Publié dans Arrêt sur une oeuvre

La rue 171 – Pierre Kouassi Kangannou

J’ai entendu parler de ce roman sans y prêter réellement attention. Lorsque je l’ai découvert dans la liste finale du Prix Orange du Livre en Afrique 2019, je n’avais plus le choix. Je devais le lire. 

La rue est un lieu pour se souvenir, un lieu pour s’interroger, se rencontrer, s’étonner. C’est un lieu où le plus vieux métier du monde s’est réinventé, où la mendicité a chassé la charité.

C’est un lieu pour aller et revenir, un lieu où l’on va à l’école de la vie, où se croise le sort des chômeurs du village et des chômeurs de la ville.

Le narrateur de ce roman est aussi insolite qu’inattendu: une rue. La rue 171.

Une rue qui parle, qui raconte, en témoin privilégié, les histoires et les aventures des hommes de notre société.
La narratrice, loquace et délurée, parle sans retenue de tout : la recherche effrénée de pouvoir, de grandeur, d’honneur, d’argent, de richesse et de plaisir, les pouvoirs politiques insolents et liberticides, la débauche sociale et morale, le racket, la truanderie, l’escroquerie même spirituelle, l’exploitation et la misère des populations, bref, tout y passe.

img_20190525_175144

 

img_20190525_171624

Ce roman N’zassa nous livre un récit ingénieux, délectable. Un texte original où se côtoient et s’entrecroisent poésie, prose, théâtre. Un texte littéraire où se mêlent les registres de langue et les figures de style comme la personnification, l’ironie.

J’ai apprécié le mélange des genres et formes littéraires : écriture calligraphique,  dessins, affiches et pancartes, des textes sous la forme de strophes, de coupe ou de calice.

Ce roman sociologique s’étale sur 139 pages. L’auteur dit l’essentiel et évite au lecteur la répétition et l’ennui.

Ce finaliste du prix orange du livre en Afrique 2019 a été une agréable découverte pour moi. Je pense qu’il en sera de même pour vous.


 

La lecture c’est le partage ! Quels livres avez-vous apprécié et souhaitez-vous partager ? 

 

GM signature

 

Auteur :

En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteure du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » En 2017, mon 1er roman "Tristesse au paradis" voit le jour aux éditions Vallesse et me permet d'avoir plusieurs prix dont le Prix Horizon 2018. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.