Publié dans Arrêt sur une oeuvre

A Bundle of Joy, book 2: The baby proposal- Roxy Wilson

Elle va avoir un bébé…

Selene Alexis est une récente victime des mesures de réduction des coûts de son entreprise. Avec une sœur à charge et aucun parent proche pour lui prêter main forte, elle saisit l’opportunité de devenir mère porteuse. En tombant enceinte, elle pourra faire face à ses dépenses mensuelles et réduire un peu ses dettes, au moins pour les neuf prochains mois.

Il lui fait une proposition…

Triston Walker, un ancien soldat, a du mal à s’adapter à la vie civile après des périodes de service en Afghanistan et en Irak. Revoir Selene, la fille qu’il a laissée derrière lui pour servir son pays, est une bouffée d’air frais, jusqu’à ce qu’il réalise qu’elle est enceinte. Il n’a jamais cessé d’être amoureux d’elle, il veut renouer avec elle. Il propose donc une solution à long terme aux malheurs actuels de Selene: le mariage.

Une offre alléchante qu’elle ne peut refuser…

Alors que les hormones de Selene sont en ébullition, que la date de son accouchement approche à grands pas et qu’elle doute des sentiments de Triston à son égard, peut-elle se faire confiance pour prendre la bonne décision ? Va-t-elle faire le grand saut ou détruire les rêves de Triston de vivre avec elle pour toujours ?

Selene a 24 ans, diplômée depuis 2 ans, elle perd son job en tant qu’assistante éditoriale dans un magazine local que personne ne lit. Selene est orpheline, avec une petite sœur à charge.

Après une recherche infructueuse d’un nouveau poste, elle décide de répondre à l’annonce de Megan et Warren Stevens. Ce couple cherche une mère porteuse, tous deux ne pouvant concevoir.

Selene s’attendait à n’être qu’un ventre hôte mais elle va devoir donner en plus de son utérus, ses ovules. Elle sera liée biologiquement au bébé, elle se pose des questions mais très vite la pile de factures qui l’attend l’amène à dire oui à la proposition du couple Stevens.

Selene rentre complètement dans son rôle de mère porteuse quand Triston, son copain d’adolescence refait surface, six ans après l’avoir larguée pour entrer dans l’armée.

Il ne l’a pas oubliée et elle non plus. Leur relation a duré 4 ans même si elle a pris place dans le temps de l’insouciance.

Mais entre eux, il n’y a pas que le passé et la rupture douloureuse, il y a maintenant un bébé.

C’est cette inéquation qui m’a poussée à lire ce livre. Comment être un couple avec un enfant qui n’est pas le nôtre ?

J’ai passé un très bon moment de lecture à cause du thème traité à savoir la gestation pour autrui et ses conséquences mais aussi de l’histoire d’amour qui renaît de ses cendres. Selene et Triston sont un beau modèle de couple. Triston épaule son amoureuse durant sa grossesse et Selene le soutient dans ses troubles post-traumatiques causés par la guerre.

Il y a de l’émotion, quelques rebondissements causés par le couple Megan et Warren Stevens. J’ai eu envie de les étrangler !

Le suspense est léger car on sait qu’il y aura une issue heureuse. J’enlève quelques points à cette sympathique romance pour le langage cru au niveau des scènes de sexe.

Je ne continuerai pas la saga parce que j’ai déjà rencontré les intrigues dans mes lectures mais je suis ravie d’avoir découvert la plume de cette auteure.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

A Bundle of Joy, book 1: Baby Wanted – Roxy Wilson

Son horloge biologique fait tic-tac…

Heather Lovey a presque 35 ans, et elle veut ardemment un bébé. Sans perspective en vue, elle se tourne vers Sean Johnson, son meilleur ami depuis leur première année de lycée.

Ses sentiments pour elle sont durables…

Sean est amoureux d’Heather depuis toujours, mais elle l’a toujours maintenu dans la friendzone. Quand elle lui propose d’être le père de son enfant, il saute sur l’occasion, espérant qu’un bébé mènera à une romance durable. Il demande une faveur en retour : qu’ils aient un bébé en tant que couple marié. Elle est libre de divorcer après un an.

