Publié dans Arrêt sur une oeuvre

La ligne verte de Stephen King à lire et faire lire

Résumé de l'oeuvre

Paul Edgecombe, ancien gardien-chef d’un pénitencier dans les années 30, entreprend d’écrire ses mémoires. Il revient sur l’affaire John Caffey – ce grand Noir au regard absent, condamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes – qui défraya la chronique en 1932.
La ligne verte est le reflet d’un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étrange souris apprivoisé par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore avec sa matraque et Caffey, prisonnier sans problème. Assez rapidement convaincu de l’innocence de cet homme doté de pouvoirs surnaturels, Paul fera tout pour le sauver de la chaise électrique.

 

Couverture La Ligne verte
Edition lue en epub

 

L’an dernier, j’ai demandé à une férue de lecture quels étaient les livres de Stephen King qu’elle me recommandait. Elle m’a cité deux ou trois titres parmi lesquels figurait la ligne verte

Je l’ai téléchargé, le résumé étant assez alléchant. Après lecture des premiers chapitres, des souvenirs sont remontés à la surface. J’avais déjà vu ce John Caffey, ce géant. Une recherche sur Internet l’a confirmé. Il y a 15 ou 20 ans, j’ai regardé la ligne verte.  Ce film poignant m’a marquée puisque j’ai encore en mémoire l’acteur qui jouait le rôle de John Caffey.

Résultat de recherche d'images pour "la ligne verte film""

Après avoir lu le livre, je peux vous dire qu’il a interprété ce rôle à la perfection. 

 

Revenons à l’origine, au livre. Les premiers chapitres se déroulent à l’automne 32 au Pénitencier à Cold Moutain. Paul Edgecombe est un garde-chef pénitencier. Il travaille au bloc E, dans le couloir de la mort qu’on appelle la ligne verte à Cold Mountain à cause du lino par terre. Il nous présente l’univers du bloc E, les pensionnaires actuels :  ceux qui vont être au cœur de cette histoire en particulier John Caffey, ce noir accusé d’avoir violé et tué deux fillettes. 

Stephen King nous livre une bouleversante histoire avec de l’émotion, des réflexions pertinentes et des personnages attachants.

J’ai souvent l’habitude de dire que certains criminels méritent la peine de mort mais Stephen King m’a donné l’envie d’être plus tolérante, il les a humanisés. Au bloc E, j’ai trouvé l’incendiaire, violeur et meurtrier Delacroix touchant et les conditions dans lesquels il a quitté ce monde m’ont touchée.

« Ils vous touchent, vous savez; vous ne voyez pas le pire en eux, ces pulsions qui martèlent leurs horreurs comme des démons à la forge. » – Paul Edgecombe

 

Mais il y a d’autres criminels très dangereux aussi bien en dehors qu’à l’intérieur de la prison. Je parle notamment de ceux de la trempe de William Wharton — qui se surnomme lui-même « Billy the Kid »

« William Wharton. Il avait un tatouage sur le bras : Billy the Kid, pour qui il se prenait. Rien qu’un gosse, mais dangereux. Je me souviens encore de ce que Curtis Anderson, il était alors sous-directeur, avait écrit à son sujet : « Un vrai frappadingue, et fier de l’être. Il a dix-neuf ans, mais ce type n’en a plus rien à foutre . » Il avait souligné la dernière phrase. »

Que faut-il faire pour cette tranche de criminels, maintenir la peine de mort pour protéger le monde de leur pouvoir de destruction ?

Que faut-il faire de ces mauvais hommes comme les appelle John Caffey ?

 

J’ai vraiment été touchée par l’innocence de John Caffey. Son pouvoir de guérison apporte un côté surnaturel au récit qui n’est pas déplaisant. Les miracles apportent une touche d’espérance à la vie…

Ce livre soulève également les conditions de travail difficiles des gardes pénitenciers qui côtoient souvent des personnalités dangereuses et de l’accompagnement psychologique qui leur fait souvent défaut. Des conditions de travail qui aujourd’hui encore laissent à désirer dans certaines parties du monde. 

J’ai été émue par la facilité avec laquelle on a condamné John Caffey, c’était tellement plus facile de condamner les noirs à cette époque….

J’ai pensé aux innocents accusés à tort et aux coupables laissés en liberté.

J’ai pensé aux innocents passés sur la chaise électrique et aux coupables morts paisiblement dans leur sommeil.

J’ai pensé aux injustices de cette vie et j’ai été émue aux larmes. 

