Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 117: La dernière reine de Philippa Gregory

Avec un jour de retard, voici mon Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : Q comme…

Queen.

« Il veut que je meure. L’unique raison pour laquelle il m’accuse d’un crime passible de la peine de mort est qu’il veut me tuer. Henri, qui a fait exécuter deux de ses femmes et qui attendit qu’on lui annonce la mort de deux autres, entend désormais me faire subir le même sort. »

À trente et un ans, Catherine Parr est une jeune veuve et vie l’idylle parfaite avec Thomas Seymour. Mais lorsque Henri VIII, le souverain d’Angleterre qui a conduit quatre de ses femmes au tombeau, l’invite à l’épouser, elle doit se résigner à un choix qui n’en est pas un. Brillante et indépendante d’esprit, elle est une cible toute désignée pour ses adversaires politiques qui l’accusent d’hérésie, crime puni par le bûcher et dont l’ordre d’exécution est signé… par le roi. Catherine devra déjouer les pièges de la Cour si elle veut un jour retrouver son amant.

Je n’aurais jamais lu ce roman historique de plus de 600 pages s’il ne m’avait été offert dans le cadre du concours estival organisé par VendrediLecture il y a 3 ans. Et le lot était une surprise sinon je n’aurais pas participé. 😀

Je ne vous l’ai jamais caché, j’évite les pavés. Et j’ai d’ailleurs mis du temps avant de débuter le roman. Il m’a fallu une période de congés pour enfin le débuter et le terminer.

La dynastie des Tudor, je l’ai découverte à travers le film deux sœurs pour un roi. A part Catherine d’Aragon, les sœurs Boleyn, je ne savais rien des femmes d’Henri VIII. Ce roman axé sur sa dernière épouse m’a fait prendre quelques marches dans l’escalier du savoir.

Catherine Parr, veuve pour la 2e fois, pense enfin être libre de vivre un mariage d’amour avec Thomas Seymour. Mais le roi Henri VIII, qui a jeté son dévolu sur elle, en décide autrement.

Contre mauvaise fortune bon cœur, elle s’investit dans ce mariage et veut user de sa position de Queen pour permettre à la réforme de gagner du terrain en Angleterre. Mais les défenseurs de Rome ne sont pas bien loin…

Le lecteur est embarqué dans les intrigues de la cour avec les manipulations, les complots. Il y a du suspense, de la tension autour du sort de la reine. Il découvre Catherine Parr, une femme intelligente qui va réussir à survivre à ce mari qui a vu toutes ses femmes mourir.

J’ai beaucoup apprécié le volet religieux de ce roman. Les méditations de la Parole, les interprétations des saintes écritures. J’ai apprécié la mise en avant de l’érudition de la femme. Fleur bleue, l’histoire d’amour mise en sourdine ne m’a pas laissée indifférente.

Des bémols ? Je pourrais citer les redites et les longueurs. Ces éléments exclus, ce pavé reste une bonne découverte historique.

Avez-vous déjà lu la saga Tudor de cette auteure ?