Publié dans Psyché

« Challenge un peu con mais pas trop » saison 1 épisode 4

C’est l’heure du « Challenge un peu con mais pas trop » imaginé par une connasse parisienne

Pour ce dernier épisode de la saison 1, j’ai choisi le thème «Merci ».

Je ferai une liste de « merci » parce que la gratitude c’est so 2017.

 

Résultat de recherche d'images pour "say thank you"

Merci à ceux qui font des promesses d’achat de mon recueil de poèmes sans jamais les tenir. Merci parce que vous me faites espérer pendant une semaine, un mois voire un an. L’espérance fait vivre, n’est-ce pas ? Alors, merci de me faire vivre.

 

 

Allez, je me reprends c’est la journée de la gratitude donc on sourit et on reste dans la joie 😀

 

Merci aux musulmans de mon pays pour le Ramadan, grâce à leur fête, il y aura un jour férié. Je pourrai donc faire la grasse mat demain. Le bonheur !

Résultat de recherche d'images pour "ramadan"

 

Merci à notre Drogba national et au groupe Magic System. Grâce à eux, la plupart des personnes savent qu’il y a un pays en Afrique qui s’appelle la Côte d’Ivoire. Good Job les frères !

 

 

Merci aux initiateurs des innovations technologiques qui nous facilitent la vie. Merci pour votre créativité qui m’a débarrassée du téléphone qui faisait plus de 2 kilos, de l’écriture des sms pas discrète. Grâce à vous, ô hommes et femmes dont l’intelligence dépasse la normale prescrite par l’univers, j’ai accès à internet et mon téléphone est aussi mon porte-monnaie. Vive Mobile Money !

 

Merci à ceux qui ont eu l’idée géniale de créer les GIFS ! Vous agrémentez mes articles !

 

 

Merci à tous ceux qui ont salué la création de ma box littéraire. Merci à tous ceux qui m’ont fait confiance, ont commandé et sont satisfaits. 

cropped-cropped-aikanphoto.jpg

 

Merci à mon Dieu. Merci de m’avoir créé femme et de n’avoir pas fait de moi une descendante des singes comme la science le dit.

Cette semaine,  l’une de mes connaissances a emprunté le chemin du non-retour et je constate que je vis par pure grâce, ta grâce. 

Merci pour ton amour, ta bienveillance, la santé de fer que tu me donnes, l’intelligence que j’ai en quantité non négligeable, la richesse, la liberté de culte. Oui, je n’ai pas à craindre pour ma vie parce que je suis chrétienne.

 

Merci à mon beau-frère qui m’a hébergée pendant deux ans et qui a cuisiné 5 fois sur 7 pour moi. Tu es le meilleur ! Continue comme ça, tu es sur le bon chemin 😀

 

Je n’oublie pas la plus folle de mes alliées qui m’aide beaucoup dans les tâches ménagères quand j’ai la paresse de le faire (ce qui veut dire tout le temps 😀 😀 😀 )

 

A mes folles copines. Merci pour les discussions sans queue ni tête, les affairages, les fous rires, les délires. La vie est plus douce à vos côtés. 

 

Merci à mes collègues pour l’ambiance de dingue au boulot. Si je suis contente d’aller au boulot tous les jours, c’est bien grâce à vous.

 

Merci aux blogueurs et blogueuses qui ont récemment aimé mes articles : Alec, Didi, Au fil des livres, Anne-Ju, Kirsteen Duval, Audrey, Chris Poete, France fougere, Hervé, Ma lecturothèque, Et toi tu lis quoi, Léger badinage, Café littéraire gourmand, lemagdalexia, jeuneobservatrice, Yasmine

 

Merci à la blogueuse une connasse parisienne pour la création de ce challenge. J’ai pris un énorme plaisir à rire et faire rire. 

 

Ici s’achève le challenge un peu con mais pas trop. J’espère que vous avez apprécié mon brin d’humour. A très bientôt pour le challenge créatif du mois de Juin. 

signature coeur graceminlibe

 

 

 

Publié dans Ma poésie

Mon père, un être unique

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de mon tendre papounet d’amour. Je l’aime tellement cet homme ! Je suis infiniment reconnaissante à Dieu qui me permet de jouir de sa présence encore et encore. 

Pour son entrée dans une nouvelle décennie, je lui avais écrit un poème.

