Publié dans Arrêt sur une oeuvre

La fille du roi araignée – Chibundu Onuzo

Lagos est un univers avec deux planètes, celle des riches et leur luxe affolant et celle des pauvres et leur misère désolante.

Deux planètes qui ne se rencontrent que par l’entremetteur qu’est l’amour.

À dix-sept ans, Abike Johnson, la fille d’un richissime magnat de Lagos, a l’habitude de se laisser porter par l’immense Mercedes noire de son père dans les rues de la ville. Un jour, alors que la voiture est assaillie par des vendeurs à la sauvette, le regard d’Abike croise celui d’un colporteur : jeune, beau, élégant sous ses haillons, il détonne dans la foule. Lui vit dans un quartier mal famé. Tous les jours, il parcourt des kilomètres en vendant des glaces pour subvenir aux besoins de sa sœur et de sa mère. Abike découvre un univers inconnu qui la fascine et invite à son tour le jeune homme dans son monde.

Le colporteur a un surnom mais est désigné par sa profession tout au long du livre. Une façon de le rabaisser, le cantonner à son environnement ?

Le jeune homme est attachant. J’ai apprécié son courage, son dévouement au service de sa famille. Joke, sa petite sœur est une blague à elle seule. Insolente, elle nous apporte quelques moments de rire.

Ce roman relate avec précision le climat social de Lagos : les familles moyennes vivant au-dessus de leurs moyens, les sollicitations financières de la famille élargie qui s’étendent à l’infini, la solitude face aux problèmes financiers et ces riches dont la fortune repose sur corruption, proxénétisme et autres pratiques douteuses.

dav

 

Au début, j’ai cru lire une histoire d’amour young adult sans relief puis est venu le moment où les secrets du passé ont refait surface. La romance s’efface pour laisser la place à un thriller. Nos amoureux doivent choisir leur camp : celui de l’amour ou le rétablissement de la justice.

On a envie d’action. Les masques tombent, les apparences trompent…

Grands manipulateurs et novices en la matière élaborent leurs stratégies.

J’aurais voulu qu’Abby (vous découvrirez qui c’est en lisant le livre) perde à son jeu de séduction, que Runner G sorte glorieux et non honteux de sa vengeance mais l’auteure en a décidé autrement.

Merci à Chibundu Onuzo pour ce voyage divertissant à Lagos. L’alternance des points de vue marqués par un changement de la police d’écriture est un peu déroutante au début mais on finit par s’y habituer.

 

Pour en savoir plus sur le roman, cliquez ICI

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Vol à Vif, Prix ivoire 2017, conte tradi-moderne

Tous les livres ont quelque chose à nous enseigner en particulier ceux qui ont reçu des prix. J’aimerais tous les lire surtout ceux qui ont reçu des distinctions africaines.

Vol à vif, Prix Ivoire 2017 était dans ma wishlist d’anniversaire, grand merci à mon beau-frère qui m’a permis de l’avoir entre mes mains.

l'Afrique écrit

 

Razilna, Papang, Tibaar, Ranono, Jao, Leky et Malout, 7 jeunes hommes réunis pour une mission : voler une centaine de zébus. Ce sont des zahalos, bandits de grand chemin qui volent des troupeaux de zébus. 

Ce n’est pas la première fois que Papang fait le coup avec Razilna, Tibaar oui. Il leur fallait 7 hommes pour la course, 7 étant le chiffre de la réussite, le nombre désigné par les graines du devin-astrologue alors ils ont intégré Tibaar au groupe. Tibaar est un gamin, un adolescent de 17 ans. Il a rejoint le groupe parce qu’il lui fallait 3 zébus pour ses futurs beaux-parents.

Papang est le narrateur initial du récit. Il décrit leur course poursuite dans l’Yshal. Une course intense. Ils sont rattrapés par une compagnie de la garde mobile qui leur demande de se rendre. Nos dahalos refusent et se battent pour garder leur butin. Papang se voit obligé de passer le bâton du narrateur, les circonstances ne lui laissent pas le choix…

Le lecteur fait un saut dans le passé, dix-sept ans plus tôt. La réalité s’évanouit, le fantastique entre en scène et montre ses plus beaux atours. La tradition fait irruption dans la modernité mais n’est-ce pas l’inverse ?

