Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Lola et les lettres de Rose

Coucou les amis ! Quel plaisir de vous retrouver ! 🙂

Toujours à la recherche de prix littéraires à lire, je suis tombée par hasard sur le Prix du Livre Romantique des éditions Charleston.

J’ai découvert qu’un roman que j’avais vu sur l’un des blogs que je suis avait été lauréat de ce prix. Il s’agit des Lettres de Rose de Clarisse Sabard.  

Vu qu’il y a un prequel à ce roman et qu’il est très court, j’ai commencé par celui-ci.

Résultat de recherche d'images pour "lola clarisse sabard"

Marianne et Thierry se rencontrent sur une plage à Nice, dans les années 70. C’est le coup de foudre. Très vite ils se marient et tentent d’avoir un enfant. Mais le sort en a décidé autrement. Jusqu’à ce qu’un coup de téléphone change à jamais leur vie…

En 30 pages, Marianne nous décrit brièvement son enfance, sa rencontre avec Thierry, l’homme de sa vie, son infertilité, le coup de téléphone qui va changer leur vie de couple et leur première rencontre avec Lola, la petite fille qu’ils ont adopté. L’écriture est assez fluide, on a envie de savoir si la venue de Lola va impacter positivement leur vie. 

 

cover les lettres de rose

 

Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. De nos jours, à presque 30 ans, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire. Mais sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange testament : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres lui apprenant ses origines. Elle découvre ainsi la vie de son arriere grand-mère Louise, de sa grand mère Rose et de sa mère Nadège, ainsi que les dérangeantes circonstances de sa naissance. Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait. Réveiller les secrets du passé lui permettra-t-elle d’avancer vers son avenir ?

 

mon-avis-de-lecture

Lola mène une vie normale comme le commun des mortels. Son meilleur ami Tristan est homosexuel et ce cliché m’a exaspérée. Un homme et une femme tous les deux hétéro ne peuvent-ils pas être meilleurs amis ? Faut-il forcément pour qu’une relation amicale homme-femme tienne que l’un d’entre eux soit homosexuel ?

 

Son passé accourt vers elle lorsqu’elle reçoit un coup de fil de notaire. J’ai bien aimé le parcours que lui a tracé Rose pour reconstituer son passé.

Rose m’a embarquée dans sa saga familiale des années 1900 aux années 2000 où amour passionnel, mariage de convenance, petits et grands mensonges, secrets et drames se mêlent.

Les Lettres de Rose est comme une salle d’exposition où figurent différents portraits de femmes. J’ai beaucoup aimé la diversité de leurs personnalités : bonne sœur, femme masculine, femme romantique, femme ambitieuse, femme se reposant sur son homme…

J’ai pris plaisir à découvrir Louise, cette femme au caractère bien trempé qui a réussi à faire de sa vie ce qu’elle voulait, décidé bon nombre de fois de la tournure de la vie des autres. Je l’ai admirée, détestée également pour les amours avortés dont elle en est la cause.

J’ai plus été passionnée par l’histoire de Rose que par celle de Lola. J’étais d’ailleurs un peu déçue à chaque fois qu’on revenait au présent qui est l’histoire de Lola.

Jim n’aura pas l’immense honneur de faire partie de mes bookboyfriend. Le fait qu’il ressemble à Clovis Cornillac ne l’aide pas beaucoup.

Résultat de recherche d'images pour "clovis cornillac"

 

Les Lettres de Rose aborde l’effet domino de nos choix souvent égoïstes. Elle expose jusqu’où on est souvent prêt à aller pour satisfaire son ambition, assurer son ascension sociale, ce qu’on est prêt à accepter par amour ou pour sauver les apparences. 

J’ai découvert et trouvé intéressante la plume de Clarisse Sabard. Elle est légère, sans fioritures. Son premier roman est bon, pas extra. Je m’attendais à quelque chose de plus sensationnel, émouvant  après lecture des différents avis sur les réseaux sociaux… 

 

Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

fleur v1

 

 

Publié dans Panaché

Plus narcissique que moi, tu meurs ?

Hello World ! This is me !

Aujourd’hui, je tiens à vous présenter une personne merveilleuse : moi ! 😀

J’ai vu le Tag du narcissique chez Prends un livre et détends toi et j’ai voulu me prêter au jeu.
Etes-vous prêts à découvrir mon côté narcissique ?

