Publié dans Arrêt sur une oeuvre

La folie était venue avec la pluie

Cette année, je n’ai fait que quelques heures au Salon International du Livre d’Abidjan et j’ai mis ce temps à profit pour acheter les livres d’ailleurs à l’instar de La folie était venue avec la pluie de Yanick Lahens.

La folie était venue avec la pluie

 

Les nouvelles de Yanick Lahens racontent la vie quotidienne haïtienne sans la ménager –avec toute la violence, la misogynie et la misère dont ses récits attestent. Mais, il y a aussi chez elle ce refus qui fait l’espoir. Même s’il ne s’agit que de l’échappée belle de la jeune protagoniste dans la nouvelle éponyme du présent recueil, lorsqu’elle proteste : « la première fois, je ne voudrais pas que ce soit Obner ». Et moi non plus, je ne le voudrais pas. De tout mon cœur. Pour une fois que ce ne soit pas une histoire de viol. Pour une fois. « J’ai douze ans et je me sens forte et belle ». Carolyn Shread

 

l'Afrique écrit

Huit nouvelles, d’environ une quinzaine de pages chacune, montrent une population désœuvrée, vaincue, marquée par la pauvreté et la violence.

L’auteure ne nous cache rien. Transparente, elle expose la nudité de ce pays. On n’a pas idée de la violence qui y règne en maître. Les relations homme-femme sont celles que l’on retrouve un peu partout dans le monde. Les femmes vues comme un objet sexuel, considérées comme des êtres inférieurs à l’homme.

J’ai beaucoup apprécié la nouvelle trois morts naturelles pour sa narration à la deuxième personne. J’ai un gros faible pour ce type de narration.

J’ai été charmée par la belle écriture de Yanick Lahens mais la lectrice exigeante que je suis attendais plus des nouvelles. Je m’attendais à des nouvelles plus poignantes, à des chutes plus saisissantes.

 


 

En cherchant des informations sur l’éditeur, j’ai appris que Yanick Lahens a été invitée à occuper la Chaire Mondes francophones du Collège de France pour l’année 2018-2019. Elle est la première personnalité à animer cette chaire qui entend mettre en avant toute la pluralité, la diversité et la richesse de l’espace francophone.

La leçon inaugurale a pour thème : « Urgence(s) d’écrire, rêve(s) d’habiter ». J’ai écouté et ai été bluffée par le bagage littéraire de cette auteure fière de son pays et sa littérature.

Les cours intitulés « Haïti autrement » sont au nombre de sept. J’ai écouté trois cours qui m’ont permis de mieux comprendre l’évolution et les contours de la littérature haïtienne.

Entre l’ancrage et la fuite

Haïti dans l’imaginaire des autres

La littérature de la diaspora : j’ai découvert des noms d’auteurs, les lieux vers lesquels ils ont immigré : Afrique, Amérique, Europe. J’ai découvert notamment Roger Dorsinville qui situe l’Afrique au centre de l’éthique et de l’esthétique de ces textes.

Son exposé sur René Depestre m’a donné l’envie de découvrir deux de ses recueils de nouvelles.

extrait cours yanick lahens college de france

 

Le 20 Juin prochain, il y aura le colloque. N’hésitez pas à y aller si vous pouvez ou à écouter les rediffusions.

 

GM signature

 

 

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Vert Cru de Touhfat Mouhtare

Un été qui démarre comme tant d’autres. Un vol qui ne se passe pas comme prévu. Une tragédie qui laisse une population et de nombreuses vies bouleversées, dont celle de Rhen, orpheline d’un père adoptif et désormais orpheline de ses origines. Un accident qui la force à faire face à ces questions qu’elle n’osait pas poser, qu’elle enfouissait chaque jour un peu plus en espérant secrètement n’avoir jamais à les poser. De retour sur ces terres qui l’ont vu naître, elle va devoir affronter toutes ces vies qui, au-delà de son existence, ont été profondément marquées par celle de sa mère…

Un résumé en apparence banal. Il sera question de famille, d’origine, de retour aux sources. Je prends un ticket. Dans mon cœur s’agite l’excitation des friands de destination inconnue.

Je découvre Rhen et le contact s’établit très vite. Notre héroïne est sourde-muette, annonce l’originalité.

Avec Rhen, je débarque aux Comores.  Son histoire (j’ignorais par exemple le conflit entre comoriens et malgaches), sa gastronomie, ses us et coutumes sont décrits avec poésie. Je découvre une société esclavagiste, traditionnelle où ceux qui ont la peau foncée ne sont pas adulés. Je découvre également la condition féminine aux Comores.

Dans cette société traditionnelle clanique,  le mariage n’est pas qu’une affaire de couple, c’est une affaire familiale. Des mariages se font à l’intérieur d’une même ethnie pour qu’elles ne s’éteignent pas.

Des femmes qu’on force à devenir épouse, qui n’existent pas pour elles-mêmes mais pour leurs maris, enfants, familles.