 

Un faiseur de sikid est présenté. Son nom est Iabamino et il protège Péla-Soue et son enfant.

Mais où le lecteur a-t-il atterri ? Dans la tribu des Baar avec ses rites divinatoires.

Pourquoi cette tribu est-elle présentée ? La réponse se tisse au fil des pages. 

 

Lorsque le lecteur retrouve Tibaar, il sait tout de lui. Enfin presque. Il ne sait pas encore comment le jeune homme a rencontré Sana, la fille qu’il s’apprête à marier. Lorsqu’il a la réponse, il découvre un autre secret.  

La surprise fait suite à la tristesse face aux amours contrariés. 

La surprise entraîne la joie, joie d’une famille retrouvée. 

Johary Ravaloson est un bon conteur. J’ai admiré la maturité de sa plume, le tempo lent mais non ennuyeux de son récit. Grâce à lui, j’ai appris l’existence des Dahalos, j’ai découvert le Madagascar ancestral. J’ai apprécié cette mise en avant des coutumes, la préservation de l’identité culturelle, cet apport des connaissances traditionnelles dans l’avancée de la médecine moderne. Celle-ci comble les lacunes de la médecine traditionnelle et vice versa.

Ce livre pour ce qu’il évoque mérite bien une récompense littéraire. Je n’ai lu que 2 des 5 finalistes au prix ivoire 2017 : American Dreamer et Terra Incognita. J’ai apprécié mes lectures mais j’ai été plus séduite par Vol à Vif. 

Je compte lire d’autres œuvres de l’auteur. Aviez-vous déjà entendu parler de lui ?

Connaissiez-vous les Dahalos ?

 

GM signature

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Attention polar : L’esquinte – Edwige Decoux-Lefoul

Résultat de recherche d'images pour "l'esquinte publishroom"

Et tout chavirement entraîne les autres dans une tornade dévastatrice…
De Louise qui parcourt le monde pour se reconstruire. De l’obsession de Sacha Malowsky pour elle, qui le conduira à passer un point de non-retour. Il emportera dans une spirale infernale Joy, la sensuelle cambodgienne, Beth Vian-Zerger, le sosie de Louise et tous ceux qui l’approchent. Son pouvoir de séduction, allié à celui de la manipulation va se conjuguer pour alimenter une machination diabolique : manipuler les gens pour arriver au crime parfait. Sonia Conti, la bombe sexuelle qui vit de ses charmes, Arno Bruchini le mafieux, Pauline Lagarde la jeune attachée de clientèle de la banque et Mady Lebolzec, vieille dame riche et élégante, lui serviront de pions pour arriver à ses fins. Et quelles fins !

Trahison et vengeance, amour et humour, rebondissements et retournements, sexe ; la nature humaine dans tous ses états, bons et mauvais.

l'Afrique écrit

La 4e de couverture m’a fait de l’oeil, j’ai succombé.

Le récit débute avec l’arrière plan familial de Louise. On découvre Katia-la-Russe, sa mère qui  était soit merveilleuse de tendresse envers ses enfants, soit terrifiante de colère. 

Louise a pris sa vie en main très jeune, elle aime sa liberté, le mariage ne fait pas partie de son vocabulaire. C’est une femme qui aime la simplicité contrairement à son copain Sasha. Bel homme, matérialiste et carriériste, il aime les femmes qui lui résistent. 

Sasha, très porté sur le sexe rompt son pacte d’harmonie avec Louise. Cette trahison rappelle à Louise, les mots de sa mère :  « Les histoires d’amour finissent toujours mal. » 

Pour s’oxygéner, Louise décide de partir découvrir de nouveaux horizons. L’auteure a eu la délicatesse de ne pas nous plonger dans un cours ennuyeux de géographie. 🙂

Son détour à Paris lui révèle l’existence de son sosie. Là, mon imagination se met en marche, je me demande qui ça peut bien être et comment cela peut affecter l’intrigue de l’histoire. 

Louise s’éclipse et Sasha entre en scène. Au lecteur, il se présente sans masque. Il ne renie pas son obsession dévorante pour Louise, son égoisme, sa détermination à avoir ce qu’il veut sans penser aux autres. 

J’éprouvais de la pitié pour lui lorsqu’il cherchait à retrouver Louise et se faire pardonner mais j’ai fini par le mépriser lorsqu’il a dévoilé son caractère manipulateur en utilisant Sonia Conti, pour arriver à ses fins. Il s’y connaît en stratagème, c’est un personnage effrayant. 

