Publié dans Arrêt sur une oeuvre

TTL 134: Un autre tambour

C’est l’heure du Throwback Thursday Livresque ! Cette semaine, le thème est : W comme…

William,

Le prénom de l’auteur d’Un autre tambour.

Du jour au lendemain, les résidents noirs d’une petite ville imaginaire d’un État du Sud désertent, à la suite de l’acte de protestation d’un jeune fermier, descendant d’esclave.
Juin 1957. Sutton, petite ville tranquille d’un état imaginaire entre le Mississippi et l’Alabama. Un après-midi, Tucker Caliban, un jeune fermier noir, recouvre de sel son champ, abat sa vache et son cheval, met le feu à sa maison, et quitte la ville. Le jour suivant, toute la population noire de Sutton déserte la ville à son tour.
Quel sens donner à cet exode spontané ? Quelles conséquences pour la ville, soudain vidée d’un tiers de ses habitants ?
L’histoire est racontée par ceux qui restent : les Blancs. Des enfants, hommes et femmes, libéraux ou conservateurs, bigots ou sympathisants.
En multipliant et décalant les points de vue, Kelley pose de façon inédite (et incroyablement gonflée pour l’époque) la « question raciale ».
Un roman choc, tant par sa qualité littéraire que sa vision politique.

11 chapitres où l’auteur Noir ose penser à la place des Blancs.

11 chapitres où des Blancs évoquent l’exode massif des Noirs. Entre ségrégation et liberté, des Noirs ont fait leurs choix.

Ils écoutent et suivent la musique de leur tambour intérieur même si elle est différente de celle des autres.

Les Blancs assistent à ce départ massif, spontané et silencieux, et se perdent en conjectures.

La raison de leur départ n’étant pas explicite, j’ai commencé à perdre de l’intérêt pour l’histoire. Heureusement, l’intervention de David Willson, membre de la famille qui a autrefois acheté l’Africain, ancêtre de Tucker, à un négrier a sauvé la mise.

Le dernier chapitre de ce roman est violent, les hommes de la véranda désemparés face à leur ville dépossédée de Noirs, vont penser à ce qu’il leur manque, à ce sentiment de supériorité qui fait sa malle en même temps que tous ces Noirs et vont s’adonner à ce que le raciste prend plaisir à faire. J’ai trouvé la fin assez poignante.

Un autre tambour a été une intéressante découverte dans l’ensemble mais j’ai un petit bémol: j’aurais voulu que l’auteur décrive la vie des blancs après cet exode.

Quel livre auriez-vous choisi pour ce thème ?

Auteur :

En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteure du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » En 2017, mon 1er roman "Tristesse au paradis" voit le jour aux éditions Vallesse et me permet d'avoir plusieurs prix dont le Prix Horizon 2018. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

3 commentaires sur « TTL 134: Un autre tambour »

  1. J’ai tellement adoré ce livre lorsque je l’ai lu il y a 4 ans ! Je l’ai déjà offert à 3 personnes depuis, tout le monde l’a aimé autour de moi. Pour ce thème j’aurais probablement choisi le même livre ou Macbeth de William Shakespeare 😉

    Aimé par 1 personne

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.