Si vous l’aimez, vous pouvez le dédier à vos pères mais n’oubliez pas de mentionner l’auteur. Vous savez combien c’est important. 😀

 

anniversaire-de-mon-pere

Data

A celui qui a accueilli ma naissance
Avec douceur et reconnaissance
A mon père qui m’a soignée et nourrie
Et qui de son cœur ne m’a jamais bannie

Il ne m’a jamais caché la réalité
De la vie et toutes ses difficultés
Il me disait toujours : sois courageuse
Poursuis la vérité et tu seras victorieuse

Il m’a inculqué de vraies valeurs
Je puise en elles mon espoir et mon ardeur
Il m’a appris à ne jamais gaspiller le temps
Avec parcimonie, à l’utiliser à bon escient

C’est à lui que je dois mon parcours
Il m’a tenu la main avec tant d’amour

Je ne le dis pas assez souvent
Mais je l’aime énormément
Je ne fais pas de cela une habitude
Bien plus, c’est une attitude

Mon seul désir c’est te rendre heureux
Car tu m’as permis de l’être
Mon bonheur c’est toi et je peux le reconnaître
Il est bien visible dans le blanc de tes yeux

Je prendrai soin de toi
Aussi longtemps que Dieu voudra
Je recueillerai tes cheveux blancs
Avec respect et pas autrement

A celui qui observe ma maturité
Avec confiance et fierté
A cet homme qui m’a éduquée
Dans la foi et la sobriété

A toi papa, être unique
Je dédie ces notes féeriques

© Grâce Minlibé

 

Joyeux anniversaire papa ! Tu es le visible de mon essentiel. Bisous !

 

Pour ceux qui préfèrent écouter plutôt que lire, vous êtes servis ! 🙂

 

Publié dans Interviews

Je n’aurais jamais commencé sans lui

Un nouveau jour, une date particulière… Il y a un an, je me lançais dans l’aventure du blog en suivant la recommandation d’un ami, que dis-je d’un frère qui m’a beaucoup aidée dans mes moments de chaos et de doute professionnel.

Ce blog c’est à lui que je le dois et j’ai voulu inaugurer le mois de célébration d’anniversaire du blog en lui rendant hommage via une interview. Mais de qui s’agit-il ?

 

Serge KOUKOUGNON

Qui est Serge KOUKOUGNON en 3 mots ?

SK : En trois mots ? (Rires). Si je devais utiliser juste trois mots pour parler de moi, je dirais «Image de Dieu». Ça fait bien trois mots non ?  (Rires)

Je  suis un passionné  de motivation,  de développement  personnel qui  prend plaisir à accompagner les autres dans la quête de leur épanouissement personnel. J’interviens en tant que conférencier, coach, et je suis également auteur de plusieurs livres. Je pense qu’on aura l’occasion d’y revenir.

Comment es-tu arrivé au développement personnel ?

SK : J’ai découvert cet univers par les livres. J’ai un ami d’enfance  que  j’ai vu un jour avec un livre volumineux et coûteux  (pour  notre bourse  à  l’époque). C’était les « 7 habitudes de ceux qui  réussissent tout ce qu’ils entreprennent »,  écrit  par Stephen  R. Covey. J’avoue avoir été surpris de savoir qu’il avait investi environ 17 000 francs CFA (26 euros) environ dans un « gros » livre et en plus il le lisait !

Ça a attisé ma curiosité au point d’acheter moi aussi mon premier  livre qui parlait de leadership « comment développer  son  leadership » de  Ken Blanchard. Un excellent livre qui m’a été d’une grande aide.

Tu sais, quand tu découvres un domaine aussi passionnant que le développement personnel, tu as toujours envie d’en savoir  plus.  C’est ainsi  que de  fil en  aiguille j’ai fait d’autres découvertes, rencontré des gens et depuis  on y est.

 

Quels sont tes thèmes de prédilection ?

SK : C’est une très belle question car le développement  personnel est très vaste. Je suis pour ma part spécialisé sur « la loi de l’attraction » qui  nous aide à comprendre comment nous pouvons de manière  consciente  attirer des circonstances favorables et  créer les conditions de notre bonheur. Je me passionne également pour  l’accompagnement  des personnes ayant le trac, qui de ce  fait  ne peuvent s’exprimer librement en public.

 

Peux-tu nous présenter Potentiel&Créativité ?

SK : Potentiel&Créativité est une structure que  nous  avons créé  depuis 2012, qui  œuvre dans le domaine du développement personnel à travers des conférences de motivation destinées aux jeunes, la formation et le coaching en communication orale adressés aux personnes en entreprise ayant des difficultés à s’exprimer en face d’un public. Notre rêve à Potentiel&Créativité est surtout d’aider toutes les personnes qui le désirent à atteindre l’épanouissement personnel.