Dans cette oeuvre, les personnages principaux comme secondaires prennent la parole ne serait-ce que sur quelques lignes. Rassurez-vous ce n’est pas un foutoir, le lecteur ne s’y perd pas. C’est d’ailleurs une belle occasion pour mieux comprendre les motivations des personnages. 

J’ai apprécié les retournements de situation, l’enquête méthodique des policiers. J’ai apprécié la nouvelle vie amoureuse de Louise même si je juge la rencontre très romanesque

J’ai moins apprécié le portrait du commandant Justin Braque que j’ai trouvé un peu caricatural. Il y a également quelques moments de l’histoire qui sont un peu tirés par les cheveux comme la visite de Sonia Conti à Ker Barbouille. 

Ce roman policier n’est pas le top des polars mais l’histoire est assez plaisante à lire. C’est un excellent moyen pour découvrir la Bretagne sans se déplacer, observer sans conséquence la nature humaine avec ses bons et mauvais côtés. 

Merci à Publishroom pour ce service presse. 

Un mensonge c’est une part de liberté qui disparait disait Louise

Beth regarda l’accoutrement de Lilou avec consternation. Beth pensait qu’il fallait aider la nature à embellir les choses, Louise trouvait que la nature était naturellement belle pour la repecter telle qu’elle s’offrait. Elle portait donc un Jean propre, un pull-over irlandais en laine blanc cassé et des courtes bottes en peau de mouton retournée. Contrairement à Beth, elle ne se maquillait pas et ne portait aucun bijou. Louise ne s’encombrait jamais de superflu.

des-details-sur-loeuvre

Maison d’édition : Publishroom

Format : Kindle, Epub

En vente sur Amazon, Publishroom.

Nombre de pages : 247

l'auteur du mois

Née à Combourg, au pied du château de François-René de Chateaubriand, Edwige Decoux-Lefoul vit en Bretagne les trente-cinq premières années de sa vie. C’est dans le Pays bigouden, à Pont-l’Abbé et Loctudy qu’elle ancre sa vie et sa famille. C’est également là qu’elle découvre la joie de faire du bateau et qu’elle en fera sa première source d’inspiration.

Le goût de la lecture et de l’écriture par son lieu de naissance, celui de la mer pour ses loisirs, et ses voyages en Asie et en Indes, l’on conduit, au fil des années, à écrire des récits de voyages, des récits de croisières à bord de la Marie-Madeleine, des biographies privés et des romans meurtriers.

Une œuvre importante et privée est réservée à ses trois petits-enfants. Avant, pendant et après leurs naissances. Elle écrit leurs vies, leurs œuvres, leurs familles, le monde dans lequel ils évoluent, avec ses bonheurs et ses malheurs. Des histoires dont ils sont les héros, des contes, des spectacles et autres carabistouilles.

Elle a fait de la communication et de la formation, son principal métier, l’écriture est devenue sa passion.

Elle partage sa vie entre la Bretagne sa terre natale, la Normandie sa terre d’adoption, Paris où elle habite et Saint-Vaast-La-Hougue, port d’attache de la Marie-Madeleine et de ses amis depuis plus de trente ans.

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Mooh…Mon double

Mooh mon double

Ce qu’en dit l’éditeur 

Plus qu’une alerte, Mooh… mon double, deuxième roman achevé de Jeanne Marie Rosette Abou’ou est un cri qui part du Cameroun lancé à l’endroit de tous les parents et futurs parents du monde entier. De ceux-là qui, loin de militer pour le bonheur intégral de leur progéniture, voudraient quelquefois la conditionner dans le dessein voilé ou dévoilé d’assouvir leur ego, leurs ambitions personnelles ou encore rattraper leurs erreurs. « Mon fils, grâce à toi, tout ce village mangera dans ma main..! »

Plus qu’un cliché, voilà quelques signaux saillants d’un véritable roman controversant à l’intérieur duquel même le lecteur se perd en conjectures. Mais le dessein de l’auteur est de susciter le débat afin que le livre demeure, comme le premier, un véritable donné à penser. 

 

Ce que Grâce Minlibé en dit 

Cette oeuvre affiche les comportements humains qui font plus de mal que de bien, des comportements à l’allure de branches d’un arbre dont les racines sont l’égoïsme.

