Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Lecture commune Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

Dans le cadre de la sortie du film tiré du roman le 25 octobre prochain, Ma toute petite culture  nous a proposé sur Livraddict une lecture commune autour du roman de Pierre Lemaître, Au revoir là-haut !

Nous étions 18 livraddicticiennes à participer à cette lecture commune.

Cette LC (Lecture Commune) a été une très bonne raison pour faire sortir ce livre de ma PAL. Il me faisait de l’œil depuis longtemps car cette année, l’un de mes challenges personnels était de lire des livres ayant reçu des prix. 

Résumé de l'oeuvre

 

Sur les ruines du plus grand carnage du XXesiècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…
Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.
Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

l'Afrique écrit

Une guerre ne fait pas que de dégâts pendant, elle en fait également après. Souvent c’est l’après-guerre qui est le plus difficile. 

Que deviennent les anciens combattants, comment les réinsère-t-on dans la vie civile ? Cette question est d’actualité surtout dans mon pays, où la réinsertion des démobilisés après la crise socio-politique de 2011 est un désastre.

Comment vit-on avec l’absence cruelle des morts ? Comment vit-on avec les séquelles de cette guerre ?

En lisant ce roman, j’ai pensé à tous ces jeunes qui ont perdu leurs vies pour l’honneur de leurs patries, aux mutilés à vie et à tous ceux qui profitent des guerres pour s’enrichir à l’instar d’Henri d’Aulnay-Pradelle. 

Dans mes lectures, j’ai rarement rencontré un homme plein de morgue comme ce lieutenant manipulateur, cet égoïste hors pair. Si l’on faisait des awards des fictions littéraires, ce personnage en remporterait au moins un. Il est exécrable mais il faut avouer que son caractère donne du goût à l’histoire. Ses manigances, ses répliques cuisantes, son avarice m’ont bien fait rire, sa déchéance aussi. 

Henri n’est ni le seul avare ni le seul égoïste du roman. Le Père d’Edouard Péricourt a été avare mais pas financièrement. Son avarice est émotionnelle. Il n’y a pas eu de véritable relation père-fils la faute à des priorités autres que familiales, l’impression d’avoir un enfant « anormal ». Entre père et fils, il n’y a pas eu d’amour, il n’y a que des regrets.

 

Édouard Péricourt, le genre de type qui a de la chance.
Dans les écoles qu’il fréquentait, tous étaient comme lui, des gosses de riches à qui rien ne pouvait arriver, qui entraient dans l’existence bardés de certitudes et d’une confiance en soi sédimentée par toutes les générations d’ascendants fortunés qui les avaient précédés. Chez Édouard, ça passait moins bien que chez les autres parce qu’en plus de tout ça, il était chanceux. Or on peut tout pardonner à quelqu’un, la richesse, le talent, mais pas la chance, non, ça, c’est trop injuste.

Edouard Péricourt, quel enfant gâté ! Un enfant rebelle, insouciant, écorché par la guerre qui a fini par entraîner son ami Albert dans cette insouciance. 

Mon cher Albert ! J’ai eu l’impression qu’il était mon enfant, un enfant qu’il fallait protéger. C’est un gros timide, il a peur de tout ! J’ai eu maintes fois envie de le secouer, lui flanquer des gifles. C’est pas possible qu’un garçon soit aussi mou !

Il a ses défauts mais d’énormes qualités. J’ai été attendrie par son attachement à Edouard, son don de soi.

Il  y a également un autre personnage qui a attiré mon attention. Un personnage qui mérite qu’on ne l’oublie pas : Merlin. Sa description physique fait de lui un être répugnant mais quelle belle âme il a. Chaque homme a un prix mais on ne connaîtra jamais celui de Merlin. C’est un homme solitaire, méprisé qui va rester droit jusqu’à la fin.

Merlin tenta de reprendre ses esprits. Bien sûr, il le connaissait par cœur, ce chiffre, mille quarante-quatre francs par mois, douze mille francs par an, avec lesquels il avait végété toute sa vie. Rien à lui, il mourrait anonyme et pauvre, ne laisserait rien à personne, et de toute manière, il n’avait personne. La question du traitement était plus humiliante encore que celle du grade, circonscrite aux murs du ministère. La gêne, c’est autre chose, vous l’emportez partout avec vous, elle tisse votre vie, la conditionne entièrement, à chaque minute elle vous parle à l’oreille, transpire dans tout ce que vous entreprenez. Le dénuement est pire encore que la misère parce qu’il y a moyen de rester grand dans la ruine, mais le manque vous conduit à la petitesse, à la mesquinerie, vous devenez bas, pingre ; il vous avilit parce que, face à lui, vous ne pouvez pas demeurer intact, garder votre fierté, votre dignité.

 

Ce qui fait la force de ce roman ce sont ses personnages hauts en couleurs et ce parfum d’ironie qui y flotte. Pendant ma lecture, j’avais l’impression que le narrateur externe riait de ses personnages. 😀

L’écriture de l’auteur est également réussie. Le style est accessible, recherché sans tomber dans l’excès.

J’ai appris quelques mots : Déliquescence – Prévarication –Edile

SEUL BÉMOL : Les longueurs incessantes dans ce roman. L’intrigue devient linéaire en plein milieu. Heureusement, l’histoire redouble d’intensité dans les 100 dernières pages. 

Au revoir là-haut est un bon roman picaresque, une belle représentation de l’après-guerre.  Elle est réaliste jusque dans les rapports hommes-femmes. 

C’est un roman pour ceux qui aiment les personnages de roman pittoresques, les ambiances réalistes dans des histoires totalement fictives.

Christmas

Date de publication : 21 Août 2013
Éditeur : Albin Michel
Nombre de pages : 576

 

Adaptations

En bande dessinée : (2015) Au revoir là-haut, adaptation de l’auteur, dessins de Christian De Metter

Au cinéma : (2017) Au revoir là-haut, film français joué et réalisé par Albert Dupontel, avec Laurent Lafitte et Nahuel Pérez Biscayart

 

 

Envie de connaître les avis des autres participants à la LC ? Découvrez les avis de Ana Lire – Le blog de YukoMetreya 

 

Avez-vous déjà lu le livre ? Irez-vous voir son adaptation cinématographique ?

