Publié dans Arrêt sur une oeuvre

The Hate U Give – Angie Thomas

Couverture The Hate U Give : La Haine qu'on donne / La Haine qu'on donne

 

Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police. 
Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. 
Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

mon-avis-de-lecture

Ce livre me faisait de l’œil depuis l’an dernier. Heureusement, ma binôme du Swap Carnet de bord l’a mis dans mon colis. 

On entre très vite dans le vif du sujet, ce jour où Khalil a été lâchement tué. On assiste impuissant à cette scène et on réalise combien la vie de l’un est jugée parfois superficielle pour l’autre. On réalise combien la vie est fragile.

J’ai ressenti la douleur de la famille de Khalil, la révolte de Starr lorsque l’opinion publique en particulier les citoyens blancs justifient le meurtre de Khalil et que la police tente de classer l’affaire.

LA VIE D’UN NOIR NE VAUT PAS MOINS QUE CELLE D’UN BLANC !

J’ai repensé à tous ces meurtres relevés par le mouvement Black Lives Matter et j’ai encore une fois ressenti de l’indignation. 

 

Notre voix est notre arme. Ne jamais se taire, faire bouger les lignes, lutter pour l’égalité, la justice, voici la leçon que nous enseigne Starr lorsqu’elle décide de parler, dire ce qu’elle a vu lors de cette nuit atroce.

 

A travers ce roman, Angie Thomas nous fait découvrir ou redécouvrir le message du rappeur Tupac. 

Thug Life, ça voulait dire : « The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody ». La haine qu’on donne aux bébés fout tout le monde en l’air.

Il faudrait que la société arrête de fabriquer ces propres monstres.

 

Au-delà du roman engagé, ce roman jeunesse fait le portrait d’une famille afro-américaine qui vit dans un ghetto. On fait une immersion dans une communauté, un quartier populaire avec ses gangs. J’ai passé un bon moment avec la famille de Starr. Leur cohésion et leur humour m’ont permis de passer un bon moment.

 

img_20190928_125841

 

img_20190927_222254

 

J’ai trouvé trop mignon le couple que Starr forme avec Chris.

Les personnages tant principaux que secondaires sont colorés et même si le langage employé colle parfaitement à l’univers et reste accessible pour les adolescents, j’aurais voulu qu’il soit plus élaboré. J’aurais également voulu qu’il y ait plus d’actions. J’ai eu l’impression par moment que certaines réflexions étaient redondantes.

 

Maintenant, il ne me reste plus qu’à regarder le film. L’avez-vous déjà vu ?

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 52 : Buildings sur fondation de sable

Thème de cette semaine : Livre dédicacé

Buildings sur fondation de sable de l’apôtre professeur Tchotche Mel Félix a été une évidence pour ce thème.

Le 25 mai dernier, j’ai été invitée à la cérémonie de dédicace de ses cinq livres spiritualo-religieux à dimension sociale et fondés sur le Bonheur Partagé :

  • Ma Marche avec Israël : une Grâce pour le Bonheur Partagé,
  • Belle épopée du Silence Spirituel,
  • Espérance pour une Afrique au Bonheur Partagé,
  • L’Ultime Alliance ou la Pâque Nègre,
  • Buildings sur Fondation de Sable

 

Ma mère a acheté l’espérance pour une Afrique au Bonheur Partagé et mon père Ma Marche avec Israël : une Grâce pour le Bonheur Partagé. L’Ultime Alliance ou la Pâque Nègre étant déjà dans la bibliothèque familiale, j’ai acheté Buildings sur Fondation de Sable et j’ai bien entendu eu mon exemplaire dédicacé.

img-20190525-wa0020

Depuis quelques temps déjà, l’atmosphère politico-sociale s’est alourdie dans le carré éburnéen. D’incessants et persistants bruits courent, relatifs à un exceptionnel remaniement ministériel Toute cette ébullition est savamment entretenue par « Radio Treichville  » qui a donné au pays, l’habitude de se positionner en précurseur des grandes et dignes nouvelles régissant la vie nationale. Aussi, toute la population dans cette psychose, commençait-elle à traduire en sourdine au seuil suffisamment perceptible, une naturelle et compréhensible impatience. Et un matin, les nouvelles se sont amplifiées à telle enseigne que l’heure du remaniement a fini par être su de façon officieusement sûre. Ainsi, tous les postes de radio ont été mis en marche dans les champs, dans les usines, dans les bureaux, dans les écoles, etc. Chacun des habitants du pays béni de DIEU qui est lent à la colère et riche en bonté, veut être témoin oculaire et historique de ce qui est annoncé comme du jamais vu depuis dix-huit ans d’indépendance nationale. Ce matin donc du 20 Juillet 1977, la Radio Diffusion Nationale, Radio d’Etat, a volé la vedette à sa consœur Radio Treichville qui n’a ni studio, ni équipement technique, ni techniciens, ni journalistes, ni reporters, ni programme, mais qui demeure sa très vive concurrente circonstancielle n’existant que grâce à la prégnance des rumeurs sur les sujets d’importance capitale diffusés de bouche à oreille.

img_20190812_154002

La 4e de couverture est trompeuse. Ce n’est pas le résumé de l’histoire en elle-même mais plutôt un préambule au récit. Par conséquent, j’ai été un peu déçue.