7 mots la résument :

 

Manipulation

Combien de factures Titima, l’épicier du quartier Eboul-Meyong, n’a t-il pas falsifié ? 

Combien de gens se sont laissé gruger par Akoua le grand sorcier ? Cet homme s’est inventé des pouvoirs mystiques et extorque mille et une choses  à ceux qui implorent son aide en leur miroitant la résolution de leurs soucis. Son entreprise ne connaîtra jamais faillite, des âmes désespérées il y en aura toujours.

Supériorité

Zanga, le père de Mooh n’a qu’une envie, un désir, une obsession : que son fils aîné soit au sommet, ait une vie professionnelle supérieure à tous les autres enfants du village. Il aimerait que son fils soit élevé, admiré, envié mais Mooh, son fils, n’a pas ce trait de caractère. C’est un homme discret, effacé qui se contente de ce qu’il a. Qu’à cela ne tienne ! Zanga s’occupera de l’ascension sociale de son fils en s’endettant jusqu’au cou et en engraissant les esprits fantômes d’Akoua le grand sorcier.

Ce désir de supériorité que Zanga nourrit cache un complexe d’infériorité, une ambition personnelle avortée. Il n’a pas eu le parcours scolaire qu’il désirait…

Oppression 

Face à tant de pression de la part de ses géniteurs, Mooh doute, cède, se perd.

Qui est-il vraiment ? Cette question prend forme dans son esprit, se déforme, devient une ombre hallucinante. Cette question ne suscite pas les vrais réponses chez Mooh. Il s’enferme dans un monde qu’il n’a pas l’habitude de côtoyer et où se mêlent alcool, cigarette, lâcheté, absentéisme professionnel, irresponsabilité. 

Ce Mooh énerve ! On a envie de le secouer, le ramener à l’ordre, lui dire de se conduire en homme, en vrai. 

Abnégation

Face à tant d’égocentrisme, d’égoïsme,  une femme réagit. Bintou, l’épouse de Mooh paye les dettes de son mari au bistrot, prie avec ferveur pour qu’il redevienne le Mooh aimant. Elle fait preuve d’abnégation pour protéger sa famille.

On ne peut s’empêcher de s’identifier à cette épouse et mère dévouée ou de l’admirer. 

Salut 

Il est toujours possible de retrouver son honneur, sa dignité, d’avoir le pardon de son fils qu’on a trahi, d’avoir le pardon de sa femme qu’on a blessée. Il est toujours possible d’avoir une seconde chance, il suffit de reconnaître ses erreurs et de ne pas retourner à ses vomissures. 

Concordance

Nos désirs et leurs moments de réalisation ne concordent souvent pas. Ce qu’on espère ne se réalise souvent pas au moment désiré. Des parents qui s’éteignent avant la promotion professionnelle qu’ils avaient tant désiré, un bonheur aux relents d’amertume…

 

Cocasse

L’intrigue linéaire de cette oeuvre m’aurait ennuyée s’il n’ y avait pas eu la présence de toutes ces situations cocasses : les frasques de Titima, les frasques d’Akoua le grand sorcier. 

 

Mooh … mon double, fiction qui en dit long sur le réel, interpelle les parents aux ambitions démesurées. Il rappelle également que l’homme qui détruit et l’homme qui relève sont les deux facettes d’une seule et même pièce…

 

 

Biographie de l’auteur

Jeanne Marie Rosette Abou’ou est née le 14 août 1969 à Sangmélima, région du Sud-Cameroun. Titulaire d’un Doctorat Ph.D en Droits de l’Homme et Culture de la Paix ; spécialité Gestion des Compétences dans l’Administration Publique. Elle est aussi titulaire d’un DESS en GRH. 

Quelques détails sur l’oeuvre

Nombre de pages : 194

Maison d’édition : Les éditions Fleurus Afrique

 

Quelques citations 

 

Penser pouvoir obtenir le bien pour son enfant en souhaitant que le malheur arrive aux enfants des autres, c’est là la faute !