Le temps qu’ils passent ensemble est éphémère…

Le mariage est la dernière chose à laquelle pense Heather. Elle ne veut que l’amour inconditionnel qu’un enfant peut donner, ce qui lui a manqué pendant ses années de foyer d’accueil. Elle accepte de donner un an à Sean dans ce mariage fictif, sans penser que cela pourrait se transformer en quelque chose de bien plus important. Un an suffira-t-il à Sean pour changer la façon de penser d’Heather et faire de leur mariage un mariage durable ?

Heather est une enfant adoptée. Elle cherche quelqu’un à aimer et qui l’aimera de façon inconditionnelle : un enfant. Elle n’a pas besoin d’un homme dans sa vie sauf pour pouvoir la mettre enceinte. Son envie féroce d’avoir un bébé m’a attristée. Je trouve dommage qu’on en fasse une obsession mais à chacune ses envies et son horloge interne. 🙂

Heather et Sean ce sont d’abord des meilleurs amis. J’ai apprécié leur complicité. Leur amitié date d’il y a 20 ans mais j’ai eu l’impression qu’elle était récente. Il me manquait des habitudes. Je pense par exemple qu’Heather aurait dû deviner quand son meilleur ami lui cachait quelque chose.

Le mariage ne vient pas détruire leur complicité, il la renforce. Ils forment un couple mignon même si Heather ne les considère pas comme tels. Ils nous communiquent des émotions tendres et exposent des scènes torrides.

J’en profite pour parler de sexualité dans les romances, je trouve que consacrer presqu’un chapitre aux ébats sexuels, c’est inutile pour un couple, première fois ou pas.

Sean est un excellent compagnon. Il est à côté d’Heather, l’entourant de soins et de tendresse. Il essaie à sa manière de montrer son amour à Heather au-delà de l’amitié.

J’aurais aimé qu’Heather se rende progressivement compte des sentiments qu’elle éprouve pour Sean.

L’auteure évoque divers aspects de la maternité : l’enfant qu’on porte pour soi, un enfant qu’on porte pour les autres, le deuil d’un enfant.

Parlons de la couverture

Détail insignifiant mais l’héroïne a des cheveux courts selon Sean. J’aurais aimé que cela soit représenté sur la couverture.

Lecture en VO

La romance n’est pas encore traduite en français. J’ai découvert pas mal de mots à commencer par le titre de la saga qui signifie petit trésor ou petit ange en parlant des bébés.

La saga

La saga comporte 5 tomes et 3 héroïnes des prochains tomes sont présentées dans ce tome. Elles développent avec Heather des liens d’amitié. L’histoire de Selene est celle qui m’intéresse le plus. Une intrigue originale pour moi : j’ai rarement rencontré des mères porteuses dans mes lectures.

Vous lisez quoi aujourd’hui ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Nouvelles du monde #7 : Réunion

« Miniatures » fait escale sur la Route des Indes, en plein océan Indien, dans les Mascareignes, dans l’ancienne Île Bourbon. Le monde entier est passé par là pendant cinq siècles. Tout comme la Guadeloupe ou la Martinique, La Réunion a été le lieu d’un vaste brassage. Témoignant de tous les trafics qui s’y sont pratiqués, sa population es issue de Madagascar (les Malgaches), de l’est de l’Afrique (les Africains), de l’ouest et du sud-est de l’Inde, le Gujarat (les Zarabes) et le Tamil Nadu (les Tamouls) ainsi que du sud de la Chine, notamment de Guangzhou (Canton) et bien sûr d’Europe. Cela fait de cette île un concentré de tout, une planète-terre miniature où l’Europe, l’Asie, le monde arabe et l’Afrique co-existent. Cette position indianocéanique, au carrefour des routes commerciales d’autrefois, en a fait ce qu’elle est aujourd’hui. Insularité, discriminations raciales, famille, maternité, adultère : tels sont les thèmes vitaux abordés dans les six nouvelles de ce recueil. Avec pour toile de fond la nature spectaculaire de cette île : son volcan, ses forêts, ses plaines et plateaux d’altitude, sa flore et sa faune exceptionnels.