Je m’attendais à des remous par rapport au remaniement ministériel annoncé mais ce récit est plutôt celui de Bibem Obognes.

Ce jeune homme, originaire d’un village du sud de la Côte d’Ivoire va être recruté comme tirailleur lors de la 2e guerre mondiale. De retour au pays, il s’installera en ville, aura une ascension sociale bien au-delà de ses compétences. Il va se révéler cupide, ingrat envers sa communauté et se croyant maître des destins de ses enfants. La vie lui donnera une belle leçon….

L’un des personnages secondaires intéressants de ce livre est Ton-n’obouel, l’ami du fils  aîné de Bibem Obognes. Ton-n’obouel, double littéraire de l’auteur, va expérimenter des difficultés, des coups bas, embûches tout au long de son parcours. Il sera victime d’accusations mensongères, de rejet mais va faire preuve de persévérance, d’abnégation et d’un optimisme sans faille. Une force de caractère qu’on ne peut qu’admirer.

« Il compte avec force en l’irréversibilité du triomphe de la vérité sur le mensonge, du bien sur le mal.. ». – page 167

 

 

Ce n’est pas la lecture de l’année mais tout de même une sympathique lecture. Il me tarde de lire les autres œuvres de l’auteur.

Pour en savoir plus sur lui, cliquez ICI

 

Quel livre auriez-vous choisi ? Faites-moi sortir des sentiers battus ! 

 

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Nouvelles du monde #2 : Mexique

Les Nouvelles du Mexique initient à une littérature résolument moderne, emplie d’humour et d’ironie, qui dépeint sans détours un pays cosmopolite et fascinant.

Les cinq nouvelles, toutes contemporaines, réunies ici témoignent d’un moment particulier de la littérature mexicaine et de l’histoire du pays du serpent à plumes. Un moment où ce grand pays de plus de cent millions d’habitants, à l’histoire brillante et douloureuse à la fois, participe désormais pleinement au concert des nations du monde. Sa littérature est à l’évidence une littérature en devenir. Description du quotidien, condition de l’homme et de la femme dans le monde d’aujourd’hui, flirt avec le fantastique cher aux écrivains latino-américains : tous les ingrédients réunis dans ces fables modernes sont ceux d’une littérature en mouvement.

l'Afrique écrit

Le Mexique et moi c’est un flirt de longue durée qui j’espère sera concrétisé par un voyage. En attendant, je découvre ce pays ses novelas et sa littérature.

La présentation de ce recueil est différente de celle de la Nouvelle-Calédonie. La présentation de l’auteur introduit en effet chaque nouvelle.

5 nouvelles composent ce recueil de 139 pages. J’ai passé un bon moment avec chacune d’elles. Bien écrites, relevées d’une pincée d’humour et dignes d’intérêt, elles nous dévoilent des pans du quotidien des Mexicains et leur culture.

Ça a été un plaisir de retrouver la plume de Toscana et découvrir les plumes des autres auteurs.

 

Dans la nouvelle de Juan Villoro, après avoir uriné par inadvertance sur la tête de la statue de l’ancien président Benito Juarez, un écrivain en état d’arrestation se retrouve à devoir disputer un match de football avec des policiers dotés de maillots au nom d’écrivains fameux (Cortazar, Kafka, Hemingway, etc…).

Dans la nouvelle de Fabrizio Mejia Madrid, le narrateur fétichiste tombe amoureux du pied de Mademoiselle B. va jusqu’à épouser cette dernière et former ainsi un improbable trio amoureux. 

Dans la nouvelle de David Toscana, un client solitaire se saoule dans un bar mexicain et s’abîme dans la contemplation d’un polaroid suscitant chez le gérant du bar  qui jette un regard rétrospectif sur sa propre vie, d’étranges sentiments mélancoliques. 

Dans la nouvelle de Fabio Morabito, Enrique, dont le couple bat de l’aile, s’échappe d’une réunion de famille pour aller au cinéma. Pendant ce temps, sa belle-mère Lisa est victime d’un infarctus. De retour dans l’atmosphère oppressante de prières de cette famille, une étrange veille commence, sur fond de tango argentin. 

Dans la nouvelle d’Alvaro Uribe, un jeune mexicain, étudiant en philosophie à Paris et « écrivain en herbe » est invité à s’installer chez Don Mateo, un célibataire qui voue un véritable culte aux chats, en particulier au sien, Dionysos, tandis qu’il se consacre à l’écriture d’une nouvelle sur un philosophe, inspirée du tableau de Rembrandt : Philosophe en méditation. 