Déjà femme, mais ne s’appartenant pas en propre, la femme était la propriété de trois hommes : son père, son frère et son oncle maternel

 

Les abus physiques et moraux qu’elles subissent sont exposés, décriés.

Vert Cru conte plusieurs vies de femmes  : Urango, Sikidju, Ma Umuru, Majdouline, Belle, Arafa, Dalida, Faïrûz.

Des vies d’hommes également : maître Habib Mhudîn, Aziz, Shabane, Kazana.

On est un peu perdu avec la multiplicité des personnages, les références à la culture comorienne, on n’arrive pas à situer l’histoire dans le temps à certains moments du récit, il y a quelques points d’incompréhension notamment sur la première fille de Sikidju mais ce roman offre un bon moment de lecture. Il regorge de surprises.

J’ai beaucoup apprécié la reconstitution des liens qui unissent les différents personnages. Le fantastique intervient dans ce roman et il n’est pas déplaisant. Le mysticisme, l’islam et l’animisme se côtoient.

Vert Cru est un roman intéressant car il évoque les amours contrariés, aborde des questions féministes, questions de foi, de communautarisme, d’ouverture à l’autre. Il souligne l’importance du dosage dans nos sociétés traditionnelles.

Il est surtout un plaidoyer pour l’affranchissement de la sujétion.

Un amour interdit Alyssa Cole

[…] que mon intelligence ne servira que mon pays et les générations à venir dans mon pays, car nous sommes tellement à plaindre, tellement pauvres, car il y a tant à faire ici. Il y a tant à faire que rêver d’ailleurs c’est faire acte de trahison. Tu comprends ? Ici, toute envie d’évasion est une trahison. Il faut servir son pays, il faut servir la cause nationale. Nous sommes le peuple le plus patriote d’Afrique.

 

[…] en marchant sur l’esplanade de la Défense, ce soir-là, en direction de la bouche de métro, elle fulminait contre l’esprit communautaire qui s’emparait des gens dès qu’ils s’exilaient de leur pays d’origine, incapables de se mêler à l’Autre. Les Turcs se rapprochaient des quartiers où vivaient les Turcs, les Comoriens des quartiers où vivaient les Comoriens, et les Chinois alignaient leurs commerces là où le vent semblait le plus favorable.

 

Quand on veut créer son paradis, on le cultive petit à petit, et il finit par émerger du sol. 

 

L’âme qui nous complète n’est pas toujours faite pour nous épouser. Elle peut être une amie, un frère, une sœur, ou un époux.

 

Pour acheter le roman, cliquez ICI

 

fleur v1

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

JE SUIS QUELQU’UN – Aminata Aidara

Estelle, 26 ans, est arrivée en France 15 ans auparavant avec sa mère et deux de ses sœurs. Penda, sa mère métisse franco-sénégalaise, a quitté le Sénégal par amour d’un homme autre que son mari.

Estelle a des dreadlocks pas soignés, elle se lave chez ses sœurs ou sa mère. Elle travaille juste si besoin. Il n’y a pas là où elle loge le confort espéré, elle squatte, commet de petits larcins, vit au jour le jour. 

Estelle a le spleen, elle est perdue. Elle nous convie à ses délires où elle tente de se définir.

Je suis quelqu’un qui a peur

Je suis quelqu’un qui a mis du temps à éprouver du désir pour l’Autre.

Je suis quelqu’un qui veut être vu par sa mère.

Je suis quelqu’un qui n’a jamais aimé un homme.

Je suis quelqu’un qui ne tient pas à revendiquer une identité africaine.

Je suis quelqu’un qui connaît un secret.

Je suis quelqu’un dont la mère a beaucoup d’attentes.

Je suis quelqu’un de nostalgique

Je suis quelqu’un qui se perd et qui se retrouve toujours.

Estelle n’est pas la seule à éprouver ce spleen. Sa mère, Mansour son cousin, Eric, l’amant de sa mère et Cindy, l’ex-amoureuse de l’oncle Ousmane s’épanchent.

Ces personnages racontent leurs histoires. Ils évoquent l’absence de la mère, de l’enfant, l’amour contrarié, le passé honteux et douloureux. 

Pour moi, ça aurait eu plus de sens qu’on oublie le passé. Pour que nous puissions vivre en paix, nous, les foutus enfants de « collabos » n’ayant rien demandé.

 

Ce roman polyphonique narré de façon interne et externe évoque divers sujets : la charge mentale assignée aux femmes, l’identité culturelle, le métissage, l’africanité versus francité, l’histoire des harkis, du peuple afro-américain, les secrets de famille.

Les réflexions des personnages sont pleines de sens. 

Puis je lui aurais expliqué que le monde est patriarcal et que cela avait été mon drame, mais que ça ne devait pas être le sien. Donc il fallait qu’il sache qu’il y a beaucoup trop d’attentes sur l’homme, trop de privilèges à assumer sans être formé à la conscience de l’autre sexe, au véritable partage de la vie avec les femmes. […] Je lui aurais appris à être le roi de sa propre existence mais jamais le maître de la vie de quelqu’un d’autre.