La Réunion est une île-monde. Sa littérature est aussi, d’une certaine façon, une littérature-monde.

Mon tour du monde littéraire continue. Aujourd’hui, Cap sur l’île de la Réunion avec ce recueil de nouvelles reçu dans mon swap sur le thé.

Ce recueil de six nouvelles est majoritairement composé de plumes féminines. Commençons par celle qui a été mon coup de cœur tant au niveau de la forme que du fond.

Meurtre dans un jardin – Isabelle Hoarau-Joly

Irma est mariée à Romain, un homme addict à l’alcool. Son mariage tourne au vinaigre, leur amour s’est perdu dans les vapeurs du rhum. Irma se plaint à sa belle-mère mais cette dernière qui a élevé son fils au rang de Dieu rejette l’addiction de son fils sur sa bru.

Irma songe à quitter son mari, mais sans travail et revenu, où irait-elle ?

Sa famille la traiterait d’idiote et refuserait de l’héberger. Combien rêvaient d’un mari fonctionnaire ? Personne ne comprendrait ! Il y avait tant de femmes, dont sa mère qui avait enduré toute une vie un homme qu’elle n’aimait plus, pour qui il ne restait que l’habitude du quotidien: une laisse à laquelle on est attaché ! On s’y accroche par peur de l’inconnu ou du qu’en-dira-t-on !

Irma subit son mariage et s’évade dans son jardin. Son jardin est son paradis, en opposition à l’enfer de la maison. Mais dans ce paradis, un être va mourir.

Une nouvelle alliant français courant et familier. Une nouvelle olfactive et visuelle. On se projette dans le jardin d’ Irma.

Avant le cri, il y a la faute – Jean-François Samlong

« Si le bonheur s’arrête en chemin, se dit-il, le malheur jamais ; il fonce droit sur vous. »

Un fiancé déshonoré par sa promise, un père qui tente d’éviter la survenance du pire, du malheur. Mais je ne suis pas sûre d’avoir compris le fin mot de cette nouvelle.

Le gouffre – Monique Merabet

Le récit a pour cadre spacio-temporel, l’étang-salé, une commune de la Réunion, en 2001. Le narrateur s’appelle Garou. Brebis galeuse, il a été mis au rebut par le reste de sa famille après la mort de sa mère, expatrié dans un orphelinat de la Creuse. C’est un jeune homme que la guigne poursuit. Sympathique histoire avec une chute digne d’une nouvelle.

Le pays paille-en-queue – François Dijoux

La faune, la flore de l’île de la réunion, les villages de l’île de la Réunion sont présentés au lecteur. Ce dernier a même droit à un rappel historique sur l’Îlet-à-Cordes.

Léontine est le personnage principal de cette nouvelle. Elle a conservé la tradition immémoriale des brodeuses venues de Bretagne et son unique motif est la paille-en-queue. Elle évoque sa vie avec Vivian, sa solitude après sa mort et le départ de ses enfants, une fois, adultes.

Madame sans-langue – Monique Séverin

Une nouvelle qui débute par un prologue où une femme demande pardon aux femmes qui ont perdu un enfant. Elle les supplie de pardonner celle qui pleure un fils vivant.

Madame-sans-langue est le personnage central du récit. Une femme à qui l’on a arraché un enfant. Une histoire sur la maternité, la discrimination raciale. Je ne suis pas sûre d’avoir compris tous les contours du récit. J’espère qu’il y aura d’autres avis de lecture sur ce recueil pour découvrir ce qui m’a échappé.

Une sauvageonne chez Molière – Monique Agénor

Une jeune femme se voit refuser un rôle dans un théâtre car elle n’a pas la gueule de l’emploi. Ses cheveux sont frisés, son teint soutenu, son nez inexistant, son accent qui vient de je ne sais où pour reprendre les dires du Directeur.