Résultat de recherche d'images pour "je m'aime trop"

TOUS LES ARTICLES QUE VOUS ÉCRIVEZ SONT FABULEUX, MAIS SI VOUS DEVIEZ N’EN GARDER QU’UN LEQUEL SERAIT-CE ?

Ma chronique de L’Innocente, le roman d’une écrivaine dont Molière (paix à son âme) serait très fière. J’ai concocté cette attendrissante chronique avec un zeste de simplicité et une louche de profondeur. Cette revue de lecture ressemble à une vraie critique littéraire et l’inspiration dont j’ai fait preuve me charme beaucoup. Par ailleurs, je suis la seule blogueuse à avoir fait une chronique de ce roman. Si vous cherchez des chroniques uniques, vous savez donc où les trouver. 🙂

Résultat de recherche d'images pour "je suis fiére d'etre moi"

VOTRE BLOG EST BIEN ENTENDU LE MEILLEUR QUI SOIT ET AUCUN AUTRE NE LUI ARRIVE À LA CHEVILLE, MAIS SI VOUS DEVIEZ N’EN PROPOSER QU’UN AUTRE LEQUEL SERAIT-CE ?

Le blog  A l’horizon des mots. Je l’ai découvert à mes débuts dans la blogosphère et elle a failli me foutre un complexe d’infériorité. On sent bien qu’elle a la fibre littéraire, ses comptes rendus de lecture ont une qualité déroutante. 

VOUS EST-IL DÉJÀ ARRIVÉ DE VOUS DIRE : « EN VOILÀ UNE BELLE CRITIQUE QUI N’EST MALHEUREUSEMENT PAS DE MOI » OU ALORS, COMME TOUT NARCISSIQUE QUI SE RESPECTE CETTE IDÉE NE VOUS A MÊME PAS TRAVERSÉ L’ESPRIT ?

Bien sûr que ça m’a déjà traversé l’esprit ! Il y a toujours des gens qui écrivent mieux que moi. Comme je l’ai dit plus haut, j’admire les articles de Horizon des mots,  ceux de Ju lit les mots et bien d’autres. 

POSSÉDEZ-VOUS UN EX-LIBRIS ?

Pour ceux qui comme moi n’avaient jamais entendu ce mot avant ce merveilleux moment que nous passons ensemble, Un ex-libris est une vignette dessinée ou gravée que les bibliophiles collent au revers des reliures de leurs livres et qui porte leur devise ou leur nom. 

Je n’en ai pas mais je vais y remédier. Quelle brillante idée ! 😀

VOUS ARRIVE-T-IL DE SUIVRE LES CONSEILS DES AUTRES BLOGUEURS, OU BIEN SEUL VOTRE AVIS COMPTE ?

Je m’aime beaucoup, passionnément, à la folie mais il m’arrive de temps en temps d’aimer les autres donc oui je suis les conseils des autres blogueurs. Je note leurs coups de cœur. Le dernier conseil que j’ai suivi m’a permis de découvrir le sel de nos larmes de Ruta Sepetys. 

Quand nous avons des lectures communes, je trouve très intéressant d’avoir des avis différents du mien. Ça me permet de vivre ma lecture sous un autre angle. 

PARLEZ-VOUS DE VOTRE BLOG AUTOUR DE VOUS ?

Oui, si je n’en parle pas qui le fera ? 

Résultat de recherche d'images pour "show your talent"

VOUS EST-IL DÉJÀ ARRIVÉ DE VOUS DIRE QUE VOS CRITIQUES SONT MEILLEURS QUE CELLES DES PROFESSIONNELS ?

Oh non ! J’ai encore beaucoup à apprendre dans le domaine de la critique littéraire.

AVEZ-VOUS DÉJÀ GOOGLISÉ LE NOM VOTRE BLOG POUR VÉRIFIER SON PAGERANK ?

Non, par contre j’ai googlisé mon nom et Chimères de verre

VOUS SOUVENEZ-VOUS DE LA PREMIÈRE PERSONNE QUI A COMMENCÉ À PARTICIPER À VOTRE BLOG ?

Je pense que ça doit être mon amie Bénédicta  ou mon merveilleux grand-frère. Leur présence m’a fait beaucoup de bien aux premières heures où le blog était méconnu.

 

VOUS EST-IL DÉJÀ ARRIVÉ D’ACHETER UN LIVRE SIMPLEMENT PARCE QUE L’AUTEUR PORTAIT LE MÊME PRÉNOM OU BIEN LE MÊME NOM QUE VOUS ?