Tu as créé l’année dernière un groupe d’inspiration sur WhatsApp. Peux-tu nous en parler un peu plus de cette réalisation ?

SK : Sk’s Inspiration est aujourd’hui une grande famille avec des membres dans plusieurs pays francophones africains. Nous avons créé cet espace pour  partager notre savoir-faire en développement,  nos  conseils  et stratégies  avec tous  ceux  qui en  ont  besoin. Et j’avoue que les retours sont très encourageants. A travers les séances de coaching que nous organisons chaque semaine dans le groupe, des vies sont  positivement transformées.  Notre groupe est très particulier. En ce sens que tous ceux qui y sont ont eux-même demandé à  le rejoindre. Ce n’est pas le genre de groupe où on se retrouve un matin sans trop savoir de quoi  il s’agit.

Notre famille est encore ouverte et disponible pour toutes les  personnes sérieuses, passionnées de  développement   personnel,  et pour toutes celles  qui  pensent  avoir besoin d’aide  pour  mener une  vie plus libre  et heureuse. Il suffit de nous contacter via WhatsApp,  de prendre  connaissance de nos conditions  et c’est tout.

De quoi es-tu le plus fier depuis que tu t’es lancé dans le développement personnel ?

SK : Je ne dirai pas  fier,  mais  reconnaissant de m’être lancé et d’aider les autres par  ce que je fais. Je suis vraiment reconnaissant  pour toutes ces personnes qui me suivent et  trouvent leur  solution. C’est un privilège que j’apprécie chaque jour. La route continue,  et tant  qu’on  a la force de le  faire, on le fera.

Que pourrais-tu dire aux gens qui ont peur de vivre leurs passions ?

SK : La peur de vivre sa passion est liée  à deux pensées : « Que vont dire les autres ». On  se  préoccupe de ce que penseront les personnes qui nous aiment.  On croit qu’on va les décevoir. Ce sera peut-être le cas. Dans ce genre de  situation, être indépendant  financièrement est un premier point de départ, et ensuite se laisser submerger par cette passion est le deuxième point. Si financièrement vous  ne dépendez de  personne,  vos choix seront moins contrariés. Puis si vous êtes submergé, plongé dans votre  passion, le  courage de la vivre sera une évidence. La  passion  deviendra  plus forte que  la  peur.

La deuxième pensée est « comment je vais en vivre ? ». Cette  pensée  fait  que certains se disent qu’ils n’ont pas  le choix. Ils sont  obligés de  faire ce qu’ils n’aiment pas pour  vivre. C’est un  doux mensonge.  Ça  sonne  bien,  mais ça nous  détruit. On  ne sera  jamais vraiment heureux sans vivre notre passion.  Parfois pour contrer cette peur il faut  s’autoriser à s’imaginer à  en  vivre pleinement. Plus vous y pensez  plus vous attirez les conditions pour  le  faire. Ensuite  commencez  à  temps partiel sans abandonner totalement votre principale source de revenu, jusqu’à ce que vous  soyez capable de vivre de votre passion. Si toutefois, le  temps  et la disponibilité  sont ce  dont vous avez  besoin, vous serez obligé de prendre la décision temporairement douloureuse  de  démissionner. C’est très  souvent  quand  les ponts  sont  rompus derrière soi  qu’on  se  découvre  des  capacités extraordinaires  pour  réussir.  De toutes les façons, le moyen le plus efficace pour surmonter la peur c’est l’action.  Sans action, tous les plans, toutes les théories ne servent à rien. Autorisez-vous à être heureux pour  une fois.

Peux-tu nous parler un peu de ta bibliographie ?

SK : Nous avons écrit en dehors de la sphère du développement personnel  »Noirs et Capables » qui retrace la vie d’une douzaine d’inventeurs noirs qui ont apporté leur contribution à l’avancée technologique et scientifique de l’humanité. Nous estimons que le noir n’est pas inutile bien au contraire. C’est un être humain, avec une couleur de peau différente de celle des autres races, mais a tout autant de potentiel que les autres. Nous avons également écrit un recueil de 365 proverbes africains dont le titre est  »L’Afrique te parle chaque jour ».

