par la communauté de ce bourg qui le considère comme un clochard insolite, il se lie d’amitié à deux enfants Kamal et Jimmy puis à leur tante Fatou.

Avec cette jeune femme, il évoquera les fantômes de son passé.

Jeu politique en Afrique, boulimie du pouvoir, sort réservé aux veuves, nonnes pédophiles, telles sont les thématiques et sous-thématiques de ce roman.

L’ouvrage est accessible mais il aurait mérité d’être affiné, ciselé dans la construction de l’intrigue, des personnages, des chapitres. En parlant de chapitres, il y en a 28 dans le roman. Ils sont assez courts et certains d’entre eux auraient pu être regroupés afin d’apporter de la consistance au récit.

Je n’ai pas passé un moment agréable avec ce livre. J’ai recherché durant ma lecture la raison du choix de ce titre et je l’ai trouvée à la page 184

— Effectivement, la vie, c’est du 69. Les situations, les positions, les convictions et les actions sont circonstancielles et fluctuantes.