Publié dans Arrêt sur une oeuvre

La Belle de Casa – In Koli Jean Bofane

Qui a bien pu tuer Ichrak la belle, dans cette ruelle d’un quartier populaire de Casablanca ? Elle en aga­çait plus d’un, cette effrontée aux courbes sublimes, fille sans père née d’une folle un peu sorcière, qui ne se laissait ni séduire ni importuner. Tous la convoi­taient autant qu’ils la craignaient, sauf peut-être Sese, clandestin arrivé de Kinshasa depuis peu, devenu son ami et associé dans un business douteux. Escrocs de haut vol, brutes épaisses ou modestes roublards, les suspects ne manquent pas dans cette métropole du xxie siècle gouvernée comme les autres par l’argent, le sexe et le pouvoir. Et ce n’est pas l’infatigable Chergui, vent violent venu du désert pour secouer les palmiers, abraser les murs et assécher les larmes, qui va apaiser les esprits…

Résultat de recherche d'images pour "la belle de casa"

Après Congo Inc. Le testament de Bismarck, j’ai voulu découvrir la bibliographie de cet auteur qui tourne la tragédie en comédie. In Koli Jean Bofane aime rire du destin.

Il m’emmène à Casa, ville que je connais.  In Koli Jean Bofane me donne une vision plus poussée de Casa à travers sa description très détaillée de la ville, ses cafés, ses rues.

On découvre une galerie de personnages tout au long du roman : Sese, Ichrak, Cherkaoui, Farida, Mokhtar, Zahira. Chacun de ses personnages a une quête, des désirs étranglés.

Sese Seko Tshimanga rêvait de la France, il se retrouve au Maroc. Le passeur lui avait pourtant promis l’Europe et ses richesses fantasmées. Sese survit difficilement. Il devient un brouteur, un cyber séducteur.

Ichrak, la belle convoitée par tous, cherche son père.

Mokhtar, le commissaire, rêve d’une promotion pour quitter le quartier populaire où il est affecté.

Farida, femme d’affaires scrupuleuse qui veut toujours s’enrichir.

Cherkaoui vit avec le souvenir d’un amour contrarié. 

 

Plus un roman contemporain qu’un roman policier, ce récit aborde l’immigration perçue aujourd’hui comme une pandémie à éradiquer par ceux qui accueillent. Le nationalisme prend de l’ampleur, l’hospitalité n’est plus une valeur.

L’immigration est une source de gain autant pour les passeurs que pour les esclavagistes modernes.

Elle a été déplacée de sa chambre vers une autre qui donne sur une cour où son père est en train de construire des cages, man. J’ai des amis, gambiens, nigérians, érythréens, qui sont passés par la Libye, et ils m’ont dit qu’on attrapait les migrants dans le désert. Ils les gardaient en otages jusqu’à ce que quelqu’un paye une rançon par Western Union à partir de Gao, Kidal ou Mogadiscio.

 

Là-bas, celui qui a un terrain, un hangar, un espace, n’importe quoi, il capture des migrants et les séquestre. Le père de Doja est en train de lui montrer ce qu’il aurait fait à Gino s’il l’avait attrapé, alors maintenant, dans sa cour, il s’est mis à les vendre comme du bétail. C’est l’esclavage des Africains qui continue, man.

L’auteur évoque le sort des migrants en Lybie, dans les villes où ils séjournent en attendant de rejoindre l’Europe. 

A travers la beauté insolente d’Ichrak, ce roman aborde également le désir des hommes qu’ils n’arrivent pas à maîtriser et qui entraîne viol et humiliation des femmes. Il dénonce par ailleurs ces hommes et femmes prêts à tout pour s’enrichir.

In Koli Jean Bofane garde toujours sa singularité qui est d’évoquer des sujets graves avec légèreté. J’ai apprécié son ton comique, ce voyage dans Casablanca où des vies, des sensibilités se croisent mais je suis restée sur ma faim. Je m’attendais à lire un roman policier mais comme l’auteur le dit ICI, il n’est pas Agatha Christie. 😀

 

des-details-sur-loeuvre

 

Rentrée littéraire 2018

Éditeur : Actes Sud 

Pages : 208

Disponible en version papier et numérique

GM signature

Auteur :

En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteure du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » En 2017, mon 1er roman "Tristesse au paradis" voit le jour aux éditions Vallesse et me permet d'avoir plusieurs prix dont le Prix Horizon 2018. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.