GM signature

Publié dans Panaché

Sept péchés capitaux d’une blogueuse, 4e partie

C’est l’heure de notre rendez-vous dominical les sept péchés capitaux d’une blogueuse. Je vous remercie d’avoir bien accueilli ce rendez-vous. Aujourd’hui, je reçois Coeur d’encre, l’une de mes plus belles rencontres virtuelles dans l’univers du blog. J’apprécie beaucoup son grain de folie. Plus d’un an qu’elle est abonnée à mon blog, elle n’hésite pas à laisser une trace visible de son passage en laissant des commentaires.

J’ai voulu en savoir plus sur ses 7 péchés capitaux en lecture. Elle n’a pas hésité à se confier…

Résultat de recherche d'images pour "livres"

Cœur d’encre, parle-nous de la relation que tu as avec les livres

Je dirais qu’ils ont toujours été omniprésents ^^ Ma maman adorait me lire des histoires, et aujourd’hui encore je me balade toujours avec un bouquin avec moi, même si je ne dois pas lire ; si je n’en ai pas, j’ai l’impression d’être incomplète. 

Résultat de recherche d'images pour "the best"

L’un de tes articles qu’il faut absolument lire ?

Là tout de suite, je dirais celui que j’ai fait sur le film The Crow que j’ai vraiment adoré, ce film rentre dans mon top 3 sans le moindre problème et je meurs d’envie de le faire partager à la terre entière XD 


avarice

Quel est le livre le moins cher dans ta bibliothèque ?
Matériellement parlant, les livres qu’on m’a offerts, mais ils restent chers à mes yeux parce que ce sont des cadeaux 
Et du coup, celui auquel j’attache le moins de valeur serait, sans hésiter, Twilight. J’ai beaucoup aimé les Âmes Vagabondes, mais Twilight ne passe toujours pas… 

 


Aucun texte alternatif disponible.

Quel livre as-tu dévoré ?
Il y en a tellement ^^ Mais mon top du top, c’est Cendorine et les Dragons : je l’empruntais systématiquement à la bibliothèque quand j’étais petite, ça faisait beaucoup rire les bibliothécaires d’ailleurs ! J’ai dû le lire des dizaines de fois, je pourrai vous le réciter, et bien entendu, je le recommande chaudement.

 

Résultat de recherche d'images pour "cendorine et les dragons"


paresse
Quel livre as-tu mis du temps à lire ?
Je dirais La peau de chagrin de Balzac, quand j’étais au collège : la prof nous avait parlé du film, le résumé me plaisait bien, mais c’est tout le problème d’aborder une oeuvre complexe sans en avoir les clés ni la maturité pour bien la comprendre : le résultat c’est que maintenant j’ai toujours une petite appréhension quand on me demande de lire ou d’étudier du Balzac ><

 

Résultat de recherche d'images pour "La peau de chagrin"


 sexy sex babe wink horny GIF
Quel livre érotique t’a marquée ?

Les Enfants de la Terre ! Ce n’est pas classé comme un livre (une série en fait) érotique, mais je maintiens la réponse : idem, lecture du collège, je l’avais pris totalement au hasard… et comment vous dire que aujourd’hui encore je n’ai jamais lu de scènes d’ébats plus détaillées que celles de cette série ^^’ 

Résultat de recherche d'images pour "les enfants de la terre"


envie
Quel livre te fait envie en ce moment ?
Un livre surtout, que je n’arrive à trouver nulle part, donc j’en profite pour vous implorer à genoux si vous pouvez m’aider ^^ Il s’agit du tome 3 de la trilogie Dark Shadows de Lara Parker. J’ai adoré le film qu’en a fait Tim Burton, et j’ai pu trouver facilement les 2 premiers tomes. Le troisième est aussi dur à trouver qu’une tête d’épingle dans une grange… Frustration / 20 ! 

 


orgueil
Quel personnage as-tu trouvé orgueilleux ?

Mr. Darcy est la réponse qui me vient tout de suite à l’esprit, en bonne fan de Jane Austen que je suis ^^ Mais je pense aussi à mes cours de littérature, et sans hésiter, Rousseau ! Ca a beau faire partie de l’originalité de sa démarche, grands dieux qu’est-ce qu’il s’écoute parler O.o 


colère
Quel livre t’a mise en colère ?

Joyland, de Stephen King. J’adore cet auteur, je ne saurais que trop vous conseiller Cujo. J’ai sauté sur Joyland à sa sortie, le résumé était très flatteur et promettait tout ce que j’aime… et je crois que l’éditeur n’a définitivement pas lu le livre en écrivant ce résumé. Des clowns ? Nenni. Une fête foraine angoissante ? Pfeuh ! Un train fantôme hanté ? Vaguement. Le livre est très bien, mais ce résumé mensonger m’a donné envie de descendre en flamme un refuge de chatons. 


Résultat de recherche d'images pour "joyland"


Quelle est selon toi la meilleure idée pour qu’il y ait moins de célibataires sur terre ?
Communication et empathie u.u Il faut savoir parler, écouter, et comprendre. 