 

Je suis quelqu’un qui entend les peurs des jeunes hommes noirs de France. Ces peurs qui naissent du miroir qui leur est tendu par la société : vous n’êtes pas assez africains ! Et vous, là, trop noirs pour être français ! […] pas assez virils, trop sexués, pas assez sportifs, incarnant un cliché musclé, pas assez dragueurs, polygames confirmés, pas assez attirés par les femmes noires, promoteurs de l’endogamie communautaire, pas assez riches, trop matérialistes. Seuls se sauvent les hommes zen, les sûrs de soi. Ou les artistes écorchés vifs, ceux qui refusent de voir en leur peau autre chose que cette enveloppe, cette frêle barrière à l’invasion du monde extérieur.

Quand je leur disais « Je suis français », ça les faisait rire. On était d’une autre catégorie, tu vois ? Parfois, les flics changeaient de discours, ils nous disaient de ne pas traîner avec les « racailles », avec les enfants d’immigrés. Il fallait faire attention à ne pas basculer de l’autre côté, au risque de perdre notre « francité ».

 

Lorsque son peuple subit des injustices, faut-il qu’il tende l’autre joue ou épaule un fusil ?

Mon père, le révérend, héritier de Martin Luther King, prêchait d’attendre sans rage, de se faire valoir dans la non-violence. Les mauvais sentiments, disait-il, corrodent l’intégrité, usent la psyché.

Non, nous devions nous tourner vers King, emprisonné quatorze fois mais resté tout de même ouvert au dialogue, les mains nues et tendues vers le prochain, fût-il blanc ou noir. Susan portait alors, sous les réflecteurs de notre attention, Malcolm X et elle criait, dans mille et une nuances : « Les personnes comme toi, papa, sont la meilleure arme que les Blancs aient jamais eue ! »

Ce roman suscite des interrogations et demande une réponse personnelle.

J’ai apprécié l’ambivalence des personnages secondaires rencontrés au fil des pages comme Zev, le juif pro-palestinien, le Français anticolonialiste, le commerçant anticapitaliste.

J’ai apprécié le ton poétique et les références littéraires : Bernard Dadié, Frantz Fanon.

Le livre ne se laisse pas lire aisément du fait de l’écriture imagée. J’ai réussi à l’apprivoiser puis ai commencé à m’ennuyer de la linéarité du roman. Aucune surprise, aucun rebondissement jusqu’à la révélation du secret de famille.

Merci à l’auteure d’avoir gardé le meilleur pour la fin. 

Pour en savoir plus sur l’auteure et son oeuvre, cliquez ICI.

 

GM signature

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Un dimanche à Kigali : Le film VS le livre

En cherchant une romance de couple mixte à regarder sur Youtube, je suis tombée sur Un Dimanche à Kigali. Un film de Robert Favreau produit en 2006.

Kigali, printemps 1994. Nous sommes à quelques mois après le début du génocide des Tutsis. Le journaliste québécois Bernard Valcourt, après avoir été bloqué à la frontière tente de retrouver Gentille.

Qui est-elle ? Une jeune femme de 22 ans serveuse à l’Hôtel des Milles Collines où Bernard logeait. Le journaliste réalisait depuis quelques mois un reportage sur le Sida.

Avant de devoir quitter le pays, Valcourt la cherche chez leurs amis communs, dans différents lieux dévastés. Sous forme de flash-back, on découvre leur histoire.

Bernard tombe amoureux de cette jeune femme qui pourrait être sa fille. Elle est belle, élancée. Une romance mixte naît au milieu des tensions croissantes entre les communautés Hutus et Tutsis.

Gentille a une carte d’identité Hutu mais elle a le physique raffiné des Tutsis. La menace d’extinction des Tutsis ne l’exclut pas. Valcourt cherche des moyens de la sauver du génocide. Hélas !

Le film est à la fois doux et violent. Il est intense, poignant et relate l’horreur du génocide rwandais, la cruauté de l’humain. J’ai vu l’ampleur de la folie, de la haine et la beauté de l’amour. Je n’ai pas pu retenir mes larmes jusqu’à la fin.

Le film s’est focalisé sur le silence du Canada, on survole le silence coupable de l’ONU, des Belges et Français ce qui est un peu dommage lorsqu’on veut cerner tous les contours de ce génocide.

Le casting est convaincant, les personnages attachants, les décors simples. Le film n’est pas visuellement époustouflant, il n’est pas comparable à Hôtel Rwanda mais il vaut le détour pour l’émotion qu’il suscite.

 


LE LIVRE

A la fin du film, j’ai fait des recherches sur les acteurs et ai découvert qu’il est une adaptation cinématographique du livre Un dimanche à la piscine à Kigali de Gil Courtemanche. Je me suis hâtée de le lire.