 

Mais sache que tu peux également te battre toute la vie pour une chose, avec les moyens adéquats sans jamais l’obtenir ! Et c’est à ce niveau qu’intervient la notion de rôle sur terre. Il faut alors tout simplement comprendre que ce que tu veux obtenir n’est pas à toi, ce rôle ne t’était pas attribué. Il s’agit des barrières absolument infranchissables. Si tu les détruis, tu auras attaqué la nature dans son équilibre, et elle en est très jalouse.

Publié dans Psyché

Quand le vice séduit la vertu

le vice séduit la vertu

Elle m’attire… J’exprime mal mon ressentiment, « elle me dérange » sied mieux.

Je n’aime pas mon contraire et sa surface lisse. Je n’aime pas les louanges qu’on lui fait, je n’aime ni sa lumière, ni sa pureté.

Comment faire d’elle mon semblable ?

“Vice : plaisir que l’on n’a pas goûté.”

Non, si je lui parle de plaisir elle essaiera de me démontrer que la vertu en regorge. Vaut mieux que je ne joue pas cette carte.

“Le vice est toujours puni. La vertu aussi.”

Une autre carte à éliminer. Elle me dira qu’elle voudra être punie en ne se reprochant rien. Pfft ! Saleté de vertu ! Toujours à vouloir prôner le bien et à juger le mal !

Elle me dérange !

Que faire pour qu’elle embrasse ma nature et disparaisse à jamais ?

Comment l’approcher ? En lui faisant croire que tout ce qu’on dit sur moi n’est que mensonge ?

Et si …

Je suis peut-être sur la bonne piste. Il n’est pas bête de lui faire croire que je ne suis que le reflet du cœur de celui qui me juge. Je suis le bien pour ceux qui agissent bien et le mal pour ceux agissent mal. Mon argument tient-il la route ?

Ne serait-ce pas plus facile de lui dire que je voudrais être comme elle ? Cela marchera à coup sûr, elle a tellement envie de sauver des vies et rallonger sa liste de partisans !

Pfft ! Saleté de vertu ! Toujours à vouloir prôner le bien et à juger le mal !

Je lui dirai toutes mes bonnes intentions. Elle ne sera pas accompagnée de son ami « le discernement », je pourrai faire d’elle ce que je veux.

Je  ferai tomber ses défenses en louant ses qualités ;  je conterai, le visage attendri, toutes ses merveilles ;  les flatteries bloquent l’accès aux voies de la réflexion.

Je lui dirai de me hisser à son niveau, d’exercer toute son influence sur moi. Elle m’ouvrira ses bras, ensemble nous exécuterons la valse de l’illusion que le temps n’arrêtera pas. Nous fusionnerons, collé-serré, nous danserons. Je lui ouvrirai mon intimité pour effacer sa particularité.

J’épuiserai ses forces, je changerai son visage immaculé. Je lui donnerai ce qu’elle a toujours rejeté en moi.

Quand dans mes yeux, elle lira enfin le mal, son cœur sera déjà rempli de moi…

© Grâce Minlibé – Copie interdite sans autorisation de l’auteure.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Tchat sous un toit brûlant

Un jeune lycéen du quartier Cocody, Paterne tchatte avec un correspondant en France et se vante d’une relation solide avec un « benguiss » auprès de ses deux meilleurs potes de lycée. 

Tiburce détective privé à Abidjan et son adjoint Marcel sont mis au défi par leur ami Bamba commissaire de police pour mener une enquête sur un meurtre étrange. Cissé Fini un ex-petit lieutenant de la rébellion a été retrouvé inanimé dans un hôtel de complaisance de Marcory. 

Un ancien émissaire d’une ONG, André revient à Abidjan cinq années après un retour en France non programmé mais que les événements de novembre 2004 ont précipité. 

A Bassam dans la mine de Tongin ou à Bouaké un serial killer épris de justice personnelle et de mise en scène macabre. Tiburce fait appel à son ami Sosthène de Mérignac détective parisien afin de l’aider dans ses investigations nébuleuses.

Si le lien entre tous ses personnages semble peu plausible l’Internet aura fortement contribué à les fédérer. Par d’étranges arcanes, le destin de chacun de ces protagonistes croise celui de l’autre à un moment de leurs parcours. 

Le style du roman est vif, les intrigues s’entremêlent ,le lecteur est convié à une narration au rythme cinématographique. 