 

Résultat de recherche d'images pour "voyage"

Quelle est la destination idéale de voyage pour toi ?
Argh trop dur >< Mais je me souviens toujours avec bonheur de Wigtown, le village du livre écossais, ma plus belle découverte à l’étranger, un lieu où je me suis sentie comme dans un rêve ! 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "film"

Un film que tu recommanderais avec la plus vive énergie ?
J’ai déjà parlé de The Crow, alors cette fois-ci je vous propose Cloud Atlas, lui aussi dans mon top 3. Un film assez dense, mais qui mérite amplement qu’on le regarde avec attention pour les 6 histoires qui le composent (et qui déchirent mémé avec l’eau du bain), les détails à repérer, les acteurs qui ont fait un travail incroyable, et la conclusion vraiment magnifique u.u 

 

Quelle chanson écoutes-tu régulièrement en ce moment ?
Freaks de The Hawk in Paris

Je te donne un mot : parfum. Peux-tu écrire un petit récit déjanté sur le sujet comme tu le fais si bien ? 
Au fond d’un enchevêtrement de rues sombres, de murs fissurés et de réverbères cassés, il y a une petite boutique. Une parfumerie. Mais vous ne la trouverez certainement pas en vous fiant à vos yeux… Voyez les choses en face, vous aurez l’air d’un touriste et vous vous ferez détrousser comme une donzelle en détresse. Non, pour la trouver, c’est bien plus simple : fiez-vous à votre nez. Tous les jours les effluves de la parfumerie embaument dans tout le quartier, s’infiltrent dans le sol et remontent le long des cheminées. Il faut humer les odeurs, jusqu’à déceler celle qui les supplante toutes. On ne peut pas la manquer. Et vos pas vous mèneront directement à cette boutique, car pour une parfumerie c’est la meilleure carte de visite qui soit. Là-bas, vous trouverez tous les parfums qu’on puisse imaginer : celui de la grande maison vieille et poussiéreuse de vos vacances, celui des jours d’été passés dans le hamac, celui des livres jaunis par l’âge ou au contraire frais imprimés, celui du linge fraîchement lavé, celui de l’île d’Avalon, même le parfum de votre âme sœur que vous ne connaissez pas encore. Ces parfums n’ont pas de prix. Vous les prenez à vos risques et périls. Certaines effluves ont des tourbillons, si puissants et si violents, que votre âme n’y résiste pas. Bien des gens se sont perdus dans le parfum de leurs rêves, au point de le boire comme Platon a bu la cigüe. Et vous ? Quel est votre parfum ? 
Y a t-il une question que tu aurais aimé que je te pose ? Tu peux y répondre ?
Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ? La réponse, vous vous en doutez, c’est tarte aux mirabelles u.u
C’est tout pour le moment ! A très bientôt pour une nouvelle découverte. 
signature coeur graceminlibe
Publié dans Panaché

Sept péchés capitaux d’une blogueuse, 3e partie

Zélie est une blogueuse que j’ai découverte lors de mes recherches de blogueurs pour faire une chronique sur Chimères de verre. Depuis la publication de sa chronique, elle est une fidèle habituée du blog, n’hésite pas à laisser des commentaires. J’ai voulu en savoir plus sur ses péchés capitaux en lecture. 

 

Aucun texte alternatif disponible.

Zélie, parle-nous de la relation que tu as avec les livres.

J’adore les livres. J’en ai des piles partout chez moi car je n’ai pas encore la place de mettre une bibliothèque. Je ne sais pas m’en séparer alors ils restent avec moi.

Un article de toi qu’il faut absolument lire ?

J’aime poser des questions aux auteurs alors je vous invite à aller consulter n’importe quelle interview sur le blog.


avarice

Quel est le livre le moins cher dans ta bibliothèque ?

Aucune idée. J’ai la chance d’en recevoir certains en service presse alors j’imagine que ce serait ceux-là. J’en trouve également lors des brocantes à des prix minimes.

 


Aucun texte alternatif disponible.

Quel livre as-tu dévoré ?

Il y a quelques années, Harry Potter. Dernièrement, j’ai dévoré la saga Outlander de Diana Gabaldon ou encore les ailes d’émeraude d’Alexiane de Lys.

Résultat de recherche d'images pour "les ailes d'émeraude"Résultat de recherche d'images pour "les ailes d'émeraude"Résultat de recherche d'images pour "les ailes d'émeraude"

 

 


paresse

Quel livre as-tu mis du temps à lire ?

Je n’ai jamais pu finir Les Hauts de Hurlevent. Mais, ce n’est pas la question. J’ai pris du temps pour lire le dernier opus de la saga de Maxime Chattam, Autre-Monde.

Résultat de recherche d'images pour "maxime chattam autre monde tome 7"


 sexy sex babe wink horny GIF

Quel livre érotique t’a marquée ?

J’ai lu 50 nuances mais je dirais que la série Calendar Girl me plaît plus.

Résultat de recherche d'images pour "calendar girl"


envie

Quel livre te fait envie en ce moment ?

J’ai envie de retrouver la collection complète de la saga les Enfants de la Terre de J.M. Auel. Je n’ai que le dernier tome en grand format. Je cherche les autres. En livre récent, par contre, j’ai hâte de pouvoir lire la suite des filles de Nightingale.

Résultat de recherche d'images pour "filles de nightingale"

 


orgueil

Quel personnage as-tu trouvé orgueilleux ?

Je dirais Darcy. Mais, c’est plutôt les personnages dont j’ai envie de mettre un coup de pied pour qu’ils avancent, qui m’énervent le plus.

 


colère

Quel livre t’a mise en colère ?

Aucun livre dans mon souvenir ne m’a mise en colère. Je ne me mets pas facilement en colère, sauf quand je n’ai pas la suite de mon livre et qu’il faut que je patiente, mais c’est de l’excitation et non de la colère.

 


 

Quelle est selon toi la meilleure idée pour qu’il y ait moins de divorce sur terre ?Moins de célibataires ?

Que chacun écoute l’autre. Tout le monde irait beaucoup mieux. Les gens sont égoïstes et ne pensent qu’à eux.

 

Quelle est la destination idéale de voyage pour toi ?

Soit l’Irlande ou l’Italie, les deux pays que j’ai déjà visités. J’aimerais y retourner.

Un film que tu recommanderais avec la plus vive énergie ?

Tous les films historiques. J’adore l’Histoire et j’en ai fait mon métier alors … ;

Je te donne un mot : papillon. Peux-tu écrire un petit récit sur le sujet ? 