Image associée

284 pages de lecture. Le récit débute autour de la piscine de l’hôtel des Mille-Collines avec sa clientèle de coopérants, d’experts internationaux, de bourgeois rwandais. C’est un dimanche tranquille. Ils parlent, rient et boient. Ils ont une vie paisible.

On découvre Valcourt, codirecteur d’une télévision, initiative du gouvernement du Canada dont la première mission devrait être éducative, en particulier dans les domaines de la santé communautaire et du sida. Un projet auquel Valcourt ne croit plus deux ans après son arrivée au Rwanda. Il tourne maintenant un documentaire sur le Sida et ces héros à Kigali.

Valcourt a une obsession : Gentille. Leur attirance est d’abord sexuelle. Dans le film, c’était enrobé, moins brut.

Le sexe est très présent dans le livre. Il y a beaucoup de scènes lubriques. Le sexe est perçu comme un moyen pour se soustraire aux souffrances, c’est également un instrument de domination, de vengeance.

Au fil des pages, on ressent la haine des hutus envers les tutsis et on en connaît l’origine.

Lentement, le narrateur nous dirige vers le génocide, la violence des massacres. Ce génocide a été minutieusement préparé. Des listes avaient été préparées : politiciens de l’opposition, hommes d’affaires, journalistes, curés activistes.

On tuait les hommes d’un coup de feu ou d’un coup de machette, savant et précis. Mais les femmes n’avaient pas droit à une mort claire et nette. On les mutilait, on les torturait, on les violait, mais on ne les achevait pas. On les laissait aller au bout de leur sang, crachat par crachat, pour les punir d’avoir mis au monde tant de Tutsis…

Le scénario du  film s’inscrit à 70% dans la logique du roman. Certains faits du livre ont été modifiés notamment :

  • la peau couleur de café au lait de Gentille. Dans le film, elle est plutôt chocolat noir
  • le mariage de nos tourtereaux et l’adoption de la fille de Cyprien
  • le journal de bord de Gentille…

J’ai apprécié ma lecture. L’auteur a respecté la chronologie du génocide, a mis en évidence la non-implication de la communauté internationale, le silence des journalistes. J’ai moins apprécié les longueurs et la fin que j’ai jugée trop rapide.

Ai-je plus aimé le film que le livre ? Je trouve qu’ils sont complémentaires.

 

Un amour interdit Alyssa Cole

 

Chacun possède dans ses gènes tout le Bien et tout le Mal de l’humanité. L’un et l’autre peuvent toujours surgir comme une tornade apparaît et détruit tout, là où quelques minutes auparavant ne soufflaient que des brises chaudes et douces.

 

Tu vois chaque pays possède une couleur, une odeur et aussi une maladie contagieuse. Chez moi, la maladie c’est la complaisance. En France, c’est la suffisance, et aux Etats-Unis, l’ignorance.

Et au Rwanda ?

Le pouvoir facile et l’impunité. Ici, c’est le désordre absolu.

J’ai le corps long des Tutsis et la détermination paysanne des Hutus. Je me regarde et je sais que je fais un heureux mélange. Et si tous les sangs qui s’entrecroisent dans mes veines ne me font pas de maladies, c’est peut-être qu’ils peuvent s’entendre.

 

Quel livre / film avez-vous découvert cette semaine ? 

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Un ailleurs à soi – Emmelie Prophète

Tout un peuple se prépare à fuir, s’inventant un ailleurs à défaut d’un avenir. Partir est un mythe auquel personne n’échappe. Au Ayizan, chic restaurant de Pétion-Ville, se font et se défont les voyages. Lucie sert les clients le jour et vend son corps la nuit. Maritou fuit la haine de Jeannette et la pitié de Clémence ses demi-sœurs. Elle vomit son angoisse et sa solitude jusqu’à sa rencontre avec Lucie. Elles s’apprivoisent jusqu’à s’aimer. Un ailleurs à soi, miroir où se tissent illusions et vœux de départ.

l'Afrique écrit

Ses cheveux sont crépus et courts comme les hommes, ses seins menus. Maritou ne porte pas de vêtements féminins, elle est un garçon manqué. Elle est attirée par les femmes en particulier Lucie.

Lucie est grande et mince avec des fesses généreuses. Sa relation charnelle avec Maritou est à l’opposé de celle qu’elle vit avec les hommes. Elle leur donne son corps en échange de l’argent.

Les deux femmes sont issus d’univers familiaux difficiles.

Maritou est le fruit d’une infidélité conjugale, sa demi-sœur Jeannette la hait. Elle est marginalisée dès l’enfance à cause de ses vomissures récurrentes et son surpoids.  

Lucie a eu un père odieux et violent qui vraisemblablement la battait, voire la touchait. Un contexte familial où elle vivait une vie résignée.

Maritou conte ses envies d’ailleurs à Lucie. Elle aimerait aller là-bas, n’importe où. Elle aimerait être là où elle ne serait pas marginalisée, serait capable de faire ce qu’elle veut, d’être ce qu’elle veut.

