Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 112: Le retour en France d’Alphonse Madiba dit Daudet

Qui dit jeudi, dit Throwback Thursday Livresque. Cette semaine, le thème est: Résolutions

Pour la prochaine année livresque, j’ai décidé de lire davantage de BD. En 2020, j’en ai lu 19 grâce à Youscribe. Cette année, 18 en majorité grâce à mon abonnement gratuit à Youscribe.

Avec mes obligations professionnelles, ce format me permet d’avoir au moins une lecture par semaine.

Puisqu’on parle de BD, j’en profite pour vous en présenter une : le tome 2 des Tributations d’Alphonse Daudet.

Pour ma chronique du tome 1, c’est par ici

Couverture Les Tribulations d'Alphonse Madiba dit Daudet, tome 2 : Le retour en France d'Alphonse Madiba dit Daudet

Madiba, si je ne te tue pas aujourd’hui, un cadavre va mourir !

Immigré expulsé de France, Alphonse Madiba dit Daudet est de retour au pays. Coincé en Balaphonie, État imaginaire et miroir de l’Afrique, il est prêt à tout pour repartir au pays de ses rêves. Une comédie grinçante et désopilante qui finit bien, mais pas pour tout le monde…

Un plaisir de retrouver Alphonse Daudet dit Madiba. Il n’a pas du tout changé: toujours oisif et obsédé par sa vie en France. Il est prêt à tout pour y retourner quitte à truander. Quand l’un de ses stratagèmes foire, il ne désespère pas, il remet en place un autre. J’ai ri mais pas autant que dans le 1er tome. Y aura-t-il un tome 3 ? C’est ce que l’auteur semble nous dire à la fin de la BD. On attend donc la suite des aventures de Madiba.

Cet article est probablement le dernier de cette année 2021. Je vous souhaite de passer un beau réveillon et j’espère de tout cœur qu’on se retrouvera en 2022 pour de nouvelles lectures et aventures livresques.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Clean love, book 12: Ruth and Lucas

La vie et la carrière de Ruth se déroulent bien, sauf une chose : sa vie amoureuse !
Après que son fiancé l’ait plaquée, elle se retrouve au mariage d’une connaissance, demandant en plaisantant à un inconnu de l’épouser !
…Bien sûr, un mari serait bon pour son image, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il dise oui !
Les parents milliardaires de Lucas refusent de lui donner le contrôle de leur entreprise s’il ne se marie pas.
Alors quand la femme qu’il vient de rencontrer lui demande de l’épouser, bien sûr il en profite !
Pourtant, une vie de mariage est bien différente de ce qu’ils avaient prévu au départ !
Et bientôt, leur mariage devient bien plus qu’un simple compromis.
Mais alors que leurs sentiments grandissent, seront-ils capables de se faire confiance ?
Ou la jalousie aura-t-elle raison d’eux ?

Ruth Matthews a.k.a Veronica Beaumont n’a rien à envier professionnellement parlant. C’est une designer d’intérieur accomplie et reconnue. Côté sentimental, c’est autre chose. Elle a été larguée par son fiancé qui tentait de la transformer en une bimbo blonde. Il n’a d’ailleurs pas hésité à lui demander de s’éclaircir la peau. J’ai apprécié que l’auteure évoque ce fait de société dans la communauté noire: dépigmentation, colorisme, complexe de la peau blanche.

Ruth had nothing against white people, but what was up with these black men always going for white women? Were black women so undesirable

Ruth, lors d’un dîner de mariage, va suggérer au frère de la mariée, Lucas Ross de l’épouser. Ce dernier saute sur l’occasion car le mariage est une condition de ses parents pour qu’il puisse diriger l’entreprise.

Bon! Les mariages blancs ce n’est plus mon domaine de prédilection en romance mais je me suis laissée tenter par l’histoire.