Humour et cauchemar sont au rendez-vous, drame et dérision se liant en un ballet macabre, une sorte de « tchat chacha » au rythme à la fois langoureux et destructeur. 

tchat sous un toit brûlant

Internet, fenêtre ouverte sur le monde, lieu d’échange, lieu du savoir, lieu du vice, bulle de mensonge…

Flirt virtuel entre un jeune lycéen résidant en Côte d’Ivoire et un homme mûr résidant en France, détective privé sur les traces d’un cambrioleur fantôme, des péripéties qui nous conduisent lentement au nœud de l’histoire…

Tchat sous un toit brûlant est une enquête policière qui a pour toile de fond la guerre civile ivoirienne de 2002. D’anciens rebelles, reconvertis en opérateurs économiques prospères, sont tués. Quel est le mobile du crime : réparation d’injustice, règlement de compte ?

Les détectives Tiburce, Marcel, Sosthène de Mérignac et l’équipe du commissaire Bamba inspectent, suspectent, examinent, interrogent, s’interrogent, dévoilent.

Ils nous font douter, nous rassurent puis nous font douter encore. L’auteur fixe nos yeux sur un présumé suspect, on est convaincu qu’il est bel et bien l’auteur des crimes jusqu’à l’instant où le véritable criminel est démasqué.

Ce roman policier raconte et montre ce qu’est devenue la Côte d’Ivoire après sa crise politique de 2002, ses bons et mauvais côtés : sa joie de vivre et son hospitalité qu’elle a préservées, ses villes et villages aux visages changés, l’état de ses infrastructures, le changement de la structure des forces de l’ordre où l’on compte d’anciens rebelles. Les victimes de la guerre vivent avec les abus et violences subis et n’obtiennent pas justice, les coupables échappent à la justice et s’enrichissent en toute impunité.

Le lecteur ne connaissant rien de la Côte d’Ivoire trouvera en ce livre un véritable guide touristique. L’auteur s’est attelé à faire des descriptions fines de chaque endroit visité par les personnages.

J’ai apprécié revisiter mon pays et ses belles couleurs, j’ai éprouvé de la peine  et un fort sentiment d’injustice à l’évocation des pertes en vies humaines et des meurtriers toujours en liberté.

L’épicurisme est très présent dans ce roman, d’André à Vandy en passant par Sosthène de Mérignac.

extrait tchat sous un toit brûlant

Parlant des personnages, j’aurais aimé que le détail de la vie des enquêteurs Tiburce et Sosthène de Mérignac prennent plus de place dans le roman que celles de Paterne et ses amis.

L’auteur utilise le nouchi (langage ivorien) à certains moments du récit. A certains endroits, je l’ai senti comme un morceau de vieux tissu raccommodé sur une pièce de tissu neuve.

 

En résumé, j’ai apprécié ma lecture de Tchat sous un toit brûlant mais j’aurais aimé lire une histoire plus épicée, plus intense. Contrairement à ce que dit la 4ème de couverture, je n’ai pas trouvé la narration très cinématographique.

C’est le premier livre de la « Collection Enigmas«  des Editions NEI-CEDA que je lis.

Visitez la page et déterminez ma prochaine lecture. 🙂

Jean-Pierre Tardavel
Jean-Pierre Tardivel à l’une de ses dédicaces à Abidjan
Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Et tu seras mon homme

Huit femmes, huit histoires. Et pourtant, on aurait dit qu’il s’agit du chemin d’une seule et même personne. Elles ne partagent certes pas le même problème ; elles ne vivent certainement pas les mêmes situations, mais elles demeurent prises dans les mêmes pièges, confrontées aux mêmes soucis : le rejet, la solitude, la trahison. Elles vivent ces choses de la même manière. Elles sont vulnérables quand bien même elles paraissent fortes. Elles ont besoin d’amour et n’osent pas le dire très fort. Elles gardent en elles-mêmes ces frustrations, ces désirs inassouvis. Il y a aussi celles qui mènent le combat, aveu d’une impuissance non résignée. Prouver qu’elles sont fortes. Prouver qu’elles peuvent tout. Elles ont l’arme douce et fatale qui vient à bout de la bravoure et la fougue masculines, de la grandeur et l’orgueil des hommes…

Et tu seras mon homme

Oumou est la première femme à se confesser, la plus longue aussi ; son récit est dense  et constitue la moitié du livre.