Le ton du roman est très mélancolique. On sent un peuple complètement désabusé. Les haïtiens veulent être partout sauf chez eux. Comment tout un peuple en est arrivé là ?

Julien, barman au Ayizan essaie de dissuader les jeunes via des dévotions et des offrandes aux ancêtres mais ils continuent de s’en aller jour après jour voir ailleurs. Le quartier se vide. Les ténèbres de nos vies illuminent les ailleurs…

Julien était triste et ne savait pas comment l’exprimer, comment expliquer à Bernadette, à Mario, à ceux qui travaillaient à la cuisine, au bar, dans son quartier, dans le pays, qu’ils avaient eux aussi de bonnes raisons d’être tristes. On ne devait pas avoir pour but dans la vie de quitter son pays, d’abandonner les loas, la terre, sans essayer, sans trouver une formule, créer du rêve. 

Le roman traite de l’immigration et milite pour la libre circulation des personnes.

Personne au final ne devrait être forcé de rester sur un seul territoire, fixé à sa communauté de naissance. Il faudrait toujours pouvoir choisir, vivre après tout est un grand mouvement.

Il est facile pour des occidentaux d’immigrer et d’être chez eux sur la terre qui les accueille comme c’est le cas pour Quentin, le propriétaire  du Ayizan et amant de Lucie. Cela devrait être le cas pour tout le monde.

La condition féminine est également évoquée. L’indépendance vis-à-vis des stéréotypes liés aux devoirs et rôles des femmes (soumission des épouses, la cuisine comme job des filles) est revendiqué.

Un ailleurs à soi c’est le carrefour des solitudes, des regrets, des rancunes contenues. C’est également le désir de liberté géographique, sexuelle. Ça a été une rapide et sympathique lecture. L’histoire est un bloc, il n’y a aucun chapitre. Le vocabulaire est varié. Il n’y a pas assez de descriptions des lieux, on est concentré sur les sentiments des personnages.

Emmelie Prophète est une plume à découvrir. Son style est fluide, tendre. 

Pour plus d’informations sur le roman, cliquez ICI

 

GM signature

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Casting sauvage, mon 1er partenariat avec Afrolivresque

Comme je vous le disais lors de l’anniversaire du blog, je pense à bloguer autrement. Raison pour laquelle, j’ai accepté le partenariat avec Afrolivresque, un magazine des littératures africaines et afro-descendantes. 

Afrolivresque logo

Le partenariat est simple : un ebook en échange d’une note de lecture. Mon premier ebook reçu a été Casting sauvage de Hubert Haddad, un auteur tunisien dont je n’ai jamais entendu parler.

Couverture Casting sauvage

Missionnée pour un casting aux allures de défi, Damya arpente les rues de Paris à la recherche d’une centaine de figurants : efflanquées, défaites, ces ombres fragiles incarneront les déportés dans un film adapté de la Douleur de Duras.
Par sa présence si vive au monde, ses gestes de danseuse, son regard alerte et profond, Damya mue en vraie rencontre chaque échange fugace avec les silhouettes qu’elle repère – un marcheur qui ne retient du temps qui passe que l’usure de ses semelles, Amalia, oiseau frêle en robe pourpre de la gare Saint-Lazare, ou ce jongleur de rue aux airs de clown fellinien. 
Mais dans le dédale de la ville, Damya a surtout l’espoir fou de retrouver le garçon d’un rendez-vous manqué – par la force tragique d’un soir de novembre 2015 – et dont le souvenir l’obsède.
Casting sauvage est une magnifique traversée de Paris, un roman intense et grave dont la ville aux mille visages est la trame et le fil, habitée par la mémoire de ses drames et rendue à la vie par tous ceux qui la rêvent… Un walking movie qui offre aux âmes errantes comme un recours en grâce.

 

L’auteur nous fait découvrir Paris et ses multiples visages :

Paris, la belle

Paris, en sang

Paris, la victime d’attentats

Paris, ville des solitaires

Paris, point de rencontre des gens condamnés à l’exil

Paris, l’insensible à la souffrance humaine

Casting sauvage est un roman d’une grande finesse et humanité qui aborde des sujets profonds et d’actualité. Je vous invite à découvrir l’intégralité de ma chronique en cliquant ICI

 

Quand vous aurez fini, écoutez Paris Métèque 

 

Les paroles sont pleines de sens et montrent les multiples visages de Paris. Je trouve que la chanson accompagne parfaitement le roman. 

 

 

GM signature

 

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Vol à Vif, Prix ivoire 2017, conte tradi-moderne

Tous les livres ont quelque chose à nous enseigner en particulier ceux qui ont reçu des prix. J’aimerais tous les lire surtout ceux qui ont reçu des distinctions africaines.

Vol à vif, Prix Ivoire 2017 était dans ma wishlist d’anniversaire, grand merci à mon beau-frère qui m’a permis de l’avoir entre mes mains.

l'Afrique écrit

 

Razilna, Papang, Tibaar, Ranono, Jao, Leky et Malout, 7 jeunes hommes réunis pour une mission : voler une centaine de zébus. Ce sont des zahalos, bandits de grand chemin qui volent des troupeaux de zébus. 

