Publié dans Arrêt sur une oeuvre

Se résoudre aux adieux

besson

Louise, Clément… Une relation d’amour, une séparation…

Une séparation décidée par Clément, une souffrance subie par Louise.

Cet homme, elle l’aime passionnément, elle n’arrive pas à se défaire de lui. Elle s’exile et part pour la Havane, un lieu où ils n’étaient jamais allés ensemble, pour être certaine de ne pas y croiser leurs souvenirs mais là encore la nostalgie la rattrape, l’absence de Clément la ronge.

Elle décide de lui écrire, de lui parler parce que le silence est peuplé de souvenirs impossibles à chasser. Elle évoque les instants partagés, la violence de ses sentiments pour lui et l’influence qu’il a eue sur sa vie.

Avec toi, quelle qu’aurait été la manière, je n’aurais pu échapper à la souffrance, à la pureté éclatante de la souffrance.

Son séjour à la Havane n’a pas l’effet escompté, elle n’est pas guérie, elle est encore obsédée par lui alors elle part à New-York puis Venise. Ses villes auront-elles l’effet d’un baume? Parviendront-elles à lui insuffler l’envie de refaire sa vie?

Tous les exils sont illusoires, paraît-il, l’éloignement ne règle rien, et on ne finit jamais très loin du point d’où on était parti.

En Amérique ou en Italie, elle est seule avec le souvenir de Clément, et son absence, et son silence, et l’écriture qui tente de les réduire. D’Amérique ou d’Italie, elle envoie des lettres à Clément parce que sa première lettre est restée sans réponse. Répondra-t-il aux suivantes?

Louise revient à Paris et là, un événement inattendu se produit. Clément décide-t-il de leur accorder une deuxième chance, un amour d’une autre forme fait-il irruption dans sa vie?

Au fur et à mesure qu’on avance dans notre lecture, on a envie de secouer Louise, de lui ordonner de se ressaisir, de lui faire comprendre qu’il y a une vie après un chagrin d’amour. On est offusqué de la voir si faible et puis on se rappelle que nous avons aussi connu cette faiblesse, la soumission à l’amour…

Ce roman parlera à tous ceux qui ont connu un amour passionnel, obsessionnel, une relation où l’être aimé ne se donnait qu’à moitié, un amour qui reste à jamais gravé dans le cœur bien que d’autres amours l’aient succédé.

Grâce Minlibé

Auteur de Chimères de verre

Publicités

Auteur :

Quand j’ai eu envie d’écrire pour me décharger des maux de la vie, le courant poétique s’est imposé comme le canal d’expression par excellence. En décembre 2014, j’ai publié mon recueil de poèmes «Chimères de verre» aux Editions Edilivre. En 2015, finaliste au prix Littérature et musique 2015 organisé par les éditions Souffle Court, je deviens co-auteur du recueil de nouvelles «Une nuit avec Baker » Désirant partager ma passion pour la lecture et l’écriture, j'ai créé en mai 2015 ce blog éponyme. Je lis, j'écris et je n'oublie pas de vivre !!!

Un p'ti mot pour me faire plaisir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s