Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Le tueur en série de la cité perdue

Je lis rarement des œuvres guinéennes, l’opportunité m’a été donnée au SILA 2018. Le volume du livre (moins de 100 pages) et le résumé m’ont poussé à acheter Le tueur en série de la cité perdue de Mamady Koulibaly. C’est un roman policier et je suis activement à la recherche de polar africain francophone.

l'Afrique écrit

Souleymane est un jeune guinéen qui a abandonné les bancs de l’école au secondaire. Il aimerait réussir mais de façon très rapide. Il aimerait gagner de l’argent assez rapidement. Son père a beau lui demander de continuer ses études, le jeune homme refuse. Il tente d’aller en Occident, il échoue à deux reprises mais ne démord pas. Il croit à l’Eldorado européen.

Un candidat à l’immigration est comme un chercheur d’or. Que les éboulements surviennent et emportent des âmes ; si le chercheur d’or n’y laisse pas sa vie, il poursuivra courageusement sa quête du bonheur. Il en est de même du migrant. La pirogue ou le navire peuvent tanguer ou même chavirer sous la pression des flots agités. Si le migrant s’en sort indemne, il voudra continuer l’aventure dans l’espoir de fouler un jour l’autre rivage de la Méditerranée.

 

Son ami Philippe tente de le raisonner, il peut réussir en restant au pays, demander l’aide de son oncle pour ouvrir un commerce. Il y a un hic, Souleymane s’est embrouillé avec son oncle. Philippe lui conseille d’aller voir Koro Sina, un charlatan qui facilitera leur réconciliation mais Koro Sina a d’autres plans d’acquisition de richesse.

Souleymane va les suivre et commettre des meurtres que le commissaire Youssouf et l’inspecteur Simakan s’emploieront à élucider.

Nous avons là un bref roman policier. Il ne fait ni frémir, ni réfléchir. Le meurtrier est connu d’avance, les meurtres vite résolus. Ce qui importe dans ce roman c’est le voyage et non la destination. L’auteur nous fait découvrir la Guinée Conakry, les maux qui la minent et aborde un sujet d’actualité : l’immigration clandestine.

J’ai apprécié ma lecture même si j’aurais voulu qu’elle soit plus haletante.

Pour l’acheter, cliquez ICI

 

Lisez-vous souvent des polars africains ? 

 

GM signature

Publicités

Auteur :

En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteure du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » En 2017, mon 1er roman "Tristesse au paradis" voit le jour aux éditions Vallesse. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s