Oui ! J’ai acheté mes livres ! 😀 😀 😀

Sans rire, je ne l’ai jamais fait. Peut-être parce que je suis la seule auteure à posséder le charmant prénom qu’est Minlibé et le prénom Grâce, je le vois rarement.

Voilà les amis ! J’espère vous retrouver très bientôt pour des chroniques de lecture. Le temps d’évasion me manque cruellement, la faute à une charge accrue au boulot. 

Bises et prenez bien soin de vous. 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Interviews

Marina Niava, l’écrivaine superwoman au style 2.0

Jeudi 23 Mars 2017, galerie LouiSimone Guirandou 

Dans une ambiance intimiste, une remarquable jeune femme nous présente son premier roman. 

Je l’entends parler de son parcours, de la génèse de son roman, j’en écoute quelques extraits et un flot d’interrogations investit mes pensées.

Elle y répond avec grand plaisir et accepte que je vous les dévoile.

Rencontre avec Marina Niava, une jeune femme pétrie de talents. 

Marina Niava dedicace officielle American Dreamer

  1. Si Marina Niava devait se définir en trois mots, lesquels choisirait-elle ?

Africaine – Loyale – Créative

  1. Si vous ne deviez retenir qu’un mot de la langue française, lequel ce serait ?

Transsubstantiation. C’est un mot que j’ai appris à l’enseignement religieux au lycée dans le cadre d’un échange autour du mystère de l’Eucharistie. Je suis chrétienne catholique. C’est le mot qui m’est venu à l’esprit.

  1. Vous êtes journaliste, communicatrice, cinéaste, auteure… Etait-ce vos rêves d’enfant ?

On peut le dire. Je ne savais pas avec précision ce que je voulais faire mais je voulais un métier qui me permette de cultiver et exprimer ma créativité. Une chose est certaine cependant, j’ai toujours voulu être écrivain même si cela ne serait pas ma profession première. La sortie de mon premier roman, c’est donc un rêve qui se réalise.

  1. Parlons maintenant de votre premier roman American Dreamer. Est-ce un livre engagé, une biographie ou juste une fiction qui offre un moment de détente ? 

C’est une fiction qui offre un moment de détente, de découverte, une expérience riche en surprises et en émotions. L’histoire de Saliou, jeune ivoirien vivant à New York transporte le lecteur dans un autre univers à plus d’un titre. J’espère juste faire passer à chaque lecteur un bon moment à travers un récit de qualité et j’ai hâte de savoir ce que chacun en aura tiré comme message ou leçon.

 

  1. Voici un groupe de mots : original, dramatique, humoristique, romantique, conventionnel, accessible, pittoresque, concis, inattendu, passionnant, fantaisiste, réaliste. Lesquels choisiriez-vous pour qualifier votre roman ?

Original, romantique, passionnant, inattendu sont les mots qui correspondent le plus à American Dreamer. J’ajouterais accessible parce qu’il mélange allègrement le parler ivoirien au français soutenu. Et peut-être réaliste aussi car malgré l’aspect science-fiction de l’histoire, je me suis attelée à décrire l’environnement de Saliou et son quotidien à New York de la façon la plus fidèle possible.

  1. Comment qualifierez-vous votre style d’écriture ?

Urbain. Ou peut-être 2.0 (rires)

  1. Y a-t-il des auteurs qui vous ont influencée ?

Celle qui m’a redonné l’envie d’écrire et m’a montré la voie d’un style urbain, imagé et décomplexé c’est une jeune auteure française du nom de Rose Emilien avec son roman « Journal d’une michetonneuse ». Sinon, j’admire les plumes de Maurice Bandaman, Camara Nangala, Any K. Roger et Awaba pour ne citer que ces auteurs.

  1. Avez-vous déjà été victime de la fameuse page blanche ?

Bien sûr.

  1. Quel est votre regard sur la littérature africaine en général, la littérature ivoirienne en particulier ?

Nous avons en Afrique une littérature fabuleuse qui me fascine et des livres excellents. La littérature ivoirienne a de grands noms et de grands titres mais cela remonte à une certaine génération. On n’assiste pas à une percée de jeunes auteurs. Il y a à mon sens une fracture générationnelle, un peu comme avec le cinéma. Et malgré leur qualité, les romans ivoiriens que je suis amenée à lire ne sont plus mon miroir. Ils ne reflètent pas mon époque, mon style de vie. Peut-être ai-je tenté de pallier cela avec American Dreamer.