Oumou est une femme envieuse, qui désire l’ascension sociale quitte à trahir ses valeurs familiales et l’amitié …

Oumou ne veut pas ressembler à sa mère qui a aimé son père et subi peines, coups, humiliations et frustrations. Elle ne veut pas dépendre sentimentalement d’un homme, elle veut être une femme forte qui maîtrise ses sentiments mais…

 

Le récit d’Oumou est banal. La fille issue d’une famille modeste qui développe une forte amitié avec une fille issue d’une famille riche la fille envieuse qui cocufie sa meilleure amie, la femme qui n’est pas aimée de l’homme qu’elle aime et qui n’aime pas l’homme qui l’aime, la femme qui  se sert des sentiments d’un homme pour parvenir à l’ascension sociale, la femme rattrapée par son karma, tous les faits cités sont connus du commun des mortels, revisités par les écrivains.

Le fond de l’histoire est banal mais leur valeur ajoutée réside dans le style de l’auteur, sa façon  de donner vie aux mots, de les chanter presque.

 

« Il a suffi de peu pour que lui, le Directeur Général, la terreur des employés de la renommée polyclinique Saints Anges des Monts, l’homme de fer intraitable en affaires et dévoué pour sa chère Adélaïde, rampe à mes pieds, me suppliant de lui donner même pas mon amour, juste un échantillon de moi, une goutte, un espoir. En retour, lui me donnerait tout, serait moins que mon esclave, plus que mon protecteur, il serait le tapis sur lequel j’essuie mes pieds en sortant de la douche, la poubelle où je jette mes chewing-gums trop longtemps mâchouillés, le drap sur lequel je me couche, la gamelle de mon chat. Qu’il ne s’inquiète pas, il sera bien moins que ça. Il sera mon homme. »

 

« Pense-t-elle vraiment que je sois femme à me confier à n’importe qui ? Connaît-elle le pouvoir de l’aveu que l’on fait à autrui ? C’est une redoutable épée que l’on confie, les genoux fléchis et la nuque offerte, à celui qui, debout au-dessus de notre tête, jugera de la trancher avec ou non. »

Le récit est joliment raconté, c’est une porte qu’on a envie d’ouvrir pour découvrir ce qui se cache derrière.

Après l’histoire d’Oumou,  viennent sept autres confessions de femmes, de brefs récits.

 

Dans « Prick Teaser », Zeinab parle avec douceur, sensualité d’un homme, objet de ses fantasmes et qui n’est pas son mari. Elle cherche son homme dans un autre. Au début, le récit nous laisse entrevoir une certaine passion, une certaine tension mais l’intérêt tombe brusquement à la fin. J’aurais voulu que la fin de l’histoire soit plus épicée, un peu relevée.

 

« La voleuse volée » m’a arraché quelques sourires, je l’ai trouvée assez originale.

 

« Chemin de vie » est l’histoire la plus émouvante. Un breuvage amer mais tellement bon. Elle rappelle combien la vie est imprévisible, combien un acte aussi minime qu’il soit peut avoir de terribles conséquences.

Cette histoire infuse la rage de vivre et nous rappelle qu’il faut continuer à vivre même si le destin nous oblige à être plus bas que terre …

 

« La voilée », confession d’une femme qui a trompé son mari et est jugée pour son «crime».  La note d’humour jouée dans le texte le rend vivant, la chute est inattendue mais j’ai été un peu déçue. Je ne m’attendais pas à cette orientation du texte.

 

J’ai bien aimé «Arghhhhh !!!! » pour son côté poétique, rêveur et pour cette chute un peu prévisible mais que l’auteur a su amener avec habileté.

 

« Feuille de menthe » a l’allure d’un poème en prose, je ne l’ai pas lu comme un récit. C’est la confession d’une femme en proie à ses souvenirs, son chagrin d’amour.  C’est une douce lecture.

« Qu’importe », confession d’une femme qui rejoint son défunt amant, est aussi une douce lecture. J’ai bien aimé le tempo de ce récit, son côté traînant  qui s’accorde bien avec la mer qui sert de cadre spatial à l’histoire.

 

En somme, j’ai passé un agréable moment de lecture. Le livre se lit très vite (121 pages) ET l’auteur a une belle plume.

 

Stella Sanogoh est l’une des vaillantes promotrices de la culture ivoirienne. Vous pouvez retrouver ses actions littéraires sur son site et sa page Facebook.