Ce n’est pas la première fois que Papang fait le coup avec Razilna, Tibaar oui. Il leur fallait 7 hommes pour la course, 7 étant le chiffre de la réussite, le nombre désigné par les graines du devin-astrologue alors ils ont intégré Tibaar au groupe. Tibaar est un gamin, un adolescent de 17 ans. Il a rejoint le groupe parce qu’il lui fallait 3 zébus pour ses futurs beaux-parents.

Papang est le narrateur initial du récit. Il décrit leur course poursuite dans l’Yshal. Une course intense. Ils sont rattrapés par une compagnie de la garde mobile qui leur demande de se rendre. Nos dahalos refusent et se battent pour garder leur butin. Papang se voit obligé de passer le bâton du narrateur, les circonstances ne lui laissent pas le choix…

Le lecteur fait un saut dans le passé, dix-sept ans plus tôt. La réalité s’évanouit, le fantastique entre en scène et montre ses plus beaux atours. La tradition fait irruption dans la modernité mais n’est-ce pas l’inverse ?

 

Un faiseur de sikid est présenté. Son nom est Iabamino et il protège Péla-Soue et son enfant.

Mais où le lecteur a-t-il atterri ? Dans la tribu des Baar avec ses rites divinatoires.

Pourquoi cette tribu est-elle présentée ? La réponse se tisse au fil des pages. 

 

Lorsque le lecteur retrouve Tibaar, il sait tout de lui. Enfin presque. Il ne sait pas encore comment le jeune homme a rencontré Sana, la fille qu’il s’apprête à marier. Lorsqu’il a la réponse, il découvre un autre secret.  

La surprise fait suite à la tristesse face aux amours contrariés. 

La surprise entraîne la joie, joie d’une famille retrouvée. 

Johary Ravaloson est un bon conteur. J’ai admiré la maturité de sa plume, le tempo lent mais non ennuyeux de son récit. Grâce à lui, j’ai appris l’existence des Dahalos, j’ai découvert le Madagascar ancestral. J’ai apprécié cette mise en avant des coutumes, la préservation de l’identité culturelle, cet apport des connaissances traditionnelles dans l’avancée de la médecine moderne. Celle-ci comble les lacunes de la médecine traditionnelle et vice versa.

Ce livre pour ce qu’il évoque mérite bien une récompense littéraire. Je n’ai lu que 2 des 5 finalistes au prix ivoire 2017 : American Dreamer et Terra Incognita. J’ai apprécié mes lectures mais j’ai été plus séduite par Vol à Vif. 

Je compte lire d’autres œuvres de l’auteur. Aviez-vous déjà entendu parler de lui ?

Connaissiez-vous les Dahalos ?

 

GM signature

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Panaché

Top Ten Tuesday 10 : les 10 livres que vous recommandez le plus souvent

Photo

Le mardi c’est jour de TTT !!!

Le thème de cette semaine est : Les 10 livres que vous recommanderiez (ou que vous recommandez le plus souvent)

Je vous ai fait une sélection par genre littéraire/thèmes. Certains livres n’ont pas été des coups de cœur mais ils valent le détour.

 

Côté pièce de théâtre, je recommande avec une vive énergie …

On ne badine pas avec l’amour 

 

Résultat de recherche d'images pour "on ne badine pas avec l'amour"

Cette pièce m’a impressionnée par sa beauté, sa vivacité, sa qualité, sa puissance, sa vérité. J’ai aimé ces réflexions sur l’amour, le mariage, elles ont inspiré l’écriture de mes romances. Lisez ce livre, c’est presqu’un ordre !

 

Côté nouvelle, je recommande 

Histoires assassines

 

Résultat de recherche d'images pour "histoires assassines"

Bienvenue dans un monde où

  • Pendant trois à quatre heures suivant l’orgasme, la peau bleuit distinctement.
  • Un critique littéraire assassine un écrivain par jour, pendant un mois.
  • Les Indiens d’Amazonie se crèvent les yeux parce que la cécité est une valeur noble. ( Pour bien vivre, il faut ne rien voir.)
  • Les indiens d’Amazonie associent  la sexualité au rire.
  • Un squelette part d’un corps sans prévenir.
  • Nos auteurs de renom n’ont aucune notoriété ailleurs.
  • Un banquier est un écrivain prolifique.
  • Un homme engrosse les femmes à distance.
  • Un homme a perdu la notion de la durée.
  •  Une femme a les yeux derrière la tête.
  •  Des journalistes créent de fausses polémiques dans le but de nuire.
  • Des critiques élogieuses de livres sont faites sans que le livre n’ait été lu.
  • Des lettres sont expédiées onze ou vingt ans plus tard.
  • Un homme boit et tue avec méthode.
  • Paris devient Ajaccio.