Une jeune femme qui va prendre sa plus belle revanche. Le lecteur a droit à un rappel historique sur la semaine sanglante.

Nouvelles de la Réunion a été une lecture moyenne dans l’ensemble mais j’ai apprécié ce voyage virtuel de la Réunion. La nature spectaculaire de cette île est très bien décrite.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Reste avec moi – Ayobami Adebayo

Yejide espère un miracle. Un enfant. C’est ce que son mari attend, ce que sa belle famille attend, et elle a tout essayé. Mais quand une délégation familiale se présente à sa porte escortant une jeune femme, son univers vacille. Accepter une seconde épouse, c’est au-dessus de ses forces.

l'Afrique écrit

Le récit débute à Jos en décembre 2008. Une femme s’adresse à un homme. Elle évoque le passé, un passé commun. 

Au 2e chapitre, le lecteur est projeté vers ce passé. Saut en arrière de 23 ans à Ilesha. La narratrice raconte son histoire à la première personne. Un moyen pour permettre au lecteur d’être au plus près de ses sentiments et pensées. 

Yejide est mariée à Akin. Elle n’arrive pas à concevoir et c’est un drame pour sa famille. Un jour, Iya Martha_l’une des quatre mères_ et Baba Lola, l’oncle de son mari viennent lui présenter Funmi, sa co-épouse. Ils sont persuadés qu’une fois que Funmi tombera enceinte, Yejide pourra, elle aussi, connaître les joies de la maternité.

L’atmosphère du récit est sombre même s’il y a quelques instants de rire. Le rythme du récit est lent mais les drames successifs de Yejide sont tellement poignants qu’on s’accroche à son histoire jusqu’au point final.

J’ai trouvé que les rebondissements étaient dignes d’un scénario de Nollywood. 😀

Akin est le narrateur secondaire. Il nous présente par moment ses pensées, les difficultés que traverse son mariage en raison de l’absence d’un être capital dans une famille : un enfant.

Je suis tombé amoureux de Yejide dès le premier instant. Aucun doute là-dessus non plus. Mais même l’amour est impuissant face à certaines choses. Avant de me marier, je croyais que l’amour était capable de déplacer des montagnes. Je ne tardai pas à comprendre qu’il ne pouvait pas supporter le poids de quatre années sans enfant. Si le fardeau est trop lourd et demeure trop longtemps, même l’amour ploie, se fend, manque de se briser et parfois se brise. Mais ce n’est pas parce qu’il est en mille morceaux à vos pieds que ce n’est plus de l’amour.
Au bout de quatre ans, j’étais le seul à accorder encore de l’importance à l’amour. Ma mère s’en fichait. Elle n’avait que mon devoir de fils aîné à la bouche.

J’ai apprécié cette alternance de points de vue inégale même si j’aurais aimé qu’elle soit indiquée et que le lecteur n’ait pas à se demander à chaque fois qui est le narrateur dans ce chapitre.

Les thèmes abordés dans ce roman sont divers et variés: la figure de la mère dans la société nigériane, le caractère sacré de la descendance, le désir de maternité mais aussi de paternité vécus sous différents angles, les secrets de famille/couple, les maladies génétiques héréditaires avec pour toile de fond les troubles politiques qui secouent le pays dans les années 80-90. 

L’ouvrage accessible offre un récit vivant avec beaucoup de dialogues. Sa fluidité m’a permis de le lire en 16 heures. 

Christmas

Éditeur :Editions Charleston

Date de publication : Janvier 2019

Nombre de pages : 315

Disponible aux formats papier (grand format et poche) et numérique 

Roman finaliste du Prix les Afriques 2020

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Un appartement à Paris offert par Guillaume Musso

SG_CORRECTION 4 -UN APPARTEMENT.indd

 

« L’art est un mensonge qui dit la vérité… »

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

 

l'Afrique écrit

Le dernier roman de Guillaume Musso  que j’ai lu date de 2012. C’est donc avec un réel plaisir que j’ai débuté ce roman. Mon plaisir s’est décuplé quand j’ai retrouvé Madeline de l’appel de l’ange. Elle n’est plus avec Jonathan Lempereur et même si j’ai eu un pincement au cœur parce que j’avais apprécié leur couple, leur séparation est « réaliste ». La vie n’est pas toujours un conte de fées. Dans la vraie vie, les couples se font et se défont souvent à la vitesse de la lumière. Un jour on aime et l’autre plus du tout.