J’ai apprécié la délicatesse du rapprochement entre Ruth & Lucas. J’ai apprécié ce mariage qui débute sur une note d’amitié. J’aurais d’ailleurs aimé que ce soit plus détaillé, mis en exergue. Leur couple est charmant et j’aurais aimé plus de détails sur les moments passés à deux. J’ai trouvé dommage qu’ils soient résumés. Et une fois les sentiments d’amour réciproques dévoilés, j’aurais également voulu des moments à deux.

Ce tome est une lecture sympathique mais ce n’est définitivement pas la romance de l’année. Il a manqué quelques ingrédients pour que ce soit une romance inoubliable.

Par ailleurs, certains faits semblent incongrus comme l’apparition du père de Ruth.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 95 : Clean love, book 7 Shiloh and Michael

Qui dit jeudi, dit Throwback Thursday Livresque. Cette semaine, le thème est: Un livre à emmener en vacances.

Je triche puisque le livre que je vais vous présenter fait partie de mes 5 dernières lectures mais… c’est de la romance et je trouve que ce genre est l’idéal pour les vacances.

Et aussi, c’est mon 800e article de blog et je voulais le fêter avec ce genre littéraire que j’aime beaucoup 😀

Shiloh n’a pas réfléchi lorsqu’elle a sauvé un homme nommé Michael de la noyade dans une piscine de Las Vegas. Elle est donc totalement surprise lorsque ce dernier se rend en Oklahoma pour la remercier !
Michael est séduit par la belle Shiloh. Et après quelques rendez-vous, leur relation se transforme rapidement en une romance passionnée !
Mais lorsque la mère de Michael dit à Shiloh qu’elle ne peut pas être avec lui, Shiloh apprend qui est vraiment Michael : L’héritier d’une énorme société de soins de la peau en Corée du Sud !
Et pour aggraver les choses, Michael est déjà fiancé !
Michael et Shiloh pourront-ils surmonter leurs différences culturelles et trouver le bonheur l’un avec l’autre ?
Ou sa famille va-t-elle éloigner Shiloh de Michael pour de bon ?

J’ai d’abord été attirée par la couverture. La douceur du rose. (oui c’est l’une de mes couleurs préférées)

Ensuite, la mixité du couple: c’est mon 1er BWAM (Black Woman Asian Man).

Shiloh, 31 ans, est divorcée depuis quelques années. Dermatologiste, elle a son propre cabinet et tente d’étoffer son portefeuille clients en participant à des conférences. C’est lors d’une de ces conférences qu’elle va faire la connaissance de Michael en le sauvant d’une noyade.

Leurs rendez-vous ne sont pas fades, leurs moments à deux sont pleins de rire et de joie. J’ai apprécié ce couple, l’histoire est entraînante.

Shiloh and Michael est le tome 7 de la saga clean love. Je le préfère largement au tome 10 que j’ai déjà lu mais cela ne veut pas dire qu’il n’ y a pas de bémols.

J’aurais apprécié que Shiloh ait un caractère plus téméraire. J’ai de moins en moins du mal avec les héroïnes qui manquent de confiance en elles.

Le revirement soudain des parents m’a un peu déçue. J’ai trouvé que ça manquait de consistance, de surprise.

J’ai le tome 12 de cette saga dans ma PAL et j’espère qu’il sera au-dessus du tome 7.

La saga n’est pas encore traduite. Je l’ai donc lu en VO et j’ai appris pas mal de nouveaux mots comme Spinster. Je suis une spinster et je le vis très bien. 😀

Cette saga est une clean romance. Les scènes sexuelles ne sont pas mentionnées et j’aime beaucoup. J’en ai un peu marre de l’érotisme. Je trouve que le monde d’aujourd’hui en fait un peu trop. 😀

Quel livre auriez-vous proposé pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Clean love, tome 10 : Amanda et Jérémy