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "la ligne verte film""

 

« J’suis fatigué de toutes les fois où j’ai voulu aider et que j’ai pas pu. J’suis fatigué d’être dans le noir. Dans la douleur. Y a trop de mal partout. » – John Caffey

 

Si vous n’avez pas encore lu ou regardé l’adaptation, je vous encourage à le faire. 

 

GM signature

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Danse macabre – Stephen King

Danse macabre est un recueil de nouvelles d’horreur de Stephen King publié en 1978. La plupart des vingt nouvelles le composant sont parues précédemment dans divers magazines, seules les nouvelles Celui qui garde le verDesintox, Inc.Le Dernier Barreau de l’échelle et Chambre 312 étant inédites.

Le fantastique et l’horreur surgissent au détour des réalités les plus familières.

De Stephen King, je n’ai lu que Shining. J’avais beaucoup aimé l’atmosphère oppressante de ce roman. J’ai eu envie au moment où j’ai reçu Danse macabre de revivre cette atmosphère mais sous un autre format : celui du recueil de nouvelles.

Je m’attendais à lire des nouvelles excellentes du début à la fin. Exigence justifiée puisque l’auteur est Stephen King, maestro de l’horreur. Hélas, plusieurs nouvelles m’ont ennuyée à l’instar d’une sale grippe, Petits soldatsmatière grise.

Par contre, j’ai beaucoup apprécié les enfants du maïs, Poids Lourds, la presseuse, le croque-mitaine, un dernier pour la route, Cours, jimmy, cours, le dernier barreau de l’échelle et Desintox Inc.

Ces nouvelles m’ont captivée. J’ai apprécié l’atmosphère glaçante et oppressante. Elles m’ont fait frémir, j’ai éprouvé de l’empathie pour les personnages. Je vous en dis plus dans les lignes suivantes.

Les Enfants du maïs 

Burt et Vicky traversent les États-Unis en voiture dans une ultime tentative de sauver leur mariage. Alors qu’ils se trouvent dans le Nebraska, et ses champs de maïs à perte de vue, leur véhicule heurte un jeune garçon. En examinant le corps, Burt découvre qu’il a la gorge tranchée et qu’il était déjà mourant lors de la collision. Burt et Vicky mettent le corps dans le coffre et se dirigent vers Gatlin, la localité la plus proche. Mais Gatlin est habitée par une communauté d’enfants qui n’obéissent qu’à leurs propres rituels….

J’ai eu envie d’étrangler Burt. S’il avait écouté l’intuition de sa femme, leur vie aurait pris une autre tournure. 

 

Poids lourds

Le narrateur et cinq autres personnes (un cuisinier, un routier, un représentant, un jeune homme prénommé Jerry et sa petite amie), sont piégés dans un relais routier par des camions qui agissent de leur propre chef et tuent toute personne croisant leur route.

C’est un huis-clos éprouvant. J’ai ressenti la détresse des personnages.

 

La presseuse

L’inspecteur John Hunton enquête sur un accident mortel survenu dans une blanchisserie industrielle, une employée ayant été happée par une repasseuse-plieuse. L’affaire est classée mais, une semaine plus tard, une autre employée est gravement brûlée par un jet de vapeur de la machine. En interrogeant la victime, Hunton apprend que les problèmes avec cette machine ont commencé après qu’une autre employée, Sherry Ouelette, s’y soit coupée à la main. Mark Jackson, meilleur ami de Hunton, avance l’hypothèse que la machine est possédée mais Hunton la rejette jusqu’à le contremaître de la blanchisserie perde son bras dans la repasseuse-plieuse. Jackson fait alors des recherches pour procéder à un exorcisme de la machine.

Cette nouvelle m’a fait légèrement frémir mais surtout fait rire. N’est pas exorciste qui veut. 

 

Le croque-mitaine

Un homme dont les trois enfants ont tous été tués raconte son histoire à un psychologue.

J’ai apprécié la chute de cette nouvelle. Elle m’a donné froid dans le dos.

 

Un dernier pour la route

Le patron d’un bar et son dernier client voient arriver un homme à moitié congelé par le blizzard qui leur demande de venir l’aider car sa voiture s’est retrouvée enneigée près de la ville abandonnée de Jerusalem’s Lot et qu’il a laissé sa femme et sa fille dedans. Arrivés à la voiture, ils vont très vite comprendre qu’ils ne peuvent plus rien pour elles.

Cette nouvelle m’a donné la chair de poule. Une vraie nouvelle d’horreur.