Le papillon est un être si fragile que l’on a peur d’en voir un. Mes élèves ont eu une belle frayeur quand un papillon s’est invité dans la classe mais nous avons tout fait pour qu’il puisse retrouver la liberté. C’est très délicat, les couleurs sont superbes et je prends plaisir à les observer parfois. Néanmoins, je suis dans une région où il n’y en a pas beaucoup alors …

 

Merci Zélie. Bon dimanche et à très bientôt pour une nouvelle découverte, les amis. 🙂

fleur v1

Publié dans Panaché

Les sept péchés capitaux d’une blogueuse 2e partie

Lire à la folie est un blog littéraire. La blogueuse qui l’administre n’hésite pas à laisser des commentaires pour laisser une trace de son passage sur mes articles. J’ai eu envie d’en savoir plus sur ses péchés capitaux en lecture, elle n’a pas hésité à se confesser…

 

avarice

 

Quel est le livre le moins cher dans ta bibliothèque ?
Sans compter les cadeaux et les SP : Harry Potter et le Prince de sang-mêlé et Harry Potter et les Reliques de la mort en grande édition Gallimard. Je les ai achetés à 1 euro pièce dans une brocante, en parfait état !

 harry potter magic harry james lily GIF


Aucun texte alternatif disponible.

 

 

Quel livre as-tu dévoré ?
Cette question est au singulier ? Difficile car il y en a tellement: Le Seigneur des anneaux, Hunger Games, L’assassin royal, Harry Potter, Le livre des étoiles, A la croisée des mondes,…. Je suis une dévoreuse de livres en série! 😀

 


paresse

Quel livre as-tu mis du temps à lire ?
Pour ce livre, j’ai volontairement fait des pauses pour me remettre : Les Bienveillantes de Jonathan Littell. J’ai mis deux ou trois semaines à le lire, c’est un pavé (1388 pages) très compliqué à lire à cause du sujet et du héros (front de l’est WW2 d’un point de vue d’un nazi psychopathe).

 

Image associée


 

 sexy sex babe wink horny GIF

Quel livre érotique t’a marquée ?
Je ne lis pas de livres érotiques, j’ai lu Cinquante Nuances pour savoir de quoi je parle, mais j’ai détesté.

 

 fifty shades of grey asphyxion GIF


 

envie

Quel livre te fait envie en ce moment ?
En ce moment, j’ai très envie d’acheter Le maître du Haut Château de Philip K. Dick. Je n’ai jamais lu de livre de cet auteur, alors que c’est un auteur classique de la SF.

Résultat de recherche d'images pour "la maître du haut château"

 


 

orgueil

Quel personnage as-tu trouvé orgueilleux ?
Jace de la série The Mortal Instrument de Cassandra Clare, l’orgueil incarné!

 

 


colère

Quel livre t’a mise en colère ?
Quand j’avais 5 ans, je m’ai tué de Howard Buten. Quand on finit ce livre, on a envie de hurler et de crier à l’injustice. Il aborde un thème compliqué et sensible, qui prend aux tripes : la psychiatrie pour enfant et les interprétations que les adultes font des comportements infantiles.

 


 

L’un de tes articles qu’il faut absolument lire ?

Absolument lire, je ne sais pas, mais cette suite d’articles me présente à travers les livres que j’ai aimé. Pour faire ma connaissance, c’est pas mal !

https://lirelafolie.wordpress.com/category/en-attendant-noel-2016/

 

Quelle est selon toi la meilleure idée pour qu’il y ait moins de célibataires sur terre ?
Oula ! Grande question ! Plus de tolérance, d’ouverture d’esprit, de respect de soi-même et des autres. Moins de matérialisme et d’obsession du « corps parfait » ?

Quelle est la destination idéale de voyage pour toi ?
Je rêve de retourner à Tahiti, paradis sur Terre ! Même si en fait, j’aimerais faire le tour du monde !

 

Un film que tu recommanderais avec la plus vive énergie ?
La vie est belle de Roberto Benigni, préparez les mouchoirs !

 

Résultat de recherche d'images pour "la vie est belle de roberto benigni"

Quelle chanson écoutes-tu régulièrement en ce moment ?
J’écoute beaucoup Pink en ce moment. J’aime énormément cette femme, ses engagements et les messages qu’elle passe dans ses textes. Ma préférée du moment: Slut like you.

 

 

 

Je te donne un mot : injustice. Peux-tu écrire un petit récit sur le sujet ? 
Ce mot m’évoque tellement de choses ! La pauvreté, les erreurs judiciaires, l’intolérance, les guerres, les déplacés, les migrants…. Notre monde est plein d’injustices, petites, grandes et énormes. Je me sens terriblement impuissante face à tout cela et souvent en colère. La seule chose que je peux faire est tenter de lutter contre celles dont je suis témoin au jour le jour et défendre ce qui me semble juste (et donner aux associations qui luttent pour cela). Si on le fait tous, les choses changeront ? Le monde est injuste, j’espère qu’il évoluera et que je serai là pour le voir.

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Panaché

Les sept péchés capitaux d’une blogueuse, première partie

Yasmine est la blogueuse de Ma vie, mes humeurs. Elle n’hésite pas à laisser des commentaires pour laisser une trace de son passage sur mes articles. J’ai eu envie d’en savoir plus sur ses péchés capitaux en lecture, elle n’a pas hésité à se confesser…

avarice

Quel est le livre le moins cher dans ta bibliothèque ?
Je les achète dans une librairie pas chère donc beaucoup à 1 euro. Je vais dire Mordre au travers, des nouvelles de Virginie Despentes que j’ai acheté à 2 euros le vrai prix.

 

Résultat de recherche d'images pour "mordre au travers des nouvelles"

 


 cake hungry greed greedy eat to live GIF

Quel livre as-tu dévoré ?

Je lis beaucoup de livres en 1 ou 2 jours pour différentes raisons. J’ai quasiment dévoré tous les Harry Potter.

 


paresse

Quel livre as-tu mis du temps à lire ?
Lolita de Nabokov, jamais fini.

 

Résultat de recherche d'images pour "lolita de nabokov"


luxure

Quel livre érotique t’a marquée ?
Des désirs et des hommes. 

 

Résultat de recherche d'images pour "des désirs et des hommes"

 


envie

Quel livre te fait envie en ce moment ?
Bourbon Kid et le tome 7 d’Agatha Raisin.