Rien qu’à citer ces nouvelles, j’ai envie de les relire. 

 

Il y a aussi Ça va être ta fête !

Résultat de recherche d'images pour "ça va être ta fête texte edition"

L’auteure a réussi à m’emporter dans la quasi majorité des nouvelles. Elle m’a séduite par son habile écriture, ses intrigues bien construites à l’allure d’un Kinder surprise. Les fins inouïes des nouvelles nous rendent accro, on en redemande encore et encore.

 

Si vous aimez les livres qui traitent de racisme, je vous recommande 

Damoclès

 

Résultat de recherche d'images pour "damoclès fatou ndong"

L’histoire est captivante, je n’ai pas voulu dormir sans avoir lu le point final. 

Entre chiens et loups

 

J’ai rêvé d’un monde où les blancs subiraient tout ce que les noirs ont subi pendant des siècles et expérimenteraient ce qu’on appelle le racisme vu qu’ils pensent souvent qu’on exagère. J’ai rêvé d’un monde où ils pourraient enfin marcher dans nos chaussures. Malorie Blackman m’a dessiné ce monde dans cette dystopie.

 

Si vous êtes à la recherche d’éclats de rire, je recommande

Drôle de printemps suivi de miniatures

Résultat de recherche d'images pour "drôle de printemps suivi de miniatures"

J’ai apprécié ce livre pour sa fraîcheur, pour les éclats de rire qui effacent les éclats d’obus. Avec ce livre, on imagine ce qui a dû se passer dans les foyers arabes lors de la révolution, tous les non-dits… J’ai apprécié voir le printemps arabe sous cet angle.

 

Si vous aimez les histoires bien écrites et mélancoliques, je recommande

Les pêcheurs

Couverture Les pêcheurs

C’est un excellent roman psychologique. L’auteur nous a servi une belle analyse de ses personnages : la description des états d’âme, passions, conflits psychologiques, sentiment de fraternité est réussie. C’est aussi un beau récit lyrique, très imagé.

 

Je recommande également Onze minutes 

Résultat de recherche d'images pour "onze minutes"

Dans ce roman, Paulo Coelho décrit avec délicatesse la désacralisation du sexe dans notre société et notre impatience, notre incapacité à attendre, il peint la tristesse et la beauté de la sexualité, nos égarements et nos retrouvailles. 

 

Pour les petites et grandes filles, Princesses d’Afrique est le livre de chevet idéal 

Résultat de recherche d'images pour "princesses d'afrique"

Les princesses viennent d’Afrique mais le message de courage, de vertu, de conscience professionnelle, de générosité, de persévérance, de pardon et de protection de la nature qu’elles véhiculent est universel !

 

Si vous voulez lire une histoire racontée par un enfant 

Maman a un amant

Résultat de recherche d'images pour "maman a un amant"

 

 

Je vais omettre de mentionner Lagos Lady, vous savez ce que ce livre représente pour moi 😀

 

Quels livres recommandez-vous ? Mon cahier de notes est ouvert les amis !

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Nathacha Appanah, à la noce d’Anna, j’étais.

Pendant la noce d’Anna, sa mère se souvient. De la jeune femme qu’elle a été, si différente de sa fille aujourd’hui, de ses rêves, de ses espoirs, de ses envies ; parce qu’elle en a encore, des envies, cette femme célibataire qui marie sa fille… Pendant la noce, l’enfance d’Anna resurgit avec le souvenir du père, de l’absent, de l’inconnu… Et un autre bonheur pointe son nez dans la nuit.

l'Afrique écrit

L’écrivaine débutante que je suis a pris beaucoup de plaisir à découvrir les lignes de cette histoire. La noce d’Anna est un vrai roman. On apprend, on s’interroge, on se divertit. Je suis tombée sous le charme de la plume habile de l’auteure. Ses mots sont justes, son humour subtil, ses descriptions abouties.

Sonia et sa fille sont totalement différentes. La mère a un brin de folie, la fille marche dans la droiture, voue un culte au sérieux, à la perfection. Mère et fille ne sont pas intimes. Sonia est emprisonnée dans l’image que sa fille voudrait qu’elle donne aux autres.  Sonia vit avec retenue pour plaire à Anna. C’est sa façon de lui dire qu’elle l’aime. J’en ai voulu un peu à Anna de ne pas laisser sa mère être ce qu’elle est.

Une mère doit être sainte, ne pas faire de faux-pas. Sonia à travers son histoire montre combien la responsabilité d’une mère est grande. Combien il n’est pas aisé d’être une mère célibataire.

dav

Le jour du mariage, Sonia est rongée par la nostalgie, la mélancolie. Elle évoque son premier et unique amour, le père de sa fille. Elle évoque ses frustrations en amour, ses regrets, sa crainte du mariage, des sentiments tièdes, sa peur de laisser passer sa chance.

Sonia est écrivain. Je me suis retrouvée dans ses interrogations, ses doutes, “la solitude de l’écrivain”, son rapport avec ses lecteurs.