  1. Avez-vous d’autres projets de roman ?

Oui mais chut ! Je  n’en dis pas plus. On espère que le premier soit un succès et ensuite on verra.

Si vous le voulez bien, parlons maintenant de vos sept péchés capitaux en lecture

avarice

Quel est le livre le moins cher dans votre bibliothèque ?

Never Trust A Man (Ne fais jamais confiance à un homme) un tout petit livret de lecture facile que mon père avait dû acheter au Ghana.

gourmandise

Quel livre avez-vous dévoré ?

La révolution des fourmis de Bernard Werber.

paresse

Quel livre avez-vous mis du temps à lire ?

Fortune carrée de Joseph Kessel. Roman fascinant mais je ne l’ai jamais terminé.

Luxure

Quel livre érotique vous a marquée ?

Peut-être « Cœurs piégés » de la collection Adoras. Ça a fait rêver l’ado romantique que j’étais. J’aimerais bien l’adapter au cinéma.

orgueil

Quel personnage avez-vous trouvé orgueilleux ?

Le policier dans le roman La revanche de Bozambo de Bertène Juminer. Le nom du personnage m’échappe. Une histoire drôle et insolite que je recommande.

envie

Quel livre vous fait envie en ce moment ?

Americanah de Chimamanda Adichie.

 

colère

Quel livre vous a mis en colère ?

Pourquoi je suis devenu rebelle.

 

Terminons en beauté. A quoi ressemble votre portrait chinois ?

Si vous étiez

  1. Un épice, ce serait… ? La cannelle
  2. Un dessert, ce serait… ? Un fondant au chocolat
  3. Une pièce de la maison, ce serait… ? Le patio
  4. Un personnage Disney, ce serait… ? Mulan
  5. Un signe de ponctuation, ce serait… ? Trois points de suspension
  6. Une langue, ce serait… ? L’égyptien antique
  7. Un jeu de société, ce serait… ? Le Scrabble

 

 

Propos recueillis par 

GM signature

Publié dans Panaché

Top Ten Tuesday 3 : Les 10 personnages dont on pourrait donner leur nom à notre enfant

Photo

Photo
Les 10 personnages dont on pourrait donner leur nom à notre enfant ou animal de compagnie. 

Alissa 

L’héroïne du roman d’André Gide, La Porte étroite. Jeune, belle et aimée de celui qu’elle aime, elle choisit de renoncer non seulement à lui et à son amour, par excès de vertu et d’abnégation.

Résultat de recherche d'images pour "la porte étroite andre gide"

Tanydia

L’héroïne du roman Adoras Folie d’une nuit. J’ai eu un coup de foudre pour ce prénom. Je l’utilisais comme pseudo il fut un temps.
 

Kenza

L’héroïne de Coeurs piégés incarne la pureté, l’innocence. 

Résultat de recherche d'images pour

 

Norah

L’une des femmes puissantes du roman de Marie Ndiaye. J’aime beaucoup ce prénom. 

Image associée

Tara

La fille disparue de Marc dans Une chance de trop, j’aime bien ce prénom. 

une chance de trop

 

Sofia

Un bout de vie de Sofia Kovalevskaïa, romancière et mathématicienne apparaît dans Trop de bonheur. J’aimerais bien avoir une fille aussi douée qu’elle. 

Trop de bonheur

 

Lara

Lara est l’héroïne du roman Âmes soeurs. Jeune étudiante souriante, vive, et pleine de vie.  C’est une femme-enfant aux ailes brisées.

cropped-cropped-cropped-siteweb21

 

Raphaël

Le dur à cuire, le protecteur dans Purgatoire des Innocents.

 

 

Ce prénom provient de l’hébreu. Il signifie « Dieu guérit » (de refa, « guérir » et El, « Dieu »).Le nom est connu du fait de l’archange Raphaël.

Younes

Héros de l’un de mes coups de coeur littéraires : ce que le jour doit à la nuit

 

Résultat de recherche d'images pour "ce que le jour doit à la nuit"

 

Roxy

Le nom de l’héroïne de Jeu d’imprudence. C’est un nom que je pourrais bien donner à mon chien. 

Résultat de recherche d'images pour "jeu d'imprudence"

 

Faire ce Top Ten m’a été d’une grande utilité, j’ai compris qu’il me faut donner à mes personnages de beaux prénoms singuliers pour qu’on s’en souvienne.

Et vous, quels prénoms de la littérature avez-vous donné ou donnerez-vous à vos enfants et/ou animaux de compagnie ?