Amanda, institutrice maternelle, s’est prise d’affection pour le nouvel élève de sa classe, Ricky. Remarquant à quel point il est calme et renfermé, elle essaie à plusieurs reprises d’entrer en contact avec son père… Mais lorsqu’elle se rend enfin sur son lieu de travail et qu’elle rencontre le séduisant célibataire, son univers change du tout au tout… Elle se retrouve maintenant à vivre dans la maison de Jeremy en tant que nounou de Ricky !
Et chaque jour qui passe, elle tombe de plus en plus amoureuse de Jeremy. Et Jeremy ne peut pas résister à la femme qui est entrée dans son monde et a fait son chemin dans son cœur !
Mais alors que leur amour commence à s’épanouir, le passé de Jeremy revient en force pour repousser Amanda. Et le problème est peut-être trop lourd à porter pour elle…
Va-t-elle finir par faire ses valises et quitter Jeremy et Ricky pour toujours ?

Après mes lectures en romance axée sur les couples afro, je me suis axée sur les couples mixtes depuis un bout de temps. Je continue ma découverte des auteures du BWWM et ai débuté la saga clean love avec le tome 10.

Amanda et Jeremy sont les personnages principaux de cette romance. Amanda est une jeune femme de 27 ans, elle est en couple avec Ned mais leur relation n’est plus très épanouissante. J’ai grincé un peu des dents parce que les commentaires des amies d’Amanda sur les hommes noirs entretiennent un peu les préjugés sur ceux-ci.

Amanda est passionnée par son métier et sa relation avec ses élèves, en particulier Ricky, est attendrissante. Petite, elle rêvait de son prince charmant. Elle l’imaginait avec des yeux verts, une longue chevelure noire. Alors quand elle rencontre Jeremy, le père de Ricky, elle est sous le choc. S’il est le prince dont elle a toujours rêvé, elle n’est pas le genre de femmes avec qui Jeremy sort.

Jeremy est un chef d’entreprise qui est habitué aux mannequins. Il est également en couple et a appris récemment qu’il était le père de Ricky. La mère lui a laissé l’enfant pour aller on ne sait où. Il ne sait pas comment s’y prendre avec son enfant et Amanda va lui être d’une aide précieuse.

Le tandem Amanda/Jeremy est sympathique, leur rapprochement est mignon même si je trouve que Jeremy est un peu imbu de sa personne. J’aurais voulu que l’auteure nous offre quelques moments de ce duo en tant que couple.

Ce tome 10 est une lecture mitigée. Je n’arrivais pas à lâcher le livre jusqu’à la 1ere moitié puis mon enthousiasme s’est amoindri à la 2e moitié. L’intrigue a été sous-exploitée à mon sens. Il y avait matière à rendre cette histoire sensationnelle, à en faire un joli conte de fée moderne. Je trouve que les péripéties sont un peu précipitées vers la fin, on reste en surface. Certaines péripéties sont incongrues ou pas assez développées.

La couverture mentionne l’absence de foi en Dieu mais à aucun moment ça a un impact dans le récit, on ne parle même pas de ça. Aussi le portrait de Jeremy n’a rien à voir avec celui de la couverture.

Mon personnage coup de cœur: Ricky. Ce petit garçon est adorable.

J’ai lu le tome en anglais puisqu’il n’y a pas de version française disponible et j’ai trouvé le niveau de langue accessible. Je n’ai pas fait d’incessants aller-retour entre le livre et le dictionnaire.

J’ai deux autres livres de cette série dans ma PAL et j’espère qu’ils sont bien meilleurs que le tome 10.

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 91 : Akissi de Marguerite Abouet

Qui dit jeudi, dit Throwback Thursday Livresque. Cette semaine, le thème est: Une série (plus de 3 tomes)

Les séries, ce n’est pas mon truc. Je préfère les one-shot. Mais je poursuis les saga quand il s’agit de Bande-dessinée.

Pour ce TTL, j’ai pensé à ma très chère Marguerite Abouet, notre fierté nationale.

