Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Kintu – Jennifer Nansubuga Makumbi

kintu

Les malédictions ont la vie dure. Depuis que Kintu, gouverneur d’une lointaine province du royaume du Buganda, a tué accidentellement son fils adoptif d’une malheureuse gifle, en 1750, un sort est lancé sur tous ses descendants, les vouant à la folie, à la mort violente, au suicide.

Et en effet, trois siècles plus tard, les descendants de Kintu semblent abonnés au tragique : Suubi harcelée par sa sœur jumelle qu’elle n’a jamais connue, Kanani, le « réveillé » évangéliste, fanatique mais lubrique, Isaac Newton, torturé par l’idée d’avoir transmis le sida à sa femme et à son fils. Et enfin, Miisi, le patriarche, l’intellectuel éduqué à l’étranger, harcelé par des visions et des rêves où s’invitent l’enfance, les esprits, l’histoire du clan et de la nation toute entière.

Un par un, ils sont appelés par les anciens du clan, dans une forêt aux confins de l’Ouganda, dans une ultime tentative de conjurer le sort.

l'Afrique écrit

Un prologue et six longs chapitres forment la charpente du livre.

Le prologue nous installe à Bwaise, le 5 janvier 2004 et annonce Kamu Kintu. Le lecteur n’a pas le temps de faire amplement connaissance avec Kamu qu’il faut déjà le quitter. Kamu a subi la violence de la justice populaire….

Voyage vers le passé, dans les années 1750 au Buganda. On découvre Kintu Kidda, l’ancêtre et les origines de la malédiction. 

Ses descendants (Suubi, Kanani, Isaac Newton, Miisi) dans les années 2000 exposent leurs souffrances vécues dans l’enfance et en tant qu’adulte. Ils subissent fortement le poids de la malédiction. 

J’ai trouvé certains récits très intéressants comme ceux de l’ancêtre Kintu Kidda et Kanani mais ceux de Suubi, Isaac Newton m’ont légèrement ennuyée. 

Certains personnages secondaires attrayants comme celui de Kusi, la générale, auraient mérité un développement.

Kintu est une fresque qui couvre trois époques. J’ai découvert de manière brève le Buganda avant la colonisation britannique, l’Ouganda dans les soleils des indépendances (clin d’œil à l’oeuvre d’Ahmadou Kourouma) et la guerre ougando-tanzanienne. L’auteure ne s’appesantit pas sur le contexte politique. Elle attise la curiosité du lecteur. 

La spiritualité est le thème central de cette saga familiale. Deux formes de spiritualité sont opposées l’une à l’autre : la spiritualité ancestrale avec ses rites et traditions et la spiritualité chrétienne, celle qui a été apportée par le colon. La majorité des personnages revendique une spiritualité africaine, un retour aux sources.

L’auteure aborde d’autres sujets comme l’extrémisme religieux, le tribalisme, l’inceste, la virilité telle que perçue par la société, l’homosexualité. Le point de vue ougandais selon lequel l’homosexualité n’est pas une exportation occidentale aurait pu être davantage développé.

Kintu est un livre intéressant pour qui désire avoir un aperçu de l’histoire politique de l’Ouganda et ses coutumes. 

Kintu est un livre percutant pour qui s’intéresse vivement aux effets de la colonisation, à la place de la spiritualité africaine dans le monde contemporain.  

– Tu vois, commença Misirayimu, c’est exactement ce qui se passe quand une société est paralysée par le concept d’un Dieu tout-puissant. Qu’est-ce qui peut empêcher ses chefs de prendre exemple sur Lui ? Peut-on critiquer son propre Dieu ? Peut-on Lui demander des comptes ? Les croyants ont tendance à singer leur divinité mais de façon pervertie.

J’ai beaucoup apprécié cet article de Miisi 

Contrairement au reste de l’Afrique, le Buganda se laissa attirer sur la table d’opération par des flatteries et des promesses. Le protectorat était la chirurgie plastique censée conduire plus rapidement le corps africain léthargique à la maturité. Mais une fois son patient sous chloroforme, le chirurgien fut libre de faire ce qui lui chantait. D’abord, il sectionna les bras et les jambes puis mit les membres noirs dans un sac-poubelle avant de les jeter. Il prit ensuite des membres européens et entreprit de les greffer sur le torse noir.

Quand l’Africain se réveilla, l’Européen s’était installé chez lui. Bien que l’Africain ait été trop faible pour se lever, il dit tout de même à l’Européen : “Je n’aime pas ce que tu es en train de faire, mon ami. Sors de chez moi, s’il te plaît.” Mais l’Européen répondit : “J’essaie seulement de t’aider, mon frère. Tu es encore trop faible et trop groggy pour t’occuper de ta maison. Je vais m’en occuper en attendant. Quand tu seras complètement rétabli, je te promets que tu travailleras et que tu courras deux fois plus vite que moi.” Mais le corps africain rejeta les membres européens. L’Afrique dit qu’ils sont incompatibles. Les chirurgiens disent que l’Afrique est sortie de l’hôpital trop tôt et que c’est pour cela qu’il y a une hémorragie. Il lui faut une intraveineuse beaucoup plus régulière de sang et d’eau. L’Afrique dit que le sang et l’eau sont trop chers. Les chirurgiens disent : “Mais non, nous avons fait la même chose avec l’Inde, et regarde comme elle court vite.”
Quand l’Afrique se regarda dans le miroir, elle se trouva hideuse. Elle regarda dans les yeux des autres pour voir comment ils la voyaient : il y avait de la révulsion. Cela donna à l’Afrique la permission de s’automutiler et de se haïr. Parfois, quand le monde a le dos tourné, les chirurgiens remuent le couteau dans les plaies de l’Afrique.
Quand elle tombe, les chirurgiens disent : “Vous voyez, on vous avait dit qu’ils n’étaient pas prêts.” Nous ne pouvons pas retourner sur la table d’opération pour réclamer les membres africains. L’Afrique doit apprendre à marcher sur des jambes européennes et à travailler avec des bras européens. Avec le temps, les enfants naîtront avec des corps évolués et avec le temps, l’Afrique évoluera en fonction de sa nature d’ekisode et prendra sa forme la meilleure. Mais celle-ci ne sera ni africaine ni européenne. Alors la douleur s’estompera.

