Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Tuer n’est pas jouer

bloggif_558092c22dbfa

L’acteur est un menteur professionnel. On le croit tant qu’il reste dans son monde de fiction mais s’il s’avise de s’accuser d’un premier meurtre sans cadavre et d’un deuxième accidentel, il passe pour fou.

Et ça, pour une star de l’écran, c’est insupportable. Il ne lui reste plus qu’à raconter son histoire depuis le début. Sincèrement. Pour qu’on le croie, peut-être.

Et qu’il découvre lui-même l’invraisemblable vérité.

Sylvie Granotier connaît comme personne le monde du théâtre et ses vérités ambiguës. Elle excelle à nous perdre dans ce jeu de miroirs. Très troublant.

La quatrième de couverture suscite l’intérêt, le «spécial suspense » écrit en première de couverture nous convainc définitivement.

On s’attend à lire une histoire palpitante, à veiller pour finir ce livre et pourtant…

Je suis allée au bout de cette histoire parce que je finis toujours ce que j’ai commencé, parce que je voulais défaire le gros nœud présenté en début d’histoire.

Je n’ai pas trouvé l’histoire très captivante; le suspense, je l’ai vraiment cherché. Pour moi c’était plus une présentation du monde du théâtre qu’autre chose. Juliette Manchot est le seul personnage qui m’a intriguée.

J’ai été un peu déçue de ma lecture,peut-être ai-je eu une trop grande attente vis-à-vis de ce livre.

Vous avez lu une histoire palpitante cette semaine ? Faites-moi rêver.

Grâce Minlibé,

Auteure de Chimères de verre