J’ai apprécié le côté fantastique de cette nouvelle où tout ne semble qu’illusion. Les derniers mots de l’auteur sont juste parfaits.

Je suis sous le charme de cette collection des éditions Magellan & Cie. J’ai hâte de recevoir mon prochain swap afin de découvrir la prochaine étape de mon tour du monde littéraire. 

fleur v1

Publié dans Panaché

Swap 2019 embarquement pour les vacances d’été

L’année dernière, j’ai découvert les swaps sur Livraddict via le Swap embarquement immédiat pour les vacances d’été. Jed’sBurdy m’a permis de reprendre l’organisation de ce swap cette année et je l’ai personnalisé comme suit :

Les vols

Porte d’embarquement 1
L’escale: 1 livre
La destination : une carte postale représentant votre destination de voyage souhaitée (à préciser à votre binôme)
Compagnon de voyage : 1 marque-page
Petite faim : 1 gourmandise ou boisson
Souvenir de vacances : 1 goodie

Porte d’embarquement 2
L’aller simple : 2 livres
La destination : une carte postale représentant votre destination de voyage souhaitée (à préciser à votre binôme)
Compagnons de voyage : 2 marque-pages
Repas léger : 2 gourmandises ou boissons
Souvenirs de vacances : 2 goodies

Porte d’embarquement 3
L’aller-retour : 3 livres
La destination : une carte postale représentant votre destination de voyage souhaitée (à préciser à votre binôme)
Compagnons de voyage : 3 marque-pages
Repas gourmand : 3 gourmandises ou boissons
Souvenirs de vacances : 3 goodies
Un bonus (facultatif. à voir avec votre binôme)

Nous étions 13 à participer cette année. Je vous présente d’abord les colis des participantes puis celui de mon binôme. 

 


Le trinôme Maya29 Missmolko  Gggaelle

Le colis de Missmolko1

 

Le colis de Gggaelle

https://zupimages.net/up/19/35/9g9u.jpg

 

Le binôme Clé & Readmorebook

Le colis de Clé 

Le colis de Readmorebook

my life in books

 

Le binôme Noemaus & Licia Bio

Le colis de Noemaus

 

Le binôme Liaisons livresques & Fanny Reads

Le colis de Liaisons livresques 

 

Le binôme Agnïeszka & Martineke

Le colis d’Agnïeszka

https://image.noelshack.com/fichiers/2019/42/2/1571161556-img-20190930-135350.jpg

 


Ma binôme pour ce swap a été les livres en voyage. Elle a décidé de partir eu Royaume-Uni alors je lui confectionné cette carte

img_20190808_194132

Elle a reçu 3 livres plus Tristesse au paradis qui fait office de goodie.

https://image.noelshack.com/minis/2019/40/2/1569961426-swap1.png

L’une des couleurs préférées de ma binôme étant le jaune, je lui offert une pochette jaune pour livre tricotée par ma sœur. 

https://image.noelshack.com/minis/2019/40/2/1569961679-swap3.png

Elle a reçu un bloc-notes aimanté ainsi que trois marque-pages dans ses couleurs préférées.

https://image.noelshack.com/minis/2019/40/2/1569961806-swap2.png

 

J’ai été charmée par les emballages et les petits mots de ma binôme.

img_20191031_181159

 

Ma binôme m’a emmenée en Suisse via sa carte postale.

img_20191031_183837

Comme convenu, j’ai reçu trois livres dont un qu’elle a voulu me faire découvrir : Eunoto, les noces de sang.

img_20191031_183728

J’ai fini ce week-end Black Cendrillon et Eros dans un train chinois. Vous aurez mes notes de lecture bientôt.

J’ai également reçu trois marque-pages. Coup depour les marque-pages magnétiques. C’est la 1ère fois que j’en reçois dans un swap. J’étais touchée. 

img_20191031_183759

J’ai également reçu trois goodies : une pochette de livre, une bougie qui sent trop bon et un carnet.

img_20191031_183853

 

Pour les gourmandises, un thé épicé, le thé préféré de ma binôme, du chocolat made in Suisse que je vais déguster en famille et un autre chocolat que j’ai dévoré en solo une fois la photo terminée. 😀

img_20191031_183843

 


J’ai apprécié organiser ce swap et je pense remettre le couvert l’an prochain DIEU voulant.

Avez-vous déjà lu l’un des livres présents dans les colis ?

 

signature coeur graceminlibe

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Le tunnel – Ernesto Sabato

Juan Pablo Castel est artiste peintre et meurtrier. C’est son histoire qu’il va dépeindre depuis sa cellule. Un autoportrait tout en taches sombres, bardé par endroit de couleurs violentes, d’éclairs de lucidité, que ni sa conscience ni les faits ne peuvent contenir. Un autoportrait au fusain, noir et gris, avec du rouge. Ce rouge qui prendra bientôt plusieurs significations, au fil de son témoignage et de sa volonté de se comprendre : le rouge de la passion et le rouge du sang. Car, dès le départ, Juan Pablo Castel nous dévoile tout. Il est l’assassin de la femme qu’il continue à aimer, malgré la mort, plus que sa vie.