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

Top Ten Tuesday 2 : Les 10 meilleurs recueils de nouvelles

Photo

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog Frogzine.

Le thème de cette semaine est : Les 10 bandes dessinées que vous souhaitez découvrir

Ne souhaitant pas découvrir de bandes dessinées, j’ai décidé de répondre à un ancien TTT de janvier 2016 : les 10 meilleurs recueils de nouvelles. 

J’ai lu pas mal de recueils de nouvelles, l’exercice n’a donc pas été difficile.

Avez-vous envie de découvrir mon Top 10 ? 

 

 z8a
Bernard Quiriny
2 – Obsession de Komara Constance, un recueil avec de belles chutes. 
Résultat de recherche d'images pour "obsession komara constance"
8 récits singuliers, étonnants.
Odette Toulemonde et autres histoires
Eric-Emmanuel Schmitt
Jazz et vin de palme
Image associée
Ce recueil est à lire rien que pour la nouvelle Le malheur
Résultat de recherche d'images pour "ce que murmurent les collines"
J’ai eu un énorme coup de coeur pour la nouvelle Troisième bureau
Polygamiques
 Ce sont des récits mais certains ont des chutes de nouvelles. 
Histoires si étranges
Trop de bonheur
Un recueil à lire pour 4 nouvelles :
  • Dimensions
  • Fiction
  • Wenlock Edge
  • Radicaux Libres

Elles sont vraiment le mariage de l’inattendu et de l’inexorable.

Voulez-vous me partager votre Top 10 des recueils de nouvelles ?

GM signature

Publié dans Panaché

Top Ten Tuesday 1 : Les 10 auteurs dont vous ne relirez plus de romans d’eux

Photo

Me revoilà pour un nouveau rendez-vous hebdomadaire : Le Top Ten  Tuesday !

Je ne sais pas pour vous mais moi, j’aime bien les nouveautés. 

Meryl Streep hell yes

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog Frogzine.

Photo

 Les 10 auteurs dont vous ne relirez plus de romans d’eux
1. Isaie Biton Koulibaly, un écrivain ivoirien dont l’absence d’originalité dans ses romans m’a lassée. 
Résultat de recherche d'images pour "isaie biton koulibaly"
2. Douglas Kennedy, je n’ai pas du tout aimé Murmurer à l’oreille des femmes. Je l’ai rayé de ma liste d’auteurs. 
Résultat de recherche d'images pour "douglas kennedy"
3. Sylvie Granotier, je n’ai pas du tout aimé Tuer n’est pas jouer.
Résultat de recherche d'images
4. Patrick Modiano, je me suis ennuyé avec Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier.
Résultat de recherche d'images pour "patrick modiano"
5. Olivier Poivre d’Arvor. L’amour à trois ne m’a pas donné l’envie de connaître davantage sa plume.
Olivier Poivre d'Arvor
6. Marie Ndiaye, ses romans que j’ai lus ont tellement été complexes que je préfère prévenir une éventuelle déception. 
Résultat de recherche d'images pour "marie n'diaye"
7. Anna Gavalda,j’ai apprécié La vie en mieux mais je n’ai pas été bouleversée. je n’ai pas envie de retenter une autre aventure livresque avec elle. 
Résultat de recherche d'images pour "anna gavalda"
8. Alain Mabanckou, je l’aime beaucoup mais mon intuition me dit qu’il n’arrivera plus à m’étonner avec ses prochaines oeuvres.
Résultat de recherche d'images pour "henri mabankou"
9. Marc Levy, j’ai plus ou moins apprécié  toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites et je me suis terriblement ennuyé avec Le voleur d’ombresJe ne juge pas utile de découvrir l’auteur encore plus.
Résultat de recherche d'images pour "marc levy"
10. Alice Munro, j’ai plus ou moins apprécié deux de ses oeuvres que j’ai lus. Je ne juge pas vital de lire une troisième. 
Résultat de recherche d'images pour "alice munro"
Quels auteurs ne relirez-vous plus ? 
signature coeur graceminlibe
Publié dans Panaché

Throwback Thursday Livresque #8 : Coup de coeur absolu

 

Print

Voici le Throwback Thursday Livresque ! Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Chaque semaine Bettierose books fixe un thème et il faudra partager la lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

Cette semaine, le thème est : 

 

coupdecoeur

 

Et le livre qui est une illustration parfaite du coup de coeur est

On ne badine pas avec l’amour, une pièce de théâtre d’Alfred de Musset

 

 

Résultat de recherche d'images pour "on ne badine pas avec l'amour"

La pièce se déroule au château du Baron et a pour principaux personnages Camille, sa nièce, une jeune fille de 18 ans qui sort du couvent, et son fils de 21 ans, Perdican, récemment titulaire d’un doctorat. Les deux jeunes gens se retrouvent après dix ans de séparation dans ce château si cher à leurs cœurs, où ils ont grandi, joué, et où ils se sont aimés. Le Baron projette de marier les deux cousins.