 

Cours, jimmy, cours

Jim Norman est engagé comme professeur d’anglais dans un lycée. Il est régulièrement hanté par un cauchemar dans lequel il revit la mort de son frère Wayne. Alors que Jim avait neuf ans et Wayne douze, ils ont été attaqués par trois voyous et Wayne a été poignardé à mort en couvrant la fuite de son frère. Jim est satisfait de son nouveau poste et est heureux en couple avec sa femme Sally. Après les vacances de Noël, il apprend la mort de l’un de ses élèves. Il est remplacé dans son cours par un nouvel étudiant qui est le sosie de l’un des voyous ayant tué son frère. Deux autres élèves de la classe de Jim disparaissent à leur tour et sont remplacés par les deux autres voyous qui hantent ses rêves.

Frayeur. Le sentiment qui m’aurait animé si j’étais à la place de Jim.

Syncope. L’état dans lequel je me serais trouvée en rencontrant ses voyous réincarnés.

 

Le dernier barreau de l’échelle

Larry, le narrateur, reçoit une lettre de sa sœur Katrina. Il se remémore son enfance à Hemingford Home, dans le Nebraska, se souvenant plus particulièrement d’un incident précis. Arrivés à l’âge adulte, Larry et Katrina se perdent peu à peu de vue et n’échangent finalement plus que de rares lettres. À chaque fois, elle demande à Larry de venir la voir mais celui-ci est trop occupé par ses propres affaires.

J’ai apprécié cette histoire réaliste, triste et sentimentale, qui ne comporte aucune élément surnaturel. Elle m’a rappelé combien il est important de garder et entretenir le lien avec nos êtres chers.

 

Desintox, Inc.

Voulant s’arrêter de fumer, un homme fait appel à une société privée qui présente un taux de réussite impressionnant. Mais les méthodes de cette société se révèlent être assez radicales.

Ici pas d’horreur, de chair de poule mais du rire. J’ai passé un bon moment de lecture. Les méthodes de cette société hors du commun sont très radicales. 😀

 

Bon à savoir : Il y a une fiche Wikipédia très documentée sur le recueil. Vous pourrez y lire des analyses des nouvelles du recueil et avoir la liste de leurs adaptations ciné ou télévisées.

 

Excellente semaine à tous !

 

GM signature

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

L’impression de la réalité : Shining et Ladivine

 

Je vous présente deux livres au genre fantastique qui donnent l’impression de la réalité.

 

Résultat de recherche d'images pour "shining france loisirs"

 

 

Shining – Stephen King

Dans les montagnes Rocheuses, le luxueux Overlook Hotel a fermé ses portes pour la saison des neiges. Seuls l’habitent Jack Torrance, le gardien, et sa famille. Wendy, sa femme, espère que l’isolement leur permettra de reconstruire leur foyer fragilisé. Mais en présence de leur fils Danny, l’hôtel semble s’animer d’une étrange façon. Cauchemar ou réalité ? Que cachent les cent dix chambres vides de l’Overlook ?

Je suis tombée sous le charme de cette histoire d’épouvante où le vrai ne se distingue pas vraiment du faux, je l’ai lue sans m’arrêter. Les personnages principaux sont simples et attachants, on partage facilement leurs angoisses, leurs attentes.

J’ai apprécié l’ambivalence de ces écrits, l’entêtement de ce père qui voulait effacer ses erreurs passées et prouver que quelque chose de bon pouvait sortir de lui.

J’aurais voulu une fin plus heureuse pour l’un des personnages principaux. Lequel? A vous de le découvrir.

Résultat de recherche d'images pour "ladivine marie ndiaye" 

 

Ladivine – Marie Ndiaye

«Le chien tendit vers elle sa grosse tête au poil crasseux.

Elle retint sa main par crainte de la vermine. Elle noya son regard dans le regard calmement éploré, calmement suppliant, et toute l’humanité et l’inconditionnelle bonté de l’animal docile lui remplirent les yeux de larmes, elle désira ardemment être lui et sut alors que le passage viendrait naturellement et à son heure.»

Usant d’un langage soutenu et poétique, Marie N’Diaye nous entraîne dans un récit intriguant teinté de fantastique.

Ladivine décrit trois générations de femmes qui portent un amour grandiose à leur famille nucléaire, un amour qui cache une peur de se perdre…

Ladivine porte une réflexion sur un libre-arbitre non encadré, une vie qui a perdu toute direction et toute cohérence.

L’histoire est pleine de surprises, de mystères et demande une forte concentration pour ne pas passer à côté de la clé de l’énigme.

Où va-t-on? Que cherche-t-on?  Que reste-t-il de nous? Que faut-il renier, que faut-il préserver? Des questions qui vous tarauderont tout au long de votre lecture.

Ne tardez pas à découvrir ces deux œuvres.

 

 

GM signature