Derrière un pseudo roman policier à l’intrigue dévoilée se cache un ouvrage à l’ambition téméraire : nous donner à voir toute la pensée de l’auteur, son humanisme, sa vision du monde moderne, son existentialisme. À la fois réflexion sur la solitude de l’artiste et sur l’incapacité de son personnage à communiquer, cet livre est aussi une touchante mise en écriture de la passion amoureuse, lucide et cruelle.

mon-avis-de-lecture

En 2017, j’ai voulu découvrir la littérature sud-américaine. J’ai dressé une liste de livres à découvrir dans laquelle figurait le Tunnel. J’ai enfin pu le lire grâce à ma binôme du swap mythologie grecque qui l’a inséré dans mon colis.

Lors d’un Salon à Buenos Aires où sont exposées ses œuvres, Juan Pablo remarque une jeune femme qui semble intriguée par un point de détail sur une de ses toiles, détail auquel personne n’avait jusqu’ici fait attention.

Enthousiasmé de savoir qu’enfin une personne puisse le comprendre véritablement, il fait de Maria, la jeune femme, une obsession et met tout en œuvre pour la retrouver. Maria devient le centre de son monde.

Il nous raconte la passion dévastatrice qui les a liés dans les rues animées de la capitale argentine. Passion folle, amour exclusif, drogue dure, relation abusive.

Maria est déjà en couple et il accuse de le tromper, de ne pas l’aimer, de lui mentir. Il essaie de trouver des preuves pour justifier sa jalousie maladive.

S’ensuivent des conflits réguliers qui vont déboucher sur le drame.

J’ai apprécié cette lecture rapide, ce récit bien narré où la jalousie mène la danse : le tango de la passion amoureuse puis la valse de la mort.

 

Le portrait de Juan Pablo est intéressant. Misanthrope, nihiliste, vaniteux, égocentrique, il est. Il analyse tout, sans arrêt. Le moindre geste, la moindre phrase, l’intonation de cette phrase, tout est passé à la loupe.

 

img_20191023_200408

 

 

img_20191023_195907

 

Le portrait de Maria est quant à lui un mystère insondable. J’aurais aimé que le narrateur nous donne des pistes pour cerner sa personnalité, connaître ses sentiments. J’ai refermé le livre avec trop de points en suspens, de questions sans réponse.

Il y a  matière à interprétation, à discussion.  Etudier ce roman à l’école aurait été une  plus-value. J’en ai été convaincue après lecture de cette note de lecture. 

 

fleur v1

Publié dans Panaché

Tag: Si vous étiez bibliothécaire…

J’ai été taguée par Cœur d’encre_ la blogueuse la plus fofolle que je connaisse_ pour participer à un tag qu’elle a créé Si vous étiez bibliothécaire

J’espère y répondre avec un ton décalé.

 

  • Quelle est la chose la plus importante selon vous dans votre bibliothèque ? (le rangement, la lumière, la fontaine à chocolat chaud planquée sous votre bureau ?) 

Le rangement pour éviter que les visiteurs me dérangent dans ma lecture toutes les deux minutes. 😀

Puisqu’on est à l’heure du digital, un tableau digital à l’entrée indiquera l’emplacement des rayons.

La lumière compte aussi. Je vais mettre des plafonniers de qualité. Ceux qu’on trouve uniquement au palais présidentiel. Le but : montrer aux visiteurs que lire c’est passer des ténèbres à la lumière !

 

  • Comment rangeriez-vous les livres ?

Chaque genre aura son rayon avec un code couleur

  • Littérature enfantine : vert
  • Littérature jeunesse : jaune
  • Littérature érotique : rouge
  • Bande-dessinée : orange
  • Mangas : violet
  • romance/chick-lit rose
  • SFFF : marron
  • Essai ou documentaire : violet
  • Autobiographie/ Biographie : blanc
  • Polar gris
  • Thriller : noir
  • Contemporain:  bleu

Ensuite les livres seront classés par ordre alphabétique et par auteur. Les livres de chaque auteur seront classés du plus récent au moins récent.

  • Décrivez un peu la décoration (chaînes au plafond, licornes qui broutent la moquette ?)

Une décoration ethnique !

Résultat de recherche d'images pour "décoration ethnique africaine"

 

Ce genre de déco pour l’espace « lecture sur place »

Résultat de recherche d'images pour "décoration exotique bibliothèque"

Sur les murs, mes citations préférées.

 

  • Quels sont vos horaires d’ouverture ?

Du mardi au samedi de 7h 30 à 19h. Le lundi ouverture de 13h à 19h.