Concernant le développement personnel,  nous avons écrit quelques ouvrages à savoir :

 »4 Clés pour un leadership efficace »,

Savoir se fixer des objectifs et les atteindre (disponible sur Amazon et  à  Abidjan),

Prêt ? Parlez : 8 conseils concerts pour préparer et réussir vos interventions en public (livret gratuit en version numérique),

Développez votre  confiance en soi  pour entreprendre (disponible  sur  Amazon),

Pourquoi la loi de l’attraction n’a pas marché jusqu’à présent,

et le tout dernier Le Parchemin de l’inspiration, qui est un recueil de textes très inspirants et encourageants, également disponible sur Amazon et à  Abidjan.

Peux-tu nous citer 5 livres à lire absolument en matière de développement personnel ?

SK : Je vous conseillerai « Savoir se fixer des objectifs et  les  atteindre », « le parchemin de  l’inspiration », « la puissance de votre subconscient »  de  Joseph Murphy, « Réfléchissez  et devenez riche » de Napoléon  Hill.

 

Si tu devais décrire Grâce Minlibé en 4 mots, que dirais-tu ?

SK : Toi avec tes histoires de 3 mots, 4 mots. (Rires). Grâce Minlibé est une fille très intelligente, talentueuse en écriture, inspirée, ouverte, joviale, sensible, sincère et surtout une très bonne amie. C’est la personne que je recommanderai sans hésiter  à tous  ceux et toutes celles qui aimeraient vivre un célibat heureux, sans angoisse.  Oups  ! J’ai fait plus de 4 (Rires).

Le blog Grace Minlibe souffle sa première bougie. Quels sont tes vœux pour ce blog ?

SK : Je suis convaincu  que ce blog est une réponse aux problèmes des milliers de personnes dans ce monde. Grâce, je te dirai à  toi de ne pas  t’arrêter. Continue même quand ça sera dur. Continue même quand tu auras l’impression que personne  ne  te lit. Continue, améliore, progresse. Maintiens vivante la vision qui  t’a  fait commencer. Continue jusqu’au  bout.  Que  ce blog continue d’inspirer et  d’aider des millions  de  gens à travers le monde. Reste bénie Sista (Rires).

 

Merci au grand ami que tu es pour ces réponses spontanées et enrichissantes. 

Vous pouvez retrouver Serge Koukougnon sur sa page officielle et celle de  Potentiel &Créativité 

Il est également sur Instagram et Twitter

 Si vous désirez rejoindre le groupe SK’s Inspiration, envoyez via WhatsApp votre nom et prénom au +22578766233.

Publié dans Psyché

Atteinte du syndrome de besoin de reconnaissance

Et moi ? Et moi ?

Ce sont les mots que prononce silencieusement son âme.

Face triste, cœur serré, Elle aurait voulu… elle aurait voulu…

Elle aurait voulu que ces félicitations s’adressent à elle, que ces compliments lui reviennent, que ses actions soient louées.

compliment

Elle aurait voulu qu’on l’auréole, avoir la première place, être sous le feu des projecteurs. En elle, brûle ce désir d’être connue, reconnue, d’avoir son compte d’admiration sans cesse crédité.

syndrome du besoin de reconnaissance

Elle a besoin qu’on lui dise : merci d’exister !

Elle fait triste mine à chaque fois que les rayons de lumière sont projetés sur quelqu’un d’autre tandis que l’étau de l’obscurité se referme sur elle.

Elle ne voudrait pas que je vous le dise mais n’ayant signé avec elle aucun contrat de confidentialité, mes lèvres ne resteront pas scellées.

Je ne le chuchoterai pas à vos oreilles, ce que j’ai à vous dire n’a pas l’allure d’un secret.

Je ne le dirai pas avec une voix mielleuse, mère porteuse de l’hypocrisie.

Je ne le dirai pas d’un ton solennel, je ne suis pas amie avec le protocole.

Je le dirai avec le ton le plus normal qui existe dans ma panoplie vocale : elle a le syndrome du besoin de reconnaissance. 

Selon Lysiane Panighini, une psycho-praticienne, le besoin de reconnaissance ne se fait pas vis-à-vis de n’importe qui, mais plutôt par rapport à des personnes ou groupes « référents ». Des entités reconnues comme ayant une certaine valeur morale, éthique, hiérarchique, culturelle, ou affective, voire tout cela en même temps »

« Plus la personne ou le groupe a une importance pour nous, et plus le besoin de reconnaissance peut être grand. Être reconnu par ces derniers, c’est dans une certaine mesure être aimé et apprécié d’eux. » Sous entendu, « si ces personnes reconnaissent ce que je suis cela veut dire que j’ai une certaine « valeur » et que j’existe à leurs yeux. »

Pour Lysiane Panighini, cette problématique prend ses sources la plupart du temps dans l’enfance. Certains enfants sont survalorisés par leurs parents et deviennent ainsi dépendants de reconnaissance des personnes « référentes » qu’ils aiment le plus ».