Agatha Raisin enquête, tome 7 : A la Claire Fontaine par M. C. Beaton


orgueil

Quel personnage as-tu trouvé orgueilleux ?
Kay Scarpetta au fil du temps, pourtant Patricia Cornwell est l’écrivain qui m’a fait aimer les polars.


colère

Quel livre t’a mise en colère ?
Aucun.


Quittons l’univers des livres. 

 

Quelle est selon toi la meilleure idée pour qu’il y ait moins de divorce sur terre ?

Qu’on commence par s’écouter, arrêter de penser à la place de l’autre et oser.

Quelle est la destination idéale de voyage pour toi ?
Là où il y a la mer.

Un film que tu recommanderais avec la plus vive énergie ?

Tous ceux de Tim Burton à part Mars attack.

Je te donne un mot : féminisme. Peux-tu écrire un petit récit sur le sujet ? 

Idéologie et comme toutes les autres, souvent elle dépasse certaines bornes.
Certaines personnes confondent féminisme et conviction. Demander du respect envers les femmes ce n’est pas du féminisme c’est du bon sens.
Je ne suis pas féministe, mais je ne me laisse pas faire pour autant.

Un article de toi qu’il faut absolument lire ?

Pas facile comme question, je dirais l’un de mes premiers sur le blogging :

http://maviemeshumeurs.fr/2017/01/10/10-conseils-pour-commencer-un-blog/

 

Y a t-il une question que tu aurais aimé que je te pose ? 

Pourquoi un blog humeur? Parce que je n’ai aucune contrainte ni pression.

 

J’espère que vous avez fait de nouvelles découvertes littéraires à travers cet article. Profitez bien des dernières heures du week-end…

GM signature

Publié dans Périple

Africa Tour Challenge – 24 heures à Kumasi

Vivre c’est être curieux, découvrir,

Vivre c’est voyager.

 

Je rêve depuis quelques années  de connaître un peu plus mon continent africain, l’Afrique subsaharienne en particulier. Cette année, j’ai eu l’occasion de réaliser mon rêve. J’ai passé 24 heures à 471 km de chez moi dans la ville de…

KUMASI

Si par un heureux hasard vous débarquez à Kumasi pour quelques heures, voici quelques règles qu’il vous faudra respecter :

 

1. Tes affaires personnelles, tu protégeras.

Kumasi est une ville sécurisée mais on ne sait jamais, des esprits mal intentionnés peuvent se réveiller alors on fait attention à ses affaires quand on est dans des lieux publics.

 

2. Ton anglais, tu réviseras.

Oubliez la langue de Molière, le Ghana est un pays anglophone. Et à part l’anglais, les ghanéens parlent le Twi, une langue locale. Si vous ne parlez pas un mot d’anglais, soyez toujours accompagnés.

 

 

3. Te désaltérer, tu ne t’en lasseras pas

J’étais en février à Kumasi et il faisait hyper chaud. Ayez toujours une bouteille d’eau avec vous pour vous rafraîchir. 

source de vie

 

4. Aux maisons royales, tu ne feras point de photos

Kumasi est une ville royale (Le Ghana est un pays très attaché à ses traditions). Dans chaque quartier, vous trouverez une maison royale. Vous pourrez faire un tour au palais royal mais attention les photos sont strictement interdites. Vos souvenirs ne resteront que dans votre tête. 😦

 

5. Au Golden Tulip, tu iras 

L’état ghanéen a des structures privées. Il a construit des hôtels 4 étoiles Golden Tulip dans chacune des 10 régions du Ghana mais aussi des pubs. J’ai fait une petite halte au Golden Tulip de Kumasi pour voir à quoi l’hôtel ressemble de l’intérieur. 😀

Sous l’un des parasols du coin piscine, j’ai profité du calme en sirotant un verre de coca. J’y reviendrai un jour pour tester les chambres, le buffet à volonté du midi et la piscine. 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

6. Un tour au Baba Yaya Stadium, tu feras 

Pour les ivoiriens, ce stade rappelle beaucoup de choses. Pour ceux qui n’ont jamais eu vent de cette histoire, laissez-moi vous la conter.

1993. L’Asec et l’Asanté Kotoko s’affrontent en demi-finale retour à Kumasi. L’Asec se qualifie. Le début de l’enfer pour les supporters de l’Asec présents au stade. Certains sont tués.  En représailles, des Ghanéens vivant à Abidjan sont aussi tués. Le match de Kumasi s’est transformé en drame du football africain.

Je suis donc allée en pèlerinage. Non, je rigole. Le jour de ma visite, il y avait une compétition sportive inter-écoles au stade. Malheureusement, je n’ai pas pu rester jusqu’à la fin. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

7. Le sanctuaire Marial, tu visiteras

Le sanctuaire marial de Buoho, près de Kumasi, fut construit en 1949, et béni par le premier évêque de Kumasi.

Il a une reproduction de la grotte de Lourdes et il est devenu le centre d’un pèlerinage. Je ne suis pas catholique mais je saisis toujours les opportunités pour visiter les beaux endroits. J’ai été charmée par le silence qui règne dans cet endroit et ces sculptures faites par un prêtre. Ce sanctuaire a été le coup de cœur de ma journée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

8.  Ton ventre tu réjouiras

Au Ghana, il y a des fast-food, des chop bars où on peut trouver de la cuisine traditionnelle et le fameux fried rice, il y a aussi des restaurants à l’occidental comme The View, Bar & Grill. 

Résultat de recherche d'images pour "the view bar and grill kumasi"
Source Tripadvisor

 

Source Ghanarising

 

Je n’ai malheureusement pas eu le temps de faire un tour à Adanmowase, le village où se fait le kente. J’aurais dû le mettre en tête des choses à visiter. 😦

 

Image associée
Source : Ghana Travels

 

Kente village in Kumasi-Ghana, via Flickr
Source Pinterest

 

Je vous laisse découvrir maintenant le portrait chinois de cette ville royale

portrait-chinois-1

 

Si Kumasi était une couleur, ce serait …

Le marron. Kumasi c’est le calme et la chaleur, le rustique, la sérénité.