Perdican et Camille s’aiment depuis toujours, mais cette dernière, endoctrinée par les sœurs du couvent toutes victimes d’amours malheureuses, a appris à ne pas avoir confiance en les hommes. Elle a donc pris la décision d’y retourner et de vouer sa vie à Dieu.

Camille continue malgré tout de cacher ses sentiments pour Perdican, par pur orgueil. Elle envoie donc une lettre à Louise, une religieuse de son couvent qui l’a fortement influencée par l’exemple de ses propres malheurs pour la dissuader de quitter ce lieu où elle « est en sécurité », lettre où elle explique qu’elle a tout fait pour se faire détester de Perdican, et où elle affirme que ce dernier est au désespoir à cause de son refus de mariage.

Au cours d’une dispute entre Dame Pluche et Maître Blazius, Perdican tombe sur cette lettre. Touché dans son amour-propre, il laisse l’orgueil et la vanité le dominer, et décide de la détromper en séduisant Rosette, une jeune paysanne, sœur de lait de Camille…

Cette pièce m’a impressionnée par sa beauté, sa vivacité, sa qualité, sa puissance, sa vérité. J’ai aimé ces réflexions sur l’amour, le mariage, elles ont inspiré l’écriture de mes romances. 

 

CAMILLE

L’amitié ni l’amour ne doivent recevoir que ce qu’ils peuvent rendre.

 

CAMILLE

Je veux aimer, mais je ne veux pas souffrir ; je veux aimer d’un amour éternel, et faire des serments qui ne se violent pas. Voilà mon amant. (Elle montre son crucifix.)

PERDICAN

Cet amant-là n’exclut pas les autres.

 

CAMILLE

Je vous demandais tout à l’heure si vous aviez aimé ; vous m’avez répondu comme un voyageur à qui l’on demanderait s’il a été en Italie ou en Allemagne, et qui dirait : Oui, j’y ai été ; puis qui penserait à aller en Suisse ou dans le premier pays venu. Est-ce donc une monnaie que votre amour pour qu’il puisse passer ainsi de main en main jusqu’à la mort ? Non, ce n’est pas même une monnaie ; car la plus mince pièce d’or vaut mieux que vous, et dans quelques mains qu’elle passe, elle garde son effigie.

 

PERDICAN

Sais-tu ce que c’est que des nonnes, malheureuse fille ? Elles qui te représentent l’amour des hommes comme un mensonge, savent-elles qu’il y a pis encore, le mensonge de l’amour divin ?

Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux.

On est souvent trompés en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueuil et mon ennui.

 

 

Quel livre est votre coup de coeur absolu ? 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

Invitation pour un dîner littéraire

Bonne et heureuse année les amis ! J’espère de tout coeur que 2017 vous apportera  le sourire. 

Pour mon 1er dîner de l’année, j’ai décidé d’avoir à ma table d’illustres personnes tirées de livres lus.

Le but du jeu est de sélectionner des personnages de livres en fonction de traits de caractères et qui se rejoindraient autour d’une table pour partager un repas. Aucune restriction, on est libre de choisir les personnages que l’on souhaite, ceux que l’on apprécie tout comme ceux que l’on déteste. Il nous faut donc sélectionner les invités en fonction des particularités suivantes :

 

1. Un personnage qui sait ou aime cuisiner

 

Vaudace

Eloïse, la femme forte dans Vaudace. Le poulet yassa ou les feuilles de manioc n’ont aucun secret pour elle. J’ai hâte de savoir ce qu’elle va nous cuisiner pour ce dîner. 

Résultat de recherche d'images pour "poulet yassa"

 

Résultat de recherche d'images pour "feuilles de manioc cuisine gabon"

 

2. Un personnage qui finance la soirée

Rencontre avec l'amour

Sasha  dans Rencontre avec l’amour la belle métisse asiatique, fille d’un opulent homme d’affaires. Je suis sûre qu’elle nous fera vivre l’une des plus belles soirées de l’année. 

