Publié dans Arrêt sur une oeuvre

La dernière des Stanfield – Marc Levy

 

Résultat de recherche d'images pour "la dernière des stanfield"

 

  • Mon père, j’ai quelque chose à confesser.
  • Quoi donc ma fille ?
  • Je viens de lire un roman de Marc Levy.
  • Sacrilège ! 
  • Je suis toute honteuse mon père, moi qui l’avais placé dans le top 10 des auteurs à ne plus relire parce qu’il m’avait déçue avec deux œuvres
  • Ça arrive ma fille. Mais dis-moi, regrettes-tu ta lecture ?

Réponse dans les lignes qui suivent

 

resume-de-loeuvre

 

Ma vie a changé un matin alors que j’ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m’apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.
L’auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m’ordonnait de ne parler de cette histoire à personne.
J’avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l’été s’achevait et j’étais encore loin d’avoir fait mon deuil.
Qu’auriez-vous fait à ma place ?
Probablement la même erreur que moi.

Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.
George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec.
Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits.
Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.
L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.
Quel est le lien qui les unit ?
Quel crime leurs mères ont-elles commis ?
Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?
Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

mon-avis-de-lecture

Les premières lignes commencent avec une note de fraîcheur, je retrouve l’ambiance et la légèreté des chick-lit. Puis, après avoir fait connaissance avec la famille folle d’Eleanor-Rigby, je me retrouve dans l’univers mystérieux des thriller, romans policiers.

L’auteur a su me communiquer l’envie d’Eleanor-Rigby, sa quête de vérité. J’ai apprécié ce jeu de piste, je ne voulais pas arrêter ma lecture sans avoir découvert ce corbeau et reconstitué la vérité. 

On avance d’interrogations en découvertes. J’ai découvert assez tôt le lien qui unissait Eleanor-Rigby et George-Harrison mais il m’a fallu un peu de temps pour découvrir le trésor que l’une des mères avait gardé et qui était le père de George-Harrison. 

J’ai apprécié ces voyages entre Londres, Baltimore, Montauban ; entre le passé et le présent.  J’ai aimé l’alternance des points de vue, le fait que plusieurs personnes révèlent un bout de la vérité. Chacun de nous détient une part de vérité 🙂

Je me suis attaché à trois personnages : Michel, le frère d’Eleanor-Rigby, pour ses interventions très « philosophiques », George-Harrison pour son pragmatisme, May pour son authenticité, ses déconvenues en amour. 

La dernière des Stanfield souligne l’importance d’une famille unie et des amitiés fortes pour se construire. 

Il se lit aisément grâce au style fluide de l’auteur. Il offre une lecture assez intéressante mais ce n’est pas une histoire bouleversante, extraordinaire. Il m’a manqué un rythme haletant, des émotions fortes, du suspens.

Pour une fois, je n’ai pas fermé un roman de Marc levy sans regretter le temps passé à le lire et rien que pour ça je dis : Bravo à l’auteur !

Continuez sur cette lancée, Marc Levy et je finirai par être votre groupie, qui sait ? 😀

des-details-sur-loeuvre

Parution : 20 Avril 2017
Maison d’édition : Robert Laffont
Nombre de pages : 480
Prix : 21,90 €

lauteur

Après avoir passé six ans à la Croix Rouge et dirigé un cabinet d’architectes, Marc Levy publie son premier roman Et si c’était vrai aux Éditions Robert Laffont en 2000. Ce roman connaît un succès immédiat en France ainsi qu’à l’étranger, et est adapté au cinéma en 2005 par Dreamworks. Depuis, Marc Levy a écrit 17 romans. Il est traduit en 49 langues, et les ventes de tous ses romans ont dépassé les 40 millions d’exemplaires dans le monde.

Vous avez déjà lu Marc Levy ? Lequel de ses livres avez-vous adoré ? Détesté ?

fleur v1

Publié dans Panaché

Top Ten Tuesday 1 : Les 10 auteurs dont vous ne relirez plus de romans d’eux

Photo

Me revoilà pour un nouveau rendez-vous hebdomadaire : Le Top Ten  Tuesday !

Je ne sais pas pour vous mais moi, j’aime bien les nouveautés. 

Meryl Streep hell yes

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog Frogzine.

Photo

 Les 10 auteurs dont vous ne relirez plus de romans d’eux
1. Isaie Biton Koulibaly, un écrivain ivoirien dont l’absence d’originalité dans ses romans m’a lassée. 
Résultat de recherche d'images pour "isaie biton koulibaly"
2. Douglas Kennedy, je n’ai pas du tout aimé Murmurer à l’oreille des femmes. Je l’ai rayé de ma liste d’auteurs. 
Résultat de recherche d'images pour "douglas kennedy"
3. Sylvie Granotier, je n’ai pas du tout aimé Tuer n’est pas jouer.
Résultat de recherche d'images
4. Patrick Modiano, je me suis ennuyé avec Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier.
Résultat de recherche d'images pour "patrick modiano"
5. Olivier Poivre d’Arvor. L’amour à trois ne m’a pas donné l’envie de connaître davantage sa plume.
Olivier Poivre d'Arvor
6. Marie Ndiaye, ses romans que j’ai lus ont tellement été complexes que je préfère prévenir une éventuelle déception. 
Résultat de recherche d'images pour "marie n'diaye"
7. Anna Gavalda,j’ai apprécié La vie en mieux mais je n’ai pas été bouleversée. je n’ai pas envie de retenter une autre aventure livresque avec elle. 
Résultat de recherche d'images pour "anna gavalda"
8. Alain Mabanckou, je l’aime beaucoup mais mon intuition me dit qu’il n’arrivera plus à m’étonner avec ses prochaines oeuvres.
Résultat de recherche d'images pour "henri mabankou"
9. Marc Levy, j’ai plus ou moins apprécié  toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites et je me suis terriblement ennuyé avec Le voleur d’ombresJe ne juge pas utile de découvrir l’auteur encore plus.
Résultat de recherche d'images pour "marc levy"
10. Alice Munro, j’ai plus ou moins apprécié deux de ses oeuvres que j’ai lus. Je ne juge pas vital de lire une troisième. 
Résultat de recherche d'images pour "alice munro"
Quels auteurs ne relirez-vous plus ? 
signature coeur graceminlibe