Je ne vous parlerai pas de Aya de Yopougon mais d’Akissi. La série est composée de 10 tomes et je l’ai inaugurée non pas avec le tome 1 mais le tome 2.

Couverture Akissi, tome 2 : Super-héros en plâtre

Véritable poil à gratter pour sa famille, Akissi est une petite fille effrontée et dégourdie, pas toujours animée des meilleurs intentions. Avec son meilleur copain Edmond, elle songe à jeter un sort à leur maître d’école pour les venger d’une punition ; là voilà ensuite prête à tout pour que sa mère cesse de la coiffer, y compris à attraper des poux ! Mais quand Edmond se prend pour le super-héros Spectreman, Akissi se fait pour une fois la voix de la raison…

Dans l’univers de Marguerite Abouet, vous ne verrez jamais l’Afrique misérable, à plaindre. L’Afrique est belle, joyeuse, souriante, pleine de vie, colorée.

Akissi c’est le prénom des filles nées un lundi chez les baoulé (ethnie de la Côte d’Ivoire).

Akissi est une petite fille espiègle, énergique, toujours prête à faire des bêtises.

Le tome 2 est constitué de sept histoires mettant en scène Akissi et son ami Edmond qui se prend pour Spectreman. Ces deux-là vont enchaîner les bêtises comme sauter du toit de la maison, faire fuir les patients chez le dentiste, dévorer la sainte cène, prendre une souris comme animal de compagnie, attraper des poux pour éviter de se faire tresser les cheveux, s’introduire dans un cinéma, faire tomber le maître.

Ce tome se lit vite, il fait moins d’une cinquantaine de pages. Il m’a rappelé de joyeux souvenirs d’enfance : Spectreman qui passait à la télé, le célèbre jeu de gâte-gâte au primaire, les séances de tresses les dimanches au retour de l’église. L’humour est également bien présent. Je pense lire d’autres tomes que je vais emprunter à ma nièce. Elle apprécie beaucoup cette série et je pense que les enfants et adolescents auront le même avis.

Quel livre auriez-vous proposé pour ce thème ?

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Séduit par sa rivale – Brenda Jackson

Couverture The Westmoreland Legacy, book 1: The Rancher returns

Ce roman est le 1er tome de la saga The Westmoreland Legacy qui raconte les histoires de cœur de cinq frères d’armes : Gavin, Coop, David, Bane et Mac.

Sans le savoir, j’avais lu le 3e tome de la saga qui n’est autre que En mission séduction.

 

Ce 1er tome est consacré à Gavin. Le 3e tome annonçait la grossesse de Crystal, la femme de Gavin. Laissez-moi vous dire que j’ai longtemps cherché cette Crystal dans le récit. J’ignore si c’est une erreur de traduction mais la femme de Gavin s’appelle Layla et non Crystal.

Par ailleurs, je trouve que le titre de la version française ne correspond pas à l’histoire. Il n’est à aucun moment question de rivalité entre Gavin et Layla. 

 

Passons à l’intrigue.  

 

Layla Harris est docteur en histoire et archéologie. Elle est la plus jeune enseignante de l’université de Seattle. C’est une jeune femme qui a suivi son propre chemin et non celui désiré par ses parents.

Convaincue que le célèbre Jesse James a enterré le butin du hold-up de la banque de Tinsel sur les terres des Eperons d’argent, elle décide d’y mener des fouilles.

Ce ranch appartient à Gavin Blake. Layla réussit à avoir l’autorisation de la grand-mère de Gavin pour réaliser ses fouilles. Une autorisation que Gavin remet en question avec une furieuse énergie. Il n’est pas convaincu par cette histoire de trésor enterré sur ses terres. 

Il aimerait que les fouilles ne soient pas faites mais l’intrusion de la jeune femme dans sa propriété ne le dérange pas tant que ça. Il est attiré par elle, la veut dans son lit. Même si Layla le nie et désire se concentrer sur ses fouilles, l’attirance sexuelle est réciproque. On se demande quand elle flanchera et quel sera l’élément déclencheur.