La noce d’Anna nous rappelle de vivre en accord avec son corps et son esprit, vivre pour soi. Le récit s’écoule sur une journée, le jour du mariage d’Anna. 24 heures qui s’écoulent lentement. Une invitation à prendre son temps, savourer chaque instant, vivre au présent, profiter de ce qui nous entoure.

J’ai lu ce livre d’une traite. C’est une longue prose avec des dialogues presque inexistants mais je n’ai pas connu l’ennui. J’ai passé un bon moment de lecture.

En refermant ce livre, j’ai pensé à cette chanson mélancolique de Christine and the Queens.

 

 

Connaissez-vous Nathacha Appanah ? Elle est belle, non ? 😀

Résultat de recherche d'images pour "nathacha appanah"

J’ai envie de tenter Blue Bay Palace. Vous en avez entendu parler ?

 

 

GM signature

 

 

 

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Journée mondiale des enfants- Allah n’est pas obligé

Résultat de recherche d'images pour "allah n'est pas obligé"

J’ai voulu lire Allah n’est pas obligé parce que c’est un classique de la littérature africaine. Il a aussi reçu de nombreux prix littéraires comme le Prix Renaudot en 2000 et le Prix Goncourt des lycéens.

Résumé de l'oeuvre

 

« Allah n’est pas obligé d’être juste dans toutes les choses qu’il a créées ici-bas. » Telle est la maxime favorite du jeune Birahima pour justifier l’avalanche de malheurs qui s’est abattue sur lui depuis sa naissance. Armé d’un Larousse, d’un Petit Robert, de l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire, il entreprend de conter son histoire sur un mode tragi-comique : celle d’un orphelin qui, envoyé chez sa tante au Liberia par le conseil du village, s’enfoncera dans la guerre civile en devenant enfant-soldat. En lui prêtant sa plume, Ahmadou Kourouma, l’une des plus grandes voix de la littérature africaine, fait surgir avec maestria toute l’horreur des destins arrachés à l’enfance par les affres de l’histoire contemporaine. 

 

l'Afrique écrit

 

J’ai découvert la plume satirique de Ahmadou Kourouma en Terminale avec le Soleil des Indépendances. J’avais apprécié sa plume mordante, son art de mêler français soutenu et malinke, d’évoquer des événements tragiques avec humour et je l’ai retrouvé dans Allah n’est pas obligé

Birahima a un langage cash, brut. Il nous raconte d’abord les souffrances de sa mère et nous renvoie à cette question que l’on s’est posé au moins une fois dans sa vie que l’on soit croyant ou athée : si Dieu existe, pourquoi toutes les souffrances dans ce monde ? Birahima a une réponse : « Allah fait ce qu’il veut, il n’est pas obligé d’être juste dans toutes les choses ici-bas. » Point final.

Birahima à la mort de sa mère va tenter de retrouver sa tante installée au Libéria. Là-bas, il nous fait découvrir les affres de la guerre civile, l’horreur que vivent les enfants, les femmes, les hommes.

Des enfants à qui on a ôté l’innocence, des enfants qui pour vivre n’ont d’autre choix que de faire mourir d’autres, piller, se droguer.

Et quand on n’a plus personne sur terre, ni père, ni mère ni frère ni sœur, et qu’on est petit, un petit mignon dans un pays foutu et barbare où tout le monde s’égorge, que fait-on ? Bien sûr on devient un enfant-soldat, un small-soldier, un child-soldier pour manger et pour égorger aussi à son tour; il n’y a que ça qui reste.

 

J’ai éprouvé beaucoup de tristesse pour ces enfants en particulier pour Sarah. Birahima nous présente les différents chefs de guerre du Libéria en Sierra-Leone assoiffés de pouvoir, ceux qui profitent du désordre occasionné par la guerre pour s’enrichir sur le dos des autres. Il nous présente la géopolitique des états de l’Afrique de l’Ouest, l’implication des pays limitrophes dans les guerres de ces deux pays. 

Cette lecture a été instructive, elle a aussi été un devoir de mémoire. Les guerres civiles au Libéria et en Sierra Leone, on n’en parle pas souvent. 

J’ai apprécié le tragi-comique de ce récit et les expressions de Birahima. La structure narrative du livre lasse légèrement. Je vous explique , Birahima a plusieurs dictionnaires avec lui et dans son récit, il met entre parenthèses les explications de certains mots. C’est un peu lassant quand on connait déjà la signification de ces mots 😀

Ce livre n’est pas bouleversant, j’en ai lu bien d’autres sur les guerres civiles qui m’ont fait pleurer mais il vaut le détour pour son côté tragi-comique.

 

J’ai tenu à vous le présenter aujourd’hui 20 novembre où on célèbre la Journée Mondiale de défense et de promotion des droits de l’enfant.

Un enfant est un trésor qu’il soit le nôtre ou pas. 

« Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité. »
Kofi A. Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

 

GM signature