 

Si Kumasi était une des 7 merveilles du monde ?

Les pyramides de Gizeh.

 

Si Kumasi était un personnage Disney, ce serait …

 

Grimsby

 

Grimsby est le principal conseiller politique mais aussi le confident privilégié du Prince Éric (dans La petite Sirène). C’est un personnage très rigide et attaché au protocole comme aux traditions dans sa façon d’appréhender les choses…

 

Si Kumasi était un signe de ponctuation, ce serait…

Les points de suspension

 

Si Kumasi était un des cinq éléments fondamentaux, ce serait…

La terre. Terre des ancêtres Ashanti.

 

Si Kumasi était une partie du corps humain, ce serait…

La main qui effectue divers travaux.

 

Si Kumasi était un des 7 péchés capitaux, ce serait…

L’orgueil. Kumasi est une ville fière de son sang royal.

 

Si Kumasi était un des cinq sens, ce serait…

Le goût.

 

Si Kumasi était une pièce de la maison, ce serait …

Un salon royal pour recevoir des nobles. 

 

Si Kumasi était une heure de la journée, ce serait …

5 heures. La ville s’éveille tôt.

 

Si Kumasi était un épice, ce serait …

Le piment d’Espelette.

 

Si Kumasi était un type de café, ce serait …

Un Mokaccino.

Résultat de recherche d'images pour "mokaccino"

 

Vous avez déjà visité cette ville ? Vous avez de bonnes adresses à partager ?

 

GM signature

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre, Panaché

Throwback Thursday Livresque #3 : Retour en enfance

Print

 

Hyper contente de vous retrouver pour ma 3e participation au TTL entendez par là Throwback Thursday Livresque, un rendez-vous livresque initié par BettieRose Books.

Le but est de parler d’une « ancienne » lecture (pas la toute dernière ou l’actuelle) autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

 

Le thème de cette semaine est : Retour en enfance

retourenenface

 

L’enfance, l’innocence, l’insouciance… la plus belle période de la vie.

J’ai immédiatement pensé à  NAN LA BOSSUE écrit par Micheline Coulibaly  qui n’est malheureusement plus de ce monde. C’est l’un de mes premiers livres lus et relus.

Ce livre était encore entier dans la bibliothèque familiale il y a deux semaines jusqu’à ce que mes neveux en décident autrement. De Nan la bossue, il ne me reste plus que quelques pages.  Mes neveux ont pris un malin plaisir à  le déchirer 😦

A chaque fois que je le voyais, je retombais en enfance. Je revoyais la petite fille frêle toute émerveillée, subjuguée par l’histoire. 

 

happy-2

Nan est une jeune fille dotée de nombreuses qualités mais hélas, elle est affligée d’une vilaine bosse. Cette bosse éloigne d’elle tout prétendant sauf Kalou, le vaillant chasseur, qui n’hésite pas à faire d’elle sa femme. Il fait son possible pour la rendre heureuse, hélas ! La bosse empêche Nan d’être heureuse.

Un jour, une petite biche est prise par l’un  des collets de Kalou, le grand chasseur. Cette biche parle ! C’est une vieille femme qui se change la nuit pour se promener. En échange de sa liberté, elle ôte l’infirmité de Nan mais à une condition : elle ne devra jamais brutalement à terre tout fardeau qu’elle porterait.

Nan est maintenant la plus belle des femmes de Balodji. Semi, un riche commerçant la convoite. Nan ne veut plus être qu’une simple paysanne et pour ce faire, elle va jusqu’à commettre l’irréparable. 

La petite fille que j’étais a bien noté les leçons de morale de l’histoire : ne pas juger sur les apparences, être toujours reconnaissant et prompt à pardonner. 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Edition : Centre d’édition et de diffusion africaines (CEDA)

Collection : Histoires Merveilleuses

Nombre de pages : 32

Parution : janvier 1988

Et vous, quel livre vous fait retomber en enfance ?

signature coeur graceminlibe

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Deux enigmas de Sakanoko Khioud

J’ai un rêve : que la littérature africaine ait plus de visibilité, que le genre du roman policier connaisse un essor considérable tant sur le plan local qu’international.

« Il existe deux tendances dans ce genre littéraire en Afrique. D’un côté les auteurs anglo-saxons qui, influencés par les thrillers américains, mettent un peu plus l’accent sur l’intrigue, et de l’autre, les auteurs francophones qui s’appliquent particulièrement à bien manipuler la langue française, parfois au détriment de l’intrigue. » 

Ce genre étant peu exploré en Côte d’Ivoire, apprendre que la maison d’édition NEI-CEDA avait créé une collection ENIGMAS destinée aux auteurs de romans policiers m’a remplie de joie. 

La particularité d’Enigmas réside dans le fait que le policier, celui qui mène l’enquête, est un africain. Le crime peut se passer en Afrique ou en dehors de l’Afrique mais son origine part d’un terroir africain.

Je vous présente aujourd’hui deux titres de cette collection écrits par Sakanoko Khioud : Le tueur du Remblai et Dans les griffes du Cartel. 

Sakanoko Khioud c’est qui ? 

SAKANOKO Khioud, de son vrai nom SANGANOKO Mamadou, est né le 27 mars 1956 à Dimbokro en Côte d’Ivoire.
Parallèlement à sa carrière professionnelle, ce passionné de littérature passait ses temps libres à écrire des manuscrits. En 1999, il en présenta une demi-dizaine au Directeur Littéraire des NEI qui fut immédiatement séduit par son style simple et rapide. Un accord de collaboration fut signé et une nouvelle collection de romans policier baptisée ENIGMAS fut créée en 2002. Trois titres (La Secte des Christiantins, Dans les Griffes du Cartel et Le Tueur du Remblais) furent publiés entre 2002 et 2005. Cependant, pris par ses occupations professionnelles (affectation à l’étranger en 2005), l’auteur a été contraint d’arrêter sa production littéraire. Maintenant qu’il est à la retraite, nul doute qu’il reprendra sa plume très bientôt pour le bonheur de ses fans.

