Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Sous le voile de la mariée

Sous le voile de la mariée

La quatrième de couverture ne donne aucun aperçu de l’oeuvre, il n’y a aucun résumé, aucun extrait ; comme seule indication du thème de l’histoire, la couverture du livre et son titre. 

S’agit-il d’un mariage forcé ? D’un mariage de raison ? De quoi parle réellement cette histoire ? 

De l’union civile d’un homme : Jean-Jacques Gozié, cinquantenaire ayant vécu aux antipodes de la morale à une jeune femme, Dian Kirala, qui ne tire sa gloire et son honneur que de son futur mariage. 

Kirala est fière de l’anneau à son doigt, de son nouveau statut de femme. Malheur à celui ou celle qui ose ne pas l’appeler Madame Gozié !

Ce statut qu’elle a acquis au prix des décennies de doute et de résignation, après des nuits de prière et de privation, elle compte le garder jusqu’à la mort. 

Y arrivera-t-elle avec des beaux-enfants et une belle-mère qui la détestent, la présence de l’amour de longue date de son époux  et surtout son orgueil outre mesure ? 

Son adhérence à l’association des femmes mariées du quartier l’aidera-t-elle ?

Ce roman est une satire du mariage en Afrique, ce qu’il a fait des femmes ou ce que les femmes en ont fait.

Elle comprit, que l’essentiel pour une femme, était d’avoir un homme dans sa vie. N’importe lequel. Un homme, son nom suffit, et la femme a devant elle un bouclier, sur elle, un parapluie. Avec un homme, la femme se protège de la lubricité des autres hommes. 

Elle ne se rendait même pas compte qu’elle abusait de son droit de femme mariée comme le feraient ces milliers de femmes oisives qui prennent la bague du mariage comme l’attestation du doctorat qu’elles auraient obtenu après des années d’études. 

Chacune a, sous son voile immaculé, des flots de larmes qui coulent, du sang qui suinte par saccades, des cris qui jaillissent de leur gosier. Nulle part, l’on ne peut trouver une femme qui va et rit comme elle peut, qui chante et danse comme elle veut, sans que l’on ne découvre en elle, un esprit en feu, un cœur affligé.

« Sous le voile » revient à maintes reprises dans l’oeuvre, le narrateur souhaite-t-il que les femmes mariées ôtent leur voile pour voir leurs mariages tel qu’ils sont vraiment ? 

L’envers du décor du mariage et ce qui l’érode est clairement exposé dans l’oeuvre. Est décrit tout au long du roman ce qui met souvent en péril la pérennité d’un couple : l’incompréhension, l’orgueil, le manque de considération de la famille du conjoint, etc…

« Sous le voile de la mariée » aurait figuré parmi mes coups de cœur s’il y avait eu une réelle immersion dans l’univers de l’association des femmes mariées, plus de passion entre Jean-Jacques et Kirala, plus de rebondissements dans leur relation ;  si l’entrée en scène de Fatim Bamba  n’avait pas été si furtive. 

J’aurais également plus ressenti l’histoire si elle était racontée à la première personne du singulier. 

Que dire de la forme ? Le vocabulaire  est très recherché ( « véritable tonneau de Danaïdes », « palinodie », « affamer de martyre le cœur innocent de ses amantes »), cela peut être lassant pour ceux qui aiment la simplicité des lettres. 

Quelques mots sur l’auteur

Mathurin GOLI BI Irié est Adjoint aux Chefs d’Etablissement. Il a à son actif un récit poétique  » Hideur des tropiques » ; un recueil de nouvelles : « mon adultère pour un enfant » ;  trois romans dont « La lycéenne », « Silence, la recréation est terminée » ; une pièce de théâtre : Et l’Afrique se rebella et deux biographies : « Le messager au sommet de l’art » et « Abel Yéplé, la dynastie sans fin ». 

Des détails sur l’oeuvre

Nombre de pages : 152

Editions : SUD EDITIONS

Quelques extraits : « Ne jamais s’étonner de tout sur la terre. Car, tout est possible et ce dont l’on n’a jamais parlé, auquel l’on a jamais rêvé, vit existe, et un jour, se produira. La terre est donc le creuset de tous les conglomérats du possible. En bien ou en mal. »

« On n’a pas souvent conscience de prévoir le retour du mal, quand on est maître du mal. »

Publicités

Auteur :

Quand j’ai eu envie d’écrire pour me décharger des maux de la vie, le courant poétique s’est imposé comme le canal d’expression par excellence. En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteur du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » Désirant partager ma passion pour la lecture et l’écriture, j'ai créé en mai 2015 ce blog éponyme. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

20 commentaires sur « Sous le voile de la mariée »

  1. Ce Roman  » sous le voile de la mariée » à été choisi par nos professeurs pour la lecture de cette année scolaire 2017/2018 au Lycée moderne Nimbo de Bouaké. En effet il faut dire que le livre à été vu avec moi l’année dernière lors d’un examen Oral de français. Alors mon professeur du Lycée Mr Koné Sanga attiré par le titre du livre me ceci: Stp donne moi ton Roman et demain tu passes chercher alors je lui est donné et très épaté après avoir fini de lire. Il m’a fait la promesse qu’il va causer avec ses collègues afin de mettre à notre disposition ce Roman.
    Merci à vous qui mettez vos temps de divertissement à réfléchir pour nous.
    58 56 33 57 ceci est mon numéro Mr car je veux juste avoir deux mots du votre pour avoir plus d’espoir pour ma carrière Littéraire.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour à tous, moi c’est Olifer KOUASSI, ivoirien. J’ai aimé les différents commentaires un peu haut. Quant à moi cette œuvre est le bienvenu en Afrique. Vue le comportement de sœur et nos frères dans leur différent couple, l’on n’a plus le courage de se marié. Kirala avec son arrogance qui reflet la plus part des femmes au foyer et Gozié qui est a son tours un Don Juan. Merci au narrateur de cet ouvrage.

    Aimé par 1 personne

  3. Et bien, ton analyse me donne vraiment envie de lire ce roman malgré certains aspects négatifs. C’est tout à fait le genre de livre que j’aime lire. Et ce sujet est en effet mondial … voit-on nos mariages comme ils le sont vraiment ?
    Merci à toi

    Aimé par 2 people

      1. j aimerais avoir plus de detail sur le personnage jean-jacques gozié et de dian kirala dans cette oeuvre et pour quoi jean-jacque gozié et dian kirala

        Aimé par 1 personne

      2. Pour moi Dian Kirala est le protottype des femmes d’aujourd’hui qu’on a édiqué comme ça. Etre mariée à tout prix. Pour le reste, il faudra demander à l’auteur. Il est sur Facebook. 🙂

        J'aime

  4. Belle analyse de ta part très chère. A travers, tes observations, je vois un beau chef d’oeuvre romanesque qui a touché une réalité africaine mais mondiale. Aussi la vie dans le foyer qui est plus ou moins mis à nu ici.
    Merci Grâce!

    Aimé par 1 personne

      1. Merci Grâce Minlibé. Maintenant la version officielle du livre est sortie. Tout y est. Le résumé surtout. Merci d’avoir donné ton point de vue sur l’œuvre et cela me va droit au cœur. Merci surtout pour ta contribution à la compréhension de mon roman.

        Aimé par 1 personne

      2. Cela fait plaisir d’avoir un retour d’auteur qu’on a lu. Merci pour ces additifs. L’article est le plus visité sur mon blog. Cela me fait énormément plaisir de savoir que je suis une porte d’entrée à la compréhension de votre roman. Je vous souhaite le succès que vous méritez.

        J'aime

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s