Dimanche et lundi matin sont des jours saints pour moi. On n’y touche pas. 

  • Quel serait votre rayonnage préféré, et comment le mettriez-vous en valeur ? (spots lumineux, promo du style un livre emprunté le deuxième offert ?) 

Le contemporain ! Un extrait audio de mes livres préférés passera chaque heure.

  • Citez une chose que toutes les autres bibliothèques n’auraient pas, parce que la vôtre est la meilleure de tout le monde de l’univers.

Les dernières parutions des auteurs africains ! Ça va faire mal au porte-monnaie mais j’y crois !

Le mercredi après-midi, il y aura séance conte et lecture pour les tout petits et jeu de rôle pour les plus grands un week-end sur deux.

Je n’oublie pas la super offre de la meilleure bibliothèque à Abidjan : pour 52 livres empruntés l’année, un week-end à Assinie offert.

  • Quelle punition réservez-vous à ceux qui ne rangent pas correctement les livres et mettent le bazar sur vos belles étagères ? 

Ils m’achètent un livre pour ma bibliothèque personnelle. Et là j’espère qu’ils seront nombreux à foutre le bazar. 😀

  • Quel est le prix à payer pour un livre rendu en retard ? 

Faire le ménage à la bibliothèque !

  • Tant qu’on y est, parce que vous ne vous refusez rien, votre bibliothèque a un blason et une devise : quels sont-ils ? 

Aucune idée pour le blason mais la devise sera lire ou mourir.

  • Quel est votre catégorie de lecteur préférée ? 

Ceux qui détestent le bruit, rendent les livres à temps et me proposent d’être des bénévoles pour la bibliothèque.

  • Le silence est-il d’or, ou bien y a-t-il une musique d’ambiance ?

Le silence. Chaque livre possède sa propre musique alors faut pas en rajouter.

  • Pour faire honneur à votre profession, avez-vous un uniforme ? Si oui, comment est-il ?

 

Résultat de recherche d'images pour "robe volante en pagne"

La classe, non ?

 

  • Vous allez faire une exposition des livres que vous possédez : quel en sera le sujet, et comment sera-t-elle organisée ?

Le thème sera Explorer la littérature sous tous les angles. Le but sera de briser les cloisons entre les genres et inviter les lecteurs à diversifier leurs lectures. Des lecteurs éclectiques seront à l’honneur. On fera une session d’échange puis rencontre-dédicace avec des auteurs suivie de l’exposition de livres choisis. On terminera avec un apéro d’enfer. Je vais encore faire saigner la carte bancaire mais la littérature vaut tous les sacrifices.

 

  • ATTENTION ! Catastrophe ambulante, le cauchemar de votre havre de paix : des enfants turbulents. Comment réagissez-vous ?

Bah je reproduis à l’identique ce que je fais avec mes neveux : je crie crescendo pour réclamer le silence. 😀

 

  • Vous devez faire de la pub pour votre bibliothèque pour attirer du monde, que faites-vous ? 

Version engagée 100% : J’envoie une note au ministère de l’éducation nationale et ministère de la culture. Je passe à la télé, sur les radios. 

Version pourquoi se compliquer la vie : je mets un message sur les réseaux sociaux. Partage qui veut !

 

  • Acceptez-vous la diversité d’opinions littéraires, ou telle une parfaite dictature, régnez-vous en maître sur l’esprit de vos sujets abonnés ? 

Diversité, Diversité !

 

  • N’importe qui dirait que vous travaillez assidûment sur votre ordinateur, lunettes sur le nez et souris en main. En réalité, est-ce le cas ? 

Non, j’espionne la vie des abonnés à la bibliothèque sur les réseaux sociaux. Montrent-ils au reste du monde qu’ils ont des joyaux à leur portée ? Incitent-ils les autres à lire ?  Prêtent-ils les livres à d’autres ?  

 

  • Le droit de cuissage livresque : lisez-vous vos nouvelles acquisitions avant tout le monde quitte à les mettre en retard sur le rayon, ou acceptez-vous que vos lecteurs se l’arrachent avant vous ?

Je le fais pour ma box littéraire alors je ne vais pas me priver pour la bibliothèque 😀

Les lecteurs devront attendre. Comment les orienter si je ne lis pas avant eux ?

iron man question GIF

 

  • C’est l’heure du conte : comment allez-vous l’organiser ? 

Partisane du moindre effort, je fais intervenir l’écrivaine Michelle Tanon-Lora et sa caravane Lec’tour.

  • Vous allez faire intervenir un auteur : qui, pourquoi, dédicaces autorisées ? 

Leye Adenle parce qu’il a l’air trop cool. Les dédicaces sont autorisées bien sûr. 

  • Voici le couronnement de votre carrière, la réalisation de votre Grand Oeuvre : vous avez publié un livre. Que deviendra-t-il dans votre bibliothèque ?

Il est présent à chaque rayon même si ce n’est pas le genre du rayon.