Avec sa rencontre avec Gaspard (OMG ! Pourquoi ce prénom ?!), on pense que l’auteur va lui donner une nouvelle chance en amour, nous servir une belle comédie romantique. On pense que tout va se jouer dans cet appartement qu’ils doivent partager mais l’auteur déjoue nos plans et de fort belle manière.

Tout va se jouer dans cet appartement mais pas pour les raisons auxquelles nous pensons. Madeline et Gaspard (OMG ! Pourquoi ce prénom ?!) ne se retrouvent pas dans n’importe quel appartement. Il s’agit de celui d’un peintre mondialement connu : Sean Lorenz.

Un peintre mystérieux doté d’un génie déconcertant et dont la vie privée est une tragédie. Ce peintre va les reprocher, les mener vers un chemin sombre et faire d’eux un duo de choc. 

J’ai eu un peu de mal à trouver ma place dans les 200 premières pages. Il y avait trop de descriptions et de références à mon goût. J’ai eu l’impression de me retrouver dans un cours d’initiation à la peinture ou un cours prétentieux de sciences. J’ai reçu trop d’informations culturelles et j’ignorais quoi en faire. Musso voulait-il faire étalage de sa culture ? 

La suite du récit est plus addictive. On découvre la vraie histoire derrière les trois tableaux disparus. Il y a des cadavres dans le placard… On plonge dans l’abîme, la noirceur de l’âme humaine. On cherche comme Gaspard (OMG ! Pourquoi ce prénom ?!) une lueur d’espoir.

L’intrigue est prenante. Des rebondissements, du suspense, des surprises, il y en a. On s’associe au duo de choc pour résoudre l’enquête policière, élucider les mystères, faire jaillir la vérité. L’auteur brouille les pistes et on adore ça. On ne s’ennuie pas du tout.

Un appartement à Paris évoque l’amour déçu, l’amour déchu, la trahison de l’être qu’on chérit, idéalise. Il évoque les souffrances qu’on endure, qu’on cache et qui se métamorphosent, faute de lumière, en ténèbres. 

Le récit est sombre mais il s’achève avec une belle note d’espoir. J’ai beaucoup aimé cette fin « ensoleillée » qui annonce un renouveau. 

J’ai apprécié ces réflexions sur la paternité et la maternité. Le désir de maternité de Madeline m’a touchée, l’amour inconditionnel que portait Sean Lorenz à son fils également. 

Le récit a un caractère rocambolesque, il y a en effet certaines invraisemblances comme l’effraction à l’école mais ça n’ôte pas le caractère plaisant de l’oeuvre. Je n’irai pas jusqu’à le recommander parce que ce n’est pas un coup de cœur mais il offre un bon moment d’évasion.  

des-details-sur-loeuvre

  • Broché : 484 pages
  • Editeur : XO
  • Date de publication : 30 mars 2017

Pour lire l’interview de Guillaume Musso, cliquez ICI

Extrait : Mais notre vie de famille m’a fait comprendre quelque chose. Avoir un enfant estompe toute la noirceur que tu as dû endurer auparavant. L’absurdité du monde, sa laideur, la bêtise abyssale d’une bonne moitié de l’humanité et la lâcheté de tous ceux qui chassent en meute. Lorsque tu as un enfant, d’un seul coup, tes étoiles s’alignent dans le ciel. Toutes tes erreurs, toutes tes errances, toutes tes fautes sont rachetées par la simple grâce de la lumière dans un regard

Je me lance dans la fille de Brooklyn. A votre avis, est-ce une bonne idée ? 🙂

signature coeur graceminlibe