Encore une fois, Brenda Jackson nous livre un sympathique couple. Fidèle à elle-même, elle use du schéma du mâle dominant qui initie son amante aux jeux de l’amour. Le superlatif des descriptions des amants m’a un peu dérangée. La perfection n’étant pas de ce monde, j’aurais voulu des descriptions physiques plus réalistes.

Les plus de cette histoire sentimentale sont la recherche du trésor _jusqu’à la fin, on se demande si le trésor y est vraiment_ et les révélations sur la mère de Gavin. J’ai aimé cet effet de surprise qu’elles apportent dans le récit. 

 

Bon dimanche à tous !

signature coeur graceminlibe

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Le défi de Gemma Westmoreland – Brenda Jackson

En apprenant qu’elle a été choisie pour décorer l’immense propriété australienne de Callum Austell, Gemma Westmoreland a du mal à contenir son excitation. Certes, elle se méfie un peu de ce séduisant milliardaire qu’elle juge arrogant et bien trop sûr de lui, mais n’est-ce pas là l’occasion idéale pour faire décoller sa carrière ? Cependant, sa joie est de courte durée, car, très vite, elle s’aperçoit que Callum ne l’a pas recrutée seulement pour ses qualités professionnelles…

 

mon-avis-de-lecture

L’auteure nous met dans la confidence dès le prologue. On découvre les intentions louables de Callum envers Gemma. Il l’aime depuis trois ans en silence et veut la conquérir…

Dans les ouvrages de Brenda Jackson que j’ai lus jusqu’ici, l’attirance sexuelle vient avant l’amour. Dans ce tome 19 de la série Westmoreland, l’amour vient avant. J’ai apprécié l’envie de Callum de faire de Gemma sa femme sans l’avoir connu sexuellement. Il l’aime, il veut son bonheur, il veut la combler. Il le répète sans se lasser tout au long du roman et en ces temps moroses, ça fait du bien de lire tant d’amour ressenti. 

A part cette nouveauté si je peux l’appeler ainsi, on retrouve le schéma classique de Brenda Jackson : hommes beaux à couper le souffle avec un compte en banque bien fourni et l’héroïne vierge.

C’est assez lassant que ce schéma revienne sur plusieurs tomes. Et surtout quand on veut bien faire les choses, autant perdre sa virginité à la nuit de noces, non ? 😀

Le récit se déroule entre Denver et Sydney. Les descriptions de la ville de Sydney m’ont donné l’envie de l’inscrire dans mes souhaits de voyage.  

La série Westmoreland met un accent non négligeable sur l’importance de la famille. Nos deux héros sont très attachés à leurs familles, je me suis retrouvée à travers eux. 

Ce tome a été l’occasion d’avoir des nouvelles de ma chère Delaney et de Durango.

Je me suis attachée à Callum et Gemma mais leur douce histoire était trop courte à mon goût. Ils m’ont donné l’envie de lire d’autres romances du coup j’ai enchaîné sur une autre.

Laquelle ? Ça c’est une autre histoire…

signature coeur graceminlibe

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 49: Rentrée avec le grand saut – Florence Hinckel

Thème de cette semaine : Rentrée

Il était évident pour moi de vous parler du grand saut de Florence Hinckel, roman reçu à un concours #VendrediLecture.

Couverture Le grand saut, tome 1

Iris, Paul, Rébecca, Marion, Alex et Sam sont amis depuis la sixième. Aujourd’hui, ils entrent en Terminale, cette dernière année tant attendue, tant redoutée. Enfin la libération?