 

fleur v1

 

 

 

 

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Ubu Roi – Alfred Jarry

Poussé par son ignoble épouse, le Père Ubu renverse le roi de Pologne, son bienfaiteur, et massacre sa famille et les nobles du royaume. Désormais « roi de Pologne et d’Aragon », « maître des Phynances » et « docteur en pataphysique », il étale la couardise, l’avidité et la vulgarité qui feront de lui le modèle de l’usurpateur totalitaire.

 

mon-avis-de-lecture

Afin de boucler ma visite touristique du challenge Tara Duncan sur Livraddict, je devais lire un livre dont la première lettre du titre (hors déterminant) OU la première lettre du nom de famille de l’auteur commence par U.

N’ayant aucun livre de ma PAL correspondant à ce critère, j’ai pioché dans les lectures des autres participantes au challenge et suis tombée sur Ubu Roi, pièce de théâtre de moins de 100 pages en version eBook. Que demander de plus ?

Cette pièce de théâtre est un drame en cinq actes où l’on rencontre divers personnages :

  • Père Ubu,
  • Mère Ubu
  • Capitaine Bordure
  • Le roi Venceslas
  • La reine rosemonde
  • Les fils du roi : Boleslas, Ladislas et bougrelas
  • L’empereur Alexis
  • Des Nobles, des financiers, des paysans et bien d’autres. 

 

Père Ubu et sa femme, deux spécimens qui malheureusement ne sont pas en voie d’extinction.

Père Ubu est lâche, traître, naïf, bête, gros, goinfre et méchant. Il incarne à lui seul tous les vices les plus primaires et symbolise la cupidité des pouvoirs politiques, l’absurdité de vouloir toujours tout.

Mère Ubu est une manipulatrice, assoiffée de pouvoir qui m’a rappelé toutes ces femmes de président africains actuels qui poussent leurs maris à s’accrocher au pouvoir.

Cette satire de la société d’hier mais aussi d’aujourd’hui met de bonne humeur. Qu’est-ce que j’ai ri, les amis !  Les répliques sont cinglantes et hilarantes.

Mère Ubu: –Comme il est beau avec son casque et sa cuirasse, on dirait une citrouille armée.

 

Père Ubu : Allons, tais-toi, bouffresque. Nous allons maintenant, messieurs, procéder aux finances.

Financiers: –Il n’y a rien à changer.

Père Ubu: –Comment, je veux tout changer, moi. D’abord je veux garder pour moi la moitié des impôts.

Financiers: –Pas gêné.

Père Ubu: –Messieurs, nous établirons un impôt de dix pour cent sur la propriété, un autre sur le commerce et l’industrie, et un troisième sur les mariages et un quatrième sur les décès, de quinze francs chacun.

 

Mère Ubu: –Point du tout. L’impôt sur les mariages n’a encore produit que 11 sous, et encore le Père Ubu poursuit les gens partout pour les forcer à se marier.

 

Cette pièce est à lire entre deux pavés, aux moments où on est sous pression. En tant que médecin littéraire, je la prescris pour tous les jours sombres. Bonne humeur assurée ! 

 

Avez-vous déjà lu des pièces de théâtre qui ont failli vous faire mourir de rire ?

 

fleur v1

Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Nouvelles du monde #1 : Nouvelle-Calédonie

Une nature fabuleuse, des cultures ancestrales, mais aussi une mosaïque de populations, héritage d’une histoire éminemment singulière, mêlant grandes expéditions européennes, bagne, colonisation de peuplement, exploitation minière et processus inédit d’émancipation politique : telle est la carte d’identité de cet archipel de l’océan Pacifique, au cœur de l’Océanie. Sang et cœurs se mêlent et s’emmêlent, chacun s’arrangeant avec ses entre-deux. Comme ailleurs, cette diversité est en soi un imaginaire, qui conduit à la littérature. Celle de Nouvelle-Calédonie s’inscrit dans celles du Pacifique insulaire. Pour l’heure, une souveraineté littéraire s’affirme, qui fait de cet écosystème très particulier une culture en devenir. C’es ce que nous disent les nouvelles de ce volume.

l'Afrique écrit

Nouvelles de Nouvelle-Calédonie…. Ce titre et tous ceux de la collection Miniatures de Magellan & Cie m’ont fait penser à Nouvelles du pays, une émission de la chaîne nationale ivoirienne où les nouvelles du pays étaient présentées en langue locale.

 

 


 

Je n’ai jamais été en Nouvelle-Calédonie et il ne figure pas dans mes prochaines envies de voyage. Par contre, je ne dis jamais non à un voyage virtuel surtout quand il ne coûte que 12 euros. J’ai donc pris un billet A/R pour la Nouvelle-Calédonie avec pour guides Anne Bihan, Olivia Duchesne, Waej Genin-Juni, Claudine Jacques, Nicolas Kurtovich et Paul Wamo.