Entrons dans le vif du sujet 

Le tueur du Remblai

Le tueur du remblai

Maintenant je vais vous tuer, lui annonça solennellement le braqueur.
Non… pitié, supplia Sylvain Agnini. Ne me tuez pas. Je ferai tout ce que vous voulez.
À ce moment. ils aperçurent dans le lointain, les faisceaux lumineux des phares d’une voiture. Ce n’était que le camion d’une société de travaux publics qui filait vers un chantier à Anyama.
Je dois vraiment vous tuer, insista le braqueur.
Pour moi, vous représentez la société qui m’a rejeté.

Mon avis 

Le Remblai battait tous les records de criminalité en Côte d’Ivoire depuis quelques années. Tous les jours, des habitants étaient cambriolés. Certains y perdaient la vie. Les jeunes filles qui habitaient seules dans des studios étaient l’objet de violences sexuelles et de mises à mort. […] Mais tout cela n’inquiétait pas Madeleine Groh Zieu. « De toutes les façons, il y a l’insécurité dans tous les quartiers d’Abidjan », se disait-elle. Il suffit d’être prudente et c’est tout. »

Le discours plein d’assurance de Madeleine Groh Zieu ne se joue plus en gamme majeure quand sa domestique se fait assassiner dans son appartement. Elle engage Wamba, détective privé pour trouver rapidement le coupable, la police ne mettant pas assez d’énergie pour résoudre ces enquêtes. 

Avec Wamba, on analyse le mode opératoire du tueur, on passe tout au peigne fin, on examine les moindres détails. 

On s’interroge sur l’identité et le mobile du coupable quand surviennent le deuxième et le 3ème meurtre. Sont-ils liés ? La réponse est assez évidente quand on rassemble les morceaux du puzzle.

L’histoire est assez prévisible mais elle n’en demeure pas moins intéressante. Le style de l’auteur, simple et dynamique, maintient notre intérêt pour l’histoire, nous rend empathique. La construction des personnages est réussie, leurs profils psychologiques sont réalistes. Il y a dans l’histoire, un petit côté sensuel et quelques bribes d’inattendu qui rendent l’histoire attrayante. 

En 191 pages, l’auteur a su nous emporter dans les dérives d’une âme humaine portée par le désir de rétablir la justice qu’elle a elle-même piétinée, une âme qui accuse la société des fautes qu’elle a elle-même commises… 

Dans les griffes du Cartel 

dans les griffes du cartel

Sévèrine recomposa le numéro pour la dernière fois et attendit. 

– Allô! répondit une voix d’homme.
Sévèrine ouvrait la bouche pour parler quand un grand bruit la fit sursauter. D’un puissant coup d’épaule, Tony venait de faire voler la porte de la cabine en éclats. Effrayée, Séverine courut se réfugier dans l’angle opposé mais Tony la tira par le col de son tailleur et lui administra une terrible gifle qui l’envoya valser contre la paroi gauche de la cabine. 

– Allô ! allô faisait la voix au bout du combiné qui se balançait dans le vide. 

Mon avis 

Le titre laisse présager un récit où drogue, corruption, manipulation, trahison, mauvais coups se mêlent. La quatrième de couverture, elle, laisse présager de la violence. On s’imagine un décor plein d’action, de souffrance, de tension.  

Sévèrine Akissi Biandè, jeune femme ivoirienne et personnage principal de l’histoire, a joué de mauvaises cartes. Elle s’est longtemps appuyée sur son potentiel physique pour avoir ce qu’elle veut et construire son ascension sociale. L’âge avançant, les nombreux prétendants se retirent. Les possibilités d’avoir un mari se faisant rares, elle bondit sur l’occasion que lui offre Robert, jeune américain de 37 ans. Elle part au pays de l’Oncle Sam. Là-bas, un homme s’appuiera sur son potentiel physique pour avoir ce qu’il veut et construire son ascension sociale. Sonne l’heure de la déchéance de Sévèrine. Son oncle confie l’affaire à Wamba, détective privé, qui fera son possible pour la retirer des griffes du Cartel. 

J’ai eu du mal à classer ce livre. Si l’on s’en tient à la définition du roman policier proposée par Messac : «Un crime mystérieux, graduellement éclairci par les raisonnements et les recherches d’un policier. » Dans les griffes du Cartel n’est absolument pas un roman policier. Il n’ y a aucun crime élucidé. 

Ce n’est pas un roman noir. Est-ce un thriller, un roman à suspense ? Je dirai que l’auteur a tenté d’en faire un sans y parvenir réellement. 

Le roman met en scène un personnage placé dans une situation de danger (Sévèrine) mais n’a pas joué machiavéliquement du compte à rebours et de la tension dramatique, de l’attente et de la chute. Le tempo était rapide mais pas fiévreux. La tension narrative n’a pas provoqué chez moi une excitation ou une appréhension, ne m’a pas tenue en haleine jusqu’au dénouement de l’intrigue. 

En lisant cette histoire, j’ai eu l’impression qu’on me faisait boire un bon verre de Sprite en lieu et place de l’exquis verre de Baileys que j’avais commandé. 

L’histoire n’est pas un chef d’oeuvre du roman à suspense. Elle n’est ni bouleversante, haletante mais elle n’est pas décevante. Les personnages sont vivants, il y a de l’inattendu. 

L’auteur avec son style simple nous embarque dans son histoire et dans les rues de Los Angeles. C’est une douce lecture, 159 pages qui conviennent aux vacances, aux moments sans prise de tête. 

GM signature

Publié dans Interviews

Gourmandise, paresse, orgueil, avarice, colère en lecture

Gourmandise, paresse, orgueil, avarice, luxure, envie, colère, combien de fois n’avons-nous pas été habités de ces états en plongeant nos regards dans un livre ? 

Nathasha Pemba, auteur de Polygamiques, ne nie pas avoir expérimenté ces états lors de ses lectures et moi non plus. Nous avons aussi nos sept péchés capitaux en lecture et nous vous en parlons sans détour. 

avarice

Quel est le livre le moins cher dans votre bibliothèque ?