La structure du récit est complexe, il y a de fréquents aller-retour entre le passé et le présent des descendants de Kintu Kidda. Le niveau de langue est accessible et je parle bien entendu de la traduction française mais certains termes en luganda ne sont malheureusement pas traduits. 

 

Christmas

Roman présélectionné pour le Prix les Afriques 2020

Éditeur : Métailié

Date de publication : Août 2019

Nombre de pages : 480

Disponible aux formats papier et numérique 

fleur v1

Publié dans Revue cinéma, Uncategorized

J’ai vu The Grudge et…

Jeudi 23 janvier 2020, 

Je mobilise ma dernière énergie pour finaliser un document pour mon boss quand je reçois un message de mon petit frère. Il m’annonce qu’il y a un film d’horreur à l’affiche, me propose qu’on le regarde. Je lui dis ok sans regarder la bande annonce du film. Je lui fais confiance. C’est mon partenaire de crime, d’horreur je voulais dire. 

Avec lui, j’ai regardé tous les conjuring. Le dernier film qu’on a regardé ensemble était la Nonne. Un film incroyable !!! Dépêchez-vous de le voir. Il doit être sorti en DVD.

Samedi 25 janvier 2020, 

On part à la séance de 18h30. Il préfère la séance de 23h45 mais c’est tard pour moi. Je n’ai pas envie de somnoler au culte de dimanche. De plus, on nous a dit qu’il fallait ne pas trop traîner au dehors en ce moment à Abidjan. Il finit par se laisser dissuader. Si mes arguments ne sont pas trop convaincants, mon autorité de grande sœur m’aide largement. 😀 

On arrive avec quelques minutes de retard. Je ne sais toujours du rien du film. Je le suis donc attentivement pour ne rater aucune information.

 

En 2004, une infirmière, Fiona Landers, assassine son mari et leur petite fille âgée de six ans dans sa demeure en Pennsylvanie. Les Détectives Goodman et Wilson enquêtent sur les meurtres. Mais il s’avère que la résidence est hantée. Peu de temps avant le meurtre, Fiona a fui précipitamment Tokyo après avoir vu les fantômes d’une jeune japonaise, Kayako Saeki, et d’un petit garçon, Toshio, dans un autre domicile inquiétant… Possédée par elle, Fiona tue ses proches avant de se suicider. Désormais, tous ceux et celles qui pénétreront dans sa demeure se verront maudits à leur tour par les fantômes de Kayako et Toshio…

 

l'Afrique écrit

 

Je veux d’abord parler des personnages. Ils ont su incarner leurs rôles avec maestria qu’ils soient principaux ou secondaires. Aucun ne m’a laissé indifférent ou m’a donné l’impression d’être mal à l’aise ou de surjouer. 

Ça a été un plaisir de retrouver Demián Bichir qui a brillamment interprété le rôle du père Burke dans la Nonne

Quid du scénario ?

Le film est raconté dans un ordre non chronologique à travers plusieurs périodes. Il débute en 2006 avec l’arrivée de la Détective Muldoon dans la ville et la découverte du corps sans vie de Lorna Moody dans les bois. Une enquête policière débute et va prendre une allure surnaturelle quand la détective Muldoon apprend que Lorna s’est rendue au 44 Reyburn Drive.

Cette maison est maudite. Une femme y a tué sa fille et son mari avant de se suicider…

On fait des allers-retours entre le présent où la détective Muldoon mène son enquête et les années 2004 – 2005 où l’on fait la connaissance de deux couples : les Spencer et les Matheson. Deux couples qui ont un lien avec le 44 Reyburn Drive.

 

J’ai apprécié l’atmosphère glauque du film, les couleurs sombres, ternes pour installer le décor. On rentre lentement dans le vif du sujet. La chronologie non ordonnée déconcerte au début mais une fois le lien fait entre les différents personnages, on est embarqué.

Les moments de tension sont réussis grâce aux jump scare*, j’ai sursauté à quelques scènes d’horreur mais c’était assez léger pour moi. Je n’ai pas flippé du début à la fin. Il y a eu trop de temps mort pour moi. 😦

 

Je pense que le scénariste aurait dû s’attarder sur Tokyo, là où la malédiction a débuté. Le final est un bon retournement de situation mais je m’attendais à autre chose, à la fin de la malédiction via un exorcisme par exemple.

 

Conclusion

The Grudge est un sympathique film d’horreur mais il n’est définitivement pas un must-see pour moi. 

 

Résultat de recherche d'images pour "note 3 étoiles sur 5""

Quelques images du film 

Résultat de recherche d'images pour "the grudge 2020""

Résultat de recherche d'images pour "the grudge 2020""

 

Résultat de recherche d'images pour "the grudge 2020""

 

*Un jump scare (litt. « saut de peur ») est un principe qui recourt à un changement brutal intégré dans une image, une vidéo ou une application pour effrayer brutalement le spectateur ou utilisateur.

 

GM signature