 

3. Un personnage qui pourrait causer une scène

 

Résultat de recherche d'images pour "memoire d'une tombe"

 

Blédia, l’épouse du camarade n°2 dans Mémoire d’une tombe.  La femme  qui aime les festivités, les dépenses et dont la bouche ne connait aucun répit, celle qui démarre au quart de tour quand on ne lui accorde pas de l’importance. 

 

4. Un personnage drôle/amusant

L'innocente

Zéphirin dans l’innocente. Il m’a tellement fait rire avec ses coups bas. 

 

5. Un personnage sociable/populaire

 

Résultat de recherche d'images pour "verre cassé mabanckou"

 

Robinette dans Verre Cassé, cette femme qui urine comme un homme. Elle ne viendra sûrement pas seule. L’escargot entêté, le type aux Pampers, l’Imprimeur et Verre Cassé seront là et pour eux, j’aurai toujours de la place. Je ne raterai pour rien au monde leurs anecdotes.

6. Un vilain

Résultat de recherche d'images pour "mes larmes coulent en silence"

Briano dans Mes larmes coulent en silence. Il me doit des comptes ce malotru. Je l’ai placé en bout de table. Il a intérêt à rester bien droit. 

7. Un couple (compte pour deux), pas forcément romantique

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos lady"

Guy Collins et Amaka de Lagos Lady  ! C’est mon couple de l’année, un mix de force et de douceur. J’ai aimé leur rapprochement, la naissance de leur couple. C’est mon conte de fée moderne. 

 

8. Un héros ou une héroïne

si-daimer

Moussa dans Si d’aimerMon héros national, un homme loyal, discret. Il est celui qui se  sacrifie pour sa famille, prêt à tuer ceux qui font du mal aux gens qu’il aime. 

 

9. Un personnage qui n’est pas apprécié à sa juste valeur

 

Résultat de recherche d'images pour "ce que murmurent les collines"

Anonciata dans Ce que murmurent les collines. C’est une femme marginalisée parce qu’elle est la proie du Malheur, ses 4 enfants étaient morts. La mort des enfants ne surprenait personne, beaucoup d’enfants mouraient à la naissance sur la colline ou après le sevrage. Ce qui étonnait dans la mort des enfants d’Anonciata, c’est qu’ils ne mourraient ni à la naissance ni au sevrage, non, ils mouraient quelques années plus tard, à l’âge de six ou sept ans, alors qu’on les croyait en pleine santé.

Avec la mort du cinquième enfant d’Anonciata, tout contact fut interdit avec elle afin d’éviter que le malheur ne se propage.

 

10. Un personnage au choix

yasmina khadra

Docteur Amine dans l’Attentat. Après le suicide de sa femme, il a bien besoin d’être entouré, de rire, faire de belles rencontres. 

 

Et vous, quels personnages tirés de vos lectures inviteriez-vous ? Je suis toute ouïe. 

 

GM signature

Publié dans Panaché

Throwback Thursday Livresque #5 : Lettre au Père Noël

Print

Le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous livresque initié par BettieRose Books.

Le but est de parler d’une « ancienne » lecture (pas la toute dernière ou l’actuelle) autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Le thème de cette semaine est : Lettre au Père Noël (Un livre qu’on vous a offert, joker un livre que vous avez offert)

santabooks

En décembre 2011, à la fin de mon stage dans une banque citoyenne, j’ai reçu 3 livres comme cadeau d’au revoir. J’ai eu un énorme coup de coeur pour l’un d’entre eux. Il s’agit de….

LA FILLE DE PAPIER de GUILLAUME MUSSO

« Trempée jusqu’aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau milieu d’une nuit d’orage.
– D’où sortez-vous ?
– Je suis tombée.
– Tombée d’où ?
– Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi ! « 

Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d¹inspiration, voit surgir dans sa vie l’héroïne de ses romans. Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s’il s’arrête d’écrire.
Impossible ? Et pourtant !

Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s’entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel…

La fille de papier par Musso

Tom Boyd est un auteur brillant qui excelle dans ce qu’il fait et qui sait rendre son public accroché, du début à la fin de sa fameuse « trilogie des Anges ». le problème, c’est qu’après un chagrin d’amour, celui-ci se laisse tomber dans la dépression et est incapable d’écrire une seule ligne de plus, laissant ainsi ses fans dans l’attente du dernier tome tans attendu. Bien que ses deux amis d’enfance, Milo et Carole aient tout tenté pour essayer de le sortir de ce gouffre sans fond, Tom vit dorénavant dans sa bulle et refuse tout contact humain, se droguant d’anti-dépresseurs et de somnifères, devenant peu à peu une véritable loque humaine…jusqu’à ce que Billie fasse irruption dans sa vie. Qui est-elle et que lui veut-elle ? Simplement retourner dans son monde, celui de l’imaginaire car elle prétend être un de ses personnage tombé d’un de ses livres suite à une erreur d’impression sur un nombre considérable d’ouvrages, laissant ainsi la moitié des pages blanches et la dernière phrase imprimée inachevée.
Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, Tom, tout comme le lecteur d’ailleurs se laisse rapidement prendre au jeu et ne souhaite dorénavant qu’une chose : la survie de cette femme extraordinaire.

Ca a été ma première rencontre avec Guillaume Musso et elle a été fulgurante ! J’ai été emportée par son écriture légère, rythmée, son imagination fantastique. Les personnages sont pétillants, attachants. J’ai aimé la description du trio écrivain-livre-lecteur, le passage de ce fameux livre qui passe de main en main. On croise des bouts de vie par ci par là.

La fille de papier est une délicieuse fantaisie, j’ai fermé le livre avec une pointe de nostalgie. 

Et vous quel livre vous a t-on offert à Noël ? 

fleur v1

Publié dans Panaché

Abidjan lit les mauvais genres ?

Abidjan Lit Collectif (ALC!) est né de l’envie furieuse de contribuer à un activisme littéraire africain fructueux.

Le 1er chapitre a été lu le 23 septembre 2016 et j’ai été frustrée de n’avoir pu y participer. Aussitôt  la date du second chapitre annoncée, aussitôt mon inscription faite. 

J’ai donc eu le plaisir le vendredi 9 décembre 2016 de participer à cette rencontre littéraire avec des passionnés de lecture comme moi.

 

Aucun texte alternatif disponible.

Avez-vous des lectures secrètes ? Etes-vous fan des romans de gare, des romances, des bandes dessinées, des polars cinglants que certains jugent comme de la mauvaise littérature ?

Les mauvais genres, tel a été le thème de cette deuxième rencontre d’Abidjan Lit.

 

Laure, membre du Collectif Abidjan Lit a lu un extrait de La vie et demie de Sony Labou Tansi, une scène de torture très lourde à digérer pour moi, une scène hilarante pour les autres. Nous sommes dans le fantastique, le champ de tous les possibles. 

L’image contient peut-être : 2 personnes, intérieur

 

Qui définit qu’un livre fait partie du mauvais genre ? Telle est la question posée par Josue Guébo. Si les goûts et les couleurs ne se disputent pas, tous les participants sont unanimes sur une chose : le mauvais genre est le politiquement incorrect, le genre qui n’est pas reconnu par ses pairs. Le mauvais genre c’est la littérature marginale. 

Pour Josué Guébo, le mauvais genre est considéré comme tel parce qu’il est prévisible, a tendance à manquer d’originalité et à rechercher la facilité. La littérature est un art, elle doit être élitiste. Propos qui a suscité un riche débat. 

Chacun avoue ses lectures secrètes me permettant ainsi de découvrir la fameuse série SAS, une série erotico-policière à l’allure de James Bond. 

Je dévoile sans détour ma passion pour la romance. J’en lis, j’en écris également et je n’en ai pas honte ! 😀

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, personnes debout, texte et plein air

J’aime les belles lettres comme celles de Marie N’Diaye, dans une lecture, je recherche également l’évasion, une cascade d’émotions. 

Abidjan lit c’est l’occasion de rencontrer des auteurs et illustrateurs de tous genres…

C’est avec plaisir que j’ai découvert  Fatim C. BRISSI, illustratrice, avec qui nous avons parlé bandes dessinées, romans graphiques et phylactères…

Aziz Doumbia, rappeur ivoirien nous a fait découvrir l’un de ses textes. Un texte rythmé, savoureux, plein de mélancolie.

J’ai aussi rencontré pour la première fois Paul Sika, photographe connu. J’ai eu le plaisir de lire l’un de ses textes secrets.

Un photographe écrivain ?

Un musicien, prix Nobel ? 

Pourquoi mettre des frontières entre les différents genres ? 

Edwige, membre du collectif a mis un point final à la rencontre en lisant des textes gorgés de poésie. 

Abidjan Lit, c’est faire exister tous les modes d’expression. A quand la prochaine rencontre ?

GM signature