Nathasha Pemba : « Lettre à Ménécée » d’Épicure qui a coûté 0,99 euros.

Grâce Minlibé : J’en citerai trois car je les ai eus à 0,75 euros lors d’une foire : La religieuse de Diderot, Histoires à lire (8 nouvelles d’auteurs connus) et Photo de groupe au bord du fleuve d’Emmanuel Dongala.

gourmandise

Quel livre avez-vous dévoré ?

Nathasha Pemba : « Meursault contre-enquête » de Kamel Daoud.

Grâce Minlibé : Purgatoire des innocents de Karine Giebel

paresse

Quel livre avez-vous mis du temps à lire ?

Nathasha Pemba  : « Americanah » de Chimamanda Ngozie Adichie

Grâce Minlibé : « La tueuse » de Guy des Cars. Je ne l’ai pas encore terminé. 

Luxure

Quel livre érotique vous a marqué ?

Nathasha Pemba : Question difficile parce que je ne lis pas des livres érotiques. J’ai lu «cinquante nuances de Grey » qui pour moi n’est pas un livre érotique. Alors je ne sais pas, peut-être «le banquet de Platon » qui parle beaucoup de l’amour Eros.

Grâce Minlibé : Je dirais « Dévoile-moi« , le tome I de la série Crossfire de Sylvia Day mais je ne l’ai pas terminé pour éviter que mes sens s’enflamment. (rires)

orgueil

Quel personnage avez-vous trouvé orgueilleux ?

Nathasha Pemba : Dans «Congo Inc» de Jean Bofane, la femme de l’oncle de l’ami de Isookanga.

Grâce Minlibé :  Gassana, dans le Crépuscule de l’Homme de Flore Hazoumé.

envie

Quel livre vous fait envie en ce moment ?

Nathasha Pemba  : «De nos frères blessés » de Joseph Andras.

Grâce Minlibé :  « Amours » de Léonor de Recondo. De nombreux lecteurs dans les groupes de lecture auxquels je suis membre le recommandent.

colère

Quel livre vous a mis en colère ?

Nathasha Pemba : « L’orangeraie » de Larry Tremblay. L’attitude des aînés qui envoient des enfants vers le Jihad, leur faisant croire qu’il est question d’honneur, m’a révoltée. Que des adultes manipulent ainsi les enfants m’a mise en colère.

Grâce Minlibé : Adultère de Paulo Coelho. J’ai détesté l’héroïne principale et son égocentrisme.

Grand merci à Nathasha Pemba pour s’être prêtée au jeu. 

J’aimerais bien savoir quels sont vos sept péchés capitaux en lecture. A vos claviers, les bouquineurs ! 

Publié dans Interviews

Sept péchés capitaux en lecture by GAUZ


Montage créé avec bloggif

Bonjour ! J’ai le plaisir de vous annoncer un nouvel épisode de la série : Sept péchés capitaux en lecture.

Qui est notre invité du jour ?

Gauz, auteur du roman Debout-payé publié à Paris en 2014, aux éditions Le Nouvel Attila. Ce roman a été salué par la critique, notamment pour la qualité de son style d’écriture, de ses satires sociales, et de son humour. 

J’ai été agréablement surprise qu’il ait accepté de répondre aux questions de mon modeste blog avec tout le succès médiatique qu’il a. Merci Gauz ! 🙂

Allons sans perdre de temps à la découverte des sept péchés capitaux de lecture de Gauz. 

avariceQuel est le livre le moins cher dans votre bibliothèque ?

« Le principe de Lucifer » de Howard Bloom, 24 € ! C’est gros livre qui s’évertue à démontrer que la violence en l’homme est intrinsèque et régit tout, que l’homme est fondamentalement mauvais. Il utilise beaucoup de raisonnement scientifique qui sont des sortes de raccourcis intellectuels scientifiquement emballés, une sorte d’arnaque intellectuel qui plaît facilement aux paresseux et aux réactionnaires qui prêt à en citer des pans entiers.

 

gourmandiseQuel livre avez-vous dévoré ?

Tous ceux que me conseillent ou m’offrent des amis ou des gens que je ne connais. Quand un homme ou une femme te conseille ou t’offre un livre, ce sont deux univers qui te sont proposés : celui du lecteur et celui de l’auteur. Les livres conseillés disent beaucoup de choses sur les personnes qui te les conseillent.

paresse

Quel livre avez-vous mis du temps à lire ?

Je n’ai toujours pas fini la biographie officielle de Kim Il Sung. Le livre est dans ma bibliothèque et me suit depuis 1999.

Luxure

Quel livre érotique vous a marqué ?

Je ne lis pas les livres érotiques. C’est vraiment de la mauvaise littérature. Pas parce qu’elle parle de cul, non. Parce que c’est très mal écrit et très convenu, très attendu. Il faut juste savoir aligné quelques adjectifs qualificatifs et l’affaire est plié. Par contre, il y a un certain nombre de phrases érotiques qui m’ont marqué dans beaucoup de mes lectures qui ne sont pas des livres « érotiques ». Par exemple, dans « Le pauvre christ de Bomba », la très courte description pleine de second degré d’une scène de quelqu’un qui regardait une scène d’amour, m’avait enflammé les sens quand j’avais 15 ans. Je l’ai relu des dizaines de fois à l’époque.

orgueil

Quel personnage avez-vous trouvé orgueilleux ?

La quintessence de l’orgueil est placée dans le personnage de Fama dans « Les soleils des indépendances » de Amadou Kourouma.  

envie

Quel livre vous fait envie en ce moment ?

Celui que je suis en train d’écrire.

colère

Quel livre vous a mis en colère ?

Les livres ne me mettent pas en colère. Il entretiennent ma colère intérieur qui est quotidienne devant les injustices de ce monde. Les livres sont le carburant de mes indignations, la poudre de mes explosions.

Propos recueilli par

signature coeur graceminlibe

Vous avez aussi des péchés capitaux en lecture ? N’hésitez pas à vous confesser en commentaire.