 

6 nouvelles composent ce recueil de 126 pages. Les nouvelles sont plutôt brèves à l’exception de la nouvelle Eden écrite par Olivia Duchesne qui s’étale sur une trentaine de pages. 

 

Jajinyi 

Mamie Okela a une chienne qui s’appelle Jajinyi (jeune fille vierge en lifou), son moyen de protection contre des attaques. Quel genre d’attaque ? A vous de le découvrir. Cette courte nouvelle de 16 pages montre que chaque femme se défend comme elle peut avec les moyens qu’elle a.

 

Rentrée de nuit

Une nouvelle que j’ai lue à deux reprises. La première fois, je n’ai rien compris, je l’ai mis sur le compte de la fatigue occasionnée par une longue journée de travail. 

Une surveillante d’un internat accueille de nouvelles filles. Elle se raconte, revit son arrivée dans ce internat en tant que pensionnaire. A travers les nouvelles filles qui arrivent, elle revit son passé. Elle évoque également un homme dont elle a été amoureuse. Nouvelle bien écrite mais très confuse. On ignore l’âge de cette surveillante, de qui elle était amoureuse…

Répétition

Chauffeur sur mine, une mère ne veut pas que sa fille emprunte le même chemin professionnel qu’elle. Elle veut que cette dernière voit plus loin. Une histoire qui m’a touchée. J’ai ressenti la peine de la mère.  

« Est ce que c’est un avenir ça ? mettre ses pas dans les pas de sa mère ?

 

« Tout ça pour ça. Esther se le répétait en boucle en remontant dans sa cabine. Tout ça pour en arriver à cette répétition des élans, des désirs, comme si pas d’autre horizon pour nos enfants, rien d’autre imaginé…

Le torchon

Une veuve et mère de famille se souvient du jour où son mari l’a brusquement quittée,  du vide qu’il a laissé en elle et ses efforts pour élever ses enfants toute seule. Imaginez sa réaction lorsqu’elle apprend que celui-ci s’est adonné à une sorte de compétition stupide où la violence règne en maître…

Eden 

L’Eden est un immeuble de 3 étages où quatre familles plus Cyprien résident. 

Clarisse, jeune fille de 12 ans nous présente les habitants de son immeuble, des personnages colorés avec des anecdotes sur la vie à Nouméa. Une nouvelle rafraîchissante.

 

12.11.12

Cette dernière nouvelle du recueil est une sorte de poème en prose. Je n’ai rien compris même après une deuxième lecture. Il est dit dans la présentation des auteurs que Paul Wamo, avec cette nouvelle, expérimente une écriture dont le rythme s’inspire de contre-temps, de silences, d’exclamations qu’on trouve dans le « Wetr Kréation », troupe de danses traditionnelles de Lifou. 

 

A travers ce recueil, j’ai découvert des auteurs issus de cet archipel de l’Océanie que je méconnais. J’ai eu un aperçu de la culture et des langues locales.

Quelques mots découverts

Aiù : bébé en tahitien

Eke fiafiamea : tu fais des manières en wallisien

Oléti : merci en drehu

 

 

Dans l’ensemble, ça a été un sympathique moment de découverte.

Prochaine étape de mon voyage : le Mexique !

fleur v1

Publié dans Panaché

Swap Carnet de Bord

En décembre dernier, le Swap Carnet de Bord a été lancé par Le Carnet de Jessica sur Livraddict.

Le principe : réaliser un Carnet de Bord personnalisé à l’attention de son binôme. Vous êtes totalement libre de son contenu, ce qui est important c’est le partage :  anecdotes, des recettes, des petits mots, des dessins etc… un peu sur le modèle du journal intime. Bref, seul mot d’ordre faire parler votre créativité.

Le principe étant intéressant, je me suis inscrite. Lesfilsdelili a bien voulu être ma binôme et nous avons opté pour le Menu 1 – Journal intime  :     

  • 1 Carnet de Bord                                                                          
  • 2 Livres de la wishlist                                                       
  • 2 Marque-pages                                                                                                  
  • 2 Gourmandises                                                                              
  • 2 Goodies    

 

La préparation de ce swap a duré 9 mois. J’ai passé 9 mois à écrire dans le carnet à l’attention de ma binôme.

 

Le carnet de bord

J’ai opté pour un agenda (vous pourrez le voir ici ainsi que le colis entier de ma binôme) afin de lui adresser un mot chaque jour. Je suis assez fière de ma créativité car aucune page n’a été blanche jusqu’au jour de l’envoi.

J’ai parlé un peu de moi, mes activités, quelques avis de lecture, de la musique que j’écoute. J’ai voulu qu’elle participe aussi à l’élaboration du carnet. Chaque début de mois, elle doit lister son Top 3 de lectures, j’ai également posé des questions pour son portrait chinois, un quiz sur les auteurs de Livraddict qu’elle a lus, etc… 

 

Les livres

Pour les livres, elle a voulu que je lui fasse découvrir des auteurs ivoiriens en particulier et africains en général. J’étais trop heureuse car j’aime faire découvrir des auteurs de mon continent chéri. Le choix a été difficile. J’aurais voulu lui donner tous les livres que j’ai lus et appréciés mais mon budget était limité et certains livres n’étaient plus disponibles.