Ce besoin devient handicapant lorsque la personne n’est plus apte à s’auto-évaluer à une juste mesure et lorsque la personne s’oublie elle-même au profit de cette quête d’approbation. Elle peut alors en arriver à perdre de vue ses propres valeurs, pour essayer de coller au plus près des personnes référentes. Il peut y avoir aussi une impression de rabaissement, de non respect de soi, et surtout un grand sentiment de tristesse lorsque la reconnaissance ne vient pas.

Comment se débarrasser de ce besoin de reconnaissance qui emprunte le même chemin que la jalousie ? 

Il faut  :

  • Avoir le sens du partage. Se dire sans cesse : je ne suis pas le soleil, la terre ne tourne pas autour de moi. Je ne suis pas le centre du monde, l’autre a autant besoin que moi de compliments.

 

  • Ne pas accorder trop d’importance aux compliments, l’excès nuit.

 

  • Travailler son estime de soi, se valoriser.

 

  • Développer une indépendance par rapport au regard ou aux dires des autres.

 

  • Développer l’humilité.

 

 

 

Ne quittez pas la page si vite ! Je vous soupçonne d’avoir ce syndrome. Faites vite ce test pour que je sois située ! 😀

Publié dans Ma poésie

Heureux anniversaire Chimères de verre

Grâce Minlibé

10 Décembre 2014: un mail, une confirmation, un rêve devenu réalité, une publication : Chimères de verre accessible au public.

Je me rappelle encore de l’état euphorique dans lequel j’étais après ma première publication sur la page Facebook du livre, ma première communication auprès de mes amis et connaissances…

10 Décembre 2015 : Premier anniversaire de ma vie d’auteure encore inconnue. Il y a eu des hauts et des bas. De la foi et des doutes, des instants de découragement et des instants de motivation.

Chimères de verre n’est pas encore au niveau où il devrait être mais je suis infiniment reconnaissante pour le chemin qu’il a parcouru et ses succès.

La poésie n’est pas le genre préféré des lecteurs mais je ne l’abandonnerai pas pour autant. Je ne veux pas ce qui marche, je ferai marcher ce que je veux. 😀

Grand merci à tous ceux qui ont pris plaisir à découvrir ma plume, pris la peine de lire le recueil malgré le fait qu’ils ne soient pas trop portés vers la poésie.

Grand merci à Mipat, AGS, Johnny, JYCOL, Mankan, Hervé, Didier, Fleuratte, Stéphanie B.E, Sue, Annessy, Marie-Jocelyne, Serge K., Tahi C, Mlk Fn, Marie-Dominique, Taman et tous ceux qui les imitent en participant à la promotion de l’oeuvre.

Je souhaite à Chimères de verre de ne cesser de grandir, d’avoir des millions de lecteurs, d’inspirer des poètes en devenir et d’être le premier d’une importante bibliographie.

Et vous, que souhaitez-vous à Chimères de verre ?

Ps 1: J’ai réalisé une petite vidéo pour marquer le coup, pour la voir, cliquez ici

Ps 2: Envie de participer à la promotion de Chimères de verre ? Cliquez ici

Ps 3: Le programme de réjouissance s’étalera du 17 Janvier au 09 décembre 2016. Restez connectés !!!!! 😉

Chimères de verre fête un an

Publié dans Ma poésie

Il y a une femme

Des yeux remplis de bonté

Des oreilles toujours prêtes à écouter

Une main toujours tendue

Une volonté qui jamais ne s’avoue vaincue

Un dos qui ne renie aucun fardeau

Venant de ses entrailles

Des pieds qui accompagnent

Même quand ils sont las

Des lèvres qui disent toujours : « je vais bien »

Même quand le cœur est en proie au chagrin

Cœur toujours ouvert

Même quand on l’a offensé

Cœur toujours aimant

Même devant le rejet

Il y a une femme qui croit en moi plus que moi

Il y a une femme qui m’a dédié son corps, son cœur et sa vie

Il y a une femme qui me rend heureuse rien qu’en me souriant

Il y a une femme que je veux rendre fière jusqu’à mon dernier souffle

Il y a une femme qui traverse le temps et garde le même visage

Il y a une femme qui me donne le goût de l’amour inconditionnel

Cette femme unique n’a point de rivale dans mon cœur

Cette femme est admirable, brave et elle est ma mère

© Grâce Minlibé 30/05/2015 _ 23h32

téléchargement