Une chose est sûre, bien que le soleil baigne leur petite ville de La Ciotat, chacun sent que l’orage gronde… 
Les sentiments depuis trop longtemps inavoués de certains, les relations familiales bancales des autres, la pression de l’avenir… tout devient insupportable. Et ce n’est pas la gigantesque soirée chez Madeleine qui va suffire à leur changer les idées. Au contraire, c’est même peut-être là que tout va définitivement basculer…

 

Des citations introduisent chaque chapitre et une seule m’a réellement marquée :

“La vie ne se comprend que par un retour en arrière, mais on ne la vit qu’en avant.”  Sören Kierkegaard 

 

Sur 300 pages, nous sommes immergés dans la vie de six adolescents aux structures familiales très différentes : mère célibataire, famille recomposée, parents au bord du divorce, parents amoureux…

D’une oreille attentive, nous suivons le déroulement de leur année de terminale et écoutons leurs problèmes de famille, jérémiades, plaintes et peurs, incompréhensions du monde des adultes. Il ne se passe pas grand-chose dans le récit jusqu’à la gigantesque soirée de Madeleine.

Ces adolescents ont des réactions que je ne m’explique pas, mon adolescence ayant été bien différente de la leur (alcool, sexe et fête c’était pas mon truc) mais leurs histoires ne m’ont pas terriblement ennuyée. J’ai apprécié les thèmes abordés : l’acceptation de soi, l’influence des réseaux sociaux, les premiers amours, les secrets de famille, le racisme.

La lecture a été sympathique dans l’ensemble mais elle ne me donne pas assez de raisons valables pour lire les autres tomes.

 

Quel livre auriez-vous choisi ? Faites-moi sortir des sentiers battus ! 

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 48 – A.N.G.E d’Anne Robillard, tome 1 Antichristus

Le Throwback Thursday Livresque est officiellement en pause en ce mois d’août chez Carole du blog My Bo0ks. Pour ne pas perdre mon engouement à participer à ce rendez-vous, j’ai décidé de reprendre en ce mois d’août les thèmes de l’an dernier que je n’avais pas faits

1er août : Famille

8 août : Comme un oiseau en cage

15 août : La meilleure héroïne

22 août : Take me anywhere

29 août : Fantasy, fantastique, magie, SF, irréel, incroyable, miracle, au delà, anges et créatures…

Thème de cette semaine

Vous le savez bien, ce ne sont pas mes genres favoris mais le mois dernier, j’avais besoin de lire du fantastique pour valider l’audience de mon roi Bear (un challenge Tara Duncan que je fais sur Livraddict)

Lors d’un Throwback Thursday Livresque, une blogueuse (The teapot library si je ne me trompe pas) avait évoqué la saga A.N.G.E. d’Anne Robillard. Le résumé alléchant m’a donné l’envie de débuter cette saga.

Couverture A.N.G.E., tome 01 : Antichristus

À l’insu des habitants de la Terre, des hommes et des femmes travaillant pour l’Agence Nationale de Gestion de l’Étrange (mieux connue sous le nom de l’A.N.G.E.) veillent sur l’humanité. Peu importe le pays où ils sont affectés, ces courageux agents secrets la protègent des ténébreuses machinations des serviteurs du Mal.
Lors d’une enquête de routine sur les enseignements trompeurs d’un prétendu gourou, les agentes Océane Chevalier et Cindy Bloom de Montréal découvrent que les sombres évènements prédits par des textes bibliques sont sur le point de se produire. Leurs collègues, Yannick Jeffrey et Vincent McLeod, se joignent alors à elles et se heurtent rapidement à la puissance du Faux Prophète.
Aux tueurs de l’Alliance s’ajoutent bientôt des intervenants inattendus qui plongent l’A.N.G.E. dans l’incertitude. Quelle est en effet la véritable mission de l’envoyé du Vatican qui s’intéresse lui aussi aux crimes de l’Alliance ? Qui est vraiment cet homme en noir qui apparaît aux agents de l’A.N.G.E. lorsqu’ils sont en difficulté ? L’Agence pourra-t-elle arrêter la percée de l’Antéchrist en Amérique ?