J’ai acheté 5 livres dont 3 que j’ai chroniqués sur le blog 

L’héritage

Munyal, les larmes de la patience

Les contes de Korotoumou

Les marque-pages : je lui ai offert 3 marque-pages dont un acheté à l’aéroport du Ghana. Vous pourrez les voir ici

 

Les goodies : un mug et un carnet. 

Les gourmandises : une tisane au gingembre et du chocolat made in Côte d’Ivoire.

 


 

Mon colis 

img_20190925_191900

 

J’ai beaucoup aimé les emballages utilisés par ma binôme. Je vais sûrement les réutiliser pour mes prochains swaps. Ma sœur m’a déjà piqué un gant mais j’ai tenu bon pour ne pas qu’elle m’arrache les pochettes surtout la mignonne pochette rose. J’ai craqué sur elle. 

 

Une carte toute mignonne

img_20190925_204803

 

Le carnet de bord 

 

img_20190925_204823

 

Le carnet de bord tout rose, j’ai adoré !

Ma binôme a partagé un bout de sa vie avec moi. J’ai beaucoup aimé les cartes de sa région à l’intérieur. Il y a assez de pages vides que je vais sûrement remplir  avec des citations tirées de mes lectures.

 

Les livres 

img_20190925_204706

J’ai reçu THUG et le sel et le miel que j’avais vraiment envie de lire. J’ai déjà fini THUG et je vous présenterai mon avis très bientôt. 
Ma binôme a tenu à me faire découvrir Bakhita qu’elle a bien aimé. Vu que j’ai déjà regardé le film, je n’ai pas spécialement envie de le lire mais on verra avec le temps.

 

2 marque-pages dont un de sa région

img_20190925_204734

 

Les goodies :

img_20190925_204811

Un châle tout rose tricoté par ma binôme (vous aurez compris que c’est ma couleur préférée), un savon Yves Rocher.

L’étiquette avec mon prénom et le mot bible est un marque page fabriqué par ma binôme. Je vais le garder précieusement.

J’ai également reçu une boule à thé.

 

Les gourmandises : de la confiture de fraise et du thé à la vanille.

img_20190925_204833

 

 

 

Encore une fois c’est un échange réussi.

J’attends impatiemment la réception de 3 autres swaps. A très bientôt les amis !

 

signature coeur graceminlibe

 

 

 

Publié dans Panaché

Tag la séduction livresque

Séduction livresque

Un tag découvert sur le blog Entre les pages 

 

Phase 1, Attraction initiale : Un livre que j’ai acheté pour sa couverture

Maman de Béatrice Lalinon Gbado

Maman

 

 

Phase 2, Premières impressions : Un livre que j’ai acheté pour le résumé

La rue 171

 

img_20190525_230421

 

Phase 3, Conversation agréable : Un livre avec une superbe écriture

La noce d’Anna

 

Phase 4, Premier rendez-vous* : Un livre qui t’a donné envie de lire les autres livres de l’auteur

Celles qui attendent de Fatou Diome.

 

Phase 5, Appels nocturnes : Un livre qui m’a tenue éveillé toute la nuit

Purgatoire des innocents. Je l’ai lu en cinq heures d’affilée.

 

Phase 6, Toujours dans ma tête : Un livre auquel je ne peux pas m’arrêter de penser

Tsippora de Marek Halter. Un presque coup de cœur.

 

Phase 7, Passage à l’acte : Un livre dont tu aimes l’odeur, le toucher

Je ne suis pas addict aux odeurs de livres alors on se focalise sur le toucher. J’ai particulièrement pris plaisir à toucher la couverture de ce livre (rires) L’éléphant semble avoir été fait via de la peinture sur sable.

sagesse contée attita

Phase 8, Rencontre avec la famille : Un livre que tu recommanderais à ta famille et tes amis

Lagos Lady de Leye Adenle

Phase 9, Penser au futur : Un livre que tu vas relire plusieurs fois dans le futur

Dans la vraie vie, je suis très fidèle mais avec les livres je suis plutôt coup d’un soir. Je ne relis jamais un livre sauf si on me paye pour le faire. 😀

Phase 10, Share the love : Place à la nomination…

Tous ceux qui ont envie de répondre à ce sympathique tag. N’hésitez pas à passer mettre vos liens en commentaire pour que j’aille lire vos réponses. 

*La phrase initiale était Le premier tome d’une saga qui a fait que j’ai acheté le reste. Etant donné que je n’achète jamais de sagas, j’ai modifié la phrase.

 

signature coeur graceminlibe