 

J’aime bien les luttes entre le Bien et le Mal. Le thème du récit me faisant penser à l’Apocalypse, je me suis plongée dans ma lecture qui au final a été mitigée.

J’ai réellement pris plaisir à ma lecture à partir du chapitre 12. Il m’a manqué de l’action dans les 11 précédents chapitres. Je m’imaginais une lutte constante entre le Bien et le Mal mais il y a eu des temps morts.

Les thèmes abordés sont intéressants, je me suis attachée aux personnages surtout Kephas et Ocelus mais j’ai trouvé l’écriture de l’auteure trop simpliste. J’ai eu l’impression que l’écriture et le scénario avait été pensés pour des adolescents et vu que j’ai passé cette période, je n’ai pas été émerveillée. J’aurais voulu un scénario plus corsé. 

Je ne compte pas lire les autres tomes. Le nombre des sagas entamées et non terminées augmente mais je ne peux faire autrement. La lecture doit rester un plaisir.

Si vous avez lu cette saga, j’aimerais bien avoir votre avis.

 

PS: Le mois rétro du Throwback Thursday Livresque s’achève. J’ai pris plaisir à trouver les thèmes et choisir des livres qui correspondent. J’espère que vous avez apprécié 😀

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Le Gang de la Tamise – Jessica Fellowes

À la fin d’un bal masqué donné à Asthall Manor pour les dix-huit ans de Pamela Mitford, quelques-uns des Bright Young Things, cette jeunesse dorée et débridée dont les journaux commentent avidement les nombreuses frasques, organisent l’une de leurs fameuses chasses au trésor. Mais la partie se termine tragiquement : l’un des invités est poussé du haut du clocher de l’église.

Convaincue de sa culpabilité, la police arrête alors Dulcie, une domestique, qui fait partie du gang des Quarante Voleuses dirigé par Alice Diamond.

Mais Louisa Cannon, chaperon des sœurs Mitford, croit Dulcie innocente. Avec Pamela et Nancy Mitford, elle est bien décidée à disculper la jeune fille….tandis que le véritable assassin rôde peut-être non loin de là.

S’inspirant d’un fait réel – le gang des Quarante voleuses ou les Quarante Éléphantes, qui organisaient des grandes razzias dans les plus grandes enseignes londoniennes – Le Gang de la Tamise est une véritable plongée dans le Londres des années folles et dans des lieux interlopes où se côtoient la pègre et la bourgeoisie anglaise.

Couverture Les soeurs Mitford enquêtent, tome 2 : Le Gang de la Tamise


La Kube de juin 2018 m’a fait découvrir la famille de Nancy Mitford et un extrait du tome 1 des sœurs Mitford enquêtent.

dav

J’avais apprécié le style narratif de l’auteure, cette immersion dans ce Londres du siècle passé.

J’ai rejoint le mois dernier NetGalley. Lorsque j’ai découvert que le tome 2 y était disponible, je n’ai pas hésité une seconde à le demander.

Merci à NetGalley France et aux Editions Le Masque pour cette opportunité de lecture.

L’intrigue est classique, il n’y a pas de grande surprise concernant le coupable mais j’avoue n’avoir pas pensé à l’existence d’un acolyte.

J’ai apprécié la diversité des personnalités des personnages et la balade dans Londres. 

Le roman est assez épais mais les chapitres courts donnent du rythme. J’ai beaucoup apprécié le caractère fort de Louisa. Intrépide, déterminée, elle est. Je me suis attachée à elle, j’espère la retrouver dans les prochains tomes de la saga si elle continue.

Ce roman policier a été sympathique à lire. Il a apporté un point de plus à ma culture générale en me faisant découvrir le gang des 40 voleuses et leur chef de file Alice. Elles sont impressionnantes. (rires)

 

Pour en savoir plus sur ce